Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 09:44
Une nuit d'été à l'Estaque...

 



Une photo d'autrefois...


C'est la nuit, sur les quais de l'Estaque : on aperçoit, dans le lointain, un fanal, lumière vive qui transperce l'obscurité de la nuit...

Nous marchons sur le quai : ma soeur doit avoir une douzaine d'années, mon frère, quatre ans et moi, deux.

Ma soeur, revêtue d'une robe claire, maintient fermement le bras de mon frère, la mine rebelle, les cheveux blonds et bouclés...

L'air mutin, mon frère a manifestement envie de s'échapper... Un pas devant, je suis là, je montre ma frimousse ronde et je m'aventure à la découverte des mystères de la nuit.

Les yeux grands ouverts, j'explore les alentours, dans une attitude de grande curiosité.

Tandis que ma soeur et mon frère regardent l'objectif, j'inspecte le monde et je le découvre avec avidité....

Seuls mes frère et soeur posent pour la photo, alors que j'observe le paysage.

Bras en avant, poings fermés, je vais seule et je suis à l'affût du monde... La nuit est profonde : nous avons dû assister à quelque fête nocturne sur les quais du port de l'Estaque, soirée festive, joutes provençales.
Nos tenues sont estivales, et nous goûtons au plaisir d'une balade nocturne.

Mon frère débraillé manifeste des envies de liberté tandis que ma soeur le maintient solidement par le bras.

On sent la mer toute proche, les bateaux, le spectacle du port. On perçoit le bonheur de ce moment de détente : les senteurs de la mer, une obscurité bienveillante, la douceur de l'été...

On sent un air de liberté, un épanouissement, un apaisement, tous les plaisirs de l'été...

Un instantané de bonheur, au bord de la mer...


Nos trois silhouettes revêtues de tenues claires ressortent, sur le fond sombre de la nuit. 

Beau tableau de l'enfance, beau moment de loisir et de détente sur le port de l'Estaque...

Belle envie de liberté de mon frère... beau désir, de ma part, de découvrir le monde.

Et ma soeur essaie de contenir le galopin aux cheveux ébouriffés, aux vêtements en bataille, elle l'agrippe par le bras, le maintient contre vents et marées sous sa surveillance...

Prudente tout de même, je m'avance devant eux, avec de grands yeux étonnés et interrogateurs, comme si le monde me tendait les bras.









Photos : Pixabay et Christelle

Une nuit d'été à l'Estaque...
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 10:39
Pour dénoncer l'ignominie de la guerre...

 

 

 

La guerre : voilà un mot aux sonorités évocatrices de toutes les horreurs qu'elle génère...Des gutturales pleines d'âpretés viennent souligner l'atrocité des conflits qui ont traversé l'histoire, et qui persistent encore, dans nombre de pays...

Gutturale initiale, gutturales "r" redoublée, ce mot décrit la dureté des combats, la cruauté des adversaires qui s'opposent...

Une des plus cruelles fut, sans doute, la guerre de 14, celle qu'on appela "la grande guerre", celle qui vit, pour la première fois, l'apparition d'armes terribles, les gaz de combat qui annihilaient les soldats, infectaient, brûlaient et anéantissaient leurs poumons...

Une guerre qui a fait des millions de morts, des millions de mutilés, des millions de victimes, des jeunes gens, souvent...

Une guerre qu'on ne peut et qu'on ne doit pas oublier : nos grands parents ont connu cette guerre tragique, ils ont combattu dans les tranchées.
Une guerre dévastatrice, une guerre ignoble par toutes les atrocités et les destructions commises.

Une guerre dénoncée par de grands écrivains : on se souvient des pages écrites par Barbusse, Céline, Giono, des pages qui dénoncent un monde inhumain, où l'homme est transformé en girouette, en objet, et devient une marionnette...

Barbusse, dans Le Feu, met en évidence le désarroi des soldats face à des armes destructrices qui semblent s'animer, les objets personnifiés deviennent autonomes, et l'homme se trouve réduit à néant...


"Il y a quatre nuits qu’ils ont été tués ensemble... Nous étions de patrouille... Vers minuit, on est sorti de la tranchée, et on a rampé sur la descente, en ligne, à trois ou quatre pas les uns des autres et on est descendu ainsi très bas dans le ravin, jusqu’à voir, gisant devant nos yeux, le talus international. Des balles sifflaient autour de nous, mais elles nous ignoraient, ne nous cherchaient pas... L’un de nous s’est retourné, en bloc et son fourreau de baïonnette a sonné contre une pierre. Aussitôt une fusée a jailli en rugissant du boyau international. Alors une mitrailleuse placée de l’autre côté du ravin a balayé la zone où nous étions... J’ai vu quatre cadavres... Chacun d’eux contenait plusieurs blessures à côté l’une de l’autre, les trous des balles distants de quelques centimètres... Barque et Biquet sont troués au ventre, Eudoxe à la gorge... Lamuse a eu l’épaule droite hachée par plusieurs balles et le bras ne tient plus que par des lanières d’étoffe de la manche et des ficelles qu’on y a mises... Un nuage de pestilence commence à se balancer sur les restes de ces créatures avec lesquelles on a si étroitement vécu, si longtemps souffert."



Dans un extrait de son oeuvre, Le grand troupeau, Giono oppose, quant à lui, une nature bienveillante aux destructions de la guerre et la nature elle-même subit les affres des tourments de la guerre...


"Le jour est venu tout d'un coup. Le mont Kemmel fume de tous côtés comme une charbonnière. On est le long d'une route de saules : des saules déjà touchés de printemps ; des bourgeons de belle amitié qui s'ouvrent.
Les balles claquent dans les branches ; la peau d'herbe est toute blessée. L'étang doucement s'en va, on le voit s'en aller dans les trous et puis s'enfoncer dans la terre.
Des vols d'obus passent, s'abattent, sautent, arrachent des branches, rugissent sous la terre, se vautrent dans la boue, puis tournent comme des toupies et restent là. On creuse à la pelle de trou à trou. On a tout le temps dans les jambes cet étang qui veut s'en aller, et qui coule tantôt d'ici, tantôt de là, sans savoir. On le repousse, on le frappe, il revient, il geint. On le frappe à coups de pelle. Un obus se plante là tout près. On se couche sur l'étang et, tout de suite, il se met à lécher l'homme tout du long, des genoux à la figure avec sa langue froide.
Là-haut à trois cents mètres, on voit un moulin. Un peu à gauche, un petit tas de pierres. C'était un pigeonnier."



Dans le Voyage au bout de la nuit, Céline stigmatise, aussi, l'inhumanité de la guerre, la rage des hommes, quand ils se livrent des combats sans pitié.


"Le vent s'était levé, brutal, de chaque côté des talus, les peupliers mêlaient leurs rafales de feuilles aux petits bruits secs qui venaient de là-bas sur nous. Ces soldats inconnus nous rataient sans cesse, mais tout en nous entourant de mille morts, on s'en trouvait comme habillés. Je n'osais plus remuer.
Ce colonel c'était donc un monstre ! A présent, j'en étais assuré, pire qu'un chien, il n'imaginait pas son trépas ! Je conçus en même temps qu'il devait y en avoir beaucoup des comme lui dans notre armée, des braves, et puis tout autant sans doute dans l'armée d'en face. Qui savait combien ? Un, deux, plusieurs millions peut-être en tout ? Dés lors ma frousse devint panique. Avec des êtres semblables, cette imbécillité infernale pouvait continuer indéfiniment ...Pourquoi s'arrêteraient-ils ? Jamais, je n'avais senti plus implacable la sentence des hommes et des choses.
Serais-je donc le seul lâche sur la terre ? Pensais-je. Et avec quel effroi !...Perdu parmi deux millions de fous héroïques et déchaînés et armés jusqu'aux cheveux ? Avec casques, sans casques, sans chevaux, sur motos, hurlants, en auto, sifflants, tirailleurs, comploteurs, volants, à genoux, creusant, se défilant, caracolant dans les sentiers, pétaradant, enfermés sur la terre comme dans un cabanon, pour y tout détruire, Allemagne, France et Continents, tout ce qui respire, détruire, plus enragés que les chiens, adorant leur rage ( ce que les chiens ne font pas ), cent, mille fois plus enragés que mille chiens et tellement plus vicieux ! Nous étions jolis ! Décidément, je le concevais, je m'étais embarqué dans une croisade apocalyptique."


Enfin, Giono montre les ravages de la guerre dans l'esprit humain, les séquelles qu'elle laisse, de manière irréversible...

"Je ne peux pas oublier la guerre. Je le voudrais. Je passe des fois deux jours ou trois sans y penser et brusquement, je la revois, je la sens, je l’entends, je la subis encore. Et j’ai peur.... Vingt ans ont passé. Et depuis vingt ans, malgré la vie, les douleurs et les bonheurs, je ne me suis pas lavé de la guerre. L’horreur de ces quatre ans est toujours en moi. Je porte la marque. Tous les survivants portent la marque. J’ai été soldat de deuxième classe dans l’infanterie pendant quatre ans, dans des régiments de montagnards. Avec M. V., qui était mon capitaine, nous sommes à peu prés les seuls survivants de la 6ème compagnie. Nous avons fait les Eparges, Verdun-Vaux, Noyons-Saint-Quentin, le Chemin des Dames, l’attaque de Pinon, Chevrillon, le Kemmel. La 6ème compagnie a été remplie cent fois et cent fois d’hommes. La 6ème compagnie était un petit récipient de la 27ème division comme un boisseau à blé. Quand le boisseau était vide d’hommes, enfin quand il n’en restait plus que quelques-uns au fond, comme des grains collés dans les rainures, on le remplissait de nouveau avec des hommes frais. On ainsi rempli la 6ème compagnie cent fois et cent fois d’hommes. Et cent fois on est allé la vider sous la meule. Nous sommes de tout ça les derniers vivants, V. et moi."


Tous ces témoignages, tous ces récits nous montrent l'ignominie de la guerre : que les hommes prennent conscience de ces abominations, que les nouvelles générations méditent ces messages, afin que ce mot terrible "la guerre" puisse, un jour, disparaître et s'effacer des réalités du monde...

La guerre est la plus grande défaite de l'homme, elle anéantit les corps, les âmes, les esprits, elle détruit l'humanisme, elle s'attaque souvent, aussi, à des victimes civiles innocentes et fragiles, des enfants, des femmes, des vieillards...


 
Autres articles sur ce sujet :


http://rosemar.over-blog.com/article-la-guerre-la-plus-grande-defaite-de-l-homme-124985982.html

http://rosemar.over-blog.com/article-a-l-encontre-du-vieil-homere-123645631.html

 

http://rosemar.over-blog.com/article-quand-des-enfants-meurent-124194067.html

Pour dénoncer l'ignominie de la guerre...
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 08:40
Les secrets du cagibi...

 



Le cagibi est un lieu particulier, un peu mystérieux et secret, dans une maison : on y stocke toutes sortes d'objets, de l'outillage, des cordes, des fils, des lampes.

Le mot intrigue par ses sonorités étranges, sa voyelle "i" redondante, sa gutturale initiale tempérée par la chuintante "g" et la labiale "b", un capharnaüm de consonnes variées, aux effets divers.

Le cagibi sombre, obscur suscite l'inquiétude, la curiosité, une envie de découvertes...

Le cagibi de la maison de l'Estaque était un étroit couloir qui débouchait sur une excavation plus grande, il était situé sous l'unique escalier de l'habitation et il offrait sa part de mystères.

Sur des étagères, étaient entassés des outils de bricolage, des objets mis au rebut, de vieux tableaux, des morceaux de tapisseries, des rouleaux de ficelles, tout un bric-à-brac hétéroclite.

Le couloir minuscule ne laissait guère de place pour la circulation, il fallait se lover dans la pièce avec précaution, pour éviter les obstacles des étagères.

La demi-obscurité qui régnait dans ce lieu, mal éclairé créait une vague inquiétude et contribuait, aussi, à l'étrangeté de ce réduit.

Au fond, dans l'excavation, on pouvait admirer une ancienne machine à coudre, avec pédale, une de ces machines aux décors de bois somptueux, telles qu'on les fabriquait, autrefois.

C'était le "clou" du cagibi, on pouvait s'asseoir, faire tourner le roue, écouter le bruit de la machine, s'essayer, même, à piquer quelques points.

Cette vieille relique  était une véritable oeuvre d'art : autrefois très utilisée, elle était devenue un objet de vénération, conservée par ma mère comme un souvenir du temps passé.
Sur les bords, des tiroirs recélaient des aiguilles, du fil, des dés à coudre, des boutons de toutes les formes et de toutes les couleurs.
Le bois marqueté permettait d'admirer des motifs géométriques, les tiroirs étaient ornés de ferrures ouvragées.

Une singer ! Un luxe ! 

Rien à voir avec les machines modernes d'aujourd'hui, laquées de blanc, électriques, sans socle, objets assez impersonnels.
Les machines à coudre d'autrefois étaient de véritables meubles en bois, des objets décoratifs, pleins de charmes et de secrets...

La roue, la pédale faisaient de cet engin un objet mystérieux et fascinant, même si dans les derniers temps, la machine ne fonctionnait plus vraiment, on pouvait en admirer tous les détails.

Le métal de la machine était, aussi, orné de motifs étranges, de ramages ondoyants, de feuillages dorés.

A côté, sur le sol, était posée une boîte à couture en bois qui se dépliait et laissait découvrir d'autres trésors....

Une boîte en acajou vernis qui contenait, aussi, des rubans, des boutons-pressions, des épingles à nourrice, des fils de cotons, de la laine.

Le cagibi recélait toutes sortes d'objets, mais le plus intriguant, le plus attirant, le plus mystérieux était cette machine à coudre qui ressemblait à un meuble antique ouvragé...

Placée au fin fond du cagibi, la machine à coudre était un objet de curiosité et d'admiration, elle fascinait par ses dimensions, ses pouvoirs, sa grâce.

 

 

 

 

 

Les secrets du cagibi...
Les secrets du cagibi...
Les secrets du cagibi...
Partager cet article
Repost0
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 21:04
L'été on allait voir la mer...

 

 

Une chanson consacrée à la figure d'un père qu'on aurait dû mieux aimer, c'est, au fond, l'histoire de chacun d'entre nous...


Comment ne pas être sensible à la vérité de cette chanson  ? Souvent, on ne voit pas les êtres qui vivent à côté de nous, on n'y prête pas assez attention.


Le souvenir d'un père, "au vieux pardessus râpé", hante le poète : associé au verbe "aller", aux saisons contrastées que sont l'hiver et l'été, ce père est l'image d'un ouvrier qui travaille dur, pour gagner sa "graine", c'est bien l'image d'un gagne-petit, qui se léve dans le "petit matin frileux".

L'adjectif "frileux", associé au matin, dans un hypallage, suggère toute la rudesse de l'hiver et du monde du travail.


On perçoit une vie faite d'adversité et de dénuement : un seul jour de repos, le dimanche, des vacances qui se réduisent à "aller voir la mer".

On voit, aussi, le quotidien du personnage : un quotidien morne, "le même autobus de banlieue pris pendant des années", le retour du boulot et le silence dû à la fatigue, à un univers monotone... L'emploi de l'imparfait à valeur itérative, tout au long du texte, restitue cette monotonie : "il s'en allait, on allait voir la mer, il s'asseyait, on ne recevait, il rentrait, on connaissait la chanson, y'avait pas la télé, j'allais chercher."

Et même les dimanches sont faits d'ennuis, dans ce monde où les distractions sont limitées : "on ne recevait jamais personne".

"Les jours de paye" sont, ensuite évoqués, mais sont, aussi, l'occasion de soucis et de révoltes contre les "bourgeois, les patrons", contre celui qu'on appelle "le bon dieu".

Le poète regrette d'avoir fui ce père, cette maison où "il n'y avait pas la télé", pour rechercher à l'extérieur une évasion...

 

Le père et le fils ne se sont pas regardés, pendant des années... Et le regret transparaît à travers l'emploi des conditionnels : 

"J´aurais pu c´était pas malin 
Faire avec lui un bout d´chemin 
Ça l´aurait p´t´-êt´ rendu heureux 
Mon vieux. "

Et l'auteur en vient à évoquer l'adolescence, la jeunesse, une période où "l'on n'a pas le coeur assez grand..."
Quelle vérité dans ces propos ! 

Le texte, écrit dans un langage courant et familier, restitue bien un univers familial simple, le milieu ouvrier : "la graine, le boulot, gueuler, c'est con, la télé, toutes ces choses là..."
L'emploi d'octosyllabes réguliers traduit la monotonie, l'ennui de cette vie de pauvreté et de travail.

Le poème ponctué par l'apostrophe récurrente "mon vieux", un peu familière et péjorative, semble montrer toute la distance qui sépare le père et le fils.

A la fin du texte, le mot "papa" apparaît, enfin, comme une ultime reconnaissance, accompagnée  du regret de l'absence, ce que souligne encore l'utilisation du conditionnel : "j'aimerais."



C'est en 1962 que Michelle Senlis a écrit ce texte "Mon vieux", en hommage à son père, Jean Ferrat l'a mis en musique en 1963. La chanson a été reprise, ensuite, par Daniel Guichard.

 

 

 

 

 

 

 

Photos : Christelle

 

L'été on allait voir la mer...
L'été on allait voir la mer...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/