Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 09:00
Le mépris des filles...

 

 


Un fait divers survenu sur une plage de Dubaï vient nous montrer, encore, le mépris dans lequel sont tenues les filles, dans certains pays : un père de famille d'origine asiatique a préféré laissé mourir sa fille âgée de 20 ans, plutôt que la voir touchée par des mains étrangères...

Alors qu'elle était en train de se noyer, ce père s'est violemment opposé à l'intervention des sauveteurs...
"Je préfère voir ma fille morte que touchée par des mains étrangères", aurait déclaré le père de famille qui se serait opposé violemment aux sauveteurs. L'homme a été arrêté par la police de Dubaï et sera poursuivi par les autorités.

Une fille souillée parce que des hommes étrangers la touchent ?

On voit bien que seules les filles sont ainsi considérées comme des êtres à part, susceptibles de souillures, sous le moindre prétexte...

Et même dans nos sociétés, des femmes violées sont parfois montrées du doigt, jugées coupables du viol qu'elles ont subi...

En France, un viol est déclaré toutes les quarante minutes.
Selon le journal Le Figaro, le nombre de viols dénoncés aux autorités a augmenté de 18 % en cinq ans, avec 33 cas déclarés chaque jour.
 
Au fond, il reste encore bien des progrès à faire pour que les femmes soient considérées comme des êtres humains à part entière, égales des hommes.

On le voit en bien des circonstances : les femmes politiques sont souvent raillées et moquées en raison même de leur sexe, le sexisme est partout... je l'ai moi-même éprouvé quand j'ai publié de nombreux articles sur un site participatif : j'ai eu parfois droit à des lazzis indignes, empreints de sexisme.

 

Dans notre pays, en France, les femmes n'ont toujours pas le droit de s'exprimer librement sur certains sites, sans être la cible de propos troubles ou machistes...

Dans certains pays, les filles sont mariées de force, traitées comme du bétail, des êtres inférieurs, et le machisme s'affiche de manière indigne.

Comment les hommes peuvent-ils encore se conduire, comme s'ils vivaient au moyen âge ?

Brutalité, bêtise, inconscience perdurent chez ces hommes qui ne méritent même plus cette dénomination...

Il serait temps que le monde évolue enfin : les hommes doivent prendre conscience que le sexe n'est pas ce qui définit l'intelligence des êtres et leur droit d'exister en toute liberté.

Le fait divers qui s'est produit à Dubaï nous montre que certains hommes semblent incapables d'évoluer, méprisant la vie des filles, leur déniant le droit de vivre au moindre prétexte...

Ce père indigne n'a même pas eu le réflexe spontané d'aller lui-même au secours de sa fille ! C'est dire le peu de cas qu'il faisait de la vie d'une fille, de sa propre fille !!

 

Le mépris des femmes et des filles est ignoble : il n'est que le reflet de privilèges anciens que les hommes veulent conserver envers et contre tout, pour assurer une forme de domination...

Des privilèges venus d'un autre temps, des privilèges qu'il faut abolir, car ils font subir encore aux femmes des tortures et des sévices inadmissibles.
 

Une jeune femme de vingt ans a perdu la vie, au nom de ces privilèges détenus par des hommes, depuis des siècles. 

 

Une jeune femme est morte, victime de la suprématie des hommes.

 

 

 

 

 

 

Le mépris des filles...
Repost 0
8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 08:38
Les corps se parent d'or et de cuivre...

 

 



J'aime les peaux doucement bronzées de l'été : un joli hâle donne bonne mine et apporte à la peau des couleurs de miel, aux saveurs exotiques....

Les visages se dorent de teintes lumineuses, les sourires en deviennent plus éclatants, les corps se parent d'or et de cuivre.

Belles couleurs d'ambre, emplies de lumières !


Le soleil nous enveloppe de ses douces caresses brunes, et nous offre des éclats nouveaux, le soleil embellit les paysages comme d'un halo, il magnifie aussi l' ovale des bras, des jambes, des corsages...

Eclats de brumes sur la peau, l'eau de mer sublime ces teintes, l'eau de mer ajoute ses nuances de nacre sur la peau...

L'air marin illumine, aussi, les corps et soudain, une harmonie nouvelle se révèle.

L'été nous donne ses teintes mordorées, si belles... taches de rousseur, lunules emplies de charmes sur la peau !

C'est le soleil du matin, et c'est celui du soir, Khépri et Atoum, chez les Egyptiens, qu'il nous faut apprivoiser et capturer, avec délicatesse.

Evitons les ardeurs du midi qui brûlent les peaux, sans les hâler vraiment...

C'est Khépri, le soleil levant, le Dieu Scarabée qui nous apporte sa douceur scintillante...

C'est Atoum, le couchant, qui nous apaise de ses rayons déclinants !

J'aime ces soleils aux éclats adoucis, teintés de roses, d'ocres et d'orangés...

J'aime les noms de ces soleils antiques, aux sonorités étranges, Khépri, Atoum !

Laissons-nous enlacer de ces soleils adoucis, laissons nous séduire par leurs teintes et leurs noms mystérieux !

Que les soleils de l'été nous étreignent de leurs rayons atténués, sereins, qu'ils nous éclairent de leurs éclats soyeux et veloutés !


 


https://youtu.be/utY4tcV1eCw


 


 

 

 

 

Les corps se parent d'or et de cuivre...
Les corps se parent d'or et de cuivre...
Repost 0
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 10:41
Les vacances : oublions le vide !

 



Le mot "vacances" vient d'un verbe latin, "vacare", "être vide"... 

Et le vide est là ! La vacuité s'empare du monde ! Les touristes se précipitent sur les plages, pour remplir le vide, pour bronzer à outrance et ramener une peau dorée, à souhait...

Certains remplissent le vide, sur des forums de discussions, évacuant leur ennui, à coup d'invectives, d'insultes virulentes.

D'autres accusent les grecs de tous les maux de la terre, méprisant le sort qui leur est réservé, éructant leur haine : les grecs ont osé demander l'aide des européens, pour faire face aux incendies qui ravagent l'Attique ou le Péloponnèse !

"Les grecs ont triché, ont volé, Tsipras est un populiste dangereux, un nouvel Hitler qui sème la panique en Europe !"

Le vide des insultes, le vide de la pensée !

Le vide consternant de la vacuité !

Certains se passionnent pour le tour de France, émaillé par des soupçons de dopage, par des incidents qui montrent encore la vacuité de certains : des coureurs insultés, arrosés d'urine ou humiliés...

Certains se lancent des défis sur internet, des paris stupides qui peuvent conduire à la mort, une nouvelle mode délirante qui montre encore le vide de nos sociétés. Boire une quantité impressionnante d'alcool, se lancer dans une mer glacée, par mauvais temps... Facebook devient, ainsi, une incitation au vide et à la bêtise.

La vacuité s'empare du monde !

Et pourtant, le temps des vacances permet tant de bonheurs simples : le bonheur de l'eau fraîche dans le jardin, celui de la lecture, de l'écriture.

La poésie, les romans nous offrent des horizons si variés, voyages dans le temps, l'espace, l'imaginaire, la beauté de paysages lointains.

Le temps de l'action est ouvert à tous : balades dans la nature, découvertes de sites, de musées, nuits à la belle étoile...

Le plaisir des plats légers de l'été, les salades, les fruits de l'été si savoureux : les pêches, abricots, fraises et pastèques si rafraîchissantes.

Le bonheur de goûter à la liberté, à un temps retrouvé qui permet de se cultiver, d'engranger des expériences nouvelles, différentes.

Le plaisir du soleil, sans outrance, la joie de lézarder et de s'occuper du jardin, de gratter la terre, d'arroser les fleurs, d'en sentir tous les parfums, menthe, romarins, lavandes de l'été.

Le plaisir de la plage, au petit matin, au lever du soleil, quand la chaleur est douce, et légère, quand les rives sont désertes, l'eau limpide et lumineuse.

Le bonheur de photographier des paysages, des couchers de soleils éblouissants, d'observer toutes sortes de spectacles offerts par la nature : des rouleaux de vagues, des ciels lumineux, des pins éblouis de soleil, aux senteurs si douces...

N'oublions pas de regarder et d'observer le monde, non pas à travers un écran, mais en ouvrant les yeux sur tous les spectacles qui nous entourent...

De véritables spectacles, pleins de vérités, d'harmonies, les arbres, les fleurs, un vol d'oiseaux qui s'emparent du ciel, le murmure des cigales.

Des nuits étoilées sous la Grande Ourse, des lunes qui illuminent le ciel de croissants irisés, la voie lactée qui peuple la voûte céleste de tableaux irréels.

La musique s'offre à nous : on peut écouter, apprécier et découvrir toutes sortes d'oeuvres musicales, chansons, concertos, jazz, rock...

Oublions le vide pour des activités enrichissantes, culture, lectures, musiques, saveurs, spectacles divers...

Oublions le vide, pour remplir chaque journée de découvertes nouvelles....


 

 

 

 

 

 

Photos : Christelle et rosemar

 

Les vacances : oublions le vide !
Les vacances : oublions le vide !
Les vacances : oublions le vide !
Repost 0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 16:07
Agnès Saal ou la récompense du déshonneur...

 

 

Une honte ! Un scandale, un de plus, dans nos sociétés qui voient, sans cesse, défiler les passe-droits, les privilèges et l'impunité des grands de ce monde.

L'ex-directrice de l'INA, Agnès Saal avait, pourtant, suscité l'indignation, quand on avait appris ses dépenses fastueuses et outrancières
, 40 000 euros de frais de taxis en 10 mois, alors qu'elle disposait déjà d'une voiture de fonction, avec chauffeur...


Agnès Saal avait été contrainte de démissionner de son poste de directrice à l'INA : belle mise en scène orchestrée par les plus hautes instances du pouvoir ! Certains avaient poussé des cris d'orfraie devant un tel scandale...

Or, la dame vient d'être recasée au ministère de la culture, on a même créé, à son intention,  un poste spécifique qui n'existait pas jusqu'alors : "chargée de mission sur les questions de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences".


Ce titre pompeux n'est-il, encore, qu'un paravent pour que la dame puisse dépenser à nouveau, à qui mieux mieux, l'argent public...  notre argent ?

On voit bien que le système est vicié : les plus hauts fonctionnaires de l'état ne courent aucun risque à profiter de l'argent public : l'impunité leur est assurée et ils ont, même, le droit d'obtenir un nouveau poste grassement rémunéré.

On a beau crier au scandale : ce système indigne perdure, ces gens sont protégés par toutes sortes de soutiens et de connaissances...

Honte à ceux qui nous dirigent ! Honte à ceux qui cautionnent la malhonnêteté, les gaspillages en tous genres, honte à ceux qui se remplissent les poches, aux dépens des pauvres gens qui paient leurs impôts.

La présidente de l'INA, Agnès Saal, avait présenté sa démission, à la demande de Fleur Pellerin, ministre de la culture..

Quelle hypocrisie ! Les Tartuffe sont bien à l'oeuvre ! Aussitôt démissionnée, aussitôt recasée au ministère de la culture.

Or, ces faits loin d'être uniques,  se reproduisent inlassablement : les grands de ce monde, les hommes et les femmes de pouvoir obtiennent toujours des postes honorifiques qui leur permettent de se remplir les poches, et de vivre luxueusement aux frais de la république : ainsi, des dizaines de hauts fonctionnaires reçoivent le titre de "préfets honoraires" alors qu’ils ne le sont pas. Des copinages politiques  leur permettent de percevoir une retraite de préfet. Parmi eux, on peut citer Michel Vauzelle et Michel Delebarre.

Certains perçoivent 6000 euros par mois, pour ne rien faire...

 

La France est-elle en crise ou en faillite, comme on veut, sans cesse, nous le faire croire ?

Si elle est vraiment en crise, pourquoi ces privilèges exorbitants existent-ils toujours ?

A qui peut-on faire croire qu'une société qui paie des gens pour ne rien faire, manque de ressources, est même au bord de la ruine ?

Alors que des gens perdent leur travail, qu'ils n'ont plus de moyens de subsistance, qu'ils doivent se battre pour survivre, comment notre société peut-elle sanctifier et cautionner de tels parasites ?

Ces dénis de justice et d'équité sont intolérables dans une société en crise, en perte de repères...

Quels exemples donnent ces hommes et ces femmes de pouvoir ?


Le spectacle honteux de la paresse rémunérée quoi qu'il en soit, le spectacle honteux du vol légalisé et institutionnalisé !

 

En ces temps où la culture est méprisée, mise au rebut, il ne faut plus s'étonner de voir ceux qui sont censés la promouvoir se comporter, avant tout, comme des profiteurs de la République...


 
Un article sur les préfets honoraires :

 

http://archive.francesoir.fr/actualite/politique/scandale-ils-n-ont-jamais-ete-prefets-mais-ils-en-touchent-retraite-98391.html
 

 

 

 

 

Agnès Saal ou la récompense du déshonneur...
Repost 0
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 16:07
Le scandale de l'ascension...

 

Variations sur un mot : l'ascension...

L'ascension, fête religieuse de l'espérance indique une élévation, l’Église célèbre l'élévation du Christ : Jésus monte dans le ciel, connaît une résurrection, une renaissance.



L'ascension indique un mouvement vers le haut, une transcendance, une exaltation : ce mot aux sonorités de sifflante répétée, avec ses deux voyelles nasalisées "en" et ""on", semble suggérer un envol, une légèreté...

Le mot semble mimer une évanescence, une envolée mystérieuse, pleine de douceur.

Et pourtant, certaines ascensions sont douloureuses : quand il faut gravir une montagne, le corps est à la peine, les muscles sont tendus vers l'effort... mais le bonheur de parvenir au sommet efface les contraintes et les douleurs de la fatigue.

L'ascension permet d'atteindre des sommets de plénitude, des paysages éblouissants, des ciels d'un bleu infini, des cripures de nuées sur l'azur, des vertiges de hauteurs, des envols d'oiseaux, des dégringolades de pins...

 

Ce mot venu d'un verbe latin "scando", "monter, escalader", doit être, curieusement, rattaché au nom grec "scandalon" qui désigne, à l'origine, "un piège, un obstacle" à franchir...

Les mots "scandale" et "ascension" appartiennent donc à la même famille de mots !

Curieux rapprochement de deux mots qui semblent si éloignés l'un de l'autre !


Les mots latins associés sont, aussi, le nom "scala", "l'échelle"( avec les dérivés français : l'escalier, l'escale, l' escalade, escalader) les verbes préfixés en -scendere : ascendere, "monter", descendere, "descendre", transcendere, "passer par-dessus"... On peut citer de nombreux termes qui viennent de ce radical : "ascendance, ascendant, ascenseur, ascensoriste, ascensionnel, condescendance, condescendant, condescendre, descendance, descendant, descendre, descente, transcendance, transcendant, transcendantal, transcender..."


Une évolution populaire du radical "sca"- en "éch"- a abouti à quelques termes : "échalier, échantillon, échantillonnage, échelle, échelon, échelonner."

Enfin, à partir du mot grec "scandale", on a formé "scandaliser, scandaleux et esclandre"....

Dans un certain nombre de mots, l'idée d'élévation n'est plus perceptible, et on voit bien, ainsi, l'évolution que peuvent connaître les mots, par l'ajout de préfixes, par une spécialisation de sens.


Parfois, la notion d'élévation demande une explication : par exemple, "scander" un vers, c'est mettre en évidence les syllabes accentuées dans un vers, en élevant la voix.

Le scandale, grave affaire qui émeut l'opinion, suscite une indignation et le mot a, quelque peu, perdu son sens premier d'obstacle à franchir.


Cette belle famille de mots montre toute la variété des dérivations, la souplesse de la langue française, sa capacité à intégrer des mots avec des modifications phonétiques...

Elle montre, aussi, toute la richesse des langues premières : le latin et le grec où nous avons puisé tant de mots de vocabulaire !


L'ascension peut-elle constituer un scandale ?

Non, bien sûr... sauf quand elle concerne certains hommes et femmes politiques qui font fi de toutes les règles morales, qui s'enrichissent grâce à des malversations, qui prospèrent sur la misère des pauvres gens : ces scandales existent, ils sont de plus en plus nombreux, on peut évoquer, à ce sujet, les différentes affaires qui encombrent la vie politique du couple Balkany, par exemple...

Oui, de telles ascensions sont scandaleuses et indignes : quand seront-elles, vraiment, punies et sanctionnées par la justice ?

On peut se poser la question...


 

 

Le scandale de l'ascension...
Le scandale de l'ascension...
Repost 0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 16:48
Vive l'éclectisme !

 


Vive l'éclectisme ! Sur un blog, il est permis d'aborder toutes sortes de sujets : actualités, politique, expériences, littérature, poésie, musique, chansons, cinéma, peinture, étude de mots... Pourquoi toujours évoquer les mêmes thèmes ? La diversité apporte une saveur particulière, un bonheur de dire et d'exprimer des idées, des impressions, des sensations diverses.

J'aime l'éclectisme, il permet d'échapper à la routine quotidienne, souvent pesante pour chacun d'entre nous, il nous offre une évasion vers des sentiers différents, des respirations nouvelles, des ouvertures.

Un blog donne à chacun cette liberté de penser : une occasion de partager des émotions, des lectures, des mots que l'on apprécie...

Le plaisir des mots a tendance à se perdre : retrouvons-le dans l'éclectisme, afin d'échapper à une certaine monotonie de la vie...

Chaque mot peut être une occasion d'explorer sa composition, son étymologie, ses sonorités, ses divers sens figurés....

Les mots sont  des aides précieuses que nous oublions trop souvent de goûter, eux qui nous permettent d'exprimer ce que nous ressentons, eux qui nous accompagnent tous les jours dans notre vie, eux qui nous apportent l'essentiel : la communication, l'échange...

Chaque mot comporte une histoire, est rempli de connotations, d'anecdotes, de souvenirs, chaque mot peut être comme une découverte.

La poésie elle-même permet de redécouvrir le monde, elle le réinvente, nous en fait mieux percevoir les contours, elle magnifie tout ce que nous ne voyons plus, faute d'attention sur ce qui nous entoure.


L'art pictural nous offre tant de merveilles à admirer : paysages de Cézanne inondés de soleils, scènes champêtres de Watteau, champ de coquelicots de Monet, tableaux éblouissants des peintres impressionnistes...


La culture si diverse et les arts nous apportent un éclectisme bénéfique, une façon de renouveler le quotidien.

La littérature est, aussi, une source inépuisable d'éclectisme, avec tant de genres littéraires : romans, poésies, théâtre, essais.

La littérature, mine d'éclectisme, aborde tous les sujets, elle fait appel à une mise en forme, à des styles très différents, elle nous fait voyager dans le temps et l'espace : on aime la pensée mouvante et paradoxale de Montaigne, le rire bouffon et dénonciateur de Rabelais, on se laisse bercer par la poésie de Verlaine, on rêve sur des vagues marines  avec Baudelaire, on apprécie les satires de Voltaire, on rit, avec Molière, de défauts éternels, l'hypocrisie, la bêtise, la fausse science...

On est subjugué par des histoires fantastiques, qui nous emmènent entre rêve et réalité, on connaît toutes sortes d'émotions : peur, angoisse, admiration, étonnement, incertitudes...  

On admire le style épuré et classique de La Bruyère, la gouaille et le parler populaire de Céline, la langue imagée de Giono.

La musique, les chansons sont, aussi, sources d'épanouissements et de plaisirs nouveaux : que de diversité dans cet univers, tant de beautés et d'harmonies que l'on n'a jamais fini d'épuiser ! Vivaldi, Bach, Mozart, Massenet, Quantz, Puccini, et tous les autres nous emportent dans des tourbillons d'émotions...

Chaque instrument a ses caractéristiques et ses attraits : la guitare, éblouissante, la flûte, enchanteresse, la harpe et sa magie de sons limpides !

L'actualité, aussi, riche d'événements, parfois dramatiques, révoltants ou cocasses est une source d'inspiration permanente et sans cesse renouvelée...

Le monde actuel si complexe nous permet d'aborder toutes sortes de sujets.

Vive l'éclectisme ! Il nous offre l'occasion d'échapper à la monotonie ambiante, c'est, sans conteste, une façon de vivre en harmonie avec le monde, de nous intéresser à tout ce qui fait la vie...

Avec l'éclectisme, on choisit dans une variété infinie de sujets !

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Vive l'éclectisme !
Repost 0
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 16:54
Et nous fermons les yeux...

 



Neuf cents morts en trois mois, en Méditerranée : de nombreux migrants, venus de Libye, périssent, tous les jours, en mer, dans des conditions indignes...


Et nous fermons pudiquement les yeux... Pourtant, des gens meurent, des hommes, des femmes, des enfants, des familles entières sont, parfois, décimées.

Ces victimes valent-elles moins que d'autres ? De pauvres gens miséreux, meurtris, rançonnés sont jetés en pâture, sur la mer... Quel est, donc, leur crime ?


Vivre dans un pays, où règnent la guerre, la misère ? Vivre dans un pays, où des islamistes se sont emparés du pouvoir et les terrorisent ?

Peut-être ces migrants sont-ils lancés, sur la mer, par ces djihadistes eux-mêmes qui rêvent de créer des déséquilibres en Europe ?


Peut-être est-ce une stratégie de conquêtes ? Peut-être verra-t-on, bientôt, des djihadistes s'infiltrer parmi ces migrants, pour semer la terreur, un peu partout, en Europe ?

Et nous fermons les yeux, en laissant l'Italie seule, face à cette tragédie sans fin, à ce fléau d'une immigration massive, dans un pays soumis à la crise...

Nous fermons les yeux, comme certains ont pu le faire, devant les horreurs nazies, lors de la seconde guerre mondiale, l'horreur des camps et des déportations...

Sans doute faudrait-il trouver des solutions urgentes, pour empêcher que ces tragédies se reproduisent.

Onze mille migrants sont arrivés en Italie, depuis seulement une semaine !

Comment éponger un tel afflux de gens dans la misère ? Comment résoudre ce douloureux problème ?

Certains proposent de mettre en place un blocus des côtes Libyennes, un barrage devant la Libye, pour arrêter les migrants et pour empêcher les djihadistes de continuer à les jeter à la mer, par bateaux entiers. 

L'Europe devrait se mobiliser, en ce sens, apporter un soutien à l'Italie qui se retrouve confronté à un problème, sans précédent.


Dans la mesure où les naufrages se multiplient, où des gens sont sacrifiés, cette solution paraît envisageable, afin d'éviter de nouveaux drames en Méditerranée.

Dans tous les cas, l'Europe ne pourra pas éponger cette immigration massive : il convient de soutenir les pays en difficulté, de lutter contre le groupe Daesh, là où c'est possible... 

L'Italie réclame davantage de moyens. "L'UE est la plus grande superpuissance économique de notre époque et il n'est pas possible qu'elle ne consacre que trois millions d'euros par mois à l'aide aux migrants", a, ainsi, déclaré le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni. 


Il est temps d'ouvrir les yeux, il est temps que l'Europe se mobilise vraiment, face à un problème qui prend une ampleur catastrophique...

 

Certains parlent d'un véritable crime contre l'humanité : quand on laisse mourir des populations sans défense, on peut, effectivement, penser que l'Europe n'a pas pris la mesure de ce problème : il faut que cessent ces horreurs... 


 

 

 

Et nous fermons les yeux...
Et nous fermons les yeux...
Repost 0
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 15:44
La rigueur allemande mise à mal, après le crash de l'A 320...

 

 

Après la tragédie de l'airbus de la Germanwings, filiale de Lufthansa, on est en droit de se poser bien des questions sur la fiabilité du copilote qui a pécipité l'avion sur une montagne : apparemment, le jeune homme avait été victime d'une grave dépression, en 2009, lors de son instruction, il était même l'objet d'un suivi médical.

Dès lors, pourquoi ce pilote, à la santé fragile, n'avait-il pas été interdit de vol ?

Un pilote a sous sa responsabilité des passagers, un équipage, des enfants, des adolescents : peut-on admettre qu'un pilote au passé médical assez lourd ait été autorisé à poursuivre une activité qui implique une parfaite maîtrise de soi ?


On perçoit, là, des failles dans la "rigueur" allemande, tant vantée, dans de multiples domaines.


En l'occurrence, la compagnie qui employait ce pilote, la Lufthansa n'a pas pris la mesure des difficultés d' Andréas Lubitz et l'a autorisé à voler sur des avions de ligne, de manière inconséquente.


Qui plus est, le pilote aurait caché qu'il était en arrêt de travail, le jour du drame ! Comment est-ce possible ?

Tant de dysfontionnements font froid dans le dos !


De toutes façons, les révélations concernant Andréas Lubitz sont vraiment inquiétantes, ce copilote était malade et prenait un traitement médical. Il avait fait une grave dépression.

 

Quand on connaît les effets délétères des psychotropes sur la santé, comment a-t-on pu laisser sa licence à ce pilote ? Comment a t-on pu l'autoriser à prendre les commandes d'un avion de ligne ? Comment a-t-on même pu l'engager en tant que pilote ?

Les psychotropes peuvent avoir des effets neurologiques très graves, on le sait : il est inadmissible qu'on n'ait pas décelé des manques, des difficultés inhérentes à ces substances...

 

La compagnie qui employait Andréas Lubitz a une lourde part de responsabilité dans cette tragédie : elle aurait dû, sans doute, suspendre ce pilote qui n'était plus à même d'assurer ses fonctions.


Après cette catastrophe, la rigueur, le sérieux légendaires des allemands apparaissent bien fragiles : on peut parler, dorénavant, d'une grande négligence...

 

La compagnie Lufthansa se retrouve sur le banc des accusés : on ne peut imaginer une telle accumulation de défauts, de manques et de défailllances.

 

La sécurité aérienne exige plus de sérieux : elle n'admet aucune insuffisance, aucun oubli dans la vérification des compétences d'un pilote : trop de vies sont en jeu...


 

 

La rigueur allemande mise à mal, après le crash de l'A 320...
Repost 0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 16:57

guerre-3.jpg

 

Quand des enfants meurent, à cause de la folie meurtrière des hommes, quand des enfants meurent, sous des bombes, victimes de la haine, de la fureur, de l'horreur de la guerre, comment pourrait-on l'accepter ?

 

Quand des enfants, à l'avenir rayonnant, sont anéantis par la violence inouie d'armes modernes, quand des enfants sont fauchés par le déchaînement de conflits sans fin, comment ne pas se révolter ?

 

Un reportage, lors du journal télévisé de 20 heures, sur France 2, le samedi 19 Juillet, nous montre deux jeunes enfants palestiniens enveloppés dans des linceuls, victimes d'une guerre aveugle : ils ont été atteints par une bombe israélienne, dans leur maison, où ils se croyaient à l'abri.

 

Deux enfants de 4 et 7 ans sont ramenés dans ces linceuls chez eux, avant d'être conduits au cimetière et enterrés.

 

La bombe a traversé le mur de la cuisine, et les a ensevelis sous les décombres.

On voit le désarroi, les larmes, la détresse des parents, de toute une famille en deuil... on voit l'aberration, l'horreur d'une guerre qui atteint des innocents, des enfants dont l'avenir aurait pu être brillant.

 

Devant la morgue de Gaza, des parents pleurent, des scènes qui se répètent inlassablement : 73 enfants sont morts, depuis le début de l'offensive israélienne.

On a envie de dire et de crier, face à ces images : Assez ! Assez de massacres, assez de tueries gratuites, assez d'horreurs !

 

Assez d'ignominies ! On ne peut, ainsi, lancer des bombes à l'aveuglette !

La guerre n'est pas un jeu virtuel, et quand elle atteint les plus faibles, les plus fragiles, des enfants sans défense, elle est encore plus ignoble !

 

Assez de barbaries ! Vit-on, vraiment, au xxI ème siècle ?

Après tant de siècles de guerres inutiles et vaines, les peuples ne sont-il pas capables de percevoir que tous ces conflits sont la pire des solutions ?

 

Autour d'Israël et de la Palestine, c'est l'escalade sans fin de la violence.

Il faut que les deux camps prennent, enfin, conscience que la mort de jeunes enfants, de victimes civiles entretient une haine irréconciliable.

 

L'engrenage infernal se met en place : il faut que les israéliens accordent aux Palestiniens le droit de vivre dans leur pays, il faut qu'ils arrêtent la colonisation, à marche forcée, des territoires palestiniens.

 

Il faut que, de part et d'autre, un accord soit trouvé et que cessent les pires abominations qui soient.

La mort d'un enfant n'est pas acceptable, comment les israéliens, eux-mêmes, ne prennent-ils pas conscience qu'ils desservent à tout jamais, leur propre cause, en tuant des enfants ?

 

Comment peuvent-ils continuer à vivre en conscience, en pensant à la mort de ces enfants ?

Comment peut-on admettre de telles horreurs ?

 Les Palestiniens ont le droit de vivre dans leur pays : on ne peut leur contester ce droit, ils ne peuvent être chassés de leur patrie.

La droite israélienne au pouvoir mène une politique de va-t-en guerre qui conduit à une violence folle et aveugle : il faut dénoncer cette attitude irresponsable !

 

L'extrémisme, le fanatisme des deux camps, celui du Hamas et du gouvernement israélien doivent cesser.

 

Quand des enfants meurent, l'humanité, les valeurs humaines s'effondrent, il ne reste plus que l'horreur d'un avenir sans issue.

 

 

Le journal de France 2 : le reportage à 10 minutes 

 

http://www.francetvinfo.fr/replay-j...

 

 

 

guerre-6-copie-1.jpg

 

 

guerre-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar - dans guerre actualités
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/