Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 11:59
Réalités virtuelles ?

 

 

La réalité virtuelle... voilà un oxymore qui a de quoi surprendre, étonner... Comment la réalité pourrait-elle être virtuelle ?

Le virtuel relève de ce qui immatériel, irréel, et pourtant, il existe, désormais, des casques de réalité virtuelle qui donnent l'illusion de se trouver dans un autre lieu, un autre temps...

 

Ainsi, on peut faire du vélo dans sa chambre et avoir l'impression d'être sur une route, dont on suit virtuellement les méandres, le vélo s'adaptant aux difficultés du terrain : sur une côte, le pédalage devient, alors, plus difficile...

On peut, aussi, courir sur un tapis roulant, et voir se dérouler un itinéraire champêtre : on a ainsi l'illusion de courir à l'extérieur, alors qu'on est enfermé dans un appartement.

On peut, encore, s'exercer sur un rameur et, comme par magie, on se retrouve sur un cours d'eau ou en pleine mer, on découvre des paysages réalistes...

 

Voilà les merveilles du progrès !

 

Pourtant, c'est, là, une déconnexion totale avec la réalité, avec la nature, ses odeurs, son air ambiant, le vent, les caresses du soleil, le murmure de l'eau, celui des oiseaux...

On voit bien les dangers de toutes ces applications qui nous éloignent de la vraie vie, de ses composantes, de ses risques, de ses dangers.

 

Nous avons déjà tendance à nous plonger dans des écrans d'ordinateurs, de smartphones, de tablettes, mais avec ces casques de réalité virtuelle, on sombre dans une illusion dangereuse de réalité...

Le risque est grand de se couper totalement du monde, d'en oublier toutes les saveurs.

La vie est faite d'expériences et ces expériences doivent se vivre dans le réel...

Peut-on en viendra-t-on bientôt à reconstituer les odeurs, le souffle de l'air, le bruitage ?

D'ailleurs, avec la 4 D, il sera bientôt possible, au cinéma, de percevoir des odeurs, des mouvements, lors de la projection d'un film d'action.

Tout est possible... mais rien ne vaut le contact direct avec la nature...

 

Bien sûr, ces équipements de réalité virtuelle coûtent encore très cher, et sont réservés à une élite. Mais, il est probable qu'ils seront bientôt accessibles à tous.

Les progrès techniques ne cessent de se développer : ils comportent des écueils dont il faut se protéger.

 

Déjà, le smartphone occupe une place de plus en plus importante dans nos vies : certains jeunes ne s'en séparent jamais, ils ont les yeux rivés sur leur appareil, on les voit, parfois, marcher dans la rue, le regard concentré sur leur écran.

 

Notre monde moderne devient celui de l'artifice : bientôt, on ne saura plus ce qu'est le chant d'un oiseau, on ne prêtera plus attention au bruissement des arbres, au murmure de l'eau.

C'est comme si les écrans prenaient le pouvoir et s'emparaient de nos vies...

 

 

 

https://www.lepoint.fr/emploi/pole-emploi-quand-la-realite-virtuelle-vient-en-aide-aux-chomeurs-28-01-2019-2289551_30.php

 

 

https://www.lepoint.fr/technologie/la-guerre-de-la-realite-augmentee-aura-bien-lieu-23-03-2019-2303405_58.php

Réalités virtuelles ?
Partager cet article
Repost0
8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 09:55
Une drogue électronique...

 

"Le pouvoir chinois veut lutter contre l'opium mental que représentent les jeux vidéos en ligne. Et pour réduire l'addiction des plus jeunes à ces jeux, une nouvelle réglementation est entrée en vigueur : les mineurs n'ont plus le droit de jouer plus de 3 heures par semaine et les contrôles sont renforcés.

 

L'honneur des rois... c'est l'un des jeux vidéos dans le collimateur des autorités chinoises : plus de cent millions de personnes y jouent chaque jour sur smartphone.

Ce jeu sur mobile (le joueur fait progresser un personnage au fil d’une série de combats) enregistre actuellement plus de 50 millions de connexions quotidiennes. Davantage donc que le phénomène Pokémon Go à son pic (autour de 45 millions d’utilisateurs, beaucoup moins aujourd’hui)… et dans un seul pays !

Le jeu rapporte gros à l'entreprise chinoise qui l'a créé : plus d'un milliard d'euros par an... beaucoup d'enfants y dépensent des fortunes en achetant des personnages, des équipements ou des pouvoirs magiques.

 

Désormais, il faudra s'enregistrer pour y jouer avec sa carte d'identité : un système de reconnaissance faciale est aussi intégré pour être sûr que l'on ne joue pas avec le code des parents.

 

Et ce sera la même chose pour tous les jeux vidéos en ligne.

 

Selon la nouvelle réglementation, les utilisateurs de moins de 18 ans ne pourront jouer qu'entre 20 heures et 21 heures le vendredi, le samedi et le dimanche, soit 3 heures seulement par week-end.

La presse officielle a qualifié ces jeux de drogue électronique et d'opium mental... des brigades du net seront chargées de surveiller les plateformes et de s'assurer que ces nouvelles réglementations sont bien appliquées."

Ce sont là des mesures dignes d'un état dictatorial...

 

Mais, il est certain que les écrans ont un très grand pouvoir d'addiction : les adultes eux-mêmes n'y échappent pas.

Alors, les enfants, les adolescents sont encore plus sensibles à cette attraction pour les écrans.

Une attraction dangereuse qui peut fonctionner comme une véritable drogue...

Les parents doivent veiller à imposer des limites à leurs enfants.

 

Comme le dit Michel Desmurget : "On parle d’un produit dont l’effet négatif sur la réussite académique est aujourd’hui démontré par des dizaines d’études convergentes. Plus nos progénitures consomment de contenus audiovisuels (télé, Netflix, YouTube, etc.), plus ils jouent aux jeux vidéo, plus ils passent de temps sur les réseaux sociaux (Instagram, Snapchat, TikTok, etc.) et plus leurs performances scolaires chutent. C’est vrai quel que soit l’âge, depuis la maternelle jusqu’à l’université.

 

Dans ce contexte, les parents seraient en effet bien avisés de mettre les écrans récréatifs au placard et à défaut, si cela leur semble impossible, de réduire les temps d’usage. Cette règle du « le moins le mieux » constitue d’ailleurs, comme l’ont établi plusieurs études sociologiques récentes, une pratique caractéristique des familles scolairement les plus efficientes."

 

Sources :

 

https://www.franceculture.fr/emissions/journal-de-18h/journal-de-18h00-du-lundi-30-aout-2021

 

https://www.huffingtonpost.fr/entry/en-chine-les-jeux-video-en-ligne-limites-a-3h-par-semaine-pour-les-mineurs_fr_612ce308e4b01d0862f36219

 

https://www.marianne.net/societe/education/dangers-des-ecrans-leducation-nationale-fait-le-necessaire-pour-masquer-le-probleme

Une drogue électronique...
Partager cet article
Repost0
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 08:49
Dans un monde intoxiqué par la vitesse, la lecture est un acte de résistance...

 

Vite, encore plus vite, toujours plus vite ! Notre monde est voué à la vitesse, à une frénésie d'activités sans fin...

La télévision, internet nous emportent dans un flot d'images rapides : a-t-on le temps de les analyser ?

Les images nous dictent leur rythme, nous sommes happés par toutes sortes d'informations qui nous submergent...

 

Le télétravail lui aussi ne nous laisse guère le temps de nous déconnecter...

 

A l'inverse, ouvrir un livre, c'est comme "lancer un défi au culte de la vitesse".

On se cale dans un fauteuil et on oublie tout le reste : on se livre entièrement à la lecture, avec délice et selon le rythme qui nous convient.

 

On a même le loisir de feuilleter les pages, de revenir en arrière, de relire pour mieux savourer...

Quelle détente ! Un pur bonheur !

La lecture permet un maximum de concentration et de réflexion...

Oui, vraiment, lire est un acte de résistance !

 

Dans notre monde hyperactif, la lecture permet un temps d'arrêt, un recul, une attention, une concentration qu'il nous faut retrouver.

Evidemment, dans un monde voué au marché, à l'économie, la culture littéraire semble obsolète, elle paraît n'avoir aucun intérêt...

 

Et pourtant, quel apport essentiel ! 

"Le lecteur de littérature apprend la langue de l'âme. Il apprend que d'autres peuvent ressentir les choses d'une manière différente de la sienne. Un autre amour, une autre haine. Il apprend de nouveaux mots et de nouvelles métaphores pour décrire les états d'âme. Grâce à l'enrichissement de son vocabulaire, de son répertoire de notions, il est en mesure de parler de son vécu d'une façon plus nuancée, ce qui lui permet de ressentir les choses avec plus de finesse.", écrit le philosophe berlinois Peter Bieri.

 

Dans un temps où prime l'économie, la lecture, la culture deviennent suspectes...

Il est temps de réagir contre ces tendances : le culte de la vitesse et de la performance, le mépris de la culture littéraire jugée inutile dans un monde de technicité grandissante...

Il est temps de réagir !

Lisons !

 

 

 

 

 

Dans un monde intoxiqué par la vitesse, la lecture est un acte de résistance...
Partager cet article
Repost0
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 09:33
La fin des "journées du patrimoine" en Belgique...

 

Non, ce n'est pas une histoire belge, ce n'est pas une blague belge... on annonce la fin des "Journées du patrimoine" à Bruxelles, en Belgique. Pas l’événement en tant que tel, mais sa dénomination !

Le terme "patrimoine" étant jugé sexiste, voire peu inclusif, les autorités bruxelloises, notamment le secrétaire d’État chargé de l’Urbanisme et du Patrimoine, Pascal Smet, et l’administration ont décidé de les rebaptiser "Heritage Days", rapporte le média francophone La Libre , mercredi 18 août.

L’appellation "patrimoine" renvoie, en effet, à l’héritage transmis par le père, selon le secrétaire d’État, le mot patrimoine venant du latin "pater", "le père".

 

Mais, au nom de l'inclusion, à quelles dérives se livre-t-on ?

Faudrait-il ne plus utiliser aussi les mots "patrie, expatrier, rapatrier, patronyme" ?

 

Que dire aussi de l'emploi d'une expression anglaise "Heritage Days" pour remplacer le joli mot venu du latin "patrimoine" ?

Faut-il renier notre histoire, notre langue, notre culture ?

Alors que la langue anglaise s'impose toujours un peu plus sur internet, alors qu'elle se fait de plus en plus présente sur les affiches, dans le langage publicitaire, il faut refuser ces intrusions.

 

On assiste à une véritable invasion de la langue anglaise sur internet : les publicitaires ont constamment recours à des termes venus d'outre-Manche...

"French days, it-shoes, slingback, fashion news, sense of seduction, battle de look, sun is back, c'est le moment de shopper..." j'en passe et des meilleures...

 

Quelle est cette mode stupide à laquelle les gens se conforment ?

Notre chef de l'état lui-même, Emmanuel Macon a volontiers recours à des termes anglais.

 

Avec la crise du coronavirus, on a vu  aussi se développer et se multiplier nombre d'anglicismes...

Avant l'épidémie, nous n'avions jamais entendu ce terme "cluster" utilisé dans le jargon scientifique. Les hommes politiques l'ont rapidement adopté.

Les mots "care", "tracking" sont aussi à la mode...

 

Quant à la mode "inclusive", à la culture victimaire, elle envahit aussi tous les secteurs de la société : l'orthographe devrait être plus inclusive, nous dit-on ..."le racisme dominerait dans l'art, l'école, la musique classique, trop blanche et inadaptée à la diversité ethnique...", comme l'écrit Pascal Bruckner.

Un pur délire !

"Voir du racisme ou du sexisme partout, c'est vivre dans un univers paranoïaque", comme l'écrit fort justement le politologue Pierre-André Taguieff.

 

 

 

 

Source :

 

https://www.lepoint.fr/europe/belgique-pas-assez-inclusives-les-journees-du-patrimoine-rebaptiseesbelgique-pas-assez-inclusives-les-journees-du-patrimoine-rebaptisees-19-08-2021-2439494_2626.php

La fin des "journées du patrimoine" en Belgique...
Partager cet article
Repost0
16 août 2021 1 16 /08 /août /2021 08:55
La folie de notre monde...

 

Ce soir-là, deux reportages successifs lors du journal de 20 heures sur France 2 ont particulièrement attiré mon attention : ces reportages montraient l'engouement démesuré de certains pour des applications sur internet ou pour des personnalités sportives.

Un premier reportage était consacré à TikTok :

"Un univers un peu étrange où se mêlent des danseurs amateurs, des animaux mais aussi la police nationale et certaines stars du football... tous réunis sur Tik Tok, l'application la plus téléchargée de la planète devant Instagram ou Facebook...

Un réseau social addictif pour ses utilisateurs...

Témoignage d'une jeune fille : "Avant de dormir, je dis : "Bon, je fais 15 minutes de TikTok,  au final, je reste pendant deux heures..."

Autre témoignage d'un jeune homme : "On est là, on regarde une vidéo, puis on passe 4 heures, on défile sur des sujets qui sont différents..."

On assiste à une ascension fulgurante pour TikTok, 4 ans seulement après sa création par une entreprise chinoise, ByteDance...

 

En quelques mois, les jeunes du monde entier sont devenus toqués de TikTok, grâce à des vidéos courtes principalement humoristiques ou de danse...

Un succès monstre qui a même inquiété Washington : le réseau social a été accusé d'espionnage pour la Chine parce qu'il connaît tout de vous.

"Chaque fois que vous interagissez avec une vidéo, TikTok va vous mettre en avant d'autres vidéos qui correspondent et toute la force, c'est ça, c'est d'avoir un contenu qui me concerne.", commente Stéphane Bouillet, un expert de l'influence marketing.

Même le Président de la République, Emmanuel Macron s'y est mis !

 

Un nouvel espace de communication également pour les marques : un groupe de TikTokeurs agrège plus d'un million de fans sur l'application, de quoi attiser l'appétit des marques...

TikTok est devenu aujourd'hui une machine à cash : les placements de produits peuvent être rémunérés plusieurs milliers d'euros pour une seule publication !"

 

Mais, comment peut-on rester des heures devant de telles applications qui n'ont pour objectifs que de capter l'attention des gens et de faire du fric ?

Au fond, TikTok fonctionne comme une véritable drogue dont on ne peut plus se passer...

 

Un deuxième reportage était consacré à Lionel Messi :

"Des supporters survoltés... sont suspendus aux gestes d'un seul homme : LIONEL MESSI, la nouvelle superstar du Paris Saint-Germain.

On voit alors des foules en délire, un supporter déclare : "C'est le plus beau jour de ma vie... c'est impressionnant."

Une femme, accompagnée de son mari témoigne : "Nous habitons Barcelone et nous sommes spécialement venus voir l'arrivée de Messi !"

Son arrivée a fait les Unes du monde entier : MESSI est, depuis quelques jours, le mot le plus recherché sur les réseaux sociaux. Sa popularité bat des records.

200 000 personnes suivaient en temps réel sur internet l'atterrissage de son jet privé à Paris.

 

Depuis, l'Argentin est escorté par des policiers pour le moindre de ses déplacements, car, à chaque apparition, des centaines de fans s'agglutinent.

Même en conférence de presse, certains journalistes scandent son nom...

 

Côté communication, le PSG surfe sur la folie qui a gagné la capitale. Il grime sa nouvelle pépite en Joconde ! et multiplient les effets d'annonce.

Conséquence : le compte Instagram du club flambe, en gagnant 6 millions d'abonnés en moins de 48 heures !

En boutique aussi, MESSI  a fait l'effet d'une bombe ! Rupture de stock des maillots en ligne et sur les Champs Elysées, une file d'attente interminable jusque dans le métro pour pouvoir entrer dans la boutique...

Certains ont même dormi sur place !

"ça reste une fois dans une vie, donc on est là pour le vivre à fond.", déclare un supporter.

Côté billetterie, même constat : les billets s'arrachent et le prix des places sur les sites de revente ne cessent de gonfler, jusqu'à 700 euros !"

Comment peut-on en arriver à un tel niveau de délire ?

700 euros pour une place de foot ! 700 euros, alors que des gens sur cette planète n'ont même pas de quoi survivre ! C'est pure folie !

 

 

Sources :

 

https://www.francetvinfo.fr/internet/reseaux-sociaux/reseaux-sociaux-comment-expliquer-l-engouement-des-internautes-pour-tiktok_4734733.html

 

https://www.francetvinfo.fr/sports/foot/ligue-1/psg-les-supporters-en-folie-depuis-l-arrivee-de-lionel-messi_4734697.html

 

 

La folie de notre monde...
Partager cet article
Repost0
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 08:39
Ces écrans qui s'adressent à nos pulsions...

 

Le temps que nous passons devant des écrans ne cesse de croître : des écrans qui se multiplient à l'infini, télévision, téléphones portables, tablettes, ordinateurs...

 

Afin de capter notre attention, les politiques, les publicitaires s'adressent à nos pulsions plutôt qu'à notre raison.

Quelles sont ces pulsions primaires ?

 

On connaît sur internet le succès grandissant des sites pornographiques qui mettent en jeu l'obsession du sexe lié à l'instinct de reproduction.

 

Les médias jouent aussi sur la peur , un instinct vieux comme le monde...

 

Enfin, les médias exploitent aussi la pulsion de conflit et d'animosité.

On assiste à une culture du "clash" : les débats télévisés mettent souvent en scènes ces clashs qui alimentent les autres médias.

 

Faire le BUZZ, faire du bruit, afin d'attirer l'attention : c'est devenu l'objectif premier de certains médias.

Les titres, les photos choc sont à la mode, une façon de capter tous les regards.

Le BUZZ joue sur les bas instincts de l'homme, sur une curiosité malsaine, sur l'émotion suscitée par des conflits...

 

Ainsi, la face obscure de notre cerveau prend le dessus : nous nous laissons entraîner par ces instincts primaires.

Nous sommes véritablement manipulés et nous ne faisons plus fonctionner notre raison.

Nous nous laissons aller à ces instincts de la peur, du conflit, de la sexualité.

 

Ainsi, les vidéos pornographiques sont de loin les plus regardées dans le monde, dans tous les pays.

Et il n'est pas rare que des enfants, des adolescents accèdent, sans même l'avoir voulu, à ces sites.

Depuis plusieurs années, les professionnels de santé ainsi que les acteurs du numérique s’accordent à reconnaître l’impact négatif de la pornographie sur le développement psychologique des enfants.

Si la majorité des parents sont conscients que le numérique augmente le risque d’accès aux contenus inappropriés , la première exposition à la pornographie arrive de plus en plus tôt, la plupart du temps avant 12 ans, et elle est très souvent involontaire : un jeune sur deux affirme être tombé dessus par hasard , et plus de la moitié estime avoir vu ses premières images pornographiques trop jeune.

 

 

Source :

Apocalypse cognitive de Gérald Bronner

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 mai 2021 3 26 /05 /mai /2021 10:00
Mais où est passée la courtoisie ?

 

Mais où est passée la courtoisie ? Qu'est devenu l'art de séduire et de courtiser ?

Fini le temps des fleurs ? Fini le temps des billets doux ? Fini le temps des poèmes d'amour ? Les selfies ont remplacé l’art de courtiser...

Et quels selfies ! Des photos de sexe en érection, des images pornographiques, vulgaires...

 

On reste confondu par les nouvelles méthodes de drague qui se répandent sur internet : l’imprudence, l’exhibitionnisme, la légèreté, la bêtise sont à l'oeuvre...

Benjamin Griveaux en a fait les frais... promis aux plus grandes responsabilités politiques, il s'est conduit comme un gamin inconséquent.

 

Evidemment, ces vidéos se veulent explicites : il s'agit sans doute d'exprimer un désir de relations sexuelles... Mais, dans quelle époque vit-on ? Celle de la rapidité, de la satisfaction immédiate, du désir assouvi en un rien de temps...

On ne séduit plus, on provoque...

On ne prend plus le temps d'attendre, de désirer vraiment.

 

Le sexe s'affiche partout, les sites pornographiques se multiplient sur internet : tout le monde peut y avoir accès même des adolescents.

Tout est permis et il est étonnant que des hommes politiques se compromettent aussi dans ce genre de pratiques.

 

Bien sûr, tout le monde a droit à une vie privée. Mais, comment peut-on filmer des vidéos intimes et les diffuser, si on tient à préserver sa vie intime ?

Quelle imprudence et quelle bêtise !

Ces selfies peuvent même tourner au harcèlement quand ils se multiplient.

 

Il est temps que chacun se responsabilise sur la toile...

Multiplier les conquêtes sexuelles ? Est-ce là le but de ceux qui s'adonnent à ces selfies ?

On vit une époque de performances et de records : et certains se laissent aller à ces tendances délétères...

 

Et puis, comme le dit Mona Ozouf, "nous n'avons plus besoin de parler d'amour avant de le faire..."

Peut-être est-ce parce que la langue s'appauvrit ?

 Alain Finkielkraut nous le rappelle : "La littérature a eu longtemps partie liée avec la courtoisie... or la langue s'émancipe elle-même de la littérature, comme on le voit dans les dictionnaires où, pour expliquer le sens des mots, on offre de moins en moins de citations littéraires et de plus en plus d'exemples familiers empruntés au langage courant..."

Ainsi, le langage de la séduction s'efface, disparaît pour laisser la place à des images vulgaires...

 

 

 

 

 

Mais où est passée la courtoisie ?
Partager cet article
Repost0
3 mai 2021 1 03 /05 /mai /2021 11:40
Le danger des écrans...

 

 

Avec la pandémie, l'enseignement à distance se développe... bien sûr, c'est mieux que rien, comme le dit Michel Desmurget, auteur d'un ouvrage intitulé La fabrique du crétin digital.

Mais il ne faudrait pas que cet enseignement se généralise au delà de la crise.

 

Il est vrai que, depuis des années, on a tendance à promouvoir "une espèce de modernité éducative des écrans."

Dans les lycées, les ordinateurs, les écrans sont partout : toutes les salles de classe en sont équipées. L'outil peut être utile, à condition de ne pas en faire un usage immodéré.

 

L'image est attractive et ludique, c'est certain, mais les jeunes en sont abreuvés à longueur de journées.

 

Non, les jeux vidéos ne sont pas bénéfiques pour l'attention et la concentration : ils sont d'ailleurs très addictifs, les jeunes y passent parfois des heures.

 

Le plus souvent, "lorsque vous mettez des tablettes, des ordinateurs, des smartphones dans les mains des enfants, ils ne se tournent pas vers les usages positifs, mais au contraire vers ce qu'ils ont de plus délétère.", comme le fait justement remarquer Michel Desmurget.

 

"Jusqu'à six ans, l'idéal est de préserver les enfants de tout usage récréatif, car il 'agit d'une énorme période de plasticité cérébrale,  plus les enfants sont introduits tôt à des usages récréatifs, plus ils ont tendance à de- venir des consommateurs importants.", précise Michel Desmurget.

 

Les jeux vidéo ont tendance aussi à perturber la mémorisation.

Après six ans, pas plus d'une heure d'écrans récréatifs... sinon, c'est dangereux.

"La consommation du numérique sous toutes ses formes – smartphones, tablettes, télévision, etc. – par les nouvelles générations est astronomique. Dès 2 ans, les enfants des pays occidentaux cumulent chaque jour presque 3 heures d'écran. Entre 8 et 12 ans, ils passent à près de 4 h 45. Entre 13 et 18 ans, ils frôlent les 6 h 45. En cumuls annuels, ces usages représentent autour de 1 000 heures pour un élève de maternelle (soit davantage que le volume horaire d'une année scolaire), 1 700 heures pour un écolier de cours moyen (2 années scolaires) et 2 400 heures pour un lycéen du secondaire (2,5 années scolaires)."

 

On voit bien que les adolescents font souvent un usage abusif de leur smartphone : dès qu'ils sortent d'un cours, on les voit dégainer leur portable et le consulter avec avidité.

De plus en plus, leur attention se disperse, ils ne savent plus se concentrer pendant une heure de cours.

 

"Une étude a démontré que la seule présence d'un téléphone portable, même éteint, sur la table d'étudiants pendant un cours suffisait à entraîner une baisse de la performance, par la pulsion qui les pousse à vouloir le consulter"

Et Michel Desmurget de conclure : "Le smartphone est un enfer absolu pour le cerveau, c'est une arme de distraction massive."

 

 

 

Source : un article paru dans le journal Marianne de Hadrien Brachet

Le danger des écrans...
Partager cet article
Repost0
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 08:16
Les cours à distance, encore des problèmes !

 

Les cours à distance reprennent pour les élèves -en maternelle, en primaire, au collège et au lycée. Cela concerne - de facto - 800 000 enseignants. Mais tous ne sont pas prêts.

Cours à distance aussi pour 12 millions d'élèves !

 

Hélas ! Les cours à distance entraînent de nombreuses difficultés pour les élèves, les parents, et les enseignants.

Manque de formation, décrochage de certains élèves, problèmes de connexion, surcharge de travail pour les professeurs...

Ainsi, l'école à la maison a été perturbée hier par une série de bugs : de nombreux professeurs n'ont pas pu assurer leurs cours à distance et la plateforme "La classe à la maison" a même été piratée !

De nombreux professeurs n'ont pas pu accéder aux ENT, les environnements numériques de travail : plateformes surchargées, impossible de faire cours à distance...

Dans quatre régions, Grand Est, Ile-de-France, Hauts-de-France, Occitanie, les services de L'école à distance ont connu de gros ralentissements ou étaient inaccessibles.

 

Avec la pandémie qui dure, les enseignants constatent aussi un accroissement du décrochage scolaire, en particulier dans les lycées qui, eux, sont déjà passés en semi distanciel depuis novembre dernier.

Certains élèves avouent qu'à la maison, ils n'arrivent pas à travailler, malgré les cours en visio, malgré les devoirs en ligne, ils n'arrivent pas à se concentrer.

 

De fait, de plus en plus d'élèves ne savent plus se concentrer sur le long terme : ils ont une concentration qui est beaucoup plus courte que les années précédentes.

Un phénomène que l'on constate aussi au niveau mondial puisque selon une étude publiée par l'Unesco, le nombre de décrocheurs à travers la planète a augmenté de 20 %, soit 100 millions d'élèves de plus par rapport à l'année dernière.

 

Moins de concentration : c'était déjà un problème récurrent avant la pandémie.

Les élèves ont une attention diffuse, même en classe.

C'est la génération zapping : les adolescents aiment la diversité, l'émiettement : or, un cours exige forcément plus d'attention... Dès lors, le professeur doit jongler avec cette attention diffuse, punir parfois, mettre en garde et le travail de l'enseignant se complique... Certains cours en deviennent épuisants quand l'énergie des élèves déborde en dissipation et bavardages...

 

Certains ne savent pas prendre des notes, oublient de noter le plan du cours.

 

Evidemment, la pandémie ne fait qu'aggraver ce problème, avec les cours à distance.

Le professeur ne peut pas surveiller les élèves, il n'est pas à même de les recadrer quand leur attention se disperse.

N'oublions pas les difficultés de connexion qui sont sources d'agacement, de perte de temps aussi bien pour les élèves que pour les enseignants.

Oui, décidément, rien ne vaut un cours où élèves et professeur se retrouvent dans une salle de classe, en direct.

Et je pense que les difficultés sont nombreuses aussi pour tous ceux qui sont en télétravail : sentiment d'isolement, problèmes techniques, vie privée et vie professionnelle mal délimitées, etc.

 

 

Sources :

https://www.franceculture.fr/emissions/journal-de-18h

 

https://www.franceculture.fr/emissions/journal-de-8-h/journal-de-8h-du-mardi-06-avril-2021

Les cours à distance, encore des problèmes !
Partager cet article
Repost0
29 mars 2021 1 29 /03 /mars /2021 11:09
Interventionnisme des parents à l'école : ça suffit !

 

Chacun son rôle : les parents interviennent de plus en plus auprès des professeurs pour contester, qui une note, qui une punition, qui une question pédagogique, qui une appréciation...

ça suffit !

Les parents ne sont pas à même de juger de la qualité d'un devoir, ou de la pédagogie à adopter face aux élèves.

Les parents, c'est certain, font preuve de partialité face à leurs chérubins. Pour eux, ils sont souvent pourvus de toutes les qualités, et dans ce domaine, le règne de l'enfant roi fait des ravages.

 

La mode est ainsi à la contestation de l'autorité des professeurs : ceux-ci sont dévalorisés par leur fonction même, une fonction qui a perdu de son prestige d'autrefois, qui n'est plus valorisée dans son rôle, qui semble avoir moins d'influence... en raison du développement d'internet...

 

Et c'est là une erreur car internet ne peut concurrencer un professeur... Internet est une mine de renseignements où il faut savoir trier, observer, et c'est le savoir bien assimilé qui permet de faire ce tri...

 

De plus en plus, les parents contestent sans vergogne les notes : ainsi, il m'est arrivé que des parents me reprochent de m'être trompée dans la notation globale de leur fille.

Evidemment, celle-ci avait menti, avait volontairement caché une de ses mauvaises notes.

Mais, les parents convaincus de la bonne foi de leur fille persistaient dans leurs affirmations et leur contestation !

Les propos de l'enfant sont souvent pris pour argent comptant...

Allons donc, un peu de réalisme ! Les adolescents ne sont pas tous des anges ! Ils peuvent mentir avec audace, sans se soucier de nuire à autrui.

Cette ingérence des parents s'est trouvée amplifiée au cours de la pandémie de Covid.

 

« Avec le confinement, l'école a demandé aux parents de s'impliquer davantage dans l'enseignement et a reconnu implicitement, et à ses dépens, qu'ils étaient légitimes à être co-éducateurs », déclare l'historien de l'éducation Claude Lelièvre. 

Et de plus en plus de parents demandent des comptes.

Cette vision consumériste de l'école est déplorable : les parents ne rendent pas service à leur progéniture.

Le système scolaire devient alors le reflet de notre monde de consommation où le client est roi...

 

 

 

 

https://www.lepoint.fr/education/pas-de-vagues-quand-les-parents-s-incrustent-a-l-ecole-11-03-2021-2417374_3584.php

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/