Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 13:53
La numérisation de l'école et ses dangers...

 

 

 

Désormais, dans les écoles, les collèges, les lycées, tout passe par des écrans informatiques :  pour enseigner, pour apprendre, pour faire l’appel en classe, pour communiquer avec les familles ou avec l’administration...

 

Toutes les salles de classe sont équipées d'écrans d'ordinateurs : la révolution numérique est en marche et, en une dizaine d'années, tout a changé.

 

Le cahier de textes de la classe est numérique : le professeur indique en ligne tout le travail effectué en classe, les exercices à réaliser, les leçons à apprendre.

L'ordinateur est ainsi un outil précieux de communication.

 

Pour autant, le "tout numérique" comporte des dangers.

En privilégiant des apprentissages ludiques, on en oublie le sens de l'effort... On laisse de côté la mémoire pourtant essentielle dans la formation des individus.

Que deviennent la patience, la lenteur ?

 

De plus en plus de jeunes sont hyperconnectés chez eux : ils ont déjà un ordinateur, un smartphone, une tablette. On peut même parler d'addiction pour certains adolescents qui ne quittent plus leur portable.

 

Et on leur offre, encore, dans les lycées et les collèges un ordinateur, un nouvel écran... 

 

La dispersion favorisée par les images des écrans n'est pas bonne, les élèves ont besoin d'apprendre la rigueur, de se confronter à des difficultés pour progresser. Les obstacles sont formateurs et on en vient à les supprimer par des apprentissages ludiques. On le sait bien : la pédagogie de la découverte et du jeu comporte des risques... on oublie de donner des bases essentielles pour la formation du raisonnement.

 

Les enseignants eux-mêmes sont amenés à corriger des tests d'évaluation, avec des codages compliqués, et ils deviennent ainsi des outils du numérique, des robots.

Leurs outils de travail sont dématérialisés : le livre électronique rentre peu à peu dans les établissements scolaires.

Bientôt, les profs seront peut-être remplacés par des vidéos, et c'en sera fini du contact entre l''élève et l'enseignant.

 

Le numérique n'est donc pas une panacée qui permettrait de résoudre les problèmes de l'école, bien au contraire. Il ne doit être utilisé que comme un appoint, en complément de l'enseignement délivré par les enseignants.

 

 Ainsi, Steve Jobs, lui-même, fondateur d'Apple, a toujours préservé ses enfants de l'envahissement des nouvelles technologies... Ceux-ci n'ont jamais utilisé d'Ipad.
 
La plupart des innovateurs du numérique limitent l'utilisation des écrans par leurs enfants à 30 minutes par jour pendant la semaine, alors que d'autres ne tolèrent l'usage de la technologie que pendant le week-end.

 

On le sait : la surconsommation d'écrans est néfaste, elle entraîne une certaine passivité, une déconnexion de la réalité, un émiettement, un éparpillement de l'attention...


 

 

 

 

 

 

La numérisation de l'école et ses dangers...
Repost 0
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 12:57
Pour faire le BUZZ !

 

 

Faire le BUZZ, faire du bruit, afin d'attirer l'attention : c'est devenu l'objectif premier de certains médias.

Les titres, les photos choc sont à la mode, une façon de capter tous les regards.

 

Certaines émissions se spécialisent dans le BUZZ : on pense à l'émission de Laurent Ruquier, On n'est pas couché.

Les chroniqueurs sont là pour susciter la controverse, n'hésitant pas à humilier certains invités, à se moquer d'eux, à les ridiculiser, parfois même les annihiler.

Un véritable jeu de massacre dans lequel excelle Yann Moix...

Christine Angot, elle-même, n'a pas été choisie au hasard : impulsive, incontrôlable, la romancière se laisse souvent emporter par son émotion.

 

Les conflits sont, ainsi, savamment entretenus par les deux chroniqueurs.

D'autres émissions se spécialisent un peu plus encore dans le BUZZ : Touche pas à mon poste de Cyril Hanouna, ou encore Salut les terriens de Thierry Ardisson.

On tombe alors souvent dans la plus grande vulgarité afin de susciter l'intérêt du public...

Et les êtres humains sont ainsi faits qu'ils se laissent happer par des images, des propos outranciers, des plaisanteries vulgaires.

 

Que dire des titres racoleurs de certains journaux sur internet ? Quand on lit les articles, on est étonné par le vide sidéral de leur contenu.

Evidemment, il s'agit de générer le maximum d'audience : la course à l'audimat est ouverte.

 

De plus en plus, les émissions télévisées sont précédées d'annonces publicitaires : ainsi, juste avant la diffusion d'ONPC, j'ai entendu une publicité pour le laboratoire Mylan.

Etonnant ! Mylan, laboratoire pharmaceutique est autorisé à faire de la pub, est-ce normal ?

Les médicaments, quels qu'ils soient, ne devraient pas faire l'objet de spots publicitaires.

Un médicament n'est pas un produit banal et anodin.

Ainsi, le BUZZ est destiné à faire vendre toutes sortes de produits dans une société de consommation et de marchandisation.

Le BUZZ joue sur les bas instincts de l'homme, sur une curiosité malsaine, sur l'émotion suscitée par des conflits...

Hélas, le BUZZ recueille encore les faveurs d'un public avide de sensations fortes.

Le BUZZ joue sur le scandale, le rire facile, le sensationnel : le BUZZ, c'est beaucoup de bruits pour rien...

 

 

 

 

 

 

Pour faire le BUZZ !
Repost 0
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 09:03
La nouvelle religion : Google et les GAFA...

 

 

Jeudi 14 septembre, dans la Grande librairie, le journaliste et critique littéraire François Busnel  recevait Yuval Noah Harari, universitaire israélien qui, dans son dernier ouvrage intitulé Homo Deus, s'intéresse au destin de l'espèce humaine.

 

Harari imagine l'émergence d'une nouvelle religion : "le dataïsme"... Il précise : Qu'est-ce que la religion si ce n'est une autorité qui domine les hommes ?

 

Autrefois, quand les hommes se posaient des questions, ils allaient trouver des réponses auprès des gens d'église : ils se tournaient vers Dieu, vers la Bible.

 

Avec le dataïsme, l'homme qui se posera des questions ira consulter des algorithmes. Des milliards de gens le font, la nouvelle source d'autorité aujourd'hui, c'est Google...

Bientôt, Google disposera de suffisamment de données pour hacker tous les humains.

 

Les êtres humains ne sont eux-mêmes, selon Harari, que des algorithmes biochimiques. On peut, alors, contrôler et manipuler les gens, d'une manière inédite, avec leur consentement et sans qu'ils en prennent vraiment conscience.

 

Harari imagine une apocalypse par du shopping : on peut créer des algorithmes qui comprennent tellement bien les gens que l'on saura sur quel bouton émotionnel appuyer pour leur vendre quelque chose.

Les robots vont vendre des choses aux hommes.

 

Pourra-t-on vraiment se déconnecter ? De plus en plus, des emplois, des entreprises demandent aux gens d'être connectés tout le temps.

Certains pays construisent même des sociétés de surveillance totale : c'est le cas en Israël... un état où tout le monde est surveillé, tout le temps.

Et il est possible de vendre ce système de surveillance totale à d'autres régimes.

 

Même la lecture qui passe de plus en plus par le numérique devient une occasion de surveiller le lecteur.

Des appareils comme le Kindle d'Amazon sont capables de recueillir des données sur les utilisateurs pendant qu'ils lisent : par exemple, à quelle page le lecteur marque une pause, quelle phrase fait abandonner le livre et avec un système de reconnaissance faciale, l'appareil saura quel effet aura eu telle phrase sur le rythme cardiaque du lecteur, il saura ce qui l'a fait rire, l'a rendu triste ou mis en colère.

Bientôt les livres vous liront, pendant que vous lisez..., affirme Harari dans une formule particulièrement frappante.

 

Grâce à ces données, Amazon choisira pour vous des livres avec une précision troublante, il vous connaîtra parfaitement, ajoute-t-il.

Les GAFA savent absolument tout de ceux qui sont connectés : et ce sera encore plus une servitude volontaire quand ces GAFA  nous promettront, par dessus tout, une meilleure santé.

Harari prévoit une bagarre entre la santé et la vie privée, et c'est la santé qui va gagner... Ainsi, les gens seront volontaires pour abandonner leur vie intime afin d'avoir de meilleurs soins.

 

En effet, quoi de plus précieux que la santé ? La santé est essentielle pour tout être humain.

Les gens accepteront, alors, de porter des capteurs biométriques : on pourra, ainsi, identifier précocement chez eux telle ou telle maladie.

 

Et comme tout le système économique est construit sur la croissance économique, on ne pourra arrêter le progrès de la technologie car aucun gouvernement n'envisage de stopper la croissance.

 

Les prévisions de Yuval Noah Harari semblent d'une évidence absolue : l'homme de demain, voué aux GAFA, sera dominé par des machines et ne pourra plus s'en passer.

Harari nous invite à une réflexion sur le futur : son ouvrage est aussi une mise en garde contre l'emprise des systèmes informatiques.


 

 

 

 

 

La nouvelle religion : Google et les GAFA...
Repost 0
16 septembre 2017 6 16 /09 /septembre /2017 12:38
APB ou la déshumanisation des systèmes informatiques...

 

 

En cette période de rentrée scolaire et universitaire, de nombreux bacheliers se retrouvent sans affectation dans l'enseignement supérieur : c'est un système informatique APB, admission post-bac, qui attribue les places par tirage au sort.

 

Avec APB, c'est l'arbitraire le plus complet qui règne, et ce, au nom de l'égalitarisme... ?

 

C'est absurde : on ne tient plus compte de la motivation des élèves, de leur niveau, de leurs capacités.

Ce système est profondément injuste et inhumain...

 

Bien sûr, certaines filières sont engorgées et il conviendrait d'informer et d'orienter les étudiants afin qu'ils ne se dirigent pas vers ces filières saturées.

 

Mais le système APB est une aberration : nos sociétés sont, ainsi, de plus en plus, soumises à l'informatique.

Les enseignants eux-mêmes sont "gérés" par ces dispositifs : les mutations, les affectations pour les examens sont décidées par des machines.

L'humain,  ses difficultés ne sont plus du tout pris en compte.

 

Le tirage au sort est absurde : la sélection devrait se faire par les résultats, les notes obtenues au baccalauréat, par des entretiens où l'on testerait la motivation des étudiants.

 

Pour éviter la sélection, on en instaure une autre qui est totalement arbitraire...

Où est la cohérence ? On comprend la colère et le désarroi des étudiants, qui, après avoir obtenu le baccalauréat, se retrouvent sans aucune affectation.

 

Ainsi, pour régler certains problèmes, on s'en réfère de plus en plus à des machines. On supprime des emplois, on crée du chômage. Qui voudrait d'une société gérée par des machines ?

 

C'est pourtant cette tendance qui s'affirme de plus en plus : répondeurs téléphoniques, serveurs vocaux, distributeurs de boissons, de nourriture, caisses automatiques, péages autoroutiers, pompes à essence automatisées, distributeurs de billets à la SNCF...

 

Et quand les machines ont, en plus, le pouvoir de décider à la place des humains, on voit bien le danger de telles évolutions...

 

Quand une machine décide de l'avenir des jeunes, n' y a-t-il pas de quoi s'inquiéter ?

Quand une machine gère des personnels, n'est-ce pas un risque pour l'humanité ?

Des ordinateurs, des algorithmes sont capables, désormais, d'écrire des articles, de réaliser des transactions boursières.

 

Le numérique a tendance à prendre de plus en plus de place dans nos vies : il faut en percevoir toutes les conséquences et en dénoncer toutes les dérives afin de préserver notre humanité....

 

 

 

 

 

 

APB ou la déshumanisation des systèmes informatiques...
Repost 0
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 12:09
Robert n'est pas un thuriféraire...


 

 

Robert n'est pas un thuriféraire, il ne flatte pas, il n'encense pas, il ne flagorne pas, non, Robert est là pour dénigrer, pour déverser sa bile et son aigreur.

 

Robert est à lui tout seul une caricature de l'acrimonie et de l'amertume, un spécialiste de l'animosité...

 

Il sait manier l'insulte policée, le verbe qui fait mouche et qui terrasse l'adversaire à abattre. Il maîtrise parfaitement l'art d'anéantir un article en quelques mots : c'est un commentateur habile dans la diatribe et la négation de l'autre.

 

Aucune aménité, aucune empathie chez Robert... il est là pour détruire et démolir les articles qu'il vient de lire. Et il le fait avec une rare constance, parfois avec empressement quand il vient commenter le premier un article...

 

Sévère, soupçonneux, il éprouve un plaisir sans bornes pour trouver le commentaire qui va piquer au vif, qui va mettre le doigt sur les défauts, les défaillances.

Quelle régularité dans la critique ! quelle constance dans le dénigrement !

 

Robert aime l'hyperbole agressive, dominatrice et dénonciatrice : les autres sont des "attardés", "ils manquent de méthode, de culture, d'humilité...", comme si lui-même était un parangon de cette culture et de cette humilité.

 

Les autres font partie de "l'élite mitoyenne", ils sont des des "pisse-copies". Robert fustige souvent le "journalisme mitoyen" et ses "plumitifs".

Autant de termes péjoratifs dont il use avec bonheur et délectation...

 

Robert prétend détenir la vérité, et s'il a une certaine culture, il n'hésite pas à dédaigner celle des autres.

 

Pervers, Robert ?

Cette épithète ne lui déplairait pas, il la revendiquerait presque.

 

Jamais il n'acquiesce, jamais il ne flatte, jamais il n'encense. Son fait n'est pas l'hypocrisie : on peut le lui concéder, il n'est pas un Tartuffe. Il serait plutôt un Alceste du commentaire ou encore un bouffon petits pieds : bien caché derrière son ordinateur, il décoche ses flèches et distille son venin...

 

Il se met au service du mot péjoratif, il cultive la critique, il aime l'épithète ravageuse, l'adjectif dévalorisant, voire humiliant.

 

Il déverse une forme de mépris amusé sur de nombreux articles, mais lui-même se garde bien de se soumettre aux jugements des autres, il ne publie aucun article et préfère se spécialiser dans le commentaire agressif. Du haut de son mépris, il flotte sur les hauteurs de sa suffisance et de son autosatisfaction.

 

Sa volonté de puissance s'exerce dans le plaisir du dénigrement : on sent une jubilation dans la critique, un bonheur de déconstruire, d'annihiler, d'anéantir le rédacteur ou la rédactrice.

 

Robert, spécialiste de la critique acérée, sans nuances, est un expert du dénigrement permanent.

 

Robert n'est-il pas un esthète de la négation d'autrui ? Il s'affirme en niant les autres et pourtant, fidèle lecteur, il vient commenter de nombreux articles, et les lit avec assiduité.

Bravo Robert ! Vos commentaires sont un modèle de négativité, mais on ne peut que louer leur constance et leur régularité dans la critique.

 


 

 

 

 

 

 

Robert n'est pas un thuriféraire...
Repost 0
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 07:47
Bientôt, même les poupées gonflables seront connectées...

 

 

Les robots sont partout : sur internet, dans les répondeurs téléphoniques, dans nos voitures, dans nos transports.

 

Spike Jonze avait même imaginé en 2014 dans son film intitulé Her un logiciel informatique, capable de s'adapter à la personnalité de chaque utilisateur et pouvant combler la solitude des internautes.

 

Le héros du film  fait la connaissance de Samantha, une voix féminine pleine de charme, intelligente, et particulièrement drôle... c'est alors que commence un jeu de séduction et les deux personnages tombent amoureux l'un de l'autre.

 

Et, désormais, la réalité dépasse la fiction : un fabricant américain Matt Mc Mullen a conçu des poupées gonflables connectées capables de s'exprimer.

Elles sont dotées d’une intelligence artificielle stockée dans un cloud.

 

Le réalisme de ces poupées est poussé à l'extrême : les ongles, les veines apparentes sur les bras, le moindre détail est soigné...

Des clients fortunés ont passé commande et se font faire sur mesure une poupée gonflable à leur convenance : mensurations, couleur des cheveux, de la peau etc.

 

Jusqu'où ira l'emprise des ordinateurs sur nos vies ?

Bien sûr, pour l'instant, ces modèles de poupées gonflables sont réservés à une clientèle aisée et triée sur le volet.

 

Mais on peut facilement imaginer la démocratisation d'un tel phénomène.

On entrevoit des perspectives inquiétantes : un monde où les robots vont se substituer aux relations humaines...

Un monde où l'affection, la sexualité, les caresses seront dispensées par des robots...

Un monde où l'on achète des robots pour satisfaire les besoins les plus élémentaires...

Un nouveau business en perspective, à coup sûr, de nouvelles opportunités pour faire des affaires juteuses...

Il sera même possible pour le client de choisir des traits de caractère : "imprévisible, gentille, capricieuse, jalouse, intellectuelle, aventureuse, inquiète, bavarde, affectueuse, sexuelle, imaginative, amusante, serviable, innocente, timide ou heureuse..." de quoi combler tous les fantasmes et tous les désirs de l'acheteur...

On en arrive à une hyper-connectivité malsaine et dangereuse.

Certains insistent sur les avantages de ces robots sexuels : aucune obligation de cadeaux, pas de propagation de maladies sexuellement transmissibles, pas de conflits, pas de disputes...

Mais ils oublient la déshumanisation qu'implique l'utilisation de robots.

Ils oublient qu'une société robotisée à l'extrême en vient à nier l'humanité de chacun...

Enfin, on perçoit tous les risques pour la protection de la vie privée : le cloud n'est pas forcément sécurisé pour des données qui touchent à l'intimité.


 

 

 

 

Bientôt, même les poupées gonflables seront connectées...
Repost 0
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 08:30
Une soirée télévisée surprenante sur ARTE...

 


 
Ce soir là, je m'apprête à regarder un programme alléchant sur ARTE : tout d'abord, un film de Spike Jonze intitulé Her, une histoire moderne qui aborde le thème de la solitude dans nos sociétés déshumanisées.


 
Le héros de ce film Théodore est un homme sensible, inconsolable à la suite d'une rupture amoureuse. Il acquiert alors un logiciel informatique, capable de s'adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de Samantha, une voix féminine pleine de charme, intelligente, et particulièrement drôle... c'est alors que commence un jeu de séduction et les deux personnages tombent amoureux l'un de l'autre.


 
On le voit : un thème passionnant qui évoque l'emprise des ordinateurs dans le monde moderne...
Mais, hélas, au bout d'un quart d'heure, l'image se fige, puis apparaît ce message : "no signal".


J'essaie alors de changer de chaîne, je passe sur la 5 : l'image est figée également. C'est ce que l'on appelle les aléas de la TNT...
Je retourne sur ARTE : l'image est toujours immuable...
Après une dizaine de minutes, le film redémarre...


 
Le temps de voir une scène torride entre Théodore et la voix de Samantha, un accouplement virtuel par le truchement de l'informatique.... soudain, c'est à nouveau une image figée qui apparaît. Nouvelle panne de la TNT qui décidément pose parfois bien des problèmes.
 
C'est ainsi que les progrès annoncés deviennent des régressions.


Plus tard, le film recommence avec un troisième personnage : apparemment, une femme chargée de jouer le rôle de Samantha afin de concrétiser la relation virtuelle entre les deux personnages...


Nouvelle scène torride : nouvelle interruption... J'essaie alors d'aller sur mon ordinateur pour visionner la suite, mais la machine me dit que ce programme n'est pas disponible sur internet...

 

Le film s'achève sans que j'aie pu connaître la fin de l'histoire...
 
Deuxième partie de la soirée : un spectacle chorégraphique intitulé La fiesta présenté au festival d'Avignon dans la Cour d'honneur du palais des Papes.
 
De quoi susciter et aiguiser ma curiosité... Et miraculeusement, dès le début de ce programme, la TNT fonctionne à nouveau...
Je vais pouvoir visionner ce spectacle donné, en plein air, dans un décor grandiose et somptueux...
Ce soir, c'est La fiesta sur ARTE, enfin si l'on peut dire...

 
Car, dès le début, je suis décontenancée par ce que j'ai sous les yeux.
Cette soirée consacrée au flamenco me laisse perplexe : il s'agirait de revenir aux origines de cet art, comme l'affirme Israël Galvan, le concepteur de ce spectacle...
 
"On a cherché à revenir à la sonorité primitive, brute, originelle du flamenco qui est sauvage... il y a des cris, des murmures..." explique le chorégraphe.


 
Sur la scène, quelques chaises vides, une estrade, une table... deux personnages, un homme, une femme s'avancent en silence et s'assoient. Ils se mettent à crier et lancer des onomatopées, tout en tapant des mains...
Puis, deux hommes en jogging apparaissent en tapant également des mains...


 
La femme caquette, glousse, l'homme hurle des "ah oh" prolongés.
Ces cris, ces glapissements d'animaux m'insupportent assez vite...

Soudain, on entend et on voit des tambourinements de pieds sur le sol, on découvre, alors, Israël Galvan qui descend les escaliers de la Cour du palais des Papes, en rampant, tel un animal...
 
Voilà de l'art contemporain à l'état brut : j'ai vraiment des difficultés à apprécier ce genre de spectacle où l'esthétique est absente.


 
Bientôt, j'éteins mon poste de télévision.


Voilà une soirée vraiment surprenante sur ARTE...


Entre les pannes de la TNT et l'art contemporain, je me dis que la modernité est parfois décevante.
Je me dis que notre art est décadent, que notre technique est bien fragile.

Je me dis que les nouvelles formes d'art sont déconcertantes et que les progrès nous réservent bien des surprises...
 
 

 

 Vidéo : La Fiesta

 

 

 

https://youtu.be/iM0yyuMTQMo

 

 

 

Repost 0
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 07:54
Un téléphone... qui ne sert plus à téléphoner...

 

 

 

Désormais, la plupart des adolescents possèdent un téléphone portable... qui ne leur sert plus à téléphoner.

Cet objet semble avoir perdu sa fonction première : il devient appareil-photo, ordinateur, téléviseur, baladeur pour écouter de la musique.

 

Plus de communication téléphonique : on échange des SMS, on fait des selfies, on envoie des photos...

La communication passe, alors, par l'image, des messages simplistes, réduits à leur plus simple expression.

Les adolescents en perdraient presque l'usage de la parole...

 

Cet outil moderne de communication ne met plus en valeur le "verbe", la parole.

Il devient outil de divertissement, où l'adolescent capte essentiellement des images, de la musique.

 

Mails, jeux, réseaux sociaux, voilà quelles sont les activités que permet le téléphone portable.

D'ailleurs les adolescents passent beaucoup de temps à pianoter sur leur portable qui devient comme le prolongement de leur main : une dextérité étonnante, comme si le téléphone était une extension indispensable de leur bras.

 

Dès lors, ils semblent vivre dans un temps virtuel, coupés de la réalité, captivés par des images, des messages.

 

Certains passent ou plutôt perdent leur temps devant des jeux vidéos et ils en oublient le réel, le monde qui les entoure.

Dominés par tout ce qui est virtuel, ils ne perçoivent plus ce réel.

Une invitation à ne plus penser, à ne plus voir la réalité, à vivre dans un monde virtuel...

Une invitation à ne plus communiquer des idées...

Les enfants, les adolescents passent, ainsi, de plus en plus de temps devant des écrans qui servent à vendre des produits.

"Nous vivons dans un univers déréalisé", affirme Michel Onfray.

 

Et les portables font partie de cet univers : sur internet, les jeunes sont abreuvés de messages publicitaires...

Dès lors, comment espérer remettre certains adolescents dans le réel ?

Quand le marché fait la loi partout, quand on ramène tout à l'argent, le réel s'évanouit.

Le portable, la télévision, les écrans deviennent des vecteurs de publicité, une façon de pousser les gens à la surconsommation.

Sur internet, les mails publicitaires se multiplient, incitant à acheter toutes sortes de produits inutiles.

Le portable envahit la vie des adolescents à tel point qu'ils en perdent le contact avec la vie, le monde extérieur.

Une nouvelle génération est apparue : la génération "tête baissée" qui est sans arrêt connectée à cet appareil.

 

 

 

 

 

 

Un téléphone... qui ne sert plus à téléphoner...
Repost 0
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 14:10
Les exposés...

 

 

 

 

Les élèves sont invités parfois à prendre en charge des exposés qui leur permettent de faire des recherches personnelles, de se cultiver, de s'exprimer à l'oral...

 

Dorénavant, grâce à internet, les élèves disposent d'une multitude de sources d'information, wikipédia et d'autres sites leur offrent une diversité et une rapidité qui n'existaient pas autrefois. L'ordinateur a bouleversé les modes de communication et de connaissances.

 

Pour autant, on est parfois étonné par la pauvreté des exposés produits par les élèves : alors qu'ils bénéficient d'une grande diversité de sources, les adolescents ne savent pas approfondir le travail de recherches, ils se contentent du minimum, plus grave, ils commettent de grossières erreurs, attribuent indûment une oeuvre à un auteur, par exemple.

 

Est-ce une volonté de bâcler le travail, d'aller au plus vite ? C'est d'ailleurs là l'esprit même d'internet : on peut puiser l'information très rapidement mais encore faut-il bien l'interpréter, bien l'analyser, y passer du temps, donc...

 

En revanche, les adolescents aiment construire des diaporamas, avec des illustrations mais le texte qui les accompagne est souvent trop sec, superficiel.

 

On perçoit bien combien ces jeunes sont influencés par le règne de l'image : pour eux, l'image prime sur la réflexion, de belles images de préférence...

Pour eux, l'image est essentielle, d'ailleurs souvent ils ne pensent pas à la commenter en détail : l'image s'impose et se suffit à elle-même.

 

La réaction des élèves à la fin de chaque exposé est aussi invariable : ils applaudissent en forme de soutien la prestation accomplie par leur camarade, quelle que soit d'ailleurs la qualité de l'exposé, une façon de se rassurer peut-être, de s'affirmer, de considérer que tout exposé mérite des applaudissements.

 

Il est bon de réserver ce type d'exercices à la fin de l'année mais il faudrait aussi les multiplier car les élèves ne savent pas s'exprimer à l'oral souvent : ils lisent leur texte, de manière monocorde, la tête plongée sur leur feuille, incapables de faire face à un public, de le regarder.

 

D'ailleurs, c'est en faisant des exposés qu'ils prennent eux-mêmes conscience des difficultés du métier d'enseignant : affronter un public, éviter les erreurs, maîtriser ce que l'on dit, ne pas bafouiller, être parfaitement concentré...

 

Ces exercices révèlent combien les élèves d'aujourd'hui manquent, parfois, d'autonomie, ne savent pas toujours se concentrer sur un travail, privilégient l'image sur la réflexion : l'essentiel est d'aller vite, même si l'on commet des erreurs, l'essentiel est de passer par l'image, l"apparence...

 

Il faut, alors, montrer aux élèves l'importance de l'approfondissement,de la réflexion, du travail bien fait mais la tâche des enseignants se heurte au contexte dans lequel vivent ces adolescents : une époque où s'impose l'idée d'immédiateté, d'instantanéité... où tout doit aller très vite.

 

 

 

 

 

Les exposés...
Repost 0
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 13:43
Que font certains de la liberté ?

 

 

 

Nous avons la liberté de nous exprimer sur certains médias, sur les réseaux sociaux...

Nous pouvons commenter toutes sortes de sujets d'actualité, nous pouvons exprimer des opinions, argumenter, convaincre, persuader.

 

Mais que font certains de cette liberté ? En ces jours d'élections, certains lancent des insultes pour fustiger ceux qui n'ont pas voté conformément à leurs aspirations...

 

Ces "autres" deviennent des "cons", des moins que rien, des abrutis, des gens qui n'ont rien compris, les pires des imbéciles...

Ce faisant, ils se discréditent et discréditent surtout leur propre point de vue : quand on méprise les autres, quand on utilise l'injure, quand on ne maîtrise pas son discours, on court le risque de ne convaincre personne...

On attise les haines comme le font les partis extrémistes, on exacerbe les tensions et les conflits...

 

Notre pays est divisé, fracturé, il ne faut pas ajouter l'invective à la division...

Ceux qui insultent les électeurs en raison de leur choix se laissent emporter par leur amertume, leur déception, sans doute.

 

Mais, comment peut-on rabaisser, ainsi, les autres, les réduire à néant ?

C'est en argumentant, avec sérieux, que l'on peut vraiment convaincre les autres, non en les insultant : que ceux qui insultent en prennent conscience...

L'insulte est contre-productive : au lieu de convaincre, elle hérisse.

 

Et ceux qui s'expriment sur les réseaux sociaux, qui veulent défendre leur point de vue seraient bien inspirés de renoncer à l'insulte... Les tweets favorisent ce type de comportement : on balance sommairement quelques mots grossiers à l'encontre de l'adversaire, les tweets exacerbent ces injures.

 

Une argumentation bien menée n'a pas besoin de passer par l'invective...

Au lieu de servir leurs idées, les hommes, les idéaux qu'ils défendent, ceux qui recourent à l'insulte les desservent, hélas...

 

La liberté de s'exprimer, partout, sur les réseaux sociaux conduit aux pires excès, aux pires outrances.

Trop souvent, il s'agit d'écraser l'autre au lieu d'instaurer un vrai débat d'idées... 

 

Par ailleurs, les mairies installent ce que l'on appelle des isoloirs pour préserver le secret du vote : or, beaucoup de gens, sur internet, crient haut et fort qu'ils ont voté pour tel ou tel candidat... Un peu de retenue serait, sans doute, bienvenue...

Certains revendiquent même la victoire de leur candidat, alors que celui-ci a été éliminé dès le premier tour...

 

Les hyperboles fusent, ainsi que les approximations. Internet nous offre l'opportunité de nous exprimer : cela n'interdit pas de penser et de modérer certains propos.

 

 

 

 

 

 

Que font certains de la liberté ?
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/