Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 15:31
J'aurais dû me méfier des vents qui tourbillonnent...

 

 

 


L'obsession d'un amour perdu, le désarroi, la solitude imprègnent cette chanson de Francis Cabrel, dont la mélodie teintée d'une douceur mélancolique émeut chacun d'entre nous.

"Je pense encore à toi", tel en est le titre révélateur : le poète, esseulé, entre dans une église, espérant, sans doute, trouver un réconfort, mais il ne perçoit que le "regard" vide et "éteint de statues".

L'emploi du pronom "je" réitéré traduit une forme de solitude, d'autant que l'auteur ne rencontre que ce "regard éteint du plâtre des statues".

Le poète évoque, alors, un endroit où "il n'y a rien au dessus", peut-être, un univers appartenant au passé, où l'amour comblait tous les désirs, sans que l'on ait besoin de prier un quelconque dieu.

Des regrets interviennent, avec l'emploi du conditionnel passé, "j'aurais dû", le poète aurait dû percevoir certains dangers de la passion amoureuse symbolisés par des "vents qui tourbillonnent", ou encore, par "des pierres qui taillent cachées sous l'eau qui dort."

Tempêtes, pierres coupantes représentent bien les difficultés de l'amour, fait souvent de tourments, de blessures.

En même temps, ces images qui évoquent la nature sont empreintes de beauté, de poésie et d'harmonie... Elles retranscrivent, aussi, tous les charmes attirants de l'amour.

Une autre métaphore suggère toute la lente construction du sentiment amoureux, dans l'expression " des bouts de ruisseaux qui deviennent des ports."

Le pronom indéfini "on" utilisé par le poète renvoie à l'opinion commune : "on m'avait dit que tout s'efface". Mais, on voit bien que le souvenir ne parvient pas à disparaître dans un amour qui est si intense.

Le thème du temps qui passe apparaît, alors : le mot répété traduit l'écoulement, la fuite du temps... Seul le temps permettra, peut-être, d'atténuer la douleur et les souffrances de l'amour perdu...

Les voyelles nasalisées restituent bien ce lent écoulement : "longtemps, heureusement, le temps passe, je pense encore..."

La rencontre d'un mendiant, à la fin de la chanson, renvoie au poète sa propre image : comme lui, il est couvert "d'un manteau de pluie", symbole de tristesse, comme lui, il a perdu sa route.

Et l'image de la femme aimée revient de manière obsessionnelle : elle est même "plantée" dans les yeux de l'amoureux, terme très fort qui suggère une fusion.

Le refrain bref et simple exprime le refus de l'oubli ou plutôt son impossibilité : "Je pense encore à toi".

La mélodie, emplie de tendresse et d'émotion, restitue à la fois douceur et désarroi.

La simplicité du texte, sa brièveté même, le refrain insistant traduisent une infinie mélancolie...





 
 

Photo : rosemar

Repost 0
Published by rosemar - dans chanson poésie musique
commenter cet article
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 16:02
L'univers de la fable : La mort et le bûcheron...

 



Les fables de La Fontaine, pleines d’enseignements, nous révèlent les réalités de la société du 17 ème siècle, mais elles évoquent, aussi, la condition humaine et ont une valeur universelle, comme la plupart des textes de cette époque…


La fable, court récit plein de vivacité, met souvent en scène des animaux personnifiés qui représentent des catégories sociales ou des défauts humains… Ce genre littéraire correspond bien à l’idéal classique, dans la mesure où il vise à "instruire et plaire", le récit comportant une ou plusieurs morales implicites ou explicites…


On perçoit bien toute la richesse de ce genre littéraire qui parvient à joindre l’utile à l’agréable : le récit fait intervenir des portraits, des descriptions, des discours directs, dialogues ou monologues, le récit est vivant, animé, plaisant. La morale ou les morales se déduisent du récit ou peuvent être exprimées directement, au début ou à la fin de la fable.


Nul animal dans la fable intitulée : La mort et le bûcheron, La Fontaine évoque un pauvre paysan du 17ème siècle... on le voit avancer lentement, chargé d’un fagot de bois : sa démarche est pesante, lourde, on perçoit sa misère physique, morale et sociale : il est âgé, accablé par le poids de sa charge, il se dirige péniblement vers sa "chaumine enfumée".

 La Fontaine nous fait voir ce bûcheron dans son travail quotidien : les premiers vers du texte nous peignent le portrait d’un homme affaibli qui a des difficultés à avancer. Les alexandrins entrecoupés de césures, soulignent la lenteur  et la pesanteur de la marche, ainsi que les nombreuses voyelles nasalisées qui ponctuent le début du texte : "bûcheron, ans, gémissant, pas pesants, n’en pouvant plus, songe".

Les imparfaits "marchait, tâchait" viennent souligner la lourdeur de son travail.

Cette peinture, pleine de réalisme, d'un paysan accablé de fatigue ne peut que susciter la pitié du lecteur, le personnage nous émeut, dans toutes les difficultés qu'il éprouve.

L'emploi des présents de narration, "Il met bas son fagot, Il songe" permet d'actualiser la scène, comme si elle se déroulait sous nos yeux.


Dès lors, ce paysan s’arrête et s’interroge : on entend son monologue intérieur, dans un discours indirect libre, sous forme de débat et de questions, il évoque sa misère, son désarroi et se demande même s’il a accès à un quelconque plaisir en ce monde… Pauvreté, absence de nourriture et de repos… sa vie lui paraît sans intérêt, il énumère, alors, tous les soucis qui l’accablent : les" impôts, la corvée, le créancier" et, aussi, en premier lieu,"sa femme, ses enfants". On le voit : même les occasions de joie et de bonheur deviennent sources d’inquiétude et d’angoisse, pour ce paysan du 17ème siècle, car il lui faut nourrir une famille…


Les réalités sociales de l’époque sont évoquées, notamment "la corvée, les créanciers".
Devant tant de malheurs et de souffrances, l’homme appelle la Mort, la demande est faite, dans un cri spontané, presque irréfléchi, comme le montre la brièveté de la demande : "Il appelle la Mort."


La Mort ne se fait pas prier, et, aussitôt, on assiste à un revirement du paysan, il trouve un prétexte et demande simplement à la Mort de l’aider à recharger son bois sur ses épaules.


On peut remarquer l’extrême sobriété du récit dans cette évocation de la Mort : aucune description détaillée, aucun effet de terreur, la littérature classique se caractérisant par une grande pudeur dans l’expression.


La morale de cette fable aurait pu être essentiellement sociale et aurait pu souligner l’injustice du sort réservé à ce paysan, mais La Fontaine s’attache plutôt à une morale universelle et humaine : « Plutôt souffrir que mourir,/C’est la devise des hommes »
L’homme a peur de mourir, est viscéralement attaché à la vie, telle est la leçon qui est ici dégagée… C’est bien une morale qui concerne les hommes de tous les temps.

Au passage, on peut noter que la fable s’ouvre sur un singulier, "Un pauvre bûcheron" et s’achève sur un pluriel, "des hommes". On perçoit bien là une volonté de généraliser et de donner une valeur universelle au texte.


La Fontaine parvient donc, à travers cette fable, à délivrer plusieurs messages : l’extrême misère des paysans de l’époque, l’injustice qui les accable, et aussi l’attachement profond de l’homme à la vie.

Il le fait, grâce à un portrait plein de vie et de justesse d’un simple paysan qui représente, aussi, tous les hommes…
 

"Plutôt souffrir que mourir"… Ne doit-on pas voir, aussi, dans cette phrase, une forme de conservatisme propre à la société du 17ème siècle ? Une société où la révolte n’était pas encore de mise, où il fallait accepter son sort, la misère, les injustices.


C’est bien là, aussi, le message de ce texte qui nous montre une société hiérarchisée, injuste, faite d’acceptation et de soumission pour le petit peuple.


Hélas, la misère, les injustices font encore partie de ce monde et, depuis La Fontaine, la situation des pauvres gens n'a guère évolué dans nombre de pays : on peut, donc, constater toute l'actualité et la modernité de ce texte...
 
 
 

 

Le texte de La Fontaine :


http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/jean_de_la_fontaine/la_mort_et_le_bucheron.html
 

 

Illlustrations : en haut de l'article, gravure de Gustave Doré

En bas, gravure de Lecomte Hippolyte

L'univers de la fable : La mort et le bûcheron...
Repost 0
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 15:14
Les fruits se dorent de soleils rougeoyants...

 

 


Prunes dorées, prunes brunes, aux rondeurs de l'été finissant... Les fruits se teintent, parfois, de xanthes panachés de rouille, ou de noirs obscurs, ténébreux, ambrés de nuées brumeuses.

Les fruits se dorent de soleils rougeoyants, ils exaltent des lumières de fin de journée... Parfois, se dessinent des embruns orangés.

Les fruits s'épanouissent dans des rondeurs alanguies, ils se parent de teintes subtiles, de camaïeux et de dégradés de teintes chaleureuses...

Les prunes nous offrent des saveurs et des sucs veloutés, les fruits nous enivrent de leur goût parfumé, empli de lumières.

Le mot "prune" nous charme, aussi, de ses consonnes, labiale et gutturale entrelacées... labiale pleine de suavité, gutturale plus âpre, révélant comme une ardeur, un mystère...

Le mystère de ces fruits dorés aux glacis de lumières, le mystère de ces rondeurs luisantes et miroitantes.

La peau fine, légère, laisse apparaître l'intérieur du fruit, ses couleurs de soleil, ses chairs parfumées de clartés.

La peau reflète la lumière, dans des éclats de transparences.

La peau s'illumine de brillances, d'ombres de rouilles, elle révèle des miroirs lisses et soyeux...

Ce mot ancien, issu du terme latin "prunum" et du grec "proumnon", nous fait remonter aux origines lointaines de notre langue...

"Proumnon !" Le nom grec s'éclaire, encore, de sonorités de voyelles remplies d'éclats !




 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Les fruits se dorent de soleils rougeoyants...
Les fruits se dorent de soleils rougeoyants...
Repost 0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 15:27
J'ai le coeur qui taille la zone...

 

 

 

Qui n' a jamais rêvé de changer de vie, de "tailler la zone", comme le dit de façon imagée et familière Alain Souchon, dans une de ses plus célèbres chansons ?

La zone symbolise, bien sûr, la ville et ses faubourgs pauvres et tristes...

La chanson s'ouvre sur l'évocation d'une rencontre amoureuse qui permet d'échapper, justement, à la monotonie de la vie, et de rêver à d'autres univers.

N'est-ce pas l'espoir de beaucoup de gens ?

Cette rencontre se concrétise avec une "vendeuse de glaces", personnage d'origine modeste, auquel chacun peut s'identifier, d'autant que la jeune fille est "belle", "sous sa bâche".

L'oxymore "le sourire un peu triste" traduit bien une forme de mélancolie, et déjà une envie d'échapper à un monde morne et peu attrayant.

Et l'espoir de vivre autre chose conduit les deux personnages à aller contempler un coucher de soleil... L'évocation est pleine de gaieté, le poète amoureux évoque des parfums de "fraise-cassis" et de "vanille-fraise", qui illuminent soudain sa vie.

C'est comme si la jeune femme, vendeuse de glaces, parvenait, soudain, à embellir la vie, gâce à ces allusions à des parfums et des couleurs pleines de gaieté.

Le texte, empreint de vie, nous permet d' entendre le discours direct de la jeune fille : "Vendre des glaces m'ennuie, on laisse tout, on taille la zone".

Pourtant, la vie des personnages s'accommode d'un "deux pièces à Paris", d'habitudes inlassables, comme le suggèrent les verbes, à l'imparfait itératif :"elle répétait, je lui disais" "et l'expression au pluriel :"toutes les nuits"...
La jeune femme rêve de fuir l'hexagone, et lui temporise, affirmant que ce rêve va se réaliser.
Mais la vie quotidienne semble prendre le dessus, avec "l'ordinateur, le bureau, l'aspirateur, et des envies de mobil home".

Ultime concession à la vie ordinaire : le personnage masculin s'est "abonné au câble" !


Le langage familier utilisé par la jeune femme restitue le milieu simple auquel appartiennent les personnages "déconne pas, déconne pas".

Elle affirme une soif de liberté et de nature, loin de la ville :"je veux des fleurs jaunes, des prairies", et elle refuse ce monde de l'argent qui nous domine.

Le décalage entre les deux personnages se perçoit dans des pensées opposées : "voyages, paysages, grosses Harley", d'un côté, et "portable, calmants, plan d'épargne logement" pour l'autre.

Et finalement, c'est l'amour qui  taille la zone, l'amoureux se retrouve, soudain, seul, dans son lit, et le petit "kim cone" a disparu... expression pleine de tendresse qui traduit, aussi, le désarroi de l'amoureux.

La chanson s'achève sur ces mots désabusés : 

"Y a plein de filles sur la terre 
Mais quand je vois une planisphère 
J'ai le cœur qui taille la zone."

On perçoit un désespoir, l'envie de retrouver un bonheur perdu, avec, à nouveau, cette volonté de tailler la zone : la chanson tourne, ainsi, en boucle, traduisant une impossibilité d'échapper au monde de la ville...

Et la mélodie égrène des notes remplies d'espoir, comme un désir irrépressible de fuir la routine du quotidien.


 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

J'ai le coeur qui taille la zone...
Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 16:37
Une mantille noire était jetée sur sa tête...

 



"Après avoir erré longtemps, sans pouvoir retrouver sa route, Aben-Hamet entendit une porte s'ouvrir. Il vit sortir une jeune femme vêtue à peu près comme un de ces reines gothiques sculptées sur les monuments de nos anciennes abbayes. Son corset noir, garni de jais, serrait sa taille élégante... une mantille également noire était jetée sur sa tête : elle tenait, avec sa main gauche, cette mantille croisée et fermée comme une guimpe au dessous de son menton, si bien que l'on n'apercevait, de tout son visage, que ses grands yeux et sa bouche rose..."

 

C'est ainsi que Chateaubriand décrit une de ses héroïnes, Blanca, à travers le regard d'Aben-Hamet, dans la nouvelle intitulée Le dernier Abencerage.

Le récit se déroule à Grenade, au 16 ème siècle, il  relate les aventures d'un survivant de la famille Abencerage, une tribu maure...

Ce personnage s'appelle Aben-Hamet : il revient sur la terre de ses ancêtres et s'éprend de Blanca, une chrétienne descendante de Rodrigue et  Chimène.

Dans cette scène de rencontre amoureuse, le héros est sensible à la beauté de la jeune femme, mise en valeur par une mantille...



Une mantille ! Le mot, en lui-même, résonne d'éclats : il évoque l'Espagne, Grenade, l'Andalousie, la Castille, l'Estramadure, des noms aux sonorités mystérieuses, exotiques et lointaines.

On entend, aussi, des airs de fandangos et séguédilles, des cliquetis de castagnettes, des guitares, des musiques entraînantes.

La mantille déroule ses dentelles sombres, elle nous fait découvrir des douceurs de tissus soyeux, des entrelacs pleins de finesse...

La mantille qui sert à voiler la tête, les épaules des espagnoles crée un mystère, elle cache, elle dissimule, tout en révélant la beauté.

Le mot "mantille" nous émeut, par ses échos de labiale, dentale et palatale finale, des consonnes emplies de douceur et d'éclats.

La voyelle nasalisée "an" suggère la légèreté, la souplesse du tissu, des évanescences de dentelles. Elle semble mimer l'élégance de ce foulard qui sert à envelopper le haut du corps.

La mantille forme des résilles, sur les longs cheveux bruns des espagnoles, parure subtile et pleine d'attraits.

Le mot semble avoir des origines lointaines, et doit être rattaché au nom "manteau", en latin "mantellus", avec un suffixe à valeur de diminutif.

"Petite couverture", la mantille cache, à peine, les cheveux qu'elle laisse entrevoir.

Parfois vaporeuse, elle s'épanouit dans des envolées de tulles, de mousselines et de dentelles.

On entrevoit des motifs légers, aériens, des transparences : la mantille sublime la beauté des espagnoles.

Un mot plein de charmes, d'élégance,de poésie, un mot qui fait rêver à des danses virevoltantes, à des parures légères et somptueuses !

Dans l'extrait de l'oeuvre de Chateaubriand, on perçoit toute la séduction de cette parure, associée à un geste de la jeune femme.

Comparée à une "guimpe", mot plein d'étrangeté, la mantille devient un véritable objet de séduction.

 

 

Le dernier Abencerage, le texte de Chateaubriand :

 

https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Dernier_Abencerage

 

 

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/chateaubriand-francois-rene-de/les-aventures-du-dernier-abencerage,744499.aspx





 

Illustration : un tableau de Goya

Repost 0
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 12:53
L'automne est là, flamboyant et superbe !

 

 


L'automne va bientôt nous envelopper de ses éclats flamboyants, de ses teintes dorées et lumineuses, le mot nous invite, lui-même, à l'admiration et à l'étonnement, avec ses sonorités de voyelle "o" réitérée...

La dentale "t", au milieu, retentit d'échos, annonce des explosions de couleurs : bientôt, des teintes de rouille, de xanthe, de bruns vont éblouir les paysages !

L'automne va installer ses embruns lumineux sur les jardins, les feuilles vont se parer de feux, de flammes, de clartés nouvelles !

L'automne est là, flamboyant et superbe !

Le roux côtoie le vert et le brun, les arbres commencent à s'enflammer de rayons de xanthe.

Des rubescences apparaissent, des envolées de brouées rousses !

Des brasiers surgissent sur l'horizon, des nuées couvrent l'azur, le nimbent de parures légères ou plus sombres...

L'automne est là, pour adoucir les brûlures de l'été... ses couleurs dorées vont remplacer les candeurs de l'été rayonnant.

Miel, ambre, corail, brun brûlé se superposent sur les feuilles de l'automne.

Bientôt, des douceurs de feuilles sous nos pas, des sons feutrés, soyeux de l'automne...

Bientôt, des odeurs de sous bois, de terre humide, des chaloupes de rousseurs sur les branches, des fraîcheurs matinales, des lumières atténuées....


Bientôt, des harmonies de couleurs intenses et chaleureuses !







Photos : rosemar

L'automne est là, flamboyant et superbe !
L'automne est là, flamboyant et superbe !
L'automne est là, flamboyant et superbe !
L'automne est là, flamboyant et superbe !
L'automne est là, flamboyant et superbe !
Repost 0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 16:27
Un simple geste de sa main...

 

 



Une chanson d'amour associée à un "vieux rock'n roll" qui semble, ainsi, s'insinuer dans le coeur de l'amoureux, tel est le thème de cette chanson célèbre de William Sheller.

L'amour naît soudain, d'impressions fugitives, un "simple geste" suffit, parfois, pour le voir surgir, de manière inexplicable : c'est ce que l'on appelle un coup de foudre.

Et c'est bien ce que décrit l'auteur, à travers "un simple geste de la main" qui éblouit et subjugue.

Ce "presque rien" devient, alors, l'essentiel, et cet amour envahit tout, comme le suggère l'expression : "Un simple geste de sa main
A changé jusqu'au bout mes moindres habitudes."

Singulier et pluriel alternent, comme pour suggérer l'emprise que peut exercer le sentiment amoureux.

Le style familier fait penser à une confidence et le poète parle, d'ailleurs, à la première personne, pour évoquer un amour si soudain.

On remarque, aussi, l'emploi de la deuxième personne du singulier, comme si le poète nous faisait part de son intimité, en secret : le lyrisme du texte nous émeut et nous touche, dans sa simplicité... "Je te dis ça c'est entre nous,"

Le poète semble refuser les amours faciles comme le montrent les mots : "les amours de passe-partout", expression originale traduisant le peu de valeur de certains sentiments.

Et, au bout du compte, c'est la solitude qui peut en résulter.

Le refrain souligne la force de cet amour qui submerge le poète : 

"Et si je craque c'est pas des histoires,
Ris en si tu veux, il faudra bien y croire.
C'est comme dans un vieux rock'n'roll"

Le verbe familier "craquer" donne l'impression d'un amour irrépressible, et le verbe "croire" fait de cet amour une attirance quasi-religieuse...

L'amour devient, alors, un air dont on ne peut se passer, "un vieux rock'n roll", qui tourne dans la tête, belle image qui associe les sentiments à la musique.

L'image du "transistor dans la tête" restitue l'omniprésence de la passion qui envahit totalement l'esprit.

Le thème de la folie amoureuse vient renforcer cette impression d'un amour démesuré, avec l'hyberbole : "un fou que rien ne raisonne".
L'amour emprisonne celui qui le vit, comme on peut le percevoir dans les mots :"la bride sur mon cou" mais il emplit la vie, et donne des ailes : il apporte un "mieux", terme élogieux et valorisant.

 

L'amour se caractérise, aussi, par un certain mystère, une incertitude...
"Je sais d'elle encore peu de choses

Mais justement ce que j'en suppose

Est le début d'un jeu qui fait qu'elle m'attire."
Le pronom "elle", très vague, suggère bien toute l'enigme de l'amour...

La mélodie très douce s'amplifie dans le refrain, avec l'évocation de l'air de ce "très vieux rock'un roll", qui semble s'imprimer dans la tête avec insistance, comme si l'amour imposait sa présence de manière irréversible...

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by rosemar - dans chanson poésie musique
commenter cet article
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 12:41
Les fruits forment des cascades de grains...

 

 



Voici revenu le temps du raisin ! Grappes noires ou dorées de soleil, les fruits nous offrent des cascades de grains, ils ruissellent, s'étagent en forme de figures géométriques, triangles ou  deltas de lumières !

Les grains s'arrondissent, charnus et denses, se chevauchent, se couvrent d'une soie légère, se nimbent d'éclats vaporeux.

Les couleurs contrastées de xanthe, de vert, de noir composent tant de tableaux de l'automne !

Le mot "raisin" se pare, lui-même, d'un charme mystérieux, avec ses sonorités diverses, une gutturale "r"qui traduit l'âpreté du travail de la vigne, une sifflante "s" qui restitue la douceur sucrée du fruit, une voyelle nasalisée "in" qui nous fait voir des envolées de pampres, des ondoiements de fruits, sous le soleil du midi.

"Racemus" ! Le mot latin ancien nous fait entendre, aussi, des sons rudes et d'autres plus délicats.

"Racemus" ! Ce mot nous enveloppe de ses éclats !


L'ancêtre grec "ῥάξ, raks", nous fait admirer, dans sa graphie de consonne finale,
ξ  "xi", les vrilles de la vigne, le mot semble mimer les formes pleines de légèreté de ces tiges graciles.

Les vrilles qui s'enroulent, qui dessinent des motifs sinueux, ondoyants... Les vrilles qui entourent les grappes de méandres subtils...


Ces fruits de l'automne, aux lointains ancêtres latin et grec, nous éblouissent de teintes mordorées, de couleurs chaleureuses.

Promesses de vin, les grappes sont, aussi, symboles de vie, d'abondance, de gaieté et de bonheur...

Voici revenu le temps du raisin !

Les fruits forment des boucles sur les grappes, ils s'épanouissent en gouttes de lumières...

Les fruits nous offrent leurs saveurs douces ou plus âpres, ils nous charment de leurs teintes contrastées, ils nous font goûter aux bonheurs de l'automne.


 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Les fruits forment des cascades de grains...
Les fruits forment des cascades de grains...
Repost 0
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 12:18
L'espérance folle qui carambole...

 

 

Hommage à un poète qui nous a fait rêver, réfléchir et espérer : Guy Béart...


Une chanson sur l'espérance, ce sentiment qui "nous console" et nous soutient, en maintes occasions, voilà un thème plein de bonheurs et de promesses...

Nous connaissons, tous, cette chanson de Guy Béart : L'espérance folle... et nous l'avons tous fredonnée.

Cette espérance qui nous fait aller de l'avant, qui nous accompagne si souvent... elle nous console de tous les obstacles et toutes les difficultés que nous pouvons rencontrer, dès l'enfance, quand on "tombe du nid..."

Elle peut, aussi, encourager tout créateur, notamment un chanteur, puisqu'elle "prépare, pour (les) guitares, d'autres harmonies".

Elle nous suit à tous moments, comme le suggèrent toutes les indications de temps, dans le deuxième couplet : "le silence de la nuit, les matins, nos soirs"...

On voit l'espérance "s'élever", mouvement ascendant qui suggère une exaltation de bonheur et de joie. Les "matins" heureux qui "chantent" sont personnifiés et comme embellis, dans cette expression, ils arrivent à "enchanter" les soirées "d' aujourdhui".

Le poète nous invite, alors, à une "fête" de l'espoir, avec un impératif réitéré, à quatre reprises : "viens", un verbe de mouvement qui restitue un élan, un enthousiasme.

Ces impératifs peuvent s'adresser, aussi, à une amoureuse, qui a versé "des larmes", mais dont "le sourire" renaissant annonce des beaux jours à venir...

Le refrain s'égrène, alors, et nous montre l'espérance qui "carambole", joli verbe aux sonorités éclatantes et virevoltantes de gutturales, labiale, et de voyelle nasalisée.

"Chaque pierre" s'anime et devient une "lumière" pour des coeurs qui battent... belle image qui transforme des pierres inertes en symboles de vie et d'amour.

L'espérance défie, même, la mort qui se transforme en "blague" et"la vague" de la mer, "l'oiseau qui passe" évoquent une nature immuable, porteuse de renouveau, de bonheur, d'amours : l'adverbe "toujours" vient souligner ce bonheur renouvelé.

L'espérance "danse, vole, au dessus des toits", belle personnification qui suggère, encore, une élévation, une exaltation...

Et on voit, aussi, le poète "s'envoler", lui-même avec celle qu'il a choisie :"je vole avec toi"...

Dans le dernier couplet, on admire, également, le poète en train de gravir des "sommets", "pieds nus", ce qui montre une confiance totale et même une pure folie !

C'est bien, là, l'effet de l'espérance qui nous guide et nous emporte vers des hauteurs devenues "mâts de cocagne", où l'on pourra décrocher la lune... Le verbe "recommencer" montre que l'être humain est prêt à tous les nouveaux départs, quand il est porté par l'espérance.


La mélodie très vive et rythmée nous entraîne dans un tourbillon de mouvements et de notes virevoltantes.

 

 

Le texte de cette chanson : 

http://www.parolesmania.com/paroles_guy_beart_14528/paroles_lesperance_folle_469021.html

 

Deux autres articles sur des chansons de Guy Béart :

Les souliers :

http://rosemar.over-blog.com/article-les-souliers-121740673.html
 

Où vais-je ?

http://rosemar.over-blog.com/article-ou-vais-je-122306114.html

 


 


https://youtu.be/pnO01LMWtsg


 



Photo : rosemar

Repost 0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 14:46
Le fruit nous fait découvrir des rouges incandescents...

 

 

 

Formes oblongues, couleurs lie de vin, les figues nous offrent des saveurs parfumées, des sucs de l'été, et en même temps des couleurs de l'automne...

La peau se marbre de lignes plus sombres qui encerclent le fruit. Des nuées légères semblent nimber ce fourreau obscur.

C'est la saison des figues !

L'intérieur se pare de petites graines aux réseaux infinis, le fruit recèle des filaments d'étoiles, des couleurs pourprées piquetées de blancs.

Le fruit nous fait découvrir des rouges incandescents, des résilles aux couleurs éclatantes...

La chair pulpeuse libère des fibrilles légères, vaporeuses.

Le mot, avec sa fricative initiale, "f", sa gutturale "gu" affiche, à la fois, tendresse et âpreté... tendresse des saveurs sucrées, âpreté des petites graines qui râpent le palais.

"Ficus" ! Le nom latin évoque les pays du sud, où poussent des figuiers à flancs de collines, sur des à-pics vertigineux.

L'ancêtre grec, "
σῦκον,  sukon", est, aussi, plein de charmes, avec ses sonorités de sifflante et de gutturale !

Les mots "sycomore" et "sycophante" rappellent cette forme grecque, à travers un nom d'arbre et celui moins sympathique d'un délateur, anciennement "celui qui dénonce les voleurs de figues" !

Car les figues ont toujours attiré et attisé les convoitises ! Qui n'en a jamais cueilli, sur les bords des chemins ?

La figue, le figuier ne sont-ils pas, aussi, liés aux paysages méditerranéens ?  Ces arbres aux feuillages épanouis sont nombreux, sur les rivages et les terres du sud.

Belles feuilles de figues découpées, dentelées où l'on pose les fruits de l'automne ! Verts profonds et teintes sombres se mêlent dans des harmonies et des tableaux somptueux.

Voici revenu le temps des figues, aux embruns de noirs !

Voici revenu le temps des saveurs plus âpres de l'automne !



 

 

 

Photos : rosemar

Le fruit nous fait découvrir des rouges incandescents...
Le fruit nous fait découvrir des rouges incandescents...
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/