Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2019 7 28 /04 /avril /2019 12:34
Reflets dans l'eau...

 

 

Le ciel bleu, un arbre se reflètent dans l'eau du canal : tableau lumineux du printemps qui commence...

 

 

L'arbre diffuse ses branches aux feuilles naissantes, aux embruns de verdures encore légères et vaporeuses.

 

L'arbre dessine des arabesques, des vrilles, des ondoiements de branches.

 

 

Les branches graciles aux teintes de vert tourbillonnent dans l'eau... 

 

 

A la surface de l'onde, des pollens s'éparpillent... pétales de fleurs, lumières neigeuses, éclats d'opales, clartés de nuées....

 

 

L'eau, le ciel, la terre s'unissent dans de somptueux camaïeux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Reflets dans l'eau...
Partager cet article
Repost0
21 avril 2019 7 21 /04 /avril /2019 13:11
Arbres de Judée aux teintes de pourpre...

 

 

Arbres de Judée, éclats de roses sur l'azur du printemps, bouquets colorés entre les pins du midi, embruns lumineux, teintes d'incarnat...

 

Arbres venus d'Orient, au nom biblique, aux fleurs pourpres...

 

 

Les arbres déposent sur l'horizon des couleurs vives, des nuées de roses.

 

 

Les arbres s'épanouissent en grappes somptueuses aux teintes délicates.

 

 

Soudain, l'horizon resplendit de floraisons nouvelles...

 

 

Soudain, le printemps s'empourpre de panaches éblouissants...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Arbres de Judée aux teintes de pourpre...
Partager cet article
Repost0
17 avril 2019 3 17 /04 /avril /2019 13:55
D'étonnantes créatures de plage...

 

 

J'avoue rester souvent perplexe devant certaines expositions d'art contemporain ... Un art intellectuel, assez hermétique... un art qui exige d'être décrypté, décortiqué. Certaines oeuvres restent malgré tout assez obscures et lointaines.

 

Mais, en découvrant ces créatures de plage, oeuvres de Théo Jansen, lors d'une conférence dédiée au vent, souffle créateur, j'étais émerveillée et sidérée par tant d'inventivité...

Il est vrai que la conférencière Muriel Alle a su replacer ces oeuvres dans une évolution historique, depuis les origines jusqu'à l'art contemporain...

Le mot "souffle" est anciennement porteur d'un poids métaphorique, associé à la respiration des êtres vivants, au souffle vital...

Et de fait, Théo Jansen parvient à donner une sorte de souffle vital à ses créatures...

 

Quelle poésie dans ces créations mues simplement par la force du vent !

Ces créatures prennent vie sous nos yeux, elles semblent tout droit sorties d'un film de science fiction...

 

Elles imitent de gros insectes, des mille-pattes, des êtres dotés de tentacules, des bestioles aux envolées de drapeaux...

Elles suscitent le rêve, l'imagination : on a l'impression qu'elles viennent d'une autre planète...

 

Elles pourraient être effrayantes, mais on perçoit toute leur fragilité quand elles s'effondrent sous les souffles du vent...

Ces structures colossales aux teintes de lys semblent respirer, être animées d'un souffle vital...

Création d'un monde imaginaire mais aussi recours à un art cinétique très rigoureux dans la construction de ces créatures improbables...

Quelle maîtrise technique dans la réalisation de ces géants des plages !

On est émerveillé devant ces images somptueuses de ces êtres sortis de l'imagination de Théo Jansen.

On est ébloui par leurs mouvements synchronisés...

 

"Theo Jansen est un artiste sculpteur néerlandais du courant de l'art cinétique, qui se base sur l'art du mouvement que ce soit à travers des œuvres mobiles ou des illusions optiques. Ses œuvres sont notamment caractérisées par des sortes de myriapodes géants réalisés avec des tubes en plastique et des bouteilles vides, se mouvant grâce à la force du vent."

Theo Jansen travaille avec la nature : ses créatures font songer à d'énormes insectes, elles évoluent dans un cadre naturel, propulsées par le vent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 13:52
Toutes les nuances de verts...

 

 

Les arbres du printemps se couvrent de panaches somptueux de verdures : verts tendres, verts lumineux, reflets de verts...

 

Les arbres s'enluminent sous le soleil rayonnant du printemps.

 

 

Sur le canal, des ombres se profilent, des embruns de feuillages aux teintes moirées...

 

 

L'eau bleue se nuance de verts... l'eau bleue dessine des nuées de verdures... traits de pinceau qui se superposent en anneaux de lumières...

 

 

Des myriades de pollens s'éparpillent sur les ondes.... des teintes d'opales à la surface miroitante de l'eau...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Toutes les nuances de verts...
Partager cet article
Repost0
13 avril 2019 6 13 /04 /avril /2019 13:48
L'Aurore en robe de safran se répandait sur toute la terre...

 

 

Dans l'Iliade, Homère raconte un épisode de la guerre de Troie : la colère d'Achille et ses conséquences sur les combats... Les Achéens et les Troyens s'affrontent  violemment au cours de luttes farouches.

Et, pourtant, on trouve aussi dans cette épopée guerrière des vers qui restituent toute la beauté du monde...

 

Ainsi, le chant VIII commence par ce vers : 

"L'aurore en robe de safran se répandait sur toute la terre..."

En grec : 

"Ηώς μεν κροκοπεπλος εκιδνατο πάσαν επ'αϊαν..."

  
   

On perçoit toute la poésie de ce vers qui ouvre le chant VIII : l'Aurore personnifiée, vêtue d'un voile se lève et se répand sur la terre, dans une image qui nous fait voir les couleurs safranées d'un début de jour...

 

L'adjectif composé "κροκόπεπλος" "crocopéplos" qui signifie "au voile de safran" permet d'évoquer les teintes nuancées de l'aurore : du jaune doré, du rose, du rouge...

 

A lui tout seul, cet adjectif, par son ampleur, dépeint le lent cheminement du jour qui se lève : un léger voile rose-rouge sur l'horizon...

 

Le mot comporte aussi des allitérations de gutturales et de labiales et une assonance du son "o" à valeur poétique, créant des échos sonores.

 

L'Aurore était, dans la mythologie grecque, une déesse soeur du soleil et de Luna, la Lune. Eos était représentée comme une belle jeune femme, conduisant, souvent, un char.

 

Elle est, dans le vers d'Homère, magnifiée par son voile coloré, par ses éclats qui recouvrent toute la terre.

On perçoit sa majesté, sa puissance, sa beauté...

 

En un seul vers, Homère crée un univers poétique : l'image du voile, ses couleurs nuancées, la personnification, les effets de sonorités qui créent une harmonie, le son "o" réitéré qui peut traduire une admiration, un étonnement...

En un seul vers, Homère peint un tableau somptueux dont on perçoit l'élégance et la solennité.

Deux mille ans nous séparent d'Homère, et pourtant, on est sensible à la simplicité solennelle de ce vers venu du passé.

Homère nous fait admirer la beauté de ce moment qui ouvre le jour... avec un seul adjectif composé.

Il nous montre, aussi, un spectacle grandiose aux couleurs somptueuses... il nous ouvre les yeux sur une nature magnifique.

Il nous dit : "Regardez ce spectacle offert au lever du jour par l'aurore... soyez attentifs au monde et à ses splendeurs..."

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Aurore en robe de safran se répandait sur toute la terre...
Partager cet article
Repost0
7 avril 2019 7 07 /04 /avril /2019 13:44
Un oiseau au fil de l'eau...

 

 

 

Un oiseau fragile s'ébat sur l'eau du canal : il joue avec le tumulte des vagues, il affronte les remous, les tourbillons...

 

Il s'abreuve aussi, au passage, il pique l'eau translucide de son bec...

 

Il écoute le doux murmure de l'eau, il admire ses reflets ondoyants, ses remous, la mousse soyeuse qui garnit les rives...

Il s'émerveille de la douceur nouvelle des jours...

 

Puis, il s'envole sur la rive, il s'ébroue, frissonne, sèche ses plumes...

 

Jolie bergeronnette, à col sombre, à la robe grisée !

 

Joli oiseau du printemps qui commence !

 

 

 

 

 

 

 

 

https://youtu.be/HeLHWWoaLYo

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 11:59
La lecture rend beau...  nous dit Sylvain Tesson...

 

Vous cherchez un secret de beauté ? Sylvain Tesson nous livre le sien...

"La lecture rend beau", écrit Sylvain Tesson... Comme il a raison !

 

Le livre est une ouverture sur le monde, sur les autres.

Le livre apporte une sérénité, des bonheurs : bonheurs des mots, des idées, d'une forme d'intériorité... bonheur de la lenteur, de la réflexion...

Un nuage dans le ciel qui s'étire, un coucher de soleil qui envahit l'horizon et développe des teintes nuancées de rose-rouge, d'éclats de xanthe, quoi de plus beau ?

 

La poésie nous offre ainsi des horizons de beauté et d'harmonie qui emplissent nos âmes.

On lit quelques vers, et nous voilà transportés dans un paysage inconnu qui nous paraît pourtant si familier, on est ébloui par la beauté du décor évoqué...

"Les nuages couraient sur la lune enflammée
Comme sur l'incendie on voit fuir la fumée,
Et les bois étaient noirs jusques à l'horizon.
Nous marchions sans parler, dans l'humide gazon,
Dans la bruyère épaisse et dans les hautes brandes..."

 

Les romans nous font vivre des aventures et des destins si variés, ils nous font voyager dans le temps et l'espace et nous donnent des leçons de vie...

L'Odyssée d'Homère nous emporte sur les replis tumultueux de la Méditerranée, dans le sillage d'Ulysse aux mille tours : de quoi susciter le rêve, l'imaginaire... sans oublier les leçons philosophiques du récit : Ulysse refuse l'immortalité que lui propose Calypso : il n'a pas oublié son but, le retour à Ithaque, sa patrie, ses racines, il pense qu'une vie bonne est possible pour les mortels, grâce à la lucidité de la raison.

 

Les essais nous incitent aussi à la réflexion et à une forme de sagesse.

On lit Cosmos de Michel Onfray et on découvre qu'il est essentiel de contempler le monde, de retrouver les bases fondatrices du temps, de la vie, de la nature, comprendre ses mystères et les leçons qu'elle nous délivre : un livre passionnant, qui renoue avec l'idéal grec et païen d'une sagesse humaine en harmonie avec le monde.

 

"Kalos kagathos, beau et bon", disaient les anciens grecs. La lecture nous rend plus heureux, plus épanouis, et meilleurs. Elle nourrit notre âme et notre intelligence...

La lecture peut ainsi nous métamorphoser, elle élargit nos horizons...

Et puis, comment ne pas évoquer le bonheur de tenir en mains un objet unique, le bonheur sensuel du papier qui frissonne sous les doigts, le bonheur de sentir les odeurs du livre imprimé... odeurs d'encre et de bois mêlées ?

Le livre nous offre des sensations uniques : les écrans impersonnels ne peuvent nous apporter ces plaisirs des sens.

Oui, la lecture rend beau : elle nous épanouit et nous offre toutes sortes de perspectives...

 

 

 

https://youtu.be/RzjVWUjRYLA

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 08:33
Un poisson pour célébrer le mois d'avril : la rascasse...

 

 

La rascasse a une allure impressionnante : petit monstre à large bouche, ce poisson osseux, aux teintes brunâtres, vit dans les fonds rocheux...

 

Le mot lui-même est rude avec ses sonorités de gutturales "r", "k", sa voyelle "a" redoublée, la sifflante "s" réitérée faisant claquer le nom de ce poisson.

 

"Crapaud de mer, scorpion, diable de mer, scorpène" : les autres dénominations de la rascasse sont saisissantes, elles suscitent l'effroi, d'ailleurs certaines espèces sont venimeuses, par leurs piquants chargés de poisons.

 

La rascasse évoque bien sûr la Méditerranée, ses côtes découpées, ses calanques abruptes, ses paysages somptueux, son nom vient du mot provençal « rascous » qui signifie « rugueux », « teigneux ». 

 

 C'est aussi un des poissons emblématiques de la fameuse bouillabaisse marseillaise et plus généralement de la soupe de poissons.

 

Les sonorités elles-mêmes du mot nous emmènent vers le sud, on entend le parler provençal, les poissonnières qui vantent leurs marchandises, sur les quais du port de Marseille : "ELLE EST BELLE, MA RASCASSE !"

On savoure ce mot, on se délecte de toutes ses consonnes et de ses voyelles...

On entend des mots du sud : "le pataclet, la favouille, le fada, l'arapède, le cagnard, la galline, la pigne"...

 

Ce poisson évoque, pour moi, le petit port de l'Estaque dont je suis originaire...

De nombreuses rues de ce village portent des noms de poissons : la rue de la rascasse, le passage du pataclet, la montée de la sardine, la traverse du fielas... comme si la proximité de la mer avait définitivement marqué de son empreinte ce petit coin de la Méditerranée.

 

Aussitôt, je sens des embruns marins, des senteurs de pins, je revois des pointus, des barques de pêcheurs, des filets, des salabres...

La Méditerranée, ses replis, ses flots d'un bleu infini, le sac et le ressac de la mer, les baignades en été...

Mon grand-père en train de ravauder ses filets sur sa barque...

Je revois le petit port de l'Estaque qui a inspiré des peintres célèbres, Cézanne, Braque, Renoir, les collines environnantes, des paysages marins emplis de charme, le murmure incessant des cigales, en été.

 

 

 

 

 

Un poisson pour célébrer le mois d'avril : la rascasse...
Partager cet article
Repost0
31 mars 2019 7 31 /03 /mars /2019 13:16
Partout, des éclats dorés !

 

 

 

Le printemps fait éclore des fleurs aux teintes d'or : des éclats lumineux dans les jardins, des embruns somptueux qui rayonnent...

 

 

Les forsythias flamboient de leurs bouquets serrés et denses... papillons légers qui envahissent les branches... foisonnement de fleurs...

 

 

Les genêts d'Espagne révèlent des fleurettes qui embaument les jardins...

 

Le houx aux feuilles vernissées se pare d'étoiles étincelantes... ocres, topazes sur des massifs de feuilles dentelées...

 

Les gazanias s'emparent du soleil et le reflètent comme un miroir...

 

 

Partout, des éclats dorés, partout des éblouissements, des panaches de lumières, des envolées de feu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Partout, des éclats dorés !
Partout, des éclats dorés !
Partout, des éclats dorés !
Partout, des éclats dorés !
Partager cet article
Repost0
24 mars 2019 7 24 /03 /mars /2019 13:10
Premières feuilles...

 

 

 

Premières feuilles sur les tilleuls, sur les marronniers, les micocouliers...

 

Des embruns encore légers sur les branches, des esquisses de feuilles, des couleurs verdoyantes sur le ciel bleu du printemps...

 

Délicates, fragiles, les feuilles naissantes d'un vert tendre dessinent des nuées éblouissantes...

 

Sur les tilleuls, menues, subtiles, elles s'éparpillent sur les branches.

 

Sur les micocouliers, elles forment déjà des grappes somptueuses qui frissonnent au vent...

 

Sur les marronniers, elles dessinent des festons d'un vert lumineux...

 

La nature, les arbres resplendissent d'éclats nouveaux... La nature renaît sous les souffles doux du printemps...

 

 

 

 

 

"J'aime appuyer ma main sur le tronc d'un arbre devant lequel je passe, non pour m'assurer de l'existence de l'arbre - dont je ne doute pas - mais de la mienne." Christian Bobin

 

https://www.franceculture.fr/emissions/sur-les-docks-14-15/jai-un-arbre-dans-ma-vie

 

Photos : rosemar

Premières feuilles...
Premières feuilles...
Premières feuilles...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/