Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2021 3 01 /12 /décembre /2021 10:51
Encore une astuce pour nous inciter à consommer...

Encore une astuce pour vous inciter à consommer ! On connaissait les soldes, les promotions, les crédits... désormais nous disposons aussi du cashback !

Encore un mot anglosaxon, un de plus !

A première vue, l'idée paraît séduisante : venu des États-Unis, le cashback est un système qui propose de gagner de l'argent quand on en dépense... 

Mais, à bien y réfléchir, on perçoit là surtout une nouvelle incitation à la consommation dans une société où tout nous invite déjà à surconsommer.

 

"Le cashback, c'est le remboursement d'une toute petite partie de vos achats par le vendeur.

"Cela permet de faire des économies, surtout dans la situation actuelle.", affirme un jeune homme.

 

Le principe : quand un client réalise un achat, en magasin ou sur internet, il paie normalement, mais pour le récompenser et le fidéliser, le commerçant lui rembourse directement dans une cagnotte une petite partie de la somme déboursée : quelques centimes, voire quelques euros à chaque fois.

Une pratique venue des Etats-Unis mais qui fait de plus en plus d'adeptes en France...

 

Une start-up française a lancé un outil pour repérer sur internet les sites qui proposent du cashback : déjà un million d'utilisateurs !

"C'est hyper simple, dès que j'arrive sur un site où il y a du cashback, j'ai juste à cliquer, le site active mon cashback, et j'ai juste à faire mes achats comme d'habitude, et quand je finalise mes achats, je n'ai rien à faire, je reçois mon cadeau.

Cela permet de récupérer un petit peu d'argent sur ses achats, c'est du pouvoir d'achat en plus, et c'est quelque chose qui est important pour beaucoup de gens aujourd'hui.", explique Xavier Starkloff, directeur de Joko.

En moyenne, chaque utilisateur récupère 150 euros par an.

 

Le cashback est aussi un système de plus en plus utilisé par les banques, même les plus traditionnelles. Pour le client, il suffit de payer, et quelques euros arrivent directement sur son compte bancaire.

Le cashback , qui signifie “remise en argent”, permet aux titulaires de certaines cartes bancaires de récupérer un pourcentage du montant des dépenses qu’ils effectuent par carte. Au départ, cette fonctionnalité était réservée aux cartes de crédit. Désormais, certaines cartes de débit, les cartes bancaires les plus répandues en France, proposent elles aussi des programmes de cashback.

 

Selon un expert, c'est devenu un argument indispensable pour fidéliser les clients. Les banques sont obligées de le faire, parce que les autres banques le font.

 

Un moyen de faire de bonnes affaires, mais un conseil : il faut comparer les tarifs, le cashback affiché n'est pas toujours la garantie du meilleur prix, selon les associations de consommateurs."

 

Bref, les prix risquent d'être "gonflés" avec le cashback... encore une belle arnaque qui nous donne le sentiment de gagner de l'argent, alors qu'on en perd...

 

 

Source :

 

https://www.francetvinfo.fr/economie/consommation-le-cashbackperce-en-france_4861503.html

 

 

Encore une astuce pour nous inciter à consommer...
Partager cet article
Repost0
1 novembre 2021 1 01 /11 /novembre /2021 12:10
La toute-puissance des GAFAM...

 

Les GAFAM sont partout, ils s'immiscent dans tous les domaines et même les plus inattendus...

"Ainsi, dans sa lutte contre le crime, les services secrets britanniques s'associent avec Amazon.

 

Un contrat devrait lier le géant américain du numérique Amazon avec le MI5 et le MI6 pour plus de 500 millions de livres, selon The Financial Times. Les MI5 et MI6 font partie du service de renseignement secret, qui a pour tâche de fournir au gouvernement britannique des renseignements extérieurs. Amazon s'occuperait de protéger les données des services secrets du Royaume-Uni. Les GAFAM, Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, sont désormais au plus haut niveau des États. 

 

Est-ce possible, chez nous, en France ?

 

"Non, assure le gouvernement français qui appelle les pays européens à rester sur leurs gardes.

"Je pense que c'est une menace invisible, mais c'est une menace réelle, nous, en tout cas, jamais nous ne stockerons des données sensibles, des données des services secrets ou des données stratégiques d'entreprises sensibles chez une entreprise américaine", assure Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances.

"Je pense que ce serait perdre notre souveraineté", rajoute le ministre.

 

Le pouvoir des GAFAM ne cesse de croître en même temps que leurs bénéfices.

Les chiffres ont de quoi donner le tournis : en un seul trimestre, 9 milliards, 200 millions de dollars pour Facebook, 18 milliards, 940 millions pour Google, 20 milliards, 500 millions de profits pour Microsoft.

 

A eux cinq, les GAFAM pèsent 3 fois le PIB de la France, surtout, ils concentrent les données et informations de centaines de millions de personnes à travers le monde.

Des données de localisation via le téléphone, des données médicales puisqu'on fait dorénavant des consultations en visio-conférence. On est incapable aujourd'hui de fonctionner sans ces outils là.

Jusqu'où ira l'extension de ces géants ?

Facebook a désormais pour objectif de créer sa propre monnaie virtuelle.

Cette tentative pourrait venir concurrencer l'euro, selon le gouvernement français qui tente de s'y opposer."

On sait aussi que Facebook se lance dans le "métaverse." Facebook a annoncé lundi 26 juillet la création d'une équipe dédiée au "metaverse", c'est-à-dire un "méta univers" où réel et virtuel se fondent jusqu'à se confondre, une vision de science-fiction déjà présente dans des jeux vidéo. Le metaverse incarne l'avenir du réseau social, selon son fondateur, Mark Zuckerberg. 

Une innovation qui permettra à Facebook d'engranger encore plus de profits, sans doute...

Les GAFAM sont des sociétés commerciales qui font avant tout du business. Elles ont donc peu de considération pour la protection des sociétés démocratiques et elles ne se sentent pas responsables des conséquences sociétales de leurs actions. 

 

 

 

 

 

 

https://www.francetvinfo.fr/monde/royaume-uni/gafam-amazon-signe-un-accord-avec-les-services-secrets-britanniques_4823831.html

La toute-puissance des GAFAM...
Partager cet article
Repost0
27 octobre 2021 3 27 /10 /octobre /2021 10:26
La Chine vouée au charbon...

 

 

"En Chine, dans la province du Shanxi, sous un épais nuage de poussières, des camions s'activent comme jamais...

Au début du mois, les producteurs de charbon ont été sommés, par le gouvernement, d'augmenter leur production de charbon, quitte à rouvrir certaines mines fermées du pays, comme dans la province du Shanxi, au nord de la Chine, le cœur du bassin minier chinois.

 

Tous les jours, il y a une longue file d'attente devant les centrales, les ouvriers doivent travailler tard parfois jusqu'à minuit, faire des heures supplémentaires et l'hiver arrive : il faut répondre aux besoins de tous, et il va falloir se chauffer.

 

La Chine roule toujours majoritairement au charbon. 

"Tous les jours, 6 à 7 cents camions arrivent : on ne peut même pas répondre à la demande", commente le directeur de l'énergie.

Une demande exponentielle pour le chauffage, l'électricité des foyers, mais surtout pour toutes les industries du pays.

 

L'usine du monde n'a jamais autant produit depuis la pandémie et donc consommé de l'électricité.

Pékin veut avant tout éviter des coupures électriques liées à la pénurie de ces dernières semaines, une pénurie qui fait s'envoler les prix.

 

La tonne de charbon est passée de 102 euros en janvier à 266 euros aujourd'hui.

A Linfen, ville où le charbon est roi, les entreprises de commerce de l'énergie fossile et leurs patrons gardent le sourire : le charbon n'est pas encore mort.

Un vendeur de charbon déclare : "Dans notre province, il n' y a que ça, il n'y a pas d'autres industries, on n'a que le charbon. Et rien pour le remplacer."

 

La Chine reste le premier consommateur de charbon au monde et peine encore à trouver un équilibre entre la vitalité de son économie et les objectifs climatiques qui semblent pour l'heure inatteignables.

La baisse de consommation du charbon semble pour l'instant utopique, un charbon qui produit 70 % de l'électricité en Chine, en ce début d'automne."

 

Aux États-Unis, si Joe Biden s’attaque aux énergies fossiles, ce pays reste largement dépendant de ces énergies : pétrole, gaz de schiste, charbon...

De plus, la puissance industrielle pétrolière s'oppose à la politique de Joe Biden avec un argument économique : l'économie américaine va reprendre, on va consommer davantage d'énergie et si les Etats-Unis ne produisent plus autant d'énergie, l'énergie va coûter plus cher, on va importer cette énergie, on va être dépendant de l'extérieur.

 

Dès lors, quand les deux pays les plus puissants au monde continuent à utiliser des énergies fossiles, comment peut-on espérer lutter contre le dérèglement climatique ?

N'est-ce pas utopique ?

 

 

 

Source :

https://www.francetvinfo.fr/economie/industrie/chine-la-production-de-charbon-tourne-a-plein-regime_4821471.html

 

 

 

 

La Chine vouée au charbon...
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 12:22
La guerre peut-elle vaincre le terrorisme ?

 

 

"Il y a 20 ans les tours jumelles à New-York se sont effondrées, percutées par des avions de ligne détournés par des djihadistes, faisant des milliers de morts, projetant les Etats-Unis (et une grande partie de l'occident) dans sa plus longue guerre, une guerre contre le terrorisme islamiste.

A l'heure où les talibans sont de nouveau les maîtres de Kaboul, où les islamistes ont essaimé en Afrique de l'ouest et en Asie, où les menaces d'attentat n'ont jamais disparu, on peut se poser cette question :

La guerre peut-elle vaincre le terrorisme ?

 

Le président Bush s'était rendu sur les ruines du World Trade Center, quelques jours après le 11 septembre.

"Ceux qui ont détruit ces immeubles vont bientôt entendre parler de nous", avait alors déclaré le président des Etats-Unis.

 

Une attaque qui ouvre un nouveau siècle marqué par les attentats islamistes.

En vingt ans, le terrorisme islamiste a tué plus de 145 000 personnes.

 

Georges Bush fut ainsi le premier homme d'état occidental à déclarer la guerre au terrorisme islamiste.

Frappes aériennes, déploiement de blindés et de soldats en Afghanistan, les Etats-Unis ripostent. Ils seront suivis par d'autres états européens. L'occident est convaincu que c'est par les armes qu'il faut répondre au terrorisme.

Alors que les troupes américaines quittaient l'Afghanistan, il y a quelques jours, un nouvel attentat tuait 13 marines, portant à 2465 le nombre de GI tués en 20 ans.

 

Peut-on donc vaincre le terrorisme par la guerre ?

 

Le  colonel Michel Goya, historien, ancien militaire, essayiste dit : "C'est incontestablement une défaite militaire, les objectifs n'ont pas été atteints, probablement parce qu'ils n'étaient pas atteignables... une stratégie déficiente dès le départ."

 

 Élie Tenenbaum, chercheur, directeur du Centre des Études de Sécurité de l’Institut Français des Relations Internationales, donne ces précisions : "Il y avait deux guerres en une en Afghanistan, quand, après les attentats du 11 septembre,  les Américains ont décidé d'entrer dans le pays avec une coalition en soutien à la rébellion de l'Alliance du nord du commandant Massoud qui venait d'être assassiné quelques jours plus tôt.

Bush a mis un signe égal entre les talibans qui contrôlaient le pays et Al-Qaïda qui avait mené les attentats du 11 septembre.

"Nous ne ferons aucune différence entre ceux qui ont perpétré ces attaques et ceux qui les ont hébergés et protégés.", avait déclaré le président Bush.

 

Et à partir de là, la guerre contre Al-Qaïda est devenue une guerre contre les talibans. La guerre qui a été perdue aujourd'hui en Afghanistan, c'est la guerre contre les talibans, au nom d'un accord qui a été signé, il y a un an et demi, dans lequel les talibans disaient qu'ils se distanciaient d'Al-Qaïda et qu'ils s'engageaient à ne pas permettre le retour d'Al-Qaïda et des groupes terroristes.

 

D'une certaine manière, la guerre a été scindée en deux. La guerre contre les talibans a été clairement perdue... ils sont à nouveau au pouvoir. La guerre contre Al-Qaïda, c'est une question plus difficile.

Faire la guerre contre un mode d'action, le terrorisme, cela peut durer toujours."

 

Camille Diao, journaliste apporte ces précisons importantes : "Cette guerre contre le terrorisme a donné lieu à un certain nombre de bavures, voire de crimes de guerre : l'ONU évalue à 50 000 environ le nombre de civils qui ont été tués au cours du conflit, la majorité par l'armée américaine, par des frappes de drones, ou d'une autre façon, il y a eu aussi la torture instaurée dans les prisons spéciales américaines.

Et l'armée française est aussi accusée de crimes de guerre, au Sahel, avec une enquête en cours avec des frappes aériennes sur un mariage au Mali, il y a eu aussi des accusations de viol contre des militaires français.

Dans cette guerre contre le terrorisme, il y a donc un certain nombre de valeurs démocratiques qui ont été bafouées par l'occident et tout cela nourrit le ressentiment envers l'occident et l'aspiration au terrorisme."

 

Une spirale sans fin.

"C'est cela le plus grand échec de la puissance américaine, commente encore Sylvie Kauffmann, journaliste au Monde, la manière dont elle a renié ses propres valeurs de respect de la règle de droit. Les Américains ont même joué avec la définition de la torture : pour ne pas dire "torture", ce qui était illégal dans le système américain, ils ont dit : "interrogatoire amélioré".

C'est là un échec plus grave que le retrait raté d'Afghanistan."

 

La guerre risque donc de nourrir le terrorisme...

Est-ce que le contre terrorisme est contre productif ?

 

Elie Tenenbaum précise : "Il ne faut pas oublier que les terroristes ont un vrai projet politique, et il y a des dynamiques stratégiques, des logiques d'actions et de réactions et certains acteurs au nom de la lutte contre le terrorisme vont jeter une partie de la population dans les bras des terroristes.

Sur l'Afghanistan, les chiffres montrent qu'on a un tiers des civils qui ont été tués par les forces de la coalition, et un tiers des civils qui ont été tués par les talibans.... donc, les choses ne sont pas évidentes."

 

Source : à 42 minutes...

 

https://www.france.tv/france-5/c-ce-soir/c-ce-soir-saison-2/2738251-c-ce-soir.html

 

 

La guerre peut-elle vaincre le terrorisme ?
Partager cet article
Repost0
18 août 2021 3 18 /08 /août /2021 08:10
L'été de tous les dangers...

 

Comme si la pandémie de Covid-19 ne suffisait pas, l'actualité de cet été 2021 ne cesse d'être dramatique...

 

Des incendies dévastateurs en Espagne, en Italie, en Grèce sans parler de la Californie où un feu n'en finit pas de faire des ravages... et aussi un incendie dans le Var : plusieurs milliers d’hectares de forêt et de garrigues ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi dans le massif des Maures dans le Var, au nord-est de Toulon, par un violent incendie attisé par le mistral. 

Une douzaine de campings et des milliers de personnes ont été évacués dans le département. Le camping Charlemagne à Grimaud a  entièrement brûlé.

Sept routes départementales ont été fermées. 

 

Des inondations inquiétantes en Allemagne, en Turquie, en Chine, au Japon... 

 

Des indices de plus en plus en plus graves du dérèglement climatique qui menace notre planète...

 

Un terrible tremblement de terre en Haïti a fait de nombreuses victimes et des dégâts considérables....  un bilan provisoire fait état de 1 419 morts et  6900 blessés. Par dizaines de milliers, les sinistrés vivent dans la terreur des répliques, alors qu’une tempête tropicale pourrait toucher l’île cette semaine.

Haïti, la perle des Antilles, l'un des pays les plus pauvres au monde, a déjà été frappé par un séisme en 2010.

Les autorités ne savent pas gérer les situations de catastrophe.

 

Dernier événement tragique : les talibans se sont emparés de Kaboul et règnent désormais en maîtres sur l'Afghanistan.

A l'aéroport de Kaboul, c'est le chaos. Une marée humaine tente de fuir le pays par tous les moyens, après l'arrivée des talibans.

La situation se dégrade rapidement : le président Afghan a même fui le pays.

La chute de la capitale afghane a déclenché une vague de panique parmi les habitants.

 

"C'est la plus grande débâcle que l'OTAN ait subie depuis sa création et c'est un changement d'époque auquel nous sommes confrontés.", a déclaré Armin Laschet, dirigeant du parti conservateur allemand d'Angela Merkel et candidat à sa succession à la chancellerie.

Quel fiasco ! Après 20 années de guerre, les Américains fuient le pays et laissent la place libre aux talibans.

La victoire des troupes talibanes en Afghanistan fait craindre une nouvelle vague migratoire en Europe, qui poserait un risque sécuritaire.

Et quel sera le sort réservé aux femmes ? On peut redouter une régression des droits des femmes dans ce pays où va régner désormais la charia.



 

 

https://www.marianne.net/monde/asie/afghanistan-nous-assistons-a-une-deroute-de-loccident-et-de-lotan

 

 

https://www.marianne.net/monde/asie/afghanistan-biden-a-herite-dune-situation-empoisonnee

L'été de tous les dangers...
Partager cet article
Repost0
21 juillet 2021 3 21 /07 /juillet /2021 10:14
Cactus en danger...

 

Les grands cactus de l'Arizona... ça vous dit quelque chose ? Vous savez, ces cactus immenses que l'on voit dans les westerns américains, dans des paysages désertiques...

Certains spécimens atteignent 15 mètres de hauteur ce qui en fait la deuxième plus grande espèce de cactus au monde...

Magnifiques cactus ! De véritables arbres en forme de cactus !

Et que dire des fleurs ? De somptueuses fleurs blanches que l'on dirait sculptées dans du marbre...

 

Pourtant, ces cactus sont menacés de disparition. Un reportage diffusé sur France 2 met en évidence les dangers auxquels sont exposées ces merveilles de la nature...

 

"Il n'est que 7 heures du matin, mais la lumière et la chaleur sont déjà intenses dans cette étrange forêt : une forêt de cactus que des géologues viennent étudier et admirer dans le désert de Sonora en Arizona.

Un phénomène unique chaque début d'été : la floraison des cactus saguaros.

"Les cactus ont réussi après des millions d'années d'évolution à faire ce miracle : économiser la plus petite goutte d'eau et d'énergie pour produire des fleurs et des fruits juste au bon moment de l'année...", explique un géologue.

Normalement, les cactus fleurissent au sommet, comme des cheveux sur une tête.

Mais, cette année, un phénomène s'est généralisé et inquiète les chercheurs : les cactus fleurissent aussi sur les côtés. 

"Ce n'est pas parce que c'est joli que c'est bon signe...

Si un sixième doigt se mettait à pousser sur la main de votre enfant, vous vous diriez : Super ! Il va devenir le meilleur guitariste du monde ou cela vous inquiéterait ?" commente encore le géologue.

Les scientifiques craignent que ces bourgeons supplémentaires inhabituels affaiblissent les cactus jusqu'à les faire mourir.

Le changement climatique entraîne plus d'extrêmes : ici, il n' y a pas eu une goutte de pluie l'an dernier.

De quoi inquiéter aussi des bénévoles...

Dans ce désert, les cactus sont le pilier de tout un écosystème : leurs fruits nourrissent oiseaux, insectes, petits mammifères, et donc aussi leurs prédateurs.

A l'aube, ce matin-là, alors que la température va monter en journée jusqu'à 48 degrés, les bénévoles arrachent ce qu'on appelle des herbes à buffle : elles n'existaient pas ici auparavant, mais se développent avec le réchauffement climatique.

Et c'est une autre menace pour les cactus.

"Ces herbes aspirent tous les nutriments, toute l'eau, autour et donc les plantes natives ne peuvent plus survivre. Si on ne les arrache pas, dans cent ans, ici, ce sera presque comme le désert du Sahara..."

 

Ces herbes invasives représentent un autre danger : elles brûlent extrêmement vite et causent des incendies ravageurs.

Les saguaros n'existent qu'en Arizona et dans l'état de Sonora au Mexique, ils mettent 50 ans à pousser jusqu'à l'âge adulte.

Les protéger d'une extinction est donc capital.

Protéger les saguaros, c'est préserver ces formes emblématiques au coucher de soleil : une image de fin de tous les westerns, le symbole du grand Ouest américain."

Avec les menaces qui pèsent sur ces cactus, on perçoit encore un des effets du dérèglement climatique.

 

Source :

 

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/biodiversite/rechauffement-climatique-les-cactus-en-danger-en-arizona_4696187.html

 

 

 

 

Cactus en danger...
Partager cet article
Repost0
5 juillet 2021 1 05 /07 /juillet /2021 08:55
Inquiétantes sécheresses...

 

En Californie, d'inquiétantes sécheresses... un reportage diffusé sur France 2 met en évidence un véritable désastre écologique...

 

"Ce devrait être un bassin rempli d'eau en ce mois de mai : c'est un trou de terre sèche et craquée : dans un  ranch, au centre de la Californie, la sécheresse sévit... sur des rochers, des traces anciennes du niveau de l'eau.

" Je n'ai jamais vu cette réserve d'eau asséchée au mois de mai, jamais vu ça. Chaque goutte d'eau qui est tombée a été absorbée par le sol et rien n'a été stocké dans ce réservoir, pas une seule goutte...", se désole le propriétaire du ranch.

 

Moitié moins de pluie, peu de neige dans les montagnes de la Sierra Nevada, les vaches cherchent l'ombre et le fermier a dû réduire le troupeau.

 

"On n'a environ qu'un tiers du fourrage par rapport à une année habituelle. A cause de ce manque de nourriture, on a dû vendre près d'un quart de notre troupeau..."

Du bétail qui a soif, pas assez d'eau et pourtant, ici, elle est indispensable, car la vallée de Tulare vit d'agriculture.

 

A perte de vue, des arbres : oranges, pêches, pistaches, deux tiers des fruits d'Amérique poussent ici, 80 % des amandes consommées dans le monde.

Et depuis plusieurs semaines, les champs d'amandiers ressemblent à des cimetières. Des arbres qu'on abat, faute de pouvoir les irriguer.

"ça me brise le coeur, mais nous n'avons pas assez d'eau, on ne peut pas les garder", déplore le directeur d'une plantation.

"Si on les laissait en terre, ils prendraient tellement de retard, ils s'abîmeraient tellement, ce serait irréversible."

La machine va arracher 5000 arbres, cela représente 15 % de la production d'amandes, c'est la première fois que l'exploitation se résout à cela, par manque d'eau.

"Ces arbres sont dans la force de l'âge, ce sont des adultes magnifiques, c'est le moment où ils pourraient fournir le plus d'amandes."

Il faut dire que les amandiers sont gourmands en eau. Mais, l'exploitation ne gaspille pas sa ressource.

"Comme vous pouvez le voir, il n'y a pas d'eau qui stagne, l'eau qui sort du tuyau va entièrement à l'irrigation.", explique le fermier.

 

Les fermes ont mis des centaines d'hectares en jachère, elles n'ont de toute façon plus accès à l'eau de surface, celle qui coule dans le canal et qui provient des montagnes... elle est réservée aux villes.

Alors, dans la vallée, les agriculteurs forent des puits pour pomper les nappes phréatiques.

Il n' y a aucune limite au nombre de puits, aucune limite non plus à la quantité d'eau que les fermes peuvent pomper.

Et bien sûr, le niveau des nappes phréatiques baisse.

 

La sécheresse est-elle accentuée par l'agriculture intensive ? Partout, des champs : les fermiers pompent toute l'eau. De plus, l'eau est contaminée par des pesticides. L'eau du robinet n'est pas consommable : elle sert pour la vaisselle ou pour la douche.

 

Pollution, baisse des nappes souterraines, sécheresse dans l'une des plus fertiles vallées d'Amérique..."

 

D'après un rapport du GIEC, la moitié de la planète risque ainsi une pénurie d'eau dans les années à venir.

 

Que dire de la terrible canicule qui sévit actuellement au Canada ? Plus de 700 morts, 150 incendies en cours...

 

A Madagascar,  le dérèglement climatique est encore à l'origine de la sécheresse dans le Sud : les habitants du Sud malgache désespèrent depuis trois ans de voir la pluie tomber.  La sécheresse est à l'origine d'une terrible famine qui frappe des milliers de villageois. C'est le premier pays au monde à connaître la faim, à cause du réchauffement climatique, selon l'ONU.

 

 

Sources :

 

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/etats-unis-la-californie-severement-frappee-par-la-secheresse_4637529.html

 

 

https://www.facebook.com/infofrance2/videos/madagascar-famine-li%C3%A9e-au-r%C3%A9chauffement-climatique/4289463767784471/

 

 

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 08:50
Le latin et le grec menacés de disparition outre-Atlantique...

 

Du passé faisons table rase ! C'est la nouvelle mode... comme si le passé était totalement honteux et haïssable... On déboulonne les statues, on réécrit des oeuvres littéraires, on expurge, on efface la mémoire.

Mais, c'est grave : la mémoire est essentielle, elle nous construit. 

 

Aux Etats-Unis, certains se font l'écho de cette nouvelle lubie : l'enseignement des lettres classiques serait une machine à fabriquer du suprématisme blanc !

Il faudrait donc éradiquer ces disciplines ! Cet enseignement aurait servi, au cours des siècles, à  "justifier l’esclavagisme, la science de la race, le colonialisme, le nazisme et les autres fascismes du XXe siècle ».

On croit rêver ! L'antiquité gréco-latine entachée de tous les vices !

 

Mais c'est faire fi de tout un apport culturel humaniste précieux...

Ainsi, l'Odyssée d'Homère est une véritable leçon de vie !


L'Odyssée, c'est tout d'abord une fabuleuse histoire d'un voyage initiatique : Ulysse parti pour la guerre de Troie voit son retour à Ithaque, sa patrie, retardé et entravé par de nombreuses péripéties. Il connaît de multiples épreuves qu'il doit affronter avec courage, avant de pouvoir retrouver sa terre natale tant désirée.

 

Ces difficultés sont inhérentes à la vie humaine : il faut ,sans arrêt, pour progresser, franchir des épreuves et sans doute, le récit des aventures d'Ulysse, "Odusseus", en grec, est aussi l'histoire de toute vie humaine : le bonheur réside dans le fait d'avoir surpassé tous ces obstacles.

 

"Bien sûr, l’Antiquité était esclavagiste, mais au même titre que d’autres civilisations anciennes brillantes, qu’elles soient africaines, indiennes ou islamiques. Oui, Aristote a théorisé l’esclavage, mais étudier ses textes, est-ce les plébisciter ?"

 


Il est important, aussi, pour mieux affronter l'avenir de connaître toutes les origines de notre culture : le théâtre, la tragédie, la comédie, la poésie, la fable, toute notre littérature a des racines grecques et latines, nos auteurs se sont imprégnés de cette culture, et s'en sont inspirés.

Les sciences elles-mêmes se sont développées en Grèce, les mathématiques, l'astronomie, la physique.

 

"Contre les maths à neuneu, contre l'anglomanie délirante, la high-tech arrogante et l'IA pour les nuls, adulons sans frein l'héritage gréco-latin, sans lequel c'est toute la littérature française, la philosophie allemande, la peinture italienne et l'esprit critique universel qui partent en sucette !", écrit Vanessa Houpert dans un numéro du journal Marianne.

Préservons notre culture !

 

 

Source :

 

https://www.xn--pourunecolelibre-hqb.com/2021/04/le-grec-et-le-latin-nouvelles-cibles.html

 

 

Le latin et le grec menacés de disparition outre-Atlantique...
Partager cet article
Repost0
10 mai 2021 1 10 /05 /mai /2021 11:08
Mais que deviennent nos déchets plastiques ?

 

Nous sommes désormais contraints de trier nos déchets, et de mettre à part les cartons, papiers, emballages en plastique.

Chaque minute dans le monde, l'équivalent d'un camion poubelle rempli de déchets plastiques se déverse dans les océans.

Que deviennent donc nos déchets plastiques ? Qu'est-ce qui est vraiment recyclé ?

Comme on nous demande de trier, nous pensons que les déchets plastiques sont tous recyclés. Mais c'est loin d'être le cas...

Un reportage diffusé sur la Cinq, intitulé La face cachée du recyclage, nous apprend avec précision ce que deviennent ces déchets.

 

"A Ivry sur Seine, se trouve le plus grand incinérateur d'Europe : il engloutit chaque année 650 000 tonnes de déchets... Des fumées s'échappent continuellement de cette usine, jour et nuit.

Dans les fumées blanches, il y a beaucoup de vapeur d'eau, mais aussi du dioxyde de carbone, le principal gaz à effet de serre, plus inquiétant : du dioxyde de souffre, des tonnes de poussières, de l'acide chlorhydrique, des traces d'ammoniac, de plomb, de l'arsenic...

Des poules installées près d'un incinérateur pondent des oeufs avec des taux de dioxine bien supérieurs à la normale.

 

Les déchets sont brûlés, "valorisés", dit-on, car avec la chaleur produite, un incinérateur fait chauffer de l'eau pour alimenter les radiateurs des immeubles alentour et pour produire de l'électricité.

 

Après incinération, il reste des résidus qu'on appelle le mâchefer : tout ce qui n'a pas brûlé.

En moyenne, dans les incinérateurs français, 20% des déchets ressortent en mâchefer, un cinquième de ce que l'on jette. Chaque soir, une péniche vient collecter ces tonnes de résidus toxiques, plombés par les dioxines et les métaux lourds.

50 kilomètres plus loin, se trouve un centre de maturation où est entassé du mâchefer : on y retrouve de la faïence, du verre, des métaux, du plastique. Il faut le traiter, c'est à dire le laisser à l'air libre, certains polluants vont naturellement se dissoudre mais un tiers du mâchefer est trop pollué, il finira dans une décharge : nous le laissons aux générations futures.

Au bout de 3 mois, on fait des analyses et on regarde si le produit est valorisable ou non.

Les mâchefers valorisables, les deux tiers, ceux qui respectent les seuils réglementaires de pollution sont triés et sont envoyés sur des chantiers routiers.

Le mâchefer est donc utilisé pour construire des routes : 50 000 tonnes de mâchefer sont utilisées pour remblayer les terrains où sont construites les routes... c'est là que finissent nos poubelles !

Mais certains clients ne veulent pas du mâchefer : il y a des contre-indications pour des cours d'eau, il peut y avoir des eaux d'infiltration, c'est quand même du recyclage d'ordures ménagères, donc cela peut potentiellement polluer la nappe phréatique.

Un échantillon de mâchefer a été prélevé et envoyé dans un laboratoire spécialisé : les résultats sont sans appel.

"Ce mâchefer, on ne peut pas le mettre en sous couche routière, parce qu'il y a un risque potentiel de par sa teneur en dioxines : pour les dioxines, la réglementation tolère 10 nanogrammes par kilo, et dans l'échantillon, on trouve 56 nanogrammes par kilo.

Si de l'eau s'infiltre dans le mâchefer, ces dioxines pourraient se répandre dans l'environnement et rejoindre une nappe phréatique.

La dioxine est un composé cancérigène reconnu.", commente un des scientifiques chargé de l'analyse.

Mais d'où provient cette dioxine ? De quels déchets ? La présence de dioxine est souvent liée à la présence de composés plastiques.

Ainsi, nous roulons sur nos poubelles, nous n'imaginions pas que des déchets non brûlés étaient discrètement stockés sous le bitume...

 

A la sortie des incinérateurs, il y a aussi les REFIOM, 2,5 % des déchets qui sortent des usines. Ces REFIOM sont tellement toxiques qu'on ne peut pas les réutiliser, ils sont en fait exportés en Allemagne et enfouis dans des mines.

Les REFIOM, ce sont les cendres volantes récupérés par les filtres. Ils sont traités avec un protocole strict pour que personne n'y soit exposé.

Les REFIOM sont des déchets ultimes destinés à des décharges spéciales pour déchets dangereux.

A Philippsthal, en Allemagne, se trouvent des mines de sel, avec sous terre, des galeries, creusées par les mineurs : les REFIUM viennent combler ces cavités.

Un géologue en colère, Ralf  Krupp, travaille sur le problème des mines de sel depuis des années : "en acceptant ces déchets, on gagne beaucoup d'argent. C'est un immense business, et les pays qui les envoient sont ravis puisqu'ils n'ont plus à s'en soucier. Le seul perdant, c'est l'environnement.", déclare ce géologue.

Qui imagine, en sortant ses poubelles le soir, qu'une partie va finir dans une mine de sel, en Allemagne ?

D'après l'entreprise allemande, il n' y a aucun risque pour l'environnement.

Pourtant, il y a de gros problèmes d'infiltration d'eau dans ces mines, un jour, l'eau pourrait atteindre ces déchets toxiques et rejoindre ensuite les nappes phréatiques.

Les REFIUM peuvent rester toxiques pendant des milliers d'années.

 

Ce que la plupart des gens ignorent aussi, c'est que la moitié du plastique jeté en France finit dans un incinérateur.

La meilleure solution serait de diminuer nos déchets car le plastique est partout. Beaucoup d'industriels multiplient les couches de plastique, sans prendre en compte les conséquences pour l'environnement. 

C'est le plus souvent une affaire de marketing : il s'agit d'inciter à consommer toujours plus.

Dans les années 50, les humains fabriquaient un million de tonnes de plastique par an, dans les années 70, 50 millions, dans les années 90, 150 millions, aujourd'hui, plus de 350 millions de tonnes !

Le monde est devenu accro à cette matière, tellement pratique et si peu chère à produire.

 

Arriver à vivre sans plastique : c'est le combat d'une scientifique française, Nathalie Gontard : elle passe son temps à montrer la nocivité de ce matériau créé à partir du pétrole.

Le plastique, au fil du temps, se dégrade, devient minuscule et quand il se dégrade, il voyage et peut rejoindre des cours d'eau, les mers, les océans : rien ne peut arrêter les micro-plastiques.

Le plastique est dangereux lorsqu'il devient invisible. Nous savons qu'il y a du plastique dans nos océans.

 

Sur la côte méditerranéenne, des volontaires ont découvert les dégâts faits par le polystyrène : il s'agglutine sur le bois. Avec la tempête Alex, et les inondations, des millions de billes de polystyrène ont été charriées, elles vont finir par être assimilées dans la chaîne alimentaire par des petits poissons, par certains oiseaux, et au final, c'est nous qui allons les manger, puisque le dernier maillon de la chaîne alimentaire, c'est nous. 

A côté de l'étang de Berre, ce n'est pas la tempête qui a apporté le plastique, ce sont les hommes qui s'en sont débarrassés : on découvre une mare où surnagent des blocs de pastique,  une piscine de déchets, un étang de polystyrène. Là, des oiseaux cherchent leur nourriture, essaient de survivre dans un monde pollué et dévasté.

Comment l'humanité peut-elle continuer à se regarder dans une glace ?

 

Un Français moyen ingère à minima l'équivalent d'une carte bleue par semaine, notre corps ne sait pas s'en débarrasser.

Impossible de tout miser sur le recyclage parce que le plastique n'est pas recyclable, à proprement parler.

Et pourtant, nous passons notre temps à le trier...

Dans un centre de tri, arrive le plastique trié, les différents plastiques sont isolés et envoyés dans des bacs appropriés. Le rebut non reconnu part vers l'incinérateur.

Les plastiques triés sont ficelés dans d'énormes balles, classées par catégories : certaines sont recyclées, d'autres pas vraiment. Ont été isolés les bouteilles transparentes, le plastique souple, les bouteilles colorées, le plastique opaque et les barquettes.

Les bouteilles transparentes sont recyclées : on peut en faire de nouvelles bouteilles, en ajoutant du plastique neuf, le plastique souple redevient aussi du film plastique.

Les bouteilles colorées ne peuvent être recyclées à l'identique, on en fait des rouleaux d'isolation pour les maisons, les bouteilles opaques sont en partie réutilisées pour en faire des tuyaux d'arrosage ou des équipements automobile et le jour où ça ne servira plus, ce ne sera plus recyclable.

Il faut savoir qu'il y a au minimum 30% de perte à chaque cycle de recyclage. Les bouteilles ne sont pas recyclables à l'infini, on peut les recycler deux ou trois fois seulement.

Les autres plastiques sont décyclés c'est à dire transformés en d'autres objets, par exemple des cintres en plastique qui vont venir remplacer des cintres en bois, en métal.

On ne sait pas recycler l'écrasante majorité des déchets plastiques, donc il faut arrêter de fabriquer et d'acheter du plastique.

Le plastique se recycle mal, pas, très peu...

Pendant longtemps, la France a exporté des déchets plastiques vers l'Asie.

En Indonésie, un village croule sous les détritus : pour une partie, ce sont des déchets locaux mais beaucoup viennent d'ailleurs, de France.

Tous les pays d'Europe et les Etats-Unis avaient pris l'habitude d'envoyer leurs déchets plastiques en Asie, jusqu'au jour où les gouvernements asiatiques ont décidé de taper du poing sur la table : l'Indonésie intercepte le plastique importé illégalement et renvoie les containers vers la France, tous ses voisins prennent des mesures similaires.

La Chine déclare en 2018 qu'elle ne veut plus être "la poubelle du monde", elle est suivie par l'Inde, le Cambodge et la Thaïlande. 

La France s'est donc cherché de nouveaux débouchés, comme la Turquie.

En Floride, à Daytona, la ville ne savait plus où envoyer ses déchets, alors, ils ont tout simplement arrêté de trier, la poubelle de déchets recyclables a disparu, et les décharges débordent.

"Un pays capable d'envoyer des hommes sur la lune, mais incapable de gérer ses déchets plastiques.", commente une habitante.

La ville aurait pu continuer à recycler le plastique aux Etats-Unis, mais c'était plus cher !

Les Etats-Unis cherchent un nouveau point de chute pour leurs déchets, en Afrique : le Kenya. Des négociations sont en cours pour faire de ce pays la nouvelle destination du plastique américain, en échange d'un gigantesque accord commercial.

C'est scandaleux ! Des Kényans se mobilisent contre ce projet.

 

Ainsi la seule solution viable serait d'interdire les plastiques, d'autant qu'en raison de la pandémie, on déplore une augmentation de ce polluant, avec les masques jetables, les gels hydroalcooliques conditionnés sous plastique.

 

Tous les emballages plastiques seront interdits en France à partir de 2040 : pourquoi attendre encore 20 ans ? Remplaçons-les au plus vite !"

 

 

Source :

 

https://www.france.tv/france-5/sur-le-front/2399403-la-face-cachee-du-recyclage.html

 

Mais que deviennent nos déchets plastiques ?
Partager cet article
Repost0
14 avril 2021 3 14 /04 /avril /2021 08:28
Amazon lance les supermarchés sans caisse...

 

Souriez ! Vous êtes filmé, tous vos gestes sont surveillés par des caméras, et des caméras, il y en a partout dans ces nouveaux supermarchés sans caisse....

"A Londres, on trouve ainsi un magasin qui peut révolutionner tous les supermarchés. Les rayons sont classiques, mais il n' y a aucune caisse, même automatique !

Les clients se servent et s'en vont sans jamais sortir leur carte bancaire.

 

Avec ce concept déjà lancé aux Etats-Unis, Amazon part à l'assaut du secteur alimentaire, en Europe.

Pour entrer, il faut avoir un compte chez le géant américain, un QR code permet de franchir les portiques. Puis, le moindre de vos gestes et surtout de vos achats est observé de très près.

 

Au plafond, une multitude de caméras qui repèrent en direct chaque article que le client choisit.

Puis, il reçoit sa facture automatiquement sur son adresse mail, en sortant du magasin.

 

Les caméras sont partout, une par mètre carré, environ : il ne s'agit pas de reconnaissance faciale mais d'intelligence artificielle, selon  Amazon.

A travers les rayons, le client est suivi en permanence. L'entreprise promet que son système établit, avec une parfaite précision, la liste des achats. En sortant du magasin, le client n'a aucune démarche à faire.

Le montant de ses achats est prélevé automatiquement sur le compte bancaire enregistré sur le compte Amazon. La facture est envoyée après un quart d'heure.

Une jeune cliente interrogée sur ce nouveau concept de magasin déclare : "C'est super ! Les prix sont très corrects, et ça rend les achats tellement plus simples !"

Que dire ?

Cette technologie interroge sur la protection de la vie privée... les données sont conservées pendant 30 jours."

Que dire aussi de tous les emplois supprimés ? Les caissières n'ont plus de raison d'être, il ne reste que quelques employés destinés à garnir les rayons... une façon de réduire le personnel et de faire des économies pour l'entreprise.

 

Que dire encore de la déshumanisation d'un tel système de vente ? Une civilisation du sans contact...

Finie la petite conversation avec la caissière, finis les sourires, finie la communication...

 

Déjà, face à la crise sanitaire liée au coronavirus, afin de limiter les risques de propagation du virus, le paiement sans contact est fortement conseillé et facilité... et bientôt, peut-être, un QR code sera exigé à l'entrée des lieux de culture, des magasins, des cinémas, etc.

 

Avec ce nouveau concept de magasin, on assiste à une déshumanisation complète du système de vente : on entre dans un univers de machines, inhumain. L'homme est scanné sous toutes les coutures.

Amazon prévoit de lancer bientôt d'autres supermarchés sans caisse au Royaume Uni, sans en préciser le nombre.

Arriveront-ils un jour en France ? Aucune certitude pour l'instant, mais le géant américain a clairement l'intention de gagner du terrain face aux commerces alimentaires traditionnels.

 

 

Source : à 29 minutes

 

https://www.france.tv/france-2/journal-20h00/2370327-edition-du-lundi-12-avril-2021.html

 

 

 

Amazon lance les supermarchés sans caisse...
Partager cet article
Repost0