Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 08:08
Mais que devient la philosophie avec la réforme du Bac ?

 

Les professeurs de philo sont inquiets : la réforme du baccalauréat qui s'annonce laisse peu de place à cette discipline essentielle qu'est la philosophie.

Voudrait-on supprimer une certaine faculté de penser ? Voudrait-on amoindrir la réflexion ?

C'est préoccupant...

Il est utile de le rappeler : les élèves n'ont qu'une seule année pour se familiariser avec cet enseignement, l'année de terminale.

 

 Jusqu’à présent, les élèves de terminale S avaient trois heures de philosophie, ceux de ES quatre heures et ceux de L huit heures par semaine. Désormais, ce sera quatre heures pour tout le monde.

 

On imagine le désarroi des professeurs de philo : ils pouvaient dans les sections littéraires approfondir l'enseignement de leur discipline pour des élèves qui se destinent à des études littéraires.

Ils pouvaient aussi susciter des vocations et inciter ces élèves à entrer dans la carrière de l'enseignement, afin d'alimenter le vivier des professeurs de philo.

C'est terminé avec cette nouvelle réforme.

 

De plus, le programme a été amputé de plusieurs notions fondamentales : d’abord, la notion de "bonheur", qui avait l’avantage de capter l’attention des élèves tout en posant les problèmes fondamentaux du sens de la vie et de la condition humaine. 

Pourquoi donc évincer cette notion ? Certains y voient une façon de laisser libre cours au totalitarisme de la consommation... Ne pas réfléchir au vrai bonheur, n'est-ce pas la possibilité de se laisser entraîner dans une frénésie de consommation ?

 

Disparue aussi la notion de travail... Pourtant, on a tendance à vouloir faire de plus en plus travailler les gens : nombre d'heures, recul de l'âge de la retraite...

Suicides, burn out, flexibilité,  on en demande toujours plus aux salariés.

Voudrait-on éviter un sujet qui fâche ? Le travail est un sujet qui concerne chacun d'entre nous : pourquoi refuser de l'évoquer ?

 

Enfin, "conscience et inconscient", "autrui", "la perception" disparaissent également... des sujets pourtant essentiels à notre époque.

La philosophie a pour but de développer l'esprit critique et la réflexion et elle devient presque accessoire dans cette nouvelle réforme : voilà qui est très inquiétant...

 

 

 

 

 

Source :

 

https://www.lemonde.fr/campus/article/2019/04/17/reforme-du-bac-la-philosophie-est-en-peril_5451330_4401467.html

 

 

 

 

Mais que devient la philosophie avec la réforme du Bac ?
Partager cet article
Repost1
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 15:53
Spinoza, le philosophe de la liberté...

 

 

 

Sommes nous libres ? En fait, tous les êtres humains sont soumis à des contraintes diverses qui entravent leur liberté : nous ne choisissons pas de naître, nous ne choisissons pas nos parents, notre pays d'origine, notre caractère, nos propres gènes....

 

Nous ne choisissons rien, nous sommes déterminés par de nombreux facteurs qui nous façonnent...

L'être humain apparait, ainsi, peu enclin à connaître ce qu'est la liberté.

Or, Spinoza, philosophe du 17 ème siècle nous donne des clefs pour tenter d'échapper à ce déterminisme...

Pour retrouver une forme de liberté, la connaissance du monde permet à l'homme de s'épanouir.

Pour se libérer, pour vivre mieux, l'homme doit refuser les passions, les préjugés, les superstitions : on perçoit toute la modernité de ce philosophe...

Spinoza exalte la joie de vivre... vivre, c'est observer, c'est éprouver du bonheur devant des oeuvres d'art, toutes sortes de spectacles, c'est pratiquer toutes sortes d'exercices physiques.

 

Le bonheur et l'épanouissement passent par la connaissance qui est essentielle pour l'être humain...

Spinoza nous invite à une connaissance de la totalité de la nature, la réflexion, le savoir élèvent l'âme humaine et nous font accéder à une joie nouvelle.

L'homme peut gouverner ses désirs, ses passions par la raison et la réflexion.

 

Ainsi, le savoir est valorisé, il est l'essence même de l'être humain, il devrait être son moteur.

Dans un monde où le désir est permanent, Spinoza nous montre une voie pour échapper à cette domination des passions, telles que l'ambition, la soif du pouvoir et de l'argent, la jalousie, le mépris, la haine.

 

Cette voie qui passe par la connaissance, le savoir, n'est-elle pas évidente ?

C'est par l'apprentissage, la découverte permanente que l'homme avance, s'épanouit dans sa vie.

Oui, la culture est le propre de l'humanité... elle est fondamentale et il faut préserver cette valeur de nos sociétés.

La culture est si vaste, si riche qu'elle nourrit l'homme, à l'infini : les arts, la littérature, les sciences, l'histoire sont sources de découvertes sans cesse renouvelées....

Notre passé est riche de tant d'ouvrages, de livres, de savoirs si divers.

Spinoza nous invite à apprendre, à nous enrichir de connaissances pour nous libérer de toutes les entraves qui nous cernent et nous emprisonnent.

Ainsi, chaque journée devrait être pour chacun, une occasion de nouvelles découvertes et de nouveaux savoirs.

On conquiert, ainsi, des libertés nouvelles : celles de la réflexion, de la connaissance du monde, de l'épanouissement personnel...

 

 

 

Une biographie de Spinoza : 

 

http://atheisme.free.fr/Biographies/Spinoza.htm

 

Ses idées philosophiques : 

 

http://coursphilosophie.free.fr/philosophes/spinoza.php

 

 

Spinoza, le philosophe de la liberté...
Partager cet article
Repost0