Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2022 3 16 /03 /mars /2022 10:50
Election confisquée : absence de débat pour la présidentielle...

 

Après le Covid, c'est la guerre en Ukraine qui occupe toute la place dans les actualités...

Le débat pour les élections présidentielles est escamoté : on ne parle pas d'éducation, de la santé, du monde du travail, de la retraite... toutes les questions essentielles disparaissent des médias.

La guerre en Ukraine a envahi tout l'espace médiatique ! Sur internet, sur les chaînes de radio, de télévision...

 

De plus, Emmanuel Macron a refusé tout débat avec ses concurrents avant le premier tour. C'est regrettable !

Notre président semble vouloir profiter des sondages favorables qui le donnent déjà gagnant... Pourquoi se fatiguer ?

C'est aussi inquiétant pour notre démocratie : Emmanuel Macron semble même utiliser la guerre en Ukraine pour ne pas avoir à débattre avec les autres candidats.

Pourtant, notre école, nos hôpitaux, nos EHPAD sont en difficulté.

 

La situation dans les services d'urgence des hôpitaux est catastrophique : on l'a vu avec la crise du Covid, mais cela fait des années que ces services sont saturés...

Rien n'a été fait pour sauver l'Hôpital : les soignants ne peuvent plus faire face, comme dans les EHPAD, ils sont contraints à faire preuve de maltraitance à l'égard des patients.

Un soignant témoigne : "l’état des services d’urgences de France, au lendemain d’une pandémie sans précédent, à l’aube d’une concertation politique décisive pour l’avenir de l’hôpital public, est pire qu’en 2019. Chaque jour, de modestes services d’urgences ferment et les patients sont alors orientés dans les urgences de centres hospitaliers alentour qui explosent. Les brancards des urgences et les précieux lits de médecine aiguë jouent le rôle de l’antichambre des EHPAD, au grand désespoir de soignants usés et démissionnaires."

 

Que dire de la situation dans les EHPAD ? Elle est catastrophique. Les personnes âgées y subissent des maltraitances indignes : repas rationnés, absence de soins, violences, abandon...

Comment peut-on accepter un tel mépris des vieux ?

Le business de la vieillesse est installé depuis des années : rien n'a été fait pour y mettre fin. On a même donné un nom à ce modèle économique : silver economy. Silver : argenté, comme les cheveux des pensionnaires et comme leur compte en banque...

Scandaleux !

Le scandale Orpea a secoué quelque temps l'opinion et le monde des médias, mais comme il s'agit de vieux, ce système scandaleux va perdurer : un business qui fonctionne et tourne à plein.

 

L'école, quant à elle, a subi une succession de réformes mal pensées qui n'ont servi qu'à la fragiliser : la réforme du lycée menée par Blanquer n'a pas convaincu.

L'école publique souffre, comme l'hôpital : de nouvelles réformes se préparent visant à la fragiliser un peu plus encore.

 

 

 

 

Source :

https://www.huffingtonpost.fr/entry/je-suis-medecin-urgentiste-et-le-dis-aux-nom-de-la-profession-nous-ne-pouvons-plus-faire-face-blog_fr_6228b8e8e4b004e4e3890a6d

 

 

 

 

Election confisquée : absence de débat pour la présidentielle...
Partager cet article
Repost1
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 08:11
Encore un recul de l'âge de la retraite ? Quelle honte !

 

Et on reparle du recul de l'âge de la retraite ! Alors que le travail se fait rare, que le nombre de chômeurs ne cesse de croître, il serait question d'un recul progressif de l'âge de la retraite, jusqu'à 64 ans...

Une honte !

"Il faut travailler plus", on connaît ce refrain !

Que dire ? Chômeurs, employés à temps partiel, jeunes en quête de travail correctement rémunéré, précaires... "Si tous ces gens avaient un emploi formé et rémunéré en conséquence, le problème de l'équilibre financier des régimes de retraites à long terme serait en partie réglé, car qui dit salaire dit cotisations sociales.", écrit fort justement Jack Dion dans un article du journal Marianne.

Et il précise : "C'est la crise de l'emploi qui crée le déficit, pas l'âge de départ à la retraite."

Et de rajouter : "Au passage, on justifiait la chose par l'augmentation de l'espérance de vie, en oubliant que celle-ci n'évolue pas de manière similaire pour tout le monde."

 

Un reportage lors du JT de France 2 évoquait aussi ce sujet :

"Travailler deux ans de plus et prendre sa retraite à 64 ans au lieu de 62, le sujet est sur la table, au lendemain des élections régionales.

Dans une menuiserie de la région parisienne, cette nouvelle inquiète : un architecte de 60 ans qui prévoit de partir dans deux ans, témoigne :

"J'ai commencé à m'intéresser à la retraite cette année : ça fait peur des changements comme ça, c'est décevant."

 

Bien plus jeune, un menuisier s'alarme de devoir exercer plus longtemps ce métier physique.

"Des fois, on prend la retraite et on meurt deux ans ou cinq ans, après, on n'en profite pas. Franchement, c'est pas bien du tout."

Une évidence : certains travaux pénibles ne permettent pas de profiter pleinement de la retraite : quelle injustice !

 

"Le gouvernement voudrait augmenter rapidement l'âge de départ à la retraite de 6 mois par génération, en clair : un salarié né en 1961 travaillerait 6 mois mois de plus, jusqu'à 62, 5 ans. Et à la fin de la réforme un natif de 1964 pourrait prendre sa retraite deux ans plus tard qu'aujourd'hui, à 64 ans.

Mais à moins d'un an de la présidentielle, une telle réforme pourrait de nouveau pousser les Français dans la rue.

Selon le journal Les Echos, elle permettrait de dégager 14 milliards d'euros, à l'horizon 2026, ce dont doutent les syndicats.

 

"Aujourd'hui, une personne sur deux qui prend sa retraite n'est pas en emploi. Elle est au chômage, en invalidité. Donc, si vous leur demandez de travailler plus longtemps, elles seront plus longtemps au chômage, plus longtemps en invalidité, et les économies qu'on fera côté retraite, on les transférera sur d'autres budgets sociaux.", déclare Frédéric Sève, secrétaire national de la CFDT. 

Des remarques frappées au coin du bon sens...

 

Hélas, comme l'écrit Jack Dion, la France est soumise aux diktats européens, "à la commission de Bruxelles qui somme les gouvernements des pays de l'UE d'en revenir au plus vite aux normes comptables qui tiennent lieu de bréviaire."

 

 

Source :

 

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/retraite/reforme-bientot-une-retraite-a-64-ans_4682291.html

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/