Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 12:42
Une histoire de talons hauts...

 

 

 

On est, pour le moins, étonné par cette histoire qui se déroule à notre époque, chez nos voisins britanniques : il est vrai que l'ultra-libéralisme d'outre-manche entraîne bien des excès...

Nicola Thorpe réceptionniste de Londres, âgée de 27 ans, a été licenciée, pour un motif qui paraît bien futile : elle refusait de porter des talons hauts de cinq à dix centimètres, conformément au règlement interne de sa société, le cabinet d'audit PwC.
 
C'est pourtant une réalité : porter des talons hauts constitue une véritable torture infligée aux femmes.

Cette torture est, dans certains cas, volontaire et nombre de femmes l'acceptent.

Mais, dans le cas présent, il s'agit d'une torture imposée, et d'un cas de discrimination avérée et caractérisée.
 
Les talons affinent la silhouette, mais à quel prix ? La démarche en devient tortueuse, empêchée, périlleuse, parfois.
 
Quelle est cette mode féminine qui s'affiche dans les magazines, dans les médias ?
Combien de journalistes, de présentatrices de télévision portent, désormais, ces talons d'une taille démesurée !


Mais est-ce que les hommes portent des talons ?

Est-ce qu'on leur impose ce carcan ?
 
Souvent, on voit dans les rues des femmes perchées sur ces plateformes, en déséquilibre permanent, elles s'infligent une véritable torture...
Au nom de quoi ? 
C'est bien la dictature du paraître qui s'impose !
 
Et nombre de femmes s'y soumettent, alors qu'elles pourraient porter des chaussures plus confortables.
 
Mais quand ce diktat aboutit à un licenciement, on est sidéré et on ne peut que constater, une fois de plus, le sexisme qui règne dans nos sociétés.
 
La femme obligée de se soumettre à une mode du paraître, contrainte de se plier à des diktats vestimentaires hors normes, la femme objet de désir et de séduction...

 

On est bien face à un cas de discrimination sexiste : imposer des talons hauts dans le cadre du travail, c'est une façon de transformer la femme en objet, destiné à plaire, à séduire, à paraître...
 

Pourtant, il suffit de voir ces talons cambrés à l'extrême pour prendre conscience de la douleur que peuvent générer de telles chaussures.

 

Décidément, le sexisme s'immisce partout : dans le monde du travail, dans la vie quotidienne, en politique.

 

Et les femmes doivent encore batailler pour obtenir des droits essentiels, pour combler des inégalités qui existent dans bien des domaines : salaires, précarité, pauvreté, monoparentalité...

 

Il est temps de refuser ces diktats d'une mode inconfortable, voire dangereuse, une mode dont l'esthétique est contestable.

Les femmes ont le droit de vivre, au travail et ailleurs, dans des tenues qui leur assurent bien-être et sécurité.


 
 



 

http://www.ouest-france.fr/societe/etude-un-chercheur-breton-demontre-le-pouvoir-des-talons-hauts-3007765

 

 

http://www.lepoint.fr/europe/sexisme-crise-de-nerfs-autour-des-talons-hauts-en-angleterre-12-05-2016-2038890_2626.php

 

http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/les-femmes-ne-sont-pas-egales-aux-hommes-la-preuve-en-10-chiffres_1447049.html

 

http://www.20minutes.fr/insolite/1487907-20141125-talons-hauts-rendraient-hommes-serviables

 

 

 

 

 

Une histoire de talons hauts...
Repost 0
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 12:51
Vive la mini-jupe !

 

 

 

Il n'est pas vraiment question, ici, de défendre la mini-jupe en tant que telle, mais plutôt la liberté, pour les femmes, de s'habiller de différentes façons, sans contraintes et sans diktat : on aime bien varier les tenues, en fonction du temps, de l'humeur,  jupe, pantalon, caleçon, short, talons plats ou plus hauts.

 

 

Pourquoi la femme devrait-elle être contrainte de se vêtir d'un voile, de tenues et de manches longues ?

 

Pourquoi, si ce n'est au nom de principes religieux bien éculés ?

 

Pourquoi, si ce n'est au nom de diktats d'un autre âge ?

 

Pourtant, la sénatrice Esther Benbassa a déclaré dans une tribune, parue récemment sur le journal Libération :"Le voile n’est pas plus aliénant que la mini-jupe"...

 

Ah ! Voilà qui est étonnant ! 

Le voile correspond, pourtant, à des injonctions religieuses, il est bien imposé à la femme musulmane qui n'a, souvent, pas vraiment le choix...

A l'inverse, aucune femme ne se voit contrainte, dans notre pays, de porter une mini-jupe, et c'est la liberté vestimentaire qui prévaut...

Vive la liberté de se vêtir, comme on le veut !

 

C'est cette liberté que nous défendons, comme la liberté d'exprimer toutes sortes d'idées, de débattre, de discuter...

 

Parler d'aliénation pour la mini-jupe, n'est-ce pas inverser le cours de l'histoire ?

 

Certes, nos sociétés accordent beaucoup de place à l'apparence, à la mode... Mais les femmes restent libres de s'habiller, comme elles le désirent, de varier les tenues...

 

Certes, nos sociétés sont aliénées à une surconsommation néfaste, mais ce travers se retrouve dans nombre de pays, et même dans des pays d'obédience musulmane...

Les riches saoudiennes semblent, elles aussi, soumises à ce diktat de la consommation...

D'ailleurs, l'une d'entre elles,  Maha al-Sudairi, épouse d'un prince, ministre de l’Intérieur saoudien, est devenue une sorte de cliente honnie des grands joailliers, couturiers et hôteliers de la capitale. En une année, cette "fondue"de mode et de shopping a, en effet, accumulé 15 millions d’euros de dettes dont 10 millions auprès del’hôtel Crillon, un des plus prestigieux établissements de la capitale !

Et, aux dernières nouvelles, elle n'a toujours pas payé ses dettes !!

 

Et ces femmes sont, aussi, contraintes de se voiler, de porter des tenues conformes à leur religion, tout au moins dans la rue.

 

C'est ainsi qu'on a vu de riches saoudiennes, revêtues du niqab, faire du tourisme près du lac d'Annecy et elles n'étaient même pas verbalisées : il fallait, sans doute,  préserver la susceptibilité de ces femmes richissimes !

 

Non, décidément, on ne peut affirmer que la mini-jupe est une aliénation, elle n'est, en aucun cas, une contrainte et on ne peut la mettre sur le même plan que le voile.

N'inversons pas le cours de l'histoire ! La liberté de se vêtir comme on le souhaite est une conquête des années 60...

 

Gardons cette liberté si précieuse !

 

 

 

L'article de Libération, et à la suite, une interview de Laurence Rossignol :

 

http://www.liberation.fr/debats/2016/04/05/le-voile-pas-plus-alienant-que-la-minijupe-par-esther-benbassa_1444176

 

Vive la mini-jupe !
Repost 0
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 14:47
Quand le voile islamique devient une mode...

 

 

 

 

C'est un fait ; on voit de plus en plus de femmes portant le voile, en France... il avait, pourtant, quelque peu disparu de nos paysages, mais il revient en force, comme l'affirmation d'une identité et d'une communauté.

 

Les marques de vêtements s'emparent, même, de ces tenues qui, pour nous, appartiennent à un autre temps : burkini, maillot intégral, robes et jupes longues...

 

Des enseignes comme Marks&Spencer, H&M commercialisent des hidjabs ou des maillots de bain couvrant l'intégralité du corps, excepté le visage et les mains. La marque italienne Dolce & Gabbana a, aussi, imaginé toute une ligne de voiles et de tuniques longues, destinée spécialement aux femmes musulmanes. 

Des hôtesses d'Air France se sont vues, également, contraintes de porter le voile, dès lors qu'elles posent le pied sur le sol iranien...

 

Ne sommes nous pas en droit de nous inquiéter de ce déferlement de vêtements qui ont pour but de cacher et de couvrir le corps de la femme ?

Dans le pays des droits de l'homme, on nous dira que chacun peut s'habiller comme il le désire et le souhaite...

 

Mais, dans notre pays , la femme est aussi considérée comme l'égale de l'homme.

Or, le vêtement islamique reste, quoi qu'on en dise, un signe de soumission de la femme : la femme doit demeurer cachée, dans l'ombre et ne peut guère s'affirmer...

 

C'est cette contradiction qu'il nous faut résoudre et ce n'est pas une mince affaire !

 

Un article paru sur le journal Marianne, ces derniers jours, évoque, avec justesse, le fait que l'antiracisme prévaut de plus en plus, dans nos sociétés, sur l'antisexisme...

Alice Schwarzer, la fondatrice et rédactrice en chef du magazine allemand "Emma" revient notamment sur les agressions sexuelles de Cologne et réclame un débat sur les femmes face à l'islamisme.

"Les femmes musulmanes doivent avoir les mêmes droits que les autres", affirme cette éditorialiste.

 

Comment concevoir, dans notre pays, que des femmes soient soumises à des règles vestimentaires drastiques ?

 

Comment peut-on admettre ces maillots qui couvrent intégralement le corps, ces vêtements qui conduisent la femme à être cachée sous des voiles encombrants ?

 

Nous sommes, bien sûr, tentés d' y voir des régressions inadmissibles pour les droits des femmes...

Quand on voit ces "burkinis" qui couvrent intégralement le corps des femmes, qui les transforment en "femmes grenouilles", on ne peut que s'inquiéter de ces tendances que la mode permet de développer...

 

Longtemps après l'invention du "bikini" et l'époque de la libération de la femme, voilà qu'apparaît le "burkini" qui réduit la femme à l'enfermement.

 

Une mode qui cultive le communautarisme est-elle souhaitable ?

 

 

L'article du journal Marianne :

 

http://www.marianne.net/alice-schwarzer-aujourd-hui-antiracisme-prime-antisexisme-100241591.html

Quand le voile islamique devient une mode...
Repost 0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 16:35
Un costume de prof...

 

 

 

 

Il faut bien le reconnaître : le métier d'enseignant est un métier de représentation, le prof se doit d'être bien habillé et de varier au maximum les tenues, notamment les femmes...

Les jeunes ados sont de plus en plus sensibles à la mode et de moins en moins réceptifs dans d'autres domaines : c'est le règne du paraître qui l'emporte !

Il s'agit de séduire l'auditoire, un auditoire exigeant, difficile, et la tenue vestimentaire peut jouer un rôle non négligeable dans ce domaine.

Désormais, tout est permis. Si, autrefois, le pantalon était proscrit pour les femmes, il est possible de diversifier les styles : jeans, pattes d'éléphant, pantacourt etc. Je me souviens avoir utilisé ces gammes de pantalons très larges, sur le bas, et les élèves étaient stupéfaits de voir l'élargissement progressif de ces tenues virevoltantes...


La jupe et la robe sont, également, très appréciées des élèves, eux qui portent essentiellement des jeans ne dédaignent pas de voir une jambe nue, ou sous un collant fantaisie.

Mieux vaut proscrire, toutefois, la mini-jupe qui risque de décrédibiliser l'enseignante, et qui peut lui valoir quelques avances, de la part de ses élèves.
 

La jupe doit être, cependant, suffisamment courte, pour intéresser et charmer l'auditoire : un peu au desssus du genou, voire un peu plus haut.

Une jupe trop longue risque d'être jugée "ringarde".

Il sera utile d'éviter les tenues trop excentriques, avec des mélanges de couleurs inadaptés : le bon goût doit prévaloir, dans tous les cas.

Les décolletés provocateurs n'étant pas à la mode, il vaut mieux les oublier pour conserver un style BCBG.
Pour les chaussures, il faudra privilégier des semelles souples, peu bruyantes, pour éviter de marteler le sol pendant le cours.

L'essentiel est, de toutes façons, de changer régulièrement de tenue et de style, car la variété plaît aux jeunes, elle est un signe extérieur de richesses et là encore, les jeunes sont sensibles à cet aspect.


Le bling-bling les impressionnne, les captive : on peut, aussi, en user modérément...

Il ne faut pas négliger tous ces aspects : le message passera mieux, l'écoute sera meilleure si l'enseignant se donne, en plus, la peine de se livrer à un défilé de mode tout au long de l'année scolaire...

On dit souvent que l'enseignant fait du théâtre, qu'il doit jouer des rôles, mais il n'est pas facile d'être dans une perpétuelle représentation, et on peut le dire : la tenue vestimentaire permet de varier les rôles !

Ne nous leurrons pas : à l'heure du paraître, le look est essentiel pour un enseignant... à l'heure du bling-bling, l'enseignant se doit d'afficher ses goûts, son bon goût, ses préférences dans le choix des vêtements...



 

 

 

Un costume de prof...
Repost 0
21 septembre 2015 1 21 /09 /septembre /2015 15:14
La mode du selfie : un narcissisme exacerbé ?

 

 


Narcisse, ce personnage de la mythologie, obsédé par son image, par sa propre beauté aurait-il fait des émules, à travers ces adolescents et ces adultes qui passent leur temps à se photographier et à se mettre en scène, dans des selfies ?

La mode du selfie se répand partout, les hommes et les femmes politiques sont, aussi, atteints par cette selfiemania, qui envahit les réseaux sociaux.

On peut, désormais, grâce à un portable se photographier, en toutes circonstances, devant un monument célèbre, une oeuvre d'art dans un musée, devant un paysage...

Une façon d'attester de sa présence dans tel lieu, en telle occasion, une façon de montrer aux autres que l'on vit intensément, car ces photos, aussitôt prises, sont expédiées sur les réseaux sociaux, Facebook, Twitter, Google +.

Les adolescents sont, plus particulièrement, friands de cette activité : on les voit dans les couloirs des lycées, faire des photos de groupe, le sourire aux lèvres.

Ils adorent, ensuite, échanger des photos, les commenter, en rire, s'en amuser et admirer leur propre image : ils sélectionnent, d'ailleurs, les meilleures photos, celles qui les montrent sous leur meilleur jour.

Le selfie mérite bien son nom : c'est un façon de livrer aux autres une image de SOI-MEME, la plus favorable, ou la plus amusante possible...

Cette activité peut être ludique, comporter des aspects sympathiques mais l'abus qui en est fait peut devenir dangereux.

On en oublierait presque de vivre vraiment pour se voir vivre à travers des photos, une sorte de seconde vie par images interposées, donc.

On se souvient que Narcisse, le personnage de la mythologie grecque se perd lui-même, en contemplant sa propre image, par une sorte d'obsession maladive.

Il faut se préserver de cette tentation narcissique, une tendance à laquelle les adolescents peuvent céder facilement.

Le phénomène s'amplifie, d'autant plus que des personnalités influentes, des artistes, des responsables politiques s'adonnent à ce jeu permanent du selfie.

Incroyable ! Il existe, même, dorénavant des perches à selfies qui permettent de prendre des photos à distance !

Certains n'hésitent pas, pour épater leur monde à se photographier dans les situations les plus incongrues, sur le toit d'un train, au bord d'une falaise, à tel point que certaines personnes ont été victimes d'accidents et sont mortes, dans des circonstances absurdes.


Cette mode du selfie révèle bien une forme de narcissisme, contre laquelle il faut lutter : passer son temps à faire des photos ne permet pas de bien vivre l'instant présent, d'autant qu'il s'agit de se montrer en représentation, dans des mises en scène peu naturelles...

 

 

 

 

 

 

 

Illustrations : en haut de l'article, un tableau de John William Waterhouse, Echo et Narcisse

En bas, un tableau du Caravage

La mode du selfie : un narcissisme exacerbé ?
Repost 0
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 15:53
La mode printanière est de retour !

 


Cette année, la mode nous fait découvrir toutes sortes d'imprimés fleuris pleins de fraîcheur, blancs ou noirs piquetés de roses... Certains caracots s'ornent de dentelles ouvragés sur le bas du vêtement.

Les pois sont à l'honneur et signent des tenues rafraîchissantes, sur des fonds blancs de neige.

Des cyclistes en jean moulant permettent des tenues décontractées.

Les leggings sombres ou clairs affinent la silhouette... des pantalons larges pleins d'élégance peuvent l'étoffer...

Des robes aux imprimés fleuris virevoltent : transparences, dentelles, résilles sont de la fête. Des robes aériennes, blanches, ornées de dentelles contribuent à un certain romantisme...

Les épaules se dénudent grâce à des débardeurs très décolletés.

La couleur jaune s'affiche sur des jupes ou des vestes pleines de gaieté... Le rose est à l'honneur, sur des pulls échancrés...

Les shorts pratiques, souples apportent décontraction et confort.

Des sandales colorées, plates, ou des petites chaussures de tennis blanches donnent une allure sportive.

Une mode pétillante, aux couleurs du printemps, une mode fleurie, pleine de charme et d'élégance...

 

Le printemps, avec ses températures quasi-estivales, cette année, donne envie d'adopter ces tenues décontractées et légères.

Des jupes aux imprimés géométriques et graphiques, faciles à porter, apportent une touche de modernité et d'élégance.

Le noir et le blanc se superposent pour créer des tenues raffinées.

Des chemisiers noués à la taille jouent sur les transparences...

Des sacs blancs ou légèrement poudrés de rose accompagnent  et complètent, de leurs teintes claires, ces tenues.


La mode est diverse, pratique, et nous donne des envies de vacances au bord de la mer, un goût de liberté.

Imprimés verts anis, bleus et roses, coeurs blancs sur fond sombre, les teintes et les motifs  variés  permettent de choisir des couleurs différentes, en fonction de ses goûts.

La mode printanière est de retour, elle nous promet des jours ensoleillés, le bonheur d'une liberté et d'un épanouissement retrouvé.


Elle nous emporte vers des univers colorés, emplis de gaieté, elle nous fait rêver à de nouveaux horizons, à des moments de détente et d'harmonie.


Elle annonce l'été rayonnant, le temps des vacances, des soleils renouvelés, des bonheurs tant attendus....



 

 

 

 

 

 

La mode printanière est de retour !
La mode printanière est de retour !
La mode printanière est de retour !
La mode printanière est de retour !
La mode printanière est de retour !
La mode printanière est de retour !
La mode printanière est de retour !
Repost 0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 16:02

Photo1999.jpg

 

                  

Les caleçons ou leggings colorés, imprimés sont, de nouveau, à la mode : caleçons blancs, aux imprimés de roses noires, caleçons gris piquetés de blancs, caleçons fleuris...

 

Ils font la jambe allurée, ils épousent les formes et sont pratiques, en hiver.

 

Le caleçon, c'est l'inverse de la burqa : il ne flotte pas, il épouse le corps, il se fait aussi discret que possible, tout en suggérant les formes.

 

Comme le fait une chaussette pour le pied, le caleçon moule l'ensemble de la jambe, en montre le galbe, la finesse.

Il couvre, ainsi, la jambe, tout en la révélant !


Il peut être uni ou bariolé... pratique, il est aussi élégant et peut être raffiné dans les motifs : étoiles, fleurs, graphismes...

 

Le caleçon peut être léger, pour l'automne, le printemps... plus épais en hiver. Il s'adapte à toutes les saisons...

 

Tenue moderne, il fait des jambes fines sous un ample manteau, ou sous un anorak.

 

Bien que la forme soit toujours la même, la diversité des motifs et des couleurs crée une infinité de possibilités.

 

Certains caleçons ont une allure sportive, d'autres plus sophistiqués, signent des tenues de fête...

 

J'aime les caleçons, leur variété, et après les avoir oubliés, la mode les redécouvre enfin !

 

Mieux vaut toutefois, choisir des caleçons décorés de motifs discrets, mieux vaut éviter les caleçons trop chamarrés de couleurs criardes...

 

Un caleçon bleu ou noir, basique, permet de l'assortir à toutes sortes de chemisiers, caracos.

 

Peu cher, ce vêtement est accessible à tous les budgets, on en trouve de toutes sortes et de tous prix, dans les magasins et les boutiques.

 

Le caleçon revient en force ! Adoptons-le, car il offre un modernisme, des assortiments de couleurs, de motifs...

 

Il éclaire l'automne et l'hiver de ses motifs colorés, il éblouit les regards, suggère plus qu'il ne montre.

 

 

 

http://youtu.be/tUlieS8PAcE

 

 

 

 

 

 

Photo2000.jpg

 

 

 

Photo1995.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar - dans mode religion
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/