Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 14:29
Le ciel d'été se drape de rose...

 

 

 

Le ciel d'été se drape de rose et de gris : il s'éclaire des lueurs du couchant, dessine des plis ondoyants et soyeux...

 

Quelques nuages s'étirent sur le couchant, des nuées vaporeuses, illuminées par le reste de jour.

 

Quelques hirondelles sillonnent l'azur de leurs volutes amples et majestueuses.

 

Elles sifflent, tridulent dans l'air du soir, et remplissent le silence de leurs cris stridents...

 

Gris, or, roses se mêlent sur l'horizon...

 

Des nébuleuses blanches et grises  se forment et se déforment...

 

Des embruns de nuées s'effilochent sur les bords.

 

Une hirondelle effleure et frôle les pins de sa silhouette d'aronde, tandis que le ciel s'embrase d'or dans la paix du soir...

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Le ciel d'été se drape de rose...
Repost 0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 11:20
L'oiseau sur le tilleul...

 

 

 

 

Rouge-gorge, rubiette, plumage chamarré, l'oiseau célèbre la douceur de l'été qui arrive...

 

Sur une branche de tilleul, il dit le bonheur de la douce saison, il chante la verdure environnante, les frondaisons nouvelles...

 

Il fait vibrer son chant vers le ciel.

 

Sa voix flûtée et mélodieuse rayonne, le soleil caresse les feuilles, un air doux et serein fait frissonner le feuillage.

 

C'est la saison des oiseaux sauvages, des brises légères, c'est la saison de la nature triomphante...

C'est la saison des ivresses de l'été...

 

L'oiseau s'émerveille de toutes ces feuilles de tilleul  aux nuances de verts, aux fleurs naissantes, il chante son éblouissement...

 

Il chante la liberté, une nature accueillante, des senteurs nouvelles...

 

Soudain, l'oiseau s'envole et disparaît dans les feuillages...

 

Bel instant de bonheur, vision fugitive, fragile et gracieuse...

 

 

 

 

 

 

 

Photo : Pixabay

 

Vidéo : rosemar

Repost 0
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 13:34
Microcosmos : un monde à découvrir et à protéger...

 

 

On survole une forêt, une prairie, puis on entre dans un monde d'herbes frissonnantes...

 

Aussitôt, apparaissent des créatures étranges et étonnantes : une sauterelle aux teintes d'anis qui escalade un brin d'herbe, un scarabée sombre au dos cuivré de roux qui chemine, belle carapace luisante et dorée... une chenille à tête de clown, avec un nez énorme, des yeux globuleux, deux cornes sur l'arrière du corps, qui semble nous jeter un regard curieux...

 

Bientôt, une espèce de rhinocéros à corne se devine et se profile derrière les herbes... d'autres chenilles, l'une chamarrée de bruns, l'autre à cornes rouges et au corps vert surgissent, puis, un insecte au corps immense étire ses articulations, un papillon déploie ses ailes...

 

"C'est une prairie au petit jour, quelque part, sur la terre", nous dit une voix off... mais on a l'impression de découvrir un autre univers, d'autres dimensions dans l'espace et le temps.

 

Une chenille, une coccinelle, un papillon aux ailes dentelées, une fourmi qui butine une goutte d'eau... tout un peuple s'anime sous nos yeux éblouis...

Puis, la caméra s'éloigne et on perçoit des images somptueuses d'arbres aux teintes dorées.

 

Soudain, c'est la naissance d'un papillon qui sort de sa chrysalide, aux ailes froissées, tremblantes qui s'épanouissent et se parent de teintes nouvelles...

 

Des insectes font leur toilette, avec minutie, alors qu'un bourdon décolle dans un bruit assourdissant, un brin d'herbe s'enroule sur une tige, on admire des fleurs qui déroulent leurs corolles, un coquelicot qui se défroisse peu à peu, butiné par un bourdon.

Le monde végétal s'anime, prend vie sous nos yeux.

On entend des bruissements d'oiseaux, puis, c'est un insecte acrobate qui nous étonne avec ses longues pattes... vol de coccinelle, fourmis qui dévorent des pucerons, coccinelles amoureuses...

Le spécimen de chenille verte à face de clown réapparaît, puis des papillons multiples, aux motifs étonnants virevoltent...

Gros plan sur des escargots qui se rejoignent dans un ballet de coquilles...

 

Microcosmos nous fait découvrir une vie diverse, des couleurs, des formes nouvelles, le petit monde des insectes, son extraordinaire diversité...

On s'interroge sur ces êtres qui semblent venus d'une autre planète, qui vivent, pourtant, près de nous et que nous ne voyons pas.

 

Une araignée saisit sa proie qu'elle enveloppe comme une momie dans sa toile, scène terrifiante !

 

Des insectes velus au bec acéré butinent des fleurs et en boivent le suc dans un bourdonnement incessant.

 

C'est un émerveillement perpétuel de formes, de couleurs !

Des chenilles processionnaires forment une chaîne continue dans un ordre impeccable, comme une armée en marche.

Puis, on assiste au travail des fourmis qui font des réserves de nourriture, on voit un grouillement tourbillonnant de guêpes près de leur nid, et leurs larves aux formes humaines qui palpitent...

L'épopée du bousier qui transporte sa bouse, malgré tous les obstacles, nous fascine : une obstination, une détermination sans faille, une volonté de puissance qui s'exprime avec force.

On est sensible à la poésie de certaines images : des libellules bleues aux ailes translucides qui frôlent la surface de l'eau, une araignée d'eau argentée, des nuages qui s'évaporent...

 

Ce peuple de l'herbe suscite admiration, fascination, étonnement...

Le film Microcosmos nous montre toute la beauté de cet univers que nous méconnaissons trop souvent.

 

Il convient de préserver toute cette richesse et cette diversité, il convient de protéger cette faune sauvage qui vit sur notre planète : les hommes ont un devoir de préservation à l'égard de ces espèces qui semblent insignifiantes mais qui participent à l'équilibre, à l'harmonie, la beauté de notre terre.

 

 

 

 

On peut visionner le film sur internet :

 

https://youtu.be/J9KkzlntuC8

 

 

 

 

Microcosmos : un monde à découvrir et à protéger...
Repost 0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 13:28
La canicule s'installe...

 

 

 

38 degrés à Bordeaux, 37 à Angers, la canicule s'installe en France sous un ciel sans nuages, et pourtant, nous ne sommes qu'au mois de juin...

Une canicule qui nous vient du sud : en Espagne, les températures frôlent, depuis plusieurs jours, 40 degrés.

 

Au Portugal, un incendie dramatique a ravagé la région de Leiria, faisant 62 morts et 62 blessés. Les fortes chaleurs ont aggravé cette tragédie.

De nombreuses victimes ont été piégées par le feu, dans leur voiture.

 

Ce lundi 19 juin, cet incendie attisé par le vent et la canicule n'est toujours pas maîtrisé.

"C'est sans doute la plus grande tragédie que nous ayons connue ces dernières années sur le front des incendies de forêts", a déclaré le premier ministre portugais.

 

Dans le sud de la France, depuis le début de juin les températures sont celles d'un mois de juillet : l'atmosphère est étouffante dans certaines villes et une alerte canicule a été lancée... une situation exceptionnelle en cette période de l'année...

Et la chaleur va s'accentuer dans les jours qui viennent, avec des températures qui dépassent 21 degrés, dès la matinée.

 
Les canicules extrêmes tendent, ainsi, à se généraliser : une étude menée par l'institut de Potsdam et une université de Madrid prévoit des vagues de chaleur de plus en plus importantes.
 
Les responsables seraient les hommes eux-mêmes, leurs activités produisant des gaz à effet de serre.

La pollution atmosphérique détraque le climat et des phénomènes extrêmes se produisent : tempêtes, ouragans, tornades, inondations, sécheresse, incendies...

 

Les catastrophes risquent de se multiplier et les hommes, la nature en subissent les conséquences dramatiques.

Il serait temps de prendre des mesures pour protéger notre planète, la préserver.


Quand des forêts sont dévastées par des incendies, l'équilibre général de la planète est rompu et menacé. Les arbres sont les poumons de la terre, sans eux, nous ne saurions vivre.


 
Et l'homme ne fait pas suffisamment d'efforts pour résoudre les problèmes qu'il génère. Partout, il se livre à une exploitation à outrance des ressources : pétrole, gaz de schiste avec tous les risques qui découlent des méthodes d'extraction souvent douloureuses pour la planète : pollution chimique, destruction des écosystèmes, dégradation de sites naturels.

L'homme se conduit comme un véritable prédateur : il en vient à détruire la planète qui lui sert de refuge.
 
 

 

 

 

 

La canicule s'installe...
Repost 0
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 10:43
Les premières cigales...

 

 

 

Les premières cigales sont là : je les ai entendues dans le lointain vers la cime des arbres...

 

Cyprès, pins, cèdres, buissons ont retenti de leur appel...

 

Voix secrètes et mystérieuses, voix de l'été qui arrive, voix des chaleurs intenses du midi !

 

Les premières cigales nous invitent aux bonheurs de l'été : légers bruissements dans les pins, murmures des oiseaux, claquements d'ailes, lumières qui s'attardent, nuits éclairées d'étoiles...

 

Les arbres se peuplent de voix nouvelles.

 

Dans le lointain, les cigales appellent l'été, elles le chantent, le célèbrent, elles annoncent des brises légères, des clartés renouvelées, elles disent l'été rayonnant, elles racontent les senteurs exacerbées de pins sous la chaleur du midi.

 

Elles racontent les aiguilles lourdes de pignes aux teintes de verts...

Elles racontent les collines de Provence aux effluves de thym.

 

Elles disent la mer toute proche, ses embruns vivifiants, ses teintes auréolées de lumières...

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

 

Les premières cigales...
Repost 0
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 11:28
Un léger murmure dans le pin...

 

 

 

Un léger murmure dans le pin... quelques éclats qui tourbillonnent dans l'air du printemps...

Un frisson dans les aiguilles du grand pin...

 

Dans les entrelacs des branches, un écureuil savoure une pigne avec délectation... silhouette brune et rousse, ombre chinoise dans les branches...

 

On entend la lente dégustation de l'animal, on entend un léger frémissement dans l'arbre.

 

Des éclats de pigne s'envolent dans l'air... doux papillons fragiles...

 

Dans la chaleur intense de l'après-midi, un écureuil fait entendre une musique imperceptible.

 

Soudain, sa queue en panache apparaît sur l'arbre...

Vif, il bondit de branche en branche, dévale le pin, tourbillon de lumière rousse sur le gris de l'arbre...

 

Soudain, l'écureuil virevolte dans les branches et s'évanouit derrière l'arbre.

 

Vision fugitive, éclair de roux...

Vision éphémère et fugace, tourbillon de vie !

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 13:04
Premiers bains pour les petits cygnes...

 

 

 

Deux jours après leur naissance, voilà déjà les petits cygnes sur l'eau : ballottés par les flots, fragiles, graciles, ils apprennent à apprivoiser les remous et les vagues...

 

 

L'un s'endort et se laisse bercer par les flots, l'autre, curieux goûte l'eau, découvre le monde.

 

La mère les accompagne dans leur périple et surveille attentivement leur baignade.

 

Un bonheur de voir les poussins suivre leur mère...

 

Un bonheur de les voir découvrir l'eau, ses transparences, ses ondoiements, ses reflets, ses teintes changeantes...

 

Sur le bleu de l'eau, leur silhouette ronde, aux teintes douces dessine des arabesques...

 

Sur le bleu de l'eau, leur duvet soyeux attire tous les regards...

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Repost 0
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 14:01
Une invitation à la chasse aux papillons...

 

 


Peut-on refuser une invitation à la chasse aux papillons ? Ce jour-là, dans le parc de la ville, on est attiré par un comptoir improvisé où sont installés de petites cabanes de bambous et des livrets consacrés à la protection de la nature et des fleurs.

 

La ville organise cette animation pour sensibiliser les promeneurs à la préservation de la nature : il s'agit d'inciter les jardiniers à éviter l'utilisation des pesticides.

 

Sur le comptoir, on peut découvrir de petites cabanes servant à protéger les abeilles : des bambous reliés entre eux permettent aux insectes de trouver de multiples abris pour cacher leurs oeufs.

On peut admirer aussi un carabe doré, bel insecte qui a pour fonction d'assainir les jardins : appelé aussi "jardinière", il consomme les parasites tels que limaces, escargots, doryphores, chrysomèles... certains carabes se nourrissent, aussi, de mauvaises herbes.

 

Cette sensibilisation à la protection de la nature me paraît essentielle : trop d'insectes utiles, des pollinisateurs disparaissent de nos jardins, il convient de les protéger, et d'éviter l'abus des pesticides.

 

Puis, on nous invite à partir à la chasse aux papillons sur les hauteurs du parc : comment pourrait-on refuser une promenade dans la nature à la recherche de papillons ?

 

Munie d'un filet à papillons, de jumelles, une animatrice du Cogard, Centre ornithologique du Gard nous entraîne dans son sillage pour une découverte des différents espèces présentes dans le jardin.

On apprend que les papillons appartiennent à la classe des lépidoptères, car leurs ailes sont couvertes de petites écailles qui se chevauchent comme des tuiles.

Chaque espèce se caractérise par des couleurs et des motifs spécifiques.

 

Dès qu'on s' approche des massifs de fleurs, on aperçoit un magnifique papillon aux teintes de xanthe : il est posé sur des corolles de valérianes, savourant le nectar des fleurs.

On découvre qu'il s'agit d'un "citron", ce nom évoquant clairement les couleurs éclatantes de cette espèce.

On admire les teintes lumineuses de l'insecte, mais dès qu'on l'approche, le papillon s'envole et disparaît dans les fourrés.

Impossible de capturer l'animal...

 

Plus loin, on aperçoit un spécimen plus petit, tacheté, de couleurs brunes...

Le papillon se laisse, cette fois, attraper dans les mailles du filet : il s'agit de l'emprisonner avec délicatesse, d'un geste sûr, afin de ne pas le blesser.

Précautionneusement, il est recueilli dans une boîte en plastique, en vue d'une observation attentive, un principe absolu est appliqué : ne pas blesser l'insecte.

L'observation révèle un papillon brun tacheté de noir : il pourrait s'agir d'un "satyre" ou d'une mégère", mais non, on reconnaît bientôt un "tirsis".

Les enfants sont éblouis par la capture du papillon qui s'agite dans la boîte, puis qui s'immobilise.

 

On relâche ensuite le bel insecte qui s'envole rapidement dans la jardin.

 

Plus loin, un autre massif de fleurs révèle la présence de deux papillons blancs qui "papillonnent"...

Après une course sur la pelouse, l'animatrice happe un des insectes dans son filet, l'emprisonne dans la boîte, et on peut alors admirer une "piéride" du chou, un papillon blanc tacheté de points noirs...

Nouvel émerveillement devant les ailes déployées de l'insecte !

Nouvelle observation attentive de ce spécimen encore différent...

 

Les yeux remplis de ces images chatoyantes de papillons, nous rejoignons le bas du jardin..

Les enfants sont enchantés de leur balade champêtre : ils ont appris comment capturer, observer des papillons, ils ont appris leurs noms évocateurs, quelques unes de leurs caractéristiques...

La promenade a aussi permis à chacun d'admirer les fleurs du jardin : valérianes, nénuphars, rudbeckias, calendulas...

 


 

 

 

 

 

Une invitation à la chasse aux papillons...
Une invitation à la chasse aux papillons...
Une invitation à la chasse aux papillons...
Une invitation à la chasse aux papillons...
Une invitation à la chasse aux papillons...
Une invitation à la chasse aux papillons...
Une invitation à la chasse aux papillons...
Repost 0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 09:23
Voici venu le mois de Junon...

 

 

Voici venu le temps de Junon... Voici venu le temps des fleurs qui s'épanouissent et nous offrent leur renouveau...

Junon, la céleste, Junon, la reine, déesse de la lune, de la fécondité, est associée au mois de Juin.... Junon nous annonce l'été flamboyant, des clartés nouvelles, des jours plus doux, des lumières qui s'attardent à l'infini....


Le mois de Juin nous promet les langueurs de l'été, des paysages de ciels d'embruns lumineux, des aubes apaisées, des couchers de soleil étonnants aux teintes de rose rouge éclatant...

Junon, la sélénite, nous promet des nuits sereines aux lunes flamboyantes...


C'est le mois du renouveau, des chaleurs accablantes qui s'installent, des bonheurs somptueux...


La liberté retrouvée, la nature offerte aux regards, l'air transparent, les odeurs de genêts qui emplissent les jardins...


C'est le mois des ardeurs qui commencent, des parfums qui s'épanouissent, dianthus, géranium, menthes ensoleillées...


Juin nous emporte vers le bel été, ses caresses, ses bonheurs, le plaisir des baignades, de la mer aux doux replis, des calanques irisées de lumières....


Juin nous transporte vers des sensations perdues et retrouvées : les parfums enivrants de l'onde salée, le murmure des vagues, les ondoiements de l'eau de mer qui nous emmènent vers le large, loin du monde ordinaire et banal, l'insouciance renouvelée, le bonheur des mouvements sur les flots...


Juin nous permet de nous fondre dans la nature, de nous en imprégner, de percevoir l'harmonie du monde dans de nouvelles fusions...


Mois de la souveraine des dieux, mois divin, mois de la lumière ! Juin nous apporte un bien-être, un plaisir des sens, il chante les retrouvailles avec la nature....


Il ouvre le cycle des mois de l'été, nous emporte vers un monde renouvelé : il nous donne envie de nous enivrer de parfums, d'observer une nature épanouie, la variété du monde, d'écouter sa voix, de goûter les couleurs nuancées du soir qui s'attarde....


De voir des paysages de lune, des obscurités pleines de douceurs, des nuits d'étoiles...

De dormir sous la voûte céleste, d'admirer les clartés de rayons de lunes...

De goûter à des ciels épris de liberté, des ciels plus purs, plus lumineux....

De nous enivrer de sensations !







 

Photos : rosemar

Voici venu le mois de Junon...
Repost 0
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 12:44
Les oisillons viennent à peine d'éclore...

 

 

 

Fragiles, évanescents, gestes désordonnés, hésitants, les deux petits cygnes apparaissent à peine dans le nid...

 

La mère les protège, les repousse de son bec dans le creux du nid, pour les empêcher de s'évader.

 

Les oisillons viennent à peine d'éclore : à côté, une coquille d'oeuf laisse voir ses contours brisés.

 

Boules grises, chétives, informes, tremblantes, au bec sombre, les oisillons penchent leur tête lourde et s'endorment dans la torpeur du printemps...

 

Les deux parents veillent près du nid...

 

Les poussins au duvet soyeux méritent tous leurs soins et toutes leurs attentions.

 

Les poussins chancelants, délicats doivent être préservés de toute atteinte...

 

La mère attentive les protège de toute sa tendresse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/