Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2022 5 11 /11 /novembre /2022 13:20
Manon Lescaut : quelles visions du monde ?

 

Présentation : le roman raconte une histoire d'amour entre un noble et une jeune fille légère. Ce roman très célèbre a connu un succès de scandale : les journaux de l'époque qualifient le héros d'escroc, l'héroïne de catin ou de prostituée. Un fils de bonne famille est ensorcelé par une fille de joie !

 

Quelles sont les visions du monde présentes dans ce roman ?

 

I Ce roman est d'abord le reflet d'une époque : la Régence (début du 18ème siècle), une période libertine, débridée.

 

Louis XIV meurt en 1715 : c'est la fin d'un long règne qui s'achève dans l'austérité, la tristesse. Louis XIV représentait l'absolutisme, le conformisme, un catholicisme rigide et étroit.

A la mort du roi, Philippe d'Orléans devient régent : on assiste alors à une libération des moeurs. Le grand argentier Law, un écossais, invente le papier-monnaie, la banque, le crédit, c'est le début du capitalisme moderne.

 

1) Importance du plaisir, du luxe

Manon représente bien ce goût du luxe : elle a sans cesse besoin d'argent. C'est l'époque où le peintre Antoine Watteau met en scène dans ses tableaux des couples dans des habits somptueux en train de se distraire...

2) Le goût du jeu

On s'adonne au jeu avec frénésie : les pertes d'argent sont pour certains si grandes que certains jeux sont interdits par ordonnance. Les maisons de jeu clandestines se multiplient. Des joueurs ruinés se suicident.

 

3) Les déportations en Louisiane

La Louisiane, nouvelle colonie récemment conquise par Louis XIV doit être peuplée : des femmes, des prisonnières, des prostituées sont envoyées en déportation pour peupler cette colonie. Le transport de ces femmes a lieu dans des charrettes : l'embarquement se fait au Havre de Grâce ou à La Rochelle. Des gravures de l'époque représentent ces convois de déportées.

Au début du roman, le Marquis de Renoncour voit pour la première fois Manon dans l'un de ces convois.

4) Les personnages du roman symbolisent bien cette époque

Manon est coquette, avide d'argent, de plaisirs, elle ne supporte pas le manque, la pauvreté.

Des Grieux lui-même subit l'influence de Manon : il enfreint la loi à plusieurs reprises : vol, tricheries, meurtre.

L'argent est un thème essentiel dans le roman.

 

II La vision du romancier transforme les faits et les personnages.

 

1) Si les personnages s'insèrent dans un cadre réaliste et une époque précise, ils sont aussi idéalisés et deviennent des symboles.

Les deux héros ne sont jamais décrits longuement ( à la différence des héros de romans du 19ème siècle ).

Le lecteur ne voit pas Manon : elle est simplement charmante, il s'agit d'exalter l'imagination du lecteur qui a une connaissance lyrique du personnage.

Manon et Des Grieux symbolisent la passion amoureuse : un couple idéal, ravissant, émouvant, malgré tout.

2) Les faits et les lieux sont aussi idéalisés, embellis ou stylisés.

L'évocation du convoi des déportées reste très sobre. Manon elle-même en haillons rayonne, elle attire tous les regards.

Les maisons de jeux ou tripots sont évoqués dans un langage noble, élégant : on parle "d' Académie."

La prison, ( l'hôpital de la Salpêtrière ) n'est pas vraiment décrite : elle est d'ailleurs transformée grâce à la présence de Manon : elle devient un palais, "Versailles."

Prévost transfigure la réalité : il utilise souvent un langage noble, un style classique, plein de pudeur... l'amour embellit tout, transforme les êtres et les lieux.

 

III Quelle est la signification de l'oeuvre ?

 

1) C'est apparemment une oeuvre morale : au 18ème siècle, la religion exerçait encore toute son influence, la morale religieuse occupait une place importante.

La religion jouait un rôle essentiel : les précepteurs, les maîtres étaient souvent des religieux. L'abbé Prévost est lui-même un ecclésiastique.

Le récit a une valeur morale : la passion conduit Des Grieux vers la déchéance. A la fin du roman, Manon est punie, elle meurt en Amérique.

On perçoit encore l'influence de la littérature du 17ème siècle et de ses auteurs dont la devise était "Instruire et plaire". Prévost montre les dangers de la passion amoureuse de manière plaisante, à travers un roman d'aventures aux multiples péripéties.

2) Pourtant, le message est plus ambigu 

La passion amoureuse est aussi valorisée : les héros attirent la sympathie de nombreux personnages, Tiberge l'ami fidèle de Des Grieux, l'homme de qualité, ou encore l'administrateur de la prison, M. de T.

La plupart des personnages secondaires aident le couple en perdition.

Le sujet lui-même était audacieux à l'époque : un noble s'éprend d'une fille des rues qui l'entraîne dans la déchéance.

 

Conclusion :

 

On perçoit dans ce roman un monde en train d'évoluer sous la Régence : le plaisir, l'argent occupent une place importante. Le monde semble se libérer aussi du carcan de la religion.

Manon et Des Grieux sont, en ce sens, des héros modernes, ils revendiquent une certaine liberté de vie, de moeurs.

De plus, les romanciers dépassent souvent le contexte historique et social pour donner à leur oeuvre une valeur universelle : Prévost se livre à une réflexion universelle sur la passion amoureuse, il nous en présente à la fois les dangers et les attraits.

 

 

 

 

 

 

Manon Lescaut : quelles visions du monde ?
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2022 3 09 /11 /novembre /2022 09:34
Jusqu'où ira Elon Musk ?

 

"Jusqu’où ira Elon Musk ? Jusqu'où ira l'homme le plus riche du monde, et nouveau patron du réseau social Twitter, qu’il vient de racheter au nom de la liberté d’expression ? Faut-il s’en réjouir ou s’en inquiéter ? La liberté d’expression à la sauce Elon Musk est-elle synonyme de liberté de parole ou de tapis rouge pour les contenus complotistes ou d’extrême droite ? Faut-il avoir peur de la toute puissance d’Elon Musk et d’une poignée de multimilliardaires qui ont tendance à se substituer aux États ?

 

Elon Musk, première fortune mondiale, s'invite un peu partout, que ce soit en Ukraine avec ses satellites, ou son plan de paix qu'il fait voter par des internautes, il s'invite aussi à Taïwan, il parle de la lune, de Mars qu'il veut coloniser, bref un homme d'une puissance folle, qui cherche à influencer le cours de l'histoire...

Escroc ou génie ?

En rachetant Twitter pour 44 milliards de dollars, l’homme le plus riche du monde devient aussi le plus influent de la planète… et prépare une petite révolution sur le réseau social.

230 millions d'utilisateurs dans le monde...

 

Patron de Tesla, le leader mondial de la voiture électrique, dirigeant de l'agence de tourisme spatial Space X, avec laquelle il veut conquérir Mars, Elon Musk est un magnat de la tech ultra influent. Il côtoie les plus grands dirigeants du monde... Donald Trump est un de ses plus fervents admirateurs.

 

Musk n'hésite pas à s'improviser diplomate : en Ukraine, il a offert son réseau d'accès à internet par satellite pour aider l'armée de Kiev à communiquer, puis il a conseillé aux Ukrainiens de faire la paix avec la Russie autour d'un plan qu'il a lui-même écrit. Il y a quelques jours, il a provoqué un nouveau tollé en voulant résoudre le conflit entre la Chine et Taïwan... une liberté d'expression qu'il revendique et promeut à travers le monde entier.

 

En rachetant Twitter, il va être l'arbitre de la liberté d'expression.

Qui est cet homme ? Un fou ? Un génie ?

 

Selon l'économiste Daniel Cohen, il est fou, il a appelé son fils du nom d'une voiture XA 12, l'état de Californie ayant interdit de mettre des numéros dans les prénoms, il a transformé 12 en lettres romaines. Ce n'est pas quelqu'un de tout à fait raisonnable. Il expliquait en 2017 qu'il serait sur la lune en 2022, il explique même aux Ukrainiens ce qu'ils doivent faire pour signer un traité de paix avec la Russie.

Il vit dans un monde de science-fiction, il s'est fabriqué un monde à lui, il l'habite, ça lui permet de ne pas voir que certaines choses ne sont pas possibles.

Par exemple, pour la fabrication de la Tesla, il a rêvé d'une usine de montage où il n'y ait pas un seul humain, il a lancé sa chaîne de montage en 2016, en 2018, il n'y avait toujours pas une seule bagnole qui sortait de sa chaîne de montage... il a été obligé de se résoudre à mettre des humains. Et son commentaire à la fin a été : "On sous estime les humains..."

 

Elon Musk se sent investi d'une mission : il parle de maximiser la vie des humains, il se pose en sauveur de l'humanité.

Selon Nathan Devers, romancier, la clef de l'argent n'est pas la bonne, ces géants de la tech n'ont pas un mode de vie où ils donnent l'impression d'être à la recherche de plaisirs absolus. Le fond de l'affaire, c'est que ces gens-là sont fondamentalement des religieux. Il s'agit de refaçonner l'humanité. Musk est habité d'une mystique de la technologie et d'une forme de messianisme dont il est lui-même le Messie sécularisé.

 

Mais, en fait, selon Julia Cagé, économiste, il n'a pas pour projet de transporter 6 milliards d'êtres humains sur Mars, il veut sauver ses semblables, c'est à dire une toute petite partie de l'humanité, des milliardaires comme lui. Il dit qu'il veut décarboner l'économie et il envoie des touristes dans l'espace !

Le monde de Musk, c'est une toute petite élite qui sera sur Mars qui regardera de très haut la planète avec des gens qui sont en train de mourir de faim et qui serviront à fabriquer les fusées qui enverront quelques milliardaires supplémentaires sur Mars. C'est, en fait, un libertarien, il est contre l'état parce qu'il pense que les milliardaires peuvent se substituer à l'état. Il pense que l'état est nul, inefficace, corrompu et que, lui, milliardaire n'a pas besoin de payer d'impôts, puisqu'il va prendre les bonnes décisions pour l'ensemble de la planète.

Musk,  Trump et Kanye West se positionnent comme des gourous avec une influence très forte sur une partie des opinions publiques, selon Asma Mhalla, spécialiste des enjeux du numérique.

 

Musk est en train de faire toute une campagne pour rassurer les annonceurs... Toutes ces plateformes du numérique tiennent grâce à nos désirs, nos failles égotiques, au fait que nous tous nous voulions y être.

 

Musk est une espèce de troll en chef, il pointe aussi les failles de notre système, maître en technologie, il est un capteur de données, données personnelles, industrielles, militaires, enfin, c'est un maître en techno politique.

 

Selon Daniel Cohen, Musk est antisystème, il est profondément anti syndicat, il interdit la syndicalisation dans ses entreprises, il est profondément libéral. Il croit jusqu'à la bêtise à la puissance de la technologie, il est dans un monde qu'il se fabrique lui-même.

Musk a racheté Twitter, c'est donc un de ces milliardaires qui mettent la main sur de grands médias.

 

Qu'un seul milliardaire possède un média aussi influent, c'est un problème pour le fonctionnement de la démocratie. Ainsi, Musk est dans une situation de dépendance par rapport au pouvoir Chinois, car la plupart de ses bagnoles sont fabriquées en Chine, la plupart de ses voitures sont vendues en Chine. Ce n'est pas du tout un être indépendant, éthéré. Selon lui, Taïwan doit accepter un statut à la Hong Kong.

 

La promesse des réseaux sociaux, c'est une promesse de démocratie et d'émancipation. Le résultat est complètement opposé à cette promesse d'émancipation.

On attendait une agora planétaire et on a le contraire : des fake news, des post vérités. On est dans une jungle sans médiateurs. Pour se faire entendre, il faut parler plus fort que les autres, appeler à haïr, c'est ça la grammaire des réseaux sociaux.

 

Pour Nathan Devers, la liberté séparée de la responsabilité, c'est un problème majeur. Des gens qui insultent sur Twitter ne diraient jamais ces insultes dans la rue, ils n'iraient jamais insulter un inconnu : ils auraient peur de se faire frapper ou de se faire insulter en retour.

 

Musk, lui, veut une liberté d'expression totale. Qu'est-ce que cela veut dire la liberté pour Elon Musk ?

Quelques jours après l'annonce du rachat de Twitter, il a relayé une fake news à propos de l'agression du mari de Nancy Pelosi, un article de blog assez obscur selon lequel Paul Pelosi avait fait appel aux services d'un prostitué et ce serait lui qui l'aurait agressé. C'est totalement faux.

 

Quelques heures plus tard, il finit par supprimer le tweet qui avait été liké des millions de fois entre temps. Si le chef en personne relaie des fausses nouvelles, c'est tout de même un gros problème.

 

De plus, dans les heures qui ont suivi le rachat de Twitter, on a noté une énorme augmentation des contenus de haine."

 

Après le rachat de Twitter, Elon Musk a licencié environ 50% du personnel : c'est raide ! On imagine le désarroi de tous ces employés qui ont été congédiés...

 

"Le processus de licenciement en cours est une farce et une honte. Des sbires de Tesla prennent des décisions sur des gens dont ils ne savent rien à part le nombre de lignes de codes produites. C'est complètement absurde", a tweeté dimanche Taylor Leese, le directeur d'une équipe d'ingénieurs qui dit avoir été mis à la porte.

 

 

Sources :

https://www.france.tv/france-5/c-ce-soir/c-ce-soir-saison-3/4232974-emission-du-mercredi-2-novembre-2022.html

 

 

https://www.lepoint.fr/high-tech-internet/elon-musk-chez-twitter-les-surprises-ne-font-que-commencer-05-11-2022-2496537_47.php

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 août 2022 1 29 /08 /août /2022 12:11
L'armée russe recrute...

 

"Six mois après le début de ce qu'elle appelle "une opération militaire spéciale", trouver de nouveaux soldats est pour l'armée russe un défi de taille...

Dans un immense forum militaire, près de Moscou, à côté des chars alignés et des fusils d'assaut, les bureaux de recrutement sont en bonne place...

"Il va falloir que tu passes un examen médical sur ton lieu de résidence..." dit la recruteuse à un jeune homme.

Il n'a que 17 ans mais il veut déjà s'engager...

"Cette opération spéciale, ça ne t'inquiète pas ?" demande une journaliste.

"Non, parce que, pour moi, c'est clair : je veux protéger mon pays natal. Peu importe que ce soit dangereux ou non. Je peux dire que je suis prêt à sacrifier ma vie pour mon pays, pour ma patrie.", répond le jeune garçon.

 

Mais, pour convaincre ces futures recrues, l'armée russe n'utilise pas que l'argument patriotique... en opération, un soldat peut gagner plus de 3000 euros par mois, quatre fois le salaire moyen !

"Les soldes sont très correctes et ça pour tous les soldats. Il y a aussi beaucoup d'avantages et des primes.", commente une recruteuse.

Si l'armée propose à ses recrues de confortables avantages financiers, si la région de Saint-Pétersbourg promet à chaque nouvel engagé un accès privilégié au parc pour ses enfants, et même un terrain pour faire bâtir sa maison, c'est que Moscou aurait cruellement besoin d'hommes.

Même si la Russie ne communique pas officiellement sur les pertes subies, il lui faut remplacer les nombreux soldats tués, blessés ou faits prisonniers sur le champ de bataille.

Pour l'heure, Vladimir Poutine se refuse à en appeler à une mobilisation générale.

Les jeunes Russes n'y sont pas favorables non plus...

"Je ne vois pas l'intérêt de tout cela, c'est des bêtises, franchement, non merci..." déclare un jeune Russe.

"Pour moi, la mobilisation générale de toute la Russie, cela n'a pas de sens.", affirme un autre.

 

Pour renforcer les effectifs des troupes pro Moscou, des profils d'un nouveau genre seraient désormais courtisés : des détenus russes.

Il y a quelques jours, la télévision officielle relayait pour la première fois l'histoire d'un prisonnier de droit commun, libéré pour aller combattre en Ukraine et tué peu après son arrivée.

Des journalistes ont pu obtenir ce qui est présenté comme l'enregistrement d'un ex-détenu d'une prison du centre de la Russie.

Il y raconterait son recrutement non pas par l'armée, mais par le groupe de mercenaires Wagner.

"Nous avons signé une demande de grâce en deux exemplaires. J'ai aussi signé un document disant que j'acceptais de participer à l'opération militaire en Ukraine. Il n'y avait rien d'indiqué sur la durée de l'engagement. Au début, la prison a sélectionné 400 personnes et à la fin, 68 ont été retenus."

Ce témoignage qui n'a pas pu être authentifié de manière indépendante a été confié aux journalistes par une responsable d'une ONG de défense des droits des prisonniers.

Selon elle, les détenus engagés ont reçu la promesse d'une libération après 6 mois de combat.

"Pour les prisonniers, le plus important, c'est d'avoir une chance de quitter la prison, parce qu'il n'y a pas de chose plus affreuse, y compris la guerre, que les prisons russes, avec les tortures et les violences. Selon nous, environ 3000 prisonniers ont déjà été recrutés et plus de 1000 ont été envoyés au combat."

Ces chiffres sont ils plausibles ? Les recrutements de prisonniers sont-ils institutionnalisés ?

Contactés les services pénitentiaires russes n'ont pas répondu aux sollicitations des journalistes."

 

Le Kremlin vient de publier un décret qui prévoit d'augmenter ses effectifs combattants de 10% à compter du 1er janvier 2023. 137.000 soldats sont ainsi attendus pour rallier les rangs de l'armée russe.

 

C'est certain, malgré l'expression utilisée par le Kremlin : "une opération militaire spéciale", la Russie mène une véritable guerre contre l'Ukraine...

Et la guerre tue, la guerre détruit, elle tue des Ukrainiens, des soldats, mais aussi des civils, hommes, femmes, enfants, elle tue aussi des soldats russes...

L'euphémisme employé par Vladimir Poutine n'empêche pas toutes les horreurs et les abominations de la guerre.

C'est dans les langages totalitaires que l'emploi de l'euphémisme comme contour ou détour de la réalité est le plus perturbant, car il s'agit ici de faire passer l'expression euphémique pour la réalité elle-même,

Il s'agit là d'une forme de novlangue, telle qu'elle a été définie par Georges Orwell dans son célèbre roman 1984.

 

"L’élu municipal moscovite, Alexeï Gorinov, a ainsi été condamné à sept ans de prison vendredi 8 juillet pour avoir dénoncé l’assaut russe contre l’Ukraine...

Alexeï Gorinov avait, lors d’une session du conseil municipal à la mi-mars, qualifié le conflit en Ukraine de "guerre", et non "d’opération militaire spéciale", comme le veut la terminologie officielle. Demandant à ses collègues une minute de silence, le député avait également évoqué la mort d’enfants en Ukraine, ce qui, selon la juge, ne correspond pas aux informations délivrées par le ministère de la défense russe dans ses points presse quotidiens."

On assiste là à une répression de toutes les oppositions et contestations et à une remise en cause des réalités de la guerre...

 

 

Sources :

 

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/guerre-en-ukraine-la-russie-en-mal-de-soldats_5324482.html

 

https://www.latribune.fr/economie/international/guerre-en-ukraine-l-armee-russe-veut-gonfler-de-10-ses-effectifs-928585.html

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2022/07/08/guerre-en-ukraine-alexei-gorinov-elu-municipal-russe-condamne-a-sept-ans-de-prison-pour-avoir-denonce-le-conflit_6134004_3210.html

L'armée russe recrute...
Partager cet article
Repost0
22 août 2022 1 22 /08 /août /2022 10:58
Des éoliennes près de chez vous ?

 

Une ristourne de plusieurs centaines d'euros sur votre facture d'électricité contre une éolienne près de chez vous ?

Vous accepteriez, vous ?

 

"C'est le marché que propose le gouvernement pour accélérer l'installation de l'énergie renouvelable !

Seraient concernées toutes les habitations dans un rayon de 5 kms autour d'une éolienne...

 

Dans un village de l'Allier, sept ont déjà été installées et surplombent la commune. Trois autres devraient être installées prochainement... mais cette fois-ci, c'est trop.

Même avec l'offre, une habitante ne veut plus d'éolienne près de chez elle.

"On vous donne des dédommagements, puis on ne vous dit plus rien et ça ouvre la porte à d'autres projets éoliens, ça, je suis contre..."dit-elle.

 

Plus loin dans le hameau, la question divise également.

"La ristourne, ce n'est pas le facteur qui fera que j'accepterai mieux la chose...", déclare un autre habitant...

 

Aujourd'hui, 70% des projets éoliens subissent des recours devant les tribunaux.

Mais octroyer des ristournes pour inciter les habitants pour inciter les habitants à accepter des éoliennes près de chez eux sera insuffisant, selon certains observateurs, car le principal problème, c'est le manque de concertation.

 

"Il faut que les personnes soient intéressées au projet, qu'on puisse prendre en compte véritablement leurs avis, qu'ils aient le sentiment qu'ils puissent pouvoir s'exprimer sur le projet et pouvoir influer sur le développement...", déclare Romain Garcia, consultant dans l'acceptabilité des projets d'énergies renouvelables.

 

Davantage de renouvelables, une urgence pour le gouvernement qui est déjà en dessous de ses objectifs de production. 

Le projet de loi devrait être présenté en Conseil des ministres à la rentrée..."

 

Curieuse façon de procéder tout de même ! Offrir une ristourne, c'est d'une certaine façon payer les gens pour qu'ils acceptent la proximité d'éoliennes...

 

Evidemment, les pauvres, les plus démunis seront plus enclins à accepter ce marché... et seront ensuite contraints de subir les nuisances des éoliennes...

 

 

Source :

 

https://www.francetvinfo.fr/economie/energie/energie-une-reduction-de-la-facture-d-electricite-en-cas-d-eolienne-a-proximite_5310178.html

 

 

 

 

Des éoliennes près de chez vous ?
Partager cet article
Repost0
29 juin 2022 3 29 /06 /juin /2022 09:50
Supprimer la redevance télé : quelle mauvaise idée !

 

Durant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a annoncé la suppression de la redevance qui finance l'audiovisuel public et qui rapporte chaque année 3,7 milliards d'euros, ceci afin d'augmenter le pouvoir d'achat des Français (ils gagneront 138 euros par an, soit 37 centimes par jour, et 88 euros dans les DOM-TOM)...

On le voit : un gain dérisoire pour le pouvoir d'achat !

Une mesure démagogique !

 

Emmanuel Macron n'était pas le seul à avoir fait cette promesse. Les candidats Valérie Pécresse (LR), Marine Le Pen (RN) et Éric Zemmour (Reconquêtes) avaient également annoncé leur intention de supprimer la redevance. Un assaut de promesses pour appâter les électeurs...

 

On ne sait toujours pas comment sera désormais financé l'audio-visuel public... le mécanisme qui doit remplacer la redevance TV afin de financer l'audiovisuel public n'a pas encore été précisé. 

Va-t-on assister à une recrudescence de la publicité sur nos écrans ?

Ce serait scandaleux ! Des pages publicitaires interminables, du bourrage de crâne, une façon d'inciter les gens à la surconsommation dont souffrent déjà amplement nos sociétés.

Des publicités envahissantes, répétitives, abrutissantes...

Des émissions interrompues sans cesse par des séquences publicitaires...

La Convention citoyenne voulait réguler la publicité. En vain : celle-ci pourra continuer à vanter des produits polluants et pousser au gaspillage.
Le raisonnement est pourtant simple : lutter contre le réchauffement climatique passe par une réduction drastique de la consommation. Or, un des moteurs de notre obsession à consommer est la publicité. Donc s’attaquer à la pub contribue à sauver le climat.

 

Ou alors, autre alternative : recours à une autre forme d'imposition ? Un jeu de dupes ! Un tour de passe-passe ?

 

Plusieurs syndicats de France Télévisions ont appelé  à faire grève à Paris, le 28 juin. Ils craignent pour l'avenir du service public, dont ils redoutent, in fine, des baisses de budgets. "Supprimer la redevance au nom du pouvoir d'achat menace l'existence de l'audiovisuel public", alertent les syndicats. "C'est précariser et paupériser l'audiovisuel public en le basculant sur le budget général de l'Etat, donc aux arbitrages et aux pressions politiques incessantes", précisent-ils.

 

 La disparition de cette redevance, directement affectée à l'audiovisuel public, soulève en effet des craintes sur un risque de perte d'indépendance des médias audiovisuels publics vis-à-vis de l'Etat.

Dans une tribune publiée dimanche 15 mai, les syndicats de journalistes de France 2, France 3 et franceinfo ont dénoncé une "menace pour les moyens et l'indépendance" de l'audiovisuel public et un "marché de dupe". "Soit l'Etat continue de financer l'audiovisuel public et mobilise l'argent public, donc celui du contribuable. Soit il ne compense pas la fin de la redevance et réduit donc les moyens de l'audiovisuel public", affirment-ils.

 

 

Source :

 

 

https://www.lefigaro.fr/medias/le-gouvernement-va-supprimer-la-redevance-audiovisuelle-des-2022-20220512

 

 

Supprimer la redevance télé : quelle mauvaise idée !
Partager cet article
Repost0
1 avril 2022 5 01 /04 /avril /2022 11:33
Guerre en Ukraine : la course aux armements et autres conséquences...

 

La guerre menée par Poutine en Ukraine a des conséquences innombrables : destruction d'un pays, de ses infrastructures, morts de civils, un exode massif d'Ukrainiens...

Autre conséquence de cette guerre au coeur de l'Europe : de nombreux pays se lancent dans une course effrénée aux armements...

L'armée russe dispose elle-même d'armes à la pointe de la technologie : par exemple, des missiles hypersoniques indétectables qui peuvent faire des dégâts considérables.

Dès que la guerre a été initiée par Vladimir Poutine, la plupart des pays ont décidé d'augmenter leur budget militaire.

Lors d’une session extraordinaire au Bundestag, à Berlin, le chancelier Olaf Scholz a annoncé un effort exceptionnel de l’Allemagne en matière de Défense. La crise russe change toute la doctrine tenue jusqu’ici. Olaf Scholz, le Chancelier, annonce 100 milliards d’euros pour moderniser son armée.

Des sommes colossales englouties pour fabriquer des armes !

 De nombreux pays de l'Union européenne ont décidé d'augmenter très sensiblement leurs dépenses militaires.

"La Russie et les Etats-Unis se sont lancés depuis un certain temps dans une course aux armements nucléaires, mettant au point de nouvelles machines d'apocalypse qui menacent de ruiner les gains chèrement acquis des dernières décennies et de nous ramener au bord de l'anéantissement nucléaire..." nous rappelle l'historien Harari.

Et quand les budgets militaires augmentent, d'autres secteurs en pâtissent : l'éducation, la santé, les enjeux écologiques.

"Si des pays croient la guerre inéluctable, ils renforcent leurs armées, se lancent dans la spirale de la course aux armements, refusent tout compromis en cas de conflit et soupçonnent que les gestes de bonne volonté ne sont que des pièges." écrit encore Harari.

Et il ajoute : " Un remède éventuel à la bêtise des hommes est une dose d'humilité. Les tensions nationales, religieuses et culturelles ne peuvent qu'empirer du fait du sentiment grandiose que ma nation, ma religion et ma culture sont les plus importantes du monde et que mes intérêts doivent passer avant ceux de tous les autres, voire de l'humanité dans son ensemble."

 

L'humilité, non, ce n'est pas la tasse de thé de Vladimir Poutine !

Il s'est lancé dans une guerre de conquête, envahissant un pays voisin souverain...

Ce faisant, il menace tout l'équilibre du monde : cette guerre est non seulement militaire, mais aussi politique et économique.

 

Elle va avoir des retentissements sur l'ensemble du monde...

Sont à prévoir des pénuries, des famines, des victimes innombrables de cette guerre...

 

En Europe, il faudra accepter d'avoir froid pour aider et soutenir les Ukrainiens. Les classes moyennes et populaires souffrent déjà d'une inflation galopante...

Dans un monde interconnecté, les conséquences du conflit en Ukraine sont colossales : l'Europe va en payer le prix fort, comme tous les pays pauvres que l'explosion du prix du blé va plonger dans une misère terrible.

Quant à l'écologie, elle sera aussi sacrifiée : pour se passer du gaz russe, l'Europe devra rouvrir des centrales à charbon.

 

 

 

Sources :

 

https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-l-eco/entendez-vous-l-eco-du-vendredi-11-mars-2022

 

 

https://www.lesoleil.com/2022/02/02/poutine-releve-dun-cran-la-course-aux-armements-e39c7656c055fe77a0bbdb58799b11ed

 

 

 

Guerre en Ukraine : la course aux armements et autres conséquences...
Partager cet article
Repost1
7 février 2022 1 07 /02 /février /2022 12:35
"Des mouroirs ignobles..."

 

"Des mouroirs ignobles...", telle est l'expression utilisée par un des personnages du roman de Houellebecq Anéantir, pour évoquer les EHPAD.

Et qui est ce personnage ? Il s'agit d'une femme médecin chef de l'hôpital où se trouve le père du héros de l'histoire, Paul Raison.

Et que dit-elle exactement à ce sujet ? "Les EHPAD ont une mauvaise réputation et c'est loin d'être injustifié, il est vrai que dans l'ensemble ce sont des mouroirs ignobles, je ne devrais pas dire ça, mais à mon avis les EHPAD sont l'une des plus grandes hontes du système médical français."

Une expression qui fustige et dénonce un système dans lequel les maisons de retraite sont gérées comme de véritables usines qui doivent être rentabilisées. Mais que reste-t-il d'humain dans ce management ?

De plus, cet avis est exprimé par un médecin, quelqu'un qui connaît bien le problème dont elle parle.

 

Encore une fois, Houellebecq décrit bien les réalités de notre temps : le scandale des EHPAD ORPEA vient de le souligner.

Un livre, "Les Fossoyeurs", paru le mercredi 26 janvier chez Fayard, fait trembler cette chaîne de maisons de retraite. L'auteur et journaliste, Victor Castanet, accuse le leader européen des maisons de retraite de maltraitances sur des résidents d'EHPAD.

Dans ce livre, il décrit un système où les soins d’hygiène, la prise en charge médicale, voire les repas des résidents sont "rationnés" pour améliorer la rentabilité du groupe.

C'est scandaleux ! Mais ce business de la vieillesse existe depuis longtemps : j'avais écrit un article à ce sujet en 2017.

On feint de découvrir une réalité qui n'est pas nouvelle !

Assez d'hypocrisie ! 

Depuis des années, ce scandale perdure et rien n'a été fait pour améliorer la situation des EHPAD par les gouvernements successifs... RIEN !

Voici ce que j'écrivais en 2017 :

 

Les grands groupes du business de la vieillesse affichent des taux de croissance considérables, 15 % par an. Le groupe Korian a fait 3 milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2016 !

L'équipe de Pièces à conviction n'a pas reçu l'autorisation de filmer, mais en caméra cachée, un journaliste a pu visiter un établissement de cette "chaîne".

Les tarifs sont prohibitifs : un hébergement coûte entre 3464 euros et 4443 euros par mois !

Dans les publicités pour ce groupe, on peut voir des résidents heureux, des personnels contents de travailler.

Mais ce tableau idyllique est bien éloigné de la réalité : certains salariés révèlent des manques... des résidents qui restent 6 ou 7 heures dans des couches souillées... des couches inadaptées pour des personnes âgées, qui sont en plus rationnées afin de faire des économies, des résidents livrés à eux-mêmes dans les couloirs, complètement désorientés.

Des repas qui sont préparés au moindre coût : 4, 35 euros par jour et par pensionnaire ! Comment ne pas parler, alors, de restriction alimentaire ? 

De telles conditions de vie sont indignes : en France, le pays des droits de l'homme, comment peut-on admettre que des personnes âgées, sans défense, soient traitées ainsi ?

 

 

http://rosemar.over-blog.com/2017/10/le-scandaleux-business-de-la-vieillesse.html

 

 

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/dans-l-enfer-des-maisons-de-retraite

"Des mouroirs ignobles..."
Partager cet article
Repost0
2 février 2022 3 02 /02 /février /2022 09:48
"Cette publicité qui rend désirable tout ce qui détruit la planète..."

 

"La force, le pouvoir, les puissances de l'argent viennent inonder de publicités diverses et variées tous nos imaginaires. Cet argent vient faire de la publicité et rendre désirable tout ce qui détruit la planète.", déclare l'écologiste Marie Toussaint.

"On ne lutte pas à armes égales et tant qu'on n'aura pas fait tomber ce pouvoir, alors, on continuera à nous vendre ce qui constitue des forces de mort."

 

Et que nous vendent les publicités ?

Des grosses voitures, des SUV, des bolides... au lieu de fabriquer des petites voitures économes en énergie, les constructeurs automobile s'acharnent à sortir des modèles puissants, coûteux, énergivores.

 

Que dire des écrans de télévision ? Toujours plus grands, toujours plus impressionnants, à tel point qu'ils atteignent des dimensions gigantesques.

 Des écrans "led", ultra-plats, certes, mais aux dimensions écrasantes.


Qui peut avoir envie d'acquérir des appareils si envahissants ?

Pour ma part, je me refuse à une telle mégalomanie, à cette gabegie technologique, qui n'a aucune utilité.

En passant dans le rayons des téléviseurs d'un grand magasin, on se sent comme écrasé par cette débauche d'écrans surdimensionnés. C'est un monde effrayant où les écrans dévorent l'espace, où les objets s'emparent de l'environnement, où l'on se sent minuscule...
Des téléviseurs de plus d'un mètre, parfois un mètre cinquante, qui sont si encombrants qu'on en est, à la fois, étonné et inquiet.

 

Les smartphones eux, s'ils  sont d'une taille raisonnable, deviennent de plus en plus sophistiqués : on nous incite à acheter le dernier modèle présenté comme toujours plus performant.

Michel Houellebecq se moque ainsi de cette fuite en avant au début de son roman Anéantir : "Bastien Doutremont prenait souvent des photos avec son iPhone désuet- on devait en être à la génération 23, il s'était arrêté à la 11."

 

Dans les publicités, c'est le luxe qui s'affiche le plus souvent : un luxe éhonté, d'autant que certains n'ont pas les moyens d'y accéder.

Des sacs, des parfums, des montres, des voitures de luxe...

C'est ainsi que l'on crée des besoins nouveaux et totalement superflus.

L'industrie du vêtement fonctionne de la même manière : on nous incite à acheter une mode qui se renouvelle sans cesse... nouvelles formes, nouvelles couleurs, nouveaux tissus...

Aucune limite et nous nous laissons emporter par ce système productif.

Comment y résister ?

Les hommes politiques eux-mêmes se soumettent au pouvoir de l'économie et de l'argent.

 

 

 

https://www.france.tv/france-5/c-ce-soir/c-ce-soir-saison-2/3035293-l-ecologie-peut-elle-faire-rever.html

"Cette publicité qui rend désirable tout ce qui détruit la planète..."
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2021 5 17 /12 /décembre /2021 12:20
Vers un monde virtuel ?

"

"L'empereur des réseaux sociaux ! Il a lui-même l'air d'un être irréel : le teint pâle, les traits réguliers, une coupe de cheveux où rien ne dépasse, il ressemble à un poupon en cire...

Marc Zuckerberg, le patron de Facebook règne sur 2 milliards d'utilisateurs dans le monde et il vient de leur annoncer un changement d'ère.

 

"Aujourd'hui, on va parler du métaverse, je veux imaginer avec vous tout ce qui sera possible...", déclare Marc Zuckerberg.

Il fait sa promotion grâce à son avatar, son double dans le monde digital : jeux, rencontres, travail, culture, tout sera possible dans le métaverse.

 

L'un des moyens d'en profiter sera un énorme casque qui immerge complètement dans la réalité virtuelle, une aubaine financière pour Facebook rebaptisé Méta qui le vend près de 300 euros.

 

Ce futur se construit en partie en Virginie,  à Ashburn : la capitale mondiale des serveurs de données : 70% du trafic internet planétaire y transite, et dans ce lieu, on se projette déjà dans le métaverse.

 

"La version 1 du web a connecté l'information et nous a donné internet. La version 2 a connecté les gens, ça a donné le commerce en ligne et les réseaux sociaux. On se dirige vers la version 3, le métaverse. C'est la convergence du monde physique et du monde digital", explique Kathy Hackl, experte en stratégie métaverse.

 

Une start-up est pionnière dans la création d'avatars volumétriques : de vrais doubles digitaux : on peut y voir un studio de capture visuelle Microsoft... il n'y en a que 4 dans le monde.

 

Un journaliste sert de cobaye : 70 caméras prennent chaque caractéristique physique, chaque mouvement, chaque expression du visage qui nous rendent humains et uniques.

 

Aujourd'hui, nous avons une adresse email comme part de notre identité pour vivre, consommer, travailler.

"D'ici moins de 30 ans, chacun de nous aura un double, un jumeau virtuel qui sera utilisé comme part de notre identité : c'est excitant mais aussi un peu vertigineux."

 

Nos avatars iront faire nos formations, nos démarches officielles dans le métaverse et des avatars de présidents se rencontreront pour des sommets virtuels.

On pourra même assister aux spectacles de son idole et être juste à ses côtés.

 

Ce métaverse existe déjà dans une version simplifiée : l'entreprise Virbela est située dans un monde digital. Il faut se créer un avatar pour y accéder. Les 160 employés de l'entreprise ont tous été recrutés dans le métaverse, et ne se voient jamais dans le monde physique. 

 

D'autres sociétés ont installé leur siège dans ce métaverse : ainsi, une entreprise d'immobilier qui vend de vraies maisons dans le monde physique, leur siège est dans le monde virtuel et cela leur fait économiser beaucoup d'argent.

Cela annonce aussi une révolution économique : les experts s'attendent à une réduction importante des locaux d'entreprise dans le monde physique.

 

Imaginé depuis longtemps par la science fiction, le métaverse existe à San Francisco depuis plus de 20 ans.

Second life pilote un monde virtuel, ses résidents y font leurs courses, y achètent de nouveaux vêtements, gagnent de l'argent.

C'est le seul endroit où l'on peut visiter Notre Dame de Paris déjà reconstruite : en fait, un avatar de Notre Dame qui ressemble à un décor de dessin animé avec des couleurs criardes, une schématisation décevante.

 

"Certains trouveront cet univers effrayant pour le futur de l'humanité", commente le journaliste.

Mais les créateurs de second life se veulent rassurants : bien sûr, certains joueurs de jeux vidéos y passent des heures mais la plupart des gens n'y consacrent qu'une fenêtre de leur temps... cela permettra d'offrir à l'humanité un monde d'expériences et d'imagination sans limite.

 

A peine développé, le métaverse est déjà l'objet de moqueries : l'office de tourisme islandais fait la promotion de l'Islandverse... un endroit avec de vrais rochers et de la vraie eau, de vrais humains, bref un monde physique qui a encore des choses à offrir."

 

En effet, il y a de quoi se moquer.

Et, en même temps, c'est très étrange : on a l'impression que les confinements, le télétravail, la distanciation physique sont comme les prémices de ce métaverse ?

C'est donc ce monde virtuel qui nous est promis avec les futures pandémies et leurs virus mutants qui nous menacent ?

Un monde effrayant, en effet : travailler, faire ses courses, avoir des activités de loisirs grâce à un avatar ? C'est terrifiant !

 

Source :

https://www.francetvinfo.fr/internet/reseaux-sociaux/facebook/technologie-a-l-interieur-du-metaverse-le-monde-virtuel-de-demain_4882345.html

 

 

 

Vers un monde virtuel ?
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2021 3 01 /12 /décembre /2021 10:51
Encore une astuce pour nous inciter à consommer...

Encore une astuce pour vous inciter à consommer ! On connaissait les soldes, les promotions, les crédits... désormais nous disposons aussi du cashback !

Encore un mot anglosaxon, un de plus !

A première vue, l'idée paraît séduisante : venu des États-Unis, le cashback est un système qui propose de gagner de l'argent quand on en dépense... 

Mais, à bien y réfléchir, on perçoit là surtout une nouvelle incitation à la consommation dans une société où tout nous invite déjà à surconsommer.

 

"Le cashback, c'est le remboursement d'une toute petite partie de vos achats par le vendeur.

"Cela permet de faire des économies, surtout dans la situation actuelle.", affirme un jeune homme.

 

Le principe : quand un client réalise un achat, en magasin ou sur internet, il paie normalement, mais pour le récompenser et le fidéliser, le commerçant lui rembourse directement dans une cagnotte une petite partie de la somme déboursée : quelques centimes, voire quelques euros à chaque fois.

Une pratique venue des Etats-Unis mais qui fait de plus en plus d'adeptes en France...

 

Une start-up française a lancé un outil pour repérer sur internet les sites qui proposent du cashback : déjà un million d'utilisateurs !

"C'est hyper simple, dès que j'arrive sur un site où il y a du cashback, j'ai juste à cliquer, le site active mon cashback, et j'ai juste à faire mes achats comme d'habitude, et quand je finalise mes achats, je n'ai rien à faire, je reçois mon cadeau.

Cela permet de récupérer un petit peu d'argent sur ses achats, c'est du pouvoir d'achat en plus, et c'est quelque chose qui est important pour beaucoup de gens aujourd'hui.", explique Xavier Starkloff, directeur de Joko.

En moyenne, chaque utilisateur récupère 150 euros par an.

 

Le cashback est aussi un système de plus en plus utilisé par les banques, même les plus traditionnelles. Pour le client, il suffit de payer, et quelques euros arrivent directement sur son compte bancaire.

Le cashback , qui signifie “remise en argent”, permet aux titulaires de certaines cartes bancaires de récupérer un pourcentage du montant des dépenses qu’ils effectuent par carte. Au départ, cette fonctionnalité était réservée aux cartes de crédit. Désormais, certaines cartes de débit, les cartes bancaires les plus répandues en France, proposent elles aussi des programmes de cashback.

 

Selon un expert, c'est devenu un argument indispensable pour fidéliser les clients. Les banques sont obligées de le faire, parce que les autres banques le font.

 

Un moyen de faire de bonnes affaires, mais un conseil : il faut comparer les tarifs, le cashback affiché n'est pas toujours la garantie du meilleur prix, selon les associations de consommateurs."

 

Bref, les prix risquent d'être "gonflés" avec le cashback... encore une belle arnaque qui nous donne le sentiment de gagner de l'argent, alors qu'on en perd...

 

 

Source :

 

https://www.francetvinfo.fr/economie/consommation-le-cashbackperce-en-france_4861503.html

 

 

Encore une astuce pour nous inciter à consommer...
Partager cet article
Repost0