Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 14:31
Voici le premier jour de l'hiver...

 

 

 

 


Voici venu le premier jour de l'hiver, le jour le plus court de l'année, celui qui annonce le froid, celui qui nous promet, aussi, un renouveau, des lumières qui vont s'accroître au fil du temps.

Le mot "hiver", avec sa fricative très douce, sa gutturale pleine d'âpreté, sa voyelle aiguë "i", nous emporte vers un univers glacé où règnent le vent, la neige, les frimas...

Les rigueurs de l'hiver ! Ses beautés blanches et neigeuses ! Le mot résume bien les splendeurs et les tourments de cette saison.

Aussitôt, surgissent des paysages couverts de gel, balayés par un air vif, des embruns de blancs sur les arbres et le sol, des matins embrumés...

La neige nous fait voir ses tourbillons lumineux, elle virevolte dans l'air, elle encercle les jardins de ses replis soyeux.

Elle transforme les paysages, les remodèle, les capture des ses envolées de lys.

L'hiver et ses bonheurs, l'hiver et ses tourmentes s'annoncent...

Ce mot ancien, venu de l'adjectif latin "hibernus", est formé sur le nom "hiems", "l'hiver"...

Et l'ancêtre grec "kheimon" désigne, aussi, cette saison.

On retrouve, dans tous ces mots, la consonne "h" qui traduit, en grec, une aspiration, et une forme de rudesse.

L'hiver, le bien nommé, doit être, évidemment, rapproché du nom de la neige, en grec ancien, "khion", avec cette même aspiration.

Le mot nous fait ressentir, par ses sonorités, sa brièveté, un froid âpre, dur, perçant.

L'hiver arrive, il se fait vents tempétueux, mistral virulent, il glace, rugit, s'emporte, bouscule les paysages.

L'hiver s'adoucit, parfois, pour nous donner, aussi, de belles journées ensoleillées, il fait croître progressivement la luminosité et prépare, ainsi, l'arrivée du printemps...



 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 17:41

Photo2257.jpg

 

 

Le froid glacial, la bise heurtent le paysage... l'air froid envahit l'espace et le submerge...


Pourtant, le ciel se pare de roses, aux teintes douces, il flamboie au soleil couchant, il semble vouloir lutter contre le vent de l'hiver...


Le ciel devient un embrasement de lumières, il s'auréole de couleurs du printemps, le ciel semble fleurir et s'épanouir de nuées de roses.

 

Belle éclaircie dans le ciel de l'hiver, étonnante embellie de braises légères sur l'horizon, étonnant contraste du froid et de la beauté rayonnante de l'azur.

 

De douces et subtiles cotonnades couvrent le ciel, imitant des fleurs subtiles, dans leur éclat.

 

Le ciel devient une brouée de roses, il fait jaillir des embruns de douces clartés, il peint des paysages de printemps, il nous éblouit de ses effilures de gris et d'or...

 

Le ciel nous promet des lumières, des jours plus sereins, des envolées d'oiseaux, des fleurs délicates.

 

Le ciel nous annonce des clartés nouvelles, des soirées d'albes lumières, des renouveaux, des bonheurs et des ardeurs...

 

Le froid semble s'atténuer, grâce à ce tableau aux éclats de printemps.

 

Le soir aux écumes de rose nous parle de nouveaux horizons, il nous enivre de ses éblouissements, nous emporte dans ses tourbillons de couleurs...

 

Des nuées grises viennent ombrer les lueurs de roses qui irisent l'azur, le soir tombe dans un épanouissement de lueurs transparentes...

 

 

http://youtu.be/Q0ajM7aL-Vc

 

http://youtu.be/6QAAZ29cvfU

 

 

 

 

http://youtu.be/-HQyXWkABo0

 

http://youtu.be/WUIRt1s9Bjc

 

 

 

 

 

 

Photo2256.jpg

 

 

Photo1386.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo1397.jpg

 

 

Photos : rosemar



Partager cet article
Repost0
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 10:37

 

Photo2034.jpg

 

 

Aigues vertes ! Cristes marines ! Vagues ondoyantes !

 

Le mur du jardin s'illumine de mousse, à l'approche de l'hiver : ce tapis soyeux se répand en vagues de verts, en tourbillons variés...

 

La mousse semble s'écouler, en ruisseaux, sur la roche, elle dessine des archipels, des volutes harmonieuses, des formes étranges.

Des teintes nuancées apparaissent, des camaieux de verts, verts foncés, pâles, anisés ou terreux...

 

Ces cascades et cascatelles ruissellent sur les murs, on en perçoit la douceur infinie, sur la roche calcaire.

On touche, des yeux, la finesse de la mousse, ses embruns pleins d'éclats, un tissu velouté et ondoyant.

On admire des broderies, des festons, des nids d'abeilles... 


La mousse, parfois épaisse et lourde, parfois plus légère et dentelée, dévale le mur, le transforme en un tableau de l'hiver, plein de charme et de splendeurs.

 

Quelques brindilles se dispersent, en écheveaux plus clairs, sur le vert de la mousse... 

Le ruisseau semble emporter ces brindilles, dans un courant tempétueux... images de montagne, d'une nature intacte.

 

La mousse offre, aussi, de petits bouquets qui s'épanouissent, telles des fleurs de l'hiver.

Le mur se pare de friselis, de frémissements, d'ondes ruisselantes : il resplendit, sous les éclats de verts, il devient pierre de soie, pierre de lumières.

Le mur devient un paysage : on entrevoit des éclaboussements d'îles, des bouquets d'arbres, des reliefs, des terres verdoyantes...

Le mur s'éblouit de motifs étranges, d'ondoyances, de lacs, de champeaux, de clairières...

 

 

 

http://youtu.be/PuyYc0gINbU

 

http://youtu.be/L25hMOeXvg0

 

http://youtu.be/MvQROitrwuE

 

 

 

 

Photo2035.jpg

 

 

Photo2039.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo2036.jpg

 

 

Photo2040.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar



Partager cet article
Repost0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 17:24

 

feu-de-bois-copie-1.JPG

 

 

"D'une des cheminées sortaient des étincelles qui montaient en gerbes pour retomber en pluie d'or, sous une fumée épaisse dont le ciel était voilé."

C'est ainsi qu'Anatole France décrit une cheminée dans son roman historique, La Rôtisserie de la reine Pédauque... Belle description qui fait rêver...

 

Issu du grec ancien "κάμινος, káminos, le fourneau, le four", le mot "cheminée" nous est familier : la cheminée représente le coeur du foyer, le centre d'une maison.

 

Avec ses sonorités de chuintante "ch", de labiale "m", ce nom crée une impression chaleureuse, et douce...

Images de flammes vacillantes, odeurs de bois brûlés, crépitements d'étincelles, chaleur prégnante près du feu, la cheminée nous offre une ambiance pleine d'harmonie.

 

Elle voit se réunir, autour d'elle, des amis, une famille, elle se donne en spectacle...

Un spectacle complet qui sollicite le regard, mais aussi l'ouie, les sensations olfactive et tactile...

Fascinant spectacle des flammes ! Vision éclatante du feu qui palpite, qui vibre, retentit d'un bruissement léger.

 

On voit des braises, des rougeoiements, des bois calcinés et sombres...

 

Des fumées, des fumerolles se dispersent, montent dans le conduit.

Les toits se couvrent de cheminées aux formes variées, cheminées de briques, carrées ou arrondies, massives ou légères.

 

La cheminée est, ainsi, un symbole de communication entre les hommes et le monde céleste : c'est un chemin, un conduit qui s'élève vers le ciel.

 

C'est la voie qu'empruntent les sorcières pour se rendre au sabbat, c'est par ce conduit que le père Noël passe, pour déposer tous ses cadeaux.

 

La fumée qui s'échappe évoque une sorte de respiration de la maison...

 

Symbole du lien social, la  cheminée rapproche et rassemble, autour d'elle, les âmes et les coeurs.

La cheminée évoque l'hiver et ses frimas, elle offre un refuge contre les rigueurs du vent, de la neige, du gel. 

 

Dans nos maisons modernes, la cheminée, l'âtre ont tendance à disparaître au profit de chaudières centralisées.

On en oublie tout le spectacle chaleureux que nous apportent les vraies flammes qui titubent, se penchent, vivent sous nos yeux...

 

La cheminée, lieu convivial, associée aux fêtes de Noël,  réunit les gens, dans une ambiance de bonheurs...

 

Elle fait briller des lumières dans les yeux, elle éblouit les regards, elle fascine...

 

 

http://youtu.be/tEFK1Z3l6GU

http://youtu.be/eWJi5wX_1t0

 

http://youtu.be/3POSI8SuMdo

 

http://youtu.be/kxZz8QbVRNE

 

http://youtu.be/Wb3scirJoOw

 

 

 

cheminee_medievale-libre.jpg

 

cheminée cendrillon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cheminee-en-feu-libre.jpg

 

 

 

 

 

Photos : wikipédia  creative commons



Partager cet article
Repost0
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 17:01

 

Photo2056.jpg

 

 

Arbre déchiqueté, brûlé, courbé, silhouette noire et somptueuse, branches qui s'enroulent, et s'embrument des ciels de l'hiver...

 

Arbres aux ombres de brumes, aux éclats obscurs, aux formes tortueuses...

 

Formes étranges, squelettiques et fantomatiques, les arbres dénudés montrent leurs fourreaux sombres, ténébreux.

Des écheveaux de branches se dispersent sur l'horizon, des résilles entrelacées, des éclats de bruns, des envolées de fumerolles.

 

Des arantelles se dessinent, finement tressées, magnifiquement ouvragées.

 

Des dentelles apparaissent, si souples, si légères, elles envahissent le ciel de leurs entrelacs subtils...

Les branches se tordent, se replient, se courbent, se croisent et s'entrecroisent.

 

Des filets souples relient les rameaux, formant des myriades de motifs, d'une inextricable texture...

Noirs fuseaux de l'hiver, arbres calcinés, aux réseaux lumineux de dentelles !

 

L'arbre dépouillé révèle de nouvelles splendeurs, des teintes sombres et aériennes, des envols de brindilles.

 

L'arbre se découpe sur le ciel gris de l'hiver, sculpture étrange, fascinante.

 

L'arbre répand des fibrilles, il enlumine le ciel de ses arabesques somptueuses...

 

 

 

 

http://youtu.be/hOA-2hl1Vbc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo2053.jpg

 

 

Photo2052.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

 


 

Partager cet article
Repost0