Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2022 5 23 /09 /septembre /2022 10:19
Explosion du nombre de solitaires...

Le capitalisme extrême, son mode de vie effréné font que les gens sont complètement isolés...

Matthieu Chaigne, auteur de La Fabrique des Solitaires, étudie les raisons de notre isolement croissant...

 


"Une société d'individus solitaires... même des jeunes peuvent être touchés par l'isolement relationnel...

Des ruptures liées à l'organisation du territoire, liées aussi au digital ont créé cette société d'individus solitaires qui ne permettent plus de faire nation...

Les pavillons, les maisons avec digicodes, les étudiants dans leur chambre de bonnes, les barres HLM, le numérique, la précarité accentuent la solitude.

Depuis les années 50, on a assisté à un grand développement du périurbain : un modèle pavillonnaire de maisons juxtaposées les unes aux autres, un modèle qui répond à un idéal : avoir un bout de jardin à soi, pouvoir avoir une maison qu'on achète, et en même temps, ce pavillon peut se refermer sur ses habitants.

Car le modèle pavillonnaire n'a pas été pensé pour créer du lien, il y a une juxtaposition de pavillons avec un déficit de lieux pour se retrouver pour se rassembler.

 

La société du tout marchand isole aussi les individus : aujourd'hui, tout s'achète, tout se vend, tout a un prix.

Vous pouvez louer le véhicule de votre voisin sur une plateforme, vous pouvez louer une après-midi piscine chez votre voisin, même les services d'entraide ont désormais un prix... ce qui distille un doute : l'autre, finalement, a des intérêts contradictoires avec les miens.

Un tiers des Français pensent que la plupart des gens cherchent à profiter d'eux.

Nous sommes entrés dans une société de la méfiance où l'autre a potentiellement des intérêts contradictoires avec les nôtres.

Ce qui a un impact politique : on ne peut plus faire nation, si celui qui est à côté de moi, forcément, a des valeurs contradictoires avec les miennes.

 

Des pays ont créé des ministères de la solitude : le Royaume-Uni, le Japon ont bien compris que la société d'isolement que nous avons créée avait un impact majeur : nous empêcher de vivre ensemble...

 

Le communautarisme a aussi un lien avec la solitude : le point de départ, c'est notre nature humaine... du point de vue des sciences comportementales, des chercheurs américains démontrent que nous sommes des animaux sociaux : quand nous ne sommes pas connectés avec les autres, par défaut, nous allons chercher à appréhender ce qu'ils pensent, ce qu'ils disent.

Les salafistes vont offrir à l'individu isolé une identité, des rites qui vont scander sa journée, ils vont lui offrir, via l'oumma une communauté à laquelle il va appartenir. 

Nous avons besoin de nous sentir membres d'une communauté.

 

Comment nous, République, pouvons-nous créer une communauté nationale qui intègre les gens, notamment à travers les rites ? Les rites sont un moyen  de créer des liens entre les gens et de démontrer qu'au delà de nos différences nous avons une fraternité commune.

La consommation a été un moyen de créer ce qu'on appelle la société de consommation : on se sentait membre d'une même communauté, parce qu'on achetait les mêmes produits.

 

Mais, cette société de consommation n'existe plus aujourd'hui, en raison d'une paupérisation de la classe moyenne qui ne peut plus acheter comme tout le monde...

La société de consommation ne permet plus de créer une adhésion commune.

 

Le service militaire était un rite républicain qui permettait un brassage, c'était un rite de passage, un rite initiatique : des gens qui n'avaient absolument pas la même culture faisaient ensemble une même activité.

 

Aujourd'hui, l'objectif est de recréer des rites... S'impliquer pour les autres, ce pourrait être une façon de rétablir des rites... s'impliquer pour la santé, pour l'écologie, etc."

 

Le problème est que nos sociétés génèrent de l'individualisme, encore plus avec l'avènement d'internet.

 

Source :

 

https://tv.marianne.net/rencontres/-comment-notre-societe-produit-des-individus-m

 

 

 

Explosion du nombre de solitaires...
Partager cet article
Repost0
17 août 2022 3 17 /08 /août /2022 09:56
Changer de modèle ?

 

Face aux nombreux défis climatiques qui se posent à nous, peut-on ralentir ? Pour la journaliste Juliette Duquesne, spécialiste de l’écologie, les pistes tant rabâchées (voitures électriques, télétravail…) sont plus des impasses que des solutions.

 

Juliette Duquesne remet en cause la rhétorique selon laquelle il faut faire confiance à l'innovation, à l'humain, à sa capacité d'inventer pour faire face aux défis écologiques et pour apporter une solution au réchauffement climatique...

Ce point de vue scientiste, c'est la thématique de la croissance verte : Juliette Duquesne n'y croit pas.

 

"Il n'y a aucune innovation technologique qui permette de réduire la pollution. C'est après la seconde guerre mondiale, au moment où la croissance du produit intérieur brut décolle, que toutes les formes de pollutions explosent : la pollution plastique, les pesticides que l'on retrouve dans la graisse des baleines, les émissions de CO2, toutes ces pollutions explosent au moment où l'on a le plus d'innovations technologiques.

Et aujourd'hui, pour éviter d'accepter qu'il va falloir réduire notre consommation de biens, qu'il va falloir accepter la sobriété, la décroissance, on pense que des innovations technologiques vont permettre de résoudre nos problèmes.

 

Mais on se rend compte que cela ne marche pas. Il va falloir accepter la finitude de la planète et donc réduire notre consommation, parce qu'il n'y aura pas d'innovations miracles qui vont nous permettre de continuer à consommer autant d'eau, d'émettre toujours autant de CO2, de continuer à mettre autant de pesticides dans l'eau ou sur nos terres, parce que les dégâts sont considérables, en fait.

 

Il y a l'effet rebond : des innovations technologiques peuvent effectivement réduire factuellement les émissions de carbone, mais on les utilise davantage : il y a un usage qui annule l'effet positif de l'innovation.

Et c'est particulièrement vrai dans le numérique : même si on gagne en gain d'efficacité, on va augmenter l'utilisation, donc on va consommer plus d'énergie et créer plus de gaz à effet de serre.

 

Par exemple, pour le numérique, quand on va sur internet, on met beaucoup moins de temps aujourd'hui pour faire une recherche, ce n'est pas pour ça qu'on va en faire moins. La 5G va permettre de faire des gains d'efficacité, mais le trafic va augmenter. Les gains d'efficacité, c'est de l'ordre de 10, et l'augmentation va être de l'ordre de 100 !

Ce n'est pas parce que l'on va avoir des gains d'efficacité que l'on va avoir une baisse de la consommation.

 

On sait que le numérique est très polluant : on s'équipe trop, il y a énormément de consommation de métaux... tout remplacer par le numérique, ça ne fonctionnera pas. On ne peut pas remplacer tous nos déplacements par du numérique...

 

Que dire de cette machine qui va capter le CO2 ? Plusieurs études montrent que cela marche très mal de capter le CO 2 et de le stocker dans le sol. Les résultats sont mauvais parce qu'il faut de l'énergie pour stocker aussi tout ce CO2. En fait, il faut réduire nos émissions de gaz à effet de serre plutôt que de stocker le CO2.

 

On entend aussi beaucoup parler de ces solutions de géo ingénierie où on va aller mettre du souffre dans la stratosphère pour imiter des éruptions volcaniques et essayer de refroidir la température. Là on joue aux apprentis sorciers.

 

Que dire de la voiture électrique ? Si on remplace toutes les voitures par des voitures électriques sans réduire notre mobilité, cela ne fonctionnera pas.

Si on prend des petites voitures électriques qui sont avec une petite autonomie, pour la ville, cela peut être intéressant, parce qu'elles ne vont pas émettre et polluer la ville. Mais si on prend le cycle de vie de la voiture complète avec la fabrication, les voitures électriques peuvent être aussi polluantes que des voitures classiques.

Les voitures électriques consomment beaucoup de métaux et on sait qu'on va avoir des problèmes pour les métaux dans ces prochaines années. Le pic d'extraction du cuivre devrait être atteint en 2060, cobalt, lithium pour les batteries, il y a aussi l'indium.

Tous ces métaux, il va falloir aller les chercher de plus en plus profond dans la terre, donc cela va demander de plus en plus d'énergie.

La voiture électrique n'est pas la solution à tous les maux et cela ne va pas permettre de continuer à consommer comme on le fait aujourd'hui.

 

Dans la logique transhumaniste, certains pensent que grâce à l'intelligence artificielle, les machines vont pouvoir s'auto perfectionner et qu'on va pouvoir régler tous nos problèmes grâce aux technologies. Mais on est très loin de ces récits de science-fiction...

Le fait de nous vendre des villes intelligentes avec des capteurs partout, des voitures autonomes avec des capteurs partout, quand on regarde les chiffres des métaux, de la pollution, ce n'est pas réaliste.

 

Pour réduire l'empreinte écologique, il faut réduire la consommation d'énergie.

En fait, il ne suffit pas de faire de la sobriété, il faut changer complètement de modèle, un modèle basé sur l'augmentation du produit intérieur brut.

 

Il faut inventer un autre modèle où l'agriculture et l'alimentation seraient beaucoup plus au centre, il faut aussi réduire les inégalités.

En France, si on voulait passer complètement à l'agroécologie, (c'est ce qu'il faudrait faire parce qu'aujourd'hui, il y a des pesticides dans tous les cours d'eau, dans la totalité des nappes phréatiques, les sols sont pollués), il faudrait changer complètement notre agriculture.

Si on passe à l'agroécologie, cela veut dire qu'il y a 30% d'emplois en plus dans les campagnes, si on veut des territoires de plus en plus autonomes énergétiquement, on sait qu'il faut réduire la taille des villes, cela voudrait dire changer toutes nos aides de la politique agricole commune vers une autre agriculture.

Cela veut dire un changement total de vie, avec des vies plus centrées sur les territoires : on aurait moins de mobilité, mais peut-être plus de convivialité.

Cela passe par un consensus démocratique : il faut que les gens aient envie de cela."

 

 

Evidemment, les récents événements climatiques, sécheresse, canicules, incendies dévastateurs semblent donner raison à Juliette Duquesne. Mais les gens sont-ils prêts à changer de modèle ? 

Nous vivons tous dans un environnement qui nous incite à consommer à outrance : publicités, crédits, mode, loisirs, etc.

Et que dire des enjeux économiques, que dire des intérêts financiers des grandes multinationales ? 

 

 

 

Source :

 

https://tv.marianne.net/rencontres/defis-climatiques-comment-ralentir-avec-julie

Changer de modèle ?
Partager cet article
Repost0
1 août 2022 1 01 /08 /août /2022 08:26
Bouchons des vacances : et ça recommence !

 

Départs en vacances : 860 km de bouchons cumulés !

Samedi 30 juillet, un pic de plus de 860 km de bouchons cumulés a été enregistré peu avant midi en ce grand week-end de chassé-croisé classé noir dans le sens des départs et rouge pour les retours. Juillettistes et aoûtiens étaient ralentis sur 862 km vers 11 h 30 au niveau national. C'est légèrement moins qu'un an auparavant (880 km).

Comme à l'accoutumée, la circulation était particulièrement difficile en vallée du Rhône dans la descente, avec plus de 150 km de bouchons.

 

Et c'est reparti comme avant !

Toujours des embouteillages sur les routes en cette période de vacances d'été !

Malgré le prix croissant du litre d'essence, les automobilistes sont toujours aussi nombreux sur les routes...

Les Français ne changent rien à leurs habitudes : le changement climatique est à nos portes, canicules, incendies, inondations, pandémies...

Et pourtant, tout continue comme avant !

 

C'est une course effrénée vers les vacances, le dépaysement...

Peu importent la pollution, les encombrements, les canicules ! Il faut partir !

Difficile de changer ses habitudes, difficile de se priver...

Et la grande migration se fait encore vers le sud...

 

Les confinements nous ont permis d'apprécier un monde différent : moins de pollution, moins de voitures, une nature régénérée, des chants d'oiseaux à nouveau perceptibles...

Et on disait : "Ce ne sera plus jamais comme avant..."

 

Oui, mais voilà, les habitudes ont vite repris le dessus : les gens utilisent toujours leur voiture, ils consomment encore, bien que les prix s'envolent...

L'essence est à deux euros ? Peu importe... Il faut profiter de l'instant présent, il faut profiter des vacances sans penser à l'avenir...

Nous sommes formatés pour consommer : les pubs, la recherche de la croissance nous conditionnent dans ce sens...

 

Pourtant, l'urgence écologique est là : notre maison brûle mais nous regardons ailleurs...

 

 

Source :

https://www.lepoint.fr/societe/chasse-croise-pres-de-800-km-de-bouchons-cumules-30-07-2022-2484877_23.php

 

 

 

 

 

Bouchons des vacances : et ça recommence !
Partager cet article
Repost1
8 juillet 2022 5 08 /07 /juillet /2022 11:59
Grenouilles en péril !

 

Même les grenouilles sont menacées ! Si les humains poursuivent leurs habitudes de consommation, certaines espèces risquent de disparaître...

 

"L'Union européenne est responsable de l'extinction en cascade des populations de grenouilles" en Europe de l'Est et dans certains territoires d'Asie, fustigent deux ONG. Ainsi, la grenouille des marais d'Anatolie (en Turquie), surexploitée, pourrait s'éteindre d'ici 2032.

 

Des populations entières de grenouilles seraient menacées par la consommation massive, en France et en Europe, des cuisses du petit batracien. Un nouveau rapport établi par deux ONG pointe du doigt cette pratique pouvant s’avérer fatale sur le long terme pour toute une espèce.

 

 L’Union européenne importe environ 4.070 tonnes de cuisses de grenouille par an, soit l’équivalent de 81 à 200 millions de grenouilles, dont l’immense majorité est capturée dans la nature.

Depuis les années 1970, les espèces françaises de grenouilles sont protégées car elles sont menacées d'extinction, comme nombre d'amphibiens qui ont vu leur habitat se réduire dramatiquement et leur chance de survie diminuer significativement avec la fragmentation de leur espace vital par les axes de circulation.

 Les principaux exportateurs sont l’Indonésie, la Turquie et l’Albanie.

Ce commerce a bien sûr des conséquences sur la biodiversité et la santé des écosystèmes.

Les grenouilles participent à l'équilibre des écosystèmes... Elles sont utiles pour l'environnement.

Ces mangeuses d’insectes jouent un rôle important dans l’écosystème et permettent de limiter l’utilisation de pesticides.

 

Mais quel besoin a l'homme de se nourrir de cuisses de grenouilles ? Il y a si peu à manger !

Pour ma part, je n'ai jamais été tentée d'en manger.

Les grenouilles sont déjà menacées par la pollution générée par les humains : pesticides, engrais, polluants divers et variés.

Il serait judicieux d'éviter de consommer ces espèces déjà fragilisées.

Hélas ! Le commerce lucratif des grenouilles perdure.

Le consommateur a un rôle à jouer pour empêcher ce commerce : évitons de consommer des cuisses de grenouilles !

 

Un message de Hubert Reeves :

"Où sont passées les grenouilles ?

C'en est fini des grands rassemblements de grenouilles dans les étangs. Les batraciens paient un lourd tribut aux pollutions et à la disparition des zones humides. Fini le bruit des mâles...

J'ai la nostalgie de ces sons qui, comme autant de concerts, faisaient chanter la nature."

 

 

 

Sources :

 

https://www.lepoint.fr/societe/la-forte-consommation-de-cuisses-de-grenouille-met-les-amphibiens-en-peril-27-06-2022-2481151_23.php

 

 

https://www.20minutes.fr/planete/3315039-20220624-biodiversite-certaines-especes-grenouilles-menacees-disparition-faut-arreter-manger

 

Grenouilles en péril !
Partager cet article
Repost1
6 juillet 2022 3 06 /07 /juillet /2022 10:14
Il est temps de découvrir les vertus de la sobriété !

 

Face à la crise écologique qui menace notre planète, il est temps de découvrir les vertus de la sobriété !

La guerre en Ukraine démontre une fois de plus combien nous sommes dépendants des énergies fossiles... La guerre révèle la fragilité de nos sociétés due à notre dépendance.
 

Nos sociétés sont lancées dans une surconsommation effrénée, source de pollutions diverses : c'est ainsi que nous détruisons notre environnement et notre planète.

Nos habitudes de vie sont dispendieuses.

 

"Nous croyons dans les vertus de la sobriété qui s'inscrit en contrepoint de l'opulence et de l'hybris caractérisant notre époque..." écrivent Yves Marry et Florent Souillot dans leur ouvrage intitulé La guerre de l'attention.

Et ces auteurs précisent : "A-t-on réellement besoin de sept écrans par foyer en France ? Nous faut-il absolument le dernier iPhone qui se déverrouille grâce à la reconnaissance faciale ? Notre frigo doit-il être connecté à notre montre ? Ces niveaux d'excès parlent d'eux-mêmes : il est temps de fixer une limite."

 


Les experts du Haut Conseil pour le Climat appellent à réfléchir sur l’utilisation de nos bâtiments et l’énergie consommée inutilement (lumières, chauffage) quand ils sont vides. Ils pensent aussi que le secteur industriel pourrait repenser nos véhicules alors que leur taille est souvent “surdimensionnée”. 

Les constructeurs automobile ont tout faux : nos voitures n'ont cessé de grossir depuis une dizaine d'années... toujours plus longues, plus larges, toujours plus massives, toujours plus lourdes...

Toutes les marques ont migré vers le monde des grosses voitures et comptent dessus pour gagner le plus possible.

Or, plus une voiture est grosse, plus elle consomme d'énergie, et plus elle est polluante.

Pourquoi tant de démesure et d'hybris ? Pourquoi fabriquer des voitures toujours plus grosses ?

Malgré ces hausses de dimension, les voitures transportent moins de monde qu'avant... le nombre de places, 5 en moyenne est donc largement surdimensionné pour la majorité des usages.

On peut le constater : la publicité fait une large place à ces véhicules de luxe...

Même les écrans de télévision sont surdimensionnés.

 

Que dire du déploiement de la 5G particulièrement énergivore ?

 

Les chercheurs insistent également sur l’importance de la “sobriété des usages”, c’est-à-dire notre pouvoir à nous citoyens de faire bouger les lignes. Il faudrait selon eux revoir notre manière de consommer: “Moins de viande et plus d’alternatives végétariennes dans les cantines scolaires”, détaille Corinne Le Quéré.

La climatologue insiste aussi sur le contrôle de la publicité qui fait parfois l’apologie de pratiques “très carbonées”.

 

 

Sources :

 

https://www.lepoint.fr/editos-du-point/barochez-climat-le-choc-du-reel-28-06-2022-2481175_32.php

 

https://www.amisdelaterre.org/guerre-ukraine-energies-fossiles-decryptage/#:~:text=La%20guerre%20r%C3%A9v%C3%A8le%20ainsi%20la,la%20guerre%2C%20mais%20aussi%20climatique.

 

 

Il est temps de découvrir les vertus de la sobriété !
Partager cet article
Repost1
23 mars 2022 3 23 /03 /mars /2022 09:54
L'exaltation de la guerre...

 

La guerre se cache souvent sous des apparences héroïques et brillantes... On se souvient de cette évocation de la guerre dans le chapitre 3 de Candide, le célèbre conte de Voltaire :

"Rien n'était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées. Les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours, les canons, formaient une harmonie telle qu'il n'y en eut jamais en enfer. Les canons renversèrent d'abord à peu près six mille hommes de chaque côté ; ensuite la mousqueterie ôta du meilleur des mondes environ neuf à dix mille coquins qui en infectaient la surface. La baïonnette fut aussi la raison suffisante de la mort de quelques milliers d'hommes. Le tout pouvait bien se monter à une trentaine de mille âmes. Candide, qui tremblait comme un philosophe, se cacha du mieux qu'il put pendant cette boucherie héroïque..."

Au début de ce chapitre, on ne perçoit que les aspects clinquants de la guerre : les armées en ordre de bataille, la musique... puis, peu à peu, on en découvre toutes les abominations...

 

On retrouve cette exaltation de la guerre dans les récits de la guerre menée par Poutine en Ukraine.

Poutine a même tenu un meeting rassemblant des milliers de Russes, alors que les villes ukrainiennes sont sous les bombes !

Quel cynisme ! C'est ignoble !

Près de 100.000 personnes ont acclamé le président russe Vladimir Poutine, dans un stade plein à craquer, à l'occasion d'un meeting du maître du Kremlin. Un rassemblement festif organisé en pleine guerre en Ukraine, officiellement pour célébrer les huit ans de l'annexion de la Crimée.

Vladimir Poutine a alors fait l'éloge des soldats russes et de leur "héroïsme" !

Aucun mot sur les destructions, aucun mot sur les victimes, sur les blessés, les morts...

 

"Cette exaltation de la guerre est le signe d'une immaturité très profonde, selon Johann Chapoutot, professeur d'histoire contemporaine à la Sorbonne, spécialiste de l'histoire de l'Allemagne.

Une immaturité que l'on trouve au plus haut niveau de responsabilité de l'état et pas seulement dans les dictatures...

 

Vladimir Poutine, c'est le paroxysme de cette immaturité, de ce manque de réflexion, de ce manque de responsabilité, un homme qui s'est de plus en plus isolé au sommet du pouvoir, qui est habité par ses propres fantasmes, par sa paranoïa, qui est suivi par une technostructure maffieuse oligarchique.

 

Il incarne la stupidité agressive, le virilisme, comme si la perte de l'empire russe avait été une émasculation.

Lui-même met en scène cette espèce de corps sportif, de manière permanente....

 

Il est à la confluence de tout ce qui importe véritablement, en fait, actuellement, c'est à dire non pas seulement le fracas des armes qui peut susciter une fascination exaltée, mais la fin de l'état de droit, la question du nucléaire, la question du climat, parce que nous finançons sa guerre. Lorsque nous voyons que le budget de l'armée russe, c'est 56 milliards d'euros par an, il faut voir que nous lui achetons pour 59 milliards d'euros de gaz, sans compter les autres énergies fossiles et le pétrole, la question de l'évasion fiscale, la question de la corruption, tout cela est lié dans ce phénomène Poutine, ainsi que ce phénomène de guerre, et on voit à quoi cela conduit : à tuer des enfants sous les bombardements.

 

Le récit de Poutine, celui d'une certaine élite russe, aidée en cela par l'église orthodoxe, est totalement obsidional, c'est à dire que ces gens perçoivent la Russie comme une cité assiégée qui doit se défendre à tout prix, si bien que les Russes se considèrent, de manière paradoxale, comme les agressés et non pas comme les agresseurs.

Une façon de motiver les combattants qui sont envoyés sur le front...

Les citoyens russes sont les premières victimes de ce récit : ils sont soumis à un tabassage, un matraquage médiatique intensif de la part de médias qui sont totalement aux ordres.

Derrière tous ces récits,  derrière ce bruit, ce fracas, ce théâtre des opérations, il y a des enjeux massifs comme la consommation des énergies fossiles, la dégradation de notre climat encouragée par ces espèces de fascismes impériaux dont la Russie est vraiment un exemple paradigmatique. Il y a la question de la démocratie, la question de l'état de droit, la question du virilisme, de l'extractivisme, du productivisme dans lequel on est pris, parce qu'il ne faut pas s'y tromper, la Russie est, avec la Chine, un exemple de ces grands empires de constitution ou de reconstitution qui estiment qu'on peut faire fi du droit international pour laisser des empires faire ce qu'ils veulent : exploiter, détruire l'environnement, détruire le vivant, massacrer des populations."

 

 

Source :

 

https://www.franceculture.fr/emissions/sous-les-radars/quand-la-guerre-est-de-retour-dans-nos-vies

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2021 5 03 /12 /décembre /2021 12:21
Déjà des bûches de Noël !

 

Le temps s'accélère : dès la fin du mois de Novembre, on voit apparaître sur les étals de nos supermarchés des bûches de Noël...

Bûches au chocolat, aux marrons, aux framboises, bûches glacées avec différents parfums... noix de coco, fruits rouges, ananas, nougat, citron, chocolat blanc, chocolat noir, pistache...

Une débauche de crèmes, de sucres, de chantilly...

 

Autrefois, la bûche était réservée au jour de Noël : désormais, elle se banalise et devient presque l'ordinaire de beaucoup de gens.

 

Les foies gras ne sont pas oubliés : ils trônent en bonne place dès la fin du mois de Novembre.

Pas étonnant que l'obésité progresse dans nos sociétés, notamment chez les jeunes.

Le rayon des jouets commence, quant à lui, à se remplir dès le début du mois de Novembre.

 

Nos sociétés entretiennent sans cesse l'idée de fête : une fête succède à une autre et les gens sont emportés dans le tourbillon sans fin de la consommation.

Avant Noël, c'est déjà Noël, avant le jour de l'An, c'est déjà le jour de l'An, après le jour de l'An, c'est encore le jour de l'An, etc. On nous incite sans arrêt à anticiper sur la suite et à prolonger les fêtes indéfiniment...

 

Nous sommes sans cesse invités à consommer, à surconsommer, alors que dans certains pays les gens n'ont même pas de quoi survivre.

Nous gaspillons même, nous jetons et nos poubelles débordent.

On voit bien dans nos supermarchés que de nombreux produits ne sont pas vendus, alors que la date limite de consommation est dépassée.

 

"Les déchets sont l'affaire de l'homme. L'homme produit des déchets parce qu'il est par essence un être qui produit. L'homme est devenu homme quand il a commencé à façonner son environnement et à produire des objets dont il avait besoin pour une vie meilleure.", écrit Konrad Paul Liessmann dans son ouvrage La haine de la culture.

Et il ajoute :"Aller jusqu'à produire des biens, ce qui est parfois très énergivore, pour qu'ils se retrouvent à la poubelle, sans même avoir été utilisés, frôle le cynisme, quand d'innombrables personnes n'ont pas le strict nécessaire pour vivre."

Que faire ? Quelles sont les solutions dans une société malade de l'hyperconsommation ?

Supprimer la pub qui nous manipule, qui fabrique des désirs inutiles ? Elle fait de nous des êtres influençables... 

On nous réduit à la fonction de consommation. Les relations deviennent alors uniquement marchandes.

Ne plus aller au supermarché ? Ce serait possible mais difficile quand on travaille...

Cyril Dion nous rappelle cette anecdote qu'il a lue dans le livre de Thoreau, Walden : "Un jour, il ramasse des galets dans la rivière, il les trouve très beaux, il les met sur son bureau, et puis au bout de quelques jours, il se rend compte qu'il va être obligé de faire la poussière, chaque jour, sur ces galets, donc finalement il les remet dans la rivière, parce qu'il se rend compte que ça va lui prendre du temps."

On pourrait adopter la méthode "BISOU" à découvrir dans l'émission source sur France Inter. ( à 44 minutes)

 

 

Source :

https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-04-mai-2017
 

 

Déjà des bûches de Noël !
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2021 3 01 /12 /décembre /2021 10:51
Encore une astuce pour nous inciter à consommer...

Encore une astuce pour vous inciter à consommer ! On connaissait les soldes, les promotions, les crédits... désormais nous disposons aussi du cashback !

Encore un mot anglosaxon, un de plus !

A première vue, l'idée paraît séduisante : venu des États-Unis, le cashback est un système qui propose de gagner de l'argent quand on en dépense... 

Mais, à bien y réfléchir, on perçoit là surtout une nouvelle incitation à la consommation dans une société où tout nous invite déjà à surconsommer.

 

"Le cashback, c'est le remboursement d'une toute petite partie de vos achats par le vendeur.

"Cela permet de faire des économies, surtout dans la situation actuelle.", affirme un jeune homme.

 

Le principe : quand un client réalise un achat, en magasin ou sur internet, il paie normalement, mais pour le récompenser et le fidéliser, le commerçant lui rembourse directement dans une cagnotte une petite partie de la somme déboursée : quelques centimes, voire quelques euros à chaque fois.

Une pratique venue des Etats-Unis mais qui fait de plus en plus d'adeptes en France...

 

Une start-up française a lancé un outil pour repérer sur internet les sites qui proposent du cashback : déjà un million d'utilisateurs !

"C'est hyper simple, dès que j'arrive sur un site où il y a du cashback, j'ai juste à cliquer, le site active mon cashback, et j'ai juste à faire mes achats comme d'habitude, et quand je finalise mes achats, je n'ai rien à faire, je reçois mon cadeau.

Cela permet de récupérer un petit peu d'argent sur ses achats, c'est du pouvoir d'achat en plus, et c'est quelque chose qui est important pour beaucoup de gens aujourd'hui.", explique Xavier Starkloff, directeur de Joko.

En moyenne, chaque utilisateur récupère 150 euros par an.

 

Le cashback est aussi un système de plus en plus utilisé par les banques, même les plus traditionnelles. Pour le client, il suffit de payer, et quelques euros arrivent directement sur son compte bancaire.

Le cashback , qui signifie “remise en argent”, permet aux titulaires de certaines cartes bancaires de récupérer un pourcentage du montant des dépenses qu’ils effectuent par carte. Au départ, cette fonctionnalité était réservée aux cartes de crédit. Désormais, certaines cartes de débit, les cartes bancaires les plus répandues en France, proposent elles aussi des programmes de cashback.

 

Selon un expert, c'est devenu un argument indispensable pour fidéliser les clients. Les banques sont obligées de le faire, parce que les autres banques le font.

 

Un moyen de faire de bonnes affaires, mais un conseil : il faut comparer les tarifs, le cashback affiché n'est pas toujours la garantie du meilleur prix, selon les associations de consommateurs."

 

Bref, les prix risquent d'être "gonflés" avec le cashback... encore une belle arnaque qui nous donne le sentiment de gagner de l'argent, alors qu'on en perd...

 

 

Source :

 

https://www.francetvinfo.fr/economie/consommation-le-cashbackperce-en-france_4861503.html

 

 

Encore une astuce pour nous inciter à consommer...
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 11:49
La galerie marchande...

 

Une galerie dédiée au commerce : notre époque consumériste a inventé le lieu par excellence de la consommation !

Une galerie couverte, où le piéton va de boutique en boutique et est incité à acheter : toutes sortes de commerces dans ces galeries, boutiques de vêtements, chaussures, bijoux, parfumeries, opticiens, pharmacies, etc.

 

Bien sûr, des parkings gratuits sont mis à la disposition du client qui peut facilement se garer pour se livrer à cette activité : consommer...

Arrivé sur ce lieu dédié à la consommation, le client peut s'adonner à une exploration attentive de toutes les boutiques ouvertes et accueillantes à tout un chacun.

 

"Le citadin travaille pour gagner de l'argent qu'il a le loisir de dépenser lors de son temps libre.

Quoi de plus normal, quoi de plus raisonnable ?" écrit Christophe Lamoure dans son ouvrage intitulé "Seules les pensées que l'on a en marchant valent quelque chose."

 

Et il rajoute : "Les mentalités sont aujourd'hui si formatées que personne n'y trouvera rien à redire. Ainsi va la vie, cela nous paraît une évidence inattaquable. En fait, cette évidence est le fruit d'une longue et lente élaboration de notre civilisation laborieuse et énervée. Le principe d'une telle conviction est aisé à énoncer : nous sommes sur terre pour travailler."

"Notre époque libérale voit dans l'oisiveté le péché capital... "

Dans nos sociétés, point de salut pour l'oisif...

 

Et nous ne prenons plus le temps de nous poser, de rêver, de ne rien faire...

Nous ne prenons plus le temps de lire, de marcher sans but précis, flâner...

Nous ne prenons plus le temps de savourer l'instant. On en arrive à se sentir coupable, si l'on ne fait rien.

 

"Du berceau jusqu'à la tombe, tout est agencé pour aiguiser l'avidité, le désir compulsif, la rapacité, la soif de posséder, le goût de se distinguer, la férocité narcissique...", écrit encore Christophe Lamoure.

 

Retrouvons le bonheur de flâner au hasard, de déambuler dans la nature, de découvrir des arbres, des paysages...

 

Il est vrai que, de plus en plus, le travail, la connexion permanente ne nous en laissent guère le temps...

Il faudrait, sans doute, revoir notre rapport au travail et en arriver à un vrai partage du travail.

 

 

 

 

 

La galerie marchande...
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 12:03
Bientôt des pénuries ?

 

Augmentation des prix du gaz et de l'électricité, coupures de courant qui paralysent l'économie en Chine, usines à l'arrêt... va-t-on connaître des pénuries ?

" Coupures inopinées, usines fermées, villes dans le noir : la Chine réduit drastiquement sa consommation électrique.

Les coupures d'électricité ! c'est le sujet du moment en Chine, avec à la télévision chinoise l'histoire de cette famille coincée dans un ascenseur 45 minutes, avec deux enfants de un et quatre ans.

 

Sans oublier ces villes plongées dans le noir, le chaos sur les routes, et aux carrefours des feux de signalisation qui ne fonctionnent plus.  À Shenyang, au nord-est du pays, l'électricité a encore été coupée toute la journée, mercredi 29 septembre. 

Sans groupe électrogène, point de salut pour les commerçants et les restaurateurs.

Des coupures d'électricité d'une ampleur inédite, voulues par les autorités dans 20 provinces chinoises sur 32 ! C'est énorme !

 

Comment en est-on arrivé là ? D'abord parce que l'atelier du monde tourne à plein régime et consomme beaucoup trop d'énergie. Et, en Chine, l'énergie principale provient du charbon.

 Or, aujourd'hui, il y a une pénurie et les prix s'envolent. Depuis le début de l'année, 71% de l'électricité est produite par des centrales à charbon, très polluantes. Le président chinois veut réduire ce taux à 56% pour 2021. Pour y parvenir, certaines provinces prennent des mesures radicales pour faire baisser la consommation. 

 

Les usines sont mises à l'arrêt et pour combien de temps ?

La Chine subit l'une des pires pénuries d'électricité de son histoire et la situation risque de ne pas s'améliorer pour les industriels et pour les habitants de certaines villes, où l'hiver s'annonce froid."

 

Inéluctablement, comme la Chine est devenue l'usine du monde, nous risquons de connaître des pénuries de produits et de marchandises venus d'Asie.

Certains imaginent déjà des pénuries de jouets pour  Noël.

 

Mais ces pénuries existent déjà : les semi-conducteurs font défaut dans le domaine industriel. Et cette pénurie pourrait durer jusqu'en 2023.

Cette question  angoisse les industries de l'automobile et de l'électronique grand public. Quand la pénurie de semi-conducteurs qui frappe l'économie mondiale et qui provoque des tensions sur la chaîne d'approvisionnement s'achèvera-t-elle ?

 

 Ces composants électroniques sont nécessaires à de nombreuses industries comme l'automobile, l'informatique, les jeux vidéo.  

 

Des usines entières tournent au ralenti à travers le monde, et des ouvriers se retrouvent au chômage technique. Les coupables, ce sont les semi-conducteurs présents partout dans des milliards d'appareils électroniques, les tableaux de bord de nos voitures, nos smartphones et nos consoles de jeux. Ces composants sont en rupture. En cause, une forte demande mondiale après des mois de pandémie...

Partout, les prix de l'énergie  flambent : pétrole, gaz, électricité... dès lors, l'inflation risque aussi de s'installer durablement.

 

Sources :

 

https://www.francetvinfo.fr/economie/energie/chine-des-coupures-de-courant-paralysent-plusieurs-provinces_4789043.html

 

https://www.franceculture.fr/emissions/l-humeur-du-matin-par-guillaume-erner/l-humeur-du-jour-par-guillaume-erner-du-jeudi-30-septembre-2021

 

 

https://www.francetvinfo.fr/economie/industrie/industrie-comment-expliquer-la-penurie-des-semi-conducteurs_4761097.html

Bientôt des pénuries ?
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/