Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 13:48
En fait, nous n'avons rien compris...

 

 

Alors que la réforme du droit du travail est vivement contestée par de multiples personnalités, alors qu'une pétition circule pour s'opposer à ces nouvelles mesures, et qu'elle rassemble un nombre grandissant de suffrages, la ministre Myriam El Khomri persiste et signe en prétendant que son projet n'a pas été bien lu ni bien compris par ceux qui le critiquent.

 

"Nous n'avons, donc, rien compris !"

Le gouvernement est en train de supprimer des acquis sociaux, il s'apprête à faciliter les licenciements, à faire en sorte que soit possible une augmentation du nombre d'heures des salariés...

 

Le gouvernement lance une loi régressive qui ne satisfait que le MEDEF, qui favorise la précarité...

Mais "nous n'avons rien compris" !

 

On connaît cette stratégie déjà utilisée pour une autre réforme : celle des collèges, les enseignants, eux aussi, n'avaient pas su discerner les prétendus "avantages" de cette refondation des programmes.

 

Les enseignants, eux aussi, n'avaient pas perçu l'intérêt des travaux inter-disciplinaires qui semblaient être une panacée pour la ministre de l'éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem...

Or, les enseignants qui sont sur le terrain, qui sont confrontés tous les jours à nombre de difficultés, connaissent parfaitement les défauts de ce type d'apprentissages, trop souvent superficiels, alors que les élèves ont besoin d'approfondir les savoirs.

 

De la même façon, les professeurs qui défendaient des disciplines menacées, comme le latin et le grec, n'avaient "rien compris" à la réforme.

On le voit : cette stratégie du déni ne peut plus fonctionner...

 

Les hommes et les femmes politiques sont trop éloignés du monde du travail et ils n'en perçoivent, plus du tout, les composantes ou ils font semblant de ne pas les voir.

En plus, la méthode utilisée pour maintenir différents projets de loi est une insulte faite aux travailleurs, et aux salariés dans leur ensemble...

 

Selon le gouvernement, nous sommes tous ineptes, incompétents, nous ne savons pas lire les différentes réformes qui nous sont proposées et même imposées...

 

Cette stratégie du mépris est ignoble, car elle tend à rabaisser ceux qui sont confrontés aux réalités du terrain.

 

Un gouvernement "socialiste" qui s'applique à détruire des acquis sociaux, qui pratique une politique de droite ultra-libérale, peut-il, encore, être crédible ?

 

La loi El Khomri va précariser l'emploi, dans le but de masquer le chômage : on connaît cette dérive des politiques instaurées en Europe, en Espagne où règne un gouvernement de droite, en Allemagne où la paupérisation de nombreux ouvriers s'est accrue...

 

Avec cette loi, la France perd toutes ses spécificités, dans le domaine du droit du travail, avec cette loi, on détricote des décennies de lutte des ouvriers, avec cette loi, la France n'a plus d'identité sociale.

 

 

Une interview à écouter sur France inter :

 

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1245955

 

Une pétition à signer :

 

https://www.change.org/p/loi-travail-non-merci-myriamelkhomri-loitravailnonmerci

 

 

 

En fait, nous n'avons rien compris...

a

Partager cet article
Repost0
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 14:41
La femme, cette pestiférée...

 

 

Sommes-nous bien au XXIème siècle ? On pourrait en douter, en lisant ce fait divers, qui s'est produit sur un vol Newark-Tel Aviv : un passager, juif, ultra-orthodoxe n'a pas accepté la présence d'une femme, à ses côtés, et a demandé que la dame, octogénaire soit déplacée...

 

Et, effectivement la compagnie aérienne "El Al" a obtempéré : la dame a dû changer de place, pour satisfaire aux desiderata de cet individu.

On hallucine face à un tel comportement !

Nous voilà, donc, retournés des siècles en arrière... or, cela se passe dans un avion, au XXIème siècle...

 

La femme maudite, impure, souillée : cette représentation date des premiers textes bibliques et il semble que certains ne puissent s'en détacher.

Je connaissais l'ostracisme que subissent, parfois, les femmes dans la religion musulmane, mais j'ignorais totalement le fait que la "torah" pouvait interdire à ses adeptes de côtoyer la gent féminine...

 

Aussitôt, ressurgissent des siècles de malédiction qui ont accompagné la représentation de la femme : la femme tentatrice, coupable de tous les péchés du monde, la femme maudite, à qui revient le triste rôle de répandre tous les malheurs sur le monde, avec le personnage de Pandore, dans la mythologie grecque...

 

La femme responsable tous les péchés du monde, couverte d'opprobres, la femme, cette pestiférée !

 

Et ces images d'un autre temps perdurent dans des religions bien établies !

Ainsi, la femme reste, encore, dans beaucoup de pays, asservie, reléguée au rang d'esclave, soumise et consentante.

Elle se doit d'obéir aux désirs et aux injonctions des hommes, et n'est-ce pas ce qui s'est produit dans cet avion qui reliait Newark à Tel Aviv ?

 

On est stupéfait devant tant de lâcheté, d'ignominie à l'égard des femmes.

La compagnie aérienne israélienne "El Al" a accepté de céder à la demande de cet intégriste religieux et d’éloigner la vieille dame, qui a rejoint une autre place, avec une canne à la main, à cause de son genou douloureux.

 

"Pour moi ce n'est pas une question personnelle, c'est une question intellectuelle, idéologique, et juridique... Je me dis : je suis là, une femme âgée, éduquée, j'ai voyagé, et un type peut décider, comme ça, qu'il ne veut pas que je m'asseye près de lui. Au nom de quoi ?", a commenté la dame, à qui cette mésaventure est arrivée...

 

Au nom de quoi ? En effet...

Au nom d'une religion toute puissante ? Au nom de textes sacrés dont l'interprétation est souvent douteuse ?

Au nom d'une malédiction qui pèse sur les femmes, depuis la nuit des temps ?

Au nom d'une certaine fragilité de la femme qui lui imposerait de se soumettre aux diktats masculins ?

 

Il faut changer ces conceptions ancestrales, ces réflexes d'un autre temps...

Des fous de Dieu ne peuvent, ainsi, imposer aux autres une vision rétrograde du monde.

La femme, quelles que soient les religions, a droit au respect, et ne peut subir des affronts d'une telle ignominie.

La bêtise, l'intolérance, le fantatisme aveugle des intégristes religieux se manifestent, de plus en plus, dans de nombreux pays : comment ne pas voir le danger de ces régressions ?

 

 

Source :

 

http://www.marianne.net/surtout-pas-femme-cote-lui-compagnie-aerienne-cede-demande-juif-ultra-orthodoxe-100240683.html

 

La femme, cette pestiférée...
Partager cet article
Repost0
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 12:38
Condamné à 10 ans de prison pour athéisme...

 

 

 

 

Mais dans quel monde vivons nous ? Un monde fracturé, divisé, comme jamais : en Arabie Saoudite, l'athéisme est assimilé à du terrorisme...  un jeune homme de 28 ans a été, ainsi, condamné à 10 ans de prison et 2000 coups de fouet... parce qu'il ne croit pas en Dieu et qu'il a osé l'affirmer publiquement sur Twitter...

 

Pour le royaume wahhabite, celui qui ne croit pas en Dieu, celui qu'on nomme un mécréant est, donc, considéré comme un terroriste !

Dans ce pays, le fanatisme, l'intolérance religieuse conduisent aux pires extrémités : on condamne et on exclut irrémédiablement ceux qui sont différents, ceux qui ne se soumettent pas à la croyance officielle.

 

La religion placée sur un piédestal, les athées, les impies, les hérétiques recherchés et poursuivis par l'Inquisition... c'est, pour nous, un passé révolu.

Depuis le combat mené par les philosophes des Lumières, Voltaire, Montesquieu, Diderot, Rousseau, chacun a le droit d'avoir ses propres convictions, selon les principes mêmes de la loi de la laïcité instituée en 1905.

 

La femme soumise à l'homme, considérée comme une mineure, c'est, aussi, pour nos sociétés, un passé que nous voulons oublier.

La femme peut être, désormais, l'égale de l'homme, elle a conquis, après des siècles d'asservissement, une liberté qui lui permet de s'épanouir, comme elle le désire.

L'Islam doit, ainsi, combler des siècles de retard et évoluer vers un humanisme fait de tolérance, d'égalité, d'ouverture sur le monde.

 

Par ailleurs, si les islamistes voient dans l'athéisme un danger terroriste, ne sommes-nous pas tous perçus comme des terroristes en puissance, et ne devenons-nous pas, par là-même, des ennemis de l'Islam ?

Ne sommes-nous pas tous visés par une secte religieuse qui veut s'emparer de nos esprits ?

Ne sommes-nous pas tous coupables, selon cet Islam, de ne pas croire en un Dieu tout puissant ?

Nous serions, donc, tous passibles de peines de prison, et de multiples condamnations, nous sommes tous des "mécréants" !

 

Pouvons-nous le concevoir et l'admettre ?

On perçoit toute l'horreur d'une telle inversion des valeurs : un islamiste est, dans ce cas, pleinement justifié à venir commettre des attentats terroristes contre tous les mécréants que nous sommes.

Comment ne pas être terrifié par une religion qui condamne tous les mécréants à la relégation, l'exclusion ?

 

On le voit : l'Islam doit évoluer, il ne peut en rester à une vision arriérée du monde où les gens sont poursuivis, traqués pour leur impiété.

 

La femme ne peut plus être tenue sous le joug de l'homme, soumise à un esclavage qui la rabaisse et l'avilit :  elle est un être humain, à part entière, à l'égal de l'homme, elle doit avoir les mêmes droits...

L'Islam ne peut plus en rester à une vision dépassée et étriquée du monde.

 

Et c'est bien cette évolution que réclament certains musulmans eux-mêmes, cette évolution est nécessaire, faute de quoi, nous ne pourrons jamais vivre dans un monde apaisé...

Si l'Islam radical n'évolue pas, nous sommes tous condamnés à la division, la discorde et la guerre.

Et, si nous continuons à encourager cet Islam, si nous persistons à lui vendre des armes, à le flatter, nous sommes, nous-mêmes, dans l'incohérence la plus totale.

 

 

Source :

 

http://www.marianne.net/arabie-saoudite-10-ans-prison-2000-coups-fouet-atheisme-100240672.html

 

 

 

 

Condamné à 10 ans de prison pour athéisme...
Partager cet article
Repost0
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 09:40
Les femmes seraient-elles plus misogynes que les hommes ?

 


Le titre de cet article, avec son côté provocateur, peut surprendre, en étonner plus d'un et plus d'une, mais la constatation que je fais ici me sidère moi-même : les femmes sont, parfois, encore plus misogynes que les hommes... au fond, la femme doit être, elle-même, victime d'un arriéré de civilisation qui condamne la femme, quoi qu'il en soit...

 

Ainsi, les agressions de femmes qui se sont déroulées à Cologne ont fait naître des réactions étonnantes et ce sont des femmes qui ont réagi en ce sens : la maire de Cologne n'a-t-elle pas recommandé aux femmes de "conserver un bras de distance avec tout inconnu" pour se protéger et de se déplacer en groupes ?

Surprenante recommandation comme si ces femmes étaient coupables des agressions qu'elles ont subies !

 

Clémentine Autain, de son côté, a semblé vouloir minimiser ces violences faites aux femmes, en évoquant  les "deux millions de viols" commis par l’Armée Rouge en Allemagne en 1945, en relativisant les horreurs commises lors du Jour de l’An en Allemagne.


Par ailleurs, la façon dont les femmes, tout au moins certaines femmes, en critiquent d'autres, parce qu'elles réussissent, parce qu'elles ont obtenu quelque succès me semble relever de la misogynie féminine... Critiquerait-on autant un homme qui réussit dans un domaine ? Je ne le pense pas... Les femmes ne sont souvent pas tendres avec leurs congénères et font preuve d'un esprit critique très virulent.

Ainsi, dans les rapports hiérarchiques, les femmes qui disposent d'un pouvoir sont impitoyables, et surtout avec les autres femmes...

La femme, depuis longtemps, est celle qui s'occupe de sa maison, de son foyer, de ses enfants. Si elle se permet de faire de la politique, d'écrire des articles, de réfléchir, de s'impliquer dans son travail, voilà qu'elle se trouve livrée à la vindicte masculine et féminine aussi...

Et pourtant, la situation des femmes a bien évolué au cours du siècle dernier dans notre pays : la femme peut travailler, être indépendante, être mariée ou non, elle peut choisir mais, malgré tout, l'image de la femme soumise, fragile, attachée à des activités ménagères reste fixée dans les esprits .


La femme doit rester dans son rôle de bonne femme de ménage, il lui est difficile d'exprimer des idées politiques bien marquées, on lui reproche immédiatement des ambitions qui n'entrent pas dans ses compétences.


La femme, au fond, depuis la nuit des temps, est celle qui doit rester bien sage sur son banc, sans dire un mot, sans troubler l'ordre établi : n'est-ce pas Pandore, la première femme de l'humanité, selon la mythologie grecque, qui apporte le trouble et tous les maux aux hommes ? N'est-ce pas elle qui, par sa curiosité intempestive, perturbe le bonheur des hommes ? N'est-elle pas coupable de s'intéresser à ce qui l'entoure ??


"Sois belle et tais -toi, reste dans ton rang", voilà ce que l'on aurait pu dire à Pandore et ce que l'on dit encore à nombre de femmes de nos jours !


La femme responsable du mal, la maudite, celle qui a été créée après l'homme pour le servir, l'aimer, voilà l'image que nous délivrent les textes les plus anciens, qu'ils soient bibliques ou mythologiques...

Hélas ! nous baignons tous et toutes encore dans ce substrat de culture qui fait de la femme un être forcément secondaire dans certains rôles.

Il faut rattraper des siècles de servitude où la femme considérée encore comme moins que rien n'avait aucun droit, pas même le droit à la parole, pas même le droit de voter, de s'exprimer, d'écrire, d'avoir des activités créatives...

Il faut que la femme elle-même prenne conscience de plus en plus de ses possibilités et des capacités des autres femmes au lieu de leur dénier tout droit à agir, à dire, à se comporter en êtres responsables de la société, et ce, à tous les niveaux...


Bien évidemment, la misogynie est exacerbée chez certains hommes, mais elle est, aussi, présente chez les femmes elles-mêmes influencées par de longs siècles d'endoctrinement !

 

 

 

 

Illlustration : Pandora, un tableau de John William Waterhouse (wikipédia)

Partager cet article
Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 15:40
Dangereuse burqa...

 

 

 

Dangereuse burqa !


Après un double attentat suicide qui a fait 33 morts, lundi, à N'Djamena, le gouvernement du Tchad  a pris des mesures drastiques : il a décidé d'interdire, purement et simplement, le port de la burqa.

On peut rappeler que le Tchad est un pays majoritairement musulman. Le chef du gouvernement a déclaré notamment : "Le port de la burqa doit cesser immédiatement à compter de ce jour, non seulement dans les lieux publics et les écoles mais sur toute l'étendue du territoire."
Ces attaques n'ont pas été revendiquées, mais le Tchad les a attribuées au groupe islamiste nigérian Boko Haram. 


 Considérée comme un véritable camouflage, la burqa présente un danger indéniable : ce vêtement qui ne laisse voir que les yeux permet à quiconque de se cacher, de dissimuler des armes, de maquiller son identité....

La burqa, avec ses plis amples, ses formes incertaines, peut envelopper un corps d'homme et tromper son monde.

En France, la burqa est normalement interdite dans les lieux publics, mais, de fait, on en voit de plus en plus dans les rues, dans les magasins, dans l'espace public.

Pour des raisons de sécurité évidente, il est urgent de mettre en oeuvre des mesures efficaces, pour interdire de tels vêtements qui ne permettent pas de discerner l'identité de celui ou celle qui le porte.

La burqa, c'est l'opacité totale : on ne voit pas le corps, on ne voit pas le visage, on ne voit rien de la personnalité.

Le voile intégral n'est-il pas, en lui-même, une marque d'intégrisme ? Il est excessif, démesuré et contraire au droit des femmes : pourquoi les femmes seules devraient-elles occulter leur visage, leurs cheveux ?

On perçoit, là, une sorte d'apartheid sexuel et en plus, ce vêtement peut dissimuler des intentions malveillantes...
Par ailleurs, la burqa qui vise à cacher est, aussi, terriblement voyante : elle flotte autour de la personne, elle s'épanouit, se répand.

Les femmes doivent être, enfin, libérées de ce carcan imposé par des croyances religieuses d'un autre temps. La burqa enferme la femme, la sépare du monde et l'empêche de profiter de l'air du temps.

Dangereuse burqa ! Pour les femmes qui ne peuvent s'épanouir, prisonnières de traditions et de vêtements encombrants, gênants...

Dangereuse burqa ! Car elle rend impossible le reconnaissance de l'identité des gens.

Lourde burqa ! Symbole du droit des femmes bafoué, signe de l'asservissement de la femme qui ne peut même pas se vêtir comme elle le souhaite, mais comme le désire son père ou son mari.

Encombrante burqa ! Dans un monde moderne, la femme ne devrait pas être considérée comme un être différent, ayant l'obligation de porter certaines tenues plutôt que d'autres.

La burqa appartient à un monde d'autrefois, où la femme, soumise à des lois d'un autre temps, n'avait pas sa place dans la société, devait vivre enfermée et prisonnière de ses vêtements.

Oui, la burqa devrait appartenir au passé, elle paraît totalement inadaptée dans un monde moderne, où la femme doit accéder aux mêmes droits que les hommes, où la femme ne doit plus être considérée comme un être à part.

La burqa, faite pour voiler et couvrir le corps (telle est l'étymologie du terme) est un vestige d'un passé révolu où la femme, asservie, soumise, devait se plier à des codes vestimentaires d'un autre âge...


 

 

 

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/video/2015/03/05/afghanistan-des-hommes-defilent-en-burqa-dans-les-rues-de-kaboul_4588231_3216.html

 

 

 

 

 

Dangereuse burqa...
Dangereuse burqa...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/