Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2021 5 15 /10 /octobre /2021 12:40
Les baby-boomers : une génération de privilégiés, vraiment ?

 

Les baby-boomers, des chanceux, gâtés par l'histoire : c'est l'image que l'on donne souvent des baby-boomers. Une génération gâtée par la vie entre paix et prospérité...

On les accuse même d'avoir profité de la vie de manière égoïste et de laisser aux jeunes une planète dégradée...

Des fées se seraient penchées sur leur berceau ! Mais la réalité est bien différente...

 

Il ne faut pas oublier ce qu'était le niveau de vie après la guerre : les enfants et les adolescents nés dans les années 50 et 60 ont vécu dans des appartements ou des maisons inconfortables.

Dans beaucoup de foyers, pas de chauffage central : on chauffait seulement la cuisine avec un poêle à bois ou à charbon...

Dans nombre de foyers, pas de salle de bain, on se lavait dans la cuisine au robinet, avec une bassine...

Dans beaucoup de logements, pas de toilette, pas de WC : on faisait ses besoins dans une tinette...

 

Dans ces conditions précaires, les hivers étaient froids. On pouvait utiliser des "briques", chauffées sur une cuisinière, que l'on disposait ensuite sous les draps afin d'apporter un peu de chaleur dans les lits et les chambres.

Le niveau de santé était aussi bien moindre après la guerre... le taux de mortalité était beaucoup plus élevé qu'il ne l'est aujourd'hui. L'hygiène était précaire.

Ce sont des réalités dont on parle peu : il est important que les nouvelles générations prennent conscience de ces difficultés.

 

Les enfants de cette période n'étaient pas gâtés comme les enfants d'aujourd'hui : un seul jouet, un seul cadeau à Noël...

 

Les loisirs étaient rares : la télévision était encore peu répandue, et bien sûr, l'ordinateur, les portables n'étaient pas encore inventés.

 

Il est vrai que le problème du chômage des jeunes n'existait pas : aujourd'hui, sans qualification, difficile de trouver un emploi.

Mais si on fait un bilan, on constate que les enfants, les adolescents ont aujourd'hui une vie plus confortable, plus libre que les baby-boomers.

Avec l'avènement de l'enfant-roi, les jeunes occupent une situation privilégiée dans nos sociétés : ils disposent de nombreux loisirs, ils sont choyés comme jamais.

Leurs parents et grands-parents les aident aussi financièrement dans leurs études supérieures.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2021 5 20 /08 /août /2021 10:22
Prendre le temps de manger...

 

Prendre le temps de manger, prendre le temps de savourer... est-ce possible alors que le prêt à consommer envahit nos supermarchés ?

Est-ce possible à notre époque où la plupart des cuisines sont équipées de four à micro-ondes ?

Nous en perdons le goût et la saveur des aliments...

 

Avec les aliments ultra transformés, nous nous gavons de sucre et de sel...

Comment dès lors pouvons-nous apprécier ce que nous mangeons ? 

 

D'ailleurs, nous ne mangeons plus, nous engloutissons...

Dans les années 60, on imaginait ce que pourrait être la nourriture du futur : "des pilules pour le dîner, des distributeurs de repas domestiques pouvaient servir des plats de lasagnes synthétiques, des poulets rôtis, ou encore des gâteaux chimiques au chocolat"... "une nourriture instantanée, le fantasme d'une culture obsédée par la vitesse..."

Nous n'en sommes pas loin...

 

Repas consommés en un quart d'heure devant téléviseur ou ordinateur, mode du fast-food, hyperconnexion dans le monde du travail... nous ne prenons plus le temps de nous nourrir...

 

Evidemment, de telles habitudes ne peuvent que nuire à notre santé.

Les taux d'obésité explosent : "nous nous jetons sur une nourriture industrielle saturée de sucres et de graisses."

 

Nous vivons dans un système où la vitesse est devenue la vertu cardinale...

"En visant des rendements toujours plus élevés, l'agriculture industrielle nuit aussi gravement aux ressources vivantes, à l'environnement, et même aux consommateurs."

Est-ce un bon calcul ?

"Nous devons ensuite dépenser des fortunes pour réparer les dégâts causés par l'agriculture industrielle sur l'environnement et la santé publique."

 

Il est donc important de faire des choix alimentaires plus judicieux...

Manger des fruits, des légumes, des amandes, des noix, plutôt que des plats transformés...

Cuisiner simple pour retrouver le vrai goût des aliments...

Cuisiner des légumes, les assaisonner avec de l'huile d'olive, du citron, retrouver le véritable goût des aliments en évitant trop de sel et trop de sucre...

 

 

 

 

Source : Eloge de la lenteur de Carl Honoré

Prendre le temps de manger...
Partager cet article
Repost0
9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 08:08
La troisième dose : une grave erreur ?

 

Alors que de nombreux pays pauvres manquent de vaccins, les pays riches envisagent de délivrer une troisième dose de vaccin pour les populations vulnérables.

 

Israël a ainsi commencé à administrer une troisième dose de rappel pour les populations fragiles, les États-Unis, l’Allemagne ou encore la France y réfléchissent sérieusement...

Un geste contre-productif selon l’Organisation mondiale de la santé qui juge que la priorité n’est pas là. 

 

Et on peut comprendre le point de vue de l'OMS : nous faisons face à une pandémie mondiale qui touche tous les pays.

 "Nous ne pouvons pas – et nous ne devrions pas – accepter que les pays qui ont déjà utilisé la plus grande partie des stocks de vaccins puisent encore dans les réserves, alors que les populations les plus vulnérables ne sont toujours pas protégées dans le reste du monde" a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Une proposition rejetée par les États-Unis qui estiment ne pas avoir à "choisir" entre l’administration d’une troisième dose et l’aide aux pays pauvres.

 

Il faut le rappeler : seulement 2 % des Africains sont vaccinés.

 

"En termes de santé publique, proposer une troisième dose alors que les trois quarts de la population mondiale n’ont pas eu accès à la vaccination, c’est au-delà du non raisonnable. C'est clairement se tirer une balle dans le pied. Ça retarde encore l'arrivée des doses dans les pays du sud. À partir du moment où on retarde la vaccination par endroits, cela favorise un terrain d’émergence de nouveaux variants. Et si l’on continue sur cette lancée, ces variants pourraient être plus virulents, plus transmissibles ou encore toucher des tranches d'âges qui pour l’instant ne sont pas impactées.", a déclaré Anne Sénéquier, médecin et co-directrice de l’observatoire de la santé mondiale à l’Iris, Institut de Relations Internationales et Stratégiques.

 

Quand on y songe, face à une pandémie, aucune stratégie mondiale n'a été mise en oeuvre...

C'est le règne du chacun pour soi.

Comment peut-on, dès lors, espérer juguler une épidémie mondiale, une pandémie ?


De fait, face à une pandémie qui frappe tous les pays dans une économie mondialisée, comment espérer combattre un virus, si certaines populations pauvres n'ont pas accès à la vaccination ?

On se retrouve face à une impasse...

L'égoïsme, les nationalismes triomphent face à une crise mondiale.

C'est très inquiétant...

 

 

 

Source :

 

https://www.marianne.net/societe/sante/covid-proposer-une-troisieme-dose-de-vaccin-cest-se-tirer-une-balle-dans-le-pied

 

 

 

La troisième dose : une grave erreur ?
Partager cet article
Repost0
6 août 2021 5 06 /08 /août /2021 08:56
Les secrets de l' alimentation industrielle...

 

Les coulisses de l'alimentation industrielle sont parfois peu reluisantes... Une émission dans la série "Tout compte fait" nous en dévoile les arcanes...

"Cette alimentation représenterait un tiers de notre nourriture du quotidien : pizzas, surgelés, céréales que mangent les enfants... pratique, souvent bon marché...

Mais sait-on ce que contiennent ces aliments ? Quel impact ont ces produits transformés sur notre santé ?

 

"Tout compte fait" a mené une enquête sur le sucre : les industriels abusent de cet ingrédient qui peut nous rendre accros, sur les additifs aux noms compliqués omniprésents dans nos assiettes.

On assiste à une course en avant de la malbouffe...

 

Au cours du reportage, on voit une mère de famille de 5 enfants qui fait ses courses : elle essaie d'abord de remplir son caddie avec des fruits et légumes. Mais, pour faire plaisir à tout le monde, elle craque aussi pour des produits industriels.

De retour chez elle, on a tout déballé.

On a regardé les étiquettes, on a additionné tous les ingrédients présents dans les courses du week-end.

Résultat : 2 kilos et 200 grammes de sucre, 100 grammes de sel, du gras en abondance et 19 additifs dont 5 controversés.

 

De nombreuses familles se font ainsi piéger par les ingrédients cachés dans les aliments car les compositions sont indiquées en tout petits caractères et avec des noms barbares.

 

Le sucre se glisse insidieusement un peu partout, dans les boissons, les plats sucrés et même salés.

Résultat : un Français chaque année en consomme en moyenne 35 kilos, 10 fois plus qu'il y a un siècle.

Et, regardant de plus près les étiquettes de certains produits, on trouve aussi de drôles de noms de code : E440, E224, etc. un charabia derrière lequel se cachent 338 additifs autorisés par l'Union Européenne.

Colorants, conservateurs, texturants, un quart d'entre eux sont suspectés d'être nocifs pour notre santé...

Des ingrédients controversés alors que les enfants sont les premières cibles des industriels. A la télévision, 87% des pubs qui leur sont destinées mettent en avant des aliments trop sucrés, trop gras.

 

Alors, pourquoi les industriels ont-ils tendance à forcer sur les ingrédients qui ne sont pas toujours les meilleurs alliés de la santé ?

 

Parmi tous ces ingrédients problématiques, il y a une star : le sucre. On le retrouve partout, dans les produits transformés.

Et si les industriels l'utilisent autant, c'est d'abord parce qu'il est très bon marché.

Tout commence dans d'immenses champs, par exemple, en Picardie : 90 % du sucre que nous consommons en France vient de la betterave à sucre.

La betterave est un des végétaux qui contient le plus de sucre, comme la canne à sucre. Elle nécessite peu de main d'oeuvre, et, en ce moment, il y a une surproduction, ce qui fait d'elle une matière première très bon marché.

25 euros la tonne de betteraves.... ce n'est pas assez cher pour le producteur, c'est certain, mais très lucratif pour les industriels.

Il faut 7 kilos de betteraves pour produire 1 kilo de sucre.

 

Toutes les qualités nutritives de la betterave sont éliminées : vitamines, minéraux, fibres, il ne reste plus qu'un seul composant, le sucre.

Le prix du sucre est dérisoire : 38 centimes d'euro, le kilo, presque 6 fois moins que le café. C'est donc un produit bon marché qui fait les affaires des industriels de l'agroalimentaire.

Ceux qui l'utilisent le plus sont évidemment les fabricants de produits sucrés, comme les biscuits ou les céréales.

Alors que l'OMS recommande de ne pas manger plus de 25 grammes de sucre par jour, soit l'équivalent de 4 morceaux, 3  biscuits peuvent déjà contenir un morceau de sucre.

On pourrait se dire qu'on peut diminuer sa consommation de gâteaux et de friandises, mais ce n'est pas si simple.

 

En effet, le sucre est aussi utilisé dans les produits industriels salés. Un procédé que les fabricants ne crient pas sur tous les toits.

Viandes et légumes surgelés sont agrémentés de sucre : "c'est pour le goût", disent les fabricants.

Ainsi, un paquet de pâtes fraîches à la ricotta contient 3 morceaux de sucre, une brique de soupe en contient 4.

Les fabricants avancent une question de goût, mais les vraies raisons seraient peut-être un peu moins valorisantes.

 

En fait, rajouter du sucre qui ne coûte pas cher permet de réduire d'autant la présence d'autres ingrédients plus coûteux. L'argent est encore le nerf de la guerre : tous les distributeurs communiquent sur le prix de leurs produits pour attirer des clients.

Le sucre fait donc baisser le prix de revient, mais il aurait aussi un autre rôle plus sournois.

En rajoutant du sucre, on donne au consommateur une sensation agréable et cela l'incite à en consommer davantage.

Le sucre a un effet sur nos cerveaux, il a un pouvoir addictif très puissant, il agit comme une véritable drogue.

Cette dépendance au sucre a de lourdes conséquences sur la santé publique : aujourd'hui 17 % des Français sont obèses et une nouvelle maladie due à cette surconsommation de sucre est apparue : la NASH, ou Non Alcoolique Stéatose Hépatique, une grave inflammation du foie.

 

Les additifs posent aussi problème : colorants, conservateurs, texturants...

Les crèmes dessert contiennent toutes un épaississant : le E 407 qui permet d'obtenir une consistance en bouche plus agréable pour le consommateur. Le E 407 est un produit naturel mais tous les additifs ne sont pas naturels. Beaucoup sont chimiques, notamment certains colorants alimentaires.

Le E 122 fait partie des colorants de synthèse bon marché : il donne une belle couleur rouge, comme le E 127.

Avec seulement quelques gouttes, bonbons, gâteaux et même des médicaments pour les enfants prennent une teinte rouge qui tient longtemps et aide à donner un bel aspect aux produits.

Le E 131 et le E 133 qui donnent une coloration bleue sont susceptibles de provoquer hyperactivité, asthme, réactions cutanées, nausées, problèmes de tension artérielle, tremblements, insomnie.

Ces colorants sont interdits en Australie, mais autorisés en Europe.

 

Si chaque additif est évalué, personne ne sait vraiment comment ces 338 substances interagissent entre elles.

Le E 171, un colorant blanc très controversé, soupçonné d'être cancérigène, a été interdit en France et devrait bientôt l'être en Europe.

Les E 250 et E 252, les nitrites sont très utilisés dans la charcuterie.

 

De plus, les aliments hyper transformés font l'objet de publicités qui s'adressent aux enfants : ces pubs viennent s'intercaler dans les programmes jeunesse destinés aux enfants.

Confiseries, chocolats, restauration rapide, céréales dans leurs versions les plus sucrées sont promus auprès des enfants, donc des aliments trop sucrés et gras.

 

C'est donc un véritable pousse au crime nutritionnel, en totale contradiction avec les recommandations sanitaires.

Un matraquage publicitaire d'autant plus problématique que les enfants sont un public particulièrement vulnérable..."

 

 

 

Source :

 

https://www.france.tv/france-2/tout-compte-fait/2604387-aliments-transformes-la-course-en-avant-de-la-malbouffe.html

Les secrets de l' alimentation industrielle...
Partager cet article
Repost0
2 août 2021 1 02 /08 /août /2021 08:24
Covid-19 : des injonctions contradictoires...

 

Ce virus qui rend fou : tel était le titre de l'ouvrage publié en 2020 par Bernard-Henri Lévy...

Et, de fait, le Covid-19 n'en finit pas de produire des vagues successives de contaminations... et de prises de position contradictoires...

Un virus qui se déploie, qui mute sans arrêt, qui devient de plus en plus contagieux..

Nouvelles vagues de contaminations et reconfinement en Martinique, le taux d'incidence de la Covid-19 continue aussi de se dégrader sur le territoire métropolitain, notamment en Occitanie. Une évolution de la pandémie qui pourrait pousser le gouvernement à remettre en place un confinement...

 

Face au virus, le vaccin, nous dit-on, est LA SOLUTION.

Il semble que le vaccin empêche les formes graves de la maladie, bien qu' il ne bloque pas la transmission du virus.

 

Mais, les instances médicales se livrent, sur ce sujet, à des injonctions contradictoires : c'est ainsi que la Fédération hospitalière de France veut rendre la vaccination obligatoire pour tous.

Face au variant Delta, Frédéric Valletoux appelle dans le Journal du dimanche à changer de stratégie et à rendre la vaccination obligatoire pour tous.

Pour le président de la FHF, le pass sanitaire "a fonctionné à court terme, mais ne suffira pas à atteindre une vraie immunité collective". L’obligation serait également une "mesure simple, claire et efficace", contrairement à la mise en place du pass sanitaire qui cristallise encore tensions et incompréhensions. "Il est temps d’aller au-delà de l’incitation pour franchir la dernière marche", déclare Frédéric Valletoux.

 

Parallèlement, l'OMS critique la stratégie des pays riches et appelle à ne pas vacciner les plus jeunes.

"L'Organisation mondiale de la santé a demandé le 21 juillet dernier aux pays riches de ne pas vacciner les plus jeunes et à faire don de leurs doses en surplus aux pays pauvres. Une déclaration qui semble avoir peu d'écho en France, alors que Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, a indiqué mercredi 28 juillet que les collégiens et les lycéens non vaccinés ne pourraient plus participer à des activités ou être présents en classe, si nécessaire."

 

De fait, face à une pandémie, une épidémie mondiale qui frappe tous les pays dans une économie mondialisée, comment espérer juguler un virus, si certaines populations pauvres n'ont pas accès à la vaccination ?

On se retrouve face à une impasse...

On le voit : une fois de plus, les instances médicales ont des avis divergents.

Une fois de plus, on ne sait pas quelle stratégie adopter face au virus.

 

 

 

https://www.lepoint.fr/sante/la-federation-hospitaliere-de-france-veut-rendre-la-vaccination-obligatoire-01-08-2021-2437474_40.php

 

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/covid-19-l-oms-critique-la-strategie-des-pays-riches-et-appelle-a-ne-pas-vacciner-les-plus-jeunes-20210728

Covid-19 : des injonctions contradictoires...
Partager cet article
Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 09:05
Mon expérience du pass sanitaire...

 

Je suis allée récemment assister à un concert dans une salle de spectacle, dans ma ville. A l'entrée du bâtiment, un vigile était chargé de vérifier les pass sanitaires : je lui présente le fameux sésame, ainsi que ma carte d'identité.

 

Il vérifie alors mon pass, notamment la date du test qui a été réalisé la veille.

Mais il refuse de vérifier mon identité, me disant qu'il n'est pas habilité à le faire...

 

Ainsi, force est de constater la vulnérabilité du dispositif mis en place par le gouvernement.

N'importe qui peut utiliser un pass sanitaire, en l'occurrence les résultats d'un test antigénique, qui ne lui appartient pas.

A quoi sert ce pass sanitaire ? 

 

A l'intérieur, dans la salle de concert, aucune mesure de distanciation. D'ailleurs, un couple s'installe à côté de moi.

 

Bien sûr, le port du masque est obligatoire dans la salle.

Mais un certain nombre de spectateurs font la causette avant le spectacle, et les masques tombent allègrement. Certains le portent sous le nez pour mieux respirer...

ça discute fort, la salle est pleine à craquer...

Il fait chaud, et les gens ne respectent guère les gestes barrières...

Le spectacle s'achève, je sors du bâtiment...

 

Là, dans le centre ville, la fête bat son plein : les terrasses de cafés et de restaurants sont bondées.

Dans les rues, une foule dense circule pour assister à des concerts donnés, cette fois, en plein air...

Une cohue qui paraît invraisemblable dans un pays qui connaît, nous dit-on, un rebond inquiétant de l'épidémie de covid...

Un employé transporte des chariots remplis de canettes de coca-cola et de soda pour approvisionner les bars...

 

Tout cela me paraît surréaliste.

Sommes -nous vraiment en situation de pandémie ?

Que faut-il en penser ? Y a-t-il une recrudescence de l'épidémie ?

Bien sûr, c'est l'été, les gens ont envie de s'amuser, se détendre. On compense, on rattrape le temps perdu : on se hâte de profiter...

 

Ne sommes-nous pas dressés pour consommer ? Tout nous y incite : les pubs qui prolifèrent partout, pubs pour des vacances, pour des SUV luxueux, pour des comprimés de vitamines, comme si l'alimentation ne suffisait pas dans nos sociétés d'abondance, pubs pour des produits sucrés, salés, gras, etc.

Les magasins qui regorgent de produits, les crédits, les cartes bancaires, etc.

Consommer, c'est le maître-mot de nos sociétés.

 

Nous avons ainsi trop tendance à vivre dans l'instant, sans penser aux conséquences possibles.

Comme le rappelle Konrad Paul Liessmann, citant un popos de Christopher Lash "Vivre dans l'instant est la passion dominante" de nos sociétés.

Il faut jouir de l'instant, profiter, en oubliant tout le reste.

 

 

 

 

Mon expérience du pass sanitaire...
Partager cet article
Repost0
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 08:39
Ces écrans qui s'adressent à nos pulsions...

 

Le temps que nous passons devant des écrans ne cesse de croître : des écrans qui se multiplient à l'infini, télévision, téléphones portables, tablettes, ordinateurs...

 

Afin de capter notre attention, les politiques, les publicitaires s'adressent à nos pulsions plutôt qu'à notre raison.

Quelles sont ces pulsions primaires ?

 

On connaît sur internet le succès grandissant des sites pornographiques qui mettent en jeu l'obsession du sexe lié à l'instinct de reproduction.

 

Les médias jouent aussi sur la peur , un instinct vieux comme le monde...

 

Enfin, les médias exploitent aussi la pulsion de conflit et d'animosité.

On assiste à une culture du "clash" : les débats télévisés mettent souvent en scènes ces clashs qui alimentent les autres médias.

 

Faire le BUZZ, faire du bruit, afin d'attirer l'attention : c'est devenu l'objectif premier de certains médias.

Les titres, les photos choc sont à la mode, une façon de capter tous les regards.

Le BUZZ joue sur les bas instincts de l'homme, sur une curiosité malsaine, sur l'émotion suscitée par des conflits...

 

Ainsi, la face obscure de notre cerveau prend le dessus : nous nous laissons entraîner par ces instincts primaires.

Nous sommes véritablement manipulés et nous ne faisons plus fonctionner notre raison.

Nous nous laissons aller à ces instincts de la peur, du conflit, de la sexualité.

 

Ainsi, les vidéos pornographiques sont de loin les plus regardées dans le monde, dans tous les pays.

Et il n'est pas rare que des enfants, des adolescents accèdent, sans même l'avoir voulu, à ces sites.

Depuis plusieurs années, les professionnels de santé ainsi que les acteurs du numérique s’accordent à reconnaître l’impact négatif de la pornographie sur le développement psychologique des enfants.

Si la majorité des parents sont conscients que le numérique augmente le risque d’accès aux contenus inappropriés , la première exposition à la pornographie arrive de plus en plus tôt, la plupart du temps avant 12 ans, et elle est très souvent involontaire : un jeune sur deux affirme être tombé dessus par hasard , et plus de la moitié estime avoir vu ses premières images pornographiques trop jeune.

 

 

Source :

Apocalypse cognitive de Gérald Bronner

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2021 5 23 /07 /juillet /2021 11:28
Une fleur solaire : l'immortelle...

 

 

Des parfums emplis de douceur, des feuillages aux teintes subtiles de vert tendre, des fleurs solaires, rayonnantes...

Une pure merveille de la nature ! Telle est l'immortelle, la fleur des dieux...

L'hélichryse, du grec ἑλίχρυσος, la fleur d'or a tous les atouts pour séduire...

 

Un reportage sur France 2 lui était consacré le dimanche 18 juillet...

"Direction la Corse pour une histoire de famille, de tradition et d'attachement à la terre, où l'on ne compte ni son temps, ni ses efforts.

Au coeur de la Balagne, il y a quelques semaines, la récolte d'une plante jaune, très convoitée, a eu lieu. Elle pousse dans le maquis et porte le nom d'immortelle. Certains la considèrent comme une fleur sacrée.

Les anciens l'utilisaient pour soigner un rhume ou cicatriser leurs blessures.

Aujourd'hui, son huile essentielle aux multiples vertus est très convoitée.

Noëlle, Milou, deux amies sont à la tête de l'une des plus anciennes entreprises d'huiles essentielles de Corse.

30 ans plus tard, leurs enfants ont suivi le même chemin, et cela, quel qu'en soit le prix.

 

On voit alors des femmes courbées, en train de couper des immortelles, avec une une simple serpe.

Au nord de la Corse, il existe une plante qui ressemble à un soleil : on l'appelle l'immortelle : Noëlle et Milou lui ont consacré leur vie, et leurs enfants ensuite.

D'aussi loin qu'on s'en souvienne, cette plante a soigné les habitants de l'île, et pour certains, elle réparerait même les âmes !

L'immortelle ne fleurit qu'en juin, alors, Noëlle et Milou ont seulement 4 semaines pour la récolter.

"Moi, je préfère la coupe à la main, ça agresse moins la plante, ça l'abîme moins, la coupe est plus régulière, si le dos suivait davantage, ce serait mieux...", déclare Noëlle.

Sa fille Lilla et Maria, la fille de Milou les ont rejointes à la cueillette, il y a deux ans.

"L'immortelle, moi je dirai que ça sent un peu le miel, il y en a qui disent que ça sent les épices..." nous dit Lilla.

 

On voit ces femmes faire des gros ballots de fleurs d'immortelles, dans des draps : 25 ou 30 kg le ballot.

Puis, les cueilleuses quittent le soleil brûlant du maquis pour la chaleur moite de leur distillerie.

Dans la cuve, on met environ 500 à 550 kg d'immortelles, et les 500 kg d'immortelles vont donner à peine une bouteille d'huile essentielle, une huile qui guérit toutes les blessures.

 

Certains racontent qu'elle soignerait même les bleus de l'âme.

Francesca, elle, a appris à connaître les plantes du maquis avec son père, berger. Francesca ne distille pas ses plantes, pour en extraire les vertus, elle les fait macérer dans de l'huile d'olive.

"Ce savoir là se perd, et il y a de moins en moins de personnes qui se soignent avec les plantes..." regrette Francesca.

 

Noëlle et Milou ont su aussi se moderniser : elles ont planté une vingtaine d'hectares de champs d'immortelles où la récolte peut se faire au tracteur. C'est Lysandre, le fils aîné de Noëlle qui s'en charge.

Les 3 enfants ont hérité de la passion des immortelles..."

 

 

"Le temps insulaire est décanté par les siècles, pour n'en garder que l'or. L'or du temps... où le passé et le présent sont mêlés, où nos ancêtres sont toujours présents et bienveillants. Gardiens de nos légendes, de nos contes, de nos croyances..."

 

Magnifique message où l'on décèle toute l'importance du passé : nous avons tous besoin d'être ancrés dans le passé, ce passé qui nous a construits, qui constitue notre histoire...

 

Pour mémoire :

 

L’huile essentielle d’immortelle est la plus conseillée pour soigner les hématomes causés par des chutes ou des blessures en tout genre. Le produit est également efficace contre la couperose, les vergetures et même les varicosités. C'est également une huile essentielle anti-inflammatoire.

 

Elle est célèbre pour ses effets anti-âges. D’une manière générale, l’huile essentielle d’immortelle peut être appliquée par hydrolat ou massage. 

 

 

 

 

 

Source :

 

https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/19h-le-dimanche/20h30-le-dimanche-du-dimanche-18-juillet-2021_4687075.html

 

 

 

 

 

Une fleur solaire : l'immortelle...
Partager cet article
Repost0
15 juillet 2021 4 15 /07 /juillet /2021 10:54
Didier Raoult et les vaccins...

 

En 2020, le professeur Didier Raoult se montrait extrêmement dubitatif sur l'efficacité des vaccins dans la lutte contre le Covid.

 

 Il avait notamment déclaré : "Trouver un vaccin pour une maladie qui n'est pas immunisante... c'est même un défi idiot. Près de 30 milliards de dollars ont été dépensés pour celui contre le VIH, voyez le résultat ! (...) Il est déjà difficile de vacciner correctement contre la grippe, alors contre un nouveau virus... Honnêtement la chance qu'un vaccin pour une maladie émergente devienne un outil de santé publique est proche de zéro", affirmait-il.

 

Et voici que Didier Raoult prend désormais position pour la "vaccination systématique" des soignants.

 


Didier Raoult, le controversé professeur marseillais, le dit à son tour : les soignants doivent se faire vacciner ! Dans un tweet publié  vendredi 9 juillet, le médecin spécialiste des maladies infectieuses s’est dit "favorable à la vaccination systématique des personnels soignants, avec les vaccins recommandés pour leur classe d’âge."

Jeudi, le médecin s’était déjà prononcé auprès de l’AFP en faveur de la vaccination de la "population à risque d’être particulièrement surexposée, ou à risque de faire des formes graves."

 

Un tel revirement a de quoi surprendre !

Bien sûr, il n' y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.

 

Mais, de fait, Didier Raoult a souvent fait des déclarations contradictoires. En matière de rétropédalage, le professeur est, au cours de la pandémie, devenu un spécialiste.

Sa surmédiatisation l'a conduit à dire tout et son contraire...

 

En tout cas, le fan club de Didier Raoult risque d'être déçu par ses récentes déclarations : curieux ! Le professeur Raoult semble avoir renoncé à promouvoir l'utilisation de l'hydroxychloroquine...

 

Lui qui suscitait tant d'attention auprès de son public et dont les analyses étaient reprises au mot près peine à convaincre ceux qui sont opposés à la vaccination. Y compris son propre avocat, Fabrice Di Vizio, qui refuse fermement l'obligation de vaccination chez les soignants. "Et bien il a tort ! C’est aussi bête que ça ! Bienvenue dans le monde humain où des gens ont raison sur certains points et tort sur d’autres !" a-t-il déclaré sur Twitter.

 

Le professeur Raoult est-il rentré dans le rang ?

A-t-il compris que la seule solution contre le coronavirus est désormais la vaccination ?

 

 

Sources :

 

 

https://www.nouvelobs.com/vaccination-anti-covid-19/20210709.OBS46379/didier-raoult-prend-position-pour-la-vaccination-systematique-des-soignants.html

 

https://www.marianne.net/societe/sante/didier-raoult-soutient-la-vaccination-systematique-pour-les-soignants-les-antivax-en-pls

 

https://www.lepoint.fr/societe/covid-19-didier-raoult-invite-le-personnel-soignant-a-se-faire-vacciner-09-07-2021-2434876_23.php

 

 

Didier Raoult et les vaccins...
Partager cet article
Repost0
13 juillet 2021 2 13 /07 /juillet /2021 13:05
Obligation vaccinale : c'est fait !

 

Sans le déclarer ouvertement, dans les faits, Emmanuel Macron impose la vaccination à tous les Français, et ce, en plein été, au pas de charge...

 

Ainsi, le pass sanitaire sera étendu à la quasi-totalité des activités réalisées dans la sphère publique, dès le début du mois d'août. Le président annonce aussi pour l’automne la fin de la gratuité des tests PCR, qui sont aujourd’hui une alternative au vaccin.

Dès le 21 juillet, les lieux de loisirs, cinéma, spectacles, concerts ne seront plus accessibles sans pass sanitaire.

En pleine période de festival, la méthode se veut radicale !

Pourtant, le 27 décembre dernier, au premier jour de la campagne de vaccination, le locataire de l'Elysée se positionnait contre toute obligation :

"Je l'ai dit, je le répète: le vaccin ne sera pas obligatoire. Ayons confiance en nos chercheurs et médecins. Nous sommes le pays des Lumières et de Pasteur, la raison et la science doivent nous guider", avait-il écrit sur Twitter.

Promesse non tenue...

On imagine les difficultés que vont rencontrer les Français qui n'ont reçu aucune dose de vaccin à la date de ce 13 juillet : pas d'accès aux lieux de loisirs, si ce n'est avec un test PCR.

Pas d'accès aux centres commerciaux, cafés, restaurants, hôpitaux, aux voyages en avion, train, en car, dès le premier août.

 

De plus, la vaccination sera rendue obligatoire "pour les personnels soignants et non-soignants des hôpitaux, cliniques, maisons de retraite" ainsi que les professionnels et bénévoles auprès de personnes âgées, y compris à domicile.

Des contrôles auront lieu à compter du 15 septembre, et le cas échéant des sanctions seront prises.

 

Voici les possibilités qu'envisageait  l'éditorialiste Christophe Barbier à ce sujet, au mois de décembre 2020 :

"Si vous refusez d'être vaccinés, comme vous faites courir un danger aux autres, eh bien, vous ne pourrez pas avoir accès à la vie collective comme les autres... peut-être que sans avoir été vacciné, on ne pourra plus prendre l'avion, aller au restaurant, rentrer dans un cinéma... Montrer un certificat de vaccination, préparons nous à cela !"

Eh bien ! Nous y sommes...

C'est fait !

Pour ma part, j'ai essayé de prendre rendez-vous pour une vaccination : on me renvoie à la fin du mois d'août ! Et pour l'instant, je n'ai pas pu prendre vraiment rendez-vous car les temps d'attente sur internet ou par téléphone sont très longs...

Me voici vouée aux tests PCR et dès le mois de septembre, je devrai les payer !

 

 

 

 

 

Obligation vaccinale : c'est fait !
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/