Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 13:35
Manchester : des enfants, des adolescents pris pour cibles...

 

 

 

Deux mois après l'attaque de Westminster, le Royaume-Uni a été de nouveau frappé par le terrorisme.

 

De nombreux morts, des blessés qui sont entre la vie et la mort.

 

Une explosion a retenti à l'extérieur de la salle de concert Manchester Arena, qui contient 21 000 places, alors que se terminait un concert, celui d'une chanteuse américaine : Ariana Grande.

 

Encore un symbole déjà visé par les terroristes : un lieu de divertissements, fréquenté par un public jeune, une salle de concerts.

 

La musique, la culture, les divertissements, le théâtre ont été pendant longtemps méprisés et vilipendés par les fanatismes religieux.

 

"Les religions monothéistes invitent à renoncer au vivant ici et maintenant : elles vantent un au-delà fictif, pour empêcher de jouir pleinement de l'ici-bas.", écrit Michel Onfray dans son Traité d'athéologie.

Et il rajoute ceci : "Leur carburant ? La pulsion de mort et d'incessantes variations sur ce thème."

Depuis les bûchers chrétiens d'autrefois jusqu'aux fatwas musulmanes d'aujourd'hui, c'est la mort, la mort toujours recommencée.

 

On assiste, ainsi, à une escalade interminable de la violence : les attentats se multiplient partout, et se succèdent, avec pour objectifs la mort, la haine de la vie.

"Attaque épouvantable... Ne pas céder à la terreur", dit-on, alors inlassablement.

Mais la terreur se perpétue.

 

J'ai de plus en plus l'impression que notre monde voit, ainsi, s'affronter deux terrorismes : celui d'une religion fanatique et mortifère et celui d'un  monde où règnent l'argent et la finance.

Des deux côtés, l'excès, la démesure s'imposent. Des deux côtés, la haine, le mépris de la vie.

La fracture est immense, la division est incommensurable.

 

Les pays riches vendent des armes à tout va : les guerres s'intensifient, les conflits perdurent, entretenus par les puissances de l'argent.

En face, les fanatismes religieux s'exacerbent et n'en finissent pas.

 

L'attentat de Manchester a été revendiqué par Daesh, en début d'après-midi.

 

 

 

 

 

 

 

Manchester : des enfants, des adolescents pris pour cibles...
Repost 0
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 13:36
Vivre intensément ! C'est le credo de beaucoup de gens...

 

 

 

 

Vivre intensément ! C'est le credo de beaucoup de gens, à notre époque...

 

Pour ce faire, il faut à tout prix partir en vacances, se rendre dans des parcs d'attraction où l'on cultive des émotions fortes...

 

Ces parcs d'amusement collectif ont de plus en plus de succès : parcs nautiques, avec des toboggans, des vagues artificielles, parcs d'attractions, avec grandes roues, balançoires géantes, grand huit...

En hiver, il est indispensable de rejoindre les stations de ski, d'emprunter les pistes enneigés, de se mêler à la foule des vacanciers qui font la queue devant les téléskis...

 

Tous ces loisirs coûtent cher : il faut payer pour vraiment s'amuser et prendre du bon temps.

Il faut payer pour vivre intensément !

Comme si l'argent était une garantie de bonheur, comme si ces loisirs factices, encadrés pouvaient offrir un véritable épanouissement...

 

Sur internet, sur Facebook, les jeunes se lancent des défis absurdes : des défis liés à l'alcool, défis de résistance à la douleur ou encore des défis de mise en danger : sauter dans de l'eau glacée, s'extirper des rails du train à la dernière seconde...

L'image l'emporte sur tout le reste : il s'agit de montrer au plus grand nombre ce dont on est capable...

 

D'où vient ce besoin de vivre intensément l'instant présent ?

La plupart d'entre nous vivent dans des villes, dans le béton, les rues encombrées de voitures.

 

Eloignés du monde de la nature, les gens vivent dans l'urgence, la précipitation, l'impatience : il faut jouir à outrance de l'instant présent...

 

On en oublie le passé, on en oublie une forme de quiétude et de tranquillité...

 

On en oublie de voir l'essentiel... on en oublie de retrouver le contact avec la nature, la vraie, les arbres, les couleurs du ciel qu'on ne regarde même plus, puisque le bulletin météo nous donne tous les jours, les tendances du lendemain...

 

On ne regarde plus la terre, les fleurs, on ne connaît plus les différentes variétés d'arbres, leurs noms, leurs caractéristiques...

 

On oublie ce lien essentiel avec la terre, cette harmonie qui nous relie au monde, à l'univers....

On oublie que l'on fait partie d'un tout.

Vivre intensément, ce devrait être, précisément, renouer un lien avec la nature, l'observer, l'écouter, suivre son rythme...

Vivre intensément, c'est s'intéresser au monde qui nous entoure en oubliant tablettes, iphones, c'est profiter de joies simples, accessibles à tous.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vivre intensément ! C'est le credo de beaucoup de gens...
Repost 0
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 17:07
Taxer le soleil... voilà une idée lumineuse !

 

 


Eh oui, l'idée a germé dans la tête de certains hommes politiques : taxer le soleil, afin de récupérer de l'argent... l’idée de taxer les logements les plus ensoleillés et disposant de la plus belle vue commence à poindre au Portugal...

 

Non, ce n'est pas un hoax, un canular, une fausse nouvelle, une mauvaise blague ! Le gouvernement portugais envisage bel et bien de mettre en place, un impôt foncier proportionnel à l’intensité de la lumière et à la qualité de la vue dont bénéficie chaque logement.

 

Faire payer le soleil, la lumière ! Jusqu'à présent personne n'y avait pensé, mais c'est chose faite chez nos amis portugais...

On pourrait, aussi, imaginer une augmentation de taxes pour ceux qui habitent dans le sud de La France, et qui profitent d'un meilleur ensoleillement que les gens du Nord.

On pourrait taxer l'air que l'on respire et qui est moins pollué dans certaines régions...

On pourrait faire payer des taxes aux gens qui ont la chance d'habiter au bord de la mer et qui bénéficient de bains agréables, d'un air marin vivifiant...

On pourrait imaginer des taxes supplémentaires sur tous les biens que possèdent les gens : voiture, caravane, meubles, etc.

Tout est possible !

 

En France, d'ailleurs, il serait question, aussi, de taxer les propriétaires occupant leur logement... eux qui ont la "chance" de ne pas payer de loyer et pour cause... ils ont consacré une large partie de leur argent et leurs économies à l'achat de ce logement.

L'Observatoire français des conjonctures économiques, l 'OFCE songe à faire payer des prélèvements sociaux aux propriétaires occupants...

 

Mais, enfin, les gens modestes ont souvent fait des sacrifices tout au long de leur vie pour acheter un appartement ou une maison, et il faudrait taxer ce capital acquis grâce à un dur labeur ?

Les gouvernements ne savent plus quoi inventer pour récupérer de l'argent, partout, et de préférence auprès des gens modestes.

 

Taxer le soleil ! Taxer des appartements qui ont été achetés au prix d'économies faites tout au long d'une vie !

On crie à l'injustice, à l'infamie de ceux qui nous gouvernent.

Des gens se sont privés, tout au long de leur vie, de vacances, de loisirs, de sorties, pour acquérir un toit et il s'agirait de les pénaliser encore parce qu'ils sont propriétaires ??

 

L'argent ne manque pas, en fait : l'argent est pléthorique du côté des gens les plus riches qui ne cessent de s'enrichir... les écarts se creusent sans arrêt, entre les plus modestes et les gens les plus aisés.

Ce sont les gens et les entreprises les plus riches qu'il faut taxer et poursuivre quand ils ne s'acquittent pas de leurs impôts, ce sont les grands patrons de mieux en mieux rémunérés qui doivent payer davantage, pour éponger la dette.

 

 

 

 

http://immobilier.lefigaro.fr/article/le-portugal-veut-taxer-les-logements-les-plus-ensoleilles_e6688496-9b62-11e6-b6d2-21d92bf1c42f/

 

 

 

Taxer le soleil... voilà une idée lumineuse !
Repost 0
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 10:25
Hier soir, un concert de klaxons interminable...

 

 

 

 

Hier soir, soudain, dans ma ville, un concert de Klaxons à n'en plus finir : j'ai mis du temps à prendre conscience de la signification d'un tel tintamarre, à la nuit tombée, c'était, bien sûr, pour saluer la victoire de la France face à l'Allemagne, lors de la demi-finale de l'euro de foot.

 

Comme je ne suis pas du tout cette compétition, je ne soupçonnais pas, d'abord, la raison de telles manifestations.

Beaucoup de bruit pour rien, beaucoup de bruit pour un simple résultat de foot !

Quelle folie s'empare, ainsi, des supporteurs ! On pouvait entendre des cris, des coups de klaxons réitérés qui se sont prolongés au delà de minuit.

Le football suscite de véritables délires : un tel engouement paraît incroyable pour une simple victoire !

 

Le concert s'est poursuivi tard dans la nuit : la ronde des voitures a répercuté une sorte de joie festive qui ne faiblissait pas.

Quant aux titres des journaux, ils sont, aujourd'hui, dans le même registre : l'excès, la démesure, on pouvait lire, par exemple, à la Une du Point, ce titre : Les Bleus un peu plus près des étoiles ! et plus loin cette phrase : l'hexagone peut chavirer de bonheur ! ou encore : "une victoire historique des Bleus !"

 

Un joueur de foot est, soudain, transformé en héros parce qu'il a marqué deux buts, au cours de la rencontre. Certains parlent même de super héros !

Voilà notre joueur de foot devenu un chevalier, un être d'exception, un demi-dieu !

Comme si l'héroïsme pouvait se réduire à un simple but !

 

Mais, enfin, l'héroïsme est tout autre : avons-nous perdu le sens des réalités pour assimiler des footballeurs à des braves, des modèles ?

N'avons-nous pas besoin d'autres exemples ? C'est, pourtant, ce type de modèle auquel les jeunes s'identifient plus volontiers.

Les vrais héros sont ceux qui se dévouent pour les autres, qui se rendent utiles dans une société en crise.

Les vrais héros se mettent au service des autres : par exemple, des médecins qui partent pour sauver des enfants dans des pays pauvres.

 

Dans tous les cas, le football fait rêver encore, malgré ses nombreuses dérives : dopage, matchs truqués, corruption, argent à gogo...  et cet excès dans les manifestations de joie paraît hors de propos, pour une simple rencontre sportive où le hasard joue un rôle non négligeable.

Un match de foot tient à si peu de choses !

 

J'imagine, désormais, ce que pourra être la réaction des supporteurs si la France remporte la finale...

Dans ce cas, le chauvinisme sera encore plus à l'oeuvre.

"La France a gagné", dit-on, alors, comme si une équipe sportive représentait la réussite de tout un pays !

C'est ainsi que va notre monde : il encense des joueurs de foot et ne voit même pas ceux qui, dans l'ombre, oeuvrent pour l'humanité...

En fait, avec ces compétitions, c'est encore et toujours l'argent qui est le grand gagnant :  les commerçants, les hôteliers, les marchands de bières et de boissons se frottent les mains.

Et l'argent étant la valeur essentielle de nos sociétés, l'Euro de football vient conforter ces dérives inquiétantes.

 

 

 

 

Hier soir, un concert de klaxons interminable...
Repost 0
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 12:36
Patrick Balkany n'est toujours pas en prison ?

 

 

 

Mis en examen pour fraude fiscale, pour fausse déclaration sur son patrimoine, pour blanchiment de fraude fiscale, pour corruption passive, Patrick Balkany vient d'obtenir l'investiture de son parti Les Républicains pour les prochaines élections législatives de 2017.

 

Ainsi, le maire de Levallois Perret garde toute la confiance de ses pairs : il est vrai que les hommes politiques sont de plus en plus nombreux à flirter avec l'illégalité et l'immoralisme le plus cynique...

 

Mais que deviennent l'éthique et le sens du devoir si au plus haut niveau, les hommes politiques donnent l'exemple de la corruption, du mensonge, du lucre et de l'appât du gain ?

Que devient la démocratie quand des élus se comportent comme des voyous ?

 

On a l'impression qu'une sorte de contagion de la "voyoucratie" se propage, dans le monde politique et ailleurs.

C'est l'argent qui s'impose dans de nombreux secteurs de la société : de nombreux médecins deviennent des fonctionnaires qui s'attachent à se remplir les poches, parfois sans vraiment se soucier de la santé et du bien-être des patients, les sociétés de téléphonie mobile augmentent leurs tarifs sans en informer leurs clients, les banques s'enrichissent avec l'argent qui leur est confié.

 

L'exemple vient du plus haut sommet de l'état :  l'impunité est assuré... Il suffit de regarder le cas de Patrick Balkany pour le comprendre.

 

Les gens de pouvoir ont tous les droits... ils ne seront jamais inquiétés. Ils peuvent se livrer à toutes sortes de vols et de malversations, ils ne risquent rien.

 

L'argent achète tout, l'argent fait sa loi, l'argent devient même l'arbitre de la loi.

Après tant d'affaires dans lesquelles il est impliqué, Patrick Balkany n'est toujours pas en prison ?

Il est même investi par son propre parti pour les prochaines élections législatives !

Quand les valeurs essentielles ne sont plus respectées, quand l'argent et le pouvoir donnent tous les droits, la démocratie se délite, elle n'existe plus.

 

Il est permis, désormais, de mentir, de voler, de s'enrichir de manière délictueuse, il est permis de frauder.

 

Et tous ceux qui ont, ainsi,  un peu de pouvoir se laissent séduire par l'appât de l'argent.

Le nom de Patrick Balkany a, aussi, été cité dans l'affaire des Panama papers.

On peut rappeler que  le maire de Levallois-Perret est un proche de Nicolas Sarkozy, il bénéficie de toutes sortes de soutiens, il côtoie les plus hautes sphères du pouvoir.

La commune qu'il gère est la ville la plus endettée de France.

Et, pourtant, il caracole, encore, le sourire aux lèvres car il sait qu'il a tous les droits, qu'il bénéficie d' une impunité totale.

Avec de tels hommes politiques, la France devient un repaire de truands, de malfaiteurs patentés.

Avec de tels hommes politiques, notre pays ne peut que s'enliser dans la crise et le marasme.

Les citoyens de base sont tenus, eux, de respecter la loi, mais les détenteurs du pouvoir s'arrogent le droit de ne plus s'y soumettre.

Dès lors, le système dans lequel nous vivons est complètement perverti. Dès lors, la justice n'est plus qu'un mot vide de sens.

 

 

 

 

 

 

 

Patrick Balkany n'est toujours pas en prison ?
Repost 0
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 14:23
L'euro de football : un mois de délire !

 

 

 

Je viens de regarder le programme de l'euro de football et je prends conscience que cette folie va durer un mois complet !

 

Un mois à subir des infos consacrées à cet événement ! Un mois à constater l'engouement exacerbé que connaît ce sport...

Peut-on, d'ailleurs, parler encore de "sport" ?

 

Quand on découvre les salaires mirobolants de certains joueurs, on a des difficultés à concevoir de tels excès.

Quand on voit le comportement de certains fans de foot, on comprend que la démesure et l'hubris font partie de notre monde.

 

La fête du "sport" ? 

Trop de scandales sont venus ternir le monde du football, ces dernières années : insultes, dopage, chantages, matchs truqués, corruption au plus haut niveau...

Ce sport semble cumuler tout ce que l'humanité peut inventer pour tricher, dominer, gagner de l'argent...

On est souvent scandalisé par les salaires excessifs des grands patrons, mais que dire des sommes touchées par certains joueurs de foot ?

Qui dénonce ces dérives ?

 

Le sport devenu spectacle pour divertir le peuple, le rassasier de sensations fortes : voilà ce qu'est devenu le football.

Que reste-t-il de l'esprit sportif, après tant d'excès et de dérives ?

Le battage médiatique dont bénéficient ces compétitions sportives génère un business ahurissant.

"Panem et circenses"... Nous voilà revenus à cet adage du temps des romains.

C'est ce que l'on offre aux spectateurs : des jeux pour se divertir et pour oublier les problèmes du monde.

Les supporters semblent, eux-mêmes, fanatisés, leurs réactions outrancières, leurs cris, leur enthousisame relèvent de la démesure et du délire.

 

Bien sûr, cette fête du foot génère des profits pour les commerçants, les hôteliers, les gens qui vivent du tourisme...

C'est indéniable : certains attendent cette manifestation sportive comme du pain béni, comme une aubaine.

 

Mais, on ne peut que regretter tous les scandales qui ternissent le monde du football.

Et ils sont nombreux, car l'argent aiguise les appétits : certes, le football n'est pas le seul sport concerné par le monde de l'argent, mais il faut reconnaître qu'il est entouré de toutes sortes d'affaires louches et douteuses. 

 

La pratique d'un sport est louable mais quand l'argent, la corruption, les tricheries viennent assombrir les compétitions, on ne peut que mettre en doute l'esprit sportif qui devrait s'imposer dans toute compétition.

Le sport, le vrai, se pratique sur un terrain, il est bénéfique pour la santé mais quand il devient un objet de convoitise, qu'il est corrompu par toutes sortes de dérives, il perd toute valeur et toute consistance...

Toutes les compétitions modernes génèrent des excès, et le football est, sans doute, un des sports où ces tendances prennent des proportions démesurées.

Le football brasse trop d'argent, et même les plus hautes instances de ce sport sont touchées : la Fifa est au coeur de plusieurs scandales, les joueurs sont achetés à prix d'or et on peut déplorer aussi les dernières déclarations  de Karim Benzéma sur le racisme français.... celles-ci ne contribuent pas à valoriser ce "sport".

 

 

 

 

L'euro de football : un mois de délire !
Repost 0
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 12:59
La fraude fiscale jusqu'à l'écoeurement...

 

 

 

 

Le "Panama papers", un scandale financier, mis à jour par le journal Le Monde et de nombreux autres médias, nous démontre, une fois de plus, que notre monde globalisé est en perte de repères.

 

L'argent devient le but suprême d'une société où le capitalisme s'impose et triomphe d'une manière exacerbée et dangereuse.

 

De nombreuses personnalités, dont les noms ont été révélés, se retrouvent éclaboussées par ce scandale financier.

 

On ne s'étonnera pas de trouver dans cette liste certains noms : Michel Platini, Lionel Messi, Jérôme Cahuzac, Patrick Balkany, des proches de Vladimir Poutine, de Bachar el Assad, le roi Salman d’Arabie saoudite, et bien d'autres...

 

 Ainsi, Patrick Balkany qui côtoie les plus hautes sphères de la société, ami de Nicolas Sarkozy,  soupçonné de fraude fiscale, d'emploi fictif, de détournement de fonds, a déjà un lourd arriéré et un passé chargé d'affaires douteuses.

 

D'autres noms seront encore dévoilés au cours de la semaine, et notamment celui d'un parti National, également impliqué dans cette affaire.

Un bémol toutefois : dans cette enquête, aucun nom américain n'a été cité, pour l'instant... curieux oubli, tout de même, et on attend plus de révélations à ce sujet.

 

"Les grands de ce monde", des sportifs, des hommes politiques, des milliardaires soupçonnés de blanchiment d'argent, d'évasion fiscale... désormais nous comprenons mieux les difficultés de nos économies, face à ces détournements. 

Si les gens les plus riches parviennent à échapper à l'impôt, à cacher des sommes colossales au fisc, c'est aussi un manque à gagner colossal pour chaque pays concerné...

 

La fraude fiscale jusqu'à l'écoeurement, c'est bien l'impression que nous donne cet énième scandale qui atteint des proportions inégalées...

 

Une société panaméenne, Mossack Fonseca, se chargeait de toutes les opérations, afin de dénicher des paradis fiscaux pour ses clients de différents pays...

 

12 chefs d'Etat dont 6 en activité, 128 responsables politiques et hauts fonctionnaires de premier plan du monde entier, et 29 membres du classement Forbes des 500 personnes les plus riches de la planète, se retrouvent dans la liste de ces clients.

 

Comment s'étonner que le monde soit en crise ?  Une telle dérégulation conduit aux pires injustices... Notre système bancaire est, de plus, complice de ce mécanisme à l'origine de la fraude fiscale, puisque les banques servent d'intermédiaires.

 

Ces gens riches qui veulent devenir encore plus riches nous disent un monde où la morale n'a plus de sens, où l'argent achète tout, où il remplace toutes les autres valeurs, un monde en perdition.

 

 

 

 

 

 

La fraude fiscale jusqu'à l'écoeurement...
Repost 0
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 11:09
La réforme des collèges, c'est aussi une affaire d'argent...

 

 



Le monde éducatif a connu de multiples réformes, depuis des décennies : réforme de la grammaire, du baccalauréat, des programmes en français, en mathématiques, et dans nombre de disciplines !

Et, chaque fois, il est indispensable de remplacer les manuels scolaires, d'éditer de nouveaux livres conformes aux nouveaux programmes.

Une manne pour le monde de l'édition ! Le renouvellement des livres souvent payés par les communes, ou par l'état, donc par nos propres impôts, permet de faire vivre les éditeurs et de les faire prospérer.

 

Ainsi, les éditeurs espèrent vendre leurs ouvrages, à grand renfort de publicités, sur internet, auprès des enseignants à qui on offre la possibilité de choisir l'édition la plus adaptée.

Si les réformes engagées étaient efficaces, on pourrait approuver ce renouvellement permanent des livres scolaires.

Mais, le plus souvent, les réformes proposées ressemblent à des expériences ratées, décevantes, vite essayées, puis abandonnées, faute d'une réflexion approfondie sur le sujet.

C'est le cas pour la prochaine réforme des collèges, dont la plupart des enseignants qui sont sur le terrain ne veulent pas, parce qu' elle supprime ou amoindrit des enseignements d'excellence comme le latin et le grec, et qu'elle enlève des heures de cours fondamentaux.

En refondant les programmes, les gouvernements successifs tendent la main aux maisons d'édition qui peuvent vendre de nouveaux produits.

Ainsi va notre monde de consommation et de consumérisme : les livres doivent être sans cesse renouvelés pour que vivent les éditeurs...

Il est probable que d'ici quatre ou cinq ans, la réforme des collèges engagée sera jugée obsolète et inadaptée : on pourra, alors, offrir aux éditeurs l'opportunité de publier de nouveaux livres conformes aux nouveaux programmes !

En fait, dès la rentrée de septembre 2016, les programmes de toutes les matières changeront du CP à la troisième... Dans les collèges, sont prévus de nouveaux livres, en français, mathématiques et histoire-géographie, ce qui représente 11,2 millions de manuels scolaires !

Oui, un vrai pactole pour les maisons d'édition ! Et, dès lors, on peut s'interroger sur la finalité de toutes ces réformes : ont-elles une quelconque utilité ou ne servent-elles qu'à faire fonctionner un secteur de l'économie qui a besoin de soutiens : l'édition ?

Notre monde est celui des évolutions permanentes, sans nul doute, parce que c'est un monde voué à la consommation, au commerce.

Et c'est effrayant, car on en vient à négliger l'intérêt des élèves et des enseignants qui subissent ces réformes, au nom du profit et ce, pour faire vivre un secteur d'activité qui peut connaître des difficultés...

On a l'impression que notre monde, voué à une consommation permanente, en vient à occulter et oublier l'essentiel  : l'importance de l'éducation, une stabilité dans les objectifs poursuivis dans ce domaine.

 

N'est-ce pas terrifiant ?



 
 

La réforme des collèges, c'est aussi une affaire d'argent...
Repost 0
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 11:48
Quand les crises se multiplient...

 


Crises de la dette, des migrants, de la démocratie, de l'Europe, du monde ! Les crises n'en finissent pas de se multiplier, en ce début du XXI ème siècle : on nous avait promis monts et merveilles pour l'avénement de cette nouvelle ère, mais on découvre la triste réalité d'une accumulation de crises...

Finie la civilisation des loisirs, fini le plein emploi, finie la sécurité de l'emploi !

C'est le règne de l'argent qui se profile et s'amplifie de jour en jour... D'où nous vient la crise en Europe ? Nul ne peut l'ignorer : c'est une crise financière qui a pour origine la faillite du système économique américain.

Si des réfugiés fuient leurs pays en guerre, c'est aussi parce que ces conflits ont été alimentés, afin de favoriser le commerce des armes de plus en plus florissant.

Dans le domaine de la santé, les laboratoires lancent sur le marché des médicaments dont l'efficacité est contestée, dont les effets sont, parfois, terrifiants : on a tous entendu parler du scandale du Médiator et  celui du Crestor ne va pas tarder à éclater. Là, encore, le profit, l'appât du gain sont responsables de ces dérives et l'être humain est sacrifié sur l'autel de la finance !


La sécurité sociale est, aussi en crise, car les laboratoires, avides d'argent, lancent imprudemment sur le marché des médicaments de plus en plus chers, et parfois même délétères puisqu'ils vont conduire le patient à subir d'autres pathologies, et à prendre d'autres médicaments, un cycle infernal terrible.

La pollution qui gangrène la terre est le résultat d'abus, d'excès, de démesure dans l'agriculture. L'objectif est de gagner de plus en plus d'argent, grâce à des fermes géantes...

L'Europe est dominée par les banquiers et le monde de la finance : la dette de certains pays a généré des gains considérables... Des agioteurs se sont enrichis de manière scandaleuse sur cette dette.


La démocratie est, elle-même, bafouée, désavouée, dans de nombreux pays, car les citoyens doivent subir des décisions souvent iniques, la situation en Grèce est, désormais, préoccupante, car les grecs sont soumis à des mesures drastiques d'austérité : certains peinent à survivre et se retrouvent sans ressources.

Et même si des erreurs ont été commises dans la gestion de ce pays, les grecs se retrouvent dans une impasse : le règne des banquiers s'impose, en Grèce et ailleurs, c'est l'argent qui est roi...

Des migrants, des réfugiés, venus de Syrie, d'Afrique, du Moyen orient, lancés sur les routes, se retrouvent dans une situation désastreuse, après avoir fui la guerre et la misère.... 

Attardons-nous sur le sens originel du mot "crise"... Ce terme, venu du grec, "krisis", désigne, au départ, un choix, il est issu d'un verbe grec "krino", "distinguer, choisir, décider". Secondairement , le mot "krisis" a pris le sens d'un "dissentiment, une contestation ou une phase décisive d'une maladie".

Paradoxalement, les crises viennent justement du fait que nous ne décidons plus, la démocratie étant confisquée par des financiers, des gens riches qui ne rêvent que de s'enrichir un peu plus...

Nous n'avons plus véritablement le choix de décider de notre avenir : même si nous votons, les hommes et les femmes politiques sont inspirés par ces grands financiers qui nous gouvernent.

Le règne des lobbies, des "argentiers" se fait de plus en plus pesant : ce sont eux qui dirigent le monde, et ce sont eux qui sont responsables des crises que nous connaissons...



 

 

 

 

Quand les crises se multiplient...
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/