Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 12:18
Quand des fous de dieu détruisent des oeuvres d'art...



Une vidéo tournée à l'intérieur du musée de Mossoul montre des membres de l'état islamique, en train de détruire des statues de l'époque assyrienne et héllénistique...


Les combattants du groupe sunnite radical ont pulvérisé des statues, frises et autres trésors pré-islamiques. Ils ont vandalisé, à coups de masse, d'imposantes pièces, notamment, dans le musée de Mossoul, dont les collections renferment des objets inestimables, datant de plusieurs siècles avant l'ère chrétienne...


Dans tous les cas, détruire des oeuvres d'art du passé, un patrimoine précieux pour les archélogues, pour les historiens, révèle, une fois de plus, la barbarie et la bêtise de ces fanatiques.


Anéantir des oeuvres anciennes, vieilles de plusieurs millénaires, c'est s'attaquer aux racines de l'homme, à la culture, à la pensée...


Barbarie, ignorance, telle est la religion de ces fous de dieu qui ne respectent rien, même pas la beauté, l'histoire, les arts, et tout ce qu'ils représentent d'humanisme.


Où est l'humanité, quand on s'attaque à des chefs d'oeuvre venus du passé, à des témoignages des hommes qui nous ont précédés, qui ont créé, de leurs mains, des oeuvres d'art, des sculptures monumentales, des objets qui témoignent de l'inventivité humaine ?


Quand la culture, l'intelligence, la pensée, l'art deviennent des cibles, on ne peut que se révolter, s'indigner et condamner de tels actes...


Détruire une oeuvre d'art, c'est détruire la réflexion, le geste d'un artiste, son travail, son génie, c'est nier l'être humain...


Les meurtres, les assassinats ne suffisent pas, encore faut-il aussi mettre à bas tous les symboles de la culture qui iraient à l'encontre de la "religion" de certains !


Fausse religion ! Car la vraie a pour fonction de relier les êtres humains entre eux, de les rassembler, de les réunir par un passé commun...


Cette religion, qui n'en a que le nom, vise à désunir, à anéantir la raison, à l'annihiler !


Comment peut-on, en conscience, détruire des oeuvres d'art ?


L'art, c'est une recherche d'harmonie, une façon de mêler le geste à la pensée : le sculpteur se livre à un art complet : artiste, artisan, il crée de ses mains des statues qui révèlent un savoir-faire, une technique, des convictions, des idées....


Comment refuser ce respect à ces artistes qui nous ont précédés ?


Honte à ceux qui détruisent la pensée, l'art ! Honte à ceux qui s'attaquent à la culture !


Ils s'attaquent, ainsi, à l'essence de l'homme, ce qui fait sa dignité, sa valeur : la vie, la pensée, le bonheur de cré
er...


La violence des gestes de ces djihadistes, leur détermination à vandaliser vise aussi à propager la peur, la terreur...


La propagande passe souvent par la peur, elle est d'autant plus indigne et révoltante : elle est la marque d'une régression, dans de nombreux domaines.


Ces djihadistes connaissent pourtant la valeur marchande de ces antiquités puisqu'ils en font aussi commerce et s'en servent pour financer leurs exactions.


Après les assassinats, les autodafés, ces fous de dieu, qui anéantissent des oeuvres d'art, en viennent à anéantir leur propre image et leur propre "idéologie".


Ils montrent, à la face du monde, leur ignominie, leur néant, le vide de leurs actes et de leurs pensées.



http://dai.ly/x2i6nhr

Quand des fous de dieu détruisent des oeuvres d'art...
Quand des fous de dieu détruisent des oeuvres d'art...
Quand des fous de dieu détruisent des oeuvres d'art...
Quand des fous de dieu détruisent des oeuvres d'art...
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 16:21

 

autodafe-Francisco_rizi-.jpg

 

 

Autrefois, on brûlait les hérétiques : au cours d'une cérémonie, appelée "autodafé", étaient lues et exécutées les sentences prononcées par l'Inquisition qui, le plus souvent, condamnait à périr par le feu les hérétiques, et plus généralement toute personne déclarée coupable d'avoir enfreint les lois religieuses...

 

Ce fanatisme religieux a été dénoncé par de nombreux écrivains, notamment, par Voltaire qui montre l'arbitraire de ces exécutions : le moindre prétexte de désobéissance à la foi religieuse catholique suffisait pour faire condamner de pauvres gens...

 

Il semble que l'histoire bégaie et se répète, hélas ! Des journalistes de Charlie Hebdo ont été, lâchement, exécutés...

De quoi étaient-ils coupables, au juste ? Certains fanatiques ont décidé que ces journalistes étaient des "hérétiques" à la foi musulmane...

 

Leur tort est d'avoir représenté, de manière caricaturale, le saint prophète Mahomet !

Avec leurs crayons, ils ont croqué le personnage, l'ont parfois ridiculisé, comme ils ont pu le faire, aussi, à l'encontre du pape ou de personnalités politiques éminentes...

 

En tant que satiristes, ils dénonçaient les absurdités du monde : le fanatisme, les coups de fouets, les exécutions arbitraires, les condamnations à mort, les mensonges et toutes les abominations de notre monde !

 

Certains musulmans intégristes ont décidé qu'ils étaient des "hérétiques", des "barbares", alors qu'ils se sont appliqués à stigmatiser toutes les horreurs de nos sociétés et des autres...

 

On se croirait vraiment retourner au Moyen Age où le rire, la moquerie étaient parfois suspects et interdits par l'église catholique...

Des gens qui privilégient le rire, l'humour ! Une "hérésie" !

 

Certains ont donc décidé de les condamner à mort, de les assassiner, non pas dans une cérémonie solennelle, comme on le faisait autrefois, mais dans une tuerie organisée, avec des armes de guerre...

 

On se dit que l'humanité n'a guère évolué, depuis ces temps lointains de l'inquisition ! Il s'agit, toujours et encore, d'exécuter celui qui ne pense pas comme l'assassin, celui qui a d'autres valeurs et qui les défend.

Les méthodes sont différentes, mais le principe est le même : on exécute des gens, sans état d'âme, car ils ont des idées et une conception différentes de la vie...

 

L'intégrisme catholique a fait des ravages, autrefois. On voit bien que  tous les intégrismes sont condamnables, car ils sont fondés sur l'excès, la démesure, l'hybris.

Le problème du monde musulman est qu'il est, en lui-même, trop fracturé par des factions diverses : l'intégrisme crée des tensions, au sein même de cette religion.

 

Tous les intégrismes doivent être combattus : ils sont la négation de l'être humain, de sa liberté, de son bonheur.

Ils sont le contraire de la vie, ils en viennent à la nier, à l'anéantir pour des prétextes futiles !

 

L'intégrisme est la plaie de toutes les religions, car il n'admet aucune critique, il use de violences inouies pour terroriser : coups de fouets, lapidations, meurtres, humiliations, enlèvements, barbaries, décapitations : avec l'intégrisme, on retourne, vraiment, au Moyen Age.

 

Le texte de Voltaire :  http://www.litterales.com/texte—62...

 

 

autodafé

 

autodafe-candide.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

autodafé candide 3

 

 

 

 



Partager cet article
Repost0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 17:07

charlie-heb-tout-est-pardonne.jpg

 

La dernière Une du journal Charlie Hebdo mettait en avant l'idée de pardon, on y voit le prophète Mahomet sous l'inscription, "Tout est pardonné". Il tient une pancarte où il est écrit : Je suis Charlie... Cette image insistait, non sans une certaine povocation, certes, sur la notion de pardon et de paix essentielles, dans toutes les religions... mais des manifestations ont eu lieu, un peu partout, dans une dizaine de pays musulmans pour protester contre la Une de l'hebdomadaire satirique. Dix personnes ont été tuées au Niger. Le centre culturel français a été incendié...

 

A l'idée de pardon, certains répondent par une haine exacerbée : comment l'admettre et le comprendre ?

Face à de telles réactions, on peut s'inquiéter de la tournure des événements : des journalistes de Charlie Hebdo, des policiers français ont été tués, ainsi que des anonymes.

 

Mais devant ces victimes, la compassion n'est même pas de mise, pour un certain nombre de musulmans : c'est la haine qui l'emporte encore !

Alors que le conseil du culte musulman a condamné fermement ces attentats, on voit, sur certains journaux, certaines personnes de confession musulmane refuser toute compassion et continuer à manifester une haine virulente contre le journal qu'ils incriminent !

 

"Pas de pardon" disent certains ! La religion musulmane serait-elle une religion de haine et de rancoeur ?

 

Je suis inquiète, face à la montée des intégrismes : même en France, il semble que le fanatisme gagne du terrain : on voit de plus en plus de femmes qui portent le niqab, certaines de ces femmes musulmanes refusent de se faire soigner par des médecins qui sont des hommes, certains ont refusé de se conformer à la minute de silence, en l'honneur des victimes des attentats.

 

Oui, je suis inquiète pour ma France, pour mon pays : en France, selon ma culture, le pardon est une notion essentielle : quand des gens ont été massacrés, assassinés de manière indigne, on s'incline devant ces morts, on les respecte...

 

En France, on admet la critique des religions et celui qui ne veut pas lire Charlie Hebdo est libre de ne pas l'acheter... Dans les pays musulmans, ce journal est, sans nul doute, interdit...

 

Si ces caricatures sont un prétexte à manifester haine et rejet, on ne peut que s'indigner !

Oui, il faut défendre la liberté d'expression, celle de critiquer tous les fanatismes et tous les intégrismes !

Oui, il faut défendre notre culture, les idées de Voltaire, celles de Hugo, défendre l'humanisme, le vrai, il faut dénoncer les fausses religions fondées sur des principes archaïques, des superstitions d'une autre époque !

 

Il est temps pour l'islam d'évoluer, comme les catholiques l'ont fait : sans cette nécessaire évolution, des conflits vont renaître partout !

Il est temps de refuser la haine, le mépris, il est temps de réagir contre tous les fanatismes qui sont indignes et abjects !

Il est temps de comprendre qu'en France nos valeurs ne peuvent se soumettre à des diktats religieux, nos valeurs sont celles de la réflexion, de la liberté, de la critique, de la satire...

 

Nous sommes et nous devons rester les dignes héritiers de Rabelais, de La Bruyère, de Molière, tous ces satiristes qui nous ont nourris, et qui n'ont pas hésité à dénoncer les religions et leurs dérives !

 

"Dieu est grand" disent certains... à ceux-là, je réponds : "La liberté d'expression est bien plus grande et plus précieuse, encore!"

 

Notre devoir est de défendre ce droit à la liberté qui est essentiel dans notre culture...

 

 

Un rappel : Les musulmans modérés sont nombreux en France, ils doivent faire entendre leur voix : condamnation de ces attentats par les autorités musulmanes de France :

http://videos.tf1.fr/jt-20h/2015/ch...

 

 

charli



Partager cet article
Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 17:42

blasphème manif en l'honneur des tueurs de charlie h paki

 

Le blasphème est une notion religieuse ancienne : il s'agit d'une insulte faite à la religion, à un Dieu : le mot vient du grec, il est composé de deux éléments, le verbe "blapto, nuire, léser" et le nom "phémé, la parole"...

 

A l'origine, le blasphème passe par le message, la parole, le verbe, au sens premier du terme...

 

Il peut s'exprimer, aussi, par des dessins qui ont valeur de message, des caricatures qui utilisent l'outrance, l'exagération.

Le blasphème est de l'ordre de la parole, du message, il se moque de la religion, mais n'est pas une incitation à la haine, ni au crime...

 

Le blasphème est dénonciateur, il vise à désacraliser la religion, mais il n'est pas un délit, ni un crime.

 

Certains ont voulu comparer les propos de Dieudonné, sur les juifs, aux caricatures de Charlie Hebdo : peut-on les mettre sur le même plan ?

 

Les déclarations de Dieudonné sur les camps de concentration dont il semblait regretter la disparition sont-elles du même ordre que des satires religieuses ou des caricatures du prophète Mahomet ?

 

Regretter les camps de concentration pour viser un adversaire de confession juive, n'est-ce pas, là, une incitation au racisme et au meurtre ?

 

Les caricatures de Mahomet relèvent d'une forme de provocation, de dénonciation d'une religion qui refuse et stigmatise le blasphème, mais elles ne sont pas une incitation au crime...

La liberté d'expression doit passer par un refus de tout ce qui peut orienter vers un désir de vengeance criminelle.

 

On doit pouvoir se moquer, ridiculiser autrui, sans pour autant inciter à l'horreur du crime...

Le blasphème, lui-même, n'est pas un crime : il vise le domaine religieux, la divinité, mais ne pousse pas au meurtre...

 

Si dans certains pays musulmans, le blasphème est encore considéré comme un crime, passible de la peine de mort, c'est une aberration...

La religion islamique doit évoluer, comme notre religion l'a fait : le blasphème pouvait être, autrefois, puni de mort, en France, mais cette condamnation du blasphème appartient au passé...

 

On voit, là, toutes les fractures de notre monde : les religions sont, elles aussi, fracturées, divisées... La religion catholique admet le blasphème, l'islamisme le considère comme le péché suprême...

 

Il serait temps, sans doute, que la religion islamique évolue, car le blasphème ne peut être considéré comme un crime, il exprime une liberté qui doit être accessible à chacun... la liberté de penser, de rire, de plaisanter, de s'exprimer ! la liberté de vivre !

 

Il faut admettre que le blasphème est, désormais, une notion périmée : on ne peut pas s'y référer pour tuer, condamner des gens à mort...

 

 

blasphème pakistan

 

 

charlie he

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 17:28

Photo1921

 

 

Beau texte qui dénonce le fanatisme et l'intolérance, cette chanson, écrite par Alain Souchon, intitulée Et si en plus il n'y a personne, souligne, avec force et subtilité, toutes les incohérences des religions : au lieu d'apporter un réconfort, elles en viennent, parfois, à provoquer des conflits, des haines irréconciliables, elles sont, aussi, un instrument de manipulation redoutable...

 

La chanson s'ouvre sur trois prénoms : "Abderhamane, Martin, David", trois prénoms représentatifs des religions les plus répandues : mis sur le même plan, les trois prénoms devraient signifier une unité, une harmonie, une union...

 

Et, c'est, pourtant, la division qui l'emporte, comme le prouve la suite de la chanson.

 

Après ces apostrophes, qui interpellent chaque lecteur, l'expression : "Et si le ciel était vide" montre toutes les incohérences, la vanité des conflits religieux qui peuvent opposer les uns et les autres... On se bat, en fait, pour une entité hypothétique...

 

L'énumération qui suit restitue toutes les coutumes religieuses : "Tant de processions, tant de têtes inclinées, Tant de capuchons, Tant de mains pressées, Tant de prières empressées." L'anaphore de l'adverbe d'intensité "tant" souligne des pratiques parfois outrancières, un certain fanatisme.

 

Au passage, à l'intérieur de cette énumération, Alain Souchon nous rappelle, aussi, "les peurs" liées, depuis des siècles, à la religion, peurs entretenues, savamment, par les instances religieuses et politiques.

 

Le but est de dominer les peuples, de les asservir, ce que suggère le mot "démagogues" qui rime avec le terme "synagogues".

 

La chanson évoque, également, tous les cantiques religieux visant à endormir le peuple, à le soumettre, par des "musiques antalgiques", belle expression imagée qui insiste sur l'idée d'endoctrinement...

 

L'antithèse "tant de compassions, tant de révolvers" vient montrer que, derrière des apparences chaleureuses, se cache, parfois, une religion de haine, de violence : le fanatisme peut conduire au pire, à des actes monstrueux et inhumains...

 

On entend, ensuite, des prières représentatives de toutes les religions : "Arour hachem, Inch Allah, Are Krishhna, Alléluia", autant de références à Dieu, à sa puissance, sa volonté, sa bonté...

 

Mais des images de violence apparaissent, soudain : "Toutes les balles traçantes, Toutes les armes de poing."
On perçoit, enfin, les causes et les conséquences du fanatisme : "Toutes les femmes ignorantes, ces enfants orphelins, ces vies qui chavirent, ces yeux mouillés."

 

Et, derrière, transparaît "le vieux plaisir de zigouiller", inhérent à l'être humain. Cette expression triviale, familière vient renforcer l'idée de violence et de haine...

Le refrain vient insister, encore, sur l'inanité de tant de ferveurs et d'antagonismes : 

"Tant d'angélus
Ding
Qui résonne
Et si en plus
Ding
Y'a personne..."

L'angélus ou prière de l'ange met en évidence tous les bienfaits que devrait apporter la religion, mais c'est, trop souvent, l'intolérance qui l'emporte...

 

Ce texte contient l'essentiel : on y perçoit la collusion des pouvoirs religieux et politiques, les ravages provoqués par le fanatisme, la soumission et l'aveuglement des peuples...

La mélodie lancinante et entraînante, à la fois, souligne les douceurs inspirées par les religions et la façon dont elle sont dévoyées et détournées par la violence des hommes.

 

http://youtu.be/JvkMnHXtHzc

 

 

 

 

 

 

 Photo2249.jpg

 

 Photo2241.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Photos : rosemar



Partager cet article
Repost0
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 16:47

 

charlie he

 

Des hommes et une femme sont morts, dans une tuerie qui ressemble à un acte de guerre : la rédaction de Charlie Hebdo a été décimée : 12 victimes, dont deux policiers, plusieurs blessés, gravement atteints... Si la solidarité s'est affirmée un peu partout, en France et à l'étranger, certains ne peuvent s'empêcher de déverser leur haine...

 

"Les victimes étaient des nantis, des privilégiés, ils seraient même responsables de leur propre mort, ils sont allés trop loin dans la satire et la critique des religions..." Certains parlent "de provocations gratuites", certains affirment que "ces journalistes n'ont jamais travaillé" ! On les présente, parfois, comme des "parasites" de la société...

 

Des propos et des articles haineux sont publiés sur internet : aucun respect des victimes, aucune compassion pour les proches et les familles des victimes de cette tuerie.

 

Certains se complaisent à ajouter de la haine à la haine : pourtant, ceux qui ont commis ces actes barbares ont fait preuve d'une violence inouie : ils ont même tué, à bout portant, un policier qui était à terre : ce n'était pas un "nanti", ce policier !

 

D'autres se lancent, déjà, dans des théories du complot non vérifées : non, ce ne serait pas des djihadistes qui auraient massacré les journalistes de Charlie Hebdo mais des représentants d'un gouvernement mondial chargé d'instaurer le chaos en France et ailleurs...

 

On déverse un flot de haine contre des gens, des journalistes qui ont été tués froidement : aucune empathie, c'est comme si la mort de ces gens ne valait aucune compassion...

 

Pourquoi tant de mépris et de rejet ? Pourquoi tant de dénis des réalités ? Alors que des êtres humains viennent d'être massacrés, que leurs corps ne sont pas encore enterrés, pourquoi certains s'attachent-ils à les conspuer, à les dénigrer ?

 

D'autres se livrent à des parallélismes : les victimes de la crise sont bien plus nombreuses : victimes du chômage, certains se suicident, vivent des situations difficiles, certains SDF meurent dans la rue.

Oui, c'est horrible, inadmissible, intolérable et on n'en parle pas suffisamment, souvent...


Mais est-il permis, pour autant, de vilipender des journalistes qui viennent d'être assassinés froidement, dans un carnage effroyable ?

 

Internet permet, ainsi, un défoulement et un déferlement de haine inouie...

Des familles ont été frappées par des assassinats remplis de violence : ne méritent-elles pas notre soutien et notre respect ?

 

Faut-il, encore, ajouter de la violence à la violence ? Faut-il surenchérir sur la haine ?

 

Les journalistes de Charlie Hebdo n'ont jamais appelé au meurtre : si leurs caricatures étaient virulentes, grossières parfois, elles ne visaient qu'à dénoncer les religions et leurs dérives, l'intégrisme, le fanatisme aveugle.

 

 

charlie-copie-1.jpg

 

 

charliehebdoenquete.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Partager cet article
Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 17:27

charlie-h.jpg

 

 

Le fanatisme et le terrorisme ont encore frappé : des hommes en armes ont commis un attentat terroriste contre le journal, Charlie Hebdo : plusieurs journalistes sont décédés au cours de cette attaque en règle : 12 personnes ont été assassinées dont les dessinateurs Charb, Cabu, Wolinski et Tignous et deux policiers.

 

Avec cet attentat, c'est la liberté d'expression qui est visée, et notamment des journalistes qui se sont toujours battus pour la défendre, pour exprimer des idées qui leur étaient chères...

 

 Les assaillants étaient renseignés et savaient qu'une réunion de rédaction hebdomadaire devait se tenir, ce mercredi à 10 heures. 

 

Le fanatisme religieux a donc, une fois de plus, fait des ravages et des victimes et cette fois, sur le territoire français : des innocents, en train d'exercer leur métier, ont été exécutés.

 

Le fanatisme n'est-il pas la pire des plaies de notre monde ?  Et quand il s'attaque à la presse, à la liberté de pouvoir exprimer des opinions, de pouvoir dénoncer, il est encore plus intolérable.

 

L'horreur de cette attaque, faite à l'arme lourde, montre la lâcheté de ces individus qui attaquent, par surprise, des gens sans défense.

 

Cagoulés, kalachnikov à la main, ces fanatiques ont-ils une quelconque once de conscience et de dignité ?

On est tous choqués par cette véritable agression guerrière qui ne pouvait laisser aucune chance aux journalistes visés...

 

Ces fanatiques prétendent défendre leur religion en commettant des attentats terroristes, et même des actes de guerre : où est la vraie religion dans de tels actes ?

La religion est faite de pardon, de compréhension, d'amour : ces fanatiques ne sont que des barbares et ne défendent aucune religion.

 

L'horreur nous saisit quand on voit les images de l'attaque subie par Charlie Hebdo : une attaque sanglante, haineuse, vile et ignominieuse.

 

Le tort de ces journalistes de Charlie Hebdo est d'avoir dénoncé la bêtise, d'avoir défendu des idées de liberté...

 

Le fanatisme est de l'ordre de la cruauté, de la violence, de la barbarie !

 

Le lieu choisi pour cette attaque est, d'ailleurs, fortement symbolique : la rédaction d'un journal satirique qui a toujours fait de la liberté d'expression son cheval de bataille...

Le commando n'a même pas hésité à abattre un policier qui était à terre.

 

Le fanatisme qui prend pour prétexte la religion, qui en fait une raison de tuer doit être combattu par tous les moyens : il n'est que bêtise, inconscience et lâcheté...

 

Notre liberté est limitée par bien des facteurs, mais quand on veut nous enlever une part de cette liberté qui nous reste, on ne peut que se révolter et pourfendre ceux qui veulent nous en priver !

 

 

charlie-hebdo.jpg

 

 

charlie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Partager cet article
Repost0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 16:02

Photo1999.jpg

 

                  

Les caleçons ou leggings colorés, imprimés sont, de nouveau, à la mode : caleçons blancs, aux imprimés de roses noires, caleçons gris piquetés de blancs, caleçons fleuris...

 

Ils font la jambe allurée, ils épousent les formes et sont pratiques, en hiver.

 

Le caleçon, c'est l'inverse de la burqa : il ne flotte pas, il épouse le corps, il se fait aussi discret que possible, tout en suggérant les formes.

 

Comme le fait une chaussette pour le pied, le caleçon moule l'ensemble de la jambe, en montre le galbe, la finesse.

Il couvre, ainsi, la jambe, tout en la révélant !


Il peut être uni ou bariolé... pratique, il est aussi élégant et peut être raffiné dans les motifs : étoiles, fleurs, graphismes...

 

Le caleçon peut être léger, pour l'automne, le printemps... plus épais en hiver. Il s'adapte à toutes les saisons...

 

Tenue moderne, il fait des jambes fines sous un ample manteau, ou sous un anorak.

 

Bien que la forme soit toujours la même, la diversité des motifs et des couleurs crée une infinité de possibilités.

 

Certains caleçons ont une allure sportive, d'autres plus sophistiqués, signent des tenues de fête...

 

J'aime les caleçons, leur variété, et après les avoir oubliés, la mode les redécouvre enfin !

 

Mieux vaut toutefois, choisir des caleçons décorés de motifs discrets, mieux vaut éviter les caleçons trop chamarrés de couleurs criardes...

 

Un caleçon bleu ou noir, basique, permet de l'assortir à toutes sortes de chemisiers, caracos.

 

Peu cher, ce vêtement est accessible à tous les budgets, on en trouve de toutes sortes et de tous prix, dans les magasins et les boutiques.

 

Le caleçon revient en force ! Adoptons-le, car il offre un modernisme, des assortiments de couleurs, de motifs...

 

Il éclaire l'automne et l'hiver de ses motifs colorés, il éblouit les regards, suggère plus qu'il ne montre.

 

 

 

http://youtu.be/tUlieS8PAcE

 

 

 

 

 

 

Photo2000.jpg

 

 

 

Photo1995.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Partager cet article
Repost0