Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2022 5 01 /04 /avril /2022 11:33
Guerre en Ukraine : la course aux armements et autres conséquences...

 

La guerre menée par Poutine en Ukraine a des conséquences innombrables : destruction d'un pays, de ses infrastructures, morts de civils, un exode massif d'Ukrainiens...

Autre conséquence de cette guerre au coeur de l'Europe : de nombreux pays se lancent dans une course effrénée aux armements...

L'armée russe dispose elle-même d'armes à la pointe de la technologie : par exemple, des missiles hypersoniques indétectables qui peuvent faire des dégâts considérables.

Dès que la guerre a été initiée par Vladimir Poutine, la plupart des pays ont décidé d'augmenter leur budget militaire.

Lors d’une session extraordinaire au Bundestag, à Berlin, le chancelier Olaf Scholz a annoncé un effort exceptionnel de l’Allemagne en matière de Défense. La crise russe change toute la doctrine tenue jusqu’ici. Olaf Scholz, le Chancelier, annonce 100 milliards d’euros pour moderniser son armée.

Des sommes colossales englouties pour fabriquer des armes !

 De nombreux pays de l'Union européenne ont décidé d'augmenter très sensiblement leurs dépenses militaires.

"La Russie et les Etats-Unis se sont lancés depuis un certain temps dans une course aux armements nucléaires, mettant au point de nouvelles machines d'apocalypse qui menacent de ruiner les gains chèrement acquis des dernières décennies et de nous ramener au bord de l'anéantissement nucléaire..." nous rappelle l'historien Harari.

Et quand les budgets militaires augmentent, d'autres secteurs en pâtissent : l'éducation, la santé, les enjeux écologiques.

"Si des pays croient la guerre inéluctable, ils renforcent leurs armées, se lancent dans la spirale de la course aux armements, refusent tout compromis en cas de conflit et soupçonnent que les gestes de bonne volonté ne sont que des pièges." écrit encore Harari.

Et il ajoute : " Un remède éventuel à la bêtise des hommes est une dose d'humilité. Les tensions nationales, religieuses et culturelles ne peuvent qu'empirer du fait du sentiment grandiose que ma nation, ma religion et ma culture sont les plus importantes du monde et que mes intérêts doivent passer avant ceux de tous les autres, voire de l'humanité dans son ensemble."

 

L'humilité, non, ce n'est pas la tasse de thé de Vladimir Poutine !

Il s'est lancé dans une guerre de conquête, envahissant un pays voisin souverain...

Ce faisant, il menace tout l'équilibre du monde : cette guerre est non seulement militaire, mais aussi politique et économique.

 

Elle va avoir des retentissements sur l'ensemble du monde...

Sont à prévoir des pénuries, des famines, des victimes innombrables de cette guerre...

 

En Europe, il faudra accepter d'avoir froid pour aider et soutenir les Ukrainiens. Les classes moyennes et populaires souffrent déjà d'une inflation galopante...

Dans un monde interconnecté, les conséquences du conflit en Ukraine sont colossales : l'Europe va en payer le prix fort, comme tous les pays pauvres que l'explosion du prix du blé va plonger dans une misère terrible.

Quant à l'écologie, elle sera aussi sacrifiée : pour se passer du gaz russe, l'Europe devra rouvrir des centrales à charbon.

 

 

 

Sources :

 

https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-l-eco/entendez-vous-l-eco-du-vendredi-11-mars-2022

 

 

https://www.lesoleil.com/2022/02/02/poutine-releve-dun-cran-la-course-aux-armements-e39c7656c055fe77a0bbdb58799b11ed

 

 

 

Guerre en Ukraine : la course aux armements et autres conséquences...
Partager cet article
Repost1
28 mars 2022 1 28 /03 /mars /2022 11:08
Les Ukrainiens chantent pour leur liberté...

 

Musiciens et chanteurs de l’Opéra d’Odessa se sont réunis samedi 12 mars devant le bâtiment où ils se produisent habituellement alors que la ville est sous la menace de bombardements par l’armée russe. Drapeaux ukrainiens à la main, ils ont interprété l’hymne national et de grands airs d’opéra.
Les artistes de l’Opéra d’Odessa ont notamment chanté Nabucco...

 

Ils ont interprété un des airs les plus célèbres de l'opéra de Verdi : Va, pensiero ou Va, pensiero, sull'ali dorate, le Chœur des esclaves hébreux (Va, pensée, sur tes ailes dorées, en italien).

Magnifique chant de liberté, magnifique interprétation de ces artistes qui vivent dans un pays en guerre, après l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe...

Ce chant incarne une volonté farouche de se libérer du joug russe.

Chanter, c'est aussi une façon de résister et de remonter le moral es troupes... chanter, c'est un acte de liberté...

 

De fait, on a pu voir durant ce premier mois de guerre initiée par Vladimir Poutine, l'âpre résistance dont sont capables les Ukrainiens.

L'armée russe est pourtant particulièrement puissante mais les Ukrainiens, malgré une offensive préparée de longue date, ont su affronter les forces russes.

Les Ukrainiens défendent une cause juste : leur liberté, leur droit à l'autonomie, leur droit de choisir...

Face au déferlement des chars russes, les Ukrainiens se défendent vaillamment, avec ferveur et courage !

 

Depuis plusieurs jours maintenant, la ville portuaire d’Odessa, ville stratégique dans le plan d’invasion de Vladimir Poutine, se prépare aux bombardements russes. Certains habitants ont fui la ville, d’autres se mobilisent et participent à la mise en place de barricades avec des sacs de sable un peu partout dans la ville. C’est notamment le cas devant le grand théâtre d’opéra d’Odessa, qui est maintenant entouré de barricades et de barrières de sécurité.

 

 Cet air chanté par les artistes de l'opéra d'Odessa, issu de l’opéra Nabucco du compositeur italien, éminemment symbolique, est aussi un hymne de paix et d’espoir.

Un espoir encore fragile car l'armée russe progresse sur le territoire ukrainien. Un espoir fragile car les négociations en vue de la paix n'ont toujours pas abouti.

Cependant, des négociations entre Kiev et Moscou s'ouvrent en ce début de semaine à Istanbul, l'Ukraine se disant prête à discuter en profondeur de sa neutralité, un point que Moscou ne lâche pas depuis l'ouverture du dialogue.
 

 

 

 

Voici la traduction du texte italien :

"Va, pensée, sur tes ailes dorées ;
Va, pose-toi sur les pentes, sur les collines,
Où embaument, tièdes et suaves,
Les douces brises du sol natal !

Salue les rives du Jourdain,
Les tours abattues de Sion ...
Oh ma patrie si belle et perdue !
Ô souvenir si cher et funeste !

Harpe d'or des devins fatidiques,
Pourquoi, muette, pends-tu au saule ?
Rallume les souvenirs dans le cœur,
Parle-nous du temps passé !

Semblable au destin de Solime
Joue le son d'une cruelle lamentation
Ou bien que le Seigneur t'inspire une harmonie
Qui nous donne le courage de supporter nos souffrances !"

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2022 3 23 /03 /mars /2022 09:54
L'exaltation de la guerre...

 

La guerre se cache souvent sous des apparences héroïques et brillantes... On se souvient de cette évocation de la guerre dans le chapitre 3 de Candide, le célèbre conte de Voltaire :

"Rien n'était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées. Les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours, les canons, formaient une harmonie telle qu'il n'y en eut jamais en enfer. Les canons renversèrent d'abord à peu près six mille hommes de chaque côté ; ensuite la mousqueterie ôta du meilleur des mondes environ neuf à dix mille coquins qui en infectaient la surface. La baïonnette fut aussi la raison suffisante de la mort de quelques milliers d'hommes. Le tout pouvait bien se monter à une trentaine de mille âmes. Candide, qui tremblait comme un philosophe, se cacha du mieux qu'il put pendant cette boucherie héroïque..."

Au début de ce chapitre, on ne perçoit que les aspects clinquants de la guerre : les armées en ordre de bataille, la musique... puis, peu à peu, on en découvre toutes les abominations...

 

On retrouve cette exaltation de la guerre dans les récits de la guerre menée par Poutine en Ukraine.

Poutine a même tenu un meeting rassemblant des milliers de Russes, alors que les villes ukrainiennes sont sous les bombes !

Quel cynisme ! C'est ignoble !

Près de 100.000 personnes ont acclamé le président russe Vladimir Poutine, dans un stade plein à craquer, à l'occasion d'un meeting du maître du Kremlin. Un rassemblement festif organisé en pleine guerre en Ukraine, officiellement pour célébrer les huit ans de l'annexion de la Crimée.

Vladimir Poutine a alors fait l'éloge des soldats russes et de leur "héroïsme" !

Aucun mot sur les destructions, aucun mot sur les victimes, sur les blessés, les morts...

 

"Cette exaltation de la guerre est le signe d'une immaturité très profonde, selon Johann Chapoutot, professeur d'histoire contemporaine à la Sorbonne, spécialiste de l'histoire de l'Allemagne.

Une immaturité que l'on trouve au plus haut niveau de responsabilité de l'état et pas seulement dans les dictatures...

 

Vladimir Poutine, c'est le paroxysme de cette immaturité, de ce manque de réflexion, de ce manque de responsabilité, un homme qui s'est de plus en plus isolé au sommet du pouvoir, qui est habité par ses propres fantasmes, par sa paranoïa, qui est suivi par une technostructure maffieuse oligarchique.

 

Il incarne la stupidité agressive, le virilisme, comme si la perte de l'empire russe avait été une émasculation.

Lui-même met en scène cette espèce de corps sportif, de manière permanente....

 

Il est à la confluence de tout ce qui importe véritablement, en fait, actuellement, c'est à dire non pas seulement le fracas des armes qui peut susciter une fascination exaltée, mais la fin de l'état de droit, la question du nucléaire, la question du climat, parce que nous finançons sa guerre. Lorsque nous voyons que le budget de l'armée russe, c'est 56 milliards d'euros par an, il faut voir que nous lui achetons pour 59 milliards d'euros de gaz, sans compter les autres énergies fossiles et le pétrole, la question de l'évasion fiscale, la question de la corruption, tout cela est lié dans ce phénomène Poutine, ainsi que ce phénomène de guerre, et on voit à quoi cela conduit : à tuer des enfants sous les bombardements.

 

Le récit de Poutine, celui d'une certaine élite russe, aidée en cela par l'église orthodoxe, est totalement obsidional, c'est à dire que ces gens perçoivent la Russie comme une cité assiégée qui doit se défendre à tout prix, si bien que les Russes se considèrent, de manière paradoxale, comme les agressés et non pas comme les agresseurs.

Une façon de motiver les combattants qui sont envoyés sur le front...

Les citoyens russes sont les premières victimes de ce récit : ils sont soumis à un tabassage, un matraquage médiatique intensif de la part de médias qui sont totalement aux ordres.

Derrière tous ces récits,  derrière ce bruit, ce fracas, ce théâtre des opérations, il y a des enjeux massifs comme la consommation des énergies fossiles, la dégradation de notre climat encouragée par ces espèces de fascismes impériaux dont la Russie est vraiment un exemple paradigmatique. Il y a la question de la démocratie, la question de l'état de droit, la question du virilisme, de l'extractivisme, du productivisme dans lequel on est pris, parce qu'il ne faut pas s'y tromper, la Russie est, avec la Chine, un exemple de ces grands empires de constitution ou de reconstitution qui estiment qu'on peut faire fi du droit international pour laisser des empires faire ce qu'ils veulent : exploiter, détruire l'environnement, détruire le vivant, massacrer des populations."

 

 

Source :

 

https://www.franceculture.fr/emissions/sous-les-radars/quand-la-guerre-est-de-retour-dans-nos-vies

Partager cet article
Repost0
21 mars 2022 1 21 /03 /mars /2022 12:38
Poutine et la rhétorique de la guerre...

 

La guerre s'accompagne toujours d'une certaine rhétorique : il s'agit de convaincre ses troupes du bien-fondé de la guerre...

Et Vladimir Poutine en menant une guerre en Ukraine, n'échappe pas à ce rituel...

"Elena Volochine a quitté la Russie quand la rhétorique de guerre est réapparue : la cinquième colonne, les opposants, les mots de nazis, de traîtres, d'ennemis du peuple, elle se sentait elle même visée par cette rhétorique, en tant que journaliste franco-russe à France 24.

Une rhétorique dictatoriale qui est en train de monter, selon elle.

Pour Poutine, l'Ukraine n'est pas une nation, elle n'a pas droit de cité, elle a été créée par la Russie : c'est ce qu'il a toujours dit de façon sous jacente."

 

Poutine a même parlé d'autoépuration ! 

"Le vrai peuple russe saura toujours distinguer les patriotes de la racaille et des traîtres : ils vont juste les recracher comme une mouche qui a accidentellement volé dans leur bouche, ils vont juste les recracher sur le trottoir...

Je suis convaincu qu'une auto épuration naturelle de la société ne fera que renforcer notre pays", a-t-il déclaré...

Voilà un discours sans ambiguïté !

"Qu'est-ce que cela évoque ? Un très triste souvenir : la surveillance, les écoutes téléphoniques, les dénonciations, l'appel à la délation, bref une stratégie de la terreur, cela évoque les heures les plus sombres de notre histoire...

 

La terreur, déjà à l'intérieur de ses frontières, avec un régime autocratique, la terreur en Ukraine, une terreur militaire avec le bombardement des populations civiles, pour mettre la population ukrainienne à genoux.

Menaces sur la liberté d'opinion, la liberté de la presse...

 

Pourquoi détruire un théâtre, des hôpitaux, une maternité ? Parce qu'à l'intérieur, il y aurait des nazis, des soldats, des forces armées... selon la rhétorique russe."

 

Selon Elena Volochine, "les Russes n'admettent absolument pas ces frappes, ils disent que c'est le bataillon Azov qui aurait lui-même miné et fait exploser ce théâtre et c'est pareil avec toutes les frappes.

L'extrême droite ukrainienne existe, mais aujourd'hui, l'extrême droite, c'est 3 à 5 % aux élections, c'est moins qu'en France.

Selon la version officielle russe de cette opération spéciale, puisqu'il est interdit de dire le mot "guerre" en Russie, ce sont des nazis que l'on combat en Ukraine, on n'arrête pas d'accuser les nazis de ce qu'ont fait eux-mêmes les Russes, c'est à dire de prendre les civils comme boucliers humains, de préparer une attaque chimique, biologique. On ne sait pas ce que vont faire les Russes derrière parce qu'en général, lorsque les Russes accusent de quelque chose, ce sont finalement eux qui sont à la manoeuvre, toujours les Russes ont d'abord accusé les Ukrainiens :  les corridors humanitaires qui sont bombardés, c'est pareil : c'est la faute des Ukrainiens.

Une pratique qui est classique, et vous l'avez certainement vu en Syrie, ce que font les Russes, ils en accusent les autres."

 

"La guerre repose toujours sur le mensonge, la servitude et la misère. Poutine a construit une société où la critique n'est plus possible.

Poutine pratique une forme de négationnisme : il ne faut jamais sous-estimer la puissance du déni."

 

"Le but des Russes consiste à encercler et terroriser, c'est ce qu'ils ont fait en Syrie. Une façon de déprimer et démoraliser la population."

 
Ainsi, une nouvelle fois, dimanche matin, la Russie a annoncé avoir fait usage de missiles hypersoniques. Samedi, les autorités russes annonçaient avoir détruit un entrepôt souterrain d’armements dans l'ouest de l'Ukraine.

Ces annonces ont aussi un but psychologique : démoraliser l'adversaire. C'est encore une démonstration de force.

 

Les missiles balistiques hypersoniques Kinjal (« poignard » en russe) et ceux de croisière Zircon appartiennent à une famille de nouvelles armes développées par la Russie et que son président, Vladimir Poutine, qualifie d'  "invincibles", car censées pouvoir échapper aux systèmes de défense adverses.

 

 

 

Sources :

 

https://www.france.tv/france-5/c-ce-soir/c-ce-soir-saison-2/3139721-la-guerre-sans-limite.html

 

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/elena-volochine-correspondante-a-moscou-depuis-10-ans-a-decide-de-quitter-la-russie_4998108.html

Partager cet article
Repost1
18 mars 2022 5 18 /03 /mars /2022 12:16
Cette journaliste russe qui défie Poutine...

 

Quel courage ! En plein direct, durant le journal télévisé le plus populaire de Russie, une journaliste russe, Marina Ovsyannikova, a diffusé un message contre la guerre, lundi 14 mars. "Arrêtez la guerre. Ne croyez pas la propagande. Ici on vous ment", pouvait-on lire sur sa pancarte.

 

On ne peut être plus explicite : elle dénonce la "guerre" menée par Poutine qui a lui-même dénié ce terme parlant d'opération militaire. Elle fustige aussi la "propagande" mensongère du pouvoir russe.

Ella a osé défier Vladimir Poutine, elle a osé dire ce que les médias russes cachent, elle a osé dire la vérité !

 

Evidemment, l'antenne a aussitôt basculé sur un reportage, pour cacher la pancarte.

 

Image rarissime dans un pays où critiquer l'offensive en Ukraine est passible d'une lourde peine de prison...

Marina Ovsyannikova a été arrêtée, elle est sortie du tribunal dans la soirée, mardi 15 mars. Elle a été condamnée à une amende de 250 euros et reste libre "pour le moment."

 

"L'interrogatoire a duré 14 heures. Je n'ai pas eu le droit de parler à mes proches, ni eu accès à une assistance juridique, j'étais dans une situation très difficile.", a confié la journaliste.

Pour le moment, elle n'a été jugée que pour avoir mis en ligne une vidéo enregistrée la veille de son passage à l'acte, dans laquelle elle critique le Kremlin de manière virulente. Marina Ovsyannikova risque d'autres poursuites. Elle pourrait être jugée pour publication d'informations mensongères, un crime passible de 15 ans de prison en Russie. 

 

La journaliste avait enregistré une vidéo, la veille de son passage à l'acte. Voici ce qu'elle déclarait :

"Ce qui se passe en Ukraine est un crime : la Russie est l'agresseur. Ces dernières années, malheureusement, j'ai travaillé sur cette chaîne de télévision, en relayant la propagande du Kremlin. J'ai honte d'avoir diffusé de tels mensonges, d'avoir permis la zombification du peuple russe."

 

Pendant ce temps, les sites d'information russe ont été obligés de flouter la pancarte, seule solution pour ne pas être eux-mêmes lourdement condamnés. 

"Je voulais montrer que les Russes aussi sont contre cette guerre...
C'est une guerre contre un peuple frère ! Aucune personne saine d'esprit ne peut l'accepter", explique la jeune femme née à Odessa, en Ukraine, d'un père ukrainien et d'une mère russe. Marina Ovsiannikova estime que son coup d'éclat "était avant tout une action pacifiste : il est dans l'intérêt de la Russie et du monde de mettre fin le plus rapidement possible à cette guerre".

"Je voulais montrer que les Russes aussi sont contre cette guerre, ce que beaucoup de gens en Occident ne comprennent pas. La majorité des gens intelligents et éduqués ici s'opposent à cette guerre", estime-t-elle.

La journaliste répond également à Vladimir Poutine qui qualifie les opposants russes à la guerre en Ukraine de "racailles et de traîtres". “Je ne pense pas que je fais partie de la racaille. Les Russes qui ont leurs convictions de citoyens et ne se taisent pas ne sont pas des racailles." Selon la journaliste, "la société russe est divisée" sur la guerre en Ukraine.

 

Sources :

 

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/guerre-en-ukraine-une-journaliste-denonce-la-propagande-russe-en-plein-direct_5015661.html

 

https://www.huffingtonpost.fr/entry/ukraine-marina-ovsiannikova-explique-son-geste-a-la-tv-parce-quelle-etait-a-bout_fr_62338261e4b0f1e82c46f17c

 

 

 

 

 

 

 

Cette journaliste russe qui défie Poutine...
Partager cet article
Repost0
14 mars 2022 1 14 /03 /mars /2022 13:25
Gare aux poutinolâtres !

 

"Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire..."

Si la devise n’est pas de Voltaire, il n’en demeure pas moins qu’elle illustre sa philosophie, telle qu’elle paraît notamment dans ses Questions sur l’Encyclopédie...

En tout cas, c'est une belle défense de la liberté d'expression, une liberté que refusent certains.

Ainsi, j'ai reçu dans la modération du journal Agoravox des messages de haine et de censure venus de fervents partisans et admirateurs de Vladimir Poutine...

Des admirateurs et admiratrices de la force virile du président russe !

Jugez plutôt :

"Ta gueule rosemar ; qu'est-ce que tu cherches ? instruis-toi, après, cause" 

Et en plus, c'est joliment dit !

 

Autre exemple venu de la même personne :

"Les couloirs humanitaires sont pour les habitants du Donbass, agressés par vos amis nazis depuis huit ans : la Russie ni la Biélorussie ne sont leurs ennemis. Votre bêtise crasse est un cas d'école"

 

On peut constater que ces messages s'accompagnent d'insultes virulentes et de termes vulgaires...

L'insulte est une forme de violence : que certains en prennent conscience enfin !

Voici donc les méthodes des partisans de Vladimir Poutine ! La censure, les insultes, la violence verbale... Une honte !

Pour ma part, je me refuse à censurer et à insulter : des méthodes scandaleuses qui soulignent en fait la faiblesse de ceux qui les utilisent.

 

Il est vrai que sur internet, la mode est aux insultes : sur twitter, les insultes sont de plus en plus fréquentes, certains n'hésitent pas à injurier des personnalités, des hommes et des femmes politiques, des enseignants. Il faut bien le reconnaître, ces insultes ne sont que des déversoirs de haine, des défouloirs sans grand intérêt : l'originalité n'est même pas de mise : les mêmes mots "salope, connasse, ordure" reviennent inlassablement et invariablement... Parfois, les mots sont moins grossiers mais tout aussi insultants :" nullité, retourne à ta niche, stupide", des mots qui tendent à nier les autres.

 

Ces injures ne servent qu'à masquer un manque de réflexion : l'insulte remplace une forme réelle d'argumentation, il est facile de traiter les autres de "nullité", il est facile de dire que leurs écrits sont vains, sans intérêt...

 

Quant à la censure, elle est déplorable ! Il est vrai que ce sont là des méthodes poutiniennes : les autorités russes ont bloqué l'accès à de nombreux sites d'information étrangers dans le pays. L'information est strictement contrôlée et encadrée...

Gare à celui ou à celle qui sort du cadre !

Des peines de prison allant de 3 à 15 ans sont même prévues pour les contrevenants !

Et les opposants au régime sont menacés de mort...

 

 

 


 

Gare aux poutinolâtres !
Partager cet article
Repost1
11 mars 2022 5 11 /03 /mars /2022 12:29
La guerre : la plus grande défaite de l'humanité...


La première guerre mondiale fut une guerre terrible, atroce qui a vu, pour la première fois, l'utilisation d'armes chimiques... une boucherie qui a envoyé des hommes jeunes ou moins jeunes en enfer, une guerre qu'on croyait être la dernière et qui s'est perpétuée 30 ans plus tard, dans une autre guerre, aussi abominable dans l'horreur, la démesure, la barbarie...

 

La guerre : ne voit-on pas que ce seul mot retentit de sonorités effrayantes et atroces ?

 

Alors que le monde a connu, au XXème siècle, deux guerres successives, le monstre de la guerre renaît, sans cesse, un peu partout, sur la planète : guerres en Syrie, en Palestine, en Ukraine, en Afrique.

 

Comme l'hydre de Lerne, les guerres se multiplient, et continuent à tuer, à mutiler des milliers d'êtres humains.

Sur ce terreau infâme, l'industrie des armes prospère, elle enrichit les plus riches et détruit les plus humbles.

 

La guerre s'est, d'ailleurs, caché, souvent, sous des apparences trompeuses : héroïsme, enthousiasme, musiques et chants guerriers.

 

Mais, la guerre dénoncée, maintes fois, par Rabelais, Voltaire, Céline, Brassens existe toujours, comme si cette plaie ne pouvait être, enfin, éradiquée de notre monde.

 

L'homme, toujours motivé par la barbarie et l'appât du gain n'a donc pas évolué : on a vu cette barbarie s'exercer en Palestine contre des enfants, des innocents fauchés par la guerre, on a vu des otages mourir sous le couteau de fanatiques, on a vu des femmes et des enfants, encore anéantis par la guerre, en Syrie.

 

Partout, l'horreur, l'injustice, les mutilations, la mort... Partout, la soif de sang, de victimes, de vengeances.

 

L'homme n'est-il pas un animal terrible, lui qui se livre à ces massacres sans fin ?

L'homme n'est-il pas responsable et coupable du pire : les horreurs de la guerre ?

Les progrès technologiques humains sont considérables, grâce à de nombreuses découvertes, dans de nombreux domaines, mais l'homme reste toujours dans l'ignominie de la guerre.

Non, l'humanité n'a pas évolué : elle reste l'image de la barbarie, des meurtres sans fin, des tueries inutiles.

 

Non, l'être humain n'a pas changé : il reste empêtré dans cette fange qui le tue et le paralyse, cette marque d'infamie qui fait de lui le plus cruel des animaux.

 

La guerre est la pire des infamies : nos parents, nos grands-parents ont connu la guerre, ont affronté les alarmes, les peurs, la mort, la détresse, le désarroi, toutes les misères inhérentes à la guerre... 

Et, au fond, cette violence perdure, partout, dans les rapports sociaux, dans le travail, sur internet, même, où certains se livrent, parfois, à des insultes...

 

L'homme, dans son désir de domination, de conquêtes, perd sa propre humanité.

La guerre est la plus grande des défaites de l'humanité : elle détruit tout sur son passage : humanisme, générosité, pardon, tolérance, vérité, humanité...

Une des conséquences du conflit en Ukraine : l'Allemagne vient d' augmenter considérablement son budget de défense... Une semaine après l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, nous avons vu simultanément l’Union européenne affirmer son existence politique sur la scène internationale en affirmant sa solidarité, y compris militaire, avec l’Ukraine, et l’Allemagne accepter de développer sa puissance militaire comme prix de sa crédibilité politique sur la scène internationale. 

Et la France se prépare à revoir et augmenter sa stratégie de défense.

Or, quand un pays consacre plus d'argent pour fabriquer des armes, pour développer sa défense, c'est autant de perdu pour l'éducation, la santé, l'écologie, le bien-être des humains.

La guerre de Poutine est hélas, dès lors, une guerre contre l'humanité.

 

 

 

La guerre : la plus grande défaite de l'humanité...
Partager cet article
Repost0
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 10:58
Le cynisme éhonté de Vladimir Poutine...

 

Décidément le président russe révèle chaque jour un peu plus son cynisme et sa duplicité...

Pour évacuer les civils ukrainiens bombardés par les forces russes, Vladimir Poutine a ouvert des corridors humanitaires qui conduisent vers la Russie et la Biélorussie, autrement dit, en territoire ennemi !

Quel cynisme !

 

Et non content de se livrer à ce jeu cruel, Poutine est même allé jusqu'à prétendre que cette lumineuse idée de corridor humanitaire menant vers la Russie était une idée suggérée par Emmanuel Macron (Le chef de l'Etat s'était entretenu dimanche avec le président russe.)

Un mensonge éhonté !

Un mensonge qu'a dénoncé Emmanuel Macron, taxant Vladimir Poutine de cynisme.

Voilà des méthodes dignes du KGB !

 

Il est vrai que Vladimir Poutine n'en est pas à son premier mensonge et à sa première rouerie !

Après avoir prétendu vouloir négocier, il s'est lancé dans une entreprise guerrière, envahissant l'Ukraine, un pays souverain, avec son armée.

En fait, pour Vladimir Poutine, l'Ukraine n'existe pas, elle fait partie de la Russie, il a donc choisi de l'annexer par la force.

Ce faisant, il réécrit l'histoire à sa façon...

 

Des couloirs humanitaires qui deviennent des armes de guerre : voilà qui est particulièrement cruel et inhumain !

Des civils en grand nombre, des hommes, des femmes, des enfants, des blessés essaient de fuir les horreurs de la guerre, et les voilà pris au piège de l'ennemi.

 

Ces "couloirs humanitaires" en forme d'impasse revêtent un double atout politique pour la Russie d'après Patrick Sauce, éditorialiste pour les questions internationales.

"Il y aura des caméras des télévisions d'Etat à l'arrivée de ces convois dans les centres d'hébergement prévus par la Russie pour dire : 'Vous voyez, nous avons une vocation humanitaire'. Et ce que je crains, si personne ne suit ces 'couloirs humanitaires', c'est que vous aurez sans doute une nouvelle dépêche de l'Agence Stass (l'agence d'information russe) indiquant que Moscou considère comme belligérants ceux qui ont décidé de rester à Kiev, Marioupol, Soumy et Kharkiv", a-t-il ajouté.

 

Quelle honte ! Une stratégie scandaleuse qui ne tient pas compte des souffrances des peuples victimes de la guerre menée par Poutine.

 

 

Sources :

https://www.lemonde.fr/international/article/2022/03/08/ukraine-les-couloirs-humanitaires-une-arme-de-guerre-pour-vladimir-poutine_6116537_3210.html

 

 

 

https://www.bfmtv.com/international/pourquoi-les-couloirs-humanitaires-ouverts-par-moscou-tranchent-avec-les-conventions-internationales_AV-202203070312.html

 

 

 

https://www.bfmtv.com/international/europe/macron-n-a-ni-demande-ni-obtenu-des-couloirs-humanitaires-vers-la-russie-contrairement-a-ce-qu-affirme-moscou_AN-202203070152.html

 

 

Partager cet article
Repost1
7 mars 2022 1 07 /03 /mars /2022 12:22
Dans la tête de Vladimir Poutine...

 

Michel Eltchaninoff, rédacteur en chef de Philosophie Magazine, et spécialiste de philosophie et d’histoire russe,  a analysé tous les discours de Vladimir Poutine, et il en a fait un livre intitulé Dans la tête de Vladimir Poutine...

Selon Poutine, les Russes et les Ukrainiens sont un seul et même peuple et il affirme sans cesse depuis longtemps que les Ukrainiens ont des dirigeants qui sont des néo-nazis.

Les Russes auraient pour vocation de venir libérer les Ukrainiens : donc, Poutine serait un libérateur, il se donne le beau rôle !

 

D'autre part, selon Poutine, les Russes ont une sorte de force vitale dont les occidentaux seraient jaloux... En fait, le président russe remet en cause la domination occidentale.

"Donc, les occidentaux vont tout faire pour nous pousser dans un coin", affirme Poutine.

"Et donc, nous allons nous ébrouer et faire ce que nous devons faire, nous avons une mission historique" !

 

Et quels sont les buts de guerre de Poutine ? Y a t-il une dimension nostalgique dans cette offensive ? Veut-il reconstruire la grande Russie ?

En fait, selon Poutine, l'Ukraine serait un état artificiel créé en 1922, et qui n'a pas de raison d'être... pour lui, l'Ukraine, c'est un état dont au moins la rive orientale du Dniepr  appartient aux Russes.

Il veut, au moins, que cette Ukraine soit coupée en deux, la partie ouest allant ailleurs, car elle a moins d'intérêt stratégique, l'autre allant à la Russie.

 

A propos de ces buts stratégiques, Poutine utilise souvent le mot de "dénazification".

Sa rhétorique consiste à dire que ce sont des nazis qui ont pris le pouvoir en Ukraine : or, on sait que le président Zelenski est d'origine juive, que ses grand-parents étaient juifs.

Poutine semble ainsi revisiter un mythe qu'il a lui-même vécu quand il était enfant : Poutine est né en 1952 à Léningrad après un blocus atroce mené par les nazis : son grand-frère est mort pendant ce blocus.

On dirait qu'il rejoue ce mythe. Est-ce qu'il y croit ? ou est-ce que c'est employé à des fins de propagande ?

Selon Poutine, les nazis utilisent des victimes civiles comme des boucliers humains.

Pour Michel Eltchaninoff, Poutine est dans une fantasmagorie qui sert à exalter son peuple...

 

Poutine a créé en 2016 une garde nationale de 330 000 hommes entièrement dévoués à sa personne.

 

Poutine a mis en scène de manière hallucinante un conseil de sécurité : il a demandé à tous les membres du conseil s'ils étaient d'accord avec la reconnaissance de l'indépendance des territoires séparatistes.

Un homme a hésité : le chef des renseignements extérieurs, il a été aussitôt humilié par Poutine.

 

De plus, les Russes sont désormais quasiment privés d'informations extérieures sur la guerre : ils ont droit à la version officielle.

Une loi vient d'être votée : la moindre "fausse" information sur les armées peut coûter de 3 à 15 ans de prison.

 

Autre sujet : héritier du messianisme russe, Poutine aurait aussi des ambitions spatiales, selon lui, les Russes auraient une fonction céleste !

Comme Elon Musk, il croit au transhumanisme, à la possibilité de vaincre la mort, donc il convient de conquérir l'espace pour trouver d'autres lieux de vie...

 

 

 

Sources :

 

https://www.arte.tv/fr/videos/108208-001-A/michel-eltchaninoff-s-est-glisse-dans-la-tete-de-vladimir-poutine/

 

 

https://www.franceculture.fr/emissions/les-enjeux-internationaux/quelle-est-la-realite-de-l-ideologie-neo-nazie-en-ukraine

Partager cet article
Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 11:22
Guerre en Ukraine, un danger pour l'humanité : la menace nucléaire...

 

Le nucléaire : on avait oublié ces dernières années tous les dangers de l'arme nucléaire...

Avec la guerre en Ukraine menée par Vladimir Poutine voilà que ressurgit le spectre de la menace nucléaire.

 

Le président russe a utilisé cette menace à plusieurs reprises : il y a un peu plus de deux semaines, déjà, avec Emmanuel Macron, quand il était venu à Moscou, il avait déclaré : "Nous n'avons pas le potentiel militaire de l'OTAN, mais il ne faudrait pas oublier que nous sommes une puissance nucléaire."

Et quelques jours plus tard, il avait personnellement supervisé un exercice mettant en oeuvre les trois composantes de la dissuasion nucléaire.

Ce mercredi 2 mars, Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères a averti qu'une "Troisième Guerre mondiale", si elle avait lieu, serait une "guerre nucléaire dévastatrice", rapporte une agence de presse russe. 

 

Une guerre nucléaire : le danger ultime... ce serait même peut-être la fin de l'humanité.

 

Comme l'écrit Harari : "Chacun de ces trois problèmes : guerre nucléaire, effondrement écologique et disruption technologique, suffit à menacer l'avenir de la civilisation humaine. Au total, ils forment une crise existentielle sans précédent, d'autant qu'ils sont susceptibles de se renforcer et de s'aggraver mutuellement.

L'humanité a maintenant trois ennemis : guerre nucléaire, changement climatique, et disruption technologique. Si, malgré ces menaces communes, les hommes choisissent de faire passer leurs loyautés nationales particulières avant toute autre chose, le résultat pourrait être bien pire qu'en 1914 et 1939."

 

De plus, alors que l’invasion russe en Ukraine se poursuit, Moscou a informé l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de la prise de contrôle par ses forces militaires du territoire entourant la centrale nucléaire de Zaporizhzhia. Avec six des 15 réacteurs du pays, il s’agit du plus grand site nucléaire d’Ukraine.

Que se passerait-il si un missile atteignait par erreur cette centrale ?

Sans doute, une catastrophe majeure.

 

Selon Greenpeace, "l’invasion militaire de l’Ukraine décidée par Vladimir Poutine crée un danger nucléaire sans précédent : 15 réacteurs nucléaires en exploitation, dont ceux de la plus grande centrale nucléaire d’Europe, Zaporizhzhia, sont désormais exposés à de potentiels dommages. Ils pourraient avoir pour conséquence la contamination radioactive de larges territoires européens pour des décennies, y compris en Russie. 

Alors que le réseau électrique est actuellement perturbé dans le pays, la stabilité des réacteurs et des piscines de stockage des combustibles usés est dépendante du bon fonctionnement des systèmes de refroidissement électriques. À cela, s’ajoute le risque d’accidents graves dans les unités opérationnelles, dus à des attaques directes, à un problème sur les générateurs diesels d’urgence de refroidissement en cas de panne électrique, à des problèmes de personnel et à des problèmes techniques, ou à une combinaison de ces éléments."

 

La situation est grave : une menace pour l'ensemble de l'humanité.

 

 

https://www.greenpeace.fr/espace-presse/decryptage-guerre-en-ukraine-des-risques-nucleaires-graves-autour-de-la-centrale-de-zaporizhzhia/

 

 

 

Guerre en Ukraine, un danger pour l'humanité : la menace nucléaire...
Partager cet article
Repost0