Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2022 5 01 /04 /avril /2022 11:33
Guerre en Ukraine : la course aux armements et autres conséquences...

 

La guerre menée par Poutine en Ukraine a des conséquences innombrables : destruction d'un pays, de ses infrastructures, morts de civils, un exode massif d'Ukrainiens...

Autre conséquence de cette guerre au coeur de l'Europe : de nombreux pays se lancent dans une course effrénée aux armements...

L'armée russe dispose elle-même d'armes à la pointe de la technologie : par exemple, des missiles hypersoniques indétectables qui peuvent faire des dégâts considérables.

Dès que la guerre a été initiée par Vladimir Poutine, la plupart des pays ont décidé d'augmenter leur budget militaire.

Lors d’une session extraordinaire au Bundestag, à Berlin, le chancelier Olaf Scholz a annoncé un effort exceptionnel de l’Allemagne en matière de Défense. La crise russe change toute la doctrine tenue jusqu’ici. Olaf Scholz, le Chancelier, annonce 100 milliards d’euros pour moderniser son armée.

Des sommes colossales englouties pour fabriquer des armes !

 De nombreux pays de l'Union européenne ont décidé d'augmenter très sensiblement leurs dépenses militaires.

"La Russie et les Etats-Unis se sont lancés depuis un certain temps dans une course aux armements nucléaires, mettant au point de nouvelles machines d'apocalypse qui menacent de ruiner les gains chèrement acquis des dernières décennies et de nous ramener au bord de l'anéantissement nucléaire..." nous rappelle l'historien Harari.

Et quand les budgets militaires augmentent, d'autres secteurs en pâtissent : l'éducation, la santé, les enjeux écologiques.

"Si des pays croient la guerre inéluctable, ils renforcent leurs armées, se lancent dans la spirale de la course aux armements, refusent tout compromis en cas de conflit et soupçonnent que les gestes de bonne volonté ne sont que des pièges." écrit encore Harari.

Et il ajoute : " Un remède éventuel à la bêtise des hommes est une dose d'humilité. Les tensions nationales, religieuses et culturelles ne peuvent qu'empirer du fait du sentiment grandiose que ma nation, ma religion et ma culture sont les plus importantes du monde et que mes intérêts doivent passer avant ceux de tous les autres, voire de l'humanité dans son ensemble."

 

L'humilité, non, ce n'est pas la tasse de thé de Vladimir Poutine !

Il s'est lancé dans une guerre de conquête, envahissant un pays voisin souverain...

Ce faisant, il menace tout l'équilibre du monde : cette guerre est non seulement militaire, mais aussi politique et économique.

 

Elle va avoir des retentissements sur l'ensemble du monde...

Sont à prévoir des pénuries, des famines, des victimes innombrables de cette guerre...

 

En Europe, il faudra accepter d'avoir froid pour aider et soutenir les Ukrainiens. Les classes moyennes et populaires souffrent déjà d'une inflation galopante...

Dans un monde interconnecté, les conséquences du conflit en Ukraine sont colossales : l'Europe va en payer le prix fort, comme tous les pays pauvres que l'explosion du prix du blé va plonger dans une misère terrible.

Quant à l'écologie, elle sera aussi sacrifiée : pour se passer du gaz russe, l'Europe devra rouvrir des centrales à charbon.

 

 

 

Sources :

 

https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-l-eco/entendez-vous-l-eco-du-vendredi-11-mars-2022

 

 

https://www.lesoleil.com/2022/02/02/poutine-releve-dun-cran-la-course-aux-armements-e39c7656c055fe77a0bbdb58799b11ed

 

 

 

Guerre en Ukraine : la course aux armements et autres conséquences...
Partager cet article
Repost1
11 février 2022 5 11 /02 /février /2022 12:24
Sur les pas de Jérémie Villet, un passionné de nature...

 

Jérémie Villet nous emmène, au cours de ce reportage, en Haute-Savoie, on le voit se déplacer lentement dans une neige épaisse, compacte... il s'arrête, pose son sac, et avec des jumelles scrute le paysage, il a aperçu des traces de tétras-lyres.

Vous connaissez ce genre d'oiseau ? Moi, pas du tout ! 

Il lui faut attendre le lendemain matin pour tenter de les photographier...

Tandis qu'il s'installe pour la nuit, un chamois se profile sur la colline...

 

Au petit matin, à 5 heures 20, le photographe scrute l'horizon avec son appareil : "On entend un coq, dit-il, ils sont en dessous, dans la pente... c'est bien ! ça roucoule et puis ça fait un genre de chuintement."

L'animal apparaît alors trottinant dans la neige : un coq étonnant aux teintes de bleu sombre avec deux crêtes écarlates. Sa silhouette obscure ressort sur l'immensité neigeuse...

"On dirait vraiment une peinture ! C'est un peu notre ours polaire, à nous. Ce sont des animaux qui tendent à  disparaître." commente  Jérémie Villet.

On voit alors de magnifiques photos de l'oiseau qui s'envole, ailes déployées, teintées de bleu de nuit et de blanc.

Un oiseau que je n'avais jamais vu, un spécimen rare qui vit loin du regard des hommes...

 

L'hiver fini, Jérémie Villet poursuit ses activités de photographe : renards, oiseaux à débusquer et à imprimer sur la pellicule.

Le voici au mois de juin, dans un paysage champêtre, près des étangs de Sologne en quête du grèbe à cou noir.

Encore un animal dont j'ignorais même le nom !

Le photographe repère un petit étang super sauvage... Il utilise un affût flottant qui lui permet de rentrer à pied dans l'eau pour observer la faune. Il le recouvre de fougères.

"Les milieux humides sont de de plus en plus rares : des endroits qu'on a asséchés pour construire quelque chose. Les humains n'aiment pas trop les marais : il y a des moustiques, on ne sait pas quoi y faire... Mais, en fait, c'est hyper riche avec des larves d'une multitude d'insectes, et les oiseaux vivent grâce à ça."

Vers 4 heures, 45, Jérémie Villet se faufile dans son affût... l'eau amortit tous les mouvements.

Des myriades d'oiseaux apparaissent alors dans la brume du petit matin et voilà que se profile un grèbe à cou noir : étonnante créature !

Des yeux couleur de braise, des plumes brunes hérissées près des yeux, un plumage ténébreux, "comme une espèce de petit dragon.", commente Jérémie Villet.

C'est une mère qui transporte son  oisillon sur son dos : superbe scène !

 

On retrouve ensuite le photographe dans la ferme familiale, dans les Yvelines : dès l'enfance, il a commencé à faire des photos d'animaux, chevreuils, renards, sangliers...

 

Dans le Haut-Jura, on suit encore Jérémie Villet qui se met en quête d'un terrier de renardeaux : il se camoufle, et soudain, surgit un premier renardeau, dont on croise le regard, puis deux autres encore, ils ont environ deux mois, deux mois et demi.

Le lendemain, au petit matin : nouvel affût, cette fois la famille est réunie au complet... on voit les renardeaux jouer, jolie scène finale : la maman entourée de ses renardeaux.

 

Un grand merci à ce photographe qui nous fait apprécier une nature intacte, qui nous fait approcher des animaux étranges, peu connus ou plus familiers dans leur environnement naturel...

 

 

Source :

 

https://www.france.tv/france-2/13h15-le-samedi/3037469-dans-les-yeux-de-jeremie.html

 

https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/photographie/jeremie-villet-photographe-passionne-des-photos-animalieres-sous-la-neige_4925477.html

Sur les pas de Jérémie Villet, un passionné de nature...
Partager cet article
Repost0
9 février 2022 3 09 /02 /février /2022 09:56
L'écologie selon Aymeric Caron... une écologie métaphysique !

 

"Notre imaginaire est complètement confiné... j'ai pu dans des ouvrages précédents proposer des choses qui paraissent irréalistes même quand il s'agit des droits des animaux.", déclare le militant écologiste Aymeric Caron...

Et il précise encore : "Ce sont des idées séduisantes.

La plupart des gens qui nous écoutent sont éduqués dans l'idée qu'un destin c'est faire des études, trouver un travail pour vivre, ce travail va vous occuper toute votre semaine, c'est lui qui va organiser votre vie, c'est pas votre vie de famille, c'est pas vos goûts, ça on va le mettre un peu de côté, et puis on sait qu'il va y avoir une retraite, on ne sait pas aujourd'hui si c'est 65, 70, bientôt 75 ans, et on donne l'idée aux gens, dès qu'ils naissent que c'est la seule option possible... Et le problème des possibilités politiques qui ont été offertes, depuis un certain nombre d'années, c'est d'essayer de composer des variables d'ajustement dans cette chose qui paraît indépassable...

 

Alors, justement, l'écologie, c'est la seule offre politique qui propose à chacun de vivre autrement en expliquant : vous savez, il n' y a pas que le travail pour s'émanciper, pour se réaliser surtout dans une société qui vous le permet de moins en moins.

Imaginez que vous ne travaillez plus ( ça, c'est de l'écologie pure ) que quinze ou vingt heures par semaine... quoi ? C'est quoi cette folie ? Mais c'est absolument impossible, l'économie ne peut pas, mais si, l'économie peut soutenir ce système.... ça veut dire quoi ?

ça veut dire que vous aurez du temps pour vous occuper de votre famille, ça veut dire que sur les domaines de la vie qui vous intéressent, la musique ou tel projet associatif, vous aurez désormais du temps pour vous en occuper.

 

Pourquoi aujourd'hui on ne peut pas s'impliquer convenablement dans la vie démocratique ?

Parce que le système nous assomme complètement dans un quotidien du travail qui fait que quand on rentre chez soi, on n'a pas tous le temps pou se consacrer à d'autres activités.

 

Quand on repense le rapport au temps, on repense au rapport à notre vie... quand tout à coup on a du temps pour s'investir dans la vie démocratique, pour comprendre l'essentiel... depuis 30 ans ou 40 ans, l'écologie politique s'est enfermée dans une vision de l'écologie qui est mathématique, l'écologie des quotas : produire un peu moins de CO2, détruire un peu moins d'espèces, etc.

L'écologie, aujourd'hui, qu'il faut expliquer, c'est une écologie métaphysique. Et c'est là dessus qu'échouent profondément nos politiques."

 

Voilà un programme séduisant !

Alors que nous courons sans cesse après le temps, alors que le travail accapare une grande partie de notre temps, peut-on refonder un autre système ?

 

L'humanité est questionnée dans sa survie avec les politiques qui sont menées par nos gouvernants.

La croissance, la course à la rentabilité dans de nombreux domaines : l'école, l'hôpital, les Ehpad, continuent à polluer et à empoisonner nos sociétés.

 

Source :

 

https://www.france.tv/france-5/c-ce-soir/c-ce-soir-saison-2/3035293-l-ecologie-peut-elle-faire-rever.html

 

 

 

L'écologie selon Aymeric Caron... une écologie métaphysique !
Partager cet article
Repost1
2 février 2022 3 02 /02 /février /2022 09:48
"Cette publicité qui rend désirable tout ce qui détruit la planète..."

 

"La force, le pouvoir, les puissances de l'argent viennent inonder de publicités diverses et variées tous nos imaginaires. Cet argent vient faire de la publicité et rendre désirable tout ce qui détruit la planète.", déclare l'écologiste Marie Toussaint.

"On ne lutte pas à armes égales et tant qu'on n'aura pas fait tomber ce pouvoir, alors, on continuera à nous vendre ce qui constitue des forces de mort."

 

Et que nous vendent les publicités ?

Des grosses voitures, des SUV, des bolides... au lieu de fabriquer des petites voitures économes en énergie, les constructeurs automobile s'acharnent à sortir des modèles puissants, coûteux, énergivores.

 

Que dire des écrans de télévision ? Toujours plus grands, toujours plus impressionnants, à tel point qu'ils atteignent des dimensions gigantesques.

 Des écrans "led", ultra-plats, certes, mais aux dimensions écrasantes.


Qui peut avoir envie d'acquérir des appareils si envahissants ?

Pour ma part, je me refuse à une telle mégalomanie, à cette gabegie technologique, qui n'a aucune utilité.

En passant dans le rayons des téléviseurs d'un grand magasin, on se sent comme écrasé par cette débauche d'écrans surdimensionnés. C'est un monde effrayant où les écrans dévorent l'espace, où les objets s'emparent de l'environnement, où l'on se sent minuscule...
Des téléviseurs de plus d'un mètre, parfois un mètre cinquante, qui sont si encombrants qu'on en est, à la fois, étonné et inquiet.

 

Les smartphones eux, s'ils  sont d'une taille raisonnable, deviennent de plus en plus sophistiqués : on nous incite à acheter le dernier modèle présenté comme toujours plus performant.

Michel Houellebecq se moque ainsi de cette fuite en avant au début de son roman Anéantir : "Bastien Doutremont prenait souvent des photos avec son iPhone désuet- on devait en être à la génération 23, il s'était arrêté à la 11."

 

Dans les publicités, c'est le luxe qui s'affiche le plus souvent : un luxe éhonté, d'autant que certains n'ont pas les moyens d'y accéder.

Des sacs, des parfums, des montres, des voitures de luxe...

C'est ainsi que l'on crée des besoins nouveaux et totalement superflus.

L'industrie du vêtement fonctionne de la même manière : on nous incite à acheter une mode qui se renouvelle sans cesse... nouvelles formes, nouvelles couleurs, nouveaux tissus...

Aucune limite et nous nous laissons emporter par ce système productif.

Comment y résister ?

Les hommes politiques eux-mêmes se soumettent au pouvoir de l'économie et de l'argent.

 

 

 

https://www.france.tv/france-5/c-ce-soir/c-ce-soir-saison-2/3035293-l-ecologie-peut-elle-faire-rever.html

"Cette publicité qui rend désirable tout ce qui détruit la planète..."
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2022 1 31 /01 /janvier /2022 12:14
Tristes Jeux Olympiques !

 

"Aux abords du stade olympique, la bulle est en place, hermétique, fermée, bien gardée.

Pendant les jeux, seuls les athlètes, organisateurs et volontaires pourront être à l'intérieur de cette zone... les autres resteront de l'autre côté du grillage...

Bulles olympiques à Pékin et sur les montagnes alentour : l'idée est d'éviter toute possibilité de transmission du virus, surtout, selon les autorités, avec les athlètes venus de l'étranger, où le Covid-19 court.

 

Pris en mains dès l'aéroport, les participants ne sortiront pas de la bulle ou plutôt des bulles : à Pékin et sur les deux autres lieux des J O. : Yanqing et Zhangjiakou.

Devant la gare principale qui relie Pékin aux deux sites olympiques, pour les trains, il y aura des voitures dédiées aux voyageurs de la bulle olympique, séparées des autres voitures, dédiées au grand public.

 

L'obsession des autorités : que personne ne se croise. Et sur les routes qui relient les sites, une voie olympique a été mise en place pour les participants, dans des véhicules bien identifiés... et ce message clair de la police :

"Attention à ne pas assister les personnes en danger... Si vous voyez un accident sur la voie olympique, gardez vos distances, ne vous approchez pas !"

 

 À l’intérieur de la bulle, où les entraînements ont commencé, port du masque obligatoire, contrôle de température et tests PCR quotidiens sont exigés.

Plus d'une centaine de cas positifs ont déjà été détectés : rien n'est laissé au hasard, même les déchets ne sortiront pas pendant toute la période des jeux.

 

La Chine veut montrer au monde l'efficacité de sa politique zéro covid, alors qu'on dénombre officiellement 80 cas dans la capitale.

 

Pékin est plus que jamais sur le pied de guerre : tout individu qui a acheté de l'aspirine ou du sirop pour la toux dans les 15 derniers jours doit désormais aller se faire tester. La chasse aux malades du Covid-19 est lancée.

 

Donc, des jeux de Pékin sans Pékinois, d'où l'indifférence ou la frustration de beaucoup d'habitants tenus à l'écart. Il n’y aura aucun spectateur dans la bulle. 

Les autorité promettent un spectacle grandiose pour épater la planète."

 

C'est tout de même une organisation effrayante : tout est encadré, contrôlé, planifié, surveillé.

Une politique de contrôle permanent, un carcan pour tous les participants à ces Jeux....

On apprend aussi que la neige sera 100 % artificielle : plus de 100 générateurs de neige et 300 canons à neige oeuvreront sans relâche pour recouvrir les pistes de fausse neige. 

Des jeux vraiment pas écologiques, donc !

Ce processus est énergivore et gourmand en eau et nécessite le recours à des produits chimiques pour ralentir la fonte de la neige. Il rend aussi les surfaces imprévisibles et potentiellement dangereuses, d'après de nombreux compétiteurs. "Les Jeux d'hiver 2022 constitueront sans aucun doute un spectacle impressionnant, que des millions de personnes à travers le monde regarderont et apprécieront. Mais ils devraient aussi susciter le débat sur l'avenir des Jeux d'hiver et les limites de la fabrication d'environnements naturels artificiels", selon une association écologique.

 

Tristes Jeux Olympiques !

 

 

 

 

 

https://www.francetvinfo.fr/les-jeux-olympiques/pekin-2022/pekin-des-jeux-olympiques-sous-bulle-sanitaire_4931827.html

 

 

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/une-neige-100-artificielle-les-jo-d-hiver-de-pekin-pas-si-verts_2167080.html

 

 

 

 

Tristes Jeux Olympiques !
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2021 1 08 /11 /novembre /2021 12:32
Les éoliennes : la mauvaise solution ?

 

Dans le Tarn, la justice a donné raison à un couple qui considérait les éoliennes comme nocives pour leur santé. Cette décision sonne le glas d'une bataille juridique de près six ans.

 

"Dans la brume, les éoliennes sont à peine visibles, mais le bruit des pales est bien audible.

Six éoliennes en plein coeur du parc régional du Haut-Languedoc sont au coeur d'une bataille juridique que vient de gagner un couple de riverains.

 

"Là, se trouvent les éoliennes et 700 mètres plus bas, il y a notre maison. Du coup, on est tout près.", précise le mari.

Il y a quelques années, ce couple de Belge développe des symptômes qui se résorbent dès qu'ils s'absentent pour quelques semaines.

 

Les flashs lumineux émis par les éoliennes, ou encore les infrasons qu'elles produisent viennent d'être reconnus responsables de leur mal être : "des nausées, des maux de tête, un mal être, on se sentait vraiment écrasé par la présence de ces machines.", témoigne le mari.

Insomnies, malaises, détresse... des troubles graves.

 

Après des années de combat, la cour d'appel de Toulouse leur a donné raison, une décision inédite... Sur les impacts sur la santé, "le syndrome éolien est reconnu, et la démonstration des troubles anormaux du voisinage est établie". 

Depuis, ce couple de Belges a déménagé à quelques kilomètres et leurs symptômes ont disparu.

La bataille se termine enfin. Un combat de six ans !

La décision pourrait inciter d'autres riverains confrontés aux mêmes difficultés, à se lancer à leur tour dans des poursuites judiciaires.

Contactés, les exploitants des éoliennes ne se sont, quant à eux, pas exprimés à ce sujet..."

 

Dans les faits, les implantations d'éoliennes sont de plus en plus contestées : enlaidissement des paysages, perturbation de la faune, nuisances sonores.

De plus, les éoliennes produisent une énergie que l'on ne sait pas stocker.

"Ce qu'on peut reprocher à l'écologie officielle, c'est d'aggraver la dévastation dans sa façon d'y porter remède", écrit Alain Finkielkraut dans son ouvrage L'après littérature.

Et il rajoute : "Les sonneurs de tocsin contribuent à la propagation du sinistre qu'ils annoncent. Ils prétendent faire revivre le maître des vents, et ils détruisent, pour accélérer la transition énergétique, les paysages de Crète..."

Et Alain Finkielkraut en vient à citer le témoignage d'une pharmacienne de la petite ville de Zakros : "Ces montagnes sont nos monuments naturels, c'est notre culture, notre régime alimentaire, notre histoire- elles furent le refuge de nos résistants à toutes les occupations de l'île. Comment trouver les mots pour expliquer à l'extérieur que l'énergie verte est devenue notre cauchemar, alors que de nouveaux projets sont lancés sans limite aucune ?"

 

Source :

https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/tarn-un-couple-remporte-son-combat-judiciaire-contre-les-eoliennes_4836387.html

 

 

 

Les éoliennes : la mauvaise solution ?
Partager cet article
Repost0
27 octobre 2021 3 27 /10 /octobre /2021 10:26
La Chine vouée au charbon...

 

 

"En Chine, dans la province du Shanxi, sous un épais nuage de poussières, des camions s'activent comme jamais...

Au début du mois, les producteurs de charbon ont été sommés, par le gouvernement, d'augmenter leur production de charbon, quitte à rouvrir certaines mines fermées du pays, comme dans la province du Shanxi, au nord de la Chine, le cœur du bassin minier chinois.

 

Tous les jours, il y a une longue file d'attente devant les centrales, les ouvriers doivent travailler tard parfois jusqu'à minuit, faire des heures supplémentaires et l'hiver arrive : il faut répondre aux besoins de tous, et il va falloir se chauffer.

 

La Chine roule toujours majoritairement au charbon. 

"Tous les jours, 6 à 7 cents camions arrivent : on ne peut même pas répondre à la demande", commente le directeur de l'énergie.

Une demande exponentielle pour le chauffage, l'électricité des foyers, mais surtout pour toutes les industries du pays.

 

L'usine du monde n'a jamais autant produit depuis la pandémie et donc consommé de l'électricité.

Pékin veut avant tout éviter des coupures électriques liées à la pénurie de ces dernières semaines, une pénurie qui fait s'envoler les prix.

 

La tonne de charbon est passée de 102 euros en janvier à 266 euros aujourd'hui.

A Linfen, ville où le charbon est roi, les entreprises de commerce de l'énergie fossile et leurs patrons gardent le sourire : le charbon n'est pas encore mort.

Un vendeur de charbon déclare : "Dans notre province, il n' y a que ça, il n'y a pas d'autres industries, on n'a que le charbon. Et rien pour le remplacer."

 

La Chine reste le premier consommateur de charbon au monde et peine encore à trouver un équilibre entre la vitalité de son économie et les objectifs climatiques qui semblent pour l'heure inatteignables.

La baisse de consommation du charbon semble pour l'instant utopique, un charbon qui produit 70 % de l'électricité en Chine, en ce début d'automne."

 

Aux États-Unis, si Joe Biden s’attaque aux énergies fossiles, ce pays reste largement dépendant de ces énergies : pétrole, gaz de schiste, charbon...

De plus, la puissance industrielle pétrolière s'oppose à la politique de Joe Biden avec un argument économique : l'économie américaine va reprendre, on va consommer davantage d'énergie et si les Etats-Unis ne produisent plus autant d'énergie, l'énergie va coûter plus cher, on va importer cette énergie, on va être dépendant de l'extérieur.

 

Dès lors, quand les deux pays les plus puissants au monde continuent à utiliser des énergies fossiles, comment peut-on espérer lutter contre le dérèglement climatique ?

N'est-ce pas utopique ?

 

 

 

Source :

https://www.francetvinfo.fr/economie/industrie/chine-la-production-de-charbon-tourne-a-plein-regime_4821471.html

 

 

 

 

La Chine vouée au charbon...
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2021 3 13 /10 /octobre /2021 10:21
Passionné de nature et de photographie...

 

C'est une quête en solitaire, au plus près de la nature... Emelin Dupieux, 15 ans, passe tout son temps libre dehors à la recherche d'animaux sauvages à photographier.

Depuis 3 ans, ce lycéen arpente les vallées et les monts d'Ardèche et accumule les clichés...

Par exemple, la photographie de ce renard au museau embué de neige, dans un paysage blanc et lumineux... Magnifique !

 

Ce matin là, il guette l'apparition d'un oiseau, le cincle plongeur.

Pour espérer le retrouver, il faut descendre dans les gorges, au plus près de la rivière. Emelin scrute les traces laissées par l'oiseau, notamment ses fientes...

"Il y en a une toute fraîche ! Elle est encore humide. Quand il y a beaucoup de rapides, l'oiseau aime bien se poser sur des endroits un peu plats, comme ça..."commente Emelin.

 

Bien équipé, le photographe se cache au milieu des rochers, un filet sombre sur la tête. Là, il n'a plus qu'à attendre.

"C'est une sensation d'être plus proche de la nature, caché dans la nature, invisible."

 

Des heures d'attente pour pouvoir photographier cet oiseau brun et blanc de la taille d'un merle : magnifique cliché de l'oiseau qui prend son envol, le plumage ébouriffé, les ailes auréolées de gouttes d'eau...

 

Emelin a aussi photographié un papillon, l'Apollon, qui lui vaut aujourd'hui un prix dans un prestigieux concours international.

Son travail sera bientôt exposé au muséum d'histoire naturelle de Londres et publié dans un livre.

Avec ses photos, il souhaite transmettre sa passion pour la nature.

"J'aimerais beaucoup que les gens, en voyant ces photos, fassent attention en se baladant, tout simplement, ça peut leur donner envie de protéger l'environnement." explique encore le jeune homme...

 

Cet intérêt pour l'écologie et la photographie, Emelin le partage avec son père, spécialiste de la biodiversité. Celui-ci le rejoint parfois dans ses sorties.

"Je suis content qu'il s'immerge comme ça dans la nature, tout seul et qu'il vive ces moments forts, le plus fort étant qu'il puisse tomber nez à nez avec un animal, deux regards qui 'accrochent, c'est formidable..."déclare son père.

 

Des moments forts qu'Emelin espère vivre plus tard dans son travail : il aimerait devenir photographe professionnel.

 

 

Source :

https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/photographie/15-ans-et-laureat-dun-concours-international-de-photographie_4801415.html

Photos :

https://www.emelindupieux.com/index.php/albums/cincle-plongeur-dipper/

 

 

Passionné de nature et de photographie...
Partager cet article
Repost1
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 11:28
Le même monde en un peu pire ?

 

Un monde nouveau après le Covid ? Un monde où l'homme aurait pris conscience de l'importance de l'enjeu écologique ?

Est-ce possible ? Un monde meilleur ?

 

Comme le disait Michel Houellebecq, le monde d'après "sera le même, en un peu pire"... "nous ne nous réveillerons pas, après le confinement, dans un nouveau monde ; ce sera le même, en un peu pire..."

Et les faits semblent lui donner raison.

 

"Ainsi, face à la hausse du prix du gaz, le charbon devient le grand gagnant de la crise.

En pleine flambée des prix du gaz, de nombreux pays ont recours au charbon, plus économique pour produire de l'électricité. Les conséquences pour l'environnement sont évidemment désastreuses.

 

Les énergies vertes sont censées représenter l'avenir, mais c'est bien le charbon qui fait son grand retour dans l'après covid, de la Russie à l'Allemagne en passant par la Chine. Les mines et centrales à charbon tournent à plein régime à travers le monde.

 

En Asie, il faut produire vite de l'énergie pour accompagner la reprise de l'économie : la Chine fait même face à des pénuries.

Inquiétude aussi en Inde où 70% de l'électricité provient du charbon : ses 13 jours de stock ont fondu à 4 jours seulement. "En Inde, l'économie est repartie beaucoup plus rapidement que ce qu'on avait prévu. Or, pour produire de l'électricité, on n'a rien d'autre que le charbon. On n'a pas de gaz, pas de pétrole. On investit dans les énergies renouvelables, mais cela prend du temps.", explique Uppinder Kumar, conseiller en énergie.

 

Le charbon revient aussi à la mode au coeur même de l'Europe, en France, où se trouvent encore deux centrales, mais surtout au Royaume-Uni et en Allemagne, en Italie : plus 43% en seulement un an.

 

Comment expliquer le retour en grâce du minerai noir ? Parce que le prix du gaz, son concurrent, s'est envolé. Il vaut mieux produire de l'électricité à base de charbon qu'à base de gaz naturel.

Une équation financière pour un résultat environnemental catastrophique.

 

Les centrales à charbon, c'est une tonne de CO2 rejetée par mégawatt heure d'électricité produite, deux fois plus qu'une centrale au gaz.

De quoi inquiéter les associations environnementales car l'hiver arrive..."

 

De plus, en France, les foyers qui voient leurs factures gonfler se tournent de plus en plus vers le chauffage au bois, plus économique.

Et on sait que le chauffage au bois est aussi particulièrement polluant...

 

Oui, on peut le dire : le même monde, en vraiment pire...

 

Source :

 

https://www.francetvinfo.fr/economie/energie/hausse-des-prix-du-gaz-le-charbon-grand-gagnant-de-la-crise_4796255.html

 

 

 

 

Le même monde en un peu pire ?
Partager cet article
Repost0
27 septembre 2021 1 27 /09 /septembre /2021 11:40
De l'eau à prix d'or !

 

 

L'écologie a bon dos ! Elle permet toutes sortes d'arnaques... Voici que l'enseigne McDonald's se met à vendre de l'eau du robinet au prix de 5 à 7 euros le litre !

Et quel est l'argument de vente ? L'écologie bien sûr !

 

L’initiative entrerait dans la nouvelle politique de la firme, qui fait tout pour reverdir son image, notamment en réduisant l’utilisation de plastique. Cela passe par la suppression des pailles - en vertu de la législation européenne - mais aussi par cette initiative qui vise à supprimer les bouteilles d’eau vendues jusqu’à présent.

Voilà un bel argument écologique !

"Ce nouvel engagement va permettre l’économie de plus de 1000 tonnes de plastique supplémentaire",  annonçait fièrement la firme dans un communiqué d’avril actant la généralisation du procédé à l’échelle française.

Désormais le géant américain vend un gobelet en carton de 25cl au prix de 1,70 euros et jusqu’à 2,75€ pour une version de 50cl aromatisée.

 

Cette eau vendue à prix d'or est donc de l'eau du robinet, et elle serait filtrée... Par quel système de filtration ? On ne sait pas trop...

Evidemment, cela sent l'arnaque...

 

Un des vendeurs tente de justifier le prix : "Les bouteilles en plastique, c'est terminé chez Mac Do ! C'est l'eau classique qui est filtrée par une autre machine que l'eau du robinet. C'est l'eau de la ville mais filtrée plus plus plus..."

Sur Tweeter, un autre salarié commente : "Entre 5 et 7 euros le litre, probablement la plus grosse arnaque du siècle."

 

Même réaction chez la plupart des potentiels clients : "ça n'a pas de sens, de toute façon, l'eau qu'on boit, elle est censée être potable. Ils vendent du vent..."

 

Pourtant, rien d'illégal : dans un bistrot ou un café, le verre d'eau gratuit n'est absolument pas obligatoire.

 

Sollicité, le leader du hamburger explique que ce produit fait l'objet d'un investissement pour chaque restaurant afin de proposer une eau purifiée à 99,99 %.

 

Selon Francois Carlier, délégué général de l'Association nationale de consommateurs et usagers, "c'est fondamentalement abusif, on est bien au-delà du coût de production réel... encore une fois, c'est envoyer un mauvais signal, parce que ça détourne les clients d'une initiative qui d'un point de vue écologique aurait pu être positive."

 

Vous avez encore envie d'aller au Mac-Do ? Vraiment ?

Pour manger des hamburgers bourrés de graisses saturées, pauvres en vitamines, en minéraux et en fibres ?

Pour boire une eau du robinet qu'on vous fait payer à prix d'or ? 

Il faut être fou !

 

 

Source :

https://www.francetvinfo.fr/sante/alimentation/mcdonalds-polemique-autour-du-prix-de-leau_4783301.html

 

 

De l'eau à prix d'or !
Partager cet article
Repost0