Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juillet 2020 3 08 /07 /juillet /2020 07:44
Covid-19 : le laxisme français...

 

Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses de la Pitié-Salpêtrière, lance un cri d'alarme :  il dénonce le laxisme français face à l'épidémie de coronavirus...

Un laxisme qu'il juge dangereux car il peut annoncer une deuxième vague du virus, dès cet été.

 

Éric Caumes fustige notamment le laisser-aller qui règne aux frontières, et plus particulièrement dans les aéroports, qui font pourtant face à un flux de voyageurs potentiellement contaminés au Covid-19. Alors qu'en Autriche, on "trace" les touristes en prenant leurs coordonnées, en France on se contente de demander au visiteur s'il a des symptômes.

 

Je l'ai moi-même constaté en allant chercher des résultats d'examens radiologiques dans un centre médical : le visiteur est invité à remplir un questionnaire... il est interrogé sur une éventuelle fièvre, toux, anosmie, faiblesse, fatigue... mais, en fait, il peut répondre n'importe quoi.

 

Selon Eric Caumes la France a "perdu sa culture de la santé" ces quinze dernières années. Résultat : "Pour le Covid-19, il n'y a pas de traitement, pas de vaccin […]. Où sont les 700 000 tests par semaine qu'on nous avait promis ?"

 

Le professeur dénonce aussi l'organisation du second tour des élections municipales dans des conditions où les mesures barrières n'étaient pas du tout respectées : embrassades, accolades, serrages de main. Les politiques ne donnent pas le bon exemple...

 


La France serait-elle en train de devenir le pays du laxisme, du laisser-aller, du laisser-faire ?

 

On voit aussi que nombre de gens portent mal le masque, rabattu sur le menton, en dessous du nez, sur le cou.

Déjà oubliée, la distanciation sociale, on voit de moins en moins de masques et de visières.

En revanche, de plus en plus de masques sont jetés et abandonnés dans la rue.

 

Un fait divers tragique  témoigne de cette indiscipline : un conducteur de bus de 58 ans est en état de mort cérébrale à Bayonne, après avoir été agressé par plusieurs hommes qui voyageaient sans masque et sans ticket.

 

"Selon une source policière, le chauffeur a été roué de coups et grièvement blessé à la tête après avoir refusé la montée à un homme sans masque accompagné d'un chien, demandant en même temps à quatre passagers, qui se trouvaient déjà dans le bus sans porter de masque, d'en descendre."

 

Ce refus de se plier à des règles d'hygiène dans un espace confiné est très inquiétant.

 

Porter un masque, c'est se protéger soi-même mais aussi protéger les autres, à condition, bien sûr, de le porter correctement et de respecter les gestes barrières.

 

 

 

 

https://www.lepoint.fr/sante/coronavirus-vers-une-deuxieme-vague-des-cet-ete-06-07-2020-2383188_40.php

 

 

 

Covid-19 : le laxisme français...
Partager cet article
Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 10:19
Dites-le en français !

 

 

Avec la crise du coronavirus, on a vu se développer et se multiplier nombre d'anglicismes...

Avant l'épidémie, nous n'avions jamais entendu ce terme "cluster" utilisé dans le jargon scientifique. Les hommes politiques l'ont rapidement adopté  : ainsi Olivier Véran, notre Ministre de la santé l'utilise sans cesse.

Ce mot anglais assez obscur est employé régulièrement dans les médias...

 

Pourtant, il existe des mots français qui correspondent à cette réalité : on pourrait ainsi parler de "foyer" ou de "foyer épidémique", ou encore de "foyer de contagion."

Pourquoi privilégier un terme anglais ?

Défendons notre langue ! Dites-le en français !

 

On peut aussi évoquer le "care", autre exemple de ces anglicismes à la mode... Pourquoi ne pas employer le mot "soin" ou encore l'expression "éthique de la sollicitude" qui existent en français ?

 

Que dire aussi du terme "tracking"  qui n'est autre qu'une application de traçage ?

Partout, l'anglais s'impose de manière envahissante.

 

On a aussi l'habitude de dénoncer les "fake news", alors que nous disposons en bon français de ces expressions : "fausses nouvelles, fausses infos, infox".

 

Notre langue française est ainsi constamment menacée par l'intrusion de l'anglais dans de nombreux domaines.

 

Les hommes politiques devraient eux-mêmes donner l'exemple car leurs discours sont répercutés et reproduits à l'infini : ils exercent donc une influence sur leur auditoire.

Le mot "cluster" nous est devenu ainsi très familier, comme s'il appartenait à notre langue. On perçoit bien pourtant ses origines anglaises.

 

Mais la mode est à l'uniformisation et à la mondialisation : l'anglais devient la langue de référence dans de nombreux pays.

 

Tant de  mots sont utilisés sur la toile et ailleurs "pour faire tendance" : "News, la semaine du white, The voice, Secret story..."

Le snobisme de certains, la mode, la pub taillent en pièces notre langue.

Comme si on en avait honte... nos mots s'effacent devant l'invasion de la langue anglaise.

 

Il convient cependant de lutter contre cette invasion progressive de la langue anglaise.

Chaque fois que c'est possible, dites-le en français !

 

 

Source : à partir de 31 minutes, 40 secondes...

 

https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-31-mai-2020

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2020 1 25 /05 /mai /2020 10:35
La danse des masques...

 

 

Il suffit de se promener dans les rues pour voir avec quelle négligence les gens portent les masques...

Masques sous le menton, masques sous le nez, masques sur le cou, masques enlevés puis remis...

C'est la danse des masques...

 

De fait, il est difficile de tenir un long moment sous un masque : on étouffe, encore plus avec la chaleur, ça gratte, ça pique, et inévitablement, on est amené à le réajuster, à le toucher.

Quant aux porteurs de lunettes, ils doivent subir la buée qui envahit régulièrement les verres...

Quand on voit tous ces gens qui portent si mal leur masque, on se demande si le port du masque n'est pas contre productif.

 

Si on y réfléchit, la contamination peut se faire par la bouche ou le nez mais aussi par les yeux, via le canal lacrymal. Un masque ne protège donc pas de tout. C’est d’ailleurs pour ça qu’à l’hôpital les soignants utilisent aussi des lunettes étanches.

 

Il faut veiller surtout à l'application des gestes barrière, distanciation, lavage de mains...

Les gens portent le masque, ce qui les rassure : il pensent ainsi être bien protégés.

C'est aussi un risque car, dans ce cas, on a tendance à prendre moins de précautions, ce qui peut être dangereux...

Ne pourrait-on imaginer des masques plus confortables qui soient efficaces ?

On sait que les visières ne sont pas vraiment protectrices...

 

"Le 12 avril, une étude sud-coréenne concluait à l’inefficacité des masques, y compris chirurgicaux dans la limitation de la transmission, en raison notamment de la taille des particules virales, capables de traverser les masques. "

 

"Selon plusieurs spécialistes, les inconvénients des masques l'emportent largement sur ses bénéfices. L'utilisation de masques médicaux à grande échelle peut créer un faux sentiment de sécurité, et entraîner la négligence d'autres mesures essentielles, telles que l'hygiène des mains et la distanciation physique", remarque par exemple l'OMS."

 

Que dire des masques qui sont jetés dans les rues par leurs utilisateurs ? Ils sont également des sources de contaminations dangereuses. Les pouvoirs publics alertent sur ce nouveau phénomène dangereux pour les agents de nettoyage, pour les piétons, comme pour la planète.

 

 

Sources :

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-coronavirus-si-masques-faisaient-plus-mal-bien-80893/

 

 

 

https://parismatch.be/actualites/sante/389609/porter-un-masque-dans-la-rue-est-il-vraiment-efficace

 

http://sudrenault.org/avantages-et-inconvenient-du-port-du-masque

 

 

La danse des masques...
Partager cet article
Repost0
20 mai 2020 3 20 /05 /mai /2020 10:08
Nous avons redécouvert les vertus et les bienfaits du silence...

 

Notre monde moderne est bruyant, bruit des voitures, des avions, des travaux, des machines, musiques tonitruantes...

 

Avec le confinement, nous avons redécouvert les vertus et les bienfaits du silence : apaisement, quiétude, concentration, créativité...

Le silence qui devient une denrée rare dans nos sociétés vouées à la vitesse...

 

D'ailleurs, avec le déconfinement, les bruits resurgissent : la circulation reprend, se fait plus intense, bruits des voitures, des camions, vrombissements des motos.

Des bruits réguliers qui masquent le chant des oiseaux...

Des bruits fatigants, récurrents qui perturbent notre système nerveux...

 

Ainsi, "le silence est bien en voie de disparition, même pour les lieux voués au silence...", écrit Umberto Eco...

 

Il rajoute : "Le silence est en passe de devenir un bien très onéreux, et d'ailleurs, il n'est à la disposition que des gens riches pouvant s'offrir une villa dans la nature verdoyante ou d'alpinistes mystiques s'enivrant tellement du silence immaculé des sommets qu'ils finissent par tomber au fond de crevasses, si bien que la zone est ensuite polluée par le vrombissement des hélicoptères des secouristes."

 

Et Umberto Eco en vient à imaginer qu'on pourra, un jour, vendre un  "package de silence, dans une pièce capitonnée au prix du billet d'un fauteuil à la Scala..."

Le silence se paiera au prix fort, dans un monde de bruits permanents, le silence sera un luxe encore réservé aux plus riches.

 

Le télé travail est peut-être une solution pour réduire les bruits inhérents à la circulation, ce qui permettrait aussi de restreindre la pollution de l'air de nos villes.

 

Nos villes sont depuis longtemps saturées de voitures, on ne sait plus où se garer... La voiture, outil de libération, à ses débuts, devient une servitude, à bien des égards.

 

Le bruit provoque  une gêne et un stress qui perturbent l'organisme, humain ou animal. Chez l'homme, cela peut entraîner des problèmes d'irritabilité, d'insomnie et de dépression. 

Le bruit est une véritable nuisance : "du bruit à un fort niveau sonore et lors d'une exposition sans protection auditive peut aboutir à un traumatisme, aboutissant à des pertes auditives partielles ou totales, à des acouphènes et de l'hyperacousie. Les conséquences sont parfois dramatiques dans la vie de l'individu car ces pathologies sont irréversibles."

"Le bruit a aussi des effets sur la santé psychique. La permanence de sons indésirables, même à un niveau sans danger pour l'audition, augmente le stress, qui à son tour entraîne des troubles digestifs et des troubles du sommeil, augmente les risques cardiovasculaires et fait baisser la concentration. Le bruit, ainsi défini, est une cause d'anxiété, de dépression, d'irritabilité voire d'agressivité."

 

 

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bruit

 

 

https://www.huffingtonpost.fr/entry/le-confinement-a-fait-un-bien-fou-a-vos-oreilles-voici-comment-en-garder-les-bienfaits_fr_5eb54fdbc5b62d0addad6a32?ncid=other_topvideos_cp1pj3fgmfs&utm_campaign=top_videos

 

Nous avons redécouvert les vertus et les bienfaits du silence...
Partager cet article
Repost0
15 mai 2020 5 15 /05 /mai /2020 08:58
Des masques de protection conçus pour les hommes, inadaptés pour les femmes...

 

Il ne manquait plus que ça !

Du sexisme dans la confection des masques ? Les masques de protection contre le coronavirus sont souvent trop grands pour les femmes...

Et, bien sûr, ils ne protégeraient pas efficacement contre le virus : un masque qui bâille ne peut être performant.

 

De nombreux masques à la taille inadaptée inondent le marché des protections médicales, que ce soit dans le secteur professionnel ou grand public. La raison de cela est une inégalité au cœur même des normes de conception.

"74 % des équipements de protection seraient conçus pour la gent masculine. De son côté, le Congrès britannique des syndicats (TUC) assure que 71 % des femmes doivent composer avec des équipements qui correspondent majoritairement à une morphologie masculine occidentale."

 

Décidément, on peut le dire : les masques créent des problèmes : pénurie, mauvaise utilisation, et en plus inadéquation..

C'est d'autant plus inquiétant que les femmes sont très nombreuses dans le secteur de la santé...

Et ces femmes, en majorité des infirmières, sont particulièrement exposées au virus. Ainsi, 4500 membres du personnel des hôpitaux de Paris ont été contaminés.

Encore une injustice faite aux femmes !

 

Et que dire des enfants ? J'ai vu de jeunes enfants équipés de masques manifestement trop grands : le masque laisse, alors, une ouverture accessible au virus, des deux côtés.

 

Maintenant, nous avons des masques mais ils ne sont pas adaptés à l'ensemble de la population...

De toutes façons, il est certain qu'un masque ne devrait pas être standard... Les masques devraient, en fait, se décliner en différentes tailles pour être vraiment efficaces.

Mais, on est encore loin d'avoir des protections performantes pour lutter contre le virus.

 

Il nous manque des masques, des médicaments, du matériel médical.

Il nous manque un vaccin et son élaboration risque de prendre un certain temps.

 

 

 

Source :

 

https://www.lepoint.fr/sante/coronavirus-les-fabricants-de-masques-accuses-de-sexisme-14-05-2020-2375520_40.php

 

Des masques de protection conçus pour les hommes, inadaptés pour les femmes...
Partager cet article
Repost0
13 mai 2020 3 13 /05 /mai /2020 10:21
Coronavirus : le grand bazar....

 

Le coronavirus suscite de nombreux commentaires et de nombreux articles... chacun dit la sienne...

Un grand bazar ! Certains se permettent de remettre en cause le confinement, d'autres de vanter les effets de la chloroquine, d'autres encore d'en signaler les dangers...

 

Le confinement était-il nécessaire ? On s'interroge à ce sujet...

Mais, enfin, c'est tout de même une évidence : nos hôpitaux étaient engorgés, saturés de patients en détresse, on ne pouvait faire autrement que d'avoir recours au confinement.

Sinon ? Que se serait-il produit ? Une catastrophe sanitaire, à n'en pas douter. Le confinement aurait permis de sauver 60 000 vies.

Bien sûr, ce confinement aurait pu être amoindri, si nous avions eu les équipements de base nécessaires pour affronter le virus : mais à force de délocalisations, nous avons perdu la maîtrise de ce secteur essentiel qu'est l'appareil médical en cas de pandémie : nous manquons de masques, d'appareils respiratoires, de tests de dépistage, nous manquons de tout...

 

Quant à la chloroquine, certains vantent la molécule comme un remède miracle...

Il convient sans doute d'attendre les résultats des études qui sont faites à ce sujet : la prudence s'impose.

Certains s'érigent en médecins et donnent des conseils pour échapper à la maladie...

 

Des bruits courent : la nicotine permettrait d'éviter le virus... ce qui a fait augmenter les ventes de ce produit utilisé dans le traitement de la dépendance tabagique.

C'est alors la ruée vers la nicotine, comme ce fut la ruée vers la chloroquine !

Un emballement puéril et néfaste...

On assiste à une épidémie de rumeurs... les réseaux sociaux alimentent et favorisent cet emballement.

Les informations conspirationnistes viennent se rajouter à ce fatras d'idées fausses.

La crédulité va bon train... la crédulité, ce défaut humain que Molière a fustigé maintes fois dans son théâtre...

La crédulité qui nous fait perdre le sens des réalités, la crédulité qui anéantit notre jugement...

L'archétype de la crédulité, c'est le personnage d'Orgon qui se laisse abuser par les grimaces de Tartuffe, Orgon qui tombe dans le piège de l'hypocrite, Orgon qui fait de Tartuffe son héros, alors qu'il n'est qu'un vil imposteur.

Molière nous montre ainsi l'importance de la clairvoyance...

Fausse dévotion, fausse médecine, fausse science : autant d'impostures qu'il convient de débusquer.

Soyons donc clairvoyants et lucides !

Ne nous laissons pas abuser par toutes les informations qui circulent sur internet et dans les médias.

Mais, il faut reconnaître qu'il est difficile de démêler le vrai du faux : le virus est manifestement né en Chine, mais non, disent certains, il aurait pu faire son apparition bien avant aux Etats-Unis dans des laboratoires car  les Américains sont extrêmement actifs en matière de recherche sur les coronavirus de chauve-souris.

Saurons-nous un jour la vérité ?

Nous faisons face à une avalanche d'informations qui nous submergent... et qui sont parfois totalement contradictoires...

Ainsi, une tribune est parue sur le journal Le Point : plus de 50 médecins, scientifiques et Prix Nobel réclament l'obligation du port d'un masque ou d'une protection faciale dès le jeudi 7 mai.

Sur ce même journal, on apprend que le gouvernement danois déconseille de porter des masques et les épidémiologistes sont si peu convaincus de leur utilité qu'ils ont lancé une étude sur le sujet.

Pour ce qui concerne l'entretien des masques en tissu, là encore, les informations sont confuses : "pas de séchage à l'air libre", affirment certains, alors que d'autres le recommandent...

 

Plus rien n'est vrai, puisque tout est vrai...

 

 

 

https://www.letemps.ch/monde/guerre-scenarios-lorigine-coronavirus

 

http://hemisphere-gauche.blogs.liberation.fr/2020/04/22/origines-de-la-pandemie-lhypothese-americaine/

 

https://www.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-traitements-effets-secondaires-chloroquine_fr_5ea41280c5b6d37635902861?utm_hp_ref=fr-homepage

 

https://www.lepoint.fr/europe/danemark-ce-pays-qui-ne-croit-pas-aux-masques-07-05-2020-2374548_2626.php

 

 

 

 

Coronavirus : le grand bazar....
Partager cet article
Repost0
12 mai 2020 2 12 /05 /mai /2020 12:02
A la recherche d'un masque...

 

Ce jour-là, je décide de me rendre dans la pharmacie la plus proche de chez moi pour me procurer un masque : bien sûr, comme nous sommes encore en période de confinement, je n'oublie pas de remplir mon attestation de sortie, afin d'être en règle avec les autorités policières.

 

Arrivée dans l'officine, je demande au pharmacien s'il vend des masques : "Non, pas de masques", me répond-il aussitôt. Je lui pose alors cette question : "Et vous en aurez bientôt ?"

Il me réplique alors sur un ton badin : "Oh peut-être l'année prochaine !"

Décidément, ce pharmacien se fait lui-même peu d'illusion sur les futurs approvisionnements de masques dans les pharmacies...

Je repars bredouille...

 

Quelques jours plus tard, je retente ma chance dans une autre pharmacie, après avoir rempli encore une fois mon attestation  de sortie : même problème, pas de masques...

 

Mais, je ne me décourage pas : troisième tentative, je me rends, cette fois-ci, dans une très grande pharmacie du centre, très éloignée de mon domicile...

Dans cette officine, je vais sans doute trouver "mon bonheur"... enfin des masques !

La pharmacienne m'informe que je pourrai m'en procurer dans une boutique de matériel médical qui se situe tout à côté...

Je m'y rends, et là surprise ! En fait, une affiche informe les clients qu'il faut commander les masques et attendre une semaine avant de les obtenir !

Comme cette pharmacie est éloignée, j'hésite, d'autant qu'il faut se ranger derrière une longue file d'attente...

Finalement, je renonce... 

Et je me pose cette question : "Sommes-nous vraiment en France, pays réputé pour la qualité de ses services de santé ?"

 

Le lendemain, j'apprends qu'on peut enfin se procurer des masques dans les supermarchés... Je pourrais en faire l'acquisition lors de mes prochaines courses.

Donc, ce jour-là, je me rends au supermarché, je regarde partout : pas de masques à l'horizon.

Je demande alors à une employée : "Mais, où sont les masques ? Vous en vendez ?"

Je tombe des nues quand elle me dit : "Les stocks sont épuisés, il faut venir le matin, de bonne heure pour espérer en avoir."

Alors, là, c'est le bouquet ! Je repars dépitée.

 

Deux jours plus tard, j'apprends qu'une couturière près de chez moi a confectionné des masques en tissu et qu'elle les vend 3 euros : je décide d'en acheter trois.

J'ai enfin des masques !

Et je fais bien sûr un premier essai : je trouve que le masque en tissu est tout de même assez inconfortable, au bout d'un moment, on étouffe sous le masque, on a du mal à respirer.

Ainsi, beaucoup de gens, dans les rues, ne savent pas le porter en toute sécurité : on voit des masques rabattus sur le menton, ou décalés sur la bouche, le nez n'étant plus protégé.

Un masque mal utilisé ne constitue pas une bonne protection.

De plus, les contraintes d'utilisation sont compliquées : il faut laver un masque en tissu à 60 degrés, pendant 30 minutes, on ne peut le sécher à l'air libre, et après un certain nombre de lavages, le masque devient inopérant.

 

D'ailleurs,  alors que l’Autriche et d’autres pays d’Europe centrale imposent le port du masque à la population pour lutter contre le coronavirus, le Danemark, par la voix unanime de ses experts, persiste à adopter une stratégie opposée. "C’est une illusion de croire que cette protection constitue un rempart contre le Covid-19 pour les citoyens. Elle procure une fausse sécurité et peut dans le pire des cas propager le virus", affirme le professeur Brian Kristensen, chef de l’unité centrale des infections et de l’hygiène à l’Institut de sérologie d’État...

 

Qui croire ? Le masque est-il vraiment efficace et utile dans la lutte contre l'épidémie ?

 

 

https://www.lepoint.fr/europe/danemark-ce-pays-qui-ne-croit-pas-aux-masques-07-05-2020-2374548_2626.php

A la recherche d'un masque...
Partager cet article
Repost0
11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 12:03
Etat d'urgence sanitaire : une situation inédite... une démocratie est malade lorsqu'on porte atteinte aux libertés...

 

 

Dominique Rousseau, professeur de Droit public interrogé sur France Inter évoque les mesures d'exception qui s'appliquent en ces temps de crise. 

 

"Un état d'urgence sanitaire, c'est une première dans notre pays... on a connu l'état d'urgence sécuritaire au moment des attentats de 2015 mais jamais un état d'urgence sanitaire et la loi qui l'a établi est encore plus restrictive des libertés que l'état d'urgence adopté en novembre 2015.

 

Le déconfinement ne va pas revenir sur les mesures attentatoires aux libertés qui ont été prises lors de la loi du 23 mars 2020.

Le parlement est encore mis en sommeil pendant deux mois supplémentaires, donc 4 mois d'état d'urgence... et rien ne garantit que le gouvernement ne redemandera pas au mois de juillet la prolongation de cet état d'urgence. Et ce fameux système d'information dont le ministre nous dit que ce n'est pas l'application Stop covid, y ressemble beaucoup puisque c'est la constitution d'un fichier dans lequel il y aura le nom de toutes les personnes infectées par le virus...

 

L'état d'urgence est une décision politique qui a été prise en dehors du droit puisque la constitution ne permet pas de mettre en place un état d'urgence sanitaire.

Le parlement est mis en sommeil : les députés deviennent des spectateurs de décisions qui sont prises par le gouvernement et on lui demande de valider après coup ces décisions...

 

 

Ce qui est d'autant plus grave, c'est que ces décisions  limitent, voire restreignent gravement toutes les libertés, pas simplement la liberté d'aller et venir, mais aussi le droit du travail : les ordonnances permettent aux employeurs de déroger au code du travail, notamment sur les congés, sur la question de la durée de la semaine de travail, sur la question de la récupération des RTT...

Il y a une atteinte à toutes les libertés : le parlement est dessaisi de son rôle habituel de gardien et d'acteur du régime des libertés...

C'est un vrai problème qui met en balance l'impératif de la santé et l'impératif des libertés.

 

On considère aujourd'hui presque indécent de mettre en avant les libertés ou la démocratie dans la mesure où il y aurait un impératif qui serait supérieur : celui de la santé.

Or, la santé dans une démocratie, c'est précisément le respect des libertés essentielles et on voit qu'une démocratie est malade non pas du fait du coronavirus mais une démocratie est malade lorsqu'on porte atteinte aux libertés.

Or, actuellement nous portons atteinte aux libertés, ça c'est certain, sans avoir la certitude que cette limitation des libertés favorise l'impératif de santé.

 

La bonne cause ne doit pas conduire à opposer santé et libertés, santé et démocratie, et ne doit pas oublier qu'il existait en dehors même de la loi sur l'état d'urgence les moyens juridiques et sanitaires pour répondre à cette crise du coronavirus.

 

Un seul exemple : le gouvernement a créé un comité de scientifiques pour que ce comité lui donne des conseils sur la manière de gérer la maladie, mais il existe déjà un Haut conseil de la santé publique, il existe déjà une Haute autorité de la santé, autrement dit, il y avait des institutions qui existaient déjà et qu'on a mises à l'écart.

En quelque sorte, on a mis en place un Etat parallèle à l'Etat institutionnel, et c'est cela qui est grave, parce que nous sommes actuellement dans un état d'urgence depuis deux mois, cela va durer encore deux mois, avec le risque que cela continue et que nous passions d'un état d'urgence à un autre et que finalement l'Etat de droit disparaisse ou s'affaiblisse et laisse monter l'Etat de puissance. 

 

Toutes les libertés, liberté de réunion, liberté d'expression, liberté du travail, liberté du commerce, toutes les libertés sont mises en cause et, en plus, on augmente le nombre de personnes qui vont être habilitées à faire des contrôles, rédiger des procès-verbaux, et faire payer des amendes, donc, on augmente l'aspect sécuritaire, nous devenons une société de surveillance généralisée avec partout des personnes qui sont habilitées pour nous sanctionner.

 

De plus, un fichier centralisé va recenser les personnes qui ont été contaminées, puis les personnes susceptibles d'être contaminées, et les personnes qui ne sont pas contaminées mais qui ont été en contact avec les personnes contaminées.

Ce fichier va recueillir des informations sur les traitements qui ont été donnés à ces personnes et les résultats de ces traitements.

On ne sait pas comment ce fichier va être géré, qui va le gérer... ce qu'on sait, c'est que des personnes qui ne sont pas médecins, donc qui ne sont pas tenues au secret médical, vont être autorisées à pratiquer ce type de fichage...

Ce fichier est censé durer un an alors que la loi prolonge l'Etat d'urgence de deux mois. Que deviendra ce fichier au bout de cette année ?"

 

Cette mise en garde faite par un professeur de Droit public suscite bien des inquiétudes pour la survie de notre démocratie.

Les mesures mises en place pour préserver la santé risquent d'être reconduites, par crainte de la réapparition du virus ou de l'émergence d'une nouvelle pandémie.

Dans ce cas, nos libertés seraient considérablement et durablement réduites, et on se dirigerait vers un état dictatorial, un régime autoritaire, comme l'est le régime chinois, par exemple...

 

Ainsi se met en place le règne de BIG BROTHER...

 

 

 

Source :

https://www.franceinter.fr/programmes/2020-05-02

 

 

Etat d'urgence sanitaire : une situation inédite... une démocratie est malade lorsqu'on porte atteinte aux libertés...
Partager cet article
Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 10:41
Une civilisation du "sans contact"...

 

Face à la crise sanitaire liée au coronavirus, pour limiter les risques de propagation du virus, le paiement sans contact est fortement conseillé et facilité...

Ainsi, dans les supermarchés, des messages sont diffusés régulièrement : "Pour préserver la santé de nos clients, le paiement sans contact est recommandé  : vous pouvez désormais payer vos achats jusqu'à 100 euros..."

Le paiement sans contact est aussi préconisé par l'Organisation mondiale de la santé.

On peut utiliser une carte bancaire, et même un iphone ou un téléphone mobile...

 

Nous entrons, ainsi, dans une civilisation du sans contact...

Finies les embrassades, finis les serrements de mains, finies les accolades... Désormais, l'autre devient suspect...

 

Et le sens du toucher s'affaiblit : "il n' y aura bientôt plus que les tablettes pour être tactiles", comme l'écrit fort justement Jean-Pierre Siméon dans son ouvrage intitulé La poésie sauvera le monde.

Nous perdons ainsi le contact avec le réel...

 

Nous sommes saturés d'images, de sons, car nous passons de plus en plus de temps devant des écrans... cette abondance aboutit à une sorte d'abrutissement... nous finissons par ne plus regarder, ne plus entendre...

Face à ces écrans, nous perdons aussi le sens du contact charnel avec le monde...

 

Et avec la crise du coronavirus, cette tendance s'aggrave : les écrans s'imposent dans les communications, dans le télé-travail, il nous faut prohiber le contact avec les autres, les objets eux-mêmes deviennent suspects....

Certains en viennent même à inventer des systèmes pour ouvrir des portes sans contact : "poignées de porte, sonnettes ou boutons d’ascenseur sont devenus avec le Covid-19 des obstacles redoutés pour éviter la transmission du virus. C’est pourquoi plusieurs entreprises ou particuliers se sont lancés dans la confection de crochets multi-usages ou d’objets se substituant à la main.

 

Conçu en inox antibactérien, le même que celui utilisé en milieu médical, l’objet se veut facile à nettoyer avec un peu d’eau et du savon et surtout recyclable."

Le produit, lancé il y a seulement quelques jours, a déjà reçu des commandes de plusieurs milliers de pièces. 

 

Une nouvelle civilisation est en train de naître : celle du sans contact, celle de la suspicion envers les autres, envers les objets...

Nos mains, ces merveilleux outils de préhension deviennent dès lors des objets de contamination...

Certains utilisent aussi des gants pour se protéger du virus, et là encore, ils perdent le contact avec le réel.

Triste monde où nous ne pourrons plus toucher, embrasser, effleurer, frôler, saisir...

Triste monde déshumanisé où les contacts humains sont réduits à néant...

 

 

 

Une civilisation du "sans contact"...
Partager cet article
Repost0
2 mai 2020 6 02 /05 /mai /2020 09:24
Des erreurs sur la carte de prévision du déconfinement : consternant !

 

 

Le Lot et le Cher sont apparus colorés en rouge jeudi soir sur les cartes publiés en vue du déconfinement, à cause d'erreurs de comptage. De fait, ces départements sont peu touchés par l'épidémie, surtout le Lot.

Comme le rapporte le journal La Dépêche, une seule personne est actuellement en réanimation dans le Lot. 15 patients sont hospitalisés. Et le département dénombre 16 décès liés au Covid-19. 

Le Cher compte actuellement trois personnes testées positives en réanimation et a enregistré 129 décès depuis le début de l’épidémie.

 

"Le classement en "rouge" des départements du Lot et du Cher sur la carte établie en prévision du déconfinement est sans doute dû à des erreurs de comptage", ont indiqué, vendredi, les agences régionales de santé (ARS) d'Occitanie et du Centre.

Consternant !

Décidément, quel cafouillage ! Rien ne nous aura été épargné... encore un couac désastreux !

L'amateurisme encore et toujours !

Des cartes sont ainsi diffusées et publiées sans aucune vérification préalable ?

Il suffisait d'ailleurs d'un simple coup d'oeil sur la carte pour suspecter des erreurs concernant plus particulièrement le Lot.

 

Décidément, il y a de quoi se poser des questions sur les responsables des Agences Régionales de Santé : à quoi servent-ils ?

Evidemment, de telles erreurs sont de nature à favoriser la suspicion concernant l'efficacité de la gestion de la crise du coronavirus.

On est sidéré par de tels manquements.

 

Alors que les masques sont encore attendus dans les pharmacies, alors que les respirateurs et les tests de dépistage font défaut, on constate encore des défaillances graves dans la diffusion des informations.

Certains départements qui sont classés en vert semblent aussi poser problème...

Bref, comment pourrait-on se fier à de telles cartes ? 

Pourquoi les diffuser si elles ne sont pas vérifiées ?

 

Bien sûr, on nous dit que cette carte est provisoire et qu'elle sera réactualisée au fil du temps jusqu'au 11 mai.

Pour autant, une telle erreur est dommageable : les réseaux dits sociaux, les médias diffusent déjà nombre de rumeurs, de fausses informations, on ne comprend pas qu'un organisme public de santé vienne rajouter à la confusion qui règne au cours de cette crise sanitaire.

 

On peut aussi craindre des erreurs dans le décompte des victimes du coronavirus : les personnes décédées à domicile échappent aux statistiques.

 

 

 

Des erreurs sur la carte de prévision du déconfinement : consternant !
Partager cet article
Repost0