Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2015 7 16 /08 /août /2015 09:07
Nous les suivons, avec bonheur, dans leur périple aquatique...

 

 



La décision est prise : l'après-midi sera consacrée à une baignade dans la piscine... Bon, la piscine, ce n'est pas la mer, avec ses embruns marins, son air vivifiant, ses vagues, ses remous, ses algues, son murmure inlassable, mais c'est une occasion de nager, de se détendre, de s'aérer, car c'est une piscine en plein air que nous avons choisie, pour cet après-midi aquatique...

 

Tout autour, des cèdres, des pins vrillent le ciel et apportent un charme particulier à la baignade, un environnement naturel et somptueux.

Les petites sont ravies : elles vont pouvoir montrer à tout un chacun les progrès qu'elles ont accomplis depuis l'année dernière...


Et nous ne sommes pas déçus : dès notre arrivée, c'est un festival de sauts dans l'eau, de nage coulée sous les cordes, des courses inlassables dans l'eau... A six et huit ans, elles sont insatiables, elles ont déjà apprivoisé l'eau, grâce à de nombreux séjours à la mer et des séances de natation en piscine.

Affublées de petites lunettes de couleurs, elles évoluent dans l'eau, telles des sirènes accomplies...

Les plongeons ne sont pas encore parfaits, mais elles n'hésitent pas à se lancer, les pieds joints dans l'eau.

Les cheveux ruisselants, la plus petite ne maîtrise pas encore bien la brasse, mais elle aime à se fondre dans l'eau, pour passer sous un obstacle.

Toutes deux bravent l'eau, la domptent, avec tant d'ardeur, et d'enthousiasme !

Nous les suivons, avec bonheur, dans leur périple aquatique, les rires fusent, c'est le temps des vacances, du bonheur de nager avec les grands qui sont aussi sollicités.

La plus petite adore se mettre sur nos genoux pour sauter acrobatiquement dans l'eau... Les deux fillettes apprécient, aussi, d'être saisies à bras-le-corps par deux adultes et soudain balancées dans l'eau...

Cette chute vertigineuse s'accompagne, tout de même, d'un décompte rythmé qui suscite à la fois peur, émotion et enthousiasme : "A la une, à la deux et à la trois !"

Nous applaudissons toutes ces figures acrobatiques qui ravissent petits et grands...

Dans l'eau, les filles se mesurent, aussi, entre elles, jaugent leurs capacités, elles rivalisent de sauts, se lancent des défis, et ainsi progressent dans cet apprentissage de l'eau, cet élément si fluide qu'il paraît, à la fois, facile et incertain...

L'eau leur permet de s'épanouir, de tester leurs capacités, de vivre intensément des moments de bonheurs partagés.

Nous encourageons leurs exploits, et elles sont pleines de fierté, quand nous applaudissons tous les progrès accomplis.

Et les progrès sont évidents : les sourires épanouis nous montrent une aisance dans l'eau, les gestes sont assurés, le bonheur de se retrouver dans l'eau est manifeste.

L'après midi passe très vite, le moment de repartir arrive et les fillettes voudraient ne jamais quitter l'eau et ses ondoyances.

A regret, elles rejoignent le bord de la piscine, et sortent de l'eau, comme étourdies de tant d'activités et de joies : leur sourire rayonnant en dit long sur tout le bien-être qu'elles éprouvent !

Sereines, elles savourent encore, dans leur tête, tous ces bonheurs de l'après midi, leur silence révèle, alors, un apaisement infini...


 


 

 

 

Photos : rosemar

Nous les suivons, avec bonheur, dans leur périple aquatique...
Repost 0
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 09:34
La persienne à demi refermée...

 

 

"Il y a un monde qui appartient à la rive du Léthé. Cette rive est la mémoire. C'est le monde des romans et celui des sonates, celui du plaisir des corps nus qui aiment la persienne à demi refermée ou celui du songe qu l'aime plus repoussée encore jusqu'à feindre l'obscurité nocturne ou qui l'invente. C'est le monde des pies sur les tombes. C'est le monde de la solitude que requiert la lecture des livres ou l'audition de la musique."

Dans cet extrait de son oeuvre, Les ombres errantes, Pascal Quignard évoque deux de ses passions, la lecture et la musique, qui exigent solitude, repliement sur soi, contemplation... Le silence, la lecture, la mort, l'amour sont ses thèmes de prédilection, et la "persienne"suggère, ici, un monde caché, secret, celui de l'amour et de la sexualité...



La persienne nous ouvre un espace de demi-pénombre, de lumières tamisées, elle protège et laisse entrevoir un semblant de jour...

En plein été, la persienne tempère les ardeurs trop vives du soleil qu'elle masque avec douceur...

Le mot "persienne" suggère sensualité, douceur, bonheur : labiale initiale, sifflante "s" donnent à ce nom des sonorités pleines d'harmonies.

La gutturale "r" lui apporte un peu d'âpreté et de mystères, un monde secret semble vivre derrière les persiennes.

Ces volets à claire voie laissent passer un jour timide, et offrent une douce intimité.

Les persiennes évoquent le sud et ses chaleurs brûlantes du midi, quand les soleils diffusent leurs ardeurs redoublées, quand les arbres s'embrasent de lumières.

Les persiennes se ferment, alors, dans une ambiance feutrée, alors que les murmures des cigales s'enflamment dans un chant exacerbé.

Douce pénombre bienvenue au coeur de l'été, doux éclats de lumières qui transpercent les entrelacs des volets.

Des rais de clarté se forment, se dispersent, éclaboussent l'obscurité apaisante, ils dessinent le soleil dans l'ombre, le magnifient...

Le soleil, divisé et dupliqué, se diffuse avec douceur, dans une ambiance de rêve et d'harmonie.

A l'intérieur des maisons, bien à l'abri, les persiennes viennent adoucir les chaleurs les plus vives, elles les tempèrent dans une douce harmonie.

La chaleur nous berce de ses murmures de cigales, elle nous entraîne dans un monde de rêves.

Les persiennes évoquent aussi l'orient, la Perse, un monde différent, fait de dunes, d'ondoyances, de mystères...

Des palais orientaux, aux luxes inouis, se dessinent, nous font voir des ombres secrètes, des moucharabiehs.


Les persiennes nous transportent vers l'orient, l'Egypte, le Nil et ses oasis, ses temples sacrés, des monuments d'autrefois, des pyramides obscures, des Sphynx lumineux....

Les persiennes restituent une douce atmosphère, nous font goûter aux bonheurs et aux harmonies de l'été.


 

 

 

 

 

Photos : rosemar

La persienne à demi refermée...
Repost 0
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 08:48
Kalamata et l'on entend toutes les sonorités de la langue grecque !

 

 


Il est des produits de qualité dont on se souvient : les olives grecques constituent un de ces mets d'exception qui agrémentent avec bonheur les salades de l'été...

Charnues, épanouies, les olives de Kalamata ont un goût fruité qui ravit les papilles.

Kalamata ! Voilà un nom qui fleure bon le terroir grec ! 

Kalamata, et l'on entend toutes les sonorités de la langue grecque ! Que de poésie et d'exotisme dans ce seul nom !
 
Καλαμάτα, la vierge aux beaux yeux !

Nous voilà transportés dans la campagne grecque ! Des oliveraies à perte de vue, des senteurs de thym, de romarin, la mer toute proche, le Péloponnèse, le mont Taygète...

Nous voilà au pays d'Ulysse, le héros aux mille tours dont le périple fascine et hante tous les esprits !

Vert tendre, blanc-bleu des arbres, aux teintes d'opale, oliviers sacrés, aux formes somptueuses.

Branches noueuses, tortueuses, troncs dupliqués, blanchis et ravinés par le temps !

Bras sombres, ténébreux sur des ciels azuréens...

Des arbres dont on admire les formes diverses, les teintes adoucies dans les campagnes de Provence...

Des arbres venus d'un lointain passé, qui séduisent tous les regards...

Culture millénaire ! L'olivier est sacré en Grèce, on se souvient que la déesse Athéna en fit l'offrande à la ville d'Athènes.

Le nom de l'olive évoque immanquablement les rives méditerranéennes, ses collines pentues où s'accrochent des arbres séculaires, des restanques caillouteuses où s'arrondissent des oliviers aux teintes éblouissantes sous le soleil du midi... ce mot venu du grec, ἐλαίς, et ἐλαίϝα, elaiva, par l'intermédiaire du latin : oliva, résonne de parfums ensoleillés.

L'olive a toujours occupé dans la culture grecque, une place de choix : dans l'antiquité, l'huile était utilisée pour l'éclairage, les soins de beauté, les soins du corps.

Symbole de force et de sagesse, l'olivier était une récompense pour les vainqueurs des Jeux olympiques qui recevaient une couronne en rameau d'olivier.

Un goût fruité, des couleurs moirées, une chair délicieuse, comment résister à ces olives venues du sud, aux teintes mordorées ?

Des teintes sombres, des reflets ambrés, des éclats de miroirs qui répercutent la lumière, ces olives chargées de soleil nous parlent de ces terres arides où poussent des oliviers millénaires.

Conservés dans de l'huile d'olive, les fruits s'imprègnent de saveurs enivrantes et ensoleillées... 

L'olive par ses formes rondes, ses teintes mordorées évoque le soleil, une nature généreuse en lumières.

La cuisine méditerranéenne dont on vante, souvent, les qualités nutritives fait une large place à l'olive, fruit solaire, s'il en est...

Il faut souhaiter que les oliviers de Kalamata soient préservés de la bactérie Xyllella fastidiosa qui a ravagé les terres italiennes... Ces oliviers antiques qui s'étendent sur les côtes du Péloponnèse constituent des trésors du patrimoine grec et les olives de Kalamata nous transmettent un savoir-faire ancestral, celui des paysans grecs qui ont cultivé l'olivier depuis des millénaires...


 


 

Kalamata et l'on entend toutes les sonorités de la langue grecque !
Kalamata et l'on entend toutes les sonorités de la langue grecque !
Kalamata et l'on entend toutes les sonorités de la langue grecque !
Repost 0
8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 08:38
Les corps se parent d'or et de cuivre...

 

 



J'aime les peaux doucement bronzées de l'été : un joli hâle donne bonne mine et apporte à la peau des couleurs de miel, aux saveurs exotiques....

Les visages se dorent de teintes lumineuses, les sourires en deviennent plus éclatants, les corps se parent d'or et de cuivre.

Belles couleurs d'ambre, emplies de lumières !


Le soleil nous enveloppe de ses douces caresses brunes, et nous offre des éclats nouveaux, le soleil embellit les paysages comme d'un halo, il magnifie aussi l' ovale des bras, des jambes, des corsages...

Eclats de brumes sur la peau, l'eau de mer sublime ces teintes, l'eau de mer ajoute ses nuances de nacre sur la peau...

L'air marin illumine, aussi, les corps et soudain, une harmonie nouvelle se révèle.

L'été nous donne ses teintes mordorées, si belles... taches de rousseur, lunules emplies de charmes sur la peau !

C'est le soleil du matin, et c'est celui du soir, Khépri et Atoum, chez les Egyptiens, qu'il nous faut apprivoiser et capturer, avec délicatesse.

Evitons les ardeurs du midi qui brûlent les peaux, sans les hâler vraiment...

C'est Khépri, le soleil levant, le Dieu Scarabée qui nous apporte sa douceur scintillante...

C'est Atoum, le couchant, qui nous apaise de ses rayons déclinants !

J'aime ces soleils aux éclats adoucis, teintés de roses, d'ocres et d'orangés...

J'aime les noms de ces soleils antiques, aux sonorités étranges, Khépri, Atoum !

Laissons-nous enlacer de ces soleils adoucis, laissons nous séduire par leurs teintes et leurs noms mystérieux !

Que les soleils de l'été nous étreignent de leurs rayons atténués, sereins, qu'ils nous éclairent de leurs éclats soyeux et veloutés !


 


https://youtu.be/utY4tcV1eCw


 


 

 

 

 

Les corps se parent d'or et de cuivre...
Les corps se parent d'or et de cuivre...
Repost 0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 09:50
La lune sur le pin...

 

 


Fin croissant de lune sur l'ombre du pin, brillances et douces lumières à peine rosées derrière les ramures du pin...


Un paysage se dessine, dans l'ombre naissante : les pignes, les branches forment des ombres chinoises, un contraste éblouissant de couleurs, pastels de roses et cannetilles sombres.

Quelques ramilles légères s'agitent, faisant palpiter le fond rosé du tableau, des dentelles, des résilles apparaissent et s'entrecroisent, des entrelacs ondoyants...

La lune sereine couronne le pin d'une lumière vive sur le ciel gris-bleu.

A l'ouest, le ciel se dore d'un coucher de soleil finissant, quelques nuages gris s'effilochent sur l'azur doré.

Les nuées s'étirent, formant des embruns et des vagues de brumes, les nuées se déchirent en tourbillons vaporeux...

Le paysage, derrière le pin, devient irréel, une lumière douce semble sourdre de la terre, fait vivre chaque ramille, les redessine avec délicatesse et subtilités.

Le tableau s'éclaire des douces lueurs du couchant, le paysage devient estampe japonaise, avec ces fines brindilles de pins qui se meuvent avec souplesse sur des harmonies de roses...

Chaque ramille se détache sur ce décor, chaque aiguille de pin palpite, dans l'air du soir.

La lune s'arrondit, en arc de cercle, sur les hautes branches, elle embellit le tableau, le couronne d'un éclair flamboyant.


 

 

 

 

Photos : rosemar

 

La lune sur le pin...
La lune sur le pin...
Repost 0
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 15:53
La mode printanière est de retour !

 


Cette année, la mode nous fait découvrir toutes sortes d'imprimés fleuris pleins de fraîcheur, blancs ou noirs piquetés de roses... Certains caracots s'ornent de dentelles ouvragés sur le bas du vêtement.

Les pois sont à l'honneur et signent des tenues rafraîchissantes, sur des fonds blancs de neige.

Des cyclistes en jean moulant permettent des tenues décontractées.

Les leggings sombres ou clairs affinent la silhouette... des pantalons larges pleins d'élégance peuvent l'étoffer...

Des robes aux imprimés fleuris virevoltent : transparences, dentelles, résilles sont de la fête. Des robes aériennes, blanches, ornées de dentelles contribuent à un certain romantisme...

Les épaules se dénudent grâce à des débardeurs très décolletés.

La couleur jaune s'affiche sur des jupes ou des vestes pleines de gaieté... Le rose est à l'honneur, sur des pulls échancrés...

Les shorts pratiques, souples apportent décontraction et confort.

Des sandales colorées, plates, ou des petites chaussures de tennis blanches donnent une allure sportive.

Une mode pétillante, aux couleurs du printemps, une mode fleurie, pleine de charme et d'élégance...

 

Le printemps, avec ses températures quasi-estivales, cette année, donne envie d'adopter ces tenues décontractées et légères.

Des jupes aux imprimés géométriques et graphiques, faciles à porter, apportent une touche de modernité et d'élégance.

Le noir et le blanc se superposent pour créer des tenues raffinées.

Des chemisiers noués à la taille jouent sur les transparences...

Des sacs blancs ou légèrement poudrés de rose accompagnent  et complètent, de leurs teintes claires, ces tenues.


La mode est diverse, pratique, et nous donne des envies de vacances au bord de la mer, un goût de liberté.

Imprimés verts anis, bleus et roses, coeurs blancs sur fond sombre, les teintes et les motifs  variés  permettent de choisir des couleurs différentes, en fonction de ses goûts.

La mode printanière est de retour, elle nous promet des jours ensoleillés, le bonheur d'une liberté et d'un épanouissement retrouvé.


Elle nous emporte vers des univers colorés, emplis de gaieté, elle nous fait rêver à de nouveaux horizons, à des moments de détente et d'harmonie.


Elle annonce l'été rayonnant, le temps des vacances, des soleils renouvelés, des bonheurs tant attendus....



 

 

 

 

 

 

La mode printanière est de retour !
La mode printanière est de retour !
La mode printanière est de retour !
La mode printanière est de retour !
La mode printanière est de retour !
La mode printanière est de retour !
La mode printanière est de retour !
Repost 0
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 17:36

 

fenouil-auteur-Carsten-Niehaus-creative-commons.JPG

 

L'été, le bel été nous apporte mille bonheurs, offerts par la nature : lors d'une promenade à Fontaine de Vaucluse, sur le chemin du retour, nous apercevons des ronciers, chargés de mûres noires, gorgées de soleil : la cueillette commence, mes petites nièces profitent de l'aubaine... les baies sauvages, aux grains d'ébène, font épanouir leurs fruits, emplis de sucs savoureux : nos mains d'adultes se fraient un chemin, à travers les ronces afin d'éviter les épines...

 

La cueillette est abondante : je tends ma main pleine de fruits aux deux fillettes, qui, en un rien de temps, happent les baies avec avidité.

 

Les fruits disparaissent aussitôt.... Je traite les fillettes de "galapiats"... Elles me regardent, étonnées de ce mot dont elles ignorent le sens, elles sourient de bonheur : elles adorent être traitées de "galapiats", d'autant qu'elles se gavent des fruits sombres.

 

Le mot "galapiats" leur a plu : elles exigent d'autres fruits, et nos mains recommencent leur quête : même avidité, même bonheur des fruits cueillis dans la nature, sous un soleil éclatant, dans un vacarme insensé de cigales.

 

Je goûte, moi aussi, quelques fruits, au goût sucré, aux teintes sombres...

 

Les baies des mûres, si petites, si légères sont vite englouties...

Après avoir vidé les ronciers, une autre quête voit le jour, sur le sentier.

 

Attirés par les ombelles des fenouils qui se haussent sur les bords, nous cueillons des branches rigides, aux senteurs d'anis.

L'odeur irise les alentours, les fleurs légères de fenouils aux teintes d'ocre forment des petits parasols de lumières...

 

Les fleurs dessinent de subtils embruns d'ocres, elles illuminent le sentier de leurs teintes douces. Elles sont si souples et si légères, qu'elles semblent danser dans les souffles du vent...

 

Les bois rigides du fenouil résistent à la coupe, il faut les tordre pour en prélever les branches solides.

 

Nous cueillons des brassées de fenouil, le parfum anisé se répand, s'exacerbe sous la chaleur redoublée de l'été.

 

Nouveau bonheur, nouvelle cueillette aux tons de verts et de xanthe...

 

Après le goût parfumé des mûres, voilà les senteurs anisées du fenouil qui nous enivrent.

 

Nous rejoignons la voiture, chargés de ces branches odorantes et les déposons à l'arrière : les senteurs redoublent, sous l'effet de la chaleur, à l'intérieur de l'habitacle...

 

Fenêtres ouvertes, nous nous imprégnons de l'odeur captivante des fenouils et de la nature environnante...

 

http://youtu.be/LWy0FkqVVTQ

 

http://youtu.be/L25hMOeXvg0

 

http://youtu.be/jkoHfa0WPeU

 

 

 

 

 

 

mures-auteur-Dinkum.JPG

 

 

mures-KoS.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo1569

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar - dans poésie été nature
commenter cet article
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 17:34

Photo1789.jpg

 

Les rivières, leurs courants, leurs emportements créent, souvent, une incroyable fascination, attirent tous les regards...

 

A Fontaine de Vaucluse, près d'une chute d'eau au cours tumultueux, l'eau rejaillit, rebondit en écumes tourbillonnantes, l'eau nous montre ses éclats de couleurs, ses murmures, ses fracas, l'eau virevolte, s'emporte, pleine d'émotions, de révoltes...

 

Assises sur la berge, les pieds dans l'eau, mes petites nièces observent ce spectacle : fascinées, elles sont absorbées par la transparence, la vivacité, les mouvements incessants de l'eau.

 

Nous battons des pieds dans les ondes déjà tumultueuses, nous façonnons d'autres remous, nous inventons d'autres emportements : l'eau fraîche, presque glacée nous vivifie et nous exalte.

 

L'eau déborde, des embruns nous éclaboussent, de l'eau retombe, en mille éclats sur nos vêtements d'été.

 

L'eau blanche d'écumes, moutonnante se déverse, avec bruit, après avoir franchi la chute dans une transparence limpide.

 

Les ondes laissent voir un fond d'algues et de mousses vertes.... L'eau roule, s'enroule, se déroule, se démultiplie, en écumes de candeur.

L'eau clapote, rugit, murmure sans fin : c'est un spectacle complet : couleurs de vert-bleu, de blanc, musique renouvelée des eaux, odeur des ondes et des algues, impression de fraîcheur...

 

Le regard fixé sur l'horizon, les fillettes contemplent et admirent la force tourbillonnante de l'eau, elles ne peuvent détacher leurs yeux de ce spectacle envoûtant...

Comme fascinées, elle se tiennent immobiles devant ces remous, ces mouvements incessants des flots.

D'autres acteurs interviennent, alors : des kayakistes caracolent autour de la chute d'eau, ils forment un ballet étourdissant d'acrobaties improbables : ils franchissent le barrage avec audace, disparaissent dans l'écume, reparaissent comme bondissants sur l'onde...

Quelle virtuosité ! Ils se jouent des vagues, les domptent, les apprivoisent, les caressent.

Certains décident de laisser leurs kayaks sur la berge, et remontent sur les bords, ils plongent, alors, dans les remous, se lancent dans le vide et rejoignent les tourbillons de l'eau.

Nous observons avec bonheur les gestes, les corps souples, délivrés de toute apesanteur.

Ils se fondent dans l'eau, font corps avec elle, deviennent eux mêmes fluidité, ondoyance, liberté...

 

Ils se jouent de l'eau : les voici encore qui franchissent à pieds la chute, ils dansent sur l'escarpement rocheux, à fleur d'eau, tels des funambules, ils courent à vive allure pour éviter le déséquilibre.

 

Les ondes rafraîchissantes nous font oublier la chaleur de l'été, elles nous permettent de contempler un spectacle unique, plein de mouvements et de surprises...

 

 

Photo1792.jpg

 

 

Photo1610-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo1617

 

 

fontaine-4-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo1712.jpg

 

Photo1616.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos  : rosemar



Repost 0
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 17:32

Photo1505.jpg

 

 

Ils nous apaisent, les souffles de l'été, brises légères qui font ondoyer les pins du midi, aux palmes vernissées...

 

On aime ces brises imperceptibles qui animent la nature, qui la font vivre et palpiter de mouvements ondoyants.

 

Des friselis de lumières agitent les pins, les buissons, les cèdres...

 

L'air chaud se tempère de brises marines.... l'air laisse entrevoir des embruns d'écumes.

 

Les pins se meuvent avec souplesse, et agilité, se transforment en palmes de lumières.... Les souffles du vent ondulent et bercent les paysages d'une douceur et d'une harmonie nouvelles.

 

La chaleur s'apaise, se fait plus douce, les corps revivent, respirent, s'abreuvent de ces souffles divins...

 

La nature, aussi, s'abreuve de ces aérations, de ces éclats de vents. La nature se gorge de ces friselis apaisants.

 

Les cimes des arbres virevoltent dans le lointain, elles s'enivrent du bonheur de l'été... elles forment des houles pleines de fraîcheur, de sérénité... Elles forment des vagues, des oasis, des espoirs de contentement.

 

Les branches de pins se hérissent de mouvements aériens, légers, elles virevoltent dans l'air, si souples, si volatiles, les pignes dansent un ballet ondoyant : va et vient incessant, balancements pleins d'harmonie...

 

Les couleurs de verts se meuvent, dessinent des ruisseaux de lumières...

 

Tout est léger, doux : mouvements, chants d'oiseaux, balancement des cimes.

 

Tout est apaisé, empreint de lumières.

 

Tout nous parle encore de l'été...

 

http://youtu.be/PuyYc0gINbU

 

 

http://youtu.be/PXMVkQ70I88

 

 

 http://youtu.be/NlT8yeEYbMs

 

 

 

 

 

 

Photo1131.jpg

 

Photo0825.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pins-bleus-copie-2.jpg

 

 

Photo1561.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar



Repost 0
Published by rosemar - dans poésie nature été
commenter cet article
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 17:59

 

piscine-Waterair-creative-commons.jpg

 

Elles ont 5 et 7 ans, et s'amusent dans la piscine gonflable du jardin : un régal de les voir plonger, s'amuser, braver l'eau...

 

Avec leurs petites lunettes qui protègent leurs yeux, elles s'enfoncent sous l'eau, jouent à passer entre les jambes de l'autre, elles rient aux éclats et veulent prolonger le plaisir de la baignade, le plus longtemps possible dans l'après midi.

 

Eclaboussements, clapotis... l'eau, dans sa fluidité, leur offre ses remous, sa transparence.

Dans le jardin, les pins, les cèdres, les rosiers, les lauriers resplendissent de senteurs et répandent des éclats pleins de douceurs...

 

Près de la piscine, nous observons la scène, nous sourions du bonheur des petites qui nagent, se font ondoyantes, comme l'eau.

Les fillettes oublient, même, notre présence bienveillante : elles plaisantent, rient aux éclats, mêlant leurs éclats de voix aux clapotements de l'eau...

 

Elles s'amusent à faire des vagues, à s'éclabousser, à voir rebondir et rejaillir l'eau.

Elles se délectent des plaisirs infinis de l'eau en été, elles plongent, crachent de l'eau, s'imprègnent de sa fraîcheur bienfaisante.

 

Telles des sirènes, elles ont appris à apprivoiser les ondes, elles les connaissent, les apprécient.

 

Un nouveau jeu s'organise : une chasse au trésor, sous les eaux de la piscine : il s'agit de lancer une jolie pierre dans l'eau et d'aller la récupérer sur le fond...

 

Les cris de joie redoublent, s'intensifient, les filles se bousculent pour se précipiter vers l'objet convoité.

 

"Tu as triché ! " dit l'une d'entre elles... Et les cris recommencent, le jeu se prolonge, il faut maintenant fermer les yeux pour retrouver la jolie pierre au fond de l'eau.

Mission impossible pour les deux fillettes qui ne peuvent s'empêcher d'ouvrir les yeux.

 

"Tu as triché !" redit l'une... "Toi aussi !" répond l'autre.

 

Heureuses de ces bonheurs de l'eau, elles prolongent leurs jeux à l'infini, se lancent des défis, mesurent leurs forces et leur habileté...

 

Les cheveux ruisselants, elles rivalisent de rires, d'éclats de joie, de mouvements.

 

L'heure tourne, le soleil est encore rayonnant, mais il faut maintenant sortir de l'eau : que de regrets et de déchirements !

 

On pourra retourner dans la piscine bientôt... il faut maintenant se sécher : les fillettes grelottent un peu, au sortir de l'eau.

 

Enveloppées de serviettes, elles goûtent le bonheur de l'apaisement, après une baignade tumultueuse, pleine de jeux et de rires...

 

Les yeux remplis de lumières, elles se taisent et rêvent, déjà, à d'autres baignades à venir.

 

 

http://youtu.be/VycZVyApqew

 

 

http://youtu.be/ALPHzkknfeg

 

 

 

 

soleil-libre-copie-1.jpg

 

 

pins-bleus-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by rosemar - dans nature été poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/