Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 16:30
A la rencontre de Pétrarque et de René Char...



"Quiconques voit de la Sorgue profonde 
L'étrange lieu, et plus étrange source, 
La dit soudain grand merveille du monde, 
Tant pour ses eaux que pour sa raide course."

Maurice Scève

 



Pétrarque, René Char : mais qu'est ce qui peut réunir ces deux poètes qui appartiennent à des époques si lointaines et si différentes ?

Tous deux sont, en fait, liés à un site célèbre par ses hautes falaises rocheuses, ses eaux tumultueuses et limpides qui surgissent du coeur de la terre de Provence : Fontaine de Vaucluse...

Le poète italien Pétrarque séjourna près de 15 ans en Vaucluse où il fut attiré et ému par ce site d'exception.

René Char, quant à lui, est originaire de la région, puisqu'il est né en 1907, à l' Isle sur la Sorgue, et il a aimé passionnément ces lieux connus de tous.

Un musée, situé à l'entrée du site, est consacré à ces deux écrivains, Pétrarque et le poète René Char, son lointain successeur : une maison de style provençal, où l'on peut admirer des sols à l'ancienne, garnis de tomettes, un escalier en colimaçon, orné d'une balustrade en fer forgé.

Ce musée nous permet de découvrir ce poète inspiré que fut Pétrarque : on peut y admirer des dessins, des estampes et des tableaux représentant Pétrarque, Laure de Noves qui fut son inspiratrice, des paysages de Fontaine-de-Vaucluse, on peut découvrir des éditions anciennes des œuvres de Pétrarque et de pétrarquistes français et italiens, ainsi qu'une bibliothèque.

On est ému par ces ouvrages anciens, ces livres du passé, conservés précieusement dans ce musée...

C'est dans ce cadre que l’écrivain italien écrivit ses œuvres les plus célèbres dont ses fameux poèmes à Laure de Noves. Pétrarque situe la rencontre avec Laure dans le décor grandiose de Fontaine de Vaucluse. 

Mais c'est, en fait, dans la ville d'Avignon qu'il tombe amoureux fou de la jeune femme ; il éprouve pour elle un amour violent, idéalisé mais sans espoir, puisque Laure est mariée à Hugues de Sade, ancêtre du célèbre marquis... il écrit, alors, de nombreux sonnets sur ce thème. La mort de Laure, en 1348, lui inspire ses plus belles oeuvres. Il évoque la beauté de Laure, il raconte la mélancolie de leurs séparations successives et dépeint, aussi, cette nature où vécut sa bien-aimée.

Pétrarque, auteur du 14 ème siècle, fut un grand humaniste, nourri de culture antique, il apprit le latin, et fut largement influencé par des auteurs comme Cicéron, Sénèque, ou Virgile...

Pétrarque inspira, aussi, de nombreux autres auteurs : il est à l'origine de ce mouvement littéraire nommé "le pétrarquisme", fondé sur l'imitation, un amour idéalisé, des images et des métaphores qui insistent sur la force de la passion amoureuse.

 Les poètes français de la Pléiade ont, d'abord, imité Pétrarque, avant de s'en détacher...

Quant à René Char, originaire de la région, il sut magnifier, dans ses poèmes, les eaux de la Sorgue et de Fontaine de Vaucluse : 

« Rivière des égards au songe, rivière qui rouille le fer,
Où les étoiles ont cette ombre qu'elles refusent à la mer.

Rivière des pouvoirs transmis et du cri embouquant les eaux,
De l'ouragan qui mord la vigne et annonce le vin nouveau.

Rivière au cœur jamais détruit dans ce monde fou de prison,
Garde-nous violent et ami des abeilles de l'horizon. »

René Char a, comme Pétrarque, chanté l'amour, l'a parfois vécu, mais l'a également idéalisé.

René Char, a, comme Pétrarque, lu et admiré des auteurs anciens, notamment Héraclite d'Ephèse.

Ainsi, ces deux poètes se rejoignent, par delà les siècles : tous deux férus de culture antique, tous deux amoureux de l'amour et d'un lieu fascinant, ils sont réunis dans ce musée qui se trouve à l'entrée du site de Fontaine de Vaucluse.

On voit se côtoyer, ici, des poèmes de René Char illustrés par Georges Braque, des ouvrages de Pétrarque...

Modernité, surréalisme et humanisme sont profondément liés, et se complètent dans ce musée très riche de documents divers : livres, peintures, dessins, poèmes...

 

 

Des poèmes de Pétrarque :

 

Béni soit le jour..
Béni soit le jour, bénis le mois, l'année
Et la saison, et le moment et l'heure, et la minute
Béni soit le pays, et la place où j'ai fait rencontre
De ces deux yeux si beaux qu'ils m'ont ensorcelé.


Et béni soit le premier doux tourment
Que je sentis pour être captif d'Amour
Et bénis soient l'arc, le trait dont il me transperça
Et bénie soit la plaie que je porte en mon coeur


Bénies soient toutes les paroles semées
A proclamer le nom de celle qui est ma Dame
Bénis soient les soupirs, les pleurs et le désir.


Et bénis soient les poèmes
De quoi je sculpte sa gloire, et ma pensée
Tendue vers elle seule, étrangère à nulle autre


Francesco Petrarca (1304-1374)



 

 



A LA FONTAINE DE VAUCLUSE
CANZONE
Eau claire, fraîche et bienfaisante
Où la dame, unique à mes yeux,
Baignait ses membres gracieux;
Gentil rameau sur qui sa main charmante,
Je tressaille à ce souvenir,
Se plaisait à se soutenir;
Gazon fleuri sur lequel s'étendirent
Sa jupe et son beau sein ; air pur où sans retour
Ses yeux adorables ouvrirent
L'accès de mon cœur à l'amour;
Soyez tous attentifs à ma plainte dernière.
Si tel doit être mon destin
Et si le ciel exauce ma prière
C'est en ces lieux, qu'à mes pleurs mettant fin
L'amour fermera ma paupière.
Si quelque honneur doit recouvrir encor
Parmi vous mon corps périssable,
Et si mon âme doit prendre l'essor
Vers sa demeure véritable,
Avec un tel espoir la mort
Dans ce pas incertain me sera moins pénible,
Car mon esprit lassé n'a pas de meilleur port
Et ma chair et mes os de fosse plus paisible.
Peut-être reverrai-je encore en ce séjour,
Comme autrefois dans un bienheureux jour,
Cette beauté cruelle et pourtant si charmante,
Elle tourne vers moi joyeuse et séduisante

Elle tourne vers moi joyeuse et séduisante
Ses yeux en me cherchant; elle voit se creuser
La terre et, n'écoutant que l'amour qui l'inspire,
Elle semble oublier le ciel et s'accuser,
Tant son cœur tristement soupire,
Et de son voile elle étanche ses pleurs.
Des beaux rameaux incessamment des fleurs
Pleuvaient sur son beau corps; assise et bienheureuse
On la voyait pourtant jouir modestement
De sa gloire et déjà cette pluie amoureuse
La recouvrait complètement;
Telle fleur se posait au bord du vêtement,
Telle autre sur ses tresses blondes,
Comme des perles sur de l'or;
Telle atteignait la terre et telle autre les ondes;
Et, plus audacieuse encor,
Telle autre, tournoyant lentement, semblait dire :
De l'amour c'est ici l'empire.
Combien de fois effrayé je me dis :
« Elle naquit sans doute au paradis. »
Son port divin, sa voix, ses traits et son sourire
M'avaient troublé l'esprit, tout m'était devenu
Incertain et confus, et j'en vins à me dire :
Comment suis-je en ces lieux, quand y suis-je venu ?
Me croyant dans le ciel; aussi dans mon délire
Sur ces gazons je me plais désormais
Et c'est là seulement que je trouve la paix.
 


 

 

 

Photos : rosemar

Le site de Fontaine de Vaucluse sur une gravure ancienne

Le site de Fontaine de Vaucluse sur une gravure ancienne

Poème de René Char illustré par Georges Braque

Poème de René Char illustré par Georges Braque

Laure de Noves

Laure de Noves

La paix du soir  poème de René Char La paix du soir aborde chaque pierre y jette l’ancre de douleur Puis vient la nuit grosse de batailles.

La paix du soir poème de René Char La paix du soir aborde chaque pierre y jette l’ancre de douleur Puis vient la nuit grosse de batailles.

Poème de René Char

Poème de René Char

A la rencontre de Pétrarque et de René Char...
A la rencontre de Pétrarque et de René Char...
A la rencontre de Pétrarque et de René Char...
Le musée

Le musée

La Sorgue à Fontaine de Vaucluse

La Sorgue à Fontaine de Vaucluse

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 12:30
Fouilles romaines à Nîmes...

 

 

Dans le cadre des journées du patrimoine...


J'ai eu la chance et le privilège d'accéder, cet été, à un chantier de fouilles, près du rempart romain, à Nîmes : les fouilles se sont déroulées pendant tout le mois d'août, sur la colline Montaury, sous la direction de l'archéologue Richard Pellé.

L'accès était quelque peu difficile et abrupt, puisque le chantier se trouve au sommet de cette colline pentue...

Entrer sur un chantier de fouilles, c'est un peu comme pénétrer dans un sanctuaire, un lieu mystérieux et magique : on entrevoit des trésors de découvertes... la terre remuée, de tous côtés, laisse imaginer tout le travail entrepris par les archéologues, sur le site.

Ces fouilles ont permis de dégager les fondations et la base d'une tour de 11 mètres de diamètre, cette tour devait avoir une hauteur d'une dizaine de mètres, elle aurait été érigée entre 5 et 20 avant JC.

On peut admirer, au bas de l'édifice, des pierres taillées avec précision, en parfait état de conservation... on peut contempler, également, des blocs de pierres impressionnants qui ont été dégagés.

La tour, de forme oblongue, suscite la curiosité par ses dimensions, par son style, sa construction inhabituelle.

Les fouilles ont permis, aussi, de mettre au jour des monnaies romaines, deux as de Nîmes, des fragments de céramiques, une coupe cassée, un morceau de corniche en marbre.

Tout près des vestiges, le rempart romain, aux pierres inégales et cahotiques montre ses contours incertains, sa hauteur imposante.

Le cadre est somptueux, car si le terrain a été défriché pour le besoin des fouilles, tout autour, se dressent des pins, une végétation dense, et des senteurs de menthe sauvage nous accompagnent sur ces hauteurs, comme pour exalter la beauté du lieu...

Le mur romain lui-même, édifié en 16 avant JC, offre un décor rustique et sauvage à l'ensemble.

On imagine la majesté de cette tour, mise au jour sur une colline de Nîmes, surplombant la ville.
On imagine toute la puissance, toute la beauté de l'édifice.

Un squelette, sans crâne, a été trouvé, au centre de la tour : il daterait de l'époque chrétienne : qui est cet être enfoui dans ce lieu ?
 Sa position allongée sur le ventre est propre aux sépultures de l'Antiquité tardive, peut-être du début du Moyen ÂgeCette découverte contribue à redoubler l'enthousiasme et la curiosité des archéologues et du public...
Affaire à suivre donc...


On prend conscience, en visitant ces fouilles, de tout le patrimoine qui reste à découvrir, en France : à Nîmes, par exemple, on peut supposer sans se tromper, que de nombreux vestiges sont encore enfouis un peu partout, dans la ville.

Et de nouvelles fouilles révèleront, sans nul doute, de nouvelles merveilles. La France, riche de son patrimoine culturel et architectural, recèle encore de nombreux sites à explorer : il faut préserver ces trésors venus de l'antiquité, riches d'enseignements, si lointains dans le temps, et qui suscitent tant de curiosité, d'émotions, de rêves...




http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/gard/nimes/les-fouilles-archeologiques-ont-debute-sur-l-enceinte-antique-de-nimes-788709.html

 

 

 

 

Photos : rosemar

La tour près du rempart romain

La tour près du rempart romain

La base de la tour et ses alignements de pierres

La base de la tour et ses alignements de pierres

Fouilles romaines à Nîmes...
Fouilles romaines à Nîmes...
Bloc de pierre

Bloc de pierre

Fouilles romaines à Nîmes...
Fouilles romaines à Nîmes...
Une corniche

Une corniche

Une ouverture bloquée par des pierres

Une ouverture bloquée par des pierres

Fouilles romaines à Nîmes...
Le mur romain

Le mur romain

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 09:37
La statuaire romaine à l'honneur, à Nîmes...

 


Une exposition intitulée De bronze et de pierre, organisée par le musée archéologique, a lieu à la Chapelle des Jésuites, à Nîmes...

On peut y admirer des statues de divinités, Apollon, Vénus, Minerve, Hermès, et, aussi, le dieu gaulois Sucellus, qui a été intégré dans la religion romaine : dieu de la vie et de la mort, des récoltes et des troupeaux, Sucellus avait des dons et des attributions multiples : il ressuscitait les mortels avec son maillet, il protégeait les vignes, les tonneliers, les bûcherons. Il était, aussi, le dieu des forêts, des plantations et même de la bière... Il est représenté vêtu d'une tunique gauloise, ceinturée à la taille, formant des plis.

Cette exposition permet de voir des bustes de personnages divers, célèbres ou anonymes... on a, là, aussi, l'occasion d'apprécier de nombreux détails de la sculpture antique : des drapés harmonieux, des coiffures aériennes et sophistiquées, des stèles, des inscriptions...

Une stèle funéraire retient, plus particulièrement, l'attention : un bas relief de Julius Hesychus et de Julia Thalusa, où l'on entrevoit des signes plus ou moins ostentatoires de réussite sociale pour des affranchis de l'époque : la toge pour le personnage masculin, et de riches boucles d'oreilles pour sa compagne.

On admire, aussi, au passage, une statue d'un enfant portant affectueusement un chien, le torse d'un pêcheur, celui d'un berger.

Des personnages importants, comme l'empereur Tibère côtoient, ainsi, des statues de gens humbles, modestes, des anonymes.


Certains débris de statues sont l'occasion de voir tout l'art romain dans la représentation du corps humain, des pieds dont on perçoit le mouvement, des torses, des coiffures très sophistiquées avec des cascades de boucles.

On peut s'attarder devant la représentation d'une apothéose, et différentes statues pleines d'expressivité : Hermès, silènes, satyres.

Divinités personnifiant l'ivresse, les satyres et les silènes se confondent souvent dans les mythologies antiques : représentés sous la forme de vieillards, au ventre bedonnant, ou avec des pattes, des cornes de bouc, ils symbolisent une sensualité débordante.

L'exposition permet de voir différents aspects de l'art romain : tantôt familier, tantôt plus raffiné, ou pompeux et imposant.

On peut apprécier des scènes familières : une danseuse, aux drapés harmonieux, ou encore une porteuse d'eau, au regard profond et expressif.

Le marbre, le bronze produisent des effets contrastés dans les teintes, le blanc côtoie des couleurs mordorées et sombres.

Le cadre lui-même de l'exposition mérite une mention particulière, un édifice du 17 ème siècle, la Chapelle des Jésuites, aux ogives imposantes, à la lumière diffuse.


Un parcours tactile est possible, grâce à des reproductions accessibles aux visiteurs, ce qui permet de toucher les objets, d'en percevoir les contours.


Cette exposition est visible jusqu'au 31 octobre, à la Chapelle des Jésuites, à Nîmes...



http://www.objectifgard.com/2015/07/03/nimes-exposition-de-bronze-et-de-pierre-a-la-chapelle-des-jesuites-du-04-juillet-au-31-octobre-2015/



    

 

 

 

Photos : rosemar

Le dieu gaulois Sucellus  auteur : Siren.com       creative commons

Le dieu gaulois Sucellus auteur : Siren.com creative commons

Apollon

Apollon

La statuaire romaine à l'honneur, à Nîmes...
La statuaire romaine à l'honneur, à Nîmes...
Femmes romaines

Femmes romaines

Stèle dédiée aux dieux Lares, les dieux du foyer

Stèle dédiée aux dieux Lares, les dieux du foyer

Femme romaine

Femme romaine

La statuaire romaine à l'honneur, à Nîmes...
Drapés

Drapés

La statuaire romaine à l'honneur, à Nîmes...
Pièces romaines

Pièces romaines

Drapé

Drapé

Torse musclé

Torse musclé

Stèle funéraire

Stèle funéraire

Statue  de la déesse Fortuna avec une corne d'abondance

Statue de la déesse Fortuna avec une corne d'abondance

Femme romaine à la coiffure sophistiquée

Femme romaine à la coiffure sophistiquée

Une apothéose

Une apothéose

Le dieu Silène

Le dieu Silène

Une porteuse d'eau

Une porteuse d'eau

Une urne funéraire

Une urne funéraire

Danseuse

Danseuse

Portrait d'un stratège ?

Portrait d'un stratège ?

Portrait d'Anacréon ?

Portrait d'Anacréon ?

Un vieux pêcheur

Un vieux pêcheur

Torse d'un berger

Torse d'un berger

Pieds

Pieds

Cupidon tenant une oie : statue en ivoire

Cupidon tenant une oie : statue en ivoire

L'enfant au chien

L'enfant au chien

La statuaire romaine à l'honneur, à Nîmes...
Le dieu Hermès réduit à sa plus simple expression...

Le dieu Hermès réduit à sa plus simple expression...

La statuaire romaine à l'honneur, à Nîmes...
La statuaire romaine à l'honneur, à Nîmes...
La statuaire romaine à l'honneur, à Nîmes...
La statuaire romaine à l'honneur, à Nîmes...
Reconstitutions de coiffures romaines

Reconstitutions de coiffures romaines

La statuaire romaine à l'honneur, à Nîmes...
Le cadre : la Chapelle des Jésuites à Nîmes

Le cadre : la Chapelle des Jésuites à Nîmes

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 14:44
L'écorce devient un paysage chaotique...

 

 



Les pins se craquellent sous les chaleurs de l'été, leurs écorces s'épanchent, parfois, sur le sol et nous font voir des plaques de bois martelées d'éclats de rouille.

On peut admirer des superpositions d'écorces successives, des étagements boisés, en éclats de noirs et de brisures...

Des vagues de reliefs apparaissent, les bois se soulèvent, s'épanouissent, formant des copeaux aux camaieux de gris et de roses.

Les couleurs s'entrelacent, se fondent sur des plages dorées de roux.

Des torsions de bois se font jour, s'étirent, des écailles jaillissent, formant des reliefs étonnants.

L'écorce devient un paysage chaotique, ondoyant.

La croûte du bois se morcelle, fait naître des envolées de reliefs, des coulées de rouilles et de bruns.

Des nuances de gris surgissent, gris léger, anthracite, argent, cendres de lumières !

L'écorce compacte devient falaise de rochers, avec ses teintes brunes, rouges et violacées.

On perçoit comme des terres brûlées, des aridités qui s'emparent du bois et le submergent...

 

L'intérieur révèle des motifs ondoyants, des rouleaux de vagues, des coulées de laves incandescentes.

L'écorce sent, aussi, le bois chauffé par le soleil, elle exhale de douces senteurs de pins...

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

L'écorce devient un paysage chaotique...
L'écorce devient un paysage chaotique...
L'écorce devient un paysage chaotique...
Partager cet article
Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 08:45
Robion, un vieux village de Provence...

 

 



Blotti au pied des falaises du Lubéron, l'ancien village de Robion nous permet de découvrir de vieilles bâtisses de Provence, en pierres sèches, aux toits de tuiles cahotiques.

Les façades révèlent des portes et des fenêtres voûtées, des battants de vieux bois aux teintes érodées par le temps.

Les maisons aux formes pittoresques, aux volets bleus s'entourent de verdures, feuilles de lierres, vignes vierges qui décorent les murs.

On peut admirer des routes pavées de pierres qui s'élèvent vers les hauteurs du village, les galets forment des pavements irréguliers aux teintes variées, lissés par le temps, ils montrent des surfaces comme vernissées et nous font voir ce qu'étaient les chemins d'autrefois...

Les falaises du Lubéron, près du village, sont impressionnantes : des cascades de cèdres s'écoulent sur la pente, formant un écrin de verdures somptueux.

Les hautes maisons côtoient les falaises abruptes... Du gris, de l'ocre, du mordoré, sur la blancheur éclatante des roches.

Les pierres sèches apparentes, sur les façades, révèlent, aussi, des couleurs nuancées de gris, de blancs, de roses.

On se plaît à observer les nombreuses vieilles portes de bois cloutées, aux teintes d'ébène ou d'argent, surmontées de voûtes en pierres.

Les vestiges d'un vieux rempart qui entourait le village nous font voir, encore, des voûtes pittoresques aux lourdes pierres taillées avec harmonie.

En haut du village, un théâtre de verdure, en plein air, accueille des spectacles divers, grâce à des gradins installés face à la roche du Lubéron, un véritable théâtre à l'antique.

Ce cadre naturel nous fait songer aux anciens théâtres grecs d'Epidaure, de Dodone ou de Delphes... On se croirait revenu en Grèce, au temps de Sophocle, d'Euripide ou d'Eschyle.

Les gradins installés en demi-cercle, près des rocs du Lubéron, permettent de restituer une acoustique proche de celle des théâtres antiques.

L'église romane, sur la place du village, avec son architecture épurée, séduit tous les regards, par l'harmonie qui se dégage de l'édifice tout en simplicité... Un cyprès placé près de l'entrée met en valeur les pierres d'un rose tendre de cette église ancienne.

Non loin de là, une fontaine, construite récemment, permet aux visiteurs de se rafraîchir, avec cette inscription gravée dans la pierre : "Savais-tu que le bonheur se cache dans une goutte d'eau ?"

Une façon d'évoquer toute l'importance de l'eau et des sources, sur cette terre aride de Provence, une façon d'accueillir le visiteur, en lui offrant la limpidité d'une eau si bienvenue et bénéfique, au coeur de l'été.

Le village de Robion nous permet de redécouvrir ces vieux hameaux d'autrefois, perchés sur des hauteurs, des maisons de pierres aux charmes infinis, des paysages abrupts et escarpés...

Robion, la roche, "rupes" en latin, nous éblouit de ses sommets vertigineux !

 

 

 

Photos : rosemar

Robion, un vieux village de Provence...
Robion, un vieux village de Provence...
Robion, un vieux village de Provence...
Robion, un vieux village de Provence...
Robion, un vieux village de Provence...
Robion, un vieux village de Provence...
Robion, un vieux village de Provence...
Robion, un vieux village de Provence...
Partager cet article
Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 09:48
Destination : la Côte Bleue pour une après-midi de baignades...

 

 

 


C'est l'été, nous décidons d'emmener les petites à la mer... destination : la Côte Bleue, et ses plages dorées, pour une après-midi de baignades. La Côte Bleue, c'est cette portion de rives situées à l'ouest de Marseille, avec de jolies calanques et des criques aux noms emplis de charme : "Niolon, l'Establon, la Redonne, la Couronne". L'autoroute nous conduit vers les flots de la Méditerranée que nous apercevons enfin ! "La mer ! Elle est belle !", s'écrient les filles, devant le long ruban bleu qui apparaît sur l'horizon...

Et nous reprenons en choeur : "Thalassa ! Thalassa !"

Nous atteignons, enfin, la station balnéaire : le parking saturé de voitures nous permet d'accéder tout de même à une place...  au soleil. Après quelques pas, nous arrivons à la plage.

Que dire ? A cette heure de l'après-midi, elle est surchargée et envahie de monde, les serviettes posées sur le sable se touchent et ne laissent guère de place à la circulation... Impossible de nous installer près du bord de l'eau, comme j'aime le faire, dans les calanques, au petit matin.

Après quelques détours, nous trouvons, enfin, un petit carré de plage où nous déposons nos serviettes et marquons notre territoire. Tout autour, c'est une agitation permanente, les gens parlent, se déplacent, lancent au passage quelques giclées d'eau, après s'être baignés.

Nous enduisons les filles de crème solaire, car le soleil, à son zénith, brûle le sable qui réverbère intensément la chaleur.

Puis, nous rejoignons la grande Bleue : les petites sont ravies, malgré la foule environnante qui ne nous accorde que peu de place pour de longues traversées marines. Elles se livrent à toutes sortes de jeux, elles s'élancent vers nous sous l'eau, elles s'amusent à passer sous nos jambes, elles nous éclaboussent, elles profitent de tous les plaisirs de la baignade.

La mer leur apporte un espace de liberté inouie, elles caracolent dans l'eau, se jouent des vagues, les apprivoisent avec le plus grand bonheur....

L'eau trouble, remuée par tant de monde, laisse voir des envolées de sable, et n'offre pas sa belle transparence du matin. Les filles s'amusent, pourtant, et oublient l'environnement oppressant de la plage : tant de monde réuni sur si peu d'espace !

Les petites montrent leurs exploits aquatiques, et sont, sans doute, ravies de révéler devant tant de spectateurs tout leur savoir-faire ! Les nageurs, tout autour, apprécient leurs cabrioles, leur témérité, leur talent !

Les filles s'ébrouent dans l'eau avec bonheur et profitent pleinement de tous les plaisirs de la mer.. Les cheveux ruisselants, elles se rafraîchissent tant et plus, et goûtent aux bonheurs infinis de l'eau de mer : ondoyances, saveurs salées, parfums d'algues et d'iode...

Après bien des ébats, nous rejoignons la plage et ses débordements de monde : nous éprouvons quelques difficultés à retrouver le petit carré où nous avons installé nos affaires, tant la foule est dense...

Nous scrutons du regard les espaces libres et nous apercevons enfin, les couleurs de nos serviettes... Voici le moment venu de sécher au soleil nos corps délassés.

Bientôt, nous rejoignons le parking : les petites sont ravies de cette escapade marine et nous le montrent, par leurs sourires rayonnants.

Le retour en voiture nous permet de découvrir d'autres paysages, puisque nous délaissons l'autoroute, pour suivre la côte ouest de l'étang de Berre, nous profitons, alors, de paysages somptueux, des abrupts de cèdres et de pins qui s'écoulent sur les pentes, nous bordons Istres, Saint Chamas, des villages perchés sur les hauteurs... Les senteurs de pins nous enivrent et viennent compléter agréablement les plaisirs de la baignade.

Certes, la plage saturée de baigneurs ne nous a pas apporté toute la sérénité d'un jour de vacances, mais les petites ont apprécié ces instants de bonheur offerts par l'eau de mer... Elles reviennent, à la maison, emplies d'images solaires : le bleu de la mer, les couleurs chaudes du sable, les pins aux embruns de verts qui ont ponctué le chemin du retour...



 

 

 

Destination : la Côte Bleue pour une après-midi de baignades...
Partager cet article
Repost0
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 12:58
Vieilles portes de Provence !

 

 

Les vieux villages provençaux nous font découvrir des merveilles, des façades en pierres, des chemins caillouteux et abrupts, et parfois, des portes en vieux bois, encadrées de voûtes.

Ravinées par le temps, elles se marbrent de teintes variées : du gris, du blanc, du mauve, des veines parcourent le bois, des craquelures disent l'ancienneté de ces portes dont les planches sont disjointes.

Parfois, ces portes de bois brut se marbrent de noir, de brun, de teintes d'opales vertes...

Des clous sont venus renforcer une solidité chancelante... ces ouvrages s'entourent de voûtes de pierres, aux teintes de rose pâle, formant des tableaux de couleurs estompées...

Une vieille chaîne maintient un battant de la porte... La partie inférieure nous fait voir des planches en détresse, une mosaïque de morceaux de bois.

La porte semble avoir été rapiécée, ravaudée de pans rajoutés, comme un vieux tissu à la trame usée.

La porte devient une oeuvre d'art : son ancienneté, ses teintes, la voûte qui l'encadre en font un tableau digne des plus grands peintres...

La porte, composée de plusieurs planches assemblées, s'érode par le bas, se fendille, se craquelle.

Les veines du bois forment des vagues, des ondulations, la porte semble comme plissée par le temps.

Sur le haut, sous la voûte, des nuées apparaissent, couronnent l'ensemble : de légères envolées d'embruns nimbent le bois.

Ces portes nous font voir des siècles d'histoire, elles évoquent le moyen-âge et ses voûtes de pierres, elles suggèrent la vie rude des paysans d'autrefois, le travail de l'ébéniste qui les a ouvragées, celui du ferronnier qui les a renforcées.

Comment ne pas être admiratif devant ce savoir-faire, ces ouvrages en bois qui ont vaincu le temps, malgré l'usure ?

Ces ouvrages qui ont traversé les siècles, conservant des traces des outrages du temps, tout en restant debout, malgré tout...

Vieilles portes de Provence ! Vous nous parlez des brûlures du temps ! Vous nous racontez les vents hurlants du sud qui s'engouffrent dans les maisons, le mistral et la tramontane...

Vous nous dites l'âpreté des hivers de Provence, les chaleurs ardentes du Sud, la beauté de ces villages perchés sur les hauteurs, vous évoquez la rudesse du temps qui passe !



 

 

 

Photos : rosemar

Vieilles portes de Provence !
Vieilles portes de Provence !
Vieilles portes de Provence !
Vieilles portes de Provence !
Vieilles portes de Provence !
Partager cet article
Repost0
19 août 2015 3 19 /08 /août /2015 08:17
Un étal de Provence...

 



En Provence, les petits producteurs présentent, parfois, au bord des routes, des étals de fruits et de légumes hauts en couleurs... C'est un régal d'admirer tant de formes, de teintes, de variétés, de tableaux étincelants.

Les tomates font briller des éclats de rouges et de xanthes éblouissants... tomates roses marbrées de blancs, d'autres lie de vin avec des teintes allant du rouge sombre, au noir...

Tomates jaunes, orangées, aux embruns de chrysanlines, les fruits lisses ou plissés révèlent des formes hétéroclites.

Certains s'épanouissent, tout en rondeurs, avec des craquelures, des rebondissements de peaux, des ondulations...

D'autres présentent des surfaces lisses, ovales et reflètent des éclats de lumières...

Les couleurs se juxtaposent, créant des tableaux foisonnants de formes et de teintes variées : jaune, rouille, vert, bruns.

Les tomates branches alignent leurs bras de serpents verts et leurs étoiles de pédoncules...

Les melons zébrés, aux reliefs touffus, rayés de verts se prélassent dans des paniers, parmi des brins de paille.

Les melons de Cavaillon font songer à des astres de lunes rondes, parcourus de frissons et de méridiens aux larges teintes vertes.

Les abricots, aux tons veloutés, se parent de teintes nuancées de bruns, de jaunes et d'orangés.

Les pêches semblent se couvrir d'un sucre blanc saupoudré sur les fruits bien ronds.

Sur des étagères, on peut admirer quelques pots de bouquets de basilic, des flacons d'huile d'olive alignés, des sachets d'herbes en toile de jute.

Les parfums s'exaltent dans l'air du midi : les odeurs de tomates, de melons, de basilic parcourent l'étal et annoncent des saveurs à venir, tout le plaisir des senteurs de Provence...

Dans les cagettes bien alignées, on apprécie une présentation harmonieuse de ces fruits et légumes, un ordonnancement calculé, un goût de la composition qui fait penser à une recherche picturale.

Les fruits composent des tableaux de l'été inoubliables, les fruits forment des "natures mortes" aux teintes douces et intenses, un bonheur pour tous les regards, une exaltation de tous les sens....


 

 

 

 

 

Photos : rosemar

Un étal de Provence...
Un étal de Provence...
Un étal de Provence...
Un étal de Provence...
Un étal de Provence...
Un étal de Provence...
Un étal de Provence...
Un étal de Provence...
Partager cet article
Repost0
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 09:34
La persienne à demi refermée...

 

 

"Il y a un monde qui appartient à la rive du Léthé. Cette rive est la mémoire. C'est le monde des romans et celui des sonates, celui du plaisir des corps nus qui aiment la persienne à demi refermée ou celui du songe qui l'aime plus repoussée encore jusqu'à feindre l'obscurité nocturne ou qui l'invente. C'est le monde des pies sur les tombes. C'est le monde de la solitude que requiert la lecture des livres ou l'audition de la musique."

Dans cet extrait de son oeuvre, Les ombres errantes, Pascal Quignard évoque deux de ses passions, la lecture et la musique, qui exigent solitude, repliement sur soi, contemplation... Le silence, la lecture, la mort, l'amour sont ses thèmes de prédilection, et la "persienne"suggère, ici, un monde caché, secret, celui de l'amour et de la sexualité...



La persienne nous ouvre un espace de demi-pénombre, de lumières tamisées, elle protège et laisse entrevoir un semblant de jour...

En plein été, la persienne tempère les ardeurs trop vives du soleil qu'elle masque avec douceur...

Le mot "persienne" suggère sensualité, douceur, bonheur : labiale initiale, sifflante "s" donnent à ce nom des sonorités pleines d'harmonies.

La gutturale "r" lui apporte un peu d'âpreté et de mystères, un monde secret semble vivre derrière les persiennes.

Ces volets à claire voie laissent passer un jour timide, et offrent une douce intimité.

Les persiennes évoquent le sud et ses chaleurs brûlantes du midi, quand les soleils diffusent leurs ardeurs redoublées, quand les arbres s'embrasent de lumières.

Les persiennes se ferment, alors, dans une ambiance feutrée, alors que les murmures des cigales s'enflamment dans un chant exacerbé.

Douce pénombre bienvenue au coeur de l'été, doux éclats de lumières qui transpercent les entrelacs des volets.

Des rais de clarté se forment, se dispersent, éclaboussent l'obscurité apaisante, ils dessinent le soleil dans l'ombre, le magnifient...

Le soleil, divisé et dupliqué, se diffuse avec douceur, dans une ambiance de rêve et d'harmonie.

A l'intérieur des maisons, bien à l'abri, les persiennes viennent adoucir les chaleurs les plus vives, elles les tempèrent dans une douce harmonie.

La chaleur nous berce de ses murmures de cigales, elle nous entraîne dans un monde de rêves.

Les persiennes évoquent aussi l'orient, la Perse, un monde différent, fait de dunes, d'ondoyances, de mystères...

Des palais orientaux, aux luxes inouis, se dessinent, nous font voir des ombres secrètes, des moucharabiehs.


Les persiennes nous transportent vers l'orient, l'Egypte, le Nil et ses oasis, ses temples sacrés, des monuments d'autrefois, des pyramides obscures, des Sphynx lumineux....

Les persiennes restituent une douce atmosphère, nous font goûter aux bonheurs et aux harmonies de l'été.


 

 

 

 

 

Photos : rosemar

La persienne à demi refermée...
Partager cet article
Repost0
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 08:48
Kalamata et l'on entend toutes les sonorités de la langue grecque !

 

 


Il est des produits de qualité dont on se souvient : les olives grecques constituent un de ces mets d'exception qui agrémentent avec bonheur les salades de l'été...

Charnues, épanouies, les olives de Kalamata ont un goût fruité qui ravit les papilles.

Kalamata ! Voilà un nom qui fleure bon le terroir grec ! 

Kalamata, et l'on entend toutes les sonorités de la langue grecque ! Que de poésie et d'exotisme dans ce seul nom !
 
Καλαμάτα, la vierge aux beaux yeux !

Nous voilà transportés dans la campagne grecque ! Des oliveraies à perte de vue, des senteurs de thym, de romarin, la mer toute proche, le Péloponnèse, le mont Taygète...

Nous voilà au pays d'Ulysse, le héros aux mille tours dont le périple fascine et hante tous les esprits !

Vert tendre, blanc-bleu des arbres, aux teintes d'opale, oliviers sacrés, aux formes somptueuses.

Branches noueuses, tortueuses, troncs dupliqués, blanchis et ravinés par le temps !

Bras sombres, ténébreux sur des ciels azuréens...

Des arbres dont on admire les formes diverses, les teintes adoucies dans les campagnes de Provence...

Des arbres venus d'un lointain passé, qui séduisent tous les regards...

Culture millénaire ! L'olivier est sacré en Grèce, on se souvient que la déesse Athéna en fit l'offrande à la ville d'Athènes.

Le nom de l'olive évoque immanquablement les rives méditerranéennes, ses collines pentues où s'accrochent des arbres séculaires, des restanques caillouteuses où s'arrondissent des oliviers aux teintes éblouissantes sous le soleil du midi... ce mot venu du grec, ἐλαίς, et ἐλαίϝα, elaiva, par l'intermédiaire du latin : oliva, résonne de parfums ensoleillés.

L'olive a toujours occupé dans la culture grecque, une place de choix : dans l'antiquité, l'huile était utilisée pour l'éclairage, les soins de beauté, les soins du corps.

Symbole de force et de sagesse, l'olivier était une récompense pour les vainqueurs des Jeux olympiques qui recevaient une couronne en rameau d'olivier.

Un goût fruité, des couleurs moirées, une chair délicieuse, comment résister à ces olives venues du sud, aux teintes mordorées ?

Des teintes sombres, des reflets ambrés, des éclats de miroirs qui répercutent la lumière, ces olives chargées de soleil nous parlent de ces terres arides où poussent des oliviers millénaires.

Conservés dans de l'huile d'olive, les fruits s'imprègnent de saveurs enivrantes et ensoleillées... 

L'olive par ses formes rondes, ses teintes mordorées évoque le soleil, une nature généreuse en lumières.

La cuisine méditerranéenne dont on vante, souvent, les qualités nutritives fait une large place à l'olive, fruit solaire, s'il en est...

Il faut souhaiter que les oliviers de Kalamata soient préservés de la bactérie Xyllella fastidiosa qui a ravagé les terres italiennes... Ces oliviers antiques qui s'étendent sur les côtes du Péloponnèse constituent des trésors du patrimoine grec et les olives de Kalamata nous transmettent un savoir-faire ancestral, celui des paysans grecs qui ont cultivé l'olivier depuis des millénaires...


 


 

Kalamata et l'on entend toutes les sonorités de la langue grecque !
Kalamata et l'on entend toutes les sonorités de la langue grecque !
Kalamata et l'on entend toutes les sonorités de la langue grecque !
Partager cet article
Repost0