Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 08:14
Partout, ce manque d'humilité...

 

 

Partout, la folie des grandeurs, partout, ce manque d'humilité qui caractérise nos sociétés...

Partout, des dépenses qui dépassent la mesure, des dérapages budgétaires inquiétants : : explosion du budget affecté à la rénovation du Grand Palais, "Entre 2010 et 2017, le budget de cette rénovation de luxe avait été doublé et une nouvelle rallonge de 75 millions d'euros vient encore d'être accordée..."

Le chantier de la Maison de la radio a aussi explosé...

 Le réaménagement des Halles, lancé en 2002 par le maire de Paris Bertrand Delanoë a fini par coûter plus d'un milliard d'euros.

Des dépenses excessives encore pour la salle philharmonique de la Villette qui se monte à 386 millions !

 

Des chiffres et des gouffres financiers qui donnent le tournis !

Et ce ne sont là que des exemples parmi d'autres...

Comme si l'endettement de la France n'était pas déjà très conséquent...

On pourrait évoquer encore le fiasco de l'EPR qui coûte une fortune, alors que la technique n'est pas fiable...

 

Avec l'entretien des centrales, avec le traitement des déchets éternels, les centrales coûtent de plus en plus cher, et l'électricité produite par ces centrales devient et deviendra de plus en plus onéreuse.

 

On le sait maintenant, le nucléaire comporte des risques et des dangers que l'on n'arrive pas à maîtriser : ainsi, nos centrales nucléaires sont, elles-mêmes, vieillissantes, l'état des installations est préoccupant.

Et pourtant, on continue dans cette voie : pendant des années, on a surdimensionné le parc nucléaire, sans se soucier des conséquences...

 

Et on nous parle sans arrêt de la dette à rembourser pour justifier des mesures qui frappent des gens modestes, des petits retraités...

Mais qui est responsable de toutes ces dépenses inconsidérées ? Qui est à l'origine de décisions qui grèvent le budget de la France ?

Que font les hommes politiques pour maîtriser ces dépenses ?

 

Il est question de diminuer la dette, en diminuant le nombre de fonctionnaires !

L'état veut supprimer, ainsi, des postes d'enseignant, alors que le secteur de l'Education connaît de nombreuses difficultés...

 

Il serait temps que les hommes politiques prennent des mesures rigoureuses et justes pour juguler les dépenses de l'état.

Les fonctionnaires, les gens modestes, les salariés deviennent souvent des boucs émissaires : on leur fait payer une dette dont ils ne sont pas responsables...

 

 

 

Source :

 

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/nouailhac-depenses-publiques-la-valse-des-milliards-24-09-2018-2253650_2428.php

 

 

 

Partout, ce manque d'humilité...

Partager cet article

Repost0
26 mars 2018 1 26 /03 /mars /2018 12:49
Les boucs émissaires...

 

 

Sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, on se souvient que les principaux boucs émissaires étaient les enseignants : suppression de postes, suppression de l'année de stages pour les nouveaux profs, mépris de la culture et de ses représentants...

Il faut bien trouver des victimes expiatoires, pour contenter une certaine opinion publique...

Il faut bien réformer au détriment de certaines catégories de la population que l'on montre du doigt, que l'on stigmatise...

Il faut bien créer des divisions, soulever des indignations, créer des polémiques contre telle ou telle catégorie de travailleurs...

 

Avec l'avènement d'Emmanuel Macron, qui sont donc les nouveaux boucs émissaires ?

En premier lieu, les retraités, bien sûr... ces nantis, ces gavés... ces retraités aisés qui gagnent 1200 euros !

Il faut les taxer, leur faire payer le prix fort.

 

Et puis, bien sûr, d'autres nantis, les fonctionnaires, ceux qui travaillent dans les hôpitaux, qui paressent, qui osent se plaindre d'un surcroît de travail...

 

Sans parler des cheminots, ces privilégiés du rail qui ont droit à des billets gratuits, qui ont l'audace d'évoquer leurs horaires décalés...

Il faut bien trouver des coupables et les désigner à la vindicte populaire !

Haro sur le baudet !

 

Et, souvent, ce sont les petits et les modestes qui trinquent !

Diviser pour mieux régner, c'est là une tactique éprouvée et éculée.

Et elle fonctionne !

 

Il faut voir comme l'opinion publique se met à conspuer les cheminots, leur statut de "privilégiés", comme si ce statut ne comportait pas des contraintes et des difficultés, comme si leur métier était de tout repos.

Comme si le déficit de la SNCF ne provenait pas d'une mauvaise gestion de l'état...

 

Il est facile aussi d'opposer les jeunes actifs aux retraités considérés comme des nantis...

Opposition et manichéisme simplistes !

 

Il est encore plus facile d'opposer public et privé... et de prétendre que les fonctionnaires sont des privilégiés, alors qu'ils travaillent dans des conditions souvent difficiles, que ce soit dans les hôpitaux, dans les établissements scolaires, dans les EHPAD.

Non, tous ces gens, tous ces travailleurs ne sont pas des privilégiés.

Ils ont raison de défendre leurs droits et leur statut, obtenus au terme de longues luttes sociales...

 

 

 

 

 

https://www.marianne.net/economie/reforme-de-la-sncf-les-privileges-du-statut-du-cheminot-sont-surtout-des-fantasmes

 

 

Les boucs émissaires...

Partager cet article

Repost0