Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2022 7 25 /09 /septembre /2022 12:55
La beauté des cygnes...

 

Sur l'eau sombre, des nuées de plumes vaporeuses... 

 

 

Silhouettes gracieuses, cous souples, embruns de plumes neigeuses... les cygnes se donnent en spectacle...

 

 

Magnifique ronde de plumages soyeux aux teintes douces de roses et de blancs !

 

 

Tableau ondoyant et envoûtant !

 

 

Becs lustrés de rose, cernés de noir, les jeunes cygnes, à la toilette, arrondissent leurs cous  majestueux...

 

 

 

Joli ballet plein d'élégance et d'harmonie ! 

 

 

 

Un duvet léger ennuage leurs frimousses : images attendrissantes sur le plan d'eau !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2022 7 18 /09 /septembre /2022 12:38
Fleurs de septembre...

 

 

Des éclats de rose pourpre dans le jardin... fleurs en robes froissées tourbillonnantes...

 

 

 

Althéas d'une blancheur éblouissante !

 

 

 

Fleurs discrètes, légères aux teintes de bleu...

 

 

 

Fleurs d'hortensia exubérantes, luxuriantes, volubiles, aux teintes subtiles de rose pâle !

 

 

 

Arceau de fleurs élégantes qui dansent et chavirent sous le vent de septembre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2022 7 11 /09 /septembre /2022 12:36
Soleil couchant...

 

 

Voici que derrière le pin, le ciel s'embrase des lumières du couchant...

 

 

Des lueurs diffuses sur les branches, des éclats qui redessinent l'arbre et ses ramilles obscures...

 

 

Des teintes de roses se profilent et nous font voir des entrelacs, des résilles somptueuses...

 

 

Sur l'horizon, des couleurs de roses tendres, de gris léger, de bleu, de blanc... des couleurs qui se mêlent et se rejoignent... un magnifique tableau aux teintes pastel...

 

 

L'arbre se peint en ombre chinoise devant les lueurs intenses du soleil...

 

 

Les pignes, les ramilles, la rondeur, la majesté de l'arbre devant l'or du soir qui tombe...

 

 

Les nuées se teintent encore de dorures empourprées de roses et de brumes adoucies... tandis que sur l'horizon, des cyprès, des pins dessinent leurs formes lointaines, des fuseaux, des ombres familières...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2022 7 04 /09 /septembre /2022 11:49
Provence !

 

Des pins qui s'élancent sur l'azur ! Un nuage léger qui flotte dans le bleu infini du ciel...

 

 

 

Des cyprès qui traversent le paysage de leurs longs fuseaux verdoyants...

 

 

 

Un micocoulier dont les feuilles bruissent légèrement sous le vent...

 

 

 

Des oliviers aux teintes argentées, arbres du sud nimbés de lumières ! Des oliviers qui vibrent, vacillent d'éclats sous la chaleur âpre et intense du sud...

 

 

Provence ! Terre lumineuse et solaire ! Royaume des pins !

 

 

Arbres du sud aux formes variées, aux teintes nuancées de verts ! Lumières intenses du sud qui magnifient les paysages !

 


 

Provence, terre de splendeurs ! Magie de la lumière !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2022 5 02 /09 /septembre /2022 11:59
La douceur subtile de l'anthémis...


L’anthémis ! Fleur de lumière ! Elle ressemble à un astre brillant d’autant que l’anthémis est souvent paré de la couleur du soleil… jaune d'or et d'éclat doré !

 

Le nom de la fleur anthémis ne contient-il pas le mot ἄνθος, anthos "la fleur" en grec ? Et l' anthémis évoque d'autres fleurs connues ou moins connues : "le chrys-anthème"  ou la fleur d’or, l’anth-urium, plante tropicale, l’anth-yllis, fleur laineuse qu’on trouve parfois sur le pourtour méditerranéen, qui aime à la fois le soleil et les embruns de la mer.


 
L’anthémis, la fleur par excellence, par son nom même ! Quelle floraison nous offre cette plante luxuriante et abondante ! De véritables bouquets de fleurs, à n’en plus finir, les tiges hautes nous font voir le spectacle de pétales éclatants de couleurs : jaunes, blancs, roses.


 
Les fleurs se dressent telles de petites marguerites dont le centre plein ressemble au toucher et à l’œil à un doux nid d’abeille soyeux et précieux.


 
Le feuillage vert léger, volatile, très souple fait danser la fleur au vent. L’anthémis nous touche par sa petite corolle qui ressemble à s’y méprendre à un bijou serti de pétales.


 
Au soleil, les couleurs de l’anthémis sont encore plus éclatantes et resplendissent parfois de nuances subtiles du jaune pâle au plus foncé, du rose tendre au fuchsia … un bouquet aux teintes subtiles qui fait songer à une aquarelle.


 
Les fleurs roses aux couleurs nuancées peignent des tableaux pleins d'harmonie, de beauté, de splendeur et de charmes...


 
Les fleurs dorées de miel et blanches nous enchantent par leurs douceurs feutrées et soyeuses...


 
Les pétales autour de la fleur rayonnante s'arrondissent en des cercles de lumières...
 
 
 
 
 

 

 

 

 

Photos : Pixabay

La douceur subtile de l'anthémis...
Partager cet article
Repost0
28 août 2022 7 28 /08 /août /2022 10:53
Jets d'eau !

 

 

Les jets d'eau dansent et chantent sous le soleil de l'été...

 

 

 

Sarabande des gouttes d'eau qui virevoltent dans l'air...

 

 

 

Ballet de l'eau éblouissant ! Envolées de brumes sur le ciel de l'été !

 

 

 

 

Eclats de lumières dansantes sur l'azur ! L'eau se donne en spectacle, l'eau jaillit, rebondit, l'eau se pare des reflets ondoyants des arbres environnants...

 

 

 

Frémissements, bruissements de l'eau ! Musique et chanson enivrante de l'eau !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
26 août 2022 5 26 /08 /août /2022 10:30
Ma petite est comme l'eau, elle est comme l'eau vive...

 

 

Une chanson limpide ! Une chanson qui célèbre l'amour, l'enfance, la jeunesse, la beauté, la liberté !

Cette chanson, c'est L'eau vive de Guy Béart...

Quelle tendresse, quel amour on perçoit dans cette expression qui ouvre la chanson : "Ma petite" !

On entre alors dans l'intimité d'un père qui évoque sa fille avec des termes dont on perçoit aussitôt toute la valeur et toute la dimension affective...

Avec cet emploi, on ressent tout l'attachement d'un père pour son enfant qu'il veut protéger...

 

D'autant que cette "petite" aime la liberté, ce que suggère bien la comparaison avec "l'eau vive, et le ruisseau." Image de fraîcheur et de beauté, elle est aussi un coeur qui ne se laisse pas facilement dompter.

Associée à des verbes de mouvement "courir, poursuivre, rattraper", la petite paraît insaisissable et incontrôlable....

Cette vivacité de l'enfant est aussi soulignée par la répétition du verbe à l'impératif :  "Courez, courez" . 

On est sensible ici à la simplicité du vocabulaire, à sa limpidité : le verbe "être" répété, le style parlé avec les impératifs, l'emploi de la deuxième personne du pluriel....

En même temps, l' enfant n'est pas nommée, ce qui donne à la chanson une valeur universelle...

 

Le deuxième couplet nous montre la jeune fille dans un cadre naturel magnifique, sensuel, avec le chant des pipeaux, la vision de l'eau qui danse, des "troupeaux", des herbes et arbres de Provence qui embellissent le paysage " l'olive, le laurier, le thym et le serpolet..."

On entend même la voix de la petite, ce qui la rend plus proche : "Venez, venez, mes chevreaux, mes agnelets..."

 

Ce tableau charmant, idyllique est brusquement interrompu par une notation temporelle, dans le couplet suivant : "Un jour", et par l'emploi d'un passé simple qui marque une rupture, un événement inattendu : "Vinrent les gars du hameau pour l’emmener captive".

Encore un double impératif pour suggérer l'idée de capture : "Fermez, fermez votre cage".

 

Mais l'eau vive ne se laisse pas si facilement emprisonner, on peut être sûr qu'elle "s'envolera", un verbe de mouvement encore qui souligne une idée de liberté infinie : c'est là l'image d'un oiseau insaisissable...

 

Nouvelle comparaison dans la strophe suivante : ce sont les jouvenceaux qui, cette fois, sont assimilés à "de petits bateaux emportés par l'eau vive", ils sont comme subjugués par les beaux yeux de la petite qui deviennent de véritables paysages  où "les jouvenceaux voguent à la dérive..."

Belle image de l'amour qui rend fou et obsède !

Cependant, ces jouvenceaux peuvent bien voguer, ils sont voués à "accoster", donc voués à l'immobilité, bien loin de l'eau vive qui "n'est pas encore à marier".

 

Pourtant, c'est inéluctable et le narrateur le sait bien : 

"un matin nouveau à l’aube, mon eau vive
Viendra battre son trousseau, aux cailloux de la rive."

Le futur montre bien que la jeune fille un jour prochain est destinée à venir battre son trousseau de mariage et à s'éloigner.

Dès lors, les autres sont invités à "pleurer" devant la solitude du narrateur.

 

Et le texte s'achève encore avec un verbe de mouvement au passé composé : "Le ruisselet, au large, s’en est allé". Comme par enchantement, la petite est devenue elle-même cette eau vive à laquelle elle était comparée au début de la chanson...

 

Cette chanson est un magnifique condensé de vie : l'enfance, le père protecteur, la beauté de la nature, les dangers que l'on peut rencontrer, l'amour, l'envol, le mariage, l'éloignement, la solitude...

 

Voilà un bel hymne à la beauté de l'enfance, à la nature, à l'eau, symbole de vie, de liberté, un bel hommage à sa fluidité, sa magie, cette chanson nous émeut aussi par sa simplicité, son évidence.

 

La mélodie limpide, le texte font songer à une comptine, une chanson enfantine, donc particulièrement adaptée au thème traité...

 

Le texte :

 

https://www.paroles.net/guy-beart/paroles-l-eau-vive

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 août 2022 7 21 /08 /août /2022 09:58
Les volcans... une part de merveilleux...

 

"Les volcans. Il faut qu´on parle des volcans..."

 

"Il faut qu´on parle des volcans.
Ce fut sublime de grandir au milieu des géants
aux gueules grandes ouvertes." nous dit Cécile Coulon...

 

Les volcans associés au dieu Vulcain, maître du feu !

 

Il faut parler des Volcans ! comment ne pas évoquer le Puy de Sancy, le plus majestueux des volcans d'Auvergne ?

 

Un parcours de crêtes aux paysages grandioses nous mène au sommet du Sancy à 1 885 mètres, dans un relief de vallons escarpés et de couloirs encaissés et sauvages. De nombreuses cascades dévalent les pentes pour donner naissance à la Dordogne.

 

Crêtes acérées, pentes abruptes, vallées encaissées et sauvages, mais aussi courbes douces et rondes des paisibles plateaux d’estive et sérénité des lacs de cratère. Le Massif du Sancy, au centre de la France, un lieu béni des Dieux !

 

Des paysages à couper le souffle sous un ciel bleu empanaché de quelques nuées vaporeuses...

 

Un magnifique panorama sur les monts d'Auvergne !

 

On peut admirer en chemin des fleurs cotonneuses, anémone pulsatille, ou encore un papillon aux teintes éblouissantes, la mélitée orangée...

 

Une somptueuse balade au coeur de l'Auvergne !

 

 

 

 


"Enfant, chaque jour, je m´enfonçais
avec cette vitesse de fille gâtée
dans les profondeurs de la terre.
Il me suffisait de poser une oreille
contre la pierre noire que la forêt avalait
pour sentir le cœur battre ;
ils disent que le feu ne reviendra
probablement jamais.
Ce n´est pas vrai.
C´est une erreur de penser que mille années
suffisent à éteindre
le brasier des géants.
Simplement, ils se taisent ;
de temps en temps ils murmurent,
personne ne les entend."

 

Cécile Coulon

 

 

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/lecons-de-reves/cecile-coulon-les-volcans-terre-d-imaginaire-9728720

 

 

 

Photos : Christelle

Partager cet article
Repost0
15 août 2022 1 15 /08 /août /2022 11:28
S'émerveiller, enfin !

Un commentateur sur Agoravox me reproche régulièrement de m'émerveiller devant des spectacles musicaux, de manifester trop d'enthousiasme devant les performances de jeunes musiciens...

 

Mes articles seraient, selon lui, trop élogieux.

 

C'est le marquis de Vauvenargues qui est l'auteur de cet aphorisme : "C'est un grand signe de médiocrité que de louer toujours modérément."

Et Jean-Claude Guillebaud ajoute : "S'émerveiller du monde, de la vie, des humains, me semble aujourd'hui la moindre des choses."

 

Et comment ne pas s'émerveiller ? S'émerveiller devant un spectacle, s'émerveiller du monde, de ses beautés, de sa variété, de ses harmonies...

S'émerveiller, c'est, d'une certaine façon, retrouver un esprit d'enfance.


S'émerveiller du monde, de ses métamorphoses, au fil des saisons, saisir les couleurs changeantes du ciel, capturer des odeurs, des sons, des senteurs de lavande, de romarin, de thym, la musique de l'eau, le bruissement des arbres...

 

S'émerveiller est un signe de jeunesse et de vitalité : les spectacles musicaux en direct donnent plus particulièrement l'occasion de s'émerveiller... le son des instruments nous parvient avec une telle intensité, une telle pureté qu'on ne peut que s'enthousiasmer devant les performances des musiciens.

 

On admire aussi la beauté des instruments : les arabesques et les rondeurs des violons, des violoncelles et des guitares, les bois vernis qui renvoient la lumière...

 

On est ébloui par la virtuosité des musiciens, par leur extrême concentration, par la beauté des gestes : on perçoit qu'ils sont comme habités par la passion de la musique.

Les occasions de s'émerveiller sont multiples : le spectacle de la nature devrait susciter aussi notre admiration.

Un coucher de soleil qui magnifie un paysage, des couleurs dorées qui nimbent les arbres, des chants et des envols d'oiseaux au petit matin, 

 

Soyons attentifs au rythme des saisons, à leur variété, leurs couleurs nuancées...

Trop souvent blasés par toutes sortes d'images et toutes sortes d'écrans, nous oublions d'observer ce qui nous entoure...

 

Pourtant, la nature nous offre des spectacles uniques, une variété inouïe de formes, de couleurs, de textures.

 

S'émerveiller, enfin !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 août 2022 7 14 /08 /août /2022 10:38
Nuages du soir...

 

Soir d'été...

 

 

Des nuages bourgeonnent et s'enflent sur l'horizon...

 

 

Et voilà qu'ils  dessinent sur le soleil des formes étonnantes : image d'animal moutonnant, gueule ouverte, aux teintes de feu et de brumes...

 

 

 

Puis, se profile sur l'azur la bouche enflammée d'un dragon !

 

 

 

Un nuage cerné de lumières apparaît bientôt : il se dresse à l'horizon, majestueux, nimbé, auréolé d'éclats...

 

 

 

Le soleil se couche alors dans des tons de pourpres et de roses...

 

 

 

Des nuées légères, aériennes, vaporeuses viennent encore décorer le tableau...

 

 

 

L'ombre s'installe enfin,  tandis que l'horizon s'éclaire de teintes éblouissantes...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/