Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2018 6 17 /02 /février /2018 14:40
Nouvelle campagne de fouilles près du rempart romain à Nîmes...

 

 

Tout au long du mois d'août 2017, une équipe d'étudiants sous la direction de l'archéologue Richard Pellé de l’INRAP a entrepris une nouvelle campagne de fouilles, sur la colline Mautaury, près du rempart romain, à Nîmes...

 

De nouvelles découvertes en perspective : près de la tour, en bas de la colline, les archéologues ont mis au jour un dépotoir comportant quelques céramiques entières ainsi que de nombreux débris à reconstituer...

Ils ont aussi découvert des morceaux de fûts de colonnes ornés de feuilles d'acanthe : vraisemblablement les vestiges d'un temple romain...

Une nécropole comportant de nombreuses tombes a été en partie fouillée : pour l'instant, la datation est incertaine.

 

Plus haut, près de la tour centrale, une porte dont on voit les gros blocs de pierres a été dégagée : tout près, à la base de l'enceinte romaine, on peut admirer le mur de parements et ses pierres régulières. Devant ce mur, les archéologues ont dégagé un alignement de roches qui pourrait avoir été un banc utilisé par les ouvriers qui ont construit le rempart...

 

Dans la tour du bas, un muret d'époque plus récente a été découvert...

 

J'ai eu la chance d'accéder au chantier de fouilles et de discuter avec quelques étudiants qui participaient à cette aventure...

Dur labeur que celui des archéologues : ils travaillent sous un soleil accablant, remuant et déplaçant des pierres, ils oeuvrent avec la plus grande minutie, quadrillant le terrain...

 

Et encore cette année, du mobilier archéologique a été retrouvé, des vases, des monnaies, des as romains, des clous de chaussures etc… attestant de la vie du chantier et du statut d’une partie des ouvriers.

Le rempart  fut construit un siècle avant l'amphithéâtre et probablement en l'an 15 ou 20  après JC.  Le chantier fut colossal et nécessita de nombreuses professions différentes.

Le rempart culminait à 9m de haut mais nous savons que le chemin de ronde était certainement à une dizaine de mètres du sol. 

Les trois tours qui ont été découvertes sur la colline Montaury ont trois architectures différentes, ce qui constitue un ensemble vraiment original et exceptionnel...

 

On ne peut qu'admirer ces ouvrages venus du passé qui ont traversé les siècles, la solidité, l'épaisseur des murailles, la beauté des formes dans les alignements de pierres.

Tous ces vestiges témoins de l'histoire antique de Nîmes viennent encore enrichir le patrimoine de cette ville aux nombreux monuments : la Maison Carrée, les Arènes, le temple de Diane...

Le site sur lequel se trouvent ces tours romaines mérite d'être mis en valeur.

Il faut espérer que les fouilles se poursuivront l'année prochaine, car ce site doit receler encore bien des trésors...

 

A suivre, donc...

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous invite à visiter la tour centrale...

Fouilles dans la tour en bas de la colline Montaury

Fouilles dans la tour en bas de la colline Montaury

Le rempart romain : on voit une partie du parement en bas...

Le rempart romain : on voit une partie du parement en bas...

Entrée de la tour centrale...

Entrée de la tour centrale...

Le rempart...

Le rempart...

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 12:47
Fouilles à Nîmes, près du rempart romain...

 

 

 

Cette année, encore, des fouilles se sont poursuivies, au mois d'août, près de l'enceinte de la ville romaine, à Nîmes : deux nouvelles tours viennent d'être dégagées, au milieu et en bas de la muraille, sur la colline Montaury.

Depuis la route, on peut voir, près du rempart, la base de la tour du bas, en arc de cercle qui devait compléter la défense de la ville antique.

Tout autour, on peut découvrir le travail de terrassement des pelleteuses, des éboulis de pierres, la terre remuée.

Cette nouvelle campagne de fouilles permettra, sans doute, de mettre à jour, près de ces vestiges romains, des objets, des vases, grâce auxquels on pourra reconstituer une partie du passé romain de la ville de Nïmes.


J'ai eu, encore, cette année, le bonheur et le privilège de m'aventurer sur ce chantier de fouilles, de prendre quelques photos, de voir l'ampleur des travaux, et même de discuter avec les étudiants qui travaillent sur le site... des étudiants en archéologie venus de diverses régions de France :  Strasbourg,  Montpellier, Nîmes...

Il est éprouvant pour eux de travailler, en plein été, sous un soleil de plomb... il faut remuer des pierres, les déplacer, enlever des souches d'arbre qui entravent la progression des fouilles, faire des relevés précis et détaillés.

Curieusement, en découvrant le chantier de fouilles, on a l'impression d'entrer dans un sanctuaire, un lieu sacré, on a l'impression de franchir le mur du temps, de visiter un autre monde si lointain, si mystérieux...

De ces vieilles pierres se dégage une incroyable poésie... un bond de 2000 ans dans le passé ! On imagine ce que pouvait représenter ce rempart qui mesurait 6 kilomètres, à l'époque d'Auguste.

A proximité des tours, se dresse cet antique rempart romain qui déroule un chaos de pierres, aux teintes et aux formes variées. Des pins avaient envahi la colline Montaury, on les a sacrifiés, pour retrouver les vestiges de ces monuments.

Si, à l'extérieur, on voit des pierres irrégulières, l'intérieur des bâtiments révèle un appareil très régulier et des alignements méticuleux.

Comment ne pas être ému par ces vestiges qui remontent, sans doute, au premier siècle avant J C ? Comment ne pas admirer le talent et la maîtrise technique mise en oeuvre dans cette architecture ?

Les romains étaient passés maîtres dans l'art de la construction de ponts, de murs d'enceinte, de temples.

Ce qui est étonnant, c'est que ces tours sont, désormais, coincées entre des bâtiments récents, d'un côté des immeubles, de l'autre, des maisons individuelles.

Ainsi, se mêlent le passé et le présent, l'antiquité et la modernité.

On connaît, bien sûr, les grands monuments de la ville de Nîmes : la Maison carrée, les Arènes, le temple de Diane intégré dans les Jardins de la Fontaine...

Mais, ces tours de défense ou d'ornement nous étonnent par leur magnificence : c'est, encore, une nouvelle découverte qui permettra d'avancer dans la connaissance de l'antiquité...


On pourra, bientôt, disposer d'un compte-rendu plus détaillé de cette campagne de fouilles...


A suivre...


Un article sur ces fouilles :

http://www.objectifgard.com/2016/08/24/nimes-rempart-augusteen-plus-original-monde-romain/


Un article sur l'enceinte augustéenne de Nîmes :

http://www.nemausensis.com/Nimes/remparts/FouillesRemparts.html


     
Photos et vidéos : rosemar

Une souche près de la tour du bas...

Une souche près de la tour du bas...

Un dallage de pierres près de la tour située en bas des remparts...

Un dallage de pierres près de la tour située en bas des remparts...

La tour dégagée en bas des remparts...

La tour dégagée en bas des remparts...

Le mur intérieur de la tour

Le mur intérieur de la tour

La tour vue de l'extérieur

La tour vue de l'extérieur

Une grosse pierre taillée

Une grosse pierre taillée

La tour du bas vue de l'extérieur...

La tour du bas vue de l'extérieur...

On voit bien, sur cette photo, l'épaisseur du mur de la tour...

On voit bien, sur cette photo, l'épaisseur du mur de la tour...

La tour au centre de la colline et des blocs de pierre...

La tour au centre de la colline et des blocs de pierre...

La tour au centre de la colline...

La tour au centre de la colline...

Le site...

Le site...

Fouilles à Nîmes, près du rempart romain...

Les archéologues s'activent pour fouiller la tour en bas des remparts...

Les fouilles au milieu de la colline : mise à jour de la tour centrale...

Partager cet article
Repost0