Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 13:52
Ils sont tous déconnectés... de la réalité...

 

 


Ils sont tous déconnectés... 

Les hommes politiques sont particulièrement déconnectés de la réalité : l'affaire Fillon nous a, une fois de plus, révélé cette déconnexion... François Fillon a affirmé, à maintes reprises, qu'il était irréprochable...

A l'entendre, il n'aurait commis aucune infraction, il aurait respecté la loi, ne percevant même pas le décalage avec la réalité que connaissent de nombreux français peinant à gagner leur vie, touchant un salaire de misère...

 

Ces hommes politiques qui, dans leur programme, proposent de reculer l'âge de la retraite à 65 ans ne sont-ils pas aux antipodes du vécu des salariés qui connaissent des problèmes de santé, des pathologies liées à leur travail ?

 

La plupart d'entre eux sont entrés très tôt dans une carrière politique, la plupart d'entre eux sont des politiciens qui ignorent superbement les réalités du monde du travail...

 

Sont-ils conscients des difficultés que rencontrent nombre de français : fins de mois difficiles, angoisses de l'avenir, problèmes pour nourrir une famille ?

Dans quel monde vivent-ils ? Dans quelle tour d'ivoire ?

Préoccupés de leur carrière politique, ils sont totalement coupés du réel...

 

Comment peut-on, alors, prétendre gouverner ?

Comment peut-on prétendre gouverner, quand on dénigre les juges ? Comment peut-on prétendre gouverner, quand on refuse les convocations de la justice ?

Les hommes et les femmes politiques seraient-ils donc au dessus des lois ?

Sont-ils si sûrs de leurs privilèges qu'ils n'hésitent plus à bafouer la justice ?

 

De la même façon, les inspecteurs de l'Education nationale sont, eux aussi, déconnectés de la réalité du terrain : ils ne voient pas les obstacles que doivent affronter les professeurs.

Ils refusent de voir les problèmes d'incivilité, d'indiscipline auxquels sont confrontés les enseignants.

Aveugles, ils sont les serviteurs zélés du ministère : ils reçoivent des consignes qu'ils suivent sans se poser de questions, ils utilisent un jargon obscur, un langage amphigourique et compliqué, se conformant à des modes issues d'un pédagogisme qui se voudrait novateur.

Certains chefs d'établissement ferment eux-mêmes les yeux devant les difficultés des enseignants : ils refusent de prendre en compte les violences verbales auxquelles doivent faire face certains professeurs.

 

Les médecins sont parfois, également, éloignés des préoccupations de leurs patients : certains refusent de voir les effets secondaires des médicaments, et répondent par le déni.

Une façon de se couper des préoccupations des malades, une façon d'occulter des problèmes qui ne semblent pas les concerner.

 

Ainsi, il suffit de détenir une autorité pour refuser de concevoir les problèmes que rencontrent les gens.

Imbus de leur pouvoir, les hommes de pouvoir se coupent du monde : leur seule autorité en impose à autrui.

Leur seule autorité leur sert de paravent pour trouver prétexte à ne pas savoir, à ne pas comprendre, à être constamment dans le déni...

 

 


 

 

 

 

Ils sont tous déconnectés... de la réalité...
Repost 0
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 10:54
Le mythe du cholestérol ?

 

 

 

 

Une émission diffusée sur Arte, mardi 18 octobre remet en cause le rôle du cholestérol dans l'athérosclérose et de nombreuses maladies cardiaques qui en découlent : ainsi, les statines prescrites depuis des années pour faire baisser le taux de cholestérol des patients seraient un bon moyen de s'enrichir pour les laboratoires.

 

De plus, ces statines peuvent comporter des effets secondaires terribles : troubles de la mémoire, tremblements, douleurs musculaires, destruction des muscles, chutes, confusions, diabète, décès.

Ces molécules seraient, donc, inefficaces et même dangereuses pour la santé.

 

L'émission diffusée sur Arte montrait que les essais cliniques de ces produits avaient été truqués et falsifiés dès le début.

Or, de nombreux cardiologues prescrivent ce "médicament"...

Les patients, confiants en leur médecin, se conforment à leur prescription. Mais dans un monde où les enjeux financiers priment sur toute autre considération, dans un monde où les laboratoires exercent une domination souveraine, comment le patient doit-il réagir ?

 

Le patient n'est qu'une "miette" entre les mains des médecins : il n'a pas les connaissances nécessaires pour savoir la conduite à tenir en cas de cholestérol élevé.

La prudence s'impose, mais quand il veut se soigner, se maintenir en forme, que peut faire le patient ?

Fragile, démuni, il se laisse souvent convaincre d'adopter tel ou tel traitement.

 

Quant aux médecins, ils ont, souvent, l'ordonnance et la prescription faciles : ils se soumettent aux lobbies des laboratoires qui vendent leurs substances à prix d'or.

Le patient, lui, est fait pour subir et avaler des médicaments aux effets secondaires pervers et parfois douloureux...

Le patient est perdu dans ce monde médical opaque, obscur, un monde qui lui est totalement étranger, un monde où il perd ses repères, ses facultés de jugement, parce que, souvent, il est lui-même affaibli et diminué.

 

Qui croire ? Certains médecins condamnent la prescription de statines, d'autres les proposent, même quand le taux de cholestérol est bas, pour éviter, disent-ils, des troubles cardiaques.

Tout le monde se souvient du scandale du Médiator, présenté comme un antidiabétique, puis utilisé comme un coupe-faim.... Environ 1800 patients sont décédés à cause de ce "médicament".

 

Des gens sont morts au nom de la rentabilité et de l'argent.

Se dirige-t-on vers un nouveau scandale, avec les statines ?

On peut le craindre, car ces molécules sont prescrites à tort et à travers par de nombreux médecins et notamment des cardiologues.

Les statines représentent un marché colossal : il serait temps de réaliser une enquête indépendante sur ces médicaments dont les effets secondaires sont multiples.

 

 

http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20161011.OBS9650/cholesterol-le-grand-bluff-le-doc-qui-defie-la-doxa.html

 

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Medicaments-anti-cholesterol-statines-un-scandale-pire-que-le-Mediator-35682.html

 

Lien vers l'émission :

 

https://youtu.be/al8mLjSj5dg

 

 

Repost 0
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 11:45
Ces médecins qui ne savent plus communiquer...

 

 


De plus en plus, les médecins deviennent des techniciens, oubliant un aspect essentiel de leur métier : la communication...

Ils ne prennent plus le temps, de dialoguer, de prévenir... et pourtant, la prévention devrait faire partie aussi de leur compétence...

Sûrs et imbus de leurs connaissances, ils imposent aux patients une forme de domination et de supériorité, si bien qu'ils perdent le contact avec les malades.

On peut percevoir une sorte de maltraitance dans cette attitude hautaine et prétentieuse.

Informer, c'est, pourtant, essentiel pour un médecin... or, souvent, les docteurs refusent de voir et d'évoquer les effets secondaires des médicaments, ils les occultent, refusent d'en parler...

Le patient est parfois obligé de poser de nombreuses questions et les réponses sont très évasives, incomplètes.

En cas d'opération, un médecin devrait informer son patient d'une possibilité de choc post-opératoire, afin que le patient ne se retrouve pas affolé par ce qui lui arrive.

Certains chirurgiens vivent dans une bulle, on a l'impression de ne pas pouvoir entrer en contact avec eux : ils se contentent de dire qu'une opération s'est bien déroulée, mais refusent d'évoquer les suites et les conséquences ultérieures. 

Ainsi, non informé, le patient se retrouve bien démuni face à ses propres difficultés.

Les médecins seraient-ils devenus des robots ? En fait, dès que l'on entre dans leur cabinet, que nous demandent-ils en priorité ?

Ils ne nous interrogent même pas sur notre état de santé mais réclament notre carte vitale.

Les médecins ne seraient-ils plus des humanistes ? On leur enseigne la technique, la prescription de médicaments, les pathologies et leurs origines. Mais ils ne savent plus écouter, comprendre, être en empathie avec leurs patients.

C'est vrai : les médecins sont aptes à expliquer, avec un schéma, toutes sortes de pathologies... certains n'hésitent pas à se livrer à des exposés très techniques devant leurs patients, mais ils ne tiennent pas compte de leurs souffrances.

Certains n'hésitent pas à faire des cours de médecine, en pleine consultation : ils exposent leurs savoirs théoriques, longuement, sans écouter les demandes des patients...

Souvent, d'ailleurs, le patient est réduit au silence : il est malvenu de poser trop de questions, une perte de temps pour certains médecins.

Un livre intitulé Les brutes en blanc vient de paraître : le titre en dit long sur la suffisance de certains médecins, leur outrecuidance, parfois leur mépris du malade... Et c'est un médecin qui en est l'auteur : le docteur Martin Winckler...

Il fustige "les futurs membres d'une classe privilégiée, pour la plupart impatients de faire partie de l'élite sociale."

"On attend d'un médecin qu'il écoute, rassure, explique, s'efforce de guérir parfois, soulager souvent, consoler toujours. On attend d'un médecin qu'il soigne", écrit le Dr Martin Winckler.

Mais, souvent, les médecins apparaissent lointains, inaccessibles. Il est vrai que leurs études sont longues, difficiles, et qu'une fois leur diplôme obtenu, ils aspirent à une vie plus confortable et plus facile.


Pourtant, la relation avec le patient est essentielle, elle fait partie des soins, et elle participe, aussi, à la guérison et au bien-être du malade.

Dans tous les cas, il est inadmissible qu'un médecin, même s'il est fatigué, maltraite ses patients. Et, parfois, on peut parler d'une véritable maltraitance.

 

Un rappel : le serment d'Hippocrate

https://www.conseil-national.medecin.fr/le-serment-d-hippocrate-1311


http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/les-medecins-sont-ils-des-brutes-05-10-2016-2073690_57.php




 http://www.lepoint.fr/societe/la-double-vie-de-baptiste-beaulieu-11-10-2016-2075101_23.php




 

Ces médecins qui ne savent plus communiquer...
Repost 0
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 12:48
Des déserts médicaux qui se propagent...

 

 

 

On le sait : de nombreuses régions de France deviennent ce que l'on appelle des "déserts médicaux", on constate une pénurie de médecins généralistes qui est préoccupante.

La France manque de plus en plus de médecins et certaines régions sont plus touchées que d'autres.

 

Et même dans les grandes villes, les patients ont de plus en plus de difficultés à trouver un médecin compétent, car certains d'entre eux refusent de recevoir de nouveaux "clients" : ils ont déjà sous leur responsabilité un trop grand nombre de patients.

 

Les bons médecins sont saturés de travail et il faut, alors, se contenter de services médicaux bâclés...

Ainsi, on ne peut plus, en France, choisir véritablement son médecin.

 

De plus, le système veut que l'on passe par un généraliste pour obtenir une consultation chez un spécialiste....

Et si ce spécialiste se révèle inefficace et incompétent, les patients se retrouvent dans une impasse.

 

Il arrive même que certains infirmiers refusent leurs services à des malades : ils sont, eux aussi, surchargés de travail et ne peuvent accepter de nouveaux patients... ils n'acceptent même plus les prises de sang à domicile.

 

On a du mal à le croire mais il devient de plus en plus difficile de se faire bien soigner dans notre pays, d'autant que certains médecins irresponsables commettent des bévues et des fautes inadmissibles dans un domaine aussi important.

 

Une de mes amies m'a raconté ce qui lui est arrivé, lors d'une admission dans une clinique : cette histoire paraît incroyable...

 

Alors qu'elle devait subir un examen et une opération présentée comme urgente, cette amie a été questionnée par les infirmières qui l'ont accueillie : on lui a demandé, ainsi, si elle avait arrêté un de ses médicaments.

 

Mon amie étonnée a répondu aussitôt qu'elle n'en avait pas été informée. En fait, sa cardiologue avait purement et simplement "oublié" de le lui dire et de lui prescrire un traitement de substitution.

 

Dès lors, l'opération qui était une "urgence" fut annulée. Mon amie a dû attendre toute une après midi jusqu'à 20 heures pour voir un chirurgien qui lui a enfin donné toutes les instructions pour un nouveau traitement...

 

Encore plus incroyable ! La cardiologue qui a commis cette faute professionnelle, tout en s'excusant d'avoir fait une "erreur" a rejeté la responsabilité de sa bévue sur sa patiente. Au téléphone elle a osé lui dire : "Vous m'avez déçue !!".

 

Une façon, sans doute, de rejeter la responsabilité sur sa patiente !

Le personnel de la clinique a tenté, aussi, de minimiser l"oubli de cette cardiologue : "Ce n'est pas grave, l'erreur est humaine", a-t-on dit à mon amie.

 

L'erreur est humaine mais on oublie de dire que dans le domaine médical, elle peut être fatale, surtout lorsqu'il s'agit d'une urgence !

Pénurie de médecins, docteurs irresponsables : notre pays devient peu à peu un désert médical qui s'étend même là où on s'y attend le moins.

La France, encore réputée, il y a quelques années, pour son système de santé efficace est en train de perdre des compétences essentielles, faute d'avoir anticipé une pénurie de médecins.

 

 

 

 

Des déserts médicaux qui se propagent...
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/