Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 13:42
Le petit train de Noël...

 

 

Pendant les fêtes de Noël, un train musical sillonne la ville... 

 

 

Des chants de Noël scandent son passage... gospels, chants traditionnels : Douce Nuit, La Marche des Rois, Les Anges dans nos campagnes, Venez divin Messie, etc.

 

 

Des chants qui réveillent des souvenirs d'enfance, des Noëls d'autrefois...

 

 

 

Joli train couleurs de neige et d'or qui enchante le moment des fêtes...

 

 

 

Joli moment fugitif pour fêter Noël, belle ambiance festive dans les rues de la ville...

 

 

 

Des sourires, de la gaieté, une joie simple, des signes de la main offerts aux passants...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2020 7 27 /12 /décembre /2020 13:28
L'arbre givré...

 

 

Un arbre étincelant sur le boulevard : il déploie ses branches lumineuses, arabesques, festons éblouissants dans l'obscurité...

 

 

 

L'arbre paraît comme givré de neige et de glace, comme pétrifié par le froid de l'hiver.

 

 

 

Le tronc, les branches se couvrent d'un glacis de lumières...

 

 

 

L'arbre revêt ses habits d'hiver : branches dépouillées, tortueuses, ennuagés de neige...

 

 

 

L'arbre resplendit d'éclats glacés, il rayonne de givre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

L'arbre givré...
Partager cet article
Repost1
26 décembre 2020 6 26 /12 /décembre /2020 10:01
La crèche en Camargue...

 

"La crèche est un moyen d'expression... Au fond, nous sommes toujours à l'époque des cavernes : il nous faut dessiner sur les parois.

Il n'y a pas que les santons. Il y a la composition du paysage. Ce n'est jamais un paysage de Judée. C'est toujours celui qui nous est familier ; le Marseillais y représente Marseille ; le Manosquin, Manosque ; le Parisien, Paris...."

 

C'est ainsi que Jean Giono évoque la confection des crèches de Noël, dans un ouvrage intitulé Provence.

 

Et les habitants de la Camargue composent, eux, des paysages camarguais...

Une barque, un pêcheur, un flamant rose : les symboles de la Camargue réunis dans une crèche...

L'étable est installée sur une barque... tout autour, des joncs, des roseaux viennent compléter le tableau...

Le flamant rose est un oiseau traditionnellement associé à la Camargue... Le nom latin de l'espèce "Phoenicopterus" vient du grec ancien et signifie "ailes pourpres", certainement inspiré du Phénix, cet oiseau mythique qui renaît de ses cendres.

 

Le nom français lui, vient du latin "flamma", "la flamme"...

Des jolis mots qui évoquent les couleurs flamboyantes de cet oiseau !

 

Le pêcheur est, quant à lui, un personnage traditionnel de la crèche provençale : on le représente souvent avec un filet et un petit panier empli de poissons...

Les petits métiers sont ainsi mis en scène dans la crèche : berger, paysan, meuniers, porteuse d'eau, fileuse, etc.

Des gens du peuple, des gens humbles réunis dans la crèche, dans un même espoir, une même attente, mais aussi dans l'action...

Le meunier se hâte vers son moulin, le berger garde ses moutons, la porteuse d'eau va puiser de l'eau...

Un peuple actif qui oeuvre pour le bien être de tous...

 

Et quand on y songe : quel beau symbole que celui de la crèche ! Quel magnifique symbole associé à la fête de Noël !

Symbole de la famille qui se perpétue, symbole du renouveau de la vie...

L'enfant fragile, la famille, les voisins qui viennent admirer le nouveau-né.

Symbole d'amour et de réunion, encore.

 

Symbole encore de l'action, des activités diverses du petit peuple...

Comment pourrait-on renier de telles valeurs ? 

Elles fondent toute société, elles assurent un lien entre les individus.

 

Dès lors, oui, les crèches font partie de notre culture, de notre patrimoine et il convient de garder ces traditions anciennes qui fondent notre civilisation.

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost1
23 décembre 2020 3 23 /12 /décembre /2020 09:49
Un Noël particulier...

 

Avec la crise du Covid, cette année, la fête de Noël s'annonce différente : pas de grands rassemblements familiaux, pas de grands repas de Noël...

 

Et si on en profitait pour mettre un peu plus de frugalité dans nos menus ?

Plus de simplicité dans les plats, plus de naturel...

Evitons les aliments transformés qu'on nous propose à tout va : pâtés en croûte au foie de canard, pains d'épices, gougères aux quatre saveurs, saucisses costumées, canapés, petits fours, sapin brioche au coeur fondant, tielles sétoises, cakes, black burgers au saumon fumé, saucisses cocktail, verrines aux écrevisses, poivrons, artichauts marinés, feuilletés au ris de veau et aux morilles, parmentier de poulet, de canard, coquilles Saint-Jacques à la Normande... etc. j'en passe et des meilleures... une véritable orgie consumériste...

 

Moins de cadeaux aussi : de nos jours, la plupart des enfants sont submergés de cadeaux, ce qui les laisse indifférents et blasés...

Trop, c'est trop !

Comme pour la nourriture, les excès ne sont pas bons...

 

"Alors qu'ils ne reçurent pendant longtemps qu'une orange dans leur soulier jusqu'au milieu du siècle dernier... les enfants n'ont pas seulement acquis le droit de désirer et de faire commande de leurs désirs. Ils y sont pour ainsi dire poussés avec la plus grande énergie par des adultes qui se repaissent de leur joie et se font les auxiliaires consentants de la main bien visible du marché...."écrit fort justement Stéphane Floccari, dans son ouvrage intitulé Survivre à Noël.

Les enfants rois sont désormais au centre de la société de consommation. Les enfants reçoivent tant de cadeaux !

 

Et les adultes eux-mêmes ne sont pas en reste : l'usage s'est répandu d'offrir des cadeaux à tout un chacun, et pas seulement aux enfants...

Ainsi, se perd l'esprit de Noël...

 

Qu'est-ce que la fête de Noël ? Quel est le message originel ? C'est bien sûr, celui de la crèche où un enfant est né dans la pauvreté, il y a deux mille ans, un enfant qui symbolise toute la richesse de l'amour.

 

Ce message a été oublié, perverti, car Noël est devenu dans nos sociétés une fête de la consommation, une célébration du capitalisme triomphant : que de richesses étalées dans les "temples de la consommation" que sont les grandes surfaces !

Quel luxe ! Quelle opulence !

Oublié l'esprit de Noël ! Oublié le message originel !

 

Alors, il faut souhaiter que ce Noël soit l'occasion de revenir à plus de simplicité et de retenue...

Mais, on peut en douter, car des habitudes sont installées...

 

 

 

 

Un Noël particulier...
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 14:22
A l'approche de Noël, la nuit se pare de lumières éblouissantes...

 

A l'approche de Noël, la nuit se pare de lumières éblouissantes...

 

 

Dans l'obscurité, surgissent des éclats d'étoiles, des guirlandes étincelantes...

 

 

Près de la Maison Carrée aux teintes d'or, un immense cône lumineux attire tous les regards... On admire aussi son reflet en miroir sur le Carré d'Art...

 

 

Plus loin, un arbre s'enflamme d'étoiles, de lumières clignotantes....

 

 

Plus loin encore, un somptueux char romain aux teintes de pourpre est emporté par deux chevaux qui caracolent...

 

 

Les chevaux se cabrent, scintillants de lumières... Les chevaux s'envolent dans la nuit et rejoignent les étoiles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos et vidéo : rosemar

A l'approche de Noël, la nuit se pare de lumières éblouissantes...
A l'approche de Noël, la nuit se pare de lumières éblouissantes...
A l'approche de Noël, la nuit se pare de lumières éblouissantes...
A l'approche de Noël, la nuit se pare de lumières éblouissantes...
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 09:52
Offrez des livres !

 

 

Pour Noël, offrez des livres ! Des instruments de liberté... issu du latin "liber", ce mot comporte le même radical que l'adjectif "liber, libre"..

Le livre libère, ouvre des espaces, des horizons nouveaux, il nous fait voyager dans le temps et l'espace...

 

Il nous fait oublier le tourbillon d'informations dans lequel nous sommes plongés et emportés...

Il nous offre des moments de paix, de réflexion, de repli sur soi, de découvertes.

 

Dans un monde où tout s'accélère, où les progrès technologiques se multiplient, nous avons besoin de ces moments d'apaisement.

 

Offrez des livres plutôt que des jeux vidéos ou des écrans !

Offrez des livres à tous ceux qui ont oublié l'importance de cet objet essentiel... à tous ceux qui, penchés sur des écrans, ont perdu l'usage de la vraie lecture.

Faites-leur redécouvrir le bonheur de la lecture !

 

Tant de choix possibles !

En France, nous avons la chance de disposer d'une multitude de librairies : on peut y choisir des romans, de la poésie, des essais, des ouvrages philosophiques, des biographies...

 

Offrez des livres aux enfants, aux adolescents, aux adultes !

Le livre est aussi une occasion de partages : on aime offrir des livres que l'on a appréciés, des ouvrages de qualité...

On aime faire découvrir aux autres le plaisir de la lecture...

 

"Par le rythme et la musicalité de leurs phrases, l’ordre de leur syntaxe, le toucher sensuel de leur papier, les livres nous soignent et nous apaisent. Au fil de l’enveloppant mouvement de l’écriture et de la lecture se dispense en effet un sens toujours renouvelé capable de nous arracher à nous-mêmes et à nos souffrances.", écrit Régine Detambel.

Oui, les livres prennent soin de nous, ils nous apportent un réconfort.

"Quels maux soignent les livres ? Ils sont innombrables : l'ignorance, la tristesse, l'isolement, le sentiment de l'absurde, le désespoir, le besoin de sens, parmi quelques autres".

 

Notre époque est obnubilée par les informations qui défilent : nous oublions de comprendre, d'analyser. Nous sommes emportés dans un tourbillon incessant.

Il nous faut revenir au livre qui retient notre attention et nous permet une véritable réflexion sur le monde.

 

 

 

 

Quelques suggestions de lecture :

 

Les livres prennent soin de nous de Régine Detambel

LIRE ! de Bernard et Cécile Pivot

La voyageuse de nuit de Laure Adler

Le dictionnaire absurde du Covid de Serge Simon

Fille de Camille Laurens

 

 

 

 

 

 

 

Offrez des livres !
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2020 7 13 /12 /décembre /2020 13:25
Flamboyants jeux d'eau !

 

 

Flamboyants jeux d'eau ! Lumières qui jaillissent dans des bruissements d'eau !

 

 

 

Des éclats lumineux dans la nuit !

 

 

 

Des flammes d'eau qui surgissent du bitume !

 

 

 

Elles éclairent l'obscurité de teintes vives... éclairs de feux, de rose, de bleus....

 

 

 

 

Soudain, des jaillissements, des embrasements, des embruns étincelants sur le sol qui reflète les arbres de l'hiver...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2020 4 10 /12 /décembre /2020 13:49
L'Ancien Temps...

 

Un Temps béni ! l'Ancien Temps, vous vous souvenez ? Le Temps d'avant le Virus...

 

Un Temps où il était possible de sortir dans les rues sans masque, où il était loisible pour chacun de voir des visages humains, des sourires, des mimiques...

Un Temps où on pouvait contempler les jolis minois des garçons et des filles...

 

Un Temps où on pouvait respirer librement sans l'entrave d'un masque...

 

Un Temps où les masques étaient réservés au carnaval, pour des occasions de fêtes...

Un Temps où les humains avaient encore le droit de se côtoyer sans problème...

Un Temps heureux : celui de l'insouciance, du bonheur sans entraves...

 

On pouvait alors, sans crainte, s'aventurer dans les rues, serrer des mains, embrasser des connaissances...

On pouvait s'attabler à un café, discuter avec des amis, manger au restaurant...

On pouvait draguer sur les terrasses et ailleurs...

 

C'était le temps d'autrefois : on pouvait sortir de chez soi, sans une autorisation écrite, datée, signée, sans contrainte, sans laissez-passer.

Pas d'attestation pour aller travailler, pour effectuer des achats de biens, pas d'attestation pour aller consulter un médecin, pas d'attestation pour se livrer à une activité physique... etc.

 

Le Temps de la liberté... un Temps où toutes les fêtes, les spectacles, les manifestations sportives, les réunions étaient possibles...

 

Un Temps où on pouvait assister à des concerts, en direct... voir de près les musiciens, leurs instruments, écouter de la musique en direct.

Un Temps où on pouvait célébrer Noël en toute liberté... où on pouvait retrouver toute sa famille au complet pour les fêtes de fin d'année...

 

Qu'il paraît loin ce Temps d'avant !

Un Temps où tout était permis, tout était possible...

 

Un Temps où les magasins, les rues ne ressemblaient pas à des films de science-fiction...

Un Temps que nous avons hâte de retrouver...

Mais pourrons-nous vraiment vivre comme avant, pourrons-nous un jour retrouver l'Ancien Temps ?

 

 

"Il est plus difficile de retrouver une liberté perdue que de défendre celles qui existent..." David Dufresne dans Corona Chroniques.

 

 

L'Ancien Temps...
Partager cet article
Repost0
7 décembre 2020 1 07 /12 /décembre /2020 12:14
Tempête épidémique aux Etats-Unis...

 

 281.000 morts du Covid aux Etats-Unis et de plus en plus de cas de contaminations... Les Etats-Unis font face à une déferlante épidémique.

Les USA craignent désormais l'après "Thanksgiving" et une nouvelle vague du virus.

 

Le patron de l'agence fédérale de la santé a déclaré solennellement : "Les Etats-Unis vont vivre dans les 3 prochains mois la pire période sanitaire de leur histoire".

Une déclaration particulièrement alarmiste...

 

Les plus grands scientifiques alertent : les mois à venir s'annoncent très difficiles.

 

Même si les mesures sanitaires resteront du ressort des gouverneurs, même si le masque n'est toujours pas obligatoire dans 13 états sur 50, le président élu Joe Biden entend bien donner une recommandation forte :

"Dès le premier jour de mon mandat, je vais demander aux Américains 100 jours de port du masque..."

 

Les Etats-Unis viennent de repasser la barre des 2000 morts par jour, pour la première fois depuis le printemps dernier.

 

Donald Trump, lui, ne change pas d'attitude face au Covid : une vingtaine d'événements festifs de Noël sont prévus, ce mois-ci, à la Maison Blanche.

Il est vrai qu'il a lui-même contracté le virus et s'en est sorti sans séquelles.

Oui, mais il a bénéficié d'un traitement de pointe auquel la plupart des Américains n'ont pas accès.

 

 Donald Trump, ne l'oublions pas, avait certains facteurs de risques, c’est un homme âgé de 74 ans, il pèse 110 kilos...

"Donald Trump a bénéficié d’un traitement pilote, des anticorps de synthèse, un cocktail mis au point par une bio Tech, Regeneron, testé sur 275 personnes. Donald Trump a obtenu l’autorisation de se voir administrer ce produit qui n’est absolument pas approuvé par la Food and Drug Administration, l’autorité américaine de régulation."

Donald Trump a bien été traité comme un VIP :  ce n'est pas le cas de tous les Américains qui sont morts du Covid.

Les Américains, eux, doivent affronter une épidémie qui n'a pas fini de faire des victimes.

D'ailleurs, Donald Trump n'a cessé de minimiser les effets du coronavirus...  Après des mois de déni, de bravades, de critiques acerbes à l’égard des mesures mises en œuvre par certains Etats fédérés, la présidence des Etats-Unis est désormais confrontée à une recrudescence de la maladie.

 

 

 

https://www.franceculture.fr/emissions/lhumeur-du-matin-par-guillaume-erner/lhumeur-du-jour-emission-du-mardi-06-octobre-2020

 

Tempête épidémique aux Etats-Unis...
Partager cet article
Repost1
30 novembre 2020 1 30 /11 /novembre /2020 11:48
Notre horizon : la consommation...

 

 

Par curiosité, je me suis rendue ce samedi 28 novembre dans le centre de ma ville : c'était le premier jour d'ouverture pour les petits commerces, après un mois de confinement.

La principale rue commerçante était envahie de monde : une foule compacte qui investissait les trottoirs, des files d'attente, des voitures coincées dans des embouteillages...

 

Une réussite pour les commerçants privés d'activité lors de deux confinements, une aubaine pour ces gens qui n'avaient qu'une hâte : travailler, ouvrir leur boutique.

L'approche de la fête de Noël est un moment crucial, essentiel pour les petits commerces....

On voyait les gens déambuler dans les rues, portant des paquets, faisant provisions de cadeaux en vue des prochaines festivités...

 

Ainsi, nous sommes voués à une perpétuelle consommation tout au long de l'année, car les fêtes s'enchaînent et nous entraînent dans leur sillage de frénésie consumériste.

Travailler, gagner de l'argent pour consommer... C'est là l'horizon que l'on nous propose...

Dans les supermarchés, les rayons débordent de victuailles de toutes sortes...

Nous sommes invités à la grande goinfrerie de Noël et comme toutes sortes de mets sont accessibles, nous nous laissons tenter : nous vivons dans une société de consommation.

On ne peut y échapper. Qui penserait ne pas fêter Noël ?

 

On le voit bien : quand les commerces ferment, une grande partie de notre société est à l'arrêt.

Ne sommes-nous pas formatés et conditionnés pour consommer ? 

Ne sommes-nous pas formatés par la publicité, par les différents médias qui nous incitent à consommer, et même à surconsommer ?

 

Les produits que nous consommons sont souvent des produits de luxe, du superflu... 

Laissons la parole au philosophe André Comte-Sponville : "Un tel luxe est d'autant plus choquant qu'il constitue, d'évidence, une perversion du message de Noël. Un enfant est né, il y a quelque deux mille ans, pauvre parmi les pauvres, pour célébrer, sans faste ni puissance, l'unique richesse de l'amour. Il fut un temps où on se demandait si le capitalisme était compatible avec cette éthique-là, celle des Evangiles, si le christianisme, en sa pureté, n'était pas une réfutation terrible de ce qui fait vivre nos sociétés. Vieilles lunes, semble-t-il. On se demande maintenant si les Evangiles ne sont pas réfutés plutôt par le capitalisme..."

 

Et nous en oublions souvent tous les plaisirs gratuits que peut nous offrir la nature... Nous en venons même à négliger cette nature, à la malmener, à la polluer, la piller, la saccager pour satisfaire toutes sortes de désirs superflus.

Pourrons-nous sortir de ce système qui nous entraîne inexorablement à notre perte ?

Un système qui détruit la planète sur laquelle nous vivons...

"C'est la nature qu'il faut défendre comme si notre vie en dépendait... parce que c'est le cas..." telle est la phrase de conclusion d'un documentaire diffusé sur ARTE, intitulé "H2O, l'eau, la vie et nous".

Oui, nous dépendons de la nature : il serait temps d'en prendre conscience.

"Une chose est certaine : il est impossible de continuer sur la trajectoire actuelle. Qu'on le veuille ou non, ça ne durera pas. L'inquiétude qui se dessine ici est aussi une chance sans précédent.", écrit Aurélien Barrau, astrophysicien au CNRS, dans son ouvrage intitulé : Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0