Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2021 7 07 /02 /février /2021 13:20
Ciel de neige...

 

 

Le froid s'installe : le ciel devient peu à peu blanc de neige et de frimas...

 

 

 

Les arbres hérissent leurs branches obscures sur ce voile neigeux...

 

 

 

Les arbres sombres déclinent des arabesques, des boucles, des enroulements de branches, des motifs emplis de mélancolie...

 

 

 

Les arbres déploient des résilles somptueuses, des entrelacs foisonnants...

 

 

 

Les arbres de l'hiver dénudés dessinent des vagues, des embruns obscurs, des mailles subtiles...

 

 

Les arbres de l'hiver nous offrent un décor somptueux d'arantèles mystérieuses...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ciel de neige...
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2021 7 31 /01 /janvier /2021 14:09
L'oiseau m'offre sa silhouette fragile, son plumage ébouriffé par le vent...

 

 

Quelques noix broyées pour nourrir les oiseaux...

 

 

Un léger gazouillis... un oiseau s'approche...

 

 

Doux plumage vaporeux, oeil sombre, l'oiseau pépie joyeusement...

 

 

C'est l'hiver : il manifeste son bonheur de trouver un peu de réconfort...

 

 

Soudain, il s'envole sur la rembarde et m'offre sa silhouette fragile, son plumage ébouriffé par le vent...

 

 

Soudain, l'oiseau bondit et disparaît dans le jardin.

 

 
L'oiseau s'est envolé mais est resté là, gravé dans ma mémoire, image de splendeurs, de rêves, de voyages... L'oiseau s'est envolé, mais je revois sa silhouette légère de plumes soulevées par le vent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2021 7 24 /01 /janvier /2021 14:08
Clémentine d'hiver...

 

Fruit de l'hiver aux couleurs du soleil, la clémentine resplendit de sucs lumineux et chaleureux...

 

Parfums fruités de la clémentine ! Rondeur de fruit aux feuilles vernissées, oblongues, d'un vert profond !

 

Couleurs d'orange et de vert s'entremêlent en un tableau contrasté de feu et de houles...

Le fruit révèle ses parfums dès qu'on l'effleure, parfums épicés de soleil, qui s'exaltent, se répandent, adoucissent les rigueurs de l'hiver.

Fruit du soleil, de la lumière, la clémentine se pare de couleurs éclatantes... L'écorce se couvre d'une multitudes de légères aspérités remplies de sucs de lumières.

Les gousses de fruits, juteuses, savoureuses, de la même couleur que l'écorce ont un goût de soleil, de splendeur, de luminosité, d'éblouissements de bonheurs.

Fruit solaire aux éclats odorants, aux teintes qui explosent, au toucher d'âpreté, la clémentine fait revivre l'hiver : elle l'illumine de ses parfums, de ses douceurs de lune rousse et orangée.

Le nom même de la clémentine rayonne, s'épanouit, fait rêver, un nom plein de douceurs aux sonorités de lumières.
 

La gutturale initiale et la dentale "t" nous font voir des éclats, la labiale "m" nous offre sa séduction, la voyelle nasalisée "en" nous grise et nous exalte de senteurs.*

 

Le fruit lance des feux, des éclairs de rondeurs parfumées, de teintes dorées, sous les feuilles verdoyantes...

Le fruit nous fait savourer les parfums enivrants de l'été, au coeur même de l'hiver...

 

Les bienfaits de la clémentine sont nombreux :

La clémentine est riche en vitamine C.

Elle est source d'oligo-éléments et minéraux, est riche en calcium, magnésium et fer la clémentine est peu calorique (25 kcal par clémentine).

La clémentine est riche en carotène et pro-vitamine 1 : elle est excellente pour la peau et la vue.

Elle a des propriétés anti-inflammatoires grâce à la présence de flavonoïdes.

La clémentine serait aussi utile dans la prévention de certains cancers (bouche, pharynx, œsophage, colon.).

 

Enfin, voici ce qu'écrit l'aventurier explorateur Erling Kagge à propos de la mandarine, un fruit proche de la clémentine :

"Quand j'ai froid en plein air, je connais une méthode simple pour me réchauffer : je mets la capuche de mon anorak, remonte la fermeture-éclair et marche plus vite... Quand je sens la chaleur revenir... je peux faire une halte, sortir une mandarine et lentement sucer son jus en pressant délicatement chaque quartier contre mon palais avec la langue.

J'entre alors en contact tout à la fois avec l'homme qui a planté l'arbre, l'eau bue par l'arbre, la terre où les racines s'étendent, la branche qui a porté la mandarine de la pollinisation de la fleur jusqu'à la formation du fruit et le soleil qui a participé à sa maturité. J'ai de quoi être reconnaissant. Reconnaissant d'avoir retrouvé la chaleur et de ce sentiment d'être en contact avec le cycle de la nature."

 

 

 

 

 

Clémentine d'hiver...
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2021 5 22 /01 /janvier /2021 12:21
Jà la gaie alouette au ciel a fredonné...

 

"Marie, levez-vous, ma jeune paresseuse :
Jà la gaie alouette au ciel a fredonné,
Et jà le rossignol doucement jargonné,
Dessus l'épine assis, sa complainte amoureuse." 
s'exclame le poète des Amours, Ronsard...

 

Issu du latin "alauda", d'origine gauloise, le nom de l'alouette vient de l'ancien français, "aloe" avec l'ajout d'un suffixe de diminutif -ette.

L'alouette, petit oiseau passereau terrestre brunâtre, au bec mince, vit de grain et fait son nid dans les plaines.

Un plumage chamarré, un oeil malicieux, une petite huppe sur la tête, cet oiseau produit un chant très mélodieux...

Le nom lui-même chante de sa syllabe finale, de son suffixe de diminutif, à valeur affective.... "Fillette, noisette, maisonnette, fauvette, gentillette", autant de mots pleins de charmes, suscitant la sympathie.

 

Le terme "alouette" avec ses voyelles variées n'est-il pas plein d'éclats ?

 

"Bergeronnette, alouette, fauvette, tourterelle, hirondelle", voilà des mots, des noms d'oiseaux qui chantent...

 

Tous ces noms forment un concert de sonorités : en écoutant les oiseaux, on entend le chant du monde, des voix diverses venues des bois, secrètes et mystérieuses....

 

Roulades, trilles, éclats soyeux des voix des oiseaux...

 

Associés à la complainte amoureuse, les oiseaux jargonnent de beaux refrains et leur nom est souvent comme une chanson, avec des échos sonores, des finales féminines...

 

En grec ancien, l'alouette est désignée par le nom "korudos" , sans doute une référence à l'alouette huppée qui porte un petite panache sur la tête, une sorte de "casque" : c'est le sens du terme "korus", en grec...

 

Le mot "korudos", moins poétique que notre alouette, comporte tout de même un bel écho de voyelles "o" redondantes...

 

L'alouette, elle-même, a été souvent chantée et célébrée...

Qui ne connaît la célèbre comptine "Alouette, je te plumerai" ?

Ou encore la chanson de Gilles Dreu "Alouette"...

"Alouette, alouette
L'été est fini
Pauvre petite bête
Je suis ton ami
Alouette, alouette
Je te comprends bien
Moi aussi j'ai en tête
Beaucoup de chagrin
Dans les blés de la plaine
Lorsque tu chantais
Auprès de Madeleine
Moi je m'endormais
Dans l'eau de cette source
Nous buvions tous trois
La vie était si douce
Si pleine de joie
Alouette, alouette"

 

"L'alouette est la fille du jour : dès qu'il commence, quand l'horizon s'empourpre, elle part du sillon comme une flèche, et porte au ciel l'hymne de joie. Sainte poésie, fraîche comme l'aube, pure et gaie comme un coeur d'enfant ! Cette voix sonore, puissante, donne le signal aux moissonneurs. "Il faut partir, dit le père, n'entendez-vous pas l'alouette ?"... écrit Jules Michelet.

 

L'alouette est donc associée au travail, au début de la journée : c'est elle qui en lance le signal, en chantant au point du jour.


"L’alouette possède aussi la particularité de monter très haut dans le ciel et de se laisser tomber brusquement vers le sol telle une pierre. Cette caractéristique symbolise l’union des deux forces antagonistes engendrées par le monde céleste et le monde terrestre. Messagère, elle tisse le lien entre les dieux ouraniens et les divinités chthoniennes."

 

L’alouette est, dans les croyances populaires, un oiseau de bon augure. Elle est un attribut de Cérès ou Déméter et un oiseau sacré pour les Gaulois.

 

Elle symbolise encore l’allégresse, l’ardeur juvénile, l’élan vers la joie.

 

 

 

Le poème de Ronsard :

https://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/Poemes/pierre_de_ronsard/marie_levez-vous_ma_jeune_paresseuse

  

 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2021 7 17 /01 /janvier /2021 14:36
Estampe japonaise...

 

 

Des teintes pastels dans le ciel : un bleu pâle, subtil, des nuées à peine rosées, d'un gris tendre...

 

 

 

Des nuées qui s'effilochent doucement sur l'azur, traces légères, délicates...

 

 

 

Un arbre déploie ses branches sombres en résilles subtiles, des arabesques, des mailles si fines...

 

 

 

Quelques feuilles ont résisté aux vents de l'hiver, menues, recroquevillées, comme saisies par le froid...

 

 

 

Sobriété, délicatesse, charme, le jardin dessine une véritable estampe japonaise...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Estampe japonaise...
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2021 7 10 /01 /janvier /2021 14:02
Tombe la neige...

 

Tombe la neige... privilège de l'hiver...

 

Ce matin, soudain, la neige envahit le paysage, se répand en lourds flocons sur les arbres, les toits des maisons...

 

Somptueuse danse virevoltante de ces embruns de neige...

 

 

Ballet de lumières blanches dans le ciel, sur la terre...

 

 

Soudain, tout devient blanc, uniforme.

 

 

Les arbres se couvrent de givre étincelant, les arbres s'habillent de candeurs nouvelles...

 

 

Splendeurs de la neige ! Rigueur éblouissante de l'hiver !

 

Les flocons somptueux s'emparent du paysage... et le transforment en un merveilleux tableau aux teintes ouatées...

 

Les flocons dansent sur le ciel et la terre... jolie sarabande de lumières !

 

Les flocons dessinent des éclats, des étincelles sur le pin... joli ballet étourdissant d'étoiles légères !

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2020 7 27 /12 /décembre /2020 13:28
L'arbre givré...

 

 

Un arbre étincelant sur le boulevard : il déploie ses branches lumineuses, arabesques, festons éblouissants dans l'obscurité...

 

 

 

L'arbre paraît comme givré de neige et de glace, comme pétrifié par le froid de l'hiver.

 

 

 

Le tronc, les branches se couvrent d'un glacis de lumières...

 

 

 

L'arbre revêt ses habits d'hiver : branches dépouillées, tortueuses, ennuagés de neige...

 

 

 

L'arbre resplendit d'éclats glacés, il rayonne de givre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

L'arbre givré...
Partager cet article
Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 13:38
John Lennon, the dreamer... "Imagine !", dit le poète...


Il y a exactement 40 ans, John Lennon était assassiné le 8 décembre 1980 à New York... Fondateur des Beatles, il a composé de magnifiques mélodies... La plus célèbre : IMAGINE... Une belle utopie...

 

Un air de musique que tout le monde connaît ou reconnaît, une chanson qui a fait le tour du monde, une chanson dans laquelle le poète rêve d'un monde meilleur...

 

"Imagine !" dit le poète, il suffirait de supprimer de vaines croyances, comme le suggèrent les négations employées : "no heaven, aucun paradis, no hell, aucun enfer."

 

Et il faudrait garder à l'esprit seulement la beauté du ciel, au dessus de nous tous, pour réunir et rassembler le monde... "Above us, only sky."

 

L'utilisation du pluriel "all the people" marque une harmonie retrouvée, un désir d'union, enfin !

 

Et le poète souligne toute l'importance du présent dans lequel il faut vivre, car seuls le présent et la vie comptent :

"Imagine all the people,

Imagine tous les gens,
Living for today...
Vivant pour aujourd'hui..."

 

Le poète déroule, ensuite, tout ce qui sépare et désunit les êtres humains : "no countries, nothing, no religions", et, à nouveau, il a recours à de nombreuses négations, pour mettre en évidence l'inanité de tout ce qui divise les humains, des pays différents, des religions, pour lesquelles certains sont prêts à "tuer ou mourir", "kill or die".

 

Il imagine un monde de "paix."

Le poète se reconnaît comme "un rêveur", "a dreamer", et s'adressant à chacun de nous, grâce à la deuxième personne du singulier, il nous invite à le rejoindre dans ses rêves : 

"I hope some day you'll join us,
J'espère qu'un jour tu nous rejoindras,
And the world will live as one.
Et que le monde vivra uni..."

Rêvons à ce monde "sans possessions", "sans besoin d'avidité ou de faim", un monde de fraternité...

Un monde de partage et d'union...

"Imagine all the people,
Imagine tous les gens,
Sharing all the world...
Partageant tout le monde..."

 

Mais qui ne rêve de cette fraternité, qui ne rêve d'un monde apaisé et serein ?

"Je ne suis pas le seul à faire ce rêve", dit le poète, et "j'espère qu'un jour tu nous rejoindras"...

On perçoit toute l'universalité du texte, à travers cet emploi réitéré de la deuxième personne du singulier. Nous sommes tous concernés par cet appel à l'union, la fraternité...

La mélodie nous invite, aussi, à une forme d'harmonie retrouvée : doucement rythmée, elle nous conduit vers un crescendo d'apaisement.

 

Ecrite et composée en 1971 par John Lennon, cette chanson a été reprise maintes fois...

 

Il suffit juste d'imaginer...

 

 

 

Le texte :

 

https://www.lacoccinelle.net/243444-john-lennon-imagine.html

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2020 7 06 /12 /décembre /2020 14:30
Soir d'automne...

 

 

De douces lumières tamisées à l'horizon : des dentelles de branches s'éparpillent sur l'azur...

 

 

Des ramilles aériennes, des embruns légers de résilles...

 

 

 

Des lueurs dorées éclairent les branches... tourbillons vaporeux de ténèbres... subtils entrelacs de feuilles et de branches....

 

 

 

Les arbres répandent des tulles évanescents, des toiles soyeuses, des guipures ondoyantes...

 

 

 

Les arbres tissent des mailles, font naître des étoiles sombres éclairées par les dernières lueurs du soleil...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Soir d'automne...
Partager cet article
Repost0
29 novembre 2020 7 29 /11 /novembre /2020 13:53
Des cygnes sereins, impassibles se délectent de cette fin de journée d'automne...

 

 

L'automne dore le plan d'eau de reflets apaisants... une douce lumière irisée sur l'eau soyeuse aux teintes mordorées...

 

 

 

Des cygnes sereins, impassibles se délectent de cette fin de journée d'automne...

 

 

 

De légers frémissements sur leur plumage étincelant...

 

 

 

Masques noirs sur plumes de lys, ils contemplent le spectacle de l'eau ondoyante aux doux murmures...

 

 

 

L'eau aux replis de lumières magnifie la toison somptueuse des oiseaux... nuées de plumes vaporeuses, aériennes sur l'eau sombre et dorée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/