Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2022 5 18 /11 /novembre /2022 12:31
Marcel Proust à l'honneur : Le jet d'eau et Madame d'Arpajon...

 

 

Pour célébrer Marcel Proust dont on commémore aujourd'hui le centenaire de la disparition...

 

L’humour tient une place trop souvent méconnue dans l'oeuvre de Proust... L'écrivain a fréquenté les gens du "grand Monde" dont il s'attache parfois à montrer les travers et le ridicule...

Ainsi, dans un extrait de Sodome et Gomorrhe, il évoque une soirée chez la princesse de Guermantes : un personnage de la haute société, Madame d'Arpajon, en tenue de soirée, voit sa belle toilette inondée par un jet d'eau, et devient la risée d'un autre protagoniste.

Proust peint une véritable scène de comédie, et fait aussi une satire de la noblesse et du grand monde. Le comique est surtout souligné par la technique du romancier.

 

I Nous analyserons d'abord les ressorts du comique...

La situation est en elle-même amusante : une dame du grand Monde est trempée comme si on l'avait plongée dans un bain.

Le comique est fondé aussi sur des contrastes : entre le cadre, une soirée mondaine dans la haute société et la situation burlesque de Mme d'Arpajon, inondée jusque dans son intimité : "son décolletage."

On perçoit un vocabulaire quelque peu vulgaire qui surprend dans le contexte pour des gens du grand monde : "dégoulinait", le grognement du duc", le terme "décolleté" est transformé de manière ridicule en "décolletage".

Contraste aussi entre la dignité apparente des personnages, notamment celle de Wladimir, prince de la famille impériale et leurs manières ou leur langage : "grognement", puis "grondement", et le compliment douteux adressé à Mme d'Arpajon :"Bravo, la vieille !"

On sourit des exagérations comiques : Mme d'Arpajon complètement trempée... la situation n'est pas grave et nécessiterait pourtant "des condoléances" de la part du duc...

 

II C'est là pour l'auteur une manière de montrer aux lecteurs l'envers du grand Monde...

Les titres de noblesse n'empêchent pas la rustrerie des hommes... ou bien faut-il voir ici une satire des moeurs barbares de la cour de Russie ? On perçoit une satire de la noblesse militaire : Wladimir est un bon vieux militaire, sans gêne, un rustre. L'assistance devient pour lui une armée.

La noblesse est aussi ridiculisée avec le personnage de Mme d'Arpajon. Proust se moque de l'amour propre chatouilleux des femmes à propos de leur âge. Et celles-ci  savent reporter charitablement sur d'autres les observations qui les gênent.

 

III Mais le comique est surtout dû à l'art du romancier...

L'organisation des éléments du récit apparaît comme une parodie des pièces antiques, avec protagonistes et choeur : "quelques personnes charitables", qui commentent l'action.

On perçoit des indications qui font penser à des didascalies : le décor est planté, avec "les colonnades", au début du texte, on relève le champ lexical du théâtre : "en battant des mains comme au théâtre."Le duc Wladimir apparaît ici comme au spectacle, ce que suggère aussi le verbe "assister".

La présentation est délibérément comique, avec un portrait-charge de Wladimir, réduit à une série de bruits cacophoniques, et de Mme d'Arpajon essayant d'éliminer les dégâts de l'eau :  "cette femme, en s’épongeant avec son écharpe, sans demander le secours de personne, se dégageait malgré l’eau qui souillait malicieusement la margelle de la vasque".

Le commentaire de l'auteur souligne aussi les pensées profondes des personnages :  "c’était le grand-duc Wladimir qui riait de tout son cœur en voyant l’immersion de Mme d’Arpajon, une des choses les plus gaies, aimait-il à dire ensuite, à laquelle il eût assisté de toute sa vie"..."Mme d'Arpajon ne fut pas sensible à ce qu'on vantât sa dextérité."

Le narrateur souligne aussi les titres ronflants de Wladimir : "le Grand Duc... Monseigneur, son Altesse impériale."

Enfin, la brièveté de la réponse de Mme d'Arpajon montre malicieusement son désir de préserver à tout prix sa dignité : "Non! c'était à Mme de Souvré", répondit-elle."

 

Si Proust est un personnage mondain, ce texte nous montre qu'il n'est pas dupe de la comédie du grand Monde. Oui, Proust est capable de nous faire rire, de nous amuser aux dépens des grands de ce monde...

 

 

Le texte :

Or, au moment où Mme d’Arpajon allait s’engager dans l’une des colonnades, un fort coup de chaude brise tordit le jet d’eau et inonda si complètement la belle dame que, l’eau dégoulinante de son décolletage dans l’intérieur de sa robe, elle fut aussi trempée que si on l’avait plongée dans un bain. Alors, non loin d’elle, un grognement scandé retentit assez fort pour pouvoir se faire entendre à toute une armée et pourtant prolongé par période comme s’il s’adressait non pas à l’ensemble, mais successivement à chaque partie des troupes ; c’était le grand-duc Wladimir qui riait de tout son cœur en voyant l’immersion de Mme d’Arpajon, une des choses les plus gaies, aimait-il à dire ensuite, à laquelle il eût assisté de toute sa vie. Comme quelques personnes charitables faisaient remarquer au Moscovite qu’un mot de condoléances de lui serait peut-être mérité et ferait plaisir à cette femme qui, malgré sa quarantaine bien sonnée, et tout en s’épongeant avec son écharpe, sans demander le secours de personne, se dégageait malgré l’eau qui souillait malicieusement la margelle de la vasque, le Grand–Duc, qui avait bon cœur, crut devoir s’exécuter et, les derniers roulements militaires du rire à peine apaisés, on entendit un nouveau grondement plus violent encore que l’autre. « Bravo, la vieille ! » s’écriait-il en battant des mains comme au théâtre. Mme d’Arpajon ne fut pas sensible à ce qu’on vantât sa dextérité aux dépens de sa jeunesse. Et, comme quelqu'un lui disait, assourdi par le bruit de l'eau, que dominait pourtant le tonnerre de Monseigneur : "Je crois que son altesse impériale vous a dit quelque chose." -"Non! c'était à Mme de Souvré", répondit-elle.

 

 

La grande librairie :

 

https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-15/4274188-speciale-marcel-proust.html

 

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2021 6 17 /07 /juillet /2021 08:36
Marcel Proust à l'honneur...

 

 

Marcel Proust est né le 10 juillet 1871 à Paris, il y a 150 ans...

Pour commémorer cet anniversaire, voici un article déjà publié sur mon blog : l'analyse d'un magnifique extrait de son oeuvre Sodome et Gomorrhe...

Un extrait où l'on perçoit toute la sensibilité de cet auteur, notamment sa sensibilité face à la nature et  ses splendeurs. 

Dans notre monde moderne, voué à la vitesse, nous ne savons plus observer, admirer, nous étonner devant la nature et ses merveilles.

Proust nous réapprend l'importance du regard...

 

Dans cet extrait,  Proust décrit un champ de pommiers en fleurs... A la manière d'un peintre, il compose un véritable tableau empli de charme et de séduction.

Le champ de pommiers est évoqué à travers un réseau d'images qui font songer à une rencontre amoureuse : la première phrase est révélatrice : " Dès que je fus arrivé à la route, ce fut un éblouissement..."

Proust semble suggérer un coup de foudre, une séduction brutale, inattendue qui le saisit : cette soudaineté se traduit par la brièveté de la phrase, par l'emploi du passé simple à valeur ponctuelle et du mot "éblouissement"

Les pommiers sont présentés à travers des personnifications, des métaphores qui transfigurent le paysage : ils sont "d'un luxe inouï", "en toilette de bal", "ne prenant pas de précautions pour ne pas gâter le plus merveilleux satin rose qu'on eût jamais vu..."

Toutes ces évocations font songer à une beauté féminine, parée pour aller au bal... Le style hyperbolique restitue un émerveillement : "luxe inouï, le plus merveilleux satin rose."

Plus loin, la personnification se poursuit et fait penser encore à une séduction amoureuse : "une brise légère mais timide faisait trembler légèrement les bouquets rougissants". Le verbe "trembler", le terme "rougissant" évoquent des émois amoureux.

Enfin, la description s'achève sur la vision d'une "beauté fleurie et rose."

Le narrateur semble ébloui par le spectacle qu'il a sous les yeux, comme on pourrait l'être au cours d'une rencontre amoureuse. Ce procédé restitue toute l'émotion qu'il éprouve devant ce tableau...

De fait, cette description nous fait songer à un tableau, d'abord grâce à la composition de cet extrait : au premier plan, le champ de pommiers, en arrière plan, le fond du tableau, avec "l'horizon lointain de la mer".

On perçoit aussi des éléments du tableau : "des bouquets, des mésanges, des branches" qui se juxtaposent selon la technique impressionniste, avec des touches de couleurs successives.

Proust fait aussi référence, au cours de la description, à "une estampe japonaise", certains détails correspondent bien à un tableau oriental : "les mésanges, les bouquets de fleurs" étant des thèmes récurrents souvent reproduits dans les estampes japonaises.

Le tableau est coloré dans des tons assez doux : "satin rose, le bleu du ciel, les bouquets rougissants, des mésanges bleues, le gris de la pluie".

La dernière phrase de l'extrait, dans sa brièveté pourrait constituer le titre du tableau : "C'était une journée de printemps..."

Les références artistiques sont bien présentes dans le texte : "estampe japonaise, amateur d'exotisme et de couleurs, artificiellement, effets d'art.."

On perçoit le grand sens artistique de Proust et sa sensibilité : la musique, la peinture occupent une place essentielle dans son oeuvre, ici, la beauté du champ de pommiers a des effets extraordinaires sur le narrateur qui en est ému jusqu'aux larmes, l'impression artistique se traduisant par un effet physique.

La nature devient une véritable oeuvre d'art.

Le champ lexical de la nature est particulièrement développé : "feuilles, pommiers, boue, soleil, mer, ciel, azur, brise, bouquets, mésanges, pluie"... et les 4 éléments y sont représentés : la terre, l'eau, l'air, le feu...

Et cette nature semble elle-même participer à la création du tableau, grâce à l'emploi réitéré du verbe "faire" : "satin rose que faisait briller le soleil, les fleurs qui faisaient paraître son bleu rasséréné.. une brise légère faisait trembler les bouquets rougissants..."

La nature semble vouloir embellir le tableau, par la lumière, par le contraste des couleurs, par le mouvement.

Ainsi, la nature se fait art, elle semble imiter l'art.

La réalité est tellement belle qu'elle semble presque composée artificiellement, tout en restant naturelle....

 

 

 

 

Le texte :

 

 

"Mais, dès que je fus arrivé à la route, ce fut un éblouissement. Là où je n’avais vu, avec ma grand’mère, au mois d’août, que les feuilles et comme l’emplacement des pommiers, à perte de vue ils étaient en pleine floraison, d’un luxe inouï, les pieds dans la boue et en toilette de bal, ne prenant pas de précautions pour ne pas gâter le plus merveilleux satin rose qu’on eût jamais vu et que faisait briller le soleil ; l’horizon lointain de la mer fournissait aux pommiers comme un arrière-plan d’estampe japonaise ; si je levais la tête pour regarder le ciel entre les fleurs, qui faisaient paraître son bleu rasséréné, presque violent, elles semblaient s’écarter pour montrer la profondeur de ce paradis. Sous cet azur, une brise légère mais froide faisait trembler légèrement les bouquets rougissants. Des mésanges bleues venaient se poser sur les branches et sautaient entre les fleurs, indulgentes, comme si c’eût été un amateur d’exotisme et de couleurs qui avait artificiellement créé cette beauté vivante. Mais elle touchait jusqu’aux larmes parce que, si loin qu’on allait dans ses effets d’art raffiné, on sentait qu’elle était naturelle, que ces pommiers étaient là en pleine campagne comme des paysans, sur une grande route de France. Puis aux rayons du soleil succédèrent subitement ceux de la pluie ; ils zébrèrent tout l’horizon, enserrèrent la file des pommiers dans leur réseau gris. Mais ceux-ci continuaient à dresser leur beauté, fleurie et rose, dans le vent devenu glacial sous l’averse qui tombait : c’était une journée de printemps."

 

 

   

 

 

 

Marcel Proust à l'honneur...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/