Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 10:44
Le sport, au fond, c'est très injuste...

 

 

 

 

Vous connaissez, sans doute, un certain nageur du nom de Michael Phelps, celui qui rafle toutes les médailles, aux JO de Rio ? Ce mercredi 10 août, un reportage lui était consacré, lors du journal de 20 heures sur France 2.

"21 titres olympiques ! Pourquoi Michael Phelps est-il le meilleur ?", telle était la question posée par le journaliste.

 

"En fait, son corps est conçu pour nager, nous dit-on. Deux mètres d'envergure, des pieds immenses, pointure 47", bref, Michael Phelps a un gabarit hors normes : muni de véritables palmes naturelles, il bat tous ses adversaires.

Sa grande taille, sa morphologie lui permettent de surclasser tous ses rivaux dans les compétitions sportives.

 

Comment lutter contre ce géant, aux dimensions impressionnantes ?

Comment lutter contre ce phénomène, contre ce corps taillé sur mesure pour la natation ?

Oui, décidément, le sport, c'est très injuste...

 

Non seulement, certains sportifs sont dotés d'un physique avantageux, mais d'autres, aussi, se dopent pour remporter la victoire.

Une pratique qui tend à se généraliser dans le sport de haut niveau, à tel point que les soupçons de dopage se répandent et que de nombreux sportifs sont éclaboussés par ces affaires.

De quoi ternir tout l'éclat de ces jeux olympiques, conçus à l'origine pour mettre en valeur des exploits sportifs.

Peut-on parler, d'ailleurs, d'exploits, quand les athlètes sont "gonflés" artificiellement ?

Peut-on parler de sport, peut-on parler de "jeux", quand la tricherie et la fraude sont si répandues ?

 

Tout le monde sait que ces pratiques existent et qu'elles sont souvent passées sous silence.

Des pratiques qui mettent en danger la vie des athlètes...

Des pratiques qui vont totalement à l'encontre de l'esprit sportif.

 

Ainsi, les jeux olympiques sont complètement dénaturés : c'est le sport-spectacle qui l'emporte, c'est le règne de l'illusion.

 

Quand le sport devient une foire aux muscles, à la démesure, qui peut y adhérer ?

Bien sûr, certains sportifs ne sont pas concernés par le dopage, mais la suspicion existe et vient assombrir ces compétitions.

Le sport de haut niveau, c'est aussi très injuste pour les athlètes eux-mêmes : soumis à des entraînements intenses, tentés par le dopage, ils en viennent à mettre leur santé en péril.

 

Il semble, aussi, que ces JO attirent de moins en moins de spectateurs : ce n'est pas étonnant, face à tous les scandales qui entourent ces jeux.

De plus, l'organisation de ces compétitions pose problème : coût exorbitant, retombées incertaines sur l'économie, infrastructures abandonnées...

 

 

 

 

Le reportage de France 2 :

 

http://www.francetvinfo.fr/sports/jo-2016-michael-phelps-les-secrets-d-une-legende_1585065.html

 

 

Le sport, au fond, c'est très injuste...
Repost 0
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 10:25
Hier soir, un concert de klaxons interminable...

 

 

 

 

Hier soir, soudain, dans ma ville, un concert de Klaxons à n'en plus finir : j'ai mis du temps à prendre conscience de la signification d'un tel tintamarre, à la nuit tombée, c'était, bien sûr, pour saluer la victoire de la France face à l'Allemagne, lors de la demi-finale de l'euro de foot.

 

Comme je ne suis pas du tout cette compétition, je ne soupçonnais pas, d'abord, la raison de telles manifestations.

Beaucoup de bruit pour rien, beaucoup de bruit pour un simple résultat de foot !

Quelle folie s'empare, ainsi, des supporteurs ! On pouvait entendre des cris, des coups de klaxons réitérés qui se sont prolongés au delà de minuit.

Le football suscite de véritables délires : un tel engouement paraît incroyable pour une simple victoire !

 

Le concert s'est poursuivi tard dans la nuit : la ronde des voitures a répercuté une sorte de joie festive qui ne faiblissait pas.

Quant aux titres des journaux, ils sont, aujourd'hui, dans le même registre : l'excès, la démesure, on pouvait lire, par exemple, à la Une du Point, ce titre : Les Bleus un peu plus près des étoiles ! et plus loin cette phrase : l'hexagone peut chavirer de bonheur ! ou encore : "une victoire historique des Bleus !"

 

Un joueur de foot est, soudain, transformé en héros parce qu'il a marqué deux buts, au cours de la rencontre. Certains parlent même de super héros !

Voilà notre joueur de foot devenu un chevalier, un être d'exception, un demi-dieu !

Comme si l'héroïsme pouvait se réduire à un simple but !

 

Mais, enfin, l'héroïsme est tout autre : avons-nous perdu le sens des réalités pour assimiler des footballeurs à des braves, des modèles ?

N'avons-nous pas besoin d'autres exemples ? C'est, pourtant, ce type de modèle auquel les jeunes s'identifient plus volontiers.

Les vrais héros sont ceux qui se dévouent pour les autres, qui se rendent utiles dans une société en crise.

Les vrais héros se mettent au service des autres : par exemple, des médecins qui partent pour sauver des enfants dans des pays pauvres.

 

Dans tous les cas, le football fait rêver encore, malgré ses nombreuses dérives : dopage, matchs truqués, corruption, argent à gogo...  et cet excès dans les manifestations de joie paraît hors de propos, pour une simple rencontre sportive où le hasard joue un rôle non négligeable.

Un match de foot tient à si peu de choses !

 

J'imagine, désormais, ce que pourra être la réaction des supporteurs si la France remporte la finale...

Dans ce cas, le chauvinisme sera encore plus à l'oeuvre.

"La France a gagné", dit-on, alors, comme si une équipe sportive représentait la réussite de tout un pays !

C'est ainsi que va notre monde : il encense des joueurs de foot et ne voit même pas ceux qui, dans l'ombre, oeuvrent pour l'humanité...

En fait, avec ces compétitions, c'est encore et toujours l'argent qui est le grand gagnant :  les commerçants, les hôteliers, les marchands de bières et de boissons se frottent les mains.

Et l'argent étant la valeur essentielle de nos sociétés, l'Euro de football vient conforter ces dérives inquiétantes.

 

 

 

 

Hier soir, un concert de klaxons interminable...
Repost 0
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 11:43
L'Euro de football favoriserait-il l'obésité ?

 

 

 

 

L'Euro de football est partout, et même là où l'on s'y attend le moins : pour vendre des pizzas, des fromages, du saucisson, du pâté, des cochonailles, on n'hésite pas à attirer le chaland par le biais du ballon rond...

 

Les pancartes, dans le supermarché, sont aguicheuses, le décor est adapté : une rangée de ballons, des drapeaux tricolores pour attirer l'oeil du client amateur de foot...

 

Pour l'achat d'un plateau de pizzas, on offre même une bouteille de coca-cola !

Il s'agit d'inciter le consommateur à se procurer un repas tout préparé en vue d'une soirée de foot entre copains...

 

Ainsi, tout événement est prétexte à vendre toute sortes de produits adaptés à la circonstance.

 

Les ballons aux couleurs de la France trônent dans le rayon... On en profite pour faire la promotion de produits bien français...

Des paquets de chips sont alignés et s'offrent aux regards des clients...

 

On le voit : c'est une nourriture particulièrement diététique qui a été choisie pour garnir ce rayonnage !

Chips, cochonailles, coca-cola : voilà de quoi prendre quelques kilos en plus pour des amateurs de foot vautrés dans leur fauteuil, avachis devant leur poste de télévision...

Vive le sport ! Vive le football !

La grande distribution fait souvent la promotion de ces produits bon marché, gras, qui n'exigent aucune préparation culinaire...

Il n'est pas étonnant que l'obésité, ce mal moderne, se propage dans nos sociétés.

 

Une photo de supporteurs en délire vient compléter le décor, avec ce message écrit en gros caractères : "à vos côtés, avec les Bleus".

Poings tendus, le sourire aux lèvres, ces supporteurs semblent remplis de conviction et d'enthousiasme pour applaudir leur équipe  : une seule femme apparaît au milieu de trois hommes...

Image sans doute bien révélatrice : le football attire moins les femmes qui sont parfois obligés de regarder avec leur conjoint des matchs de foot...

Une corvée dont elles se passeraient bien volontiers, sans doute...

 

La pancarte est, bien sûr, aux couleurs de la France : bleu, blanc, rouge, et le bleu domine sur le fond de la photo.

 

Ainsi, cette compétition devient un prétexte pour vendre de la nourriture et toutes sortes de produits de consommation.

 

De plus, le rayon est bien placé : dans l'allée centrale, personne ne peut y échapper...

 

VIVE LE FOOT ! Il offre l'occasion de se réunir, de manger, de boire, mais hélas, dans une consommation souvent débridée, peu réfléchie et bien loin des conseils que l'on donne en général à des sportifs.

 

Soudain, une question me vient à l'esprit : l'euro de football favoriserait-il l'obésité ?

 

Voilà un paradoxe qui révèle bien toutes les incohérences de nos sociétés !

Voilà vers quelle absurdité nous conduit notre société de consommation !

Le sport, normalement bénéfique pour la santé, devient, en la circonstance, néfaste et délétère, il conduit aux pires excès et peut même générer de graves problèmes.

 

 

 

 

 

Photos : rosemar

L'Euro de football favoriserait-il l'obésité ?
L'Euro de football favoriserait-il l'obésité ?
Repost 0
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 14:23
L'euro de football : un mois de délire !

 

 

 

Je viens de regarder le programme de l'euro de football et je prends conscience que cette folie va durer un mois complet !

 

Un mois à subir des infos consacrées à cet événement ! Un mois à constater l'engouement exacerbé que connaît ce sport...

Peut-on, d'ailleurs, parler encore de "sport" ?

 

Quand on découvre les salaires mirobolants de certains joueurs, on a des difficultés à concevoir de tels excès.

Quand on voit le comportement de certains fans de foot, on comprend que la démesure et l'hubris font partie de notre monde.

 

La fête du "sport" ? 

Trop de scandales sont venus ternir le monde du football, ces dernières années : insultes, dopage, chantages, matchs truqués, corruption au plus haut niveau...

Ce sport semble cumuler tout ce que l'humanité peut inventer pour tricher, dominer, gagner de l'argent...

On est souvent scandalisé par les salaires excessifs des grands patrons, mais que dire des sommes touchées par certains joueurs de foot ?

Qui dénonce ces dérives ?

 

Le sport devenu spectacle pour divertir le peuple, le rassasier de sensations fortes : voilà ce qu'est devenu le football.

Que reste-t-il de l'esprit sportif, après tant d'excès et de dérives ?

Le battage médiatique dont bénéficient ces compétitions sportives génère un business ahurissant.

"Panem et circenses"... Nous voilà revenus à cet adage du temps des romains.

C'est ce que l'on offre aux spectateurs : des jeux pour se divertir et pour oublier les problèmes du monde.

Les supporters semblent, eux-mêmes, fanatisés, leurs réactions outrancières, leurs cris, leur enthousisame relèvent de la démesure et du délire.

 

Bien sûr, cette fête du foot génère des profits pour les commerçants, les hôteliers, les gens qui vivent du tourisme...

C'est indéniable : certains attendent cette manifestation sportive comme du pain béni, comme une aubaine.

 

Mais, on ne peut que regretter tous les scandales qui ternissent le monde du football.

Et ils sont nombreux, car l'argent aiguise les appétits : certes, le football n'est pas le seul sport concerné par le monde de l'argent, mais il faut reconnaître qu'il est entouré de toutes sortes d'affaires louches et douteuses. 

 

La pratique d'un sport est louable mais quand l'argent, la corruption, les tricheries viennent assombrir les compétitions, on ne peut que mettre en doute l'esprit sportif qui devrait s'imposer dans toute compétition.

Le sport, le vrai, se pratique sur un terrain, il est bénéfique pour la santé mais quand il devient un objet de convoitise, qu'il est corrompu par toutes sortes de dérives, il perd toute valeur et toute consistance...

Toutes les compétitions modernes génèrent des excès, et le football est, sans doute, un des sports où ces tendances prennent des proportions démesurées.

Le football brasse trop d'argent, et même les plus hautes instances de ce sport sont touchées : la Fifa est au coeur de plusieurs scandales, les joueurs sont achetés à prix d'or et on peut déplorer aussi les dernières déclarations  de Karim Benzéma sur le racisme français.... celles-ci ne contribuent pas à valoriser ce "sport".

 

 

 

 

L'euro de football : un mois de délire !
Repost 0
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 14:24

brésil-copie-1
 

Le Brésil vient de subir une dernière défaite, lors de cette coupe du Monde 2014 : face aux Pays-Bas, l'équipe du Brésil a montré ses faiblesses, "une défense en perdition, une attaque stérile", disent les commentateurs...

 

Après avoir été battu à plate couture par des Allemands triomphants, le Brésil, patrie du football connaît, encore, une amère défaite.


Mais, l'essentiel, dans le sport, n'est-il pas de participer ? Les échecs peuvent permettre de se corriger, de progresser, de renaître, après un bilan, une analyse de la situation.

 

La défaite la plus terrible n'est pas celle d'une équipe de football... au Brésil, la défaite, c'est la situation de nombre de gens qui est précaire... la défaite, c'est la corruption qui règne un peu partout, ainsi que l'insécurité.

 

La classe politique est, elle-même, corrompue : l'organisation de la coupe du monde a connu de graves problèmes : des ouvriers sont morts dans la construction des stades, des gens modestes ont, même, été expulsés de leur logement, tout cela en l'honneur de la coupe du monde.

 

La plus grande défaite du Brésil est dans ce constat : le mépris du peuple, les difficultés qu'ont vécues les Brésiliens, les manifestations qui ont été étouffées par le pouvoir politique en place.

 

Après cette coupe du monde, le réveil va être difficile pour les Brésiliens qui souffrent : après la fête, et les larmes, les vraies raisons de pleurer risquent de réapparaître bien douloureusement.

 

Un certain nombre de Brésiliens, eux-mêmes, souhaitaient la défaite de leur équipe de football, car, en cas de victoire, le pouvoir en place aurait, alors, pu bénéficier de ce tremplin, pour remporter les prochaines élections.

 

La politique et le football font, désormais, bon ménage : une victoire, lors d'une coupe du monde, peut, même, redorer le blason d'un gouvernement en perdition !

 

Le Brésil a perdu ? Mais il a, surtout, perdu  ses espoirs de renaissance : le monde politique l'a trahi : la plus grande défaite du Brésil, c'est la misère, ce sont les bidonvilles, les souffrances d'un peuple, qu'on est, même, prêt à sacrifier pour une coupe du monde...

 

La facture de cette coupe du monde est lourde : près de 8 miliards d'euros dépensés alors que les hôpitaux, les écoles souffrent, dans ce pays, de carences inadmissibles. L'organisation de ce Mondial de foot s'est faite sans l'aval des populations, à la "hussarde"...

 

Après la folie et l'hystérie de ce Mondial, que restera-t-il aux Brésiliens ? Des infrastructures démesurées, vides de sens, des stades colossaux désertés....

 

Que leur restera t-il encore ? Des favelas qui se multiplient, qui accroissent la misère des peuples...

 

Quand la "fête" sera finie, elle aura un goût et des relents d'amertume : les Brésiliens auront subi, là, leur ultime défaite...

 

 

brésil 2-copie-1

 

 

bresil-4-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/