Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 17:17

 

ordinateur-internet

J'ai publié, récemment, un article sur la confiture, les images qu'elle évoque, l'art de la confectionner, l'étymologie du mot, ses origines...

 

Et, rapidement, les publicités sur la plateforme overblog se sont adaptées au sujet de cet article : trois publicités sont venues s'afficher, la première en haut : Mini pots confiture, ici... La deuxième : Créez gratuitement vos étiquettes à confiture... Et la dernière : Tu veux cuisiner comme un chef à la maison ? Clique ici pour gagner le Thermomix !

Des images colorées de fruits accompagnent les messages, un gros gâteau au chocolat se dessine, entouré de toques de chef-cuisinier...


Incroyable ! Désormais, la publicité est partout, et elle se conforme aux sujets traités sur internet....

Est-ce que des robots sont, ainsi, chargés d'illustrer les articles de messages publicitaires, en relation avec les thèmes traités, sur telle ou telle page ?

 

On a l'impression d'être, sans cesse, ciblé, pisté par la publicité !

Souvent, on a tendance à minimiser l'influence du phénomène, mais, sur internet, il suffit de cliquer sur un lien, pour se laisser tenter par tel ou tel produit...

 

On donne, même, l'illusion à l'acheteur potentiel qu'il va pouvoir gagner facilement un produit ou qu'il va pouvoir l'acquérir gratuitement.

L'essentiel est d'attirer le chaland, de l'appâter, par n'importe quel moyen de séduction...

Ces publicités sont, en plus, évolutives, elles changent : soudain, on voit apparaître une nouvelle fenêtre : une machine à faire des gaufrettes nous est proposée... Des recettes de cuisine gourmandes et délicieuses sont, aussi, présentées.

 

L'article est cerné, encerclé de publicités : comment y échapper ? 

Sur internet, on peut toujours télécharger l'application gratuite, Adblock, qui permet de bloquer toutes les publicités....

 

Mais par ailleurs, les publicités envahissent nos rues, nos écrans de télévision, les lieux mêmes de vente, les magasins...

 

Sur internet, on reçoit aussi  de nombreux mails publicitaires, aux titres aguicheurs : le deuxième produit à moins 50 %, soldes, réductions etc.

 

Internet devient le lieu de tous les pièges : il m'est arrivé de recevoir des mails frauduleux avec usurpation d'identité : de faux mails provenant de mon fournisseur d'accès internet, qui réclamait mes coordonnées bancaires... Parfois même, il était question de me rembourser un trop plein perçu en échange de mes coordonnées...

 

Internet se transforme en un réseau de duperies et d'artifices : nous sommes entourés d'embûches et d'embuscades de toutes sortes : il faut nous en prémunir et ne pas tomber dans ces leurres qui n'ont qu'un but : nous soutirer de l'argent...

 

Certains achats, sur internet, deviennent périlleux, car des réseaux se mettent en place, pour abuser les internautes : dans tous les cas, il faut rester vigilant !

 

 

 

Confiture-Kou07kou.JPG

 

 

confiture Arnaud25

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar - dans publicité société
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 17:51

supermarche-3.jpg

 

 

Les temples de la consommation se renouvellent, sans cesse : nouvelles boutiques, nouveaux lieux voués à la consommation de masse, magasins où le bon marché côtoie l'absence de qualité...

 

Les espaces s'agrandissent : escalators géants, toilettes spacieuses à la pointe de la modernité, robinets lumineux, dont il suffit de toucher le faisceau pour voir l'eau s'écouler, grands miroirs, lumières éblouissantes.

 

En une année, ces espaces se modifient considérablement : certaines enseignes disparaissent, d'autres voient le jour...

 

Tout devient gigantesque et monumental : l'homme finit par se perdre, dans ces espaces.

 

Les magasins de plus en plus impersonnels, bombardés de lumière avec d'immenses miroirs perdent de leur intimité.

La lumière criarde, les espaces agrandis donnent l'impression d'un univers de plus en plus artificiel.

 

Certaines boutiques de prêt à porter s'attachent à vendre des produits clinquants dont la qualité est ordinaire, voire douteuse : paillettes, brillants sont à la mode...

Tout est fait, pour attirer le regard... tout est fait, pour évoluer très vite.

 

Les gens sont, comme happés, par ces lieux : pourtant, leur gigantisme en devient effrayant, tout est démesuré, excessif, de quoi emporter le client dans un tourbillon de tentations diverses.

 

Commerces, restaurants sont destinés à faire en sorte que les clients passent de plus en plus de temps, dans ces centres.

Partout, sont installés des fauteuils confortables, afin de retenir les consommateurs : on peut passer une journée complète dans un centre commercial, faire ses courses, se restaurer, se détendre, si tant est que cela soit possible, dans le bruit et le vacarme qui envahissent ces espaces...

 

La démesure de ces lieux est inquiétante, troublante, même : on s'y sent mal à l'aise, dans un univers de plus en plus factice.

 

Le nombre de boutiques, leur variété se multiplient, et certaines vendeuses semblent attendre éternellement et désespérément des clients, alors que d'autres magasins regorgent d'une clientèle avide de produits bon marché.

 

Les centres commerciaux n'ont plus, parfois, de dimensions humaines : tout est dans l'excès, lumières, musique, espaces où l'on se perd.

 

Comment ne pas voir que ces centres risquent de rebuter la clientèle ? Tant de démesure dérange, et certains commerçants risquent de ne pas y trouver leurs comptes...

 

Cette course effrénée vers le gigantisme s'accélère : chaque année, les hypermarchés gagnent du terrain, dans la périphérie des villes, empiétant, inexorablement, sur les espaces, encore préservés, dédiés à la nature...

 

 

 

centre-commercial-2.jpg

 

 

centre commercial

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 17:58

Photo1926

 

 

"En France, 75 000 femmes sont violées chaque année, en moyenne, une, toutes les huit minutes. Ce chiffre est loin de refléter la réalité, car il ne comptabilise ni les mineures, ni les femmes qui n'ont jamais déclaré le viol qu'elles ont subi. On estime, en effet, que seulement 10% des victimes portent plainte..."

 

On est atterré par ces chiffres : ces actes de viol se produisent dans notre pays, près de nous.

 

Un reportage diffusé sur France 2, dans la série Infrarouge, nous livre le témoignage de plusieurs femmes, victimes de viol : ces récits sont poignants, destabilisants.

Ces femmes violentées ont subi le pire, la peur de mourir, le mépris, les menaces avec arme, la négation de leur personne.

 

Comment de tels faits peuvent-ils se produire en France ?? Comment le viol peut-il devenir, dans notre pays, presque une banalité ?

 

La femme violée n'est plus considérée comme un être humain, mais comme une chose, un objet de plaisirs pour l'homme.

 

Soumise à la volonté d'un inconnu, parfois même d'un père violent, ou d'un mari, la femme menacée est contrainte de subir cette "punition", c'est ,là, le terme employé par une des victimes.

 

Menaces de mort, gestes violents, désarroi, angoisse, tel est le vécu de ces femmes, parfois des enfants, des jeunes filles.

 

Le viol conjugal est évoqué, car il existe aussi : il n'y a pas si longtemps, le devoir conjugal était invoqué pour justifier ces viols... Mais il s'agit bien de violences intolérables, avec des coups ou des menaces.

 

Face au viol, hélas, souvent, les témoins ne réagissent pas : peur, inconscience, refus de voir la réalité, indifférence...

 

Un clip contre le viol et la non assistance vient d'être diffusé : il met mal à l'aise, car on voit les témoins assister à un viol et laisser faire, regarder, gênés, la scène...

Intitulé "Je suis à l'heure", ce clip, sans montrer le viol en lui-même, nous fait entendre la bande-son de ce viol.

 

La France, pays du viol ? On a du mal à l'imaginer ! Et pourtant, c'est bien, là, une réalité dont on parle peu, trop peu...

 

"Ce sont des choses qui arrivent", tels sont les propos du père d'une victime violée par son mari !

Oui, ce sont des choses qui arrivent, et même dans un pays comme la France !

La peur, la honte empêchent, encore, nombre de victimes de témoigner, de dire leur désarroi et leur angoisse !

 

Dernier fait troublant et non des moindres : en France, une femme qui avait tué son mari en 2012 après plusieurs dizaines d'années d'un enfer conjugal, émaillé de coups et d'abus sexuels de ses propres filles, a été condamnée, mardi dernier, à 10 années de réclusion par la cour d'assises du Loiret. La justice en vient à punir une femme victime de violences répétées !

 

Mais, dans quel pays vivons-nous ?

 

 

A voir l'émission de France 2, un article du Point et le clip vidéo :

 

http://www.france2.fr/emissions/inf...

 

http://www.lepoint.fr/societe/une-f...

http://www.lexpress.fr/actualite/so...

 

 

 

silence-copie-1.jpg

 



Repost 0
Published by rosemar - dans société femmes
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 17:08

robots

 

Insidieusement et progressivement, les machines prennent de plus en plus de places dans le monde moderne, elles supplantent l'homme, dans de nombreux domaines....

Serveurs vocaux, distributeurs de boissons, de nourriture, caisses automatiques, péages autoroutiers, pompes à essence automatisées, distributeurs de billets à la SNCF...

 

L'homme d'aujourd'hui est, sans cesse, confronté à des machines : les serveurs vocaux se multiplient dans l'administration : pour le moindre renseignement, on tombe sur une boîte vocale et on éprouve, parfois, des difficultés, quand il faut taper le bon numéro, pour trouver une réponse aux questions que l'on peut se poser.

 

L'achat de billets SNCF se fait désormais grâce à des machines : là encore, mieux vaut éviter les erreurs de réservation car les billets ne sont pas toujours remboursables...

Comment échapper à ce monde des machines ? Elles remplacent les humains dans de nombreux secteurs, elles les libèrent de gestes, parfois, répétitifs, mais elles créent ,aussi, inéluctablement, du chômage.

 

Avec les progrès de la robotique, on verra, bientôt, apparaître des voitures sans chauffeur, des autocars et des trains automatiques, peut-être même des avions.

Les chauffeurs de taxis, actuellement en concurrence avec les VTC sont-ils amenés à disparaître ?

 

De nombreux métiers risquent, ainsi, d'être impactés et affectés par toutes ces innovations technologiques.

Si les machines facilitent le travail des hommes, elles ont, aussi, des conséquences sur notre vie quotidienne, et sur les activités humaines.

Certaines machines sont incontestablement utiles, mais il ne faudrait pas qu'elles remplacent complètement les hommes : un monde automatisé à l'excès peut devenir inhumain et difficile à vivre.

 

Face à ces multiples mutations, il faudrait imaginer des solutions : il paraîtrait raisonnable d'envisager un partage du travail, dans les secteurs où les tâches sont trop lourdes...

Ainsi, les professeurs de français sont accablés de travail : préparation des cours, corrections des copies très pesantes, classes surchargées : pourquoi ne pas partager ce surcroît de travail ? On pourrait dire que cette solution coûterait trop cher à la collectivité : mais, en fait, on gagnerait en efficacité, car l'enseignement serait plus performant.

 

Il faut absolument rétablir des équilibres qui ont été perdus : le chômage est galopant, alors que certains salariés sont saturés de travail.

 

Des deux côtés, la dépression nous guette : burn out, désespérance, nos sociétés nous conduisent au pire.... vers des extrémités dangereuses et néfastes !

Quel est ce monde déséquilibré, absurde dans lequel nous sommes contraints de vivre ?

 

Il faut aussi rééquilibrer et modérer nos consommations : gaspillages, excès font partie de nos habitudes : ainsi, nos besoins en argent seraient régulés, nous pourrions travailler moins et partager ce travail qui devient si précieux.

 

Notre monde est bien celui de tous les déséquilibres, de tous les excès : il faut les refuser, accepter le partage, la modération.

Méden agan : rien de trop ! c'est, là, un proverbe grec à méditer ! Nous ne savons plus vivre dans l'harmonie, la simplicité, la juste mesure : nous perdons, même, le sens de la vraie vie.

 

Entourés de machines en tous genres, nous ne voyons plus l'essentiel : la nature, les plaisirs ordinaires, le monde qui nous entoure...

 

 

 

robot-re.jpg

 

 

 

robot reut

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar - dans société robots
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 17:31

Photo1836.jpg

 

La France serait-elle en train de devenir le pays du laxisme, du laisser-aller, du laisser-faire ?

 

Certains faits tendent à le prouver : dans les établissements scolaires, les bavardages s'installent, les élèves se croient autorisés à parler en classe, comme s'ils étaient chez eux, devant un poste de télévision... Les punitions ne les effraient guère et ils récidivent, parfois, envers et contre tout... Certains arrivent en classe sans leurs affaires et ne s'en excusent même pas.

 

Difficile d'exclure systématiquement des élèves d'un cours : les enseignants pratiquent une gradation dans les sanctions : avertissement sur le carnet, travail supplémentaire, heures de colle...

 

Quand toutes ces punitions ont été épuisées, que faire ? Des signalements répétées à la vie scolaire, par exemple... Mais, dans tous les cas, un élève ne peut être exclu, de manière systématique, des cours.

 

Les classes chargées ne permettent même pas d'isoler les élèves bavards et indisciplinés : les salles de classe sont pleines à craquer.

 

Le métier d'enseignant devient, ainsi, de plus en plus difficile : d'ailleurs un certain nombre d'entre eux abandonnent cette profession et le ministère peine à trouver des candidats pour les concours de l'éducation.

 

Il faudrait, sans doute, que soient instaurées des règles plus sévères : exclusions possibles et renouvelées des élèves qui perturbent les cours...

 

Un autre exemple est troublant, tout de même : un de mes cousins qui travaille en Algérie constate la politesse extrême des algériens dans leur pays : courtois, efficaces, ils font preuve d'un grand sens du savoir-vivre.

 

Ce cousin prend souvent l'avion pour se rendre en Algérie et il côtoie, alors, à l'aéroport, des algériens qui vivent en France et qui se rendent régulièrement dans leur pays d'origine...

Le comportement de ces algériens est souvent, à l'inverse, indigne : ils bousculent les autres passagers, leur passent devant, parlent en utilisant des mots grossiers et vulgaires, se vantent même parfois, de frauder la sécurité sociale ! 

Des gens qui braillent, qui s'imposent aux autres, les méprisent et qui, en plus, font assaut de vulgarité !

Des gens qui se vautrent dans une forme de mépris des réglements, qui crient, qui vitupèrent !

 

Mon cousin qui fait régulièrement les voyages vers l'Algérie est atterré devant ce constat : la France devient un pays où tout est permis, où certains peuvent venir profiter d'avantages intéressants, de prestations confortables, sans même, parfois, y avoir droit !

 

La France est une terre d'accueil et l'a toujours été et c'est bien mais on ne peut, dans un pays en crise, admettre des fraudes, du mépris pour les institutions...

 

Les enseignants sont respectables, ils font un métier de plus en plus ingrat, les citoyens qui paient leurs impôts et leurs cotisations sont tout aussi respectables.

 

On ne peut admettre que les enseignants et les citoyens que nous sommes aient à subir le mépris, l'impolitesse, le sans-gêne des autres.

Toute société doit être régie par des règles strictes, sinon le citoyen honnête est amené à en pâtir gravement !

 

Dans un monde en crise, on ne peut tolérer que certains méprisent les réglements et les lois : beaucoup de gens ont des difficultés pour boucler leur fin de mois, pour vivre, pour trouver du travail... certains enseignants ont des difficultés et souffrent de ce laxisme ambiant.

 

Il serait temps de remettre à l'honneur ces valeurs essentielles : le respect, l'honnêteté, le travail, la politesse, le savoir-vivre en société...

 

 

Photo1849.jpg

 

 

Photo1864.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : rosemar



Repost 0
Published by rosemar - dans société
commenter cet article
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 16:58

 

 Aurelie-Filippetti-et-Arnaud-Montebourg-copie-1.jpg



Chacun souhaite préserver sa vie privée : c'est du moins l'impression que l'on a... En tant qu'enseignante, exposée souvent, au regard des élèves, je tiens particulièrement à ce que ma vie privée soit protégée.

 

Pourtant, on assiste, ces derniers temps, à une divulgation inquiétante de faits intimes qui concernent des personnalités, des hommes et des femmes politiques : il semble que ces gens soient prêts à toutes les révélations concernant les aspects personnels de leur vie...

 

On a assisté au déballage de la vie privée de François Hollande, "grâce" à la publication du livre de son ex-compagne, Valérie Trierweiler : un succès d'édition sans précédent, les français étant apparemment friands de ces récits d'alcôve, d'une qualité douteuse.

 

Ces jours-ci, on apprend une liaison entre Aurélie Filipetti et Arnaud Montebourg : des photos de leur "idylle" ont été publiées dans Paris Match : loin d'apparaître comme des photos volées, ces clichés semblent révéler une forme de complaisance : le couple semble poser devant l'objectif.

 

La sacro-sainte vie privée paraît, ainsi, ne plus avoir de valeur : elle est, même, étalée aux yeux de tous, comme par un plaisir de se montrer, de paraître...

 

A l'heure du portable, des photos à outrance, certains se font les adeptes d'attitudes ostentatoires, inadaptées.

On vit à l'heure de la société du paraître, des selfies en tous genres...

 

Arnaud Montebourg n'est-il pas l'archétype du "m'as-tu vu " ? Un vrai professionnel du spectacle et des déclarations à l'emporte-pièce, un personnage qui vit plus dans les apparences, que dans l'action et l'efficacité.

 

Adepte du coup d'éclat, des effets de manche, Arnaud Montebourg est assez peu crédible dans ses protestations pour préserver sa vie privée : certes, comme tout homme politique, il a droit au respect de sa vie intime mais ne s'est-il pas, maintes fois, exposé lui-même ?

 

Toutes ces histoires privées n'ont, au fond, pas grand intérêt même si elles révèlent bien des personnalités avides de se montrer.

 

Il serait temps de revenir à l'essentiel : le quotidien des français, le chômage, les difficultés que rencontrent les gens.

On aimerait s'intéresser aux fondamentaux, à la politique économique, à ce qui peut permettre un véritable redressement productif du pays, pour reprendre la dénomination du ministère d' Arnaud Montebourg.

 

Oui, vraiment tous ces coups médiatiques sont orchestrés habilement par des gens qui aiment les caméras et leur propre image...

 

Ces gens sont tellement habitués aux objectifs des photographes qu'ils semblent prendre un malin plaisir à se mettre en scène...

 

Une fois evincés ou éloignés du pouvoir, ils semblent, encore, vouloir occuper le devant de la scène, à tout prix.

 

trierweiler

 

montebourg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by rosemar - dans société
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 18:18

aquilino-morelle 4

C'est ce que l'on pourrait appeler la loi des séries : après la publication du "livre" de Valérie Trierweiler qui s'attache à démontrer l'inhumanité du président de la République, son mépris des pauvres et des plus humbles, voilà que l'ancien conseiller de François Hollande, Aquilino Morelle tire à boulets rouges sur le président...

 

Ce personnage dénonce une "purification ethnique " au gouvernement ! Il apporte, à l'occasion, son soutien à Arnaud Montebourg, lui aussi, évincé du gouvernement, pour cause de contestation de la politique mené par le président...

 

Tout cela fait penser à une sorte de fronde organisée par tous ceux qui ont été bannis ou répudiés par le président de la République.

 

On apprend, aussi, que l'ancien ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg file le parfait amour avec Aurélie Filippetti, l'ex-ministre de la culture !

Cette dernière avait rallié les frondeurs et avait démissionné spontanément du gouvernement !

 

Autre affaire : la femme d' Aquilino Morelle, Laurence Engel, a été, elle même, pendant un certain temps, directrice de cabinet d'Aurélie Filippetti... Elle semble avoir été nommée à ce poste, grâce à l'intervention opportune de David Kessler, chargé de la culture et des médias à l'Elysée. 

 

Tout ce beau monde, après avoir côtoyé les arcanes du pouvoir, se détourne du président, et dénonce son action à la tête de l'état.

 

Les propos de Valérie Trierweiler, comme ceux d' Aquilino Morelle frisent l'indécence et le délire verbal : parler "d'épuration ethnique", en l'occurrence, paraît pour le moins démesuré...

 

Il semble que ces gens, attirés par le pouvoir, ne supportent pas d'en avoir été bannis, et d'avoir été exclus des privilèges qui leur avaient été accordés.

 

On assiste, ainsi, à une sorte de réaction en chaîne, comme un effet "boule de neige", tous ces bannis ne respectent plus rien et en viennent à des déclarations débridées, sans mesure...

 

Aquilino Morelle, ex-conseiller de Hollande à l'Elysée, critique sévèrement la politique économique du gouvernement en affirmant que ni Hollande, ni Valls, ni le nouveau ministre de l'Economie Emmanuel Macron ne parviendront à redresser la France. Aquilino Morelle va même plus loin, affirmant que la politique actuelle rendra la France dépendante de l'Allemagne. "Angela Merkel va nous traiter comme nous le méritons, comme des laquais", a-t-il déclaré.
 
Il convient de se poser cette question : comment nous traitait Angela Merkel, sous la gouvernance de Nicolas Sarkozy ? L'Allemagne toute puissante en matière d'économie gouverne l'Europe, et donne ses orientations depuis des années... 
 
Dans tous les cas, ces opposants au pouvoir, après avoir adulé son représentant semblent pris d'une sorte d'hystérie collective, tant les accusations portées par les uns et les autres sont, parfois, délirantes !
 
François Hollande, sous le feu de toutes ces critiques, aura fort à faire, pour redresser la situation : en fait, on le voit bien, beaucoup de ceux qui l'accusent des pires maux, "épuration ethnique" ou "mépris des plus pauvres" ont une vengeance à assouvir et ils ne paraissent plus crédibles, en raison de la virulence des propos adressés au président de la République...
Selon Aquilino Morelle, ces déclarations auraient été tenues en privé et n'étaient pas destinées à être publiées,  mais peu importe, elles reflètent un état d'esprit déplorable, une forme d'hybris et de démesure peu digne d'un responsable politique.
Aurelie-Filippetti-et-Arnaud-Montebourg
Repost 0
Published by rosemar - dans politique société
commenter cet article
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 16:08

najat-2.jpg

 

La rumeur est terrible : elle s'insinue, partout, sur internet, elle répand des ignominies, des fausses nouvelles, des propos, parfois, infamants et indignes.

 

Depuis qu'elle est au gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'éducation nationale est victime de nombreuses rumeurs. Ce sont, d'ailleurs, parfois, de pures insultes véhiculées par des médias, comme Agoravox : elle est décrite, dans un article paru, le 28 août, comme une "petite cruche arriviste", sans que l'auteur argumente, d'une quelconque façon, sur de telles accusations. Najat Vallaud-Belkacem apparaît même, dans cet article, comme une sorte de "cancer" qui nécessiterait une "désinfection" !

 

Ces propos sont une véritable insulte, une forme de diffamation inadmissible !

Comment peut-on diffuser de telles insanités ? Il faudrait veiller à ne pas laisser dire n'importe quoi ! 

 

Najat Vallaud-Belkacem a été, également, visée, ces jours-ci, par une rumeur diffusée sur les réseaux sociaux en rapport avec ses origines marocaines. 
Samedi, une fausse circulaire datant du 28 août a été émise sur Twitter. Le courrier adressé aux maires proposait, disait-on, "une heure hebdomadaire consacrée à la découverte de la langue arabe" en guise d'activité périscolaire prévue dans le cadre du réaménagement des rythmes scolaires. 
 
Ce document est, bien sûr, un faux, la signature de Najat Vallaud-Belkacem a été imitée et reproduite grâce à un scanner...
 
Une autre rumeur s'est répandue au début du mois de septembre, toujours en relation avec les origines de Najat Vallaud-Belkacem : son vrai nom serait "Claudine Dupont". Elle aurait abandonné son identité et aurait ainsi accéléré et favorisé sa carrière politique !                
 
Internet devient, parfois, le creuset de fausses rumeurs qui visent à déstabiliser, voire anéantir la réputation de personnes en vue.
 
De tels procédés sont indignes ! Les faussaires pullulent, de plus en plus, sur la toile !
 
Vive la liberté d'expression ! Mais, quand certains se permettent d'insulter, de dénigrer, de répandre de fausses accusations, la limite est atteinte.
 
Certains se livrent à des "jeux" dangereux : comment peut-on "s'amuser" ainsi ? Quand on diffuse des informations sur internet, qu'on prend la peine d'écrire, il faudrait veiller à un minimum de réflexion et de responsabilité !
 
La rumeur est une des pires choses qui soient : d'ailleurs, tout le monde peut en être, un jour, la victime et elle peut faire des ravages !
 
Assez d'irresponsabilités sur la toile ! Diffuser de fausses informations, diffamer quelqu'un, c'est se dégrader soi-même !
 
L'insulte gratuite, la diffamation sont du même ordre : elles découlent d'un manque total de réflexion et témoignent d'un mépris de l'humanité !
 
Quand la critique d'un gouvernement passe par des insultes proférées sans réflexion, par des rumeurs infondées, on peut se poser bien des questions sur la qualité de ceux qui émettent et diffusent de telles informations !
 
Manifestement, ils se discréditent eux-mêmes... 
 
S'il est salutaire de critiquer et de dénoncer, il faut le faire dans un certain respect de la vérité et de l'honnêteté, sinon, la critique se retourne, inéluctablement, contre celui ou celle qui l'a proférée...
najat 3



Repost 0
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 15:12

trierweiler-2.jpg

 

Voilà un mauvais livre qui promet de connaître un beau succès d'édition : on se l'arrache dans les librairies, c'est, bien sûr, le livre de Valérie Trierweiler, l'ex-compagne du président de la République.

 

Un livre qui joue sur la curiosité de chacun, sur les affaires privées des grands de ce monde, sur des histoires de coeur.

 

Mais qui peut avoir envie de s'intéresser à ce déballage, à ce qui se dit et se fait, en privé, dans un couple ?

 

Le fait que le principal intéressé soit le président de la République attire les foules avides d'histoires croustillantes, mais ce livre où Valérie Trierweiler règle ses comptes peut-il vraiment avoir valeur de témoignage ?

 

Rancoeur, vengeance, haine sont au coeur de cette publication : livre d'amour ou livre de haine ? Les deux, affirme Valérie Trierveiller, mais on voit bien que ce livre est, avant tout, dénonciateur et très critique à l'égard du président de la République.


Un homme froid, sans sentiment ? C'est ainsi que Valérie Trierweiler présente François Hollande. Comment cette femme intelligente a-t-elle pu se laisser attirer par un homme si effrayant ?

 

Comment a-t-elle pu accepter d'aimer un homme si peu aimant et si peu aimable ? N'apparaît-elle pas, dès lors, elle-même, comme l'archétype de la froideur, de l'indifférence ?

 

Etait-elle simplement attirée par les sphères du pouvoir ? Etait-elle une ambitieuse exacerbée au point d'apprécier un homme, sans élégance et sans galanterie ?

 

En écrivant ce livre, au fond, Valérie Trierveiller se révèle, sans doute, plus elle-même, qu'elle ne révèle François Hollande...

 

On voit, en elle, une ambitieuse, prête à tout accepter, pour accéder à une forme de notoriété et de reconnaissance, une femme prête à se venger de tout affront, prête à tout déballer, peut-être même à mentir, à falsifier la réalité...

 

Certains voient, en elle, plutôt, une femme de caractère qui n'hésite pas à donner coup pour coup, qui met en oeuvre une juste vengeance, qui réplique à un homme qui l'a trahie.

 

Apparemment, elle n'a pas froid aux yeux, elle n'a peur de rien mais "cafarder" comme elle le fait, est-ce une attitude digne d'une journaliste ?

 

Il faut bien le rappeler : Valérie Trierweiler n'avait pas hésité à séduire François Hollande, à l'éloigner de sa compagne Ségolène Royal.

Juste retour des choses d'ici bas ! Elle a, elle-même, été trompée, elle qui n' avait pas hésité à séduire un homme marié.

 

Désormais, il semble que tout le monde soit prêt à livrer à la curée un président qui se trouve déjà empêtré dans mille difficultés politiques : le chômage, la crise, le mécontement général...

 

Celle qui prétend l'avoir aimé participe, aussi, à cette curée : il faut sonner l'hallali pour terrasser l'ennemi ! 

Curieuse façon d'aimer !


trierweiler 6




Repost 0
Published by rosemar - dans politique société
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/