Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2018 1 26 /02 /février /2018 08:53
En France, on meurt encore de froid...

 

 

En France, à notre époque, au XXIème siècle, on meurt encore de froid...

Est-ce possible ? Est-ce concevable ?

Alors que tant d'appartements, tant de maisons, tant de locaux restent inoccupés, des gens privés de logement risquent de perdre la santé et la vie, meurtris par le froid.

 

Un sans-abri de 35 ans a été ainsi retrouvé mort dimanche matin par deux autres SDF, probablement en raison du froid, à Valence où le thermomètre est descendu jusqu'à - 3 degrés dans la nuit.

Ce mort passe presque inaperçu dans les journaux : pudiquement, on ferme les yeux devant ce fait inacceptable dans une société moderne et civilisée.

Pudiquement, on préfère occulter ce qui dérange notre petit confort.

A peine un petit entrefilet publié sur le journal Le Point...

Quelques mots qui énoncent les faits, comme si c'était chose banale et ordinaire...

 

Alors que le plan Grand froid a été activé, alors que la France connaît une vague de froid polaire, venu de Moscou, des hommes, des femmes, des enfants  restent encore démunis et abandonnés, face aux morsures de l'hiver.

Comment résister à ce froid intense accentué par un vent du Nord ?

Comment se protéger d'un froid si  terrible quand on vit dans la rue ?

 

Comme chaque année, des SDF sont victimes des rigueurs de l'hiver.

Comme chaque année, le problème se pose toujours plus aigu et terrible.

 

Certains vont jusqu'à dire que de nombreux SDF refusent des hébergements...

Mais pourquoi les refusent-ils si ce n'est parce que la promiscuité rend ces logements invivables ?

Il faut revoir la politique d'hébergement, offrir la possibilité à chacun d'être en chambre individuelle et de pouvoir passer des nuits tranquilles et sereines.

 

Un homme de 35 ans est mort, une vie sacrifiée dans l' indifférence générale.

Un homme jeune a perdu la vie à cause de l'individualisme qui caractérise nos sociétés.

Vendredi dernier, c'était un homme de 62 ans logé dans une cabane qui était retrouvé mort dans les Yvelines.

 

Et bien sûr, il est probable que la liste des victimes du froid va encore s'alourdir.

Dans la rue, les SDF fragilisés par la précarité ont une espérance de vie de 49 ans en moyenne : et le froid n'est pas le seul responsable... violence, maladie, agression, accident, détresse...

 

 

 

 

 

En France, on meurt encore de froid...
Partager cet article
Repost0
28 décembre 2017 4 28 /12 /décembre /2017 10:22
Cachez ce pauvre !

 

 

Cachez ce pauvre que je ne saurais voir... La pauvreté n'a pas la cote, elle se doit d'être masquée, oubliée.

La Fondation Abbé Pierre dénonce une nouvelle fois les installations anti-SDF qui se sont généralisées en France ces dernières années...

 

Alors que le nombre de pauvres ne cesse de croître, on veut les empêcher de vivre même dans la rue.

Des pics en béton, des mobiliers inclinés, des jets d'eau froide qui se déclenchent au moindre mouvement, tout est bon pour faire fuir les sans-abri...

Il est vrai que dans nos sociétés d'abondance, on a du mal à concevoir tant de misères.

 

On éprouve comme un malaise quand on aperçoit au détour d'une rue un de ces êtres qui n'a presque plus d'apparence humaine : posé sur un trottoir, dans une attitude soumise, l'air abattu...

On se demande comment tant de détresses sont possibles, alors que nous vivons dans une société de consommation effrénée.

 

En cette période de Noël, nos supermarchés regorgent de nourriture, les rayons des foies gras débordent, les bûches colorées s'alignent sur les étals, déclinant toutes les formes, toutes les saveurs possibles et imaginables... Bûches glacées, bûches pâtissières, bûches rouges, vertes, jaunes... C'est un délire et une débauche de crèmes fouettées, de chantilly, de délices de chocolats...

Des verrines, des amuse-bouches, des macarons, des gougères de toutes sortes, des volailles en veux-tu en voilà, des poulardes dodues, des chapons, des oies... Des vins de toutes sortes, Sauternes, Champagne, Bordeaux... Un débordement de luxe inouï...

 

Comment de telles fractures sont-elles possibles ?

 

Le gouvernement s'apprête à augmenter la CSG, le prix du gasoil, celui du gaz, une façon de ponctionner les catégories les plus modestes, de créer encore plus de pauvres...

Où est la promesse d'accroissement du pouvoir d'achat, alors que les prix flambent ?

 

Le fossé ne cesse de se creuser entre les plus riches et les plus pauvres.

D'un côté, des nantis qui sont gavés de privilèges, de l'autre, des crève-la-faim, des misérables.

Des misérables, comme on l'était au XIX ème siècle, du temps de Victor Hugo...

 

Sommes-nous nous donc voués à un monde de régressions et d'injustices ?

Quand les hommes politiques prendront-ils vraiment conscience des difficultés que vivent les gens de peu ?

Quand prendront-ils des mesures pour éradiquer la pauvreté dans un monde où tant de richesses sont disponibles ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Cachez ce pauvre !
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2017 6 02 /12 /décembre /2017 10:51
La neige !

 

 

 

En ce début du mois de Décembre, la neige est déjà arrivée sur de nombreuses régions : aussitôt, tout le monde se réjouit, les vacances de Noël approchent, les stations de ski se préparent à recevoir des touristes...

La neige ! Et aussitôt, on reçoit des annonces publicitaires :

"Vous êtes au courant ? La neige est arrivée dans nos stations !"

 

On comprend que des enfants puissent se réjouir de l'apparition de la neige, mais ce délire autour de la neige me paraît bien excessif.

Il s'agit de promouvoir les stations de ski, d'inciter les gens à opérer une migration massive vers les chaînes de montagne.

 

Mais, la neige signe surtout l'arrivée de l'hiver, des températures en baisse, des difficultés pour circuler, du verglas, des intempéries...

Pourquoi tant d'engouement pour la neige ?

C'est que nous sommes dans une société où le divertissement, les vacances, le plaisir l'emportent sur toute autre considération. La neige ? Une bonne nouvelle ? Pour les skieurs et les amateurs de glisse, sans doute...

 

Mais qu'en est-il des SDF ? De ceux qui ont des difficultés à se chauffer ? Qu'en est-il des pauvres ? Dès qu'arrivent les grands froids, les plus démunis souffrent et risquent leur vie dans la rue.

 

Comment peut-on se réjouir de l'arrivée de la neige, alors que tant de gens sont privés de logement, et ne peuvent se protéger du froid ?

La neige, c'est pour les riches, les très riches, ceux qui peuvent se payer des vacances au sport d'hiver. La neige est devenue un luxe réservé à une élite qui se délecte des plaisirs de la glisse. 

 

Mais combien de miséreux voit-on sur nos trottoirs, qui, dès l'arrivée des grands froids, subissent les rigueurs de l'hiver ? Combien d'entre eux survivront à cette épreuve ?

Nos sociétés d'abondance ne sont même pas capables d'offrir un toit à ces exclus de la société.

 

Noël approche, les magasins regorgent de marchandises, les victuailles s'entassent dans les rayons, la grande course aux achats a commencé.

Partout, c'est une profusion de produits qui s'offrent aux regards, c'est une débauche de friandises qui attirent les clients.

 

Mais, dans la rue, des exclus de l'abondance connaissent les pires douleurs et les pires angoisses.

 

 

 

 

 

Photos : Pixabay

La neige !
Partager cet article
Repost0
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 14:20
Un pauvre dans la ville...

 

 

C'est l'été finissant... Tout le monde se hâte dans la rue et vaque à ses occupations : courses, balades, lèche-vitrines.

L'air est léger, une ambiance de vacances, encore...

Je fais partie de ces passants qui profitent de ces derniers jours de l'été pour déambuler dans la ville et me rendre dans une librairie afin de choisir quelques livres.

Beaucoup de monde dans les rues, aux terrasses des cafés... on sent une joie de vivre, un besoin de goûter cette après-midi d'été, et de se détendre.

J'approche enfin de mon but : la librairie...

 

Et soudain, une vision étrange sur le trottoir : un être est assis sur le sol, la tête en bas, comme terrassé par la misère, le désarroi le plus total.

Un SDF est là, installé sur le trottoir, adossé à un caddie rempli de sacs en plastique...

Qu'a-t-il encore d'humain ?

Plus d'expression, plus de visage, plus de regard, il a l'air de dormir et de s'effacer peu à peu.

Ses jambes à demi dénudées dans son bermuda laissent voir des ulcères rougeâtres, ses pieds chaussés de sandales ne sont plus ceux d'un humain : les ongles démesurément longs et sales font penser à ceux d'un animal.

Il semble ne plus faire partie de notre monde...

 

Les gens passent, indifférents, pressés, gênés.

La vision est dérangeante : comment ne le serait-elle pas ?

C'est la confrontation de deux mondes parallèles qui s'ignorent.

Je n'ose même pas, moi aussi, le déranger, alors qu'il semble dormir.

Et je me rends dans la librairie où je passe un long moment à choisir des livres.

 

De retour dans la rue, le pauvre est toujours là : il s'est réveillé et je vois qu'il tient, dans ses grosses mains quelques menues piécettes.

Je dépose, alors, dans le creux de sa main une pièce de deux euros.

Soudain, le pauvre se redresse, me regarde, retrouve son humanité et prononce bien distinctement ces mots : "Dieu vous le rendra..."

Soudain, une voix bien distincte, un regard, un visage, une envie de communiquer, de partager...

 

J'ai vraiment l'impression d'être retournée au Moyen Age, dans un monde où règnent des inégalités criantes, la misère la plus totale.

J'ai vraiment l'impression d'être devant une scène qui appartient à une autre époque...

 

Plus loin, je suis soudain interpellée par un policier qui me demande de passer sur le trottoir d'en face, car un tournage a lieu dans la ville.

Effectivement, j'aperçois une caméra qui filme en travelling des monuments : toute une équipe de tournage s'affaire et les badauds observent de loin ce spectacle.

Me voici passée soudain du Moyen Age au XXI ème siècle...

Me voici revenue à une autre réalité de notre monde.

On tourne un film dans la ville : la modernité est là, palpable, évidente...

 

Et pourtant, je viens de vivre une scène digne d'une époque lointaine, une scène d'une grande violence...

Toute la misère du monde dans un seul être... et tout autour, un gouffre d'indifférence et d'insouciance...

 

 

 

 

 

 

Un pauvre dans la ville...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/