Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2023 7 08 /01 /janvier /2023 12:53
La danse des ours polaires...

 

Un spectacle onirique et féerique pour ces fêtes de Noël à Nîmes : la compagnie Remue-Ménage a présenté  "Gueule d’ours" dans les rues de la ville, une chorégraphie avec huit marionnettes de quatre mètres en forme d’ours.

 

Une déambulation spectaculaire, de quoi faire rêver petits et grands...

 Ces marionnettes de quatre mètres sont illuminées par des leds.

 

On aperçoit d'abord leurs hautes silhouettes se dessiner sur le boulevard...

 

Puis, on découvre danseurs et danseuses qui les précèdent : robes ondoyantes qui virevoltent, chapeaux lumineux, danseurs en costumes blancs sur des échasses...

 

Une locomotive-diligence aux teintes lumineuses les accompagne, avec son atmosphère de country et de saloon...  une ambiance digne d’un cabaret forain de la fin du 19e siècle.

 

Puis, on admire la danse tourbillonnante et envoûtante des ours... créatures  fantastiques impressionnantes de force et de puissance...

 

On est ébloui par les acrobaties des danseurs sur des échasses...

Un Noël polaire cette année à Nîmes... 

 


Un merveilleux voyage dans le temps et l'espace, peuplé d’une horde d’ours lumineux qui s’avancent, accompagnés d’extravagantes danseuses, guidés par un séduisant maître de cérémonie perché sur échasses.

 

Un ballet gracieux, une rencontre unique et improbable avec des figures géantes d’ours polaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2022 5 30 /12 /décembre /2022 11:38
Un chaleureux concert de Noël...

 

Un concert composé de musiques très connues pour ce spectacle offert aux Nîmois... L'ensemble CALLIOPE et la chorale de Sommières étaient dirigés par Laurent Richard avec la participation de Anne Derym et Mélina Gerbith, sopranos...

Le concert s'ouvrait sur la célèbre symphonie du nouveau Monde de Dvorak : une musique exaltante et triomphante....

"Dvorak écrit sa 9ème Symphonie alors qu’il réside aux Etats-Unis. Les critiques de l’époque ont voulu y voir le début d’une musique américaine. Mais si Dvorak s’est inspiré de différents styles présents sur le sol américain, tels les musiques indienne et irlandaise, la Symphonie du Nouveau Monde reste essentiellement imprégnée de l’âme tchèque du compositeur.

A l’écoute du premier mouvement, certains critiques américains ont cru déceler l’élan d’une jeune nation en marche."

 

Puis, on se laisse bercer par la Barcarolle d'Offenbach... un air langoureux et passionné.

Une barcarolle est une musique, généralement composée sur un rythme ternaire qui évoque l’eau, le balancement d’une barque ou d’un petit bateau.
A la base une barcarolle est une chanson qu’interprètent les gondoliers qui naviguent sur les canaux de Venise.
Ce morceau si célèbre est extrait d’un opéra d’Offenbach intitulé : Les contes d’Hoffman. Au cours de cette œuvre, le héros, Hoffman raconte ses amours malheureuses avec trois femmes.

Anne Derym et Mélina Gerbith interprètent magnifiquement cette barcarolle envoûtante....

 

On est ensuite captivé par l'âpreté, la vivacité et la douceur du concerto de Vivaldi, les quatre saisons,  l'hiver... Au violon, deux très jeunes filles : Amandine et Camille Nguyen...

 

Avec le morceau suivant : changement total de registre, c'est la Valse des Fleurs, extrait du ballet Casse-noisette de Tchaïkovski... on est alors entraîné dans un tourbillon féerique et enchanteur...

 

Puis, c'est Le duo des fleurs, chanté par Anne Derym et Mélina Gerbith, un extrait de l'opéra Lakmé de Léo Delibes qui nous séduit et nous entraîne "Sous le dôme épais..."

"Sous le dôme épais
Où le blanc jasmin
À la rose s'assemble
Sur la rive en fleurs,
Riant au matin
Viens, descendons ensemble.
Doucement glissons de son flot charmant
Suivons le courant fuyant
Dans l'onde frémissante
D'une main nonchalante
Viens, gagnons le bord,
Où la source dort et
L'oiseau, l'oiseau chante.
Sous le dôme épais
Où le blanc jasmin,
Ah!
Descendons
Ensemble!
Sous le dôme épais
Où le blanc jasmin
À la rose s'assemble
Sur la rive en fleurs,
Riant au matin
Viens, descendons ensemble.
Doucement glissons de son flot charmant
Suivons le courant fuyant
Dans l'onde frémissante
D'une main nonchalante
Viens, gagnons le bord,
Où la source dort et
L'oiseau, l'oiseau chante.
Sous le dôme épais
Où le blanc jasmin,
Ah!
Descendons
Ensemble!"

 

Le célèbre choeur des chasseurs Jägerchor, de Carl Maria von Weber nous transporte alors dans une atmosphère champêtre...

 

On écoute encore un extrait de l'opéra Rigoletto, un opéra populaire composé par Verdi en 1850, à partir de la pièce de théatre de Victor Hugo "Le roi s'amuse".

Il est connu pour le fameux air du Ténor "La Donna è mobile", ainsi que le choeur des courtisans "Scorrendo uniti remota via", repris par quelques publicités... 

 

Un autre air très célèbre : l'hymne à la joie de Beethoven, nous apporte un apaisement infini, une grande sérénité...

 

Une ambiance exotique et un dépaysement garantis avec un dernier extrait : une pièce orchestrale de Albert Ketèlbey,  Sur un marché persan...

 

Un tonnerre d'applaudissements pour l'orchestre, la chorale...  et les musiciens nous offrent le bouquet final avec La Marche de Radetzky de Strauss...

 

Merci à tous les musiciens pour ces merveilleux moments de paix, de bonheur et d'harmonie...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2022 3 28 /12 /décembre /2022 09:02
Entre le boeuf et l'âne gris...

 

"Entre le bœuf et l'âne gris, dort, dort, dort le petit fils", dit une belle chanson de Noël. Jésus dormant sur la paille est réchauffé dans la nuit d'hiver par deux braves quadrupèdes : c'est ainsi que la tradition chrétienne décrit les premières heures du Christ, offrant à deux humbles animaux un rôle majeur, celui d'assurer la survie de l'enfant Dieu, de le réchauffer. Il ne faut jamais mépriser les plus humbles. C'est là une des belles leçons de Noël.

 

Cette présence bienveillante des deux animaux permet à l'enfant un doux repos prolongé, ce que suggère bien la triple répétition du verbe :

'Entre le boeuf et l'âne gris
Dort, dort, dort le petit fils."

 

La nature, des végétaux entourent aussi le petit enfant, avec l'évocation de fleurs, les plus belles qui soient : "Entre les roses et les lis".

 

Les "pastoureaux" viennent compléter le tableau : les bergers sont là pour admirer le nouveau né.

 

Ainsi se retrouvent associés dans ce texte mondes animal, végétal, humain... comme si toute la création se réunissait pour célébrer l'enfant roi.

On perçoit là une harmonie, comme une union et une symbiose, une solidarité  entre l'animal, le végétal et l'humain...

 

Ne sommes pas dépendants de ce monde animal et végétal ? Et nous prenons de plus en plus conscience de cette unicité et de cette interdépendance dans un  monde moderne où de nombreuses espèces sont menacées.

 

Enfin, dans le dernier couplet, c'est Marie qui est évoquée : une présence protectrice puisqu'elle tient le petit fils "entre ses deux bras."

 

Dans le refrain, pour couronner l'ensemble apparaît le divin avec "Mille anges, mille séraphins qui volent à l'entour de ce grand Dieu d'amour..."

Car il est bien question d'amour dans ce texte, l'amour qui réunit bêtes, végétaux, humains dans une parfaite harmonie et communion.

 

Quelle simplicité dans ce chant de Noël, quelle limpidité dans la mélodie !

 

Entre le bœuf et l'âne gris est l'un des chants de Noël les plus anciens car il daterait du début du XVIe siècle.

 

Le texte :

"Entre le boeuf et l'âne gris
Dort, dort, dort le petit fils.
Mille anges divins, mille séraphins
Volent à  l'entour de ce grand Dieu d'amour.

Entre les roses et les lis
Dort, dort, dort le petit fils.
Mille anges divins, mille séraphins
Volent à l'entour de ce grand Dieu d'amour.

Entre les pastoureaux jolis
Dort, dort, dort le petit fils.
Mille anges divins, mille séraphins
Volent à l'entour de ce grand Dieu d'amour.

Entre les deux bras de Marie
Dort, dort, dort le petit fils.
Mille anges divins, mille séraphins
Volent à l'entour de ce grand Dieu d'amour."

 

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2022 7 25 /12 /décembre /2022 12:01
La crèche de Noël...

 

La crèche de Noël ! Toute une tradition en Provence ! Quelle famille ne possède pas des petits santons en argile, ces petites figurines colorées qui représentent le boeuf, l'âne, l'enfant Jésus, Marie, Joseph, les bergers, les anges etc.

 

Un peu de mousse, du houx pour décorer la crèche, et c'est tout un monde d'autrefois qui surgit...

 

C'est une tradition à laquelle je suis très attachée, peut-être parce qu'elle remonte à l'enfance...

 

Nous avions chez nous une vieille crèche napolitaine, en carton bouchonnée et chaque année, on la décorait avec amour à l'occasion de Noël...

 

Cette tradition se perpétue encore dans de nombreuses églises en Provence...

Crèches confectionnées par des enfants, des adultes, une exposition leur était consacrée comme chaque année en l'église Saint-Charles de Nîmes...

 

Crèche en bois entourée de feuillages ondoyants, crèche rustique en carton où les personnages sont figurés par des pignes de pin...

 

Crèche où les personnages sont dessinés en relief, crèche au bord de l'eau, décorée de galets et de fougères...

 

 Crèche en bois recouvert d'écorces, crèche où les personnages sont enfermés dans des bulles transparentes, crèche photographique, crèche avec des santons cubiques où sont représentées toutes les ethnies, avec même des diables tentateurs...

 

Crèche encadrée avec un voile lumineux sur le côté... crèche en carton à étages...

 

Mais, incontestablement, la plus rustique, la plus originale est cette crèche faite de pignes de pins, avec des manteaux et des couronnes  de feuilles pour les personnages...

 

Le boeuf, l'âne sont réalisés avec des pignes de pins, le berceau de l'enfant roi est lui-même constitué d'écailles de ces pignes.

 

De belles créations, beaucoup d'inventivité et d'imagination pour ces crèches de Noël version 2022 !

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

La crèche de Noël...
Partager cet article
Repost0
23 décembre 2022 5 23 /12 /décembre /2022 09:40
Une jolie découverte lors d'un concert de Noël : Albert Ketèlbey...

 

Une musique envoûtante, celle du compositeur britannique : Albert Ketèlbey...

Ses œuvres, en général courtes, présentent souvent un caractère mystique ou oriental. Parmi les plus connues figurent Sur un marché persan, Dans le jardin d'un monastère et Dans le jardin d'un temple chinois.

 

Lors du récent concert de Noël donné à Nîmes par l'ensemble CALLIOPE, sous la direction de Laurent Richard, j'ai été subjuguée par ce morceau intitulé Sur un marché persan...

Une musique si suggestive, si évocatrice qu'elle nous fait voyager vers l'orient, ses mystères...

Ketèlbey nous fait entendre, nous fait voir même toute une ambiance orientale : on visualise des personnages, des scènes pittoresques...

Premier tableau : c'est l'entrée des chameliers et la démarche majestueuse de leurs montures... une musique chaloupée, rythmée par des tambours, très orientale...

 

Deuxième tableau : on entend le chant des mendiants demandant l'aumône : "Bakshish bakshish Allah, empshi empshi..." des cris joyeux, insistants qui ponctuent la musique...

 

Troisième tableau : changement total de rythme et d'ambiance avec un chant langoureux à souhait qui suggère la danse d'une belle princesse... quelle douceur enivrante !

 

Quatrième tableau : le rythme s'accélère avec un numéro de jongleurs et se fait ensuite doucereux avec des charmeurs de serpents...

 

Cinquième tableau : on annonce le passage solennel du Calife visitant le marché... une musique triomphante...

 

Puis, de nouveau le chant des mendiants, la danse de la princesse et la caravane des chameliers qui s'éloigne, figurant le marché qui se vide peu à peu au soleil couchant... la musique s'atténuant peu à peu...

 

Quelle magnifique représentation d'un marché oriental ! On s'y croirait...

 

Et aussi une belle interprétation de l'ensemble Calliope et de la chorale de Sommières, sous la baguette de Laurent Richard...

 

 

 

 

 


Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2022 1 19 /12 /décembre /2022 11:54
Réforme des retraites : les Français n'en veulent pas !

 

"Emmanuel Macron a reculé d'un mois les annonces autour de la réforme des retraites... Oh Surprise !

 

Mais le mois de janvier risque d'être assez difficile : c'est le moment où on sera véritablement entré dans le "dur" de la récession, le moment où les problèmes de pouvoir d'achat se combineront avec le retour des problèmes d'emplois...

Qu'à cela ne tienne, on n'en est pas à un revirement près.

 

Evidemment les commentateurs nous expliquent que c'est parce qu'il y aurait des divergences de points de vue entre Emmanuel Macron et Elisabeth Borne : l'un serait plus pour 64, l'autre pour 65...  On ne sait plus...

Bon, on s'en fiche, le problème n'est pas là...

 

Les raisons pour lesquelles Emmanuel Macron recule et temporise, c'est d'abord parce qu'il y a les fêtes de Noël et que ce serait "ballot" d'avoir des manifestations monstres et des grèves au moment des départs en vacances...

Gâcher les fêtes de fin d'année des Français qui n'ont plus que ça pour se rassurer, ce serait assez mal pris...

C'est très bien compris en Macronie.

 

Et puis, sur le fond, les Français n'en veulent pas !

Il y a des raisons très précises...

Bien sûr, l'idée que c'est le retour assuré des grèves, du bazar, mais pas seulement... il y a des raisons de fond.

 

La question de l'injustice d'une telle réforme : quand on sait que les cadres ont 12,5 années de plus de jouissance de leur retraite par rapport aux ouvriers... des questions de méfiance aussi. La plupart des Français considèrent qu'on va essayer de les avoir...

 

Et comment leur jeter la pierre ?

Quand ils voient que le Président de la République change d'avis comme de chemise sur cette question.

En 2019, le Président expliquait que quand même "reculer l'âge de la retraite, c'est absurde et que déjà dans l'état actuel des choses, pour un ouvrier, 62 ans, ce n'est pas évident d'y arriver.""

 

Une question de bon sens ! On ne peut pas demander à des travailleurs déjà abîmés par le travail, de poursuivre leur activité jusqu'à 64 ou 65 ans...

Les politiques ont-ils encore le sens des réalités ?

 

 

Source :

 

 

https://tv.marianne.net/focus/reforme-des-retraites-pourquoi-les-francais-n-

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2022 7 18 /12 /décembre /2022 13:33
Mon beau sapin, roi des forêts !

 

Un bel hommage à la nature et à cet arbre majestueux : le sapin...

 

Dès le début de cette chanson très célèbre, le sapin est magnifié grâce à une personnification : il devient le "roi des forêts" et il suscite l'admiration, la tendresse, ce que suggère bien le point d'exclamation : "Que j'aime ta verdure !"

 

Le poète s'adresse à lui, comme à un ami familier, avec l'emploi de la deuxième personne du singulier...

 

Et il souligne une caractéristique essentielle de l'arbre : sa pérennité, sa verdure inaltérable, quand vient l'hiver...

Alors que la nature est dépouillée, le sapin, lui, garde sa "parure" : encore un terme valorisant pour souligner la beauté et la magnificence de l'arbre... le mot "parure" peut évoquer un bijou précieux...

 

 

Dans le couplet suivant, le sapin associé à la fête de Noël revêt un caractère sacré, avec la référence au "saint anniversaire".

Il réunit aussi la famille autour de lui, dans le foyer, avec l'emploi de la première personne du pluriel : "chez nous".

 

Et puis, bien sûr, entouré de "bonbons et de joujoux", il évoque l'enfance et tous les cadeaux de Noël. Les termes familiers, aux sonorités redoublées "bonbons, joujoux" renvoient aussi à ce monde de l'enfance.

 

La famille est bien présente dans ce deuxième couplet avec l'image de la mère et de ses mains qui ont installé, et même "planté" le sapin à l'intérieur du foyer, comme une sorte de renaissance.

 

 

Dans le dernier couplet, le sapin devient symbole de "fidélité, de foi, de constance et de paix"...

Fidélité, foi, constance en raison de son ombrage toujours vert...

 

Symbole aussi de paix et d'harmonie car il réunit les coeurs et les corps autour de lui...

Le sapin devient la "douce image" de ces symboles...

 

La mélodie à la fois tendre, triomphante et solennelle restitue la beauté majestueuse de l'arbre roi...

 

Pour mémoire :

"Mon beau sapin est un chant de Noël d'origine allemande. Son titre original est : O Tannenbaum. La version la plus célèbre est basée sur une musique traditionnelle et un texte de 1824 composé en allemand par Ernst Anschütz, organiste et professeur à Leipzig, ville qui fait alors partie du Royaume de Prusse. 

 La version française a d’abord porté le titre Le Sapin. Elle a été publiée en 1856 à Strasbourg dans un recueil de chants populaires allemands librement traduits pour le public scolaire français. Les paroles sont de Laurent Delcasso (1797-1887), recteur de l’académie de Strasbourg."

 

 

Les paroles :

Mon beau sapin, roi des forêts,
Que j’aime ta verdure !
Quand par l’hiver bois et guérets
Sont dépouillés de leurs attraits,
Mon beau sapin, roi des forêts,
Tu gardes ta parure.

Toi que Noël planta chez nous,
Au saint anniversaire,
Joli sapin, comme ils sont doux
Et tes bonbons et tes joujoux,
Toi que Noël planta chez nous
Par les mains de ma mère.

Mon beau sapin, tes verts sommets,
Et leur fidèle ombrage,
De la foi qui ne ment jamais,
De la constance et de la paix,
Mon beau sapin, tes verts sommets,
M'offrent la douce ima
ge.

 

 

Autres chants de Noël :

 

http://rosemar.over-blog.com/article-chant-de-noel-113740165.html

 

http://rosemar.over-blog.com/article-dans-les-grands-sapins-verts-125249781.html

 

http://rosemar.over-blog.com/2017/12/dormez-petits-c-est-noel.html

 

http://rosemar.over-blog.com/article-adeste-fideles-121754183.html

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2022 7 11 /12 /décembre /2022 14:05
Fantasmagorie de Noël...

 

La fête de Noël approche ! la ville de Nîmes propose cette année un programme placé sous le signe du cercle polaire et de l'Arctique...

 

Le spectacle qui a ouvert ces festivités était présenté par la Compagnie des Quidams : devant l'église Saint Baudile, des figures géantes évanescentes ont déambulé parmi la foule...

Un spectacle fantasmagorique empli de poésie...

 

De longues silhouettes blanches et lumineuses perchées sur leurs échasses et drapées de toiles immaculées. apparaissaient au détour d’une rue, elles entamaient d’étranges mouvements, s’approchant, s’éloignant et nous invitant finalement à les suivre…

 

La magie de Noël était au rendez-vous.

Lumières, mystères, musiques envoûtantes...

Moments de rêves, de surprises, d'émotions, de rires...

Des lumières mouvantes dans l'obscurité de la nuit, des pas de danse, tout cela ponctué par les émerveillements et les cris de joie des enfants...

Un spectacle enchanteur qui a ravi un public venu nombreux malgré le froid et la pluie...

Une parade blanche, lumineuse, féerique !

Des danses tourbillonnantes, des rondes de lumières, des créatures qui semblent venues d'un autre monde...

Des formes fantomatiques, emplies d'élégance, des images de rêve... de quoi retrouver une âme d'enfant !

Un ballet féerique dans un cadre majestueux : le parvis de l'église Saint Baudile... une architecture de style neo-gothique sobre, avec des détails de qualité comme la rosace présente au dessus de la porte d'entrée principale.

 

Ces créatures oniriques glissaient majestueusement parmi la foule et nous invitaient au rêve...

 

Animations, spectacles, projections d’images, parades au cœur de l’Écusson : les Nîmois partagent encore une fois cette année la magie de Noël.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2022 5 09 /12 /décembre /2022 12:59
Un magnifique éloge du livre...

 

Un magnifique éloge du livre que l'on doit au romancier Yasmina Khadra dans le cadre de La Grande Librairie, sur la Cinq.

"Le livre, c'est notre meilleur confident, c'est le meilleur compagnon de l'homme. On ne peut pas trouver meilleur ami que le livre. Il ne demande rien, le livre... il est là, il ne bouge pas, il prend la poussière et puis, on l'ouvre et il vous offre le monde..."

Quelle belle déclaration d'amour à la littérature, aux livres !

 

Le livre nous offre un moment de répit, de repos, d'évasion, de détente, dans ce monde de vitesse effrénée où nous sommes emportés par la modernité.

Oui, le livre est le meilleur compagnon de l'homme : ami de la lenteur, il nous permet de rompre avec le rythme habituel de nos journées... S'il nous immobilise sur une chaise ou un fauteuil, il mobilise notre attention, nous invite à la réflexion...

Le livre est associé à la lenteur : on prend le temps de le savourer...

 

Le livre nous ouvre à d'autres univers, d'autres mondes, d'autres façons de penser...

Il nous entraîne dans son sillage de mots, de phrases, de mystères, de bonheurs, de joies, de peines, de douleurs...

Le livre est une occasion d'émerveillements et de découvertes...Le nom des arbres, la beauté des saisons, le nom des oiseaux, des insectes... un monde inconnu se révèle à nous...

Le livre est aussi un moment d'apaisement et de détente loin de l'agitation du monde. C'est Montesquieu qui écrivait : "Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait dissipé..."

Le livre nous fait du bien, nous réconforte...


"Salammbô" ! "La peau de chagrin" "La rabouilleuse", "La mare au diable", "La bête humaine", des titres mystérieux, des oeuvres, des romans inoubliables !

 

"Le livre est aussi un moyen de se réapproprier le temps : on peut regarder une émission de télévision ou un film avec un portable à la main. On ne peut pas lire un livre avec un portable à la main. C'est une cocréation : on est obligé d'être complètement dans le texte. La lecture est un acte de résistance. On se reconnecte à notre temps, au temps long... on se connecte à ce temps qui nous a été volé par la technologie..." déclare Victor Dixen, auteur de livres pour la jeunesse, dans une autre épisode de la Grande Librairie...

Le livre est bien un instrument de liberté et de culture...

 

A Noël, offrez des livres plutôt que des écrans ou des jeux vidéos !

 

 

Vidéo : à 2 minutes, 36 secondes

Partager cet article
Repost0
4 février 2022 5 04 /02 /février /2022 12:33
Les plaisirs du patin à glace...

 

A l'occasion des fêtes de Noël, une patinoire éphémère était installée près de la Maison Carrée à Nîmes : les amateurs de patins à glace pouvaient s'entraîner et perfectionner leur maîtrise de la glisse...

 

On pouvait y voir quelques patineurs expérimentés qui montraient une certaine aisance sur la glace.

On pouvait aussi découvrir des débutants : c'est alors qu'on perçoit toutes les difficultés de cet art et de ce sport.

Garder l'équilibre ! Ne pas tomber ! Mission impossible !

 

De jeunes enfants affrontaient cette épreuve avec courage, des adultes essayaient aussi de faire leurs premiers pas sur la glace...

Un festival de chutes !

Difficile de tenir l'équilibre... Certains se tiennent désespérément à la rembarde pour ne pas tomber, d'autres font de petits pas, essaient d'avancer prudemment, mais peine perdue, les chutes s'accumulent.

 

Une fillette accompagnée de ses parents semblait faire ses premiers pas sur la glace : elle essayait de progresser mais invariablement, elle tombait à la renverse.

Courageusement, elle recommençait, le sourire aux lèvres : quelle constance et quelle persévérance !

 

Un jeune garçon connaissait les mêmes vicissitudes : accompagné de son père, il se lançait sur la glace et multipliait les chutes.

Mais la glace est dure et impitoyable, il fit une lourde chute et se mit à pleurer à chaudes larmes. Son père le consolait comme il pouvait.

 

Décidément, l'apprentissage du patin à glace est difficile et parfois douloureux.

 

Malgré tout, le spectacle des patineurs est souvent réjouissant : on les voit mouliner des bras pour essayer de garder l'équilibre, on les voit accrochés aux rembardes, on les sent pleins de bonne volonté, tout de même...

 

On perçoit leur envie de progresser : cette discipline n'est-elle pas une belle métaphore de nos vies humaines ? Des obstacles, des épreuves, des difficultés, des joies aussi quand on parvient à les surmonter...

 

Aujourd'hui, 4 février, s'ouvrent les Jeux Olympiques d'hiver à Pékin : on pourra suivre les épreuves de patinage artistique, une discipline qui requiert de nombreuses qualités, persévérance, grâce, élégance, tout un art de l'équilibre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/