Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 11:23
Oui, c'est vraiment le bordel...

 

 

Tandis que de nombreux éditorialistes glosent à qui mieux mieux sur un mot "le bordel" utilisé par le président de la République, on ne peut que faire ce constat :  ce mot s'applique en bien des occasions à notre monde.

C'est le "bordel" partout...

 

Oui, décidément, cette année 2017 est l'année de tous les bouleversements...

 

En France, on a assisté à l'effondrement des partis politiques traditionnels lors de l'élection présidentielle : la déroute du Parti Socialiste, la déconfiture du Front National, la débâcle du parti Les Républicains...

Emmanuel Macron, nouveau venu en politique a été élu président de la République, contre toute attente.

 

De la même façon, aux Etats-Unis, Donald Trump a remporté les élections, défiant tous les sondages. Il éprouve maintenant des difficultés à appliquer une politique assez déconcertante : ses réactions ne sont-elles pas souvent imprévisibles et désordonnées ?

 

2017, c'est aussi l'année de la mise en oeuvre du Brexit : la Grande-Bretagne a quitté l'Union Européenne, contre toutes les prévisions.

 

Et voilà que l'Espagne connaît une nouvelle crise inquiétante, avec le référendum d'indépendance organisé en Catalogne. Les tensions sont vives entre les partisans de l'indépendance et les opposants.

Le référendum qui a eu lieu Dimanche n'a aucune légitimité, car le nombre de votants n'atteignait même pas 50 % de la population. Le vote ne s'est pas déroulé selon des règles démocratiques. Dès lors, il est nul et non avenu.

Et pourtant, les indépendantistes affirment haut et fort leur bon droit.

Comment cette crise va-t-elle se résoudre ? Beaucoup d'Espagnols sont inquiets de la tournure que prennent les événements. D'ailleurs les violences policières contre les votants ont choqué l'opinion publique.

 

On assiste, ainsi, dans le monde à de grands bouleversements qui débouchent sur de profondes inquiétudes.

Parallèlement, la révolution numérique bouleverse aussi l'univers du travail : les robots supplantent l'homme dans de nombreuses tâches.

Chaque jour, on invente de nouveaux robots, aux fonctionnalités multiples... On assiste à une accélération fulgurante des progrès techniques.

Ce n'est que le début de cette grande révolution et nous ignorons encore quelles seront les conséquences de ces nouvelles technologies.

Dans tous les cas, le travail se raréfie et les politiques ne semblent pas prendre la mesure de tous ces bouleversements.

 

Les changements climatiques provoquent aussi de terribles catastrophes, entraînant l'exil de nombreuses personnes.

Nous vivons une époque où tout est chamboulé, où l'avenir lui-même paraît très incertain.

Oui, on peut le dire : "C'est vraiment le bordel..."

 

Saurons-nous faire face à tous ces problèmes qui surgissent ?

Saurons-nous résoudre tant de crises ?

 

 

 

 

 

Oui, c'est vraiment le bordel...
Repost 0
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 14:03
En Grèce : des réformes qui bafouent les valeurs européennes...

 

 

Un reportage diffusé sur France 3 consacré à la Grèce, dans la série Avenue de l'Europe, met en évidence, dans ce pays, des manquements graves à la charte sociale européenne.

L'Europe a imposé à la Grèce des réformes qui ont annihilé les droits des travailleurs : toutes les entreprises pratiquent une flexibilité poussée à l'extrême.

Le reportage s'ouvre sur la situation dramatique que vivent des ouvriers dans une mine de lignite en Macédoine occidentale : malgré les dangers et les difficultés de leur profession, l'état a réduit leur salaire de 30 à 70 %.

Comment vivre dans ces conditions ? Comment espérer ?

 

En Grèce, l'ensemble du droit du travail a été démantelé au point de ne plus respecter les règles inscrites dans la charte sociale européenne.

Les européens ont poussé les Grecs à les adopter "pour leur bien", leur disait-on.

 

Un Grec sur trois a, ainsi, basculé dans la misère : chômage, absence de protection sociale. Les chômeurs longue durée ne touchent plus rien au bout d'un an et la banque alimentaire est leur seul recours.

Un chômeur, ancien boucher, témoigne : il dort désormais dans la rue, il a été licencié sans motif, son fils et sa fille se sont exilés, l'un en Angleterre, l'autre aux Pays bas, "Tous les deux ont émigré, je ne veux pas qu'ils connaissent ma situation...", déclare ce chômeur.

 

Les jeunes sont les premières victimes de cette réforme radicale du droit du travail : même les plus diplômés travaillent pour presque rien, environ 50 % d'entre eux sont au chômage.

Un exemple vient illustrer la situation de ces jeunes : une jeune enseignante gagne seulement 300 euros par mois... dans ces conditions, elle n'a pas les moyens de quitter l'appartement de sa mère...

 

En effet, curieusement, la loi grecque permet même que les jeunes soient moins payés que les autres, ce qui est, pourtant, totalement illégal : une discrimination contraire à la charte européenne.

Une autre loi permet aussi de licencier sans indemnité et sans préavis pendant la première année de travail... encore une violation du droit européen...

 

Bruxelles et le FMI ont imposé ces lois travail qui permettent une flexibilité à outrance. Le code du travail a été cassé.

 

Et au total ? La flexibilité n'a toujours pas permis de créer des emplois. Beaucoup de jeunes sont même prêts à quitter leur pays pour retrouver une activité et un salaire décent.

 

Le marché du travail grec est devenu le plus flexible d'Europe... et les Grecs attendent toujours désespérément le retour de la croissance.

 

En Grèce, les suicides, les dépressions, les maladies mentales sont en forte augmentation. Retraités, jeunes, travailleurs, tous ces gens sont sacrifiés au nom de l'Europe.

 

 

Le reportage, à 25 minutes :

 

http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-3/avenue-de-l-europe/avenue-de-l-europe-le-mag-du-mercredi-13-septembre-2017_2360605.html

 

 

 

 

En Grèce : des réformes qui bafouent les valeurs européennes...
Repost 0
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 10:20
Tous contre le CETA !

 

 

 

Ce jeudi 21 septembre, le CETA, le traité de libre-échange qui unit l’Union européenne et le Canada est entré en application provisoire dans sa quasi-totalité.

Les droits de douane vont être supprimés sur 98 % des produits échangés entre l'Europe et le Canada.

 

Les grands gagnants seront, comme toujours, les grands groupes, les grandes multinationales aux dépens de l'intérêt général.

Les agriculteurs français, eux, redoutent encore une concurrence déloyale.

 

Au Canada,  on élève les boeufs avec des coûts de production beaucoup plus bas, dans des fermes industrielles aux dimensions démesurées.

 

Le boeuf canadien nourri aux farines animales, au maïs OGM, à la ractopamine, un complément alimentaire permettant d’augmenter la masse musculaire de l'animal, pourra désormais être vendu sur le marché européen.

 

Que dire du saumon génétiquement modifié, autorisé au Canada, ce fameux poisson"biochimique" qui a été surnommé à juste titre "frankenfish" ?

Le retrouvera-t-on bientôt dans nos assiettes ?

 

On le conçoit : les différences de normes d'élevage posent problème.

Les conditions de production sur le continent américain ne sont absolument pas les mêmes que chez nous.

Toutes les normes diffèrent, qu'elles soient environnementales, alimentaires, sanitaires, ou de bien-être.

 

Dès lors, les agriculteurs et les éleveurs français s'inquiètent à juste titre.

Et chacun d'entre nous peut s'inquiéter aussi de ces accords entre le Canada et l'Union européenne.

 

La traçabilité de ces viandes venues du Canada n'est même pas assurée.

De plus, ce type d'accord vise à internationaliser les échanges au lieu de les relocaliser... une hérésie environnementale.

 

Avec ce traité, on importera aussi plus de carburants issus des sables bitumineux du Canada en Europe, ce qui conduira inéluctablement à  une augmentation des émissions de gaz à effet de serre, et ce qui aura un impact sur le climat.

 

A l'heure où les catastrophes climatiques se multiplient, un tel accord paraît déraisonnable et complètement inadapté.

A l'heure où l'on prend conscience des dangers du réchauffement climatique, le CETA est une aberration.

De nombreuses associations dénoncent cet accord dangereux pour notre économie, notre santé et notre environnement.

 

 

 

 

 

 

 

Tous contre le CETA !
Repost 0
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 08:11
Un nouveau contrôle technique pour les automobiles...

 

 

 

Dès 2018, un nouveau contrôle technique des véhicules sera mis en place, plus contraignant, plus complet : une directive européenne de 2014 prévoit en effet de faire passer de 124 à près de 400 les points de contrôle, soit plus du double !

 

On imagine les conséquences de ces contrôles renforcés : plus longs, ils coûteront plus cher et obligeront les automobilistes à faire davantage de réparations, donc encore plus de dépenses.

 

Les appuie-tête, les accoudoirs et les rétroviseurs intérieurs seront aussi vérifiés.

 

Bien sûr, la sécurité est importante, mais on voit bien que ces contrôles vont pénaliser les gens les plus modestes qui possèdent de vieux véhicules et qui n'ont pas les moyens d'acquérir une voiture neuve.

Bien sûr, les garagistes, eux, vont se frotter les mains : ils pourront faire des bénéfices, travailler plus.

 

On a vraiment l'impression que les diktats venus de Bruxelles se multiplient.

Les contraintes sont de plus en plus nombreuses et les automobilistes sont sans cesse mis à contribution.

Péages, stationnements payants, amendes, prix des carburants, assurances... les automobilistes deviennent des vaches à lait.

 

Comme le contrôle technique doit être renouvelé tous les deux ans, c'est une véritable manne dont vont bénéficier les garagistes et les centres de contrôle.

Mais on entrevoit de nouvelles contraintes pour les automobilistes, de nouvelles dépenses aussi.

Nos vies sont, ainsi, de plus en plus contrôlées, encadrées, surveillées.

Et même nos véhicules, nos moyens de locomotion n'y échappent pas...

Il faut se plier sans arrêt à des règlements qui deviennent au fil du temps de plus en plus contraignants.

 

Ainsi, 126 défaillances techniques vont désormais déboucher sur une interdiction de circuler immédiate, alors qu'actuellement un délai de deux mois est accordé pour réaliser les réparations.

 

La voiture est en passe de devenir un objet de luxe générant de multiples dépenses.

Alors que la crise sévit, alors que certains ont des difficultés à boucler leur budget, de telles mesures sont encore de nature à créer des inégalités et à générer des soucis, des ennuis pour les plus démunis.

 

 

 

 

 

Un nouveau contrôle technique pour les automobiles...
Repost 0
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 10:47
Le Brexit : un coup de semonce pour l'Europe...

 

 

 

Depuis des années, l'Europe des bureaucrates impose aux peuples des restrictions, une austérité qui atteint les plus pauvres et les plus démunis. Depuis des années, l'Europe n'a pas su construire un projet pour l'avenir des citoyens.

 

Comment s'étonner, dès lors, que les britanniques consultés par un référendum renient les institutions européennes et leurs lois iniques ?

Comment ne pas voir que l'Europe fonctionne mal ?

 

Les mesures d'austérité se sont succédé en Grèce, en Espagne, en Italie, en France, en Grande Bretagne, dans de nombreux pays.

Les députés européens gagnent des salaires exorbitants, alors que les citoyens de base sont étranglés par des impôts, des régressions sociales inadmissibles.

L'Europe est devenue une institution de voleurs, tel était le titre d'un de mes articles publié en décembre 2013.

 

Certes, l'Europe n'est pas la seule responsable de ces malversations : en France et ailleurs, la liste des privilèges de nos élus est impressionnante : il suffit de lire l'ouvrage de Philippe Pascot, intitulé Pilleurs d'Etat, pour en prendre conscience : par exemple, un élu peut cumuler jusqu'à 5 retraites !

 

Mais l'Europe elle-même est devenue un gouffre, un système technocratique inhumain qui ne tient plus compte des difficultés des peuples.

L'Europe, gouvernée par des banquiers ne répond pas aux aspirations des citoyens européens.

Le système est complètement perverti et injuste.

 

Qui a voté pour le Brexit ?

Des personnes âgées, nous dit-on, mais aussi et surtout, les gens les plus pauvres, les plus démunis, ceux qui désespèrent de leur sort, dans un pays où l'ultra-libéralisme règne en maître.

Chômage, salaires dérisoires, précarité, austérité : voilà ce que nous réserve l'Europe...

 

Les élections à l'intérieur de chaque pays européen n'ont même plus de poids, puisque chaque gouvernement doit se plier aux directives européennes décidées par des technocrates très éloignés du peuple, bourrés d'argent et de privilèges.

 

C'est une Europe de la solidarité qu'il faut construire, une Europe qui permettra aux peuples de retrouver l'espoir.

Depuis des années, l'équilibre de l'Europe est instable : crise grecque, politiques austéritaires, chômage de masse.

 

Les Britanniques ne veulent plus subir les diktats européens et ils ne sont pas les seuls à douter de l'Europe, telle qu'elle a été imposée aux peuples.

L'Europe doit se réformer pour exister vraiment : elle doit répondre aux aspirations de ceux qui la composent et non pas aux désirs de quelques privilégiés.

 

Le Brexit est un coup de semonce pour l'Europe : il reste à espérer que ses dirigeants en tirent les leçons pour un avenir meilleur.

 

 

 

Articles sur l'Europe :

 

http://rosemar.over-blog.com/article-l-europe-une-institution-de-voleurs-121610624.html

 

http://rosemar.over-blog.com/article-l-europe-ressemble-de-plus-en-plus-a-un-chateau-de-cartes-125562798.html

 

http://rosemar.over-blog.com/article-le-mot-grec-europe-est-tout-de-meme-plein-de-poesie-125503793.html

 

 

 

 

Le Brexit : un coup de semonce pour l'Europe...
Repost 0
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 17:55
La rigueur allemande, une nouvelle fois, mise à mal...

 



L'affaire fait grand bruit, et elle a de quoi surprendre, quand on connaît la fameuse "rigueur allemande", souvent mise en avant par nombre de responsables allemands eux-mêmes...

Après la tragédie de l'airbus de la Germanwings, filiale de Lufthansa, en Mars 2015, où un pilote à la santé mentale fragile, avait précipité son avion sur le sol, c'est, cette fois, la principale industrie de ce pays qui est mise en cause, dans une affaire très grave, puisqu'il s'agit d'une véritable fraude...

Le constructeur allemand, Wolkswagen a reconnu avoir manipulé les données d’émission de gaz polluants de ses véhicules diesel produits aux Etats-Unis, pour contourner les règles antipollution...

11 millions de véhicules dans le monde étaient équipés de ce logiciel de trucage, découvert il y a quelques jours.

Un véritable scandale ! Car cette fraude va à l'encontre des normes de pollution, et vient renforcer et conforter les émissions de particules nocives pour la santé,  produites par les moteurs diésel...

Les allemands seraient-ils donc, contrairement aux idées reçues, des tricheurs patentés ?

On nous a présenté, pendant des années, l'Allemagne comme un modèle de rigueur et un exemple à suivre : il semble que ce mythe soit en train de s'effondrer...

Qu'est devenue la vertueuse Allemagne dont on nous a vanté, maintes fois, et en maintes occasions, les mérites ?

Un peu partout, d'ailleurs, en Europe, c'est le règne de l'argent et du profit qui domine : les industriels n'hésitent pas à sacrifier la santé des gens, au nom du profit, on songe à l'industrie pharmaceutique qui a lancé, en France, sur le marché, des médicaments aux effets délétères, comme le Médiator ou le Crestor...

Les allemands, eux-mêmes, ne sont pas en reste et cette fraude d'un des plus grands industriels allemands nous prouve que nos voisins allemands sont, eux aussi, susceptibles d'être pris en défaut : cette fraude aurait duré plus de 5 ans de 2009 à 2015 !

Une véritable menace pour la santé publique !

Désormais, l'image du constructeur allemand se retrouve bien écornée. Le patron de cette entreprise fait part de "ses regrets", mais le mal est fait.

Le numéro 1 mondial de l'automobile risque de connaître de grandes difficultés : une lourde amende en perspective, une chute inéluctable des ventes, peut-être des emplois supprimés...

Quel gâchis ! Partout, les industriels n'hésitent pas à tricher, à compromettre la santé des gens, pour amasser de l'argent, aux dépens  et au détriment des consommateurs.

Et, même des entreprises de grande réputation, d'une fiabilité qui semblait à toute épreuve, sont touchées par ce phénomène...


 

 

 

La rigueur allemande, une nouvelle fois, mise à mal...
Repost 0
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 08:56
L'Allemagne prête pour la curée ?

 

 

 

La curée, on peut le rappeler, c'est toute l'avidité avec laquelle le chasseur se rue sur sa proie et procède à toutes sortes de pillages.

L'Allemagne se prépare-t-elle à la curée, après avoir imposé aux grecs un énième plan d'austérité ?

Que dire ? Face à la crise grecque, les allemands ont montré une intransigeance démesurée, ils ont humilié les grecs, leur imposant un nouvelle cure d'austérité qui risque de conduire ce pays encore au bord du gouffre...

Aucun assouplissement dans les sacrifices demandés aux grecs, aucune pitié, aucun sentiment de honte...

Et pourtant, l'Allemagne profite honteusement du marasme et de la dette grecque : l'Allemagne a réalisé plus de 100 milliards d'euros d'économies budgétaires depuis le début de la crise grecque, soit un peu plus de 3% de son PIB, selon un article paru dans le journal Le Figaro.

Et dorénavant, voilà l'Allemagne triomphante, prête à racheter à bas prix les avoirs grecs : 14 aéroports régionaux ont été, ainsi, vendus à une société publique allemande, pour un prix démesurément bas.

On le voit : l'Allemagne est prête à s'enrichir et  prospérer, grâce aux difficultés que connaissent les grecs...

L'Allemagne prête à la curée se veut conquérante, et semble vouloir bâtir un nouvel empire, et sans coup férir, cette fois !

L'Allemagne a voulu imposer partout, en Europe, une politique austéritaire qui conduit au chômage, à la misère, au désarroi grandissant des peuples...
Les européens doivent-ils se plier à ses diktats, alors que l'Allemagne tire un profit éhonté de la crise ?

S'agit-il de construire un nouvel empire allemand, s'agit-il de dompter les peuples européens et de les soumettre, cette fois, par la finance et l'argent ?

Le profit domine notre monde, il attise les convoitises, et l'Allemagne ne se prive pas de convoiter les biens des grecs, en les rachetant à bas prix !

Une honte dénoncée par la gauche allemande, elle -même, en la personne de Gregor Gysi, chef du parti de gauche, Die Linke.

Son discours est sans équivoque : il accuse le pouvoir allemand d'acculer les grecs, de les condamner à un non remboursement de la dette.

De plus, cet homme politique nous apprend que "le gouvernement grec n’est pas autorisé à licencier ou à embaucher, ni directeurs ni managers de banque." 
Et il précise : "Les institutions européennes sont responsables de cela. Comment voulez-vous dans ces conditions combattre la corruption ? C’est une limitation insensée de la souveraineté grecque."

L'Allemagne a-t-elle, donc, pour but d'engloutir la Grèce, de dépecer ses biens pour s'en emparer ? Il semble que ce soit, là, l'objectif recherché... Une honte et un déshonneur pour le gouvernement allemand et pour l'Europe!

 

 

L'article du Figaro :


http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/08/10/20002-20150810ARTFIG00238-la-crise-grecque-a-largement-profite-a-l-allemagne.php 


https://youtu.be/Gq6toyvCXuU




 

Repost 0
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 08:51
Après les grecs, les agriculteurs sont coupables...

 

 

 

Les agriculteurs français sont souvent montrés du doigt, dans la crise qui les oppose au gouvernement : alors que nombre d'entre eux n'arrivent plus à vivre du fruit de leur travail, ils sont coupables, selon certains, d'un abus de pesticides et d'engrais, ils sont coupables de pratiquer une agriculture intensive et ce qui leur arrive n'est que justice...

Les agriculteurs ont accepté de se soumettre et de se livrer à une production intensive...

Mais n'est-ce pas le système actuel qui les a conduits vers ce type de production ? Alors que se sont installées en Allemagne, en Roumanie des fermes gigantesques, où sont élevés des porcs, des volailles à bas prix, face à une concurrrence effrénée, quelles étaient les solutions ?

N'est-ce pas l'Europe avec ses directives insensées qui doit être incriminée ?

Les coûts de production qui sont dérisoires dans certains pays de l'union européenne entraînent, aussi, immanquablement les paysans français vers la faillite.

Après les grecs coupables de tous les maux, voilà les agriculteurs cloués au pilori, condamnés pour avoir employé des pesticides que tous les agriculteurs européens utilisent !

Dans notre beau pays, on a vite fait d'accuser les autres, ceux qui exercent un autre métier que le sien...

Les coupables sont tout trouvés : les agriculteurs sont fautifs, les enseignants sont responsables, bien sûr, aussi, de la crise que connaît, à l'heure actuelle, l'éducation...

Pourtant, rien n'est simple et il est trop facile d'accuser les paysans d'être responsables de la situation difficile dans laquelle ils se trouvent.

Certes, la FNSEA a joué, souvent, un rôle trouble et inadapté, mais a-t-on le droit de stigmatiser les agriculteurs, des gens humbles, qui travaillent dur, qui, parfois, n'ont même pas droit à des vacances ?

La mondialisation a bouleversé cette profession, les techniques de production ont évolué, grâce à des outils performants.

Mais ce métier est des plus complexes : avez-vous essayé de faire pousser des légumes ou des fruits de manière totalement naturelle ?

Les paysans sont soumis à de multiples aléas : la sécheresse, les intempéries, les différentes maladies qui s'attaquent aux plantes, les insectes...

Comment ne pas percevoir toutes les contraintes de ce métier ?

Des milliers d'oliviers ont dû être détruits en Italie, en raison d'une bactérie tueuse, la xyllela fastidiosa, au nom bien révélateur,  celle-ci a peut-être, même, atteint les rivages de la Corse... On voit bien que les obstacles sont nombreux et terribles, dans une telle profession.

Un paysan qui n'arrive pas à vivre de son activité, en France, c'est une indignité, des agriculteurs qui se suicident, parce qu'ils ne parviennent pas à vivre de leur travail, c'est une honte.

Comme nous tous, les agriculteurs sont "livrés", pieds et poings liés à l'Europe, à ses financiers, à ses lobbies : c'est le système tout entier qu'il faut remettre en cause.

Arrêtons de jeter la pierre à autrui, à celui qui travaille dur, pour essayer de survivre : mon grand-père était paysan et je sais toutes les âpretés et les difficultés de ce métier...

Un métier très rude qui exige une disponibilité totale, un métier aux multiples contraintes qui doit être valorisé.
 

 

 

 

 

Après les grecs, les agriculteurs sont coupables...
Repost 0
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 13:11
Avec la crise grecque, l'Europe connaît des heures sombres...

 

 


Avec la crise grecque, l'Europe connaît des heures sombres, elle montre ses incohérences, ses fractures, ses limites, elle montre aussi des déséquilibres dangereux : c'est l'Allemagne qui impose ses règles, c'est l'Allemagne qui donne des directives... l'austérité devient le maître mot de la politique européenne.


Or, tout le monde le sait, cette politique anéantit les plus faibles et enrichit les plus nantis. Les allemands eux-mêmes en ont fait la triste expérience : précarité, salaires de misères, mini-jobs, flexibilité.


L’Allemagne crée de plus en plus de pauvres, hypothéquant les chances de nombreux jeunes. Un enfant, né dans la pauvreté ou la précarité aura les plus grandes difficultés à sortir de cette situation, une fois adulte. Ce sont ainsi 2 millions et demi d’enfants qui seraient concernés soit 19,4% des jeunes de moins de 18 ans. 


De nombreux retraités sont, aussi, paupérisés en Allemagne, 

Et c'est ce modèle mortifère que l'Allemagne veut imposer à toute l'Europe.

L'Allemagne, présentée comme un pays riche, a produit de la pauvreté, de l'inquiétude, du désarroi...

Non, l'Europe ne connaît pas la guerre, mais elle subit une guerre économique qui anéantit les peuples : un nouveau prolétariat voit le jour, dès lors, on assiste à de véritables régressions : mépris de l'être humain, des fossés qui se creusent entre les riches et les pauvres, la précarité qui s'installe...


Les allemands pauvres souffrent et subissent les diktats de leur gouvernement, et ce modèle semble s'imposer en Europe.

La Grèce a obtenu un report de sa dette, mais à quel prix ? Hausse de la TVA, retraite à 67 ans, privatisations, baisse des salaires...

Les grecs sont, quoi qu'il en soit, encore accablés par des plans d'austérité qui les écrasent et les empêchent d'envisager un espoir dans l'avenir...

L'Europe, sous l'impulsion d'une Allemagne inflexible, s'engage dans une voie périlleuse : celle de l'austérité, de la violence faite aux peuples, celle de la régression sociale...

Faut-il appauvrir et asservir les peuples pour que l'Europe survive ? 

La position de l'Allemagne dans la crise grecque est aussi un message adressé aux autres pays européens : le refus de l'austérité peut conduire au pire, à une mise sous tutelle, à des mesures d'austérité encore plus grandes...

Un message qui s'adresse aux espagnols, aux italiens, aux français : il faut absolument se conformer à une rigueur budgétaire, quitte à sacrifier les plus pauvres, quitte à tuer les gens à la tâche, quitte à leur enlever toute dignité et tout espoir.

Ce message signe la mort d'une Europe sociale et humaine, tournée vers une idée de bonheur et d'humanisme.

Ce message montre que l'Europe a perdu sa vocation première : assurer une sécurité, permettre aux hommes d'espérer un avenir meilleur...

Des incidents se sont produits, hier, devant le parlement grec : des affrontements violents ont opposé des manifestants et les forces de l'ordre...

Comment le peuple grec peut-il désormais réagir ? Les grecs ont voté contre l'austérité et on leur impose, à nouveau, des mesures régressives dans de nombreux domaines.

Une fois de plus, l'Europe fait fi de la volonté des peuples, elle annihile leur vote et anéantit leur avenir et leurs espoirs.
 

 

 

Un article du Figaro... Allemagne : la pauvreté à son plus haut niveau...

 
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/02/19/97002-20150219FILWWW00353-allemagne-la-pauvrete-a-son-plus-haut-niveau.php

 


 


 

 

Avec la crise grecque, l'Europe connaît des heures sombres...
Repost 0
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 12:21
L'Allemagne et l'économie du hard-discount...

 

 

 



Face à la crise grecque, l'Europe a laissé éclater ses dissensions, on perçoit une Europe fracturée : les allemands restent intransigeants et figés sur leurs positions, ainsi que les pays du Nord... la Grèce, malgré une restructuration de sa dette, reste, encore et toujours, soumise à des plans d'austérité, alors que cette politique fait des ravages en Europe...


Mais peu importent le destin et le bonheur des peuples, ce qui compte, c'est la bonne santé de l'économie, des banques, des financiers qui doivent être, à tout prix, rassurés...

Ce sont des allemands qui, ne l'oublions pas, ont inventé le hard discount : lancé en 1948, en Allemagne, par les frères Albrecht, le hard-discount a connu un essor considérable depuis la fin des années 1960, dans ce pays, avec des magasins comme Lidl, Norma et Aldi, puis, à la fin des années 1980, dans d'autres pays européens.


Certes, cette innovation correspondait à une économie d'après-guerre, mais ce concept a été largement exploité, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.


Une économie pour les pauvres, une économie de subsistance, des aliments et des produits à bas prix, une exploitation à outrance dans le domaine de l'agriculture et de l'élevage pour obtenir les prix les plus bas, tel est le système sur lequel repose le hard-discount.

Ceux qui ont inventé ce concept et ceux qui l'ont exploité se sont considérablement enrichis...

Dorénavant, avec l'Europe et ses politiques de restriction, le hard-discount semble avoir de beaux jours devant lui, dans la plupart des pays, en Allemagne même où le nombre de pauvres ne cesse de croître, en Grèce, en Espagne, au Portugal, où l'austérité aggrave, sans cesse, le chômage, et la précarité.


C'est l'Allemagne qui est à l'origine du hard-discount, on ne s'en étonnera pas, car ce pays, adepte d'une austérité dévastatrice, envisage d'étendre cette politique partout en Europe, et notamment en Grèce, accablée, ces dernières années, par des plans d'austérité intenables pour l'économie de ce pays.

En Roumanie, des fermes gigantesques ont été mises en place, pour pratiquer un élevage à outrance, dans des conditions déplorables pour l'environnement.

Ces fermes alimentent la filière hard-discount : des produits à bas prix inondent les marchés pour nourrir les pauvres.


Et le nombre de pauvres n'a pas fini de croître, avec une Allemagne qui veut imposer à tous une économie de guerre...

Une nourriture peu chère, de qualité médiocre, réservée aux pauvres, des conditions de travail inhumaines, pour ceux qui oeuvrent dans les usines hard-discount...

Qui peut vouloir d'un tel modèle ?

C'est pourtant ce qui est en train de se développer dans de nombreux pays : des magasins pour les pauvres, d'autres pour les riches, des déséquilibres s'installent, créant des injustices inadmissibles.

L'économie que l'Allemagne veut imposer à la Grèce, c'est celle du hard-discount, une économie pour les pauvres : les classes moyennes et les plus démunis vont être encore gravement affectés par l'austérité à venir...

Le libéralisme fou est à l'oeuvre : fondé sur une croissance infinie, sur le gigantisme, sur l'appauvrissement des peuples, ce libéralisme insensé court à sa propre perte.

 

 

 

L'usine aux dix mille porcs en Allemagne :

 

http://www.reporterre.net/En-Allemagne-pire-que-la-ferme

 

 

L'élevage porcin en Roumanie :

 


 http://television.telerama.fr/television/justin-bridou-aoste-cochonou-tout-n-est-pas-bon-dans-leurs-cochons,94476.php
 

 

http://lekiosqueauxcanards.com/justin-bridou-et-consorts-un-scandale-economique-et-environnemental

 




 

 

L'Allemagne et l'économie du hard-discount...
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/