Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2019 5 14 /06 /juin /2019 12:11
Les chanteurs d'oiseaux aux Jardins de la Fontaine...

 

Ils arrivent, à pas feutrés, dans leur costume sombre, ils scrutent attentivement le ciel et les arbres, ils écoutent le silence.... et soudain, après un geste d'envol, le cri strident d'un oiseau traverse le jardin... puis on écoute un autre chant, modulé. aux notes variées...

 

Les chanteurs d'oiseaux parlent aux oiseaux qui leur répondent... 

Et le public alentour tend l'oreille... un moment de recueillement intense... c'est si rare dans notre monde de bruits où tout s'accélère.

 

Les arbres bruissent de chansons : les oiseaux sont là, bien cachés dans les bosquets, fauvettes, rouges-gorges, mésanges, passereaux...

Sur le chemin, dans la montée vers les hauteurs du jardin, les oiseaux se font de plus en plus présents, leurs voix rayonnent et les deux chanteurs nous invitent à les suivre d'un coup de sifflet.

On ne voit pas les oiseaux, qui fuient les regards, mais on écoute avec bonheur leurs chants mélodieux.

 

Un peu plus haut dans le jardin, soudain, la réponse des oiseaux aux sifflets des chanteurs se fait plus nette, plus précise... et réitérée...

Quel est ce mystère ? C'est, en fait, une mise en scène bien orchestrée : entre les arbres, on voit apparaître un musicien avec son saxophone. Lui aussi imite les oiseaux avec son instrument. Il descend lentement les marches et rejoint le public.

 

Puis, on assiste à une sorte de duel musical entre le musicien et les chanteurs d'oiseaux : c'est à celui qui fera le plus de bruit pour impressionner l'autre.

Le musicien accompagne les sifflets des chanteurs et les voix des oiseaux.

Les chanteurs imitent ensuite des gallinacés en quête de nourriture, scrutant le sol avec avidité.

Et ça caquette allègrement, en choeur,  avec le musicien qui joue un air de Carmen, le tout s'achevant sur un cocorico tonitruant.

En chemin, on rencontre une promeneuse avec son chien : les gallinacés défient l'animal de leur caquètements insistants, et le chien s'éloigne après un moment de stupeur.

Le concert se poursuit au son du saxophone...

Une canne empruntée à un des spectateurs devient perchoir pour les chanteurs d'oiseaux qui finissent par se disputer la place.

Les chanteurs font aussi participer le public à leur conversation avec les oiseaux : ils interpellent les spectateurs par des cris et ceux-ci leur répondent.

Sur l'air de la Vie en rose, on assiste alors à une scène cocasse et amusante de séduction amoureuse entre deux oiseaux qui ont des attitudes bien humaines...

 

Humour, invention, poésie... Jean Boucault et Johnny Rasse captivent leur auditoire : ils nous entraînent dans leur sillage à la rencontre des oiseaux, de leurs chants, de leurs moeurs...

Les deux chanteurs nous offrent un beau moment de détente et d'harmonie dans un cadre magnifique : les hauteurs sauvages et boisées des Jardins de la Fontaine, à Nîmes.

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Partager cet article
Repost0
10 juin 2019 1 10 /06 /juin /2019 10:30
La fête des jardins...

 

Nouvelle édition des rendez-vous aux jardins, en ce début du mois de juin : l'occasion de découvrir la biodiversité des Jardins de la Fontaine à Nîmes, une biodiversité étonnante, stupéfiante, même... il suffit de regarder toutes les espèces d'escargots qui peuplent les jardins pour en être convaincu... Quelle diversité dans les formes, les dimensions, les couleurs des coquilles !

 

L'occasion aussi d'apprendre à nourrir les oiseaux pendant la saison hivernale, ou encore de s'initier à la construction d'un nichoir pour les mésanges, les rouge-gorges, les bergeronnettes...

Il est bon aussi de leur offrir de l'eau en hiver dans une assiette creuse ou une coupe.

 

L'occasion encore de découvrir toutes sortes de plantes sauvages présentes dans les rues de la ville, chénopode blanc, cymbalaire, vergerette, euphorbe, lierre, oxalis corniculé, pariétaire de Judée, pâturin annuel, renouée des oiseaux, pourpier, sétaire verticillée, morelle noire, laiteron délicat, herbe dorée... autant de dénominations mystérieuses aux sonorités emplies de poésie...

 

A travers des illustrations, on pouvait aussi admirer lézards, couleuvres, papillons somptueux, araignées...

Des jeux étaient organisés pour les enfants et permettaient de se familiariser avec la faune et la flore du sud.

 

Des livres consacrés à la nature étaient exposés et disponibles à la lecture. Une lectrice nous faisait même découvrir La conférence des oiseaux de Jean-Claude Carrière...

 

Des photos montages mettaient en scène des animaux insolites à l'intérieur des jardins : cerf, ours, zèbre, moutons, autruche, oiseaux exotiques...

 

Les enfants étaient invités dans des ateliers de dessins : coloriage d'oiseaux, de papillons, d'écureuils, ou encore dans un atelier de gravure.

 

On pouvait découvrir aussi les richesses insoupçonnées du lierre : cette liane se fixe sur des supports divers, troncs, murs de pierre, poteaux de bois ou de ciment grâce à ses racines crampons. Le lierre abrite et nourrit toute une faune : les chenilles de plusieurs papillons, de minuscules coléoptères, et le plus grand intérêt du feuillage très épais et persistant du lierre est certainement l'abri confortable qu'il procure en toutes saisons à de nombreux animaux... Les oiseaux aiment son fouillis pour y dormir... ou y bâtir leur nid comme la fauvette, le verdier, le merle, le troglodyte, le rouge-gorge, le pigeon ramier.

Les lézards, les petits mammifères arboricoles et les chauves-souris peuvent le fréquenter assidûment.

 

De nombreuses plantes aromatiques étaient aussi exposées : romarin, thym, différentes variétés de basilics, sarriette, sauge, dictamne...

Ces journées au jardin ont été pour tous une belle initiation à l'écologie et à la protection de la nature menacée par l'homme.

 

 

 

 

 

La fête des jardins...
La fête des jardins...
La fête des jardins...
La fête des jardins...
La fête des jardins...
La fête des jardins...
La fête des jardins...
La fête des jardins...
La fête des jardins...
La fête des jardins...
La fête des jardins...
La fête des jardins...
La fête des jardins...
La fête des jardins...
Partager cet article
Repost0
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 13:46
Pour découvrir les secrets et les mystères des jardins...

 

 

Une conférence consacrée aux secrets des jardins, voilà de quoi passionner tous les amoureux de la nature...

 

Dans un cadre champêtre, Pauline Tanon, auteur, metteur en scène, comédienne nous a fait découvrir un de ses ouvrages dédiés aux Secrets des jardins.

 

Elle évoque tour à tour ces lieux associés à des personnalités, des écrivains, des chanteurs, des scientifiques,  des hommes et des femmes politiques.

 

Tout d'abord, elle nous révèle les mystères du jardin de William Christie en Vendée : ce chef d'orchestre, spécialiste de musique baroque a composé un jardin inspiré des jardins italiens et français du Grand siècle... On y voit se dérouler des broderies végétales étonnantes et somptueuses par leurs formes. 

 

Puis, Pauline Tanon nous raconte le rôle artistique des jardins, avec l'exemple de celui de Monet à Giverny : un jardin foisonnant, où se mêlent des fleurs sauvages à des variétés plus rares et plus recherchées, un jardin auquel le peintre a consacré beaucoup de temps et qui a inspiré tant d'oeuvres de sa création...

On songe au pont japonais, aux nymphéas, aux massifs, aux arceaux de fleurs, aux iris, aux roses, aux agapanthes, aux glycines.

 

Le jardin peut être, aussi, un lieu social et utile à la santé... ainsi, Michèle Obama a voulu, à travers le jardin de la Maison Blanche délivrer ce message : il faut bien manger et bouger. Le jardin acquiert, ainsi, un rôle thérapeutique. Ce lieu de convivialité se veut également solidaire, puisqu'il accueille des cultures indiennes, chinoises, du monde entier...

 

Le cas du chanteur de blues Joe Cooker est remarquable : son jardin du Colorado l'a sauvé de la drogue, il y a cultivé uniquement des tomates et cette activité l'a détourné de son addiction.

 

Soliman le magnifique a, quant à lui, créé 20 jardins à Contantinople, où il montra une forme de sensibilité surprenante qui contraste avec la violence des moeurs de son règne. Sa passion des jardins étonne, dans une société si cruelle.

Il appréciait des jardins d'agrément et d'apparat : tous les jours, Soliman visitait un de ses jardins, s'y recueillait, s'adonnait à la poésie...

 

Christian Dior passa son enfance dans une maison à Granville, avec un jardin au bord de la mer : il se passionna, plus tard,  pour la culture du muguet, qui devint pour le couturier une plante fétiche, au parfum enivrant...On apprend, alors, que l'on ne peut extraire le parfum de cette fleur, qu'il faut le reconstituer chimiquement. 

 

Le botaniste Jussieu pratiqua une médecine philanthropique, grâce à la culture du quinquinna, en Amérique du sud.

 

Ainsi, l'ouvrage de Pauline Tanon met en évidence toutes sortes de fonctions des jardins : jardin vivrier, jardin d'agréments, jardin social.

 

Son livre nous fait voyager dans le temps et l'espace, il nous fait partager des passions, des bonheurs, évoque des destins humains souvent exceptionnels...

Le cadre dans lequel s'est déroulée cette conférence était, évidemment, un jardin : à l'ombre des tilleuls, en fleurs, sous les douces senteurs printanières de ces arbres apaisants...

Ce fut l'occasion de redécouvrir tout l'art des jardins et des plantes, leur beauté, leur utilité, leur harmonie.

 

On pouvait percevoir tout un bonheur de nommer les plantes, d'en déceler les vertus, de déambuler dans une grande variété de jardins...

 

 

 

http://www.franceculture.fr/emissions/ne-parle-pas-la-bouche-pleine/dans-les-jardins-des-grosses-legumes

 

 

 

 

Pour découvrir les secrets et les mystères des jardins...
Partager cet article
Repost0
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 16:34
Leçons de drague au jardin...

 

 

 

 

C'est le printemps : le jardin s'épanouit sous le soleil, la nature s'illumine de nouvelles teintes, l'air doux envahit l'espace, les fleurs distillent des senteurs éblouissantes...

Les genêts couleur d'or répandent des odeurs enivrantes, les marronniers se parent de bouquets floconneux, les lilas commencent à se couvrir d'épis rayonnants...

Les soleils deviennent plus vifs, plus intenses....

 

Et les êtres humains se mettent à l'unisson de ce monde qui s'éveille, qui s'anime de lumières, de chants d'oiseaux...

"Le printemps déchire les robes", il affûte et aiguise les tentations et les regards, il libère les désirs, il dynamise, il apporte un regain de bonheurs, une envie de renouveau.

 

Dès lors, une simple promenade dans le parc suscite, parfois, quelques sollicitations masculines...

 

Il est étonnant d'observer ce jeu de séduction, qui, soudain, apparaît, avec l'éveil de la nature.

 

Regards énamourés, appuyés, et parfois même, des tentatives pour aborder une inconnue.

 

Un cycliste, qui circule dans les allées du jardin, me lance, avec un grand sourire, des "Bonjour, ça va ?", à chaque passage...

Un jour, alors que je quitte le jardin, il me suit et comme je lui intime l'ordre de me laisser tranquille, il rebrousse enfin chemin et prend une autre direction.

 

Une autre fois, un passant m'aborde, alors que je contemple les cygnes qui s'ébrouent sur le plan d'eau : "Ils sont beaux, les cygnes", me dit-il... "Ce sont des cygnes ?"

On imagine l'originalité d'une telle entrée en matière !!

Puis, l'homme me propose de "boire un verre". Je décline l'invitation et m'éloigne rapidement du plan d'eau...

 

Une autre fois, un jeune homme m'adresse la parole, d'une manière aussi peu originale : "Bonjour, il fait beau, on se promène ??"

 

Autant de clichés pour séduire une inconnue qui passe, autant de banalités pour attirer mon attention !

 

A l'entrée même du jardin, un homme d'âge mûr, cette fois-ci, me demande si on peut pêcher des poissons dans les bassins du parc, je lui réponds : "Ah, non, je ne pense pas".

"Je plaisante... ", me  dit-il, alors, et il enchaîne sur le fait que ces poissons ne sont pas vraiment comestibles, pestant contre la pollution des eaux.

 

Finalement, j'interromps ma marche pour me débarrasser de ce dragueur maladroit.

 

Oui, vraiment, difficile d'aborder une inconnue !

Les clichés, les phrases toutes faites, les stéréotypes reviennent, et ne peuvent que lasser...

 

Mais, oui, décidément, le printemps s'affiche, il stimule, il fait naître des désirs, il déborde d'énergie et entraîne, avec lui, des ardeurs, des rêves... même si la poésie n'est pas toujours au rendez-vous...

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Leçons de drague au jardin...
Partager cet article
Repost0
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 15:08
Pour célébrer les couleurs, dites-le avec des fleurs...

 

 

 

 

Le printemps n'est-il pas un moment opportun pour célébrer les fleurs, leurs parfums, leurs éclats, leurs formes qui s'épanouissent ?

 

Deux journées consacrées aux couleurs et aux fleurs, c'est là une bonne idée, surtout si cette fête des fleurs se déroule dans un jardin, un des plus beaux et des plus grands de France : les jardins de la Fontaine, à Nîmes...

 

Le spectacle coloré, vivant s'organise autour d'une déambulation dans les allées et sur les pelouses du parc...

 

Deux fleurs à taille humaine, une rose et une marguerite, juchées sur des pots, recherchent désespérément des abeilles, pour les butiner...

 

Accompagnées d'un jardinier musicien, elles se déplacent de groupe en groupe, en quête d'abeilles butineuses...

 

Elles sollicitent les promeneurs pour qu'ils jouent le rôle de ces insectes salvateurs...

 

Il faut, bien sûr, apprendre le langage des abeilles : "bzz bzz", pour espérer butiner les jolies fleurs, et les participants se prêtent volontiers à ce jeu de rôle, dans la bonne humeur et les rires.

 

Les costumes somptueux, les chansons pleines de fantaisie, de gaieté, le cadre verdoyant du jardin, les marronniers environnants, le soleil contribuent à cette ambiance de fête...

 

Les couleurs vives des fleurs attirent tous les regards : les fleurs humaines plantées dans des pots se déplacent cérémonieusement dans les allées...

 

Le jardinier accompagne, de son banjo, les déambulations du groupe et soudain, le trio s'arrête auprès des promeneurs pour se livrer à une aubade joyeuse et à quelques scénettes amusantes.

Jeux de mots, allusions littéraires, invention verbale participent à la bonne humeur. 

 

Les rires fusent, les enfants sont émerveillés, les adultes applaudissent ce spectacle, plein de charmes.

 

Les fleurs sont, ainsi, mises à l'honneur dans une fête spontanée qui s'adresse aussi bien aux adultes qu'aux enfants.

Musique, chansons, couleurs, danses : un spectacle qui ravit les sens et qui fait rêver...

Imaginez des fleurs humaines qui se déplacent et qui se meuvent avec souplesse.

Imaginez un jardinier qui reçoit de douces caresses de fleurs qui le titillent de leurs tiges feuillues.

 

Les chansons emplies d'humour mêlent le thème amoureux à l'évocation des fleurs et on retrouve, là, une association traditionnelle.

Manifestement, les comédiens communiquent leur bonne humeur, leur plaisir  à tous les spectateurs.

C'est un  bonheur d'assister à ces festivités qui se déroulent dans un cadre naturel.

Tout autour, les marronniers, les tilleuls offrent un décor de verdure somptueux à cette fête des couleurs.

 

 

 

 

Comédiens : Les soeurs Pétale  la Compagnie Acidu

Photo et vidéos : rosemar

Une aubade sous les marronniers

Une aubade à la terrasse d'un café...

Les comédiens se présentent...

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/