Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 12:45
Le petit prince est né... ou la princesse...

 

 

 

 

 


Dans le nid, l'oeuf a, enfin,  laissé sa place à un plumage soyeux, si doux, aux teintes de gris et d'ocres : le "cygneteau" dodeline de la tête, si fragile encore, si délicat...

 

Les deux grands cygnes le protègent, se relaient encore sur le nid : un seul oiseau a survécu dans la couvée, un seul oeuf a éclos... 

 

Il faut préserver ce rejeton unique, l'entourer de soins et d'attentions redoublées...

 

Quelle fragilité dans ce tableau des premiers jours !

Quelle tendresse !

 

Déjà, le "cygneteau" picore des brins de paille sur le nid... Déjà, il essaie de s'évader pour découvrir le monde...

 

Mais dame cygne veille jalousement et recouvre l'oisillon de brindilles, l'enfouit dans le nid, le couve encore...

 

A côté, le mâle éloigne tout intrus qui survient : malheur aux pigeons qui tentent de s'approcher du nid !

 

Un seul oisillon dans le nid... et l'on perçoit tout le bonheur qu'il représente : seul rescapé de cette couvée, il attire tous les regards...

 

On voit les mouvements hésitants de l'oiseau, ses déséquilibres : un bec si fin sur un plumage ondoyant !

 

On perçoit encore toute la sollicitude des cygnes et tout leur bonheur...





 

 

Les cygnes se relaient dans la couvaison

L'oisillon dans le nid

On chasse les intrus...

Repost 0
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 16:34
Leçons de drague au jardin...

 

 

 

 

C'est le printemps : le jardin s'épanouit sous le soleil, la nature s'illumine de nouvelles teintes, l'air doux envahit l'espace, les fleurs distillent des senteurs éblouissantes...

Les genêts couleur d'or répandent des odeurs enivrantes, les marronniers se parent de bouquets floconneux, les lilas commencent à se couvrir d'épis rayonnants...

Les soleils deviennent plus vifs, plus intenses....

 

Et les êtres humains se mettent à l'unisson de ce monde qui s'éveille, qui s'anime de lumières, de chants d'oiseaux...

"Le printemps déchire les robes", il affûte et aiguise les tentations et les regards, il libère les désirs, il dynamise, il apporte un regain de bonheurs, une envie de renouveau.

 

Dès lors, une simple promenade dans le parc suscite, parfois, quelques sollicitations masculines...

 

Il est étonnant d'observer ce jeu de séduction, qui, soudain, apparaît, avec l'éveil de la nature.

 

Regards énamourés, appuyés, et parfois même, des tentatives pour aborder une inconnue.

 

Un cycliste, qui circule dans les allées du jardin, me lance, avec un grand sourire, des "Bonjour, ça va ?", à chaque passage...

Un jour, alors que je quitte le jardin, il me suit et comme je lui intime l'ordre de me laisser tranquille, il rebrousse enfin chemin et prend une autre direction.

 

Une autre fois, un passant m'aborde, alors que je contemple les cygnes qui s'ébrouent sur le plan d'eau : "Ils sont beaux, les cygnes", me dit-il... "Ce sont des cygnes ?"

On imagine l'originalité d'une telle entrée en matière !!

Puis, l'homme me propose de "boire un verre". Je décline l'invitation et m'éloigne rapidement du plan d'eau...

 

Une autre fois, un jeune homme m'adresse la parole, d'une manière aussi peu originale : "Bonjour, il fait beau, on se promène ??"

 

Autant de clichés pour séduire une inconnue qui passe, autant de banalités pour attirer mon attention !

 

A l'entrée même du jardin, un homme d'âge mûr, cette fois-ci, me demande si on peut pêcher des poissons dans les bassins du parc, je lui réponds : "Ah, non, je ne pense pas".

"Je plaisante... ", me  dit-il, alors, et il enchaîne sur le fait que ces poissons ne sont pas vraiment comestibles, pestant contre la pollution des eaux.

 

Finalement, j'interromps ma marche pour me débarrasser de ce dragueur maladroit.

 

Oui, vraiment, difficile d'aborder une inconnue !

Les clichés, les phrases toutes faites, les stéréotypes reviennent, et ne peuvent que lasser...

 

Mais, oui, décidément, le printemps s'affiche, il stimule, il fait naître des désirs, il déborde d'énergie et entraîne, avec lui, des ardeurs, des rêves... même si la poésie n'est pas toujours au rendez-vous...

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Leçons de drague au jardin...
Repost 0
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 15:08
Pour célébrer les couleurs, dites-le avec des fleurs...

 

 

 

 

Le printemps n'est-il pas un moment opportun pour célébrer les fleurs, leurs parfums, leurs éclats, leurs formes qui s'épanouissent ?

 

Deux journées consacrées aux couleurs et aux fleurs, c'est là une bonne idée, surtout si cette fête des fleurs se déroule dans un jardin, un des plus beaux et des plus grands de France : les jardins de la Fontaine, à Nîmes...

 

Le spectacle coloré, vivant s'organise autour d'une déambulation dans les allées et sur les pelouses du parc...

 

Deux fleurs à taille humaine, une rose et une marguerite, juchées sur des pots, recherchent désespérément des abeilles, pour les butiner...

 

Accompagnées d'un jardinier musicien, elles se déplacent de groupe en groupe, en quête d'abeilles butineuses...

 

Elles sollicitent les promeneurs pour qu'ils jouent le rôle de ces insectes salvateurs...

 

Il faut, bien sûr, apprendre le langage des abeilles : "bzz bzz", pour espérer butiner les jolies fleurs, et les participants se prêtent volontiers à ce jeu de rôle, dans la bonne humeur et les rires.

 

Les costumes somptueux, les chansons pleines de fantaisie, de gaieté, le cadre verdoyant du jardin, les marronniers environnants, le soleil contribuent à cette ambiance de fête...

 

Les couleurs vives des fleurs attirent tous les regards : les fleurs humaines plantées dans des pots se déplacent cérémonieusement dans les allées...

 

Le jardiner accompagne, de son bandjo, les déambulations du groupe et soudain, le trio s'arrête auprès des promeneurs pour se livrer à une aubade joyeuse et à quelques scénettes amusantes.

Jeux de mots, allusions littéraires, invention verbale participent à la bonne humeur. 

 

Les rires fusent, les enfants sont émerveillés, les adultes applaudissent ce spectacle, plein de charmes.

 

Les fleurs sont, ainsi, mises à l'honneur dans une fête spontanée qui s'adresse aussi bien aux adultes qu'aux enfants.

Musique, chansons, couleurs, danses : un spectacle qui ravit les sens et qui fait rêver...

Imaginez des fleurs humaines qui se déplacent et qui se meuvent avec souplesse.

Imaginez un jardinier qui reçoit de douces caresses de fleurs qui le titillent de leurs tiges feuillues.

 

Les chansons emplies d'humour mêlent le thème amoureux à l'évocation des fleurs et on retrouve, là, une association traditionnelle.

Manifestement, les comédiens communiquent leur bonne humeur, leur plaisir  à tous les spectateurs.

C'est un  bonheur d'assister à ces festivités qui se déroulent dans un cadre naturel.

Tout autour, les marronniers, les tilleuls offrent un décor de verdure somptueux à cette fête des couleurs.

 

 

 

 

Comédiens : Les soeurs Pétale  la Compagnie Acidu

Photo et vidéos : rosemar

Une aubade sous les marronniers

Une aubade à la terrasse d'un café...

Les comédiens se présentent...

Repost 0
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 10:05
Masque noir sur plumes de lys...

 

 

Dame cygne dort sur le nid, dont elle épouse la forme : masque noir sur plumes de lys...

 

Les plumes parcourues d'embruns légers dessinent de douces arabesques autour de l'animal.

 

Pas un mouvement... le bec s'efface et disparaît sous la toison de plumes, le cygne apaisé attend l'éclosion à venir, avec constance et sérénité...

 

Pas un frisson ne vient agiter ses plumes : le cygne immobile devient statue de marbre, dans une pose si élégante.

 

Des lignes ondoyantes sur son plumage, des sillons sinueux, des vagues  subtiles...

 

Derrière les feuillages, dame cygne, dans une élégance de noir et blanc, nous offre un tableau empli de charmes et d'harmonie.

 

Le corps de l'oiseau recouvre la corbeille, avec grâce et volupté, l'oiseau se love dans le nid, avec bonheur et délectation...

Et même dans ce moment d'abandon, l'oiseau nous offre une image somptueuse empreinte de majesté.

 

Quelle douceur dans ce tableau ! Quel apaisement !

 

 

 

 

 

 Photo et vidéos : rosemar

Une sieste apaisante sur le nid...

Et les importuns ne sont pas les bienvenus...

Repost 0
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 12:43
Splendeurs et merveilles d'une couvaison...

 

 

 

Les deux cygnes s'activent, maintenant, près du nid : les tâches sont partagées, et les deux oiseaux se relaient dans la couvaison.

 

Un joli partage : chacun, à tour de rôle, profite d'une escapade sur le plan d'eau pendant que l'autre, fidèle au poste, veille jalousement sur les "cygneteaux" à venir.

Sur l'eau, les plumes flottent au vent, amples, majestueuses : l'oiseau devient voile duveteuse, légère, palpitante.

 

Le temps de se rafraîchir, de s'ébrouer dans l'eau, de lisser et sécher soigneusement leurs plumes, les cygnes pratiquent l'alternance dans la surveillance du nid.

 

La toilette est, chaque fois, longue, minutieuse, car il ne faut pas abîmer le nid, avec des plumes alourdies par l'eau...

 

Après quelques rondes sur l'eau, l'animal nous offre une envolée d'ailes, des claquements sur l'onde, puis il remonte sur la berge et se livre, sous nos regards à des contorsions étonnantes pour nettoyer son plumage soyeux.

 

Le cou s'allonge, fluide, souple, ondoyant, le bec disparaît sous la toison de l'oiseau, flocons de blancs où s'évanouit mystérieusement la tête.

 

Sur le nid, le cygne se lève, parfois, pour ramener des brins d'herbe et protéger encore la couvaison future, parfois il fait rouler les oeufs avec précaution, pour qu'ils profitent, au mieux, de la chaleur des plumes.

 

L'attente se poursuit, avec constance, et recueillement.

 

Les deux oiseaux vivent dans une belle harmonie : mêmes gestes, même vigilance, même sollicitude...

Les deux cygnes nous offrent un spectacle si doux : duvet des plumes, teintes de lys et de pourpre, éclats de lumières...

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Le cygne fait rouler les oeufs avec précaution...

Un moment de détente : promenade sur l'eau...

Retour au nid

Une toilette soignée

Repost 0
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 10:52
Au rythme de la couvaison...

 

 



Le nid en corbeille recèle maintenant deux oeufs, deux trésors, sur lesquels veille jalousement et patiemment le couple d'oiseaux...

Les cygnes, aux aguets, surveillent la moindre présence, le moindre mouvement, près du nid. Un pigeon qui s'approche est rapidement écarté par un geste vif et acéré du bec...

Les deux cygnes consolident, sans arrêt, la jolie corbeille, en ramenant sur les bords des brins de paille et de roseaux.

On perçoit une inquiétude, une envie de protéger la vie même, un bonheur à venir, une espérance nouvelle.

Les cygnes en oublient leur majesté et leur prestance... seules importent les deux offrandes posées délicatement sur le nid.

Seule importe la couvaison, seul importe le confort du nid....

Les oiseaux manifestent tant de grandeur, de constance, d'efforts dans l'accomplissement de leur tâche !


Les cygnes étendent un long col pour recueillir des brindilles, dont ils garnissent, sans cesse, le nid....

Derrière les roseaux, à l'abri des regards, les cygnes veillent sur la couvée, et nous offrent un spectacle plein d'harmonie...

Les cygnes, près du nid, replient quelques branches de verdures sur leur plumage étincelant de lys, ils se cachent derrière ce léger rideau de feuillages....






 

Photo et vidéos : rosemar

On voit les oeufs dans le nid : quel soin attentif pour les protéger !

La couvaison

Un moment de détente pour le mâle...

Repost 0
Published by rosemar - dans nature printemps cygnes
commenter cet article
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 08:38
Un nid de cygne...

 

 

 

Sur les berges, à l'abri des roseaux, deux cygnes s'activent patiemment pour construire leur nid : travail laborieux, lent, méticuleux...

Les deux cygnes nous offrent une scène pleine d'une intense sérénité.

J'observe ce tableau qui semble venu d'un autre monde.

Un spectacle si doux, si précieux, un moment d'une rare délicatesse...

Tout autour,  des roseaux, des iris, des bambous, des verdures ondoyantes...

 

Je goûte à cette lumière diffuse qui traverse les feuillages, qui se pose sur les oiseaux avec délicatesse.

Je savoure ces légers bruissements d'eau tout proches, ces frémissements de feuilles.

 

On les voit couper des roseaux sur les bords, puis les disposer avec soin, autour du nid.

 

La scène retient tous mes regards et toute mon attention : les cygnes majestueux semblent se partager la tâche... l'un coupe des brindilles, l'autre les assemble auprès du nid.

 

Un spectacle empreint de tendresse, de beauté : des gestes  pleins de sûreté, de savoir-faire, de sérénité et d'harmonie...

 

Les silhouettes blanches se détachent avec candeur, à l'abri des roseaux.

 

Les becs effilés attrapent les feuilles, puis les disposent en ordre pour former une corbeille accueillante et chaleureuse.

Des gestes immuables, calculés, précis....

 

Un spectacle que nous offre la nature, un spectacle à savourer dans toute son intensité et sa vérité...

 

Aucun bruit, tout autour : les spectateurs admirent silencieusement cette scène unique.

 

Une scène vraie, authentique, un bonheur de s'activer patiemment dans l'accomplissement de sa tâche...

 

Quelle belle leçon de sérénité, de plaisir tranquille, de persévérance !

 

La corbeille du nid enveloppe, désormais, l'oiseau de ses embruns pleins de douceurs...

 

La corbeille recèle toute la tendresse et l'harmonie du monde...

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Un nid de cygne...
Un nid de cygne...
Un nid de cygne...
Un nid de cygne...
Repost 0
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 12:40
Des thyrses de Bacchus s'éparpillent sur les arbres...

 

 

 

 

Des grappes de fleurs sur les marronniers du printemps... des fleurs aux blancheurs délicates, aux embruns de pistils rayonnants, frémissent sous le vent.

 

Des thyrses de Bacchus s'éparpillent sur les arbres majestueux....

 

Les calices légers, en cascades de blancs, de xanthe et de roses se hissent sur les branches...

 

Les pétales si fragiles, aux teintes de lis, éclairent les arbres du printemps, les subliment d'une écume légère.

 

Sur les feuilles vertes, les fleurettes forment des efflorescences, elles palpitent et s'agitent au moindre souffle.

 

Les feuilles oblongues, d'un vert profond, se nimbent de ces nuées si douces,  aux teintes de l'aurore...

 

Les feuilles épanouies cernent les fleurs, les enveloppent de leurs festons vaporeux, les enlacent de leurs formes généreuses.

 

Les fleurs s'irisent de lueurs du printemps, elles dessinent des embruns de lumières, sous le soleil et le ciel d'un bleu éblouissant...

 

 

 

 

 

 

 

Photo : rosemar

Repost 0
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 10:27
Tilia, arbre solaire !

 

 

 

Un bouquet posé dans le jardin... un bouquet de lumières, aux feuilles vert pâle... soudain, comme un éclaboussement de teintes feutrées... 

 

Tilia ! Arbre solaire, céleste ! Tilia, arbre sacré, peuplé de nymphes rayonnantes !

 

La lumière joue avec les feuilles, l'air léger du printemps les fait bruisser et frissonner de lueurs changeantes...

Les feuilles s'éparpillent sur l'arbre, dans un foisonnement de verdures légères.

 

Les branches sombres se parent de ces éclats de feuilles printanières si douces, si volatiles, comme aériennes et suspendues sur l'arbre.

 

Le tilleul resplendit de sa verdure vaporeuse, subtile, le tilleul illumine l'azur de sa parure évanescente !

 

Un bouquet posé dans le jardin...

 

Un bouquet éblouissant, illuminé de soleil, de bleu d'azur...

 

Les teintes s'entremêlent, tourbillonnent dans l'air du printemps : paille, éclats de blancs, verts, bruns...

 

Tout un éparpillement de touches éclatantes et légères à la fois...

 

 

 

 

 

 

 

Photo : rosemar

Repost 0
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 13:49
Khélidonès ! Hirondelles !

 

 

 

 

Khélidonès ! Hirondelles ! Arondes ! 


Néphélides, elles sont de retour sur le pays de l'azur étincelant, elles sillonnent les espaces célestes, de leurs éclats noirs, de leurs guipures lumineuses...


Elles envahissent l'horizon de leurs danses aériennes... Tourbillons du printemps, les hirondelles virevoltent, surgissent soudain, sur la couleur bleue du ciel... vols d'arondes, vols d'oiseaux familiers !


Les ailes arrondies se profilent, en éclats de noirs vifs, sur le ciel céruléen du printemps...

Effilures sombres, silhouettes légères, diaphanes, fugitives, elles dessinent sur l'azur leurs profils ondulants.

Vols balancés, ballets de trilles virevoltantes !

Les hirondelles se perdent dans l'immensité du ciel, et, pointilles de noirs, elles parcourent inlassablement l'azur.

Elles rendent le bleu céruléen plus pur encore, plus vif, plus ardent... Elles parcourent, à vive allure, l'horizon, le parsèment de leurs éclats obscurs...

Au dessus du pin, dans le lointain azuré, les hirondelles célèbrent le printemps...

Au dessus du pin, les hirondelles éclaboussent l'azur de leurs vols effrénés...


Rondes, elles dessinent des cercles de lumières, des girandoles lumineuses, sur la clarté céleste.

Rondes, elles tressent, de leur vol, des contours, des couronnes étincelantes...


 


 

 

 

Photo : rosemar

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/