Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2019 5 13 /12 /décembre /2019 11:31
La vie commence à 60 ans ?

 

Alors que se profile une nouvelle réforme des retraites qui vise à un allongement de la durée du travail et à un recul de l'âge de la retraite, on peut s'interroger sur sa pertinence.

On se souvient tous de cette chanson interprétée par un certain Tino Rossi :

 

"La vie com-menc' à soi-xant' ans
Quand on la con-naît mieux qu'a-vant
Et que l'on a ap-pris par coeur
Tous les rac-cour-cis du bon-heur
La vie com-menc' à soi-xant' ans
Quand on peut prendr' en-fin le temps
De ré-pondr' aux ques-tions qu'on pos'
De s'ap-pro-cher plus près des cho-ses..."

 

On nous dit aussi que les gens vivent plus longtemps et qu'ils doivent donc travailler plus longtemps...

Certes, mais dans quel état de santé ?

C'est souvent à partir de 60 ans que se déclenchent différentes pathologies : arthrose, rhumatismes, problèmes cardiaques...

 

Si on recule l'âge de la retraite, immanquablement, ces pathologies liées au stress, à la fatigue du travail vont s'alourdir...

Qui pourra profiter vraiment de la retraite ? Les plus riches, les plus nantis, ceux pour qui le travail n'est pas trop pesant...

Une façon d'accroître plus encore les inégalités de nos sociétés...

 

On le sait : les salariés de plus de 55 ans peinent à trouver du travail... le chômage touche plus particulièrement cette tranche d'âge.

"On est encore dans une situation de chômage de masse, donc parler de repousser l’âge de la retraite paraît tout à fait contre-productif, car cela augmentera encore la difficulté des jeunes à trouver un emploi et des seniors à s’y maintenir", explique Henri Sterdyniak, économiste et directeur de département à l’OFCE.

 

On voit bien que les gouvernements successifs se fourvoient en voulant sans cesse reculer l'âge de la retraite...

C'est une aberration... on le voit bien, car sans arrêt, les réformes de la retraite doivent être réajustées, preuve qu'elles sont inefficaces.

 

Il faut sans nul doute trouver d'autres solutions....

Créer des emplois, embaucher des jeunes, favoriser l'apprentissage... Investir dans l'industrie, faire preuve d'innovation...

 

Evidemment, tuer les gens à la tâche, c'est une façon de résoudre le problème des retraites : moins de personnes âgées, moins de problèmes de déficit.

Mais, c'est inhumain et ce n'est pas digne d'une société évoluée.

 

Reculer l'âge de la retraite est une régression sociale inadmissible dans une société moderne.

 

 

 

 

 

 

 

La vie commence à 60 ans ?
Partager cet article
Repost0
6 décembre 2019 5 06 /12 /décembre /2019 11:42
Le Smecta et le Bédélix sur la sellette...

 

Tout le monde connaît le nom de ces médicaments, le Smecta et le Bédelix... des médicaments fréquemment utilisés dans les familles pour traiter des problèmes intestinaux... des substances populaires...

Des médicaments à base d'argile qui paraissent anodins et sans danger...

 

Et, pourtant, selon la revue Prescrire, ces médicaments sont "plus dangereux qu'utiles" et font courir des risques sanitaires "disproportionnés" aux personnes qui les prennent. 

 

La contamination par du plomb des argiles médicamenteuses utilisées dans divers troubles intestinaux, dont les diarrhées, justifie de les écarter des soins.

L'efficacité de ces produits est vraiment limitée et le plomb même à faible dose est dangereux pour le coeur. Il peut être à l'origine d'infarctus.

Ces médicaments sont encore commercialisés alors qu'ils peuvent être la cause de graves effets secondaires...

Comment est-ce possible ?

 

D'autres médicaments sont aussi pointés du doigt : des sirops contre la toux, dont Clarix pour toux sèche chez les enfants et Vicks, sirop pectoral 0,15 % pour adulte et à base de pentoxyvérine. Il s’agit d’un antitussif qui "expose à des troubles cardiaques et à des réactions allergiques graves", explique la revue.

Encore des médicaments très utilisés et qui semblaient anodins...

 

Le Ginkgo biloba, quant à lui, (de la marque Tanakan), est utilisé pour des troubles cognitifs (mémoire, concentration) des personnes âgées. Censé réduire l’insuffisance veineuse, il est jugé par les spécialistes comme étant "sans plus d’efficacité".

 

On s'étonne que l'on découvre seulement maintenant la dangerosité ou l'inefficacité de toutes ces substances.

 

Ce sont là des médicaments familiers à tout un chacun.

Mon père utilisait régulièrement du Smecta, il a fini sa vie avec une insuffisance cardiaque.

Qui sait ? Ce "médicament" est peut-être à l'origine de ses troubles cardiaques.

 

Ainsi, on découvre un peu tard le danger de certaines pharmacopées qui avaient jusqu'alors une certaine renommée.

N'est-ce pas inquiétant ? L'industrie pharmaceutique n'hésite pas à nous vendre des produits toxiques, au nom du profit et de la rentabilité.

Désormais, ce n'est plus l'homme qui est protégé, c'est l'argent qui est au centre de nos sociétés.

 

 

 

 

 

Le Smecta et le Bédélix sur la sellette...
Partager cet article
Repost0
22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 13:39
Encore un médicament dangereux : le Finastéride...

 

 

Messieurs, vous avez des problèmes de calvitie ? Votre médecin vous a peut-être prescrit cette substance : le Finastéride...

 

Administré à l’homme jeune atteint de calvitie légère, le Finastéride, qui agit sur une hormone responsable de la chute de cheveux, montre une efficacité très modeste. Alors que l'on connaît ses lourds effets secondaires – dépression, idées suicidaires, troubles sexuels potentiellement persistants après l’arrêt du traitement – , les autorités de santé ne l’ont toujours pas retiré du marché.

 

Evidemment, les enjeux financiers sont colossaux et les laboratoires qui diffusent ces produits font fi de la santé des gens.

 

Il est commercialisé sous le nom de Propecia et plusieurs génériques sont aussi sur le marché. Il fonctionne en bloquant la production d’une hormone appelée DHT, responsable de ce type de calvitie. 

 

Anxiété, dépression, idées suicidaires, pathologies musculaires graves, réactions de type allergique, cas de cancers du sein chez l’homme, persistance des troubles sexuels après l’arrêt du traitement, autant d’effets secondaires à mettre au compte de ce médicament.

Tout cela pour un médicament dit de confort ?

 

Comment l'ANSM peut-elle encore autoriser une telle substance ?

La balance bénéfices/ risques serait favorable ! ? Mais quels bénéfices face à tous les risques encourus qui sont gravissimes ?

 

Encore une fois, il est inadmissible que de tels "médicaments" soient mis sur le marché.

Honte à ceux qui s'enrichissent au mépris de la santé des gens !

Honte à l'industrie du médicament qui lance sur le marché des produits hautement toxiques !

 

Ce n'est pas un hasard si les médecins eux-mêmes refusent d'évoquer les effets dits "secondaires" des médicaments... Ils se font eux-mêmes complices de cette industrie.

Les médecins ont aussi souvent, l'ordonnance et la prescription faciles : ils se soumettent aux lobbies des laboratoires qui vendent leurs substances à prix d'or.

 

Ils deviennent des distributeurs de médicaments et ne tiennent plus compte de l'intérêt du patient...

Des médicaments qui deviennent de plus en plus chers et qui servent surtout à enrichir l'industrie pharmaceutique...

 

 

 

 

 

 

 

Encore un médicament dangereux : le Finastéride...
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2019 3 13 /11 /novembre /2019 09:20
Mais est-ce encore du miel ?

 

 

"Doux comme le miel", "μελιηδης", disait le poète Homère pour évoquer des paroles, du vin, des fruits, soulignant, ainsi, les bienfaits de cette substance que nous offrent les abeilles...

Le miel, cette nourriture divine produite par les abeilles, est-il en train de disparaître ?

On peut le redouter car le miel devient une denrée rare en France : on est donc obligé d'importer du miel...

Mais est-ce encore du miel ? 

En 20 ans, la quantité de miel a été divisée par quatre... les récoltes se sont effondrées, car les abeilles ne vont pas bien.

 

Sur la plupart des pots que nous achetons, très peu d'indications précises sur la provenance... pire, la moitié des miels vendus viendrait de très loin, certains n'auraient même jamais vu l'intérieur d'une ruche, car désormais, en Chine, les industriels parviennent à fabriquer de faux miels...

 

Produit à partir du nectar des fleurs, le miel est pourtant, à l'origine, une substance entièrement naturelle...

85% de la matière première est importée : miels venus d'Argentine, d'Espagne, d'Ukraine, de Hongrie, d'Italie...

Une fois mélangés, ces miels ont perdu de leur traçabilité : la réglementation n'oblige pas à indiquer les pays d'origine sur l'emballage.

 

Alors, un tiers des français préfèrent acheter leur miel sur les marchés : les prix y sont plus chers, mais les gens font confiance aux vendeurs. En fait, c'est souvent un leurre. Certains apiculteurs n'hésiteraient pas à compléter leur production avec des miels étrangers. Certaines personnes trichent : du miel vendu comme français ne l'est pas.

 

Ainsi, des miels vendus sur les marchés ne sont pas conformes à l'appellation indiquée sur l'emballage. Les tromperies sont massives.

La fraude atteindrait la moitié des miels vendus sur le marché.

 

Mais il existe une fraude bien plus grave : certains industriels parviennent à fabriquer du faux miel, et en matière de contrefaçon, un pays décrocherait la palme d'or : la Chine.

La Chine est désormais le plus gros exportateur mondial... Le nombre de ruches n'a augmenté que de 13% alors que les exportations ont explosé : 196% de hausse en 15 ans !

Un miel vendu 3 fois moins cher que ceux des apiculteurs français. Mais, un miel sans parfum, sans arôme gustatif.

 

Après analyse, on ne trouve pas de pollen dans ce miel : c'est donc un sirop de sucre, une sorte de miel 100% synthétique. Ces faux miels chinois sont si sophistiqués qu'ils sont très difficiles à détecter.

 

Et, on trouve même du glyphosate dans certains miels...

Les consommateurs doivent donc se montrer vigilants, mais il n'est pas facile de détecter les fraudes...

 

 

 

 

 

Source : un reportage sur la cinq :

 

https://www.france.tv/france-5/le-doc-du-dimanche/1099945-la-bataille-du-miel.html

 

 

 

Mais est-ce encore du miel ?
Partager cet article
Repost0
30 octobre 2019 3 30 /10 /octobre /2019 13:01
Ces jeunes qui sont déjà accro au tabac...

 

Devant le lycée, les jeunes se rassemblent, discutent et on en voit un certain nombre en train de fumer...

D'autres fument encore à l'arrêt du bus : ils semblent en représentation, se donnent des airs d'adultes, des allures de jeunes émancipés.

 

Le geste les rassure, leur donne de l'assurance, une contenance.

Le geste a souvent pour eux une valeur et une fonction esthétiques...

 

Il est vrai que certains films mettent la cigarette à l'honneur : les personnages, des hommes et des femmes sont présentés dans des attitudes très esthétiques, enveloppés de volutes de fumées...

Et les jeunes se laissent séduire par ces images cinématographiques : ils s'identifient volontiers aux personnages, veulent leur ressembler, les imiter.

 

Et quand on les voit commencer si jeunes le tabac, on se dit qu'ils ne se rendent pas compte des méfaits de la cigarette... Les adolescents deviennent très vite accro au tabac, ils sont bientôt victimes d'une véritable addiction.

Les Français et les Françaises commencent à fumer de plus en plus tôt... Le tabagisme s'installe insidieusement et on éprouve ensuite bien des difficultés à y renoncer. C'est un piège dans lequel s'enferment les adolescents.

L’interdiction de vente de tabac aux mineurs a été étendue en mai 2010 aux moins de 18 ans, et la loi prévoit une amende de 135 euros pour les buralistes contrevenants. Mais, dans la réalité, de nombreux buralistes continuent à vendre des cigarettes à des mineurs.

On voit aussi de plus en plus d'adultes en train de vapoter tout en flânant sur les trottoirs : on dirait de grands enfants qui sucent leur doudou... C'est surprenant !

Dans tous les cas, le tabac peut faire des ravages, des dégâts considérables sur la santé.

 

Bien sûr, les jeunes, dans leur inconscience, ne mesurent pas encore les dangers de cette addiction...

D'ailleurs, la cigarette est pour eux une forme de rébellion contre les parents, les adultes... C'est un geste d'insoumission, de défi...

 

Et pourtant, ce faisant, les jeunes se conforment à la société de consommation dans laquelle nous vivons...

Les cigarettes sont des produits de consommation et elles sont de plus en plus coûteuses.

 

Si la publicité en est interdite, on a vu que le cinéma a tendance à magnifier tout ce qui entoure le tabac...

 

Il convient de mettre en garde les jeunes contre le tabagisme : ils sont facilement influençables et méconnaissent les dangers auxquels ils s'exposent.

 

 

 

 

https://www.santemagazine.fr/sante/addictions/tabac/tabac-linterdiction-de-vente-aux-mineurs-est-elle-efficace-178006

 

Ces jeunes qui sont déjà accro au tabac...
Partager cet article
Repost1
28 octobre 2019 1 28 /10 /octobre /2019 11:52
Passage à l'heure d'hiver, c'est à cause de l'Europe...

 

Aimez-vous l'heure d'hiver ? 

Qui peut apprécier des journées raccourcies, une nuit qui tombe très tôt, avant même que n'arrive l'hiver ?

 

Et, pourtant, nous voilà passés une fois de plus à l'heure d'hiver : et ce changement d'heure risque de perdurer encore de nombreuses années, car les pays européens ne sont pas capables de se mettre d'accord sur ce point !

 

Avec ce seul exemple, on comprend toutes les difficultés de fonctionnement de l'Europe.

La France, le Portugal et l'Espagne souhaiteraient l'heure d'été, mais les pays plus au nord, comme les Pays-Bas, la Belgique, la Finlande, le Danemark préfèrent l'heure d'hiver...

Le risque : un mélange de fuseaux horaires au coeur de l'Europe...

Ainsi, certains vivent en France mais travaillent en Belgique : compliqué de changer l'heure, dès qu'on passe la frontière...

 

C'est avéré : les enfants, les adultes ont des difficultés à s'adapter à ce changement.

 

Le changement d'heure pourrait également provoquer des troubles pour la santé. Le passage à l'heure d'hiver vient, chez la majorité des personnes, dérégler l'horloge biologique.

Autre effet notable du passage à l'heure d'hiver, son influence psychologique avec la dépression saisonnière,  associée au manque de lumière. Selon les statistiques, le phénomène est loin d'être négligeable puisqu'il toucherait environ une personne sur six...

Chez les enfants, le passage à l'heure d'hiver perturbe beaucoup les habitudes des plus petits, et peut leur faire perdre l'appétit.


 

 De plus, ce changement générerait de faibles économies d'énergie. En France, cela représenterait une économie énergétique annuelle de 0,1% selon les modélisations effectuées par l'Ademe en 2010. Le gain serait intégralement réalisé sur l'éclairage.

Dès lors, on n'en voit pas l'intérêt...

 

L'heure d'hiver est vraiment déprimante : quand on sort du travail, il fait déjà nuit et on n'a pas le temps de profiter de quelques rayons de soleil.

On profite mieux de la lumière naturelle le soir que le matin, c'est une évidence...

 

Mais, décidément, l'Europe pose problème : impossible d'obtenir un accord unanime dans de nombreux domaines...

Dès lors, comment s'étonner des difficultés de fonctionnement de l'Europe ?

 

 

 

 

Source :

 

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/sommeil/changement-d-heure-les-blocages-au-sein-de-l-ue-creent-le-statu-quo_3676651.html

 

 

Passage à l'heure d'hiver, c'est à cause de l'Europe...
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2019 5 18 /10 /octobre /2019 12:51
Questions de modes...

 

 

On nous a vanté ces dernières années les vertus du chou kale : un aliment santé, une "healthy food", nous disait-on, en utilisant des termes anglais qui se veulent "branchés". Le chou kale est ainsi devenu à la mode...

Bien longtemps ignoré par les cuisinières de la deuxième moitié du XXème siècle, le chou frisé, ou chou Kale a fait son grand retour. Les amateurs de détox et les vegans avaient remis cet ancien légume au goût du jour.

 

Il est vrai que cette variété de chou n'est pas à priori très appétissante : un chou frisé aux feuilles hérissées, au goût assez fade.

Aussi l'a-ton paré de toutes les vertus...

Qu'en est-il vraiment ? Difficile de démêler le vrai du faux.

 

Si le chou kale contient des nutriments intéressants, il est néanmoins très difficile à digérer... Il malmène l'estomac : ballonnements, brûlures...

Sa richesse en oxalates pourrait aussi, selon certaines études, provoquer des calculs rénaux. Toutes les plantes crucifères sont déconseillées en cas de problèmes thyroïdiens.

Il faut tout de même se méfier des modes...

Mieux vaut consommer avec modération un tel légume, voire ne pas le consommer du tout.

 

Ainsi, la mode nous pousse à consommer tout et n'importe quoi...

Dans un autre domaine, les grosses baskets remportent un vif succès auprès des jeunes : d'où vient cette mode du moche ?

Il s'agit d'introduire des nouveautés pour vendre des produits différents d'une année sur l'autre.

Ces chaussures sont particulièrement inconfortables, lourdes, massives, de mauvais goût, les couleurs sont criardes...

Mais, c'est à la mode.

 

Que dire des jeans troués, déchirés ? On en voit de plus en plus... On arrive même à nous vendre des produits abîmés !

Cette année, l'imprimé animal est aussi très tendance : le léopard, le python, le zèbre... Et pourtant, c'est assez vulgaire...

On vit dans une société de consommation à outrance : on nous vend du moche, des vêtements usagés, des aliments aux vertus douteuses.... et ça marche !

 

 

 

 

https://www.franceculture.fr/emissions/lhumeur-du-matin-par-guillaume-erner/lhumeur-du-jour-emission-du-vendredi-04-octobre-2019

 

 

 

Questions de modes...
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2019 3 16 /10 /octobre /2019 08:09
Après le scandale du Mediator, peut-on encore avoir confiance dans les médicaments ?

 

Deux mille morts, peut-être plus, deux mille victimes du Mediator, ce poison commercialisé par le laboratoire Servier...

 Cette molécule, de la famille des amphétamines, a provoqué chez les patients des problèmes de santé gravissimes : des valvulopathies cardiaques et de l'hypertension artérielle pulmonaire.

 

Comment ce poison a-t-il pu être mis sur le marché ?

Au début des années 1990, la toxicité d'autres médicaments du laboratoire Servier (l'Isoméride et le Pondéral) avait été établie, ce qui avait conduit au retrait de ces produits. Comment le Mediator, dont le principe actif est de même nature, a-t-il pu rester en vente ?

 

Prescrite contre le surpoids et contre le diabète, cette substance a été largement diffusée. En plus, il y avait tromperie sur la marchandise : ce produit qui était un coupe-faim était totalement inefficace contre le diabète.

Et qu'a fait l'Agence nationale de sécurité du médicament ? A quoi sert cet organisme ? Pourquoi a-t-on laissé faire ?

 

Le laboratoire Servier a gagné plus d'un milliard d'euros avec ce "médicament". L'industrie pharmaceutique fait ainsi des profits considérables et les produits qu'elle vend sont de plus en plus chers.

Les intérêts financiers sont colossaux et la corruption est partout.

On fait fi de la santé des gens.

 

Tant de médicaments inutiles et dangereux sont mis sur le marché !

Le Vastarel, commercialisé encore par le laboratoire Servier provoque des troubles neurologiques : tremblements, raideur, lenteur des mouvements, déséquilibre dans la démarche...

Que dire des statines qui peuvent entraîner troubles de la mémoire, tremblements, douleurs musculaires, destruction des muscles, chutes, confusions, diabète, décès. Pourtant, de nombreux cardiologues prescrivent ce "médicament".

 

La plupart de ces molécules ont des effets dits "secondaires" qui sont, en fait dévastateurs.

Quel sera le prochain médicament incriminé ? 

 

Les médecins ont aussi souvent, l'ordonnance et la prescription faciles : ils se soumettent aux lobbies des laboratoires qui vendent leurs substances à prix d'or.

Le scandale du Mediator met en évidence le règne de l'argent, la corruption qui gangrène l'industrie pharmaceutique.

Après un tel scandale, peut-on encore avoir confiance dans les médicaments ?

Honte à ceux qui profitent de cette manne au mépris de la santé des patients !

 

 

 

 

Après le scandale du Mediator, peut-on encore avoir confiance dans les médicaments ?
Partager cet article
Repost1
9 octobre 2019 3 09 /10 /octobre /2019 11:58
Le business des croquettes...

 

 

Propriétaires de chats et de chiens, vous croyez bien nourrir vos animaux avec des croquettes ? Détrompez-vous ! Ces croquettes  payés à prix d'or sont souvent dangereuses et néfastes. C'est une nourriture industrielle dont les effets peuvent être dévastateurs.

Un reportage diffusé sur France 5 analyse le business des croquettes... et voici ce qu'on découvre :

 

 

En France, une famille sur deux possède un animal de compagnie, un record en Europe... de quoi aiguiser l'appétit de bien des fabricants de croquettes pour chats et chiens.

Des emballages soignés, des produits variés : le premium ou haut de gamme se développe de plus en plus. Les gens veulent donner le meilleur à leur animal.

 

L'enjeu est colossal : le rayon animalerie est le deuxième rayon de l'épicerie...

L'offre est pléthorique : du bio, du light, des saveurs insolites à la truite, au lapin, et même des produits très étudiés que l'on dirait tout droit sortis d'un cabinet de vétérinaire.

 

Les emballages permettent d'attirer les clients : les fabricants vantent l'idée de vitalité, des produits sains, naturels, du plaisir.

Ce sont pourtant des produits industriels. Deux géants se partagent le marché : le suisse Nestlé et l'américain Mars. L'an dernier, en France, le chiffre d'affaires du secteur a atteint 3,4 milliards d'euros !

 

Mais quelle est la composition exacte de ces croquettes ?

On y trouve parfois des sous-produits animaux, c'est à dire des restes des abattoirs : les bas morceaux et les carcasses, des foies, des coeurs, des croupions...

Cette marchandise est peu chère. En fait, une entreprise familiale en Normandie à 60 km de Caen est la seule à utiliser ces restes de viandes fraîches.

Dans la plupart des croquettes, on ne trouve pas des morceaux de viandes, mais des protéines animales transformées : les carcasses sont broyées, cuites, séchées, réduites en poudre pour obtenir des farines animales.

Sabots, cornes, peaux, poils, laine entrent dans la composition de ces farines. Pas de muscle, aucun morceau noble...

De plus, des céréales sont utilisées : un mélange de blé, de maïs et de riz. L'amidon sert de colle pour agglomérer les ingrédients.

Les céréales sont encore moins chères que la viande : les fabricants n'hésitent donc pas à forcer la dose.

Mais ces céréales peuvent être très dangereuses pour les animaux, elles peuvent développer des mycotoxines, des moisissures qui ont des conséquences sur la santé des chats et des chiens... démangeaisons, système immunitaire affaibli, problèmes de reproduction, petits mal formés, non viables...

 

De plus, les céréales contiennent des glucides : les chiens et les chats sont des carnivores et n'ont pas besoin de glucides, ils n'ont pas l'anatomie pour absorber des céréales en grande quantité.

Ainsi, certains animaux souffrent de diabète... En France, 27% des chats, 40% des chiens sont obèses. D'autres développent des dermatites.

Les glucides ne sont même pas clairement indiqués sur l'emballage des produits.

 

Ainsi, même nos animaux domestiques sont victimes de l'industrie agro-alimentaire...

 

 

 

 

 

Le business des croquettes...
Partager cet article
Repost0
18 septembre 2019 3 18 /09 /septembre /2019 09:56
Aimez-vous les clubs de gym ?

 

 

De plus en plus de gens prennent des abonnements dans des salles de sport : curieuse évolution !

Mais comment peut-on s'enfermer dans un lieu clos pour se livrer à une activité physique ?

 

Rien ne vaut le sport en plein air : marcher, courir dans la nature, dans un parc...

 

Il est vrai que de nos jours, les gens sont de plus en plus sédentaires : assis au bureau, assis devant l'ordinateur, assis devant la télévision, assis en voiture.

Alors certains se mettent en quête de salles de sport pour compenser cette sédentarité...

 

Mais quelle aberration ! Payer pour faire du sport ? Et en plus, les prix sont souvent excessifs.

L'essentiel est de bouger, de s'aérer... On peut le faire chez soi, à l'extérieur, dans un jardin, un parc.

 

Nul besoin de tous ces appareils que l'on trouve dans les clubs de gym. Nul besoin de transpirer à outrance avec ces instruments de torture...

Dans les salles de sport, on voit des gens confinés courir sur des tapis roulants, soulever des poids, souffrir sur des rameurs... On vit dans une société du culte du corps et de la performance...

On voit bien que tout cela n'est pas naturel.

 

Notre société de consommation effrénée s'est engouffrée dans ce créneau du sport intensif : on vend des séances de sport, alors que chacun peut se livrer à une activité physique gratuitement.

Désormais tout se vend, tout s'achète.

 

Les clubs de sport se multiplient, se spécialisent même : pour les enfants, pour les femmes, pour les hommes... Tous les moyens sont bons pour attirer de nouveaux clients.

 

On vit dans une société où beaucoup de gens ne savent plus se prendre en charge : il est si simple de marcher, de bouger, de faire de la gym chez soi.

Pourquoi avoir recours à un club de gym ?

 

 

 

 

Un reportage sur les clubs de gym :

 

https://www.francetvinfo.fr/societe/tendance-la-bataille-des-salles-de-sport-fait-rage-en-septembre_3607505.html

Aimez-vous les clubs de gym ?
Partager cet article
Repost0