Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2022 5 04 /02 /février /2022 12:33
Les plaisirs du patin à glace...

 

A l'occasion des fêtes de Noël, une patinoire éphémère était installée près de la Maison Carrée à Nîmes : les amateurs de patins à glace pouvaient s'entraîner et perfectionner leur maîtrise de la glisse...

 

On pouvait y voir quelques patineurs expérimentés qui montraient une certaine aisance sur la glace.

On pouvait aussi découvrir des débutants : c'est alors qu'on perçoit toutes les difficultés de cet art et de ce sport.

Garder l'équilibre ! Ne pas tomber ! Mission impossible !

 

De jeunes enfants affrontaient cette épreuve avec courage, des adultes essayaient aussi de faire leurs premiers pas sur la glace...

Un festival de chutes !

Difficile de tenir l'équilibre... Certains se tiennent désespérément à la rembarde pour ne pas tomber, d'autres font de petits pas, essaient d'avancer prudemment, mais peine perdue, les chutes s'accumulent.

 

Une fillette accompagnée de ses parents semblait faire ses premiers pas sur la glace : elle essayait de progresser mais invariablement, elle tombait à la renverse.

Courageusement, elle recommençait, le sourire aux lèvres : quelle constance et quelle persévérance !

 

Un jeune garçon connaissait les mêmes vicissitudes : accompagné de son père, il se lançait sur la glace et multipliait les chutes.

Mais la glace est dure et impitoyable, il fit une lourde chute et se mit à pleurer à chaudes larmes. Son père le consolait comme il pouvait.

 

Décidément, l'apprentissage du patin à glace est difficile et parfois douloureux.

 

Malgré tout, le spectacle des patineurs est souvent réjouissant : on les voit mouliner des bras pour essayer de garder l'équilibre, on les voit accrochés aux rembardes, on les sent pleins de bonne volonté, tout de même...

 

On perçoit leur envie de progresser : cette discipline n'est-elle pas une belle métaphore de nos vies humaines ? Des obstacles, des épreuves, des difficultés, des joies aussi quand on parvient à les surmonter...

 

Aujourd'hui, 4 février, s'ouvrent les Jeux Olympiques d'hiver à Pékin : on pourra suivre les épreuves de patinage artistique, une discipline qui requiert de nombreuses qualités, persévérance, grâce, élégance, tout un art de l'équilibre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 13:58
L'univers du conte : l'histoire de Yule...

 

Un spectacle qui met à l'honneur l'univers du conte : bien sûr, on y croise un loup, une mère-grand, Pégase, Peter Pan, etc.

On y trouve tous les ingrédients du conte : un héros confronté à des obstacles, des difficultés, des épreuves, à la peur... on y trouve du merveilleux, de l'étrange, un personnage malveillant...

Un spectacle dans un cadre somptueux : les Arènes de Nîmes...

On y fait la connaissance d'un héros : Yule... Mais d'où vient ce nom ?

 

"En Islande, la fête de Noël existait bien avant l'adoption du christianisme en l'an 1000. Elle portait le nom de Jol (ou Yule) et les vikings y célébraient le solstice d'hiver et l'inversion de la course du soleil augurant le rallongement des journées. La fête durait plusieurs jours remplis de ripailles, de beuverie, de danse, de jeux et de joutes sportives...

Avec l'arrivée de l'hiver, curieusement, on fête la renaissance du Dieu Soleil : les jours s’allongent de nouveau, grignotant la nuit de quelques minutes chaque jour…

Le solstice d’Hiver marque ce point de bascule où renaît l’espoir des jours meilleurs… Dehors le froid se fait plus mordant et la nature semble morte mais il n’en est rien ! Dans le sein de la Terre, à l’abri des regards comme dans le ventre de la mère, la magie de la vie opère !"

 

"Traditionnellement, en Écosse, les membres du clan partaient dans la forêt dans le but de trouver la plus grosse et la plus belle bûche ou souche, la bûche de Yule : il fallait qu’elle soit assez grande pour fournir chaleur et lumière pendant douze jours. La bûche était décorée avec des végétaux et elle était positionnée sur un tison prélevé sur la bûche de l’année précédente, qui servait à embraser la nouvelle bûche afin de symboliser la continuité de la vie et de la lumière. Le bois de Chêne était favorisé pour sa robustesse et sa densité, et parce qu’il a l’avantage de se consumer lentement. On versait une libation de cidre, de vin cuit, d’huile ou de bière avant d’allumer le feu nouveau. La soirée était alors rythmée par des chants, des contes, des devinettes. La bûche solsticiale recevait la plus grande attention, elle était bénie et lustrée avec un rameau de Buis et accompagnée par les souhaits pour l’année à venir. Les cendres de la bûche consumée, étaient répandues dans les champs et les jardins pour assurer des récoltes abondantes."

 

Laissons Yule nous raconter l'univers des contes :

Il était une fois, moi Yule : mes parents étaient très pauvres et par une froide nuit de Noël, ils m'envoient porter son repas à mère-grand... Ce soir-là, il y avait des milliers d'étoiles !

Au bout de quelques kilomètres, je suis perdu et épuisé..."Allez Pégase ! Emmène moi chez mère-grand !"

"Salut Peter Pan ! Oh doucement ! J'ai pas le permis, moi, Pégase !"

Puis Pégase s'évanouit soudain dans l'obscurité...

 

Yule se retrouve seul dans la forêt...

"Je n'aime pas cette forêt... Maman ! Le loup ! Maman ! Aidez-moi ! Oh ça suffit, il y en a marre d'avoir peur !"

Yule doit affronter le froid, le gel, puis la pluie, la peur...

 

"Oh ça sent le pain d'épices, la crème !" "J'ai une faim de loup !" Yule se met à dévorer le monument...

 

"Avec tout ça, j'ai failli oublier mère-grand..."

 

"Bonsoir mère-grand, ne bouge pas, j'ai tout apporté pour le repas."

On met alors la table...

"Mère-grand, vous allez vous régaler ce soir ! Mais...  mère-grand, vous avez de drôles de mains ! Haut les mains,  loup !"

 

"On est où, là ?" Yule se retrouve prisonnier... "Sésame, ouvre-toi ! non c'est pas ça ! Abracadabra ! Décroche-toi ! Ah non pas plus ! Ah je sais ! Arène, ouvre-toi !"

Et les murs du monument s'ouvrent comme par magie...

 

Le conte s'achève avec cette idée géniale de Yule :

"Et si j'inventais quelque chose ou quelqu'un qui fasse plaisir à tout le monde ?"

 

Et peu à peu, prend forme, sur l'édifice, l'image du Père Noël...

 

Voilà un joli spectacle qui contribue à la magie de Noël !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost1
25 décembre 2021 6 25 /12 /décembre /2021 12:08
La fabrique de Noël...

 

La façade de l'église s'illumine et soudain, une fée déverse une pluie d'or sur les murs... on découvre alors une inscription en lettres d'or : La Fabrique de Noël...

 

Encore un tourbillon de lumières sur l'édifice qui change de couleur ! Il passe du bleu à des teintes dorées alors qu'une étoile filante apparaît et parcourt toute la façade... L'atelier du père Noël se dessine alors comme par magie !

 

Des briques en couleurs surgissent... Il neige et, dans la tourmente, des tourbillons de cadeaux s'envolent...

 

Et voici le père Noël qui nous sourit entouré d'une multitude de bottes de Noël !

 

Puis, s'inscrivent des mots d'enfants adressés au père Noël : J'espère que tu vas bien, tu vas avoir beaucoup de travail... cette année, j'ai été bien sage, sauf une fois..."

 

Et la fabrique se met en marche : Analyse des demandes, affectation des lutins, vérification des stocks, préparation, fabrication, mise en route chrono...

 

Les aiguilles tournent, s'affolent : l'horloge sonne !

 

Se dessinent alors tous les rouages de la machine... les lutins s'activent pour acheminer les cadeaux.

 

Et l'édifice devient un magnifique paquet-cadeau !

 

C'est un tourbillon de cadeaux colorés  qui enveloppe la fabrique avec des milliers d'étoiles !

 

Les monuments de la ville de Nîmes sont aussi mis en lumière sur la façade : la Maison Carrée, les Arènes, la Cathédrale...

 

Enfin, le traîneau du Père Noël apparaît en ombres chinoises, filant à toute allure, se rapprochant de plus en plus...

 

 

Joyeux Noël à tous !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2021 5 24 /12 /décembre /2021 09:41
Un merveilleux concert de Noël !

 

Je crois profondément aux vertus de la musique : elle apaise, elle soulage, elle réunit et rassemble les gens les plus divers, elle est source de sensibilité et d'émotions...


"De qualité, la musique envahit âme et corps, emplit, sature les os. Immobilise, saisit, pétrifie... rend dense et attentif. Elle aère, allège, libère, assouplit, dynamise les muscles, fait voler. Fait couler, ruisseler, fait jaillir les larmes et les mouvements. Allume les sentiments, embrase les émotions, enflamme l'intelligence, incendie l'inventivité..." c'est ainsi que Michel Serres décrit les effets magiques de la Musique...

 

Et le concert de Noël donné cette année à Nîmes vient conforter encore cette impression.

 

Un pur bonheur ! Un moment de détente, de concentration, d'attention, d'émotions...

Sous la direction de Laurent Richard, l'ensemble CALLIOPE a enchanté le public nîmois. En raison du Covid, la chorale n'était pas présente : 60 choristes au total.

 

Le concert fut, malgré ce manque, éblouissant !

Avec tout d'abord, l'ouverture du TE DEUM de Marc Antoine Charpentier : un air célèbre entre tous puisqu'il sert encore de générique à l'Eurovision...

 

On apprécie aussi la Danse Hongroise n°5 de Brahms, un chef d'oeuvre musical, empli de vivacité...

 

On est saisi ensuite par cette musique puissante, poignante de la Danse des Chevaliers de Prokofiev, extrait de Roméo et Juliette. Magnifique !

 

Puis, c'est la Barcarolle d'Offenbach qui nous enveloppe de sa douceur infinie : 


"Belle nuit, ô nuit d’amour
Souris à nos ivresses
Nuit plus douce que le jour
Ô,belle nuit d’amour!
Le temps fuit et sans retour
Emporte nos tendresses
Loin de cet heureux séjour
Le temps fuit sans retour
Zéphyrs embrasés
Versez-nous vos caresses
Zéphyrs embrasés
Donnez-nous vos baisers!
Vos baisers! Vos baisers! Ah!
Belle nuit, ô, nuit d’amour
Souris à nos ivresses
Nuit plus douce que le jour,
Ô, belle nuit d’amour!
Ah! souris à nos ivresses!
Nuit d’amour, ô, nuit d’amour!
Ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah!"
 

Une magnifique interprétation de la soprano Anne Derym accompagnée par Laurent Richard, en personne...

 

Comment ne pas être ébloui encore par l'air du matin de Grieg ? Une magnifique aurore, un monde pur et enchanté, comme une renaissance !

 

On change de registre avec la musique ténébreuse à souhait de Star Wars, avec, en prime, l'apparition surprenante de Dark Vador faisant tournoyer son épée flamboyante...

 

On revient à une infinie  douceur avec l'air de Nessun Dorma de Puccini : un moment de rêve et d'émotion !

 

Palladio de Jenkins nous entraîne dans un univers très rythmé, plein de vivacité.

 

La Valse n°2 de Chostakovitch nous fait virevolter dans ses tourbillons majestueux !

 

Après un début apaisant et serein, sonnez trompettes et clairons!  La musique intense et si vive de l'ouverture de Guillaume Tell de Rossini nous éblouit...

 

L'Amour est un oiseau rebelle, extrait de Carmen de Bizet, nous séduit encore grâce à l'interprétation de la Soprano Anne Derym, assisté de Laurent Richard et du public : PRENDS GARDE A TOI !

"L'amour est un oiseau rebelle
Que nul ne peut apprivoiser
Et c'est bien en vain qu'on l'appelle
S'il lui convient de refuser
Rien n'y fait, menaces ou prières
L'un parle bien, l'autre se tait:
Et c'est l'autre que je préfère
Il n'a rien dit mais il me plaît
L'amour!
L'amour!
L'amour!
L'amour!
L'amour est enfant de Bohême
Il n'a jamais, jamais connu de loi
Si tu ne m'aimes pas, je t'aime
Si je t'aime, prends garde à toi!
Si tu ne m'aimes pas
Si tu ne m'aimes pas, je t'aime!
Mais, si je t'aime
Si je t'aime, prends garde à toi!
Si tu ne m'aimes pas
Si tu ne m'aimes pas, je t'aime!
Mais, si je t'aime
Si je t'aime, prends garde à toi!
L'oiseau que tu croyais surprendre
Battit de l'aile et s'envola
L'amour est loin, tu peux l'attendre
Tu ne l'attends plus, il est là!
Tout autour de toi, vite, vite
Il vient, s'en va, puis il revient
Tu crois le tenir, il t'évite
Tu crois l'éviter, il te tient
L'amour!
L'amour!
L'amour!
L'amour!"

 

Le ballet du Lac des Cygnes de Tchaïkovski nous ravit par son intensité... tant de beauté, tant de majesté !

 

C'est un tonnerre d'applaudissements bien mérité  pour tous les musiciens et le chef d'orchestre !

 

Ils reviennent, après un rappel, pour interpréter la Marche triomphale de Radetzky.

 


 

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2021 3 22 /12 /décembre /2021 09:42
Crèches de Provence et d'ailleurs...

 

Noël approche : c'est le moment de confectionner une crèche selon la tradition provençale... un peu de mousse fraîchement cueillie sur les collines environnantes, un peu de houx, quelques santons disposés tout autour de l'étable... 

 

C'est là une habitude qui remonte à l'enfance et que j'essaie de perpétuer chaque année.

 

"La crèche est un moyen d'expression... Au fond, nous sommes toujours à l'époque des cavernes : il nous faut dessiner sur les parois.

Il n'y a pas que les santons. Il y a la composition du paysage. Ce n'est jamais un paysage de Judée. C'est toujours celui qui nous est familier ; le Marseillais y représente Marseille ; le Manosquin, Manosque ; le Parisien, Paris...."

C'est ainsi que Jean Giono évoque la confection des crèches de Noël, dans son ouvrage intitulé Provence.

 

Les crèches varient en fonction des villes, des pays, des continents, de nos personnalités, de notre culture, de nos goûts.

 

Crèches confectionnées par des enfants, des adultes, une exposition leur était consacrée en l'église Saint-Charles de Nîmes...

 

Grande crèche en bois traditionnelle avec une multitude de personnages, crèche stylisée faite d'une simple hutte en bois, quelques pierres, avec la seule représentation de la nativité...

 Crèche en carton, avec de grands santons revêtus de vêtements somptueux en tissu, crèche coquillages dont on admire l'originalité, garnie de petits santons d'argile...

Crèche africaine décorée de galets, crèche tricotée, crèche avec des personnages dessinés sur du carton, sur un fond scintillant...

 

Crèche mandarine sous cloche, crèche avec des silhouettes en bois, etc.

 

Une des plus originales est sans conteste cette crèche où le corps des personnages est composé de papiers imprimés pliés en accordéon, avec des bergers, des moutons...

Les anges ont aussi des ailes en accordéon...

 

Gardons nos traditions ! Elles sont essentielles, car elles nous relient au passé : de nombreuses polémiques sont apparues, quand des crèches de Noël ont été installées dans des mairies ou dans des lieux publics.

Pourtant, la crèche fait partie de notre culture : en Provence, nous sommes particulièrement attachés à ces crèches ancestrales, aux santons empreints de charmes et de naïveté.

 

Même si l'on n'est pas croyant, on aime le symbole de la crèche : un enfant qui évoque un renouveau, un espoir...

Toute la population d'un village vient admirer l'enfant Jésus. Et les santons célèbrent, aussi, la vie quotidienne de la Provence.

 

 

 

 

 

 

Crèches de Provence et d'ailleurs...
Crèches de Provence et d'ailleurs...
Crèches de Provence et d'ailleurs...
Crèches de Provence et d'ailleurs...
Crèches de Provence et d'ailleurs...
Crèches de Provence et d'ailleurs...
Crèches de Provence et d'ailleurs...
Crèches de Provence et d'ailleurs...
Crèches de Provence et d'ailleurs...
Partager cet article
Repost1
19 décembre 2021 7 19 /12 /décembre /2021 12:09
L'arbre de Noël...

 

L'arbre de Noël illumine le regard des enfants dans l'obscurité de la nuit : un éblouissement de lumières !

 

 

 

La magie de Noël au coeur de l'antique cité de Nîmes !

 

 

 

L'arbre scintille dans toute sa majesté, auréolé d'or et de lumières...

 

 

 

Le roi des forêts se pare de splendeurs nouvelles, il rayonne dans la nuit et attire tous les regards...

 

 

 

 

Près de l'ancien temple, l'arbre magnifié emplit la nuit de ses éclats de feux !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'arbre de Noël...
Partager cet article
Repost0
3 décembre 2021 5 03 /12 /décembre /2021 12:21
Déjà des bûches de Noël !

 

Le temps s'accélère : dès la fin du mois de Novembre, on voit apparaître sur les étals de nos supermarchés des bûches de Noël...

Bûches au chocolat, aux marrons, aux framboises, bûches glacées avec différents parfums... noix de coco, fruits rouges, ananas, nougat, citron, chocolat blanc, chocolat noir, pistache...

Une débauche de crèmes, de sucres, de chantilly...

 

Autrefois, la bûche était réservée au jour de Noël : désormais, elle se banalise et devient presque l'ordinaire de beaucoup de gens.

 

Les foies gras ne sont pas oubliés : ils trônent en bonne place dès la fin du mois de Novembre.

Pas étonnant que l'obésité progresse dans nos sociétés, notamment chez les jeunes.

Le rayon des jouets commence, quant à lui, à se remplir dès le début du mois de Novembre.

 

Nos sociétés entretiennent sans cesse l'idée de fête : une fête succède à une autre et les gens sont emportés dans le tourbillon sans fin de la consommation.

Avant Noël, c'est déjà Noël, avant le jour de l'An, c'est déjà le jour de l'An, après le jour de l'An, c'est encore le jour de l'An, etc. On nous incite sans arrêt à anticiper sur la suite et à prolonger les fêtes indéfiniment...

 

Nous sommes sans cesse invités à consommer, à surconsommer, alors que dans certains pays les gens n'ont même pas de quoi survivre.

Nous gaspillons même, nous jetons et nos poubelles débordent.

On voit bien dans nos supermarchés que de nombreux produits ne sont pas vendus, alors que la date limite de consommation est dépassée.

 

"Les déchets sont l'affaire de l'homme. L'homme produit des déchets parce qu'il est par essence un être qui produit. L'homme est devenu homme quand il a commencé à façonner son environnement et à produire des objets dont il avait besoin pour une vie meilleure.", écrit Konrad Paul Liessmann dans son ouvrage La haine de la culture.

Et il ajoute :"Aller jusqu'à produire des biens, ce qui est parfois très énergivore, pour qu'ils se retrouvent à la poubelle, sans même avoir été utilisés, frôle le cynisme, quand d'innombrables personnes n'ont pas le strict nécessaire pour vivre."

Que faire ? Quelles sont les solutions dans une société malade de l'hyperconsommation ?

Supprimer la pub qui nous manipule, qui fabrique des désirs inutiles ? Elle fait de nous des êtres influençables... 

On nous réduit à la fonction de consommation. Les relations deviennent alors uniquement marchandes.

Ne plus aller au supermarché ? Ce serait possible mais difficile quand on travaille...

Cyril Dion nous rappelle cette anecdote qu'il a lue dans le livre de Thoreau, Walden : "Un jour, il ramasse des galets dans la rivière, il les trouve très beaux, il les met sur son bureau, et puis au bout de quelques jours, il se rend compte qu'il va être obligé de faire la poussière, chaque jour, sur ces galets, donc finalement il les remet dans la rivière, parce qu'il se rend compte que ça va lui prendre du temps."

On pourrait adopter la méthode "BISOU" à découvrir dans l'émission source sur France Inter. ( à 44 minutes)

 

 

Source :

https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-04-mai-2017
 

 

Déjà des bûches de Noël !
Partager cet article
Repost0
24 novembre 2021 3 24 /11 /novembre /2021 09:48
"Monsieur, mettez votre masque !"

 

Une scène vécue en librairie : ce jour-là, je me rends dans une librairie pour faire quelques achats de Noël.

Evidemment, dès l'entrée du magasin, le client est averti par des panneaux que le port du masque est obligatoire dans l'enceinte de la librairie.

Un distributeur de gel hydroalcoolique est aussi installé à l'entrée.

 

Je fais quelques achats et me range alors dans la file d'attente de la caisse.

Devant moi, un monsieur d'un certain âge ressent le besoin de se moucher : pour ce faire, il enlève son masque, mais ne le remet pas dans l'instant.

 

Aussitôt, la libraire l'interpelle vivement : "Monsieur, mettez votre masque et respectez le règlement !"

Réponse immédiate et non moins véhémente du client : "Vous faites la police ! Vous allez appeler la police ?"

La femme du client intervient alors : "Mais, enfin, il a simplement enlevé son masque pour se moucher !"

 

Le Monsieur surenchérit : "Soyez poli, tout de même ! Vous ne voyez pas que vous m'excitez !"

 

Et la libraire de lui répondre non sans un certain humour : "Eh bien, je suis ravie car cela fait longtemps que quelqu'un ne m'a dit que je l'excitais."

 

Le ton monte tout de même : le monsieur bougonne, s'emporte encore...

 

Décidément, face à la montée de l'épidémie, une forme de paranoïa et de psychose s'installe.

 

Il est vrai que les dernières nouvelles sur le front du Covid ne sont pas bonnes... "la cinquième vague démarre de façon fulgurante", a déclaré de manière alarmiste Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement.

À l'approche de la fin d'année, les signaux sanitaires sont au rouge.

Noël s'annonce et un nouveau confinement serait très mal perçu pour les fêtes de fin d'année.

 

En Europe, les révoltes grondent contre les confinements : à Bruxelles, des heurts ont émaillé, dimanche, le rassemblement de quelque 35 000 manifestants, selon la police. La Belgique a annoncé la généralisation du port du masque et veut également rendre le télétravail obligatoire pour les emplois qui le permettent. On a vu aussi des dizaines de milliers de manifestants du côté de Vienne, des scènes d’émeutes aux Pays-Bas, et des pillages, du vandalisme dans les Antilles françaises. 

Des renforts de police ont même été envoyés en Guadeloupe.

 

 

 

"Monsieur, mettez votre masque !"
Partager cet article
Repost1
3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 13:42
Le petit train de Noël...

 

 

Pendant les fêtes de Noël, un train musical sillonne la ville... 

 

 

Des chants de Noël scandent son passage... gospels, chants traditionnels : Douce Nuit, La Marche des Rois, Les Anges dans nos campagnes, Venez divin Messie, etc.

 

 

Des chants qui réveillent des souvenirs d'enfance, des Noëls d'autrefois...

 

 

 

Joli train couleurs de neige et d'or qui enchante le moment des fêtes...

 

 

 

Joli moment fugitif pour fêter Noël, belle ambiance festive dans les rues de la ville...

 

 

 

Des sourires, de la gaieté, une joie simple, des signes de la main offerts aux passants...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2020 7 27 /12 /décembre /2020 13:28
L'arbre givré...

 

 

Un arbre étincelant sur le boulevard : il déploie ses branches lumineuses, arabesques, festons éblouissants dans l'obscurité...

 

 

 

L'arbre paraît comme givré de neige et de glace, comme pétrifié par le froid de l'hiver.

 

 

 

Le tronc, les branches se couvrent d'un glacis de lumières...

 

 

 

L'arbre revêt ses habits d'hiver : branches dépouillées, tortueuses, ennuagés de neige...

 

 

 

L'arbre resplendit d'éclats glacés, il rayonne de givre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

L'arbre givré...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/