Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 09:15
Emmanuel Macron : le narcissisme incarné...

 

 

 

Emmanuel Macron est un personnage, il aime la lumière des projecteurs, il aime la mise en scène...

 

Sa démission du gouvernement était, sans nul doute, préméditée depuis longtemps, depuis qu'il a créé son mouvement "en marche", on sentait chez lui des velléités d'indépendance et une soif de pouvoir.

 

Les opérations de communication se sont succédé...

Main dans la main, le couple Macron, apparaissait au mois d'avril, à la Une du journal Paris-Match. Sur huit pages, s'étalaient des photos personnelles du couple. L'article s'achevait sur une longue interview de Brigitte Macron, un éloge dithyrambique de son époux.

 

Le ministre de l’Economie avait reconnu, alors, avoir commis une "bêtise", après cette publication dans Paris-Match. Il avait même osé déclarer :

"Mon épouse, elle ne connaît pas le système média­tique, elle le regrette d’ailleurs profon­dé­ment (…) C'est une bêtise, une bêtise qu’on a faite ensemble, non pas que je le regrette ou que ça ait beau­coup d'impor­tance mais (…) c'est sans doute une maladresse, je l’as­sume plei­ne­ment et ce ne sera donc pas une stra­té­gie qu’on repro­duira."

 

Au début du mois d'août, le couple s'affichait encore à la Une de Paris Match : cette fois-ci, Emmanuel Macron était photographié avec sa femme Brigitte à la plage..

 

Emmanuel Macron, c'est le narcissisme exacerbé : il se met en scène, il veut occuper le terrain médiatique.

Indubitablement, il aime les projecteurs, et il sait les utiliser.

 

Avec une telle volonté de se montrer, de s'exiber, il perd, en même temps, une certaine crédibilité...

Il est beau gosse et joue à outrance de cette carte de la séduction...

Certaines de ses déclarations ont, toutefois, créé la polémique et ont révélé un mépris des classes populaires.

 

En démissionnant du gouvernement, il se conforme à ce personnage qu'il incarne : il aime les coups de théâtre, les scénarios à rebondissements...

Certes, beaucoup d'hommes politiques sont atteints de narcissisme, mais lui s'en est fait une spécialité...

Pour un esprit brillant, c'est dommage ! Car sa façon de communiquer a été bien souvent maladroite.

Il est apparu souvent comme un être factice, jouant des rôles, un véritable cabotin...

Qui pourrait rivaliser avec lui, dans ce domaine ? On songe à un autre "ténor" de la politique : Arnaud Montebourg, un autre Tartuffe qui se met volontiers en scène...

On songe à Nicolas Sarkozy qui veut revenir sur le devant de la scène, alors qu'il avait annoncé son retrait de la vie politique.

Les Tartuffe se bousculent au portillon et ils sont de plus en plus nombreux.

 

La politique devient un art du spectacle et de la représentation : le "bling-bling" est à l'honneur, on en oublierait presque tous les soucis et les problèmes de la société française.

Emmanuel Macron veut moderniser l'économie de notre pays : comment ? En "assouplissant" les 35 heures, en favorisant les licenciements, en précarisant les travailleurs...

Une politique qui vise encore et toujours à stigmatiser les plus pauvres et à enrichir les plus riches.

 

 

 

 

 

Emmanuel Macron : le narcissisme incarné...
Partager cet article
Repost0
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 08:01
Désormais, même les cartables sont chinois...

 

 

 

La rentrée approche : il est temps pour les parents d'acquérir des fournitures scolaires, cahiers, stylo, classeurs, feuilles... Et bien sûr, le cartable des écoliers est souvent renouvelé, en ce début d'année scolaire...

 

Les enfants, les adolescents disposent d' un large choix de modèles et dans ce domaine, tous les détails comptent : les couleurs, les motifs, les formes, les fermetures...

 

Ce lundi 22 août, un reportage du journal de 20 heures sur France 2 était consacré à ce "produit star de la rentrée"...

 

On apprend que la plupart de ces cartables sont fabriqués en Asie, ces sacs sont conçus en France, mais les matières premières viennent de Chine : en France les tissus sont beaucoup trop chers... et bien sûr tous ces cartables sont fabriqués dans des ateliers chinois.

En Chine, les employés sont payés 400 euros par mois : on comprend pourquoi ces sacs nous viennent de Chine.

 

La qualité de ces cartables est variable en fonction des prix : les moins chers dont les motifs sont peints avec des produits chimiques peuvent comporter des risques pour la santé des enfants, d'autres sont équipés de fermoirs fragiles, d'autres encore, les plus chers, ne sont pas vraiment imperméables.

 

On est tout de même stupéfait de constater cette déferlante de produits chinois : on sait que la Chine nous inonde de produits informatiques : ordinateurs, i-phones, tablettes...

On sait que la plupart des vêtements vendus dans notre pays sont fabriqués en Chine...

Mais quand on découvre que même les cartables des élèves français sont chinois, on prend conscience de l'étendue du problème.

 

Nous sommes submergés par les produits chinois : parfois, nous ne parvenons même pas à déceler l'origine des marchandises, on trouve simplement la mention : "produit importé", notamment dans le domaine alimentaire.

 

Il ne faut plus s'étonner de voir nos entreprises en difficulté, face à la concurrence d'un pays comme la Chine où les salaires sont dérisoires...

Même nos cartables sont chinois !

 

Les meubles, les téléviseurs, les jouets, les anoraks, les bijoux... de nombreux produits chinois envahissent nos magasins..

Or, certains de ces produits sont dangereux, nocifs, car ils ne sont pas suffisamment contrôlés.

Nous sommes littéralement envahis par cette déferlante chinoise.

 

A force de délocalisations, notre économie perd ses forces vives et certaines compétences risquent de disparaître.

Nous subissons une véritable invasion...

Comment y échapper ? Dans tous les domaines, la Chine nous inonde de ses produits : le sport, les jeux, l'informatique, les vêtements...

 

 

 

 

 

https://www.euractiv.fr/section/sante-modes-de-vie/news/les-produits-chinois-dangereux-envahissent-toujours-lue/

 

http://www.lefigaro.fr/conso/2016/04/26/05007-20160426ARTFIG00075-en-europe-deux-produits-dangereux-sur-trois-viennent-de-chine.php

 

 

 

 

 

 

Désormais, même les cartables sont chinois...
Partager cet article
Repost0
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 13:19
Une société du chiffre...

 

 

 

 

Nous vivons dans une société du chiffre, dans un monde de rentabilité à  outrance : les marchés se focalisent sur les chiffres de la croissance. Si ces chiffres sont bons, tout va bien. Si la croissance est à la baisse, c'est un sujet permanent d'inquiétude...

 

Les établissements scolaires sont, maintenant, tenus de faire du chiffre : chaque année, sont publiés les chiffres de réussite au baccalauréat et les lycées sont classés en fonction de ces critères.

Le chiffre ! Le maître mot de nos sociétés !

 

"Travailler plus pour gagner plus...", on se souvient, aussi, de ce slogan célèbre qui a été en faveur, lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

 

Et dans de nombreux domaines, le chiffre est essentiel.

Les médecins, dès que leurs patients entrent dans leur cabinet, exigent d'eux leur carte vitale, avant même de s'enquérir de leur santé.

Dans les cliniques, les hôpitaux, la rentabilité est à l'ordre du jour : multiplication de certains examens, interventions chirurgicales, scanners, radios, échographies, à la chaîne.

Certains médecins privilégient des traitements onéreux, peu pratiques pour le patient : prescription d'une série de piqûres qu'on peut remplacer par des médicaments plus faciles à absorber, et moins chers.

 

Dans les entreprises, les actionnaires réclament du chiffre, toujours plus de chiffre.

 

Les chaînes de télévision sont notées et cotées en fonction de l'audience qu'elles recueillent pour tel ou tel programme.

On a, ainsi, appris que M6 avait obtenu une audience exceptionnelle, lors de la diffusion du match France Islande ! 17 millions de spectateurs, un record !

 

Mais, ne serait-il pas temps de revenir à plus d'humanité ?

Ne serait-il pas temps d'oublier le chiffre ?

Les êtres humains ne sont pas faits pour vivre sous le règne du chiffre. Ils ont besoin, en maintes circonstances, d'un certain humanisme.

Et cet humanisme tend à disparaître dans un monde voué au chiffre, et à la rentabilité.

L'être humain s'enrichit d'expériences, de contacts avec autrui : soumis à cette pression du chiffre, il ne peut plus s'épanouir et acquérir l'indispensable sérénité dont il a besoin.

 

Arrêtons de nous soumettre au chiffre ! La tyrannie du chiffre nous conduit aux pires dérives !

L'être humain n'est pas fait pour vivre sous la domination de la rentabilité : ce n'est pas, là, le but d'une vie.

 

Il faut redonner d'autres repères, d'autres objectifs à l'être humain et à la société dans son ensemble.

Le chiffre ne nous rend pas heureux, il annihile l'individu, le soumet à une rentabilité, l'inclut dans une masse, au lieu de lui accorder toute sa valeur.

C'est l'humanisme qui enrichit l'homme, c'est l'humanisme qui lui apporte un épanouissement et un bonheur de tous les jours.

 

 

 

 

 

 

Une société du chiffre...
Partager cet article
Repost0
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 12:59
La fraude fiscale jusqu'à l'écoeurement...

 

 

 

 

Le "Panama papers", un scandale financier, mis à jour par le journal Le Monde et de nombreux autres médias, nous démontre, une fois de plus, que notre monde globalisé est en perte de repères.

 

L'argent devient le but suprême d'une société où le capitalisme s'impose et triomphe d'une manière exacerbée et dangereuse.

 

De nombreuses personnalités, dont les noms ont été révélés, se retrouvent éclaboussées par ce scandale financier.

 

On ne s'étonnera pas de trouver dans cette liste certains noms : Michel Platini, Lionel Messi, Jérôme Cahuzac, Patrick Balkany, des proches de Vladimir Poutine, de Bachar el Assad, le roi Salman d’Arabie saoudite, et bien d'autres...

 

 Ainsi, Patrick Balkany qui côtoie les plus hautes sphères de la société, ami de Nicolas Sarkozy,  soupçonné de fraude fiscale, d'emploi fictif, de détournement de fonds, a déjà un lourd arriéré et un passé chargé d'affaires douteuses.

 

D'autres noms seront encore dévoilés au cours de la semaine, et notamment celui d'un parti National, également impliqué dans cette affaire.

Un bémol toutefois : dans cette enquête, aucun nom américain n'a été cité, pour l'instant... curieux oubli, tout de même, et on attend plus de révélations à ce sujet.

 

"Les grands de ce monde", des sportifs, des hommes politiques, des milliardaires soupçonnés de blanchiment d'argent, d'évasion fiscale... désormais nous comprenons mieux les difficultés de nos économies, face à ces détournements. 

Si les gens les plus riches parviennent à échapper à l'impôt, à cacher des sommes colossales au fisc, c'est aussi un manque à gagner colossal pour chaque pays concerné...

 

La fraude fiscale jusqu'à l'écoeurement, c'est bien l'impression que nous donne cet énième scandale qui atteint des proportions inégalées...

 

Une société panaméenne, Mossack Fonseca, se chargeait de toutes les opérations, afin de dénicher des paradis fiscaux pour ses clients de différents pays...

 

12 chefs d'Etat dont 6 en activité, 128 responsables politiques et hauts fonctionnaires de premier plan du monde entier, et 29 membres du classement Forbes des 500 personnes les plus riches de la planète, se retrouvent dans la liste de ces clients.

 

Comment s'étonner que le monde soit en crise ?  Une telle dérégulation conduit aux pires injustices... Notre système bancaire est, de plus, complice de ce mécanisme à l'origine de la fraude fiscale, puisque les banques servent d'intermédiaires.

 

Ces gens riches qui veulent devenir encore plus riches nous disent un monde où la morale n'a plus de sens, où l'argent achète tout, où il remplace toutes les autres valeurs, un monde en perdition.

 

 

 

 

 

 

La fraude fiscale jusqu'à l'écoeurement...
Partager cet article
Repost0
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 13:14
Elle s'appelait Dolly...

 

 

 

Tout le monde se souvient de cette première bebis clonée en 1997, au nom célèbre : elle s'appelait Dolly...

 

Et depuis, Dolly a fait des émules :  une émission, intitulée Des mutants dans notre assiette, diffusée sur france 5, le mardi 16 février, met en évidence des manipulations que beaucoup d'entre nous ne soupçonnaient même pas...

Ainsi, en région parisienne, une ferme regroupe un troupeau de vaches qui sont autant de clones, sur lesquels travaillent des chercheurs français...

Mais, au Brésil et aux Etats Unis, les clones ne sont plus seulement des animaux de laboratoire, ils sont proposés à la vente et commercialisés...

Au Brésil, il est possible de cloner les meilleurs spécimens de vaches : la technique est bien rôdée, mais délicate et complexe : certains animaux sont atteints de malformations, ou meurent à la naissance.

De nombreux pays utilisent, pourtant, ces clones à des fins commerciales : l'Argentine, la Corée, la Chine, le Canada, les Etats Unis...

On est terrifié par l'extension de cette pratique : l'homme devient un véritable apprenti sorcier qui manipule les animaux à sa guise, car les clones sont beaucoup plus rentables que les vaches normales : l'argent, encore et toujours, domine notre monde !

 

L'homme, qui se livre à de telles expériences, méprise la vie animale, en vient à produire des monstres, et ne mesure plus du tout les conséquences de son action sur le monde qui l'entoure... 

Le reportage de France 5 nous montre que les consommateurs américains ont le "privilège" de goûter régulièrement de la viande de clones...

En Europe, même si le clonage est interdit à des fins commerciales, le sperme d'animaux américains qui descendent de clones peut être utilisé pour ensemencer des vaches...

On trouve, ainsi, en Suisse, en Ecosse, en France des vaches descendantes de clones conçus et élevés aux Etats-Unis.

On le voit : les importations de semences de clones ne sont pas du tout réglementées, en Europe... Aucun accord n'a pu être trouvé, encore un dysfonctionnement des instances européennes !

Le Brésil exporte, aussi, vers l'Europe de grandes quantités de viandes, mais impossible de savoir quelles sont les viandes qui proviennent de clones...

Par la suite, on découvre, au cours de cette émission, la façon dont les saumons peuvent être modifiés génétiquement, afin d'accélérer leur croissance...
Ces saumons atteignent facilement des dimensions impressionnantes.

Le profit, encore et toujours motive les éleveurs qui produisent ces saumons hors normes.

Devant tant de manipulations, tant de dérives, on est stupéfait.

Les animaux clonés pourraient transmettre des virus à l'homme, c'est ce que pensent certains scientifiques... Ceux qui sont génétiquement modifiés, des saumons mutants dont la croissance est dopée par des hormones, pourraient avoir un impact très grave et très lourd de conséquences sur la biodiversité...

La folie de l'homme, sa démesure, le goût du profit entraînent l'humanité à sa perte : de telles pratiques sont périlleuses et scandaleuses.

Que font les décideurs, que font les hommes politiques pour stopper de telles dérives ?

Que font les gouvernements européens pour empêcher tant d'horreurs susceptibles de générer de graves problèmes sanitaires ?




 On peut visionner l'intégralité du reportage sur ce lien :

http://www.pltv.fr/fr/des-mutants-dans-notre-assiette/

 

http://www.france5.fr/emissions/le-monde-en-face


Un article sur la saumon transgénique :

 

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Un-saumon-transgenique-bientot-dans-les-assiettes-des-Americains-2015-11-22-1383448

 

Elle s'appelait Dolly...
Elle s'appelait Dolly...
Partager cet article
Repost0
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 11:48
Quand les crises se multiplient...

 


Crises de la dette, des migrants, de la démocratie, de l'Europe, du monde ! Les crises n'en finissent pas de se multiplier, en ce début du XXI ème siècle : on nous avait promis monts et merveilles pour l'avénement de cette nouvelle ère, mais on découvre la triste réalité d'une accumulation de crises...

Finie la civilisation des loisirs, fini le plein emploi, finie la sécurité de l'emploi !

C'est le règne de l'argent qui se profile et s'amplifie de jour en jour... D'où nous vient la crise en Europe ? Nul ne peut l'ignorer : c'est une crise financière qui a pour origine la faillite du système économique américain.

Si des réfugiés fuient leurs pays en guerre, c'est aussi parce que ces conflits ont été alimentés, afin de favoriser le commerce des armes de plus en plus florissant.

Dans le domaine de la santé, les laboratoires lancent sur le marché des médicaments dont l'efficacité est contestée, dont les effets sont, parfois, terrifiants : on a tous entendu parler du scandale du Médiator et  celui du Crestor ne va pas tarder à éclater. Là, encore, le profit, l'appât du gain sont responsables de ces dérives et l'être humain est sacrifié sur l'autel de la finance !


La sécurité sociale est, aussi en crise, car les laboratoires, avides d'argent, lancent imprudemment sur le marché des médicaments de plus en plus chers, et parfois même délétères puisqu'ils vont conduire le patient à subir d'autres pathologies, et à prendre d'autres médicaments, un cycle infernal terrible.

La pollution qui gangrène la terre est le résultat d'abus, d'excès, de démesure dans l'agriculture. L'objectif est de gagner de plus en plus d'argent, grâce à des fermes géantes...

L'Europe est dominée par les banquiers et le monde de la finance : la dette de certains pays a généré des gains considérables... Des agioteurs se sont enrichis de manière scandaleuse sur cette dette.


La démocratie est, elle-même, bafouée, désavouée, dans de nombreux pays, car les citoyens doivent subir des décisions souvent iniques, la situation en Grèce est, désormais, préoccupante, car les grecs sont soumis à des mesures drastiques d'austérité : certains peinent à survivre et se retrouvent sans ressources.

Et même si des erreurs ont été commises dans la gestion de ce pays, les grecs se retrouvent dans une impasse : le règne des banquiers s'impose, en Grèce et ailleurs, c'est l'argent qui est roi...

Des migrants, des réfugiés, venus de Syrie, d'Afrique, du Moyen orient, lancés sur les routes, se retrouvent dans une situation désastreuse, après avoir fui la guerre et la misère.... 

Attardons-nous sur le sens originel du mot "crise"... Ce terme, venu du grec, "krisis", désigne, au départ, un choix, il est issu d'un verbe grec "krino", "distinguer, choisir, décider". Secondairement , le mot "krisis" a pris le sens d'un "dissentiment, une contestation ou une phase décisive d'une maladie".

Paradoxalement, les crises viennent justement du fait que nous ne décidons plus, la démocratie étant confisquée par des financiers, des gens riches qui ne rêvent que de s'enrichir un peu plus...

Nous n'avons plus véritablement le choix de décider de notre avenir : même si nous votons, les hommes et les femmes politiques sont inspirés par ces grands financiers qui nous gouvernent.

Le règne des lobbies, des "argentiers" se fait de plus en plus pesant : ce sont eux qui dirigent le monde, et ce sont eux qui sont responsables des crises que nous connaissons...



 

 

 

 

Quand les crises se multiplient...
Partager cet article
Repost0
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 17:55
La rigueur allemande, une nouvelle fois, mise à mal...

 



L'affaire fait grand bruit, et elle a de quoi surprendre, quand on connaît la fameuse "rigueur allemande", souvent mise en avant par nombre de responsables allemands eux-mêmes...

Après la tragédie de l'airbus de la Germanwings, filiale de Lufthansa, en Mars 2015, où un pilote à la santé mentale fragile, avait précipité son avion sur le sol, c'est, cette fois, la principale industrie de ce pays qui est mise en cause, dans une affaire très grave, puisqu'il s'agit d'une véritable fraude...

Le constructeur allemand, Wolkswagen a reconnu avoir manipulé les données d’émission de gaz polluants de ses véhicules diesel produits aux Etats-Unis, pour contourner les règles antipollution...

11 millions de véhicules dans le monde étaient équipés de ce logiciel de trucage, découvert il y a quelques jours.

Un véritable scandale ! Car cette fraude va à l'encontre des normes de pollution, et vient renforcer et conforter les émissions de particules nocives pour la santé,  produites par les moteurs diésel...

Les allemands seraient-ils donc, contrairement aux idées reçues, des tricheurs patentés ?

On nous a présenté, pendant des années, l'Allemagne comme un modèle de rigueur et un exemple à suivre : il semble que ce mythe soit en train de s'effondrer...

Qu'est devenue la vertueuse Allemagne dont on nous a vanté, maintes fois, et en maintes occasions, les mérites ?

Un peu partout, d'ailleurs, en Europe, c'est le règne de l'argent et du profit qui domine : les industriels n'hésitent pas à sacrifier la santé des gens, au nom du profit, on songe à l'industrie pharmaceutique qui a lancé, en France, sur le marché, des médicaments aux effets délétères, comme le Médiator ou le Crestor...

Les allemands, eux-mêmes, ne sont pas en reste et cette fraude d'un des plus grands industriels allemands nous prouve que nos voisins allemands sont, eux aussi, susceptibles d'être pris en défaut : cette fraude aurait duré plus de 5 ans de 2009 à 2015 !

Une véritable menace pour la santé publique !

Désormais, l'image du constructeur allemand se retrouve bien écornée. Le patron de cette entreprise fait part de "ses regrets", mais le mal est fait.

Le numéro 1 mondial de l'automobile risque de connaître de grandes difficultés : une lourde amende en perspective, une chute inéluctable des ventes, peut-être des emplois supprimés...

Quel gâchis ! Partout, les industriels n'hésitent pas à tricher, à compromettre la santé des gens, pour amasser de l'argent, aux dépens  et au détriment des consommateurs.

Et, même des entreprises de grande réputation, d'une fiabilité qui semblait à toute épreuve, sont touchées par ce phénomène...


 

 

 

La rigueur allemande, une nouvelle fois, mise à mal...
Partager cet article
Repost0
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 16:06
La défaite de l'Europe...

 

 

 

La Grèce mise au pied du mur, la Grèce sommée, encore et toujours, d'appliquer des plans d'austérité qui ont été catastrophiques pour le pays, la Grèce sacrifiée au nom d'une rigidité intransigeante, la Grèce va probablement quitter la zone euro.

Le premier ministre acculé par l'eurogroupe a pris la décision d'organiser un référendum : le peuple grec devra décider s'il accepte le énième plan d'austérité concocté par les brillants technocrates de l'euro-groupe.

On peut parler d'une véritable défaite de l'Europe qui ressemble, de plus en plus, à un véritable château de cartes, comme je le disais dans un article précédent.

L'Europe a échoué, car elle est devenue un système technocratique, figé sur ses positions, incapable de tenir compte des difficultés rencontrées par les peuples.

Bien que de nombreuses voix se soient élevées, maintes fois, pour dénoncer cette politique de l'austérité qui anéantit les travailleurs, les retraités, qui les pousse au désespoir, les dirigeants européens restent aveugles et sourds face à la détresse des grecs.

Le référendum annoncé par Alexis Tsipras a mis un coup d'arrêt aux négociations entre la Grèce et ses partenaires.

Le référendum n'est-il pas la "bête noire" de l'Europe ? 

Consulter les peuples ? A quoi bon ? D'autant que ces consultations ont abouti parfois à des annulations pures et simples...

L'Europe n'aime pas les référendums, une façon de mépriser la démocratie, et les désirs des peuples, une façon d'annihiler leurs volontés.

L'Europe décide pour les peuples, faisant fi de leur bonheur : que de temps perdu à accabler les grecs de plans d'austérité pour en arriver à ce résultat !

L'Europe a échoué, car le FMI, l'eurogroupe semblent porter des oeillères : partout les politiques d'austérité ont créé du chômage, ont appauvri les gens les plus humbles, ont entraîné des drames humains...

L'Espagne, l'Italie, le Portugal, la France connaissent des difficultés : l'avenir est incertain, inquiétant.

Qui peut encore vouloir de cette Europe du désespoir et de la misère ?

A quoi sert d'appauvrir encore et toujours le peuple grec ?

A quoi sert de poursuivre obstinément une politique qui a échoué ?

L'Europe gouvernée par des banquiers, très éloignés des préoccupations des gens simples, a perdu toute crédibilité.

Fondée sur le règne de l'argent, l'Europe n'est plus viable car elle ne correspond plus aux aspirations des peuples.

Loin du rêve initial, loin d'une Europe de la justice et du partage, elle est devenue une terre de désunion et de rejet...


 

Un article sur le système des retraites en Grèce : ( les retraites ont constitué la pierre d'achoppement des négociations...)

 

http://www.europe1.fr/economie/grece-le-systeme-de-retraites-est-il-si-genereux-que-ca-1358194

 

 

La défaite de l'Europe...
Partager cet article
Repost0
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 16:52
Uberpop, le modèle américain...

 

 

Nous le savons tous : internet, c'est, à la fois, le meilleur et le pire. Le meilleur, parce que c'est un magnifique outil de communication et de transmission des connaissances, le pire, parce que, chaque jour, naissent de nouveaux sites et systèmes dangereux. 

L'application Uberpop qui déboule en France bouleverse toutes les régles liées au monde du travail. Peut-on admettre que tout un chacun puisse s'improviser chauffeur de taxi, via une application sur internet ?


Et pourquoi pas hôtelier, professeur, loueur d'emplacement de campings, maçon ?

 Aux Etats Unis, le règne d'Uber s'est imposé : voulons-nous, aussi, de ce modèle chez nous ?

Uber, le libéralisme à outrance,  l'absence de lois dans le monde du travail, l'anarchie, pouvons-nous adhérer à un tel système ? Uber, c'est une forme de superlatif qui s'empare de l'économie, qui dérégule, qui anéantit certaines professions...

Voulons nous être tous "ubérisés" ? Désormais, grâce à internet, tout métier risque de l'être : les chauffeurs de taxis qui ont payé chèrement leur licence sont menacés, mais tous les métiers peuvent être concernés.

Tout un chacun peut se dire et s'improviser hôtelier, bricoleur, loueur et se faire rémunérer.

C'est ce que l'on appelle une forme de libéralisme sauvage qui a cours aux Etats-Unis.

Pour ma part, je suis française et je tiens à le rester : dans une société organisée, des lois doivent s'imposer, le travail doit être réglementé, les droits des travailleurs doivent être préservés et protégés.

Certains s'insurgent contre les abus auxquels se livrent des chauffeurs de taxis : c'est exact, ces abus peuvent exister mais nous avons, tous, rencontré, aussi, des chauffeurs de taxis sympas qui font correctement leur travail.

Certes, le système Uberpop offre la possibilité à des gens ayant peu de ressources, d'arrondir leur fin de mois,  car leur salaire ne leur permet pas de vivre correctement.

Mais, en fait, il faut en prendre conscience : la crise, l'austérité, le libéralisme effréné font le lit de ce genre d'application.

Quand le libéralisme s'applique à faire baisser les salaires, à exploiter les salariés, les gens essaient de trouver des solutions, en accomplissant de petits boulots supplémentaires.

Le système est, ainsi, complètement perverti.

Il est normal que les chauffeurs de taxis défendent leurs droits du travail et leur combat est juste, même s'il faut condamner les violences commises par certains d'entre eux, ces derniers jours.


Il faut refuser le système Uber, venu des Etats-Unis, un système ultra-libéral, où tout est possible, où les travailleurs ne sont plus protégés dans leurs droits essentiels.

Aux Etats-Unis, il est déjà facile d'acheter une batterie susceptible de stocker l'électricité afin d'emmagasiner cette énergie lorsque celle-ci est bon marché, au tarif heures creuses... puis chaque particulier peut la revendre !

On le voit : Uber bouleverse, ainsi, toutes les lois du travail et conduit à une marchandisation de l'économie.

Restons français, défendons des droits acquis par de longues luttes !

Défendons le modèle français et ne nous laissons pas envahir par un capitalisme outrancier et débridé, où tout se vend et s'achète, sans aucune règle...



 

 

Uberpop, le modèle américain...
Partager cet article
Repost0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 17:03
Une Angleterre à deux vitesses : l'image même de ce que devient l'Europe...

 

 

L'Angleterre affiche une bonne santé économique : le taux de chômage est passé de plus de 8% en 2010, à 5,6% en mars 2015 ; le nombre de personnes ayant un travail n'a jamais été aussi élevé, et l'inflation est tombée à zéro !

La croissance est au rendez-vous, les riches prospèrent de plus en plus...

Vive la croissance ! Elle est d'ailleurs l'objectif premier de la plupart des pays européens.

Mais, face à ce bilan économique florissant, de nombreux britanniques souffrent, vivent, même, dans un état de précarité indécent.


Ainsi, deux millions de britanniques sont mal nourris.  Dans ce pays, de plus en plus de gens fréquentent les banques alimentaires ou des associations caritatives, pour se nourrir... "Le nombre de personnes s'étant tournées vers un réseau pour obtenir de la nourriture d'urgence est passé de 61 648 entre 2010 et 2011 à 913 138 entre 2013 et 2014, soit un nombre multiplié par 15 en trois ans", selon les chiffres révélés dans un article paru sur le journal Le Monde.

 On voit se dessiner l'image d'une Angleterre à deux vitesses : celle des britanniques huppés qui fréquentent les hippodromes, vivent dans des quartiers chics, ont une espérance de vie qui ne cesse de croître, et celle des miséreux qui habitent des quartiers pauvres, déshérités, où les gens sont acculés à la désespérance...

Des réformes menées par le gouvernement conservateur de David Cameron ont aggravé la situation des plus pauvres : diminution des allocations, sanctions contre les chômeurs...

Oui, l'économie anglaise se porte bien, mais au mépris des gens les plus pauvres dont les salaires sont dérisoires....

Dans ce pays, le système de santé est défaillant, les inégalités ne cessent de croître, la flexibilité est triomphante...

L'Angleterre n'est-elle pas l'image même de l'Europe soumise aux diktats de la croissance, qui en vient à mépriser le bien-être, la santé, la vie des salariés qui travaillent ?

De nombreux pays voient, ainsi, grandir les inégalités... la flexibilité dans le monde du travail a tendance à s'imposer là où le chômage progresse...

L'Allemagne elle-même, à l'économie pleine de superbe, connaît ces difficultés : les écarts s'accroissent entre les nantis et les petits salariés...

Où va donc l'Europe ? Vers un monde inégalitaire, où règnent des injustices flagrantes, éhontées, vers une forme de désespérance pour les plus démunis.

L'Europe, conçue sur des principes économiques, nous conduit vers des précipices, des abîmes de souffrances.

L'Europe  a-t-elle pour objectif d' accentuer la précarité, le désarroi, la misère des plus humbles, alors que les plus nantis ne cessent de s'enrichir ? Où est l'erreur ?

Cette Europe ne sert que les banquiers, un petit nombre, une oligarchie de gens puissants, dépourvus de toute morale...

Cette Europe n'est pas celle qui correspond aux aspirations des peuples : il faut la reconstruire sur des bases humanistes.

Les technocrates européens ne voient plus l'intérêt des peuples, ils ne pensent qu'à satisfaire les marchés, le monde des banques.

 

Quand la pauvreté ét la précarité s'installent dans de nombreux pays européens, les peuples ne peuvent souscrire béatement à de telles politiques, qui ne leur offrent aucune perspective...

 

 

 

 

 

Une Angleterre à deux vitesses : l'image même de ce que devient l'Europe...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/