Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2020 5 10 /01 /janvier /2020 13:11
Le triomphe des émoticônes...

 

 

Les images sont partout, sur internet, sur nos écrans, téléviseurs, ordinateurs, téléphones portables...

 

Elles s'imposent même dans les messages que nous envoyons sur internet : certains ont pris l'habitude de les ponctuer de ces figurations symboliques qui représentent des émotions, des états d'esprit, des sentiments : les émoticônes...

 

Mais quelle puérilité !

On voit ainsi apparaître un visage hilare pour signifier la moquerie... un autre en train de pleurer, ou de s'étonner, un autre qui rougit de honte... etc.

On retombe en enfance ! Il est vrai qu'internet ne nous incite pas toujours à la réflexion...

 

Certains manient l'émoticône avec enthousiasme et ferveur, comme si ces figures étaient indispensables dans la communication.

Certains usent de l'émoticône pour terrasser l'interlocuteur, l'impressionner, comme si cela avait valeur d'argument.

 

Cet usage est favorisé et encouragé par les réseaux dits "sociaux", les messageries sur internet....

 

Ainsi, l'image est au centre de nos sociétés, elle envahit tout... elle pollue les messages, s'invite partout...

Elle pollue aussi  la réflexion...

 

Michel Onfray dénonce cet usage abusif dans son Dictionnaire :

"Le texte va disparaître, le livre aussi, au profit des signes iconiques, pixélisés, scannérisés, le réel recule dans son épaisseur charnelle au profit de sa modalité virtuelle : nous atteignons le comble de l'image."

 

Pour ma part, je refuse d'utiliser ces signes régressifs que sont les émoticônes...

Les mots existent pour exprimer des sentiments : pourquoi avoir recours à des images stéréotypées ?

 

Dans une société où le langage s'affaiblit, perd de sa consistance, il est important de passer par les mots, les phrases pour s'exprimer et communiquer.

Dans un monde où triomphe la rapidité, il est important de prendre le temps de réfléchir et de peser ses mots...

 

 

 

 

 

Le triomphe des émoticônes...
Partager cet article
Repost0
22 juillet 2019 1 22 /07 /juillet /2019 09:22
Ce mépris de l'orthographe...

 

De plus en plus, l'orthographe est piétinée, maltraitée sur la toile : fautes d'usage grossières, accords élémentaires non respectés, mépris de la syntaxe et de ses règles...

 

Il est vrai que, désormais, tout le monde a la liberté d'écrire sur internet, mais on trouve aussi ces manquements à la grammaire sur de nombreux sites journalistiques.

Il est vrai que nous vivons dans un monde où tout s'accélère : il faut aller vite, et on ne se soucie plus de vérifier ce que l'on a écrit.

Il est navrant de voir notre langue française ainsi massacrée par des rédacteurs négligents.

 

Que dire des insultes qui se multiplient sur la toile ?

Là encore, c'est le réflexe qui l'emporte sur la réflexion : on méprise l'autre, on l'écrase, on l'annihile, on le piétine sans vergogne.

 

Et la langue est aussi abîmée par nombre de rédacteurs.

Sur un journal comme Agoravox, les fautes se multiplient, se répandent comme une sorte de contagion : on ne se donne pas la peine de relire... une façon de mépriser le lecteur.

 

Pourtant, la langue, c'est notre culture : c'est grâce à la langue que nous nous exprimons et que nous pensons.

La langue mérite respect et déférence : n'est-elle pas un patrimoine essentiel ?

 

Le travail de rédaction exige rigueur et attention, des qualités qui se perdent... Les journalistes devraient pourtant donner l'exemple de cette rigueur.

Les textes qu'ils écrivent sont destinés à un grand nombre de lecteurs... ainsi se perpétuent des erreurs de vocabulaire, des fautes de syntaxe, des barbarismes...

 

On sait que la concentration a tendance à se perdre dans un monde où les écrans sont omniprésents, où les images s'imposent.

 

C'est pourquoi, il est essentiel de réhabiliter notre langue : c'est elle qui nous permet de nuancer notre pensée, c'est grâce à elle que nous pouvons raisonner, argumenter.

 

Les images ont tendance à être de plus en plus envahissantes, elles peuvent être trompeuses et elles ne suffisent pas à la réflexion...

 

 

 

 

Ce mépris de l'orthographe...
Partager cet article
Repost0
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 14:10
Les exposés...

 

 

 

 

Les élèves sont invités parfois à prendre en charge des exposés qui leur permettent de faire des recherches personnelles, de se cultiver, de s'exprimer à l'oral...

 

Dorénavant, grâce à internet, les élèves disposent d'une multitude de sources d'information, wikipédia et d'autres sites leur offrent une diversité et une rapidité qui n'existaient pas autrefois. L'ordinateur a bouleversé les modes de communication et de connaissances.

 

Pour autant, on est parfois étonné par la pauvreté des exposés produits par les élèves : alors qu'ils bénéficient d'une grande diversité de sources, les adolescents ne savent pas approfondir le travail de recherches, ils se contentent du minimum, plus grave, ils commettent de grossières erreurs, attribuent indûment une oeuvre à un auteur, par exemple.

 

Est-ce une volonté de bâcler le travail, d'aller au plus vite ? C'est d'ailleurs là l'esprit même d'internet : on peut puiser l'information très rapidement mais encore faut-il bien l'interpréter, bien l'analyser, y passer du temps, donc...

 

En revanche, les adolescents aiment construire des diaporamas, avec des illustrations mais le texte qui les accompagne est souvent trop sec, superficiel.

 

On perçoit bien combien ces jeunes sont influencés par le règne de l'image : pour eux, l'image prime sur la réflexion, de belles images de préférence...

Pour eux, l'image est essentielle, d'ailleurs souvent ils ne pensent pas à la commenter en détail : l'image s'impose et se suffit à elle-même.

 

La réaction des élèves à la fin de chaque exposé est aussi invariable : ils applaudissent en forme de soutien la prestation accomplie par leur camarade, quelle que soit d'ailleurs la qualité de l'exposé, une façon de se rassurer peut-être, de s'affirmer, de considérer que tout exposé mérite des applaudissements.

 

Il est bon de réserver ce type d'exercices à la fin de l'année mais il faudrait aussi les multiplier car les élèves ne savent pas s'exprimer à l'oral souvent : ils lisent leur texte, de manière monocorde, la tête plongée sur leur feuille, incapables de faire face à un public, de le regarder.

 

D'ailleurs, c'est en faisant des exposés qu'ils prennent eux-mêmes conscience des difficultés du métier d'enseignant : affronter un public, éviter les erreurs, maîtriser ce que l'on dit, ne pas bafouiller, être parfaitement concentré...

 

Ces exercices révèlent combien les élèves d'aujourd'hui manquent, parfois, d'autonomie, ne savent pas toujours se concentrer sur un travail, privilégient l'image sur la réflexion : l'essentiel est d'aller vite, même si l'on commet des erreurs, l'essentiel est de passer par l'image, l"apparence...

 

Il faut, alors, montrer aux élèves l'importance de l'approfondissement,de la réflexion, du travail bien fait mais la tâche des enseignants se heurte au contexte dans lequel vivent ces adolescents : une époque où s'impose l'idée d'immédiateté, d'instantanéité... où tout doit aller très vite.

 

 

 

 

 

Les exposés...
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 16:49
Un signe des temps : le succès d'Instagram...

 

 

 

Connaissez-vous Instagram ? En ces temps où l'image, les apparences submergent nos sociétés, cette application remporte un succès phénoménal, sur internet...

Instagram, comme son nom l'indique, c'est l'instantanéité dans l'envoi de photos, c'est la multiplication de ces envois...


On savait que le règne de l'image avait commencé, grâce à Facebook, et aux téléphones portables, mais avec Instagram, on atteint des sommets, dans la diffusion des images.

En septembre 2015, Instagram annonçait, sur son blog officiel, 400 millions d'utilisateurs mensuels actifs, dans le monde.

De quoi s'agit -il ? Instagram permet de partager des photographies et des vidéos avec un réseau d'amis, d'aimer ou plutôt de "liker" certains clichés, comme on le dit, dorénavant, de laisser des commentaires sur les clichés déposés par les autres utilisateurs. Cette application offre, aussi, l'occasion de dialoguer avec les membres via l'utilisation de la messagerie interne appelée "Instagram direct".

On est stupéfait par le succès extraordinaire de cette application, mais, au fond, elle correspond à une aspiration profonde de nos contemporains : se montrer, acquérir une petite ou plus grande célébrité, briller par les apparences...

Notre monde se focalise sur l'image qui est de plus en plus présente partout : publicités, internet, télévision...

Et l'image peut être même retouchée... comble du raffinement ! Certains filtres permettent de magnifier les photos...

Les jeunes se passionnent pour les selfies, et ils envoient leurs clichés à des milliers de fans.

Un utilisateur d'instagram connaît plus particulièrement du succès : il met en scène des petits jouets dans différents quartiers de Paris, et les gens attendent avec impatience ces photos : pour montrer leur engouement, ils utilisent des "like"...

Je "like", tu "likes", nous "likons", et on en oublie d'argumenter vraiment, de dire et d'exprimer les raisons de telles appréciations.

L'inventeur de cette application, un américain, Kévin Systrom, peut se frotter les mains, il a réussi à faire fortune, avec cette idée toute simple : des photos à partager...

Des "stars" du foot participent au succès de l'entreprise, en diffusant des photos, des vidéos.

Les marques publicitaires se sont, bien sûr, emparées de cette application pour faire du marketing.

Le monde de l'image s'élargit de plus en plus, avec Instagram, les gens passent de plus en plus de temps à faire des photos, à les regarder, à les commenter, alors qu'elles n'ont pas, le plus souvent, un grand intérêt.


Dès lors, la réflexion se perd, se délite, au profit de simples apparences : le paraître l'emporte sur l'être...

Le monde des images s'élargit à l'infini, et le risque est grand de perdre le contact avec certaines réalités...

 

 

Un reportage sur cette application : 


 

http://www.francetvinfo.fr/societe/instagram-un-succes-fulgurant_1112887.html

 

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2015 1 21 /09 /septembre /2015 15:14
La mode du selfie : un narcissisme exacerbé ?

 

 


Narcisse, ce personnage de la mythologie, obsédé par son image, par sa propre beauté aurait-il fait des émules, à travers ces adolescents et ces adultes qui passent leur temps à se photographier et à se mettre en scène, dans des selfies ?

La mode du selfie se répand partout, les hommes et les femmes politiques sont, aussi, atteints par cette selfiemania, qui envahit les réseaux sociaux.

On peut, désormais, grâce à un portable se photographier, en toutes circonstances, devant un monument célèbre, une oeuvre d'art dans un musée, devant un paysage...

Une façon d'attester de sa présence dans tel lieu, en telle occasion, une façon de montrer aux autres que l'on vit intensément, car ces photos, aussitôt prises, sont expédiées sur les réseaux sociaux, Facebook, Twitter, Google +.

Les adolescents sont, plus particulièrement, friands de cette activité : on les voit dans les couloirs des lycées, faire des photos de groupe, le sourire aux lèvres.

Ils adorent, ensuite, échanger des photos, les commenter, en rire, s'en amuser et admirer leur propre image : ils sélectionnent, d'ailleurs, les meilleures photos, celles qui les montrent sous leur meilleur jour.

Le selfie mérite bien son nom : c'est un façon de livrer aux autres une image de SOI-MEME, la plus favorable, ou la plus amusante possible...

Cette activité peut être ludique, comporter des aspects sympathiques mais l'abus qui en est fait peut devenir dangereux.

On en oublierait presque de vivre vraiment pour se voir vivre à travers des photos, une sorte de seconde vie par images interposées, donc.

On se souvient que Narcisse, le personnage de la mythologie grecque se perd lui-même, en contemplant sa propre image, par une sorte d'obsession maladive.

Il faut se préserver de cette tentation narcissique, une tendance à laquelle les adolescents peuvent céder facilement.

Le phénomène s'amplifie, d'autant plus que des personnalités influentes, des artistes, des responsables politiques s'adonnent à ce jeu permanent du selfie.

Incroyable ! Il existe, même, dorénavant des perches à selfies qui permettent de prendre des photos à distance !

Certains n'hésitent pas, pour épater leur monde à se photographier dans les situations les plus incongrues, sur le toit d'un train, au bord d'une falaise, à tel point que certaines personnes ont été victimes d'accidents et sont mortes, dans des circonstances absurdes.


Cette mode du selfie révèle bien une forme de narcissisme, contre laquelle il faut lutter : passer son temps à faire des photos ne permet pas de bien vivre l'instant présent, d'autant qu'il s'agit de se montrer en représentation, dans des mises en scène peu naturelles...

 

 

 

 

 

 

 

Illustrations : en haut de l'article, un tableau de John William Waterhouse, Echo et Narcisse

En bas, un tableau du Caravage

La mode du selfie : un narcissisme exacerbé ?
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/