Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 13:31
Des médicaments dangereux en vente libre : l'industrie pharmaceutique nous vend n'importe quoi...

 

 

Les "médicaments" sont faits pour soigner, apporter un bienfait, un réconfort aux malades... c'est d'ailleurs l'étymologie du mot qui vient d'un verbe latin "medeor, soigner, traiter."

 

Mais, dans un monde où l'argent est roi, ils deviennent parfois des produits dangereux, des substances délétères mises sur le marché, de manière inconsidérée, par les laboratoires pharmaceutiques... des substances qui provoquent des pathologies graves pour lesquelles sont prévues encore d'autres médications toujours à vendre.

 

Le magazine 60 Millions de consommateurs vient de dévoiler une "liste noire" de produits parmi ceux les plus vendus disponibles sans ordonnance : selon une étude, 28 médicaments sont à proscrire.

 

En bonne place sur cette « liste noire » figurent des substances anti-rhume comme Actifed Rhume, DoliRhume et Nurofen Rhume : on le voit, ce sont des médicaments très connus qu'on trouve souvent exposés en tête de gondole dans les pharmacies.

Les effets indésirables sont pourtant très graves : accidents cardiovasculaires, neurologiques, vertiges...

Le magazine dénonce aussi "des pastilles pour la gorge à base d'anti-inflammatoires comme Strefen sans sucre, qui présente inutilement un risque d'hémorragies digestives."

"Également dans le collimateur des fluidifiants bronchiques qui n'ont jamais fait la preuve de leur efficacité et peuvent être sources d'irritation du tube digestif"...

On pourrait citer aussi tous les produits à base d'ibuprofène susceptibles de causer de graves troubles cardiaques...

Comment de tels médicaments peuvent-ils se trouver en vente libre ?

Comment ? Si ce n'est pour pousser les patients à la consommation dans un secteur médical qui devient de plus en plus une industrie au service de multinationales âpres au gain.

C'est ignoble : le commerce des médicaments devient une manne pour des financiers véreux qui ne songent qu'à engranger des profits colossaux.

Quand les médicaments deviennent des poisons... on peut vraiment s'inquiéter sur le fonctionnement de nos sociétés.

De toutes façons, ces médicaments peuvent être aussi prescrits par des médecins qui se font les complices de l'industrie pharmaceutique, et qui apportent leur caution à ces substances dangereuses.

Ainsi, se met en place le grand marché des médicaments au détriment de la santé des patients.

Plusieurs scandales ont déjà révélé le danger de certains produits médicamenteux : Mediator, Isoméride, Distilbène, Vioxx. Ces produits ont été finalement retirés de la vente, après avoir fait des milliers de victimes.

Quel sera le prochain scandale sanitaire ?

Quelle sera la prochaine substance incriminée ?

Déjà on évoque un médicament contre la chute des cheveux :  le Propecia qui pourrait entraîner des troubles sexuels durables... Troubles de l'érection, baisse de la libido, voire impuissance : on imagine le désarroi de ceux qui subissent de tels effets secondaires, pour avoir voulu enrayer une simple chute de cheveux...

 

 

 

 

 

 

Source :

http://www.lepoint.fr/sante/automedication-la-liste-noire-des-medicaments-a-eviter-14-11-2017-2172133_40.php

 

 

 

 

Des médicaments dangereux en vente libre : l'industrie pharmaceutique nous vend n'importe quoi...
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2017 3 08 /11 /novembre /2017 10:36
L'industrie pharmaceutique et ses dérives : un business immoral...

 

 

Des médicaments qui nous soignent ou qui nous empoisonnent ? On peut parfois se poser la question...

Une émission diffusée sur France Culture dénonce le business immoral auquel se livrent les laboratoires pharmaceutiques.

 

Les multinationales de cette industrie sont plus puissantes que des états, alors que les fonctionnaires chargés d'évaluer les médicaments n'ont pas les moyens de le faire...

Souvent, les essais thérapeutiques ne sont pas menés avec sérieux et rigueur.

Le docteur Gérard Delépine déclare à ce sujet :"Des essais thérapeutiques sont nécessaires : si c'est un essai pour comparer deux traitements, c'est un essai éthique, car on peut voir, dans ce cas, celui qui a le plus d'efficacité, mais si cet essai n'a pour but que d'obtenir la mise sur le marché d'un produit inefficace, ce n'est pas éthique, c'est au détriment du malade...

 

En fait, l'industrie pharmaceutique ne crée plus rien : depuis 15 ans, les nouveaux produits sont développés par des start-up.

Ainsi, les laboratoires sont devenus essentiellement des instruments de propagande et de pouvoir : ils représentent une puissance financière colossale... c'est le règne des marchands, il s'agit de vendre le plus cher possible... et dans ce but, les labos achètent même les experts et les ministres."

 

Selon Mikkel Borch-Jacobsen, les laboratoires en viennent à créer des pathologies afin d'écouler des médicaments ! Big Pharma est une industrie toute puissante qui joue sur notre santé.

Des anti-dépresseurs peuvent rendre criminels ou suicidaires, des médicaments contre la ménopause sont cancérigènes, des antidiabétiques génèrent des problèmes cardiaques... si les médicaments comportent des effets négatifs, les labos vont tout faire pour ne pas en parler.

 

Et même quand un labo perd un procès, il reste gagnant à cause de tout un système de brevets, et indirectement, cela fait même monter son action en bourse.

En effet, quand une alerte est lancée à propos d'un médicament, il faut beaucoup de temps avant que les agences sanitaires, les pouvoirs publics, les médias obtiennent l'arrêt de ce médicament et le laboratoire continue à engranger de gros bénéfices pendant des décennies.

 

Un exemple de scandale pharmaceutique : la suicidalité provoquée par les antidépresseurs. Des essais cliniques ont été faits :  quand des suicides se sont produits, on a dit : "Ils ont quitté l'étude... "Ou encore, on a pu dire : "C'est normal que des gens déprimés se suicident..."

 

Le profit avant tout ! Le prix des médicaments, c'est le prix maximum que le client est prêt à payer. Les prix dans les pays riches sont souvent excessifs : et comme c'est très cher, les gens ont tendance à croire que c'est bon...

C'est le ministre de la santé qui fixe les prix, et qui accepte tel ou tel prix : les labos font parfois des marges de 99% dans certains pays ! Ainsi, on vole les citoyens, pour engraisser l'industrie pharmaceutique.

 

Par ailleurs, on met de plus en plus souvent sur le marché des médicaments qui sont peu utiles au malade, ou trop toxiques, à la suite d'études pilotes ridicules : 150 malades suivis pendant trois mois...

 

Il s'agit de vendre plutôt que soigner : on oublie l'intérêt du patient, ce qui compte, c'est l'intérêt des actionnaires. Ces financiers à la tête de l'industrie pharmaceutique gagnent des sommes colossales et immorales. Ils corrompent les agences censées les contrôler.

 

La publicité joue aussi  un rôle essentiel et sert à influencer les médecins eux-mêmes. Les labos leur offrent des cadeaux : un stylo, un repas qui doivent être déclarés, mais si le médecin signe un contrat commercial avec un labo, il n'a pas à le déclarer : le secret des affaires passe avant la sécurité sanitaire... C'est Marisol Touraine qui a signé ce décret.

 

Ces dernières années, le paysage psychiatrique a été remodelé : la logique industrielle détermine ce qui va être diagnostiqué. Les labos ont eu cette idée : les dépressifs souffriraient en fait de "troubles bipolaires", on a pu donner à de simples dépressifs des antipsychotiques, avec des effets secondaires graves : diabète, troubles cardiaques, obésité...

 

 Ainsi, l'industrie pharmaceutique génère des profits considérables, souvent au mépris de la santé des patients.

 

 

Source :

 

https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/de-la-plante-au-medicament-44-soigner-ou-vendre

 

L'industrie pharmaceutique et ses dérives : un business immoral...
Partager cet article
Repost0