Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2018 5 03 /08 /août /2018 12:46
Le parler de Provence : des mots pleins d'expressivité...

 

 

 

Il me revient, quelquefois, des mots entendus dans l'enfance, des mots d'autrefois prononcés par mes parents ou mes grands-parents, des mots du sud pleins d'expressivité.

 

Des mots qui évoquent, d'abord, l'univers marin, bien sûr, le petit port de l'Estaque où je suis née : je revois des "gabians" qui frôlent la surface de l'eau, des "bettes" amarrées sur lesquelles des pêcheurs ravaudaient leurs filets.

 

A Marseille, le "gabian" est l'autre nom de la mouette : le terme serait directement issu du latin "gavia".

 

Aussitôt, ce mot nous fait entendre les cris acérés de cet oiseau, grâce à la voyelle "i" assez aiguë, à la gutturale intiale "g".

La "bette" est une embarcation à fond plat, sans doute un dérivé du nom "bateau".

Le mot "favouille", autre nom du crabe nous fait voir un grouillement de ces crustacés dans les nasses des pêcheurs de l'Estaque.

On ne peut pas oublier non plus "l'arapède", ce coquillage qui s'accroche aux rochers. Par extension, le mot désigne aussi une personne collante dont on n'arrive pas à se débarrasser. Ce terme suggère bien ce qu'il désigne : voyelle "a" réitérée, gutturale "r" pleine d'âpreté, labiale et dentale, des consonnes variées qui soulignent ce nom.

 

D'autres mots sont particulièrement évocateurs : notamment le verbe "affoguer" qui signifie "paniquer".

Je ne sais pas d'où vient ce verbe mais je le trouve particulièrement expressif : "Il affogue", dit-on, comme si ce terme mimait une sorte d'affolement irrépressible.

 

Un de nos oncles était porté sur la boisson et on avait coutume de dire à son sujet : "Il chime", un terme familier qui signifie : "il picole".

Ce verbe prononcé en insistant sur la chuintante "ch" à l'initiale prenait une résonance particulière et avait une valeur fortement dénonciatrice et réprobatrice.

 

Parfois, il m'arrivait d'entendre mon grand-père prononcer cette phrase : "Aujourd'hui, je n'ai pas la voye"... c'est à dire "je n'ai pas d'entrain..."

La fatigue se lisait sur son visage, son pas était lourd, il peinait à avancer.

 

Et puis, quand un marseillais veut se moquer d'un homme fluet, petit qui n'a pas la carrure, il emploie volontiers cette expression : "C'est un gisclet !"

Ce mot vient du provençal "gisclet" qui désigne à l'origine "un petit filet d'eau".

 

Tant de mots expressifs qui font partie du patois provençal !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le parler de Provence : des mots pleins d'expressivité...
Partager cet article
Repost0
29 juillet 2018 7 29 /07 /juillet /2018 11:58
Somptueuses feuilles d'acanthes...

 

 

Feuilles dentelées, épanouies, aux contours épineux, feuilles somptueuses, décors de verdures...

 

Les fleurs se hissent sur de longues hampes, blanches et mauves...

 

Les fleurs abondantes se serrent sur les tiges aériennes...

 

Les épis de fleurs se dressent majestueusement.

 

Plante solaire, l'acanthe rayonne de ses feuilles amples, de ses nombreuses fleurs...

 

Une nymphe aux ongles acérés s'est cachée dans le feuillage... 

 

Une nymphe s'est glissée dans les fleurs aux teintes de lys et de pourpres...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Somptueuses feuilles d'acanthes...
Partager cet article
Repost0
17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 12:48
Coucouroucoucou ! !

 

 

Dario Moreno incarnait la joie de vivre : son répertoire était plein de gaieté et d'humour...

On se souvient tous de ce titre : Si tu vas à Rio, et un peu moins de cette autre chanson : Coucouroucoucou !!

 

Cette chanson pleine de charme, et de drôlerie, évoque le roucoulement du pigeon destiné à séduire une "belle" : imitant le cri répété d'un pigeon, le refrain nous entraîne dans une mélodie lancinante et amusante, à la fois...

"Coucouroucoucou !" : on entend, d'abord, une colombe chanter sur une branche ... Et, à côté, un voit un pigeon énamouré, dont on comprend le désarroi : il bat de l'aile, et il roucoule en vain...

 

Une situation typique de l'amoureux éconduit nous est présentée ici. Soudain, on perçoit l'emploi de la première personne : "et moi, je pense à elle, si peu fidèle..." Le personnage qui s'exprime se confond, en fait, avec le pigeon du premier tableau...

 

Le vocabulaire de l'amour apparaît : "fidèle, mon coeur, aime"... Des clichés sont utilisés : "la blanche colombe", l'image du "printemps qui bourgeonne", les filles et les pigeonnes qui ont la même attitude, qui semblent volages !

 

"Coucouroucoucou"! Le roucoulement s'impose, alors, entremêlé de cris d'oiseaux. L'apostrophe "méchante" souligne le comportement indigne de la pigeonne infidèle qui, en plus, chante de bonheur, car elle a trouvé un nouvel amour.

Des cris de détresse, "aïe, aïe, aïe, aïe, aïe, aïe" ponctuent le texte, soulignant le désarroi de l'amoureux éconduit.

 

Le personnage s'invective lui-même, familièrement, comme s'il se dédoublait : "Et toi, pauvre fou, quand même, tu l'aimes." Les tourments de l'amour sont évoqués, de manière amusante et drolatique, avec des images conventionnelles...

 

On retrouve des clichés, la fragilité d'une pigeonne, la beauté d'une autre, sa coquetterie... Un dialogue s'instaure avec un interlocuteur, comme le suggère l'emploi de la deuxième personne : "ta pigeonne, la tienne", encore des clichés, puisque la femme semble appartenir à l'homme, être sa propriété...

 

Les deux acolytes pourront mêler leur chagrin, se raconter leurs déconvenues. Le texte s'achève sur ce cri d'espoir et avec un impératif : "fais qu'elle revienne !", comme si le personnage implorait le ciel.

 

Voilà une jolie parodie de chanson d'amour : constitué de clichés, le texte nous fait sourire souvent et le refrain nous emporte dans un tourbillon de cris d'oiseaux...

La mélodie, pleine de gaieté, souligne bien la parodie..

 

Cette chanson a été composée par Tomas Mendez, un chanteur d'origine mexicaine.

 

Dario Moreno nous a quittés en 1968, à l'âge de 47 ans, et on garde en mémoire sa voix, son sourire, sa bonne humeur.

 

 

https://youtu.be/tMl5WXxGjgs

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2018 7 15 /07 /juillet /2018 12:26
Ciel bleu entre les branches...

 

 

Un ciel d'un bleu intense sur l'horizon des pins... un ciel de Provence, aux teintes de lavandes...

 

Les pins arrondissent leurs couleurs nuancées de verts : des brouées apparaissent, tantôt sombres, tantôt lumineuses, vert anis, vert jaune, vert profond...

 

Les pins dessinent une palette de couleurs sur le ciel enluminé de l'été...

 

Entre les branches, l'azur révèle des lacs, des trouées de bleu.

 

Les pins somptueux magnifient ce ciel aux teintes de lapis-lazuli : le vert, le bleu forment une harmonie étonnante...

 

Les pins, tout en rondeurs, dessinent des branches en ombres chinoises sur l'azur.

 

Les cigales viennent ponctuer ce tableau de l'été de leurs voix intenses et renouvelées...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Ciel bleu entre les branches...
Partager cet article
Repost0
13 juillet 2018 5 13 /07 /juillet /2018 08:34
Et si on passait l'été avec Homère... en compagnie de Sylvain Tesson...

 

 

Une occasion nous est offerte de relire les poèmes d'Homère, l'Iliade et l'Odyssée, en compagnie de Sylvain Tesson qui nous raconte, à sa façon, ces épopées et qui nous en montre toute l'actualité, la modernité et l'éternité.

 

Oui, Homère, malgré l'éloignement dans le temps, nous parle de notre époque : la guerre qui déchire les hommes, la fureur de la nature qui se déchaîne devant la folie humaine, l'homme à la fois grandiose et médiocre...

 

Sylvain Tesson restitue une atmosphère, une ambiance, celles de ces textes primitifs où l'on voit s'exprimer aussi un amour de la nature, un bonheur de vivre, des joies simples...

Il nous fait entendre le murmure de la mer, la "musique des ressacs" dans les îles grecques...

Il nous fait goûter la lumière, les soleils éblouissants, le vent qui anime les arbres.

 

L'amour de la nature et du monde transparaît à travers la description du bouclier d'Achille au chant XVIII de l'Iliade. Ce bouclier n'est-il pas une représentation du monde ?

 

On perçoit la violence des hommes dans cette épopée qui évoque un épisode de la guerre de Troie : l'Iliade s'ouvre sur la colère d'Achille, cette colère qui "mène le monde", depuis toujours.

On perçoit l'hubris qui emporte les êtres humains, qui les déchire et les rend aveugles.

 

L'Odyssée nous fait vivre un périple ponctué de merveilleux : une "île empoisonnée", des Cyclopes, une magicienne, le royaume des ombres, les Sirènes, Charybde et Scylla, l'île du Soleil.

Et, chaque fois, Sylvain Tesson voit dans ces épisodes comme des reflets de réalités modernes et contemporaines.

Ainsi, l'île du Soleil serait "une métaphore de notre terre", régie par le soleil : "On ne doit pas toucher aux richesses de l'astre, a prévenu Circé..."

Une façon de délivrer ce message : l'homme ne doit pas piller les trésors de la terre, il doit la respecter. Et pourtant, les compagnons d'Ulysse sacrifient les troupeaux du Soleil et désobéissent aux recommandations de Circé.

 

Sylvain Tesson met aussi en évidence l'originalité de la composition de l'Odyssée, notamment grâce au procédé du retour en arrière... C'est Ulysse lui-même qui raconte son périple, alors qu'il se trouve à la cour du roi Alkinoos.

 

Sylvain Tesson analyse encore le style si particulier d'Homère : épithètes, somptueuses images qui associent les hommes à la nature, des images qui traduisent un émerveillement devant la vie. Homère fut un amoureux du vivant et de la nature...

 

Sylvain Tesson alterne merveilleusement humour et poésie, nous montre l'actualité d'Homère, et nous donne envie de lire et de relire l'Iliade et l'Odyssée.

 

 

 

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-culture/lodyssee-dun-auteur-en-mouvement

 

https://www.youtube.com/watch?v=W2_yuHqNwW4

 

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-7h50/l-invite-de-7h50-10-mai-2018

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2018 7 01 /07 /juillet /2018 12:48
Une si petite libellule...

 

 

 

 

Légère, fragile, diaphane, une petite libellule s'est posée sur une fleur du jardin... crinole, somptueux asphodèle...

 

Ailes déployées, qui frémissent au vent, la demoiselle nous fait admirer sa fine silhouette...

 

Ailes translucides, à peine brodées de noir, elle s'attarde sur la fleur et goûte ses parfums capiteux.

 

Libellule aux ailes soyeuses ! Tulle léger, translucide !

 

Dryade évanescente ! Sylphide si délicate et gracile !

 

Vaporeuse et frêle créature... la libellule si ténue se laisser bercer par le souffle du vent...

 

Quel émerveillement devant tant de délicatesse !

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
24 juin 2018 7 24 /06 /juin /2018 12:09
Elles sont revenues !

 

 

Depuis quelques jours, j'entends leurs voix dans le lointain, elles ont déjà envahi les pins, les cyprès, elles ont retrouvé leur domaine... enfin !

 

Les résineux résonnent de leur chant, et chaque jour, leur murmure se rapproche, se fait plus insistant...

 

Elles sont revenues, les cigales !

 

Ces reines de l'été vont nous bercer de leurs douces mélodies...

 

Brunes, dorées, elles sont là, invisibles dans les arbres !

 

Elles chantent l'été retrouvé, des lumières éblouissantes, des chaleurs accablantes, des parfums boisés de pins, des ciels d'un bleu intense...

 

Elles chantent les bonheurs d'une nature épanouie et apaisée...

 

Elles chantent inlassablement le retour de la belle saison...

 

Bienvenue aux cigales ! A leur chant renouvelé !

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
21 juin 2018 4 21 /06 /juin /2018 08:10
Une chanson, c'est peu de chose...

 

 

Pour la fête de la musique, célébrons la chanson... en évoquant un magnifique texte consacré à cet art populaire...

Intitulée Allez savoir pourquoi, cette chanson interprétée par les Compagnons de la chanson, suggère bien tous les pouvoirs de la musique, tous ses charmes.

 

Combien de chansons ont rythmé nos vies, nous ont accompagnés depuis notre enfance !

 

"Une chanson, c'est peu de chose...", nous dit le poète, mais il en perçoit toute la valeur et toute la magie...

Un simple air de musique reste, ainsi, parfois gravé dans notre mémoire.

 

La chanson désignée par le pronom "ça" devient une entité mystérieuse et magique qui vient "se poser au creux d'une oreille" et qui "reste là."

Personnifiée, la chanson revêt ainsi une grande importance et semble vouloir nous accompagner comme une amie dans nos vies.

"Allez savoir pourquoi...", rajoute le poète, insistant encore sur la magie mystérieuse de la musique et de la mélodie, en s'adressant à chacun d'entre nous... 

 

On entrevoit aussi les thèmes évoqués : "les joies, les peines" sur lesquelles "se promènent" les chansons, des thèmes éternels qui nous concernent tous.

 

Puis, le poète suggère la naissance d'une chanson sur la guitare d'un "enfant du faubourg", à partir "de deux ou trois mots d'amour" qui sont comparés à des bouquets de fleurs, puisqu'ils ont "fleuri" sous les doigts de cet amoureux, belle image associée traditionnellement à la passion...

De quoi créer "un grand bonheur"... cette expression réitérée souligne bien l'exaltation de l'amoureux.

"Une guitare en bois, des mots d'amour", voilà la recette éprouvée de nombreuses mélodies que nous gardons en mémoire...

L'hymne à l'amour, Quand on n'a que l'amour, Que serais-je sans toi, Aimer à perdre la raison, Les mots bleus... tant de titres nous viennent à l'esprit.

 

Le poète évoque aussi les rimes qui accompagnent et rythment la chanson, oeuvre poétique, par excellence.

 

Le poète nous laisse, ensuite, entrevoir le processus ancien de diffusion et de transmission de la chanson : on entend "un titi de Paris" qui siffle une rengaine en retrouvant "Mimi", et "Mimi" la répercute, à son tour.

Le thème amoureux revient avec l'évocation d'un troubadour  dont le sommeil est hanté par une dame : dès lors, il ne peut que passer sa nuit à composer une nouvelle chanson...

L'amour, encore et toujours, a inspiré tant de poèmes et tant de chansons !

 

La mélodie rythmée, emplie de gaieté nous invite à célébrer le bonheur, le bien-être, les émotions que nous procure la musique...

 

 

 

 

Auteur: Jean Broussolle

Compositeur :  Jean-Pierre Calvet

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2018 7 10 /06 /juin /2018 14:02
Une abeille se love sur une fleur de tilleul...

 

 

 

Un ballet incessant d'abeilles qui virevoltent autour de l'arbre...

 

Elles tourbillonnent près des fleurs aux teintes de paille, elles s'enivrent du parfum captivant qui envahit l'espace.

 

L'une d'elles se love sur une des fleurs, s'imprègne de ses effluves.

 

Elle épouse la forme de la fleur, comme suspendue, en équilibre, elle parcourt ces bouquets de fleurs qui s'offrent à elle.

 

Sur les épis dorés, l'insecte aux teintes brunes se fond bientôt et disparaît dans la fleur.

 

Submergée, l'abeille s'efface dans les épis blonds, elle est au coeur de la fleur dont elle goûte les sucs.

 

Elle habite la fleur, comme absorbée par les parfums suaves qui s'épanchent...

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Une abeille se love sur une fleur de tilleul...
Partager cet article
Repost0
3 juin 2018 7 03 /06 /juin /2018 12:43
Fleurs de tilleul en bouquets....

 

 

 

 

Sous les feuilles, des bouquets de lumières, des teintes douces de xanthe... sous les feuilles, des parfums délicats qui embaument le jardin...

 

Le soleil les éblouit de lumières, les feuilles de vert tendre rayonnent et protègent les fleurs de la chaleur accablante...

 

Les parfums se répandent, s'envolent, enivrants et subtils à la fois...

 

Les feuilles éclairées par le soleil prennent des teintes nuancées : vert sombre, pâle, vert paille, vert anisé...

 

Les fleurs légères déploient des filaments de lumière, des étoiles...

 

Un bourdon va de fleur en fleur, dans un mouvement incessant comme s'il voulait saisir le suc de chaque étoile...

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

 

Fleurs de tilleul en bouquets....
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/