Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 12:01
Un jour, la France pourra être musulmane...



"Un jour, la France pourra être musulmane...Ce sera le mouvement de l'histoire...", cette déclaration de Yann Moix, en réponse à Nadine Morano, n'est-elle pas encore une provocation du romancier, désormais chroniqueur de  l'émission, On n'est pas couché ?


Beaucoup de gens se sont moqués, à juste titre, des propos de Nadine Morano qui évoquait, maladroitement, la France comme "un pays de race blanche." Mais personne n'a souligné la phrase provocatrice de Yann moix...

 


A force de mettre en avant la laïcité, on en vient à gommer notre culture et nos racines : peintures, littérature, architecture, musique, tous nos arts sont imprégnés de culture chrétienne...

En Provence, l'usage de confectionner des crèches de Noël est, depuis longtemps, une tradition.

L'humanisme, inspiré de principes chrétiens est un mouvement essentiel qui a traversé le seizième siècle et cet humanisme est constitutif de notre histoire.

J'espère que la France ne deviendra pas musulmane, imprégnée d'une religion très régressive, où les femmes sont considérées, parfois, comme des mineures, où elles ont l'obligation de se voiler, de vivre cachées, soumises à un mari omnipotent.

Je sais bien qu'il existe un islam progressiste, mais peut-on voir un pays comme la France devenir musulman ?

Non, la France est de tradition chrétienne et le restera et, même si la religion chrétienne perd, effectivement, de son influence, la France restera fortement imprégnée d'une longue histoire et d'une culture inspirée par la chrétienté...

Les notions de partage, d'humanisme font partie de notre essence : et on ne peut envisager de les effacer de notre culture et de nos traditions.

Nous pouvons être accueillants à la religion musulmane, à ses adeptes, à condition que cette religion refuse les fanatismes, l'intolérance, à condition qu'elle accepte la satire, les critiques, traditions bien françaises, qui sont très anciennes : on songe à Rabelais, grand humaniste, qui, en son temps, n'hésitait pas à critiquer les institutions en place.

Certes, Nadine Morano s'est fourvoyée, en évoquant la notion périmée de race blanche, mais elle a raison de défendre la culture française, largement inspirée par la religion chrétienne.

Le mot "chrétien" n'est pas un gros mot, même si la religion chrétienne, catholique a été, maintes fois, dévoyée et détournée de sa vocation initiale.

Elle comporte des valeurs qu'il faut, encore, défendre, le partage, la compassion, le pardon, par exemple.

Il faut arrêter de renier et de reléguer, au second plan, notre propre culture, et ce, au nom de la laïcité.

Il faut arrêter de renier notre identité, notre passé riche d'un patrimoine culturel considérable, et il faut préserver ce patrimoine et cette histoire...

Non, la France n'est pas musulmane et ne le sera jamais, ses traditions ancestrales sont tout autres, notre pays est de culture chrétienne et le restera.
 

On le voit : la provocation devient, pour Yann Moix, un fonds de commerce, il s'agit de faire le "buzz", de se livrer à des déclarations outrancières et dangereuses.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 14:53
Le passé nous construit : à chacun son histoire...

 

 



Le monde moderne nous emporte dans un tourbillon de technologies et d'informations, sans cesse renouvelées. Nous sommes submergés par ce flot de technicité, par un trop plein d'actualités qui déferlent dans les médias.

Et pourtant, nous avons tous besoin d'être ancrés dans le passé, ce passé qui nous a construits, qui constitue notre histoire, celle de nos parents, de nos grands parents qui nous ont façonnés à leur image.

Nous sommes tous influencés par notre milieu social, familial, nous sommes pétris de souvenirs du passé.
Nous sommes, aussi, ce passé et nous lui sommes redevables : que serions nous sans nos parents, sans notre famille de coeur, que serions-nous, sans ce passé ?

Des fantômes sans âme, des êtres sans histoire, sans ancrage...

Ce passé nous a construits, nous a donné des bases : l'école, aussi, nous a appris beaucoup, elle nous a structurés, nous a donné des cadres de vie, une envie d'apprendre, de progresser.

Nos lectures nous ont enrichis, certains professeurs nous ont imprégnés de leur culture.
L'être humain est fait pour apprendre tous les jours, et ces apprentissages sont fondés, aussi, sur une culture antérieure.
Cette culture qui ouvre l'esprit et qui donne envie d'apprendre, encore...

Et ces découvertes incessantes sont l'occasion de s'enthousiasmer, de s'enrichir à nouveau : la culture nourrit la culture et permet ainsi de la développer.

Nous sommes tous constitués d'apprentissages divers : certains ont acquis des compétences manuelles, d'autres ont développé des connaissances diverses, en histoire, en littérature, en sciences...
Et chacun de nous est la somme de ces expériences accumulées.
Chacun peut exploiter ces expériences, l'être humain étant apte à emmagasiner toutes sortes de savoirs.

Ce sont ces savoirs qui font la richesse et l'essence de l'homme...
Ce sont ces savoirs qu'il faut préserver et c'est grâce à eux que l'homme progresse, va de l'avant et s'épanouit.

Il est donc important de vénérer le passé, de conserver le souvenir de ceux qui nous ont précédés et qui nous ont aidés à être ce que nous sommes.
Oui, le passé est essentiel, il nous sert de base et de tremplin pour aller plus loin...

Notre histoire, notre passé nous permettent, sans cesse, de mieux vivre le présent, de mieux le comprendre et l'assimiler.

Je suis redevable à mes parents de ce que je suis, avec des défauts et des qualités, ils m'ont transmis des valeurs, des idées, un certain humanisme, ils m'ont apporté ce qu'ils avaient, eux-mêmes, d'humanité, et même s'ils n'étaient pas des gens cultivés, ils m'ont montré l'importance du travail, du devoir accompli.

Ils ont su me montrer une façon de faire, d'agir, même s'ils n'ont pas toujours été exemplaires : qui peut l'être tout au long de sa vie ?

Ils constituent mon histoire, ils sont en moi et continuent, sans doute, à me façonner dans ma vie, dans mes idées.

Notre passé est notre essence, il est souvent un moteur, il donne envie d'évoluer.

Notre passé nous appartient, il fait partie de nos vies, il est essentiel.

 

 

 

 

Photos : rosemar

Le passé nous construit : à chacun son histoire...
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 08:40
Les secrets du cagibi...

 



Le cagibi est un lieu particulier, un peu mystérieux et secret, dans une maison : on y stocke toutes sortes d'objets, de l'outillage, des cordes, des fils, des lampes.

Le mot intrigue par ses sonorités étranges, sa voyelle "i" redondante, sa gutturale initiale tempérée par la chuintante "g" et la labiale "b", un capharnaüm de consonnes variées, aux effets divers.

Le cagibi sombre, obscur suscite l'inquiétude, la curiosité, une envie de découvertes...

Le cagibi de la maison de l'Estaque était un étroit couloir qui débouchait sur une excavation plus grande, il était situé sous l'unique escalier de l'habitation et il offrait sa part de mystères.

Sur des étagères, étaient entassés des outils de bricolage, des objets mis au rebut, de vieux tableaux, des morceaux de tapisseries, des rouleaux de ficelles, tout un bric-à-brac hétéroclite.

Le couloir minuscule ne laissait guère de place pour la circulation, il fallait se lover dans la pièce avec précaution, pour éviter les obstacles des étagères.

La demi-obscurité qui régnait dans ce lieu, mal éclairé créait une vague inquiétude et contribuait, aussi, à l'étrangeté de ce réduit.

Au fond, dans l'excavation, on pouvait admirer une ancienne machine à coudre, avec pédale, une de ces machines aux décors de bois somptueux, telles qu'on les fabriquait, autrefois.

C'était le "clou" du cagibi, on pouvait s'asseoir, faire tourner le roue, écouter le bruit de la machine, s'essayer, même, à piquer quelques points.

Cette vieille relique  était une véritable oeuvre d'art : autrefois très utilisée, elle était devenue un objet de vénération, conservée par ma mère comme un souvenir du temps passé.
Sur les bords, des tiroirs recélaient des aiguilles, du fil, des dés à coudre, des boutons de toutes les formes et de toutes les couleurs.
Le bois marqueté permettait d'admirer des motifs géométriques, les tiroirs étaient ornés de ferrures ouvragées.

Une singer ! Un luxe ! 

Rien à voir avec les machines modernes d'aujourd'hui, laquées de blanc, électriques, sans socle, objets assez impersonnels.
Les machines à coudre d'autrefois étaient de véritables meubles en bois, des objets décoratifs, pleins de charmes et de secrets...

La roue, la pédale faisaient de cet engin un objet mystérieux et fascinant, même si dans les derniers temps, la machine ne fonctionnait plus vraiment, on pouvait en admirer tous les détails.

Le métal de la machine était, aussi, orné de motifs étranges, de ramages ondoyants, de feuillages dorés.

A côté, sur le sol, était posée une boîte à couture en bois qui se dépliait et laissait découvrir d'autres trésors....

Une boîte en acajou vernis qui contenait, aussi, des rubans, des boutons-pressions, des épingles à nourrice, des fils de cotons, de la laine.

Le cagibi recélait toutes sortes d'objets, mais le plus intriguant, le plus attirant, le plus mystérieux était cette machine à coudre qui ressemblait à un meuble antique ouvragé...

Placée au fin fond du cagibi, la machine à coudre était un objet de curiosité et d'admiration, elle fascinait par ses dimensions, ses pouvoirs, sa grâce.

 

 

 

 

 

Les secrets du cagibi...
Les secrets du cagibi...
Les secrets du cagibi...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/