Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 09:08
Quand les gros deviennent des cibles publicitaires...

 

De nombreuses publicités s'adressent désormais à des gens qui souhaitent maigrir... un secteur particulièrement porteur...

En France, 7 millions de personnes sont considérées comme obèses. A partir de 45 ans, un Français sur deux est en surpoids contre une Française sur quatre.

 

Et, bien sûr, cela représente un marché colossal pour l'industrie : "Des régimes amaigrissants, des produits pharmacologiques et diététiques, des méthodes et des appareillages amaigrissants de toutes sortes peuvent être commercialisés sans que personne ne mette en garde le public contre les faux espoirs qu’ils entretiennent, et contre les dangers qu’ils font courir à la santé..."

 

Dans ce domaine, on nous vend tout et n'importe quoi.

Ainsi, j'ai reçu récemment une publicité vantant les vertus d'un chewing-gum "aux pouvoirs amincissants" !

En voici l'argumentaire :

"Quoi de plus facile pour des personnes qui aiment manger
 que de mâcher un chewing-gum?
Les résultats obtenus sont époustouflants… Jugez-en plutôt :

Testé sur 119 patients ayant tous une surcharge pondérale de plus de 50 kilos, 97% ont perdu plus de 7 kilos dès la première semaine !"

On le voit : les termes utilisés sont hyperboliques, trompeurs, mensongers...

Et pour illustrer ce discours tapageur, les publicitaires utilisent des photos avant-après.

 

Or, l’obésité est une maladie qui nécessite une prise en charge strictement encadrée par des médecins...

 

Et, pourtant, des publicités fleurissent un peu partout : on en voit souvent sur nos écrans de télévision où l'on vante les mérites de régimes alimentaires aux effets spectaculaires.

 

Le problème est complexe car d'un autre coté, l'industrie alimentaire a tendance à nous vendre des produits de plus en plus gras, sucrés et salés.

Le business de l'obésité n'est donc  pas près de s'éteindre.

On nous vend le poison, puis le contre poison...

Ainsi, l'industrie alimentaire n'est-elle pas au service de l'industrie pharmaceutique, comme je le suggérais dans un précédent article ?

Notre alimentation bourrée d'additifs, de colorants, de conservateurs, nos fruits et nos légumes pollués par des pesticides, nos viandes menacées par des importations d'animaux transgéniques, nos poissons saturés de mercure ou d'autres produits polluants qui sont déversés dans les mers et les océans... Voilà un  tableau terrifiant... Et cette alimentation industrielle est aussi chargée en graisses et en sucres...

 

Pour maigrir, il convient d'abord d'éviter tous ces produits et de faire du sport, de réapprendre à marcher... 

"Je marche pour demeurer maigre. J'ai horreur du gras, pas de celui des autres - et le ciel m'est témoin que j'ai de bons amis gros - mais du mien propre. Je considérerais la prise de kilos superflus comme une défaite morale..." écrit Sylvain Tesson, à ce sujet.

 

 

 

 

Quand les gros deviennent des cibles publicitaires...
Partager cet article
Repost0
18 août 2018 6 18 /08 /août /2018 12:48
Le football dangereux pour la tête ?

 

 

La coupe du Monde de football s'est achevée : elle a passionné les foules, mobilisé des supporteurs en délire... et pourtant le football est un sport à risques.

 

C'est un neurologue qui le dit... il faut interdire les têtes pour les joueurs de foot de moins de 18 ans, en raison de leur dangerosité pour le cerveau.

"La collision entre le ballon arrivant à pleine vitesse et le crâne du joueur provoquerait des sous-commotions cérébrales. Un phénomène dangereux s'il est répété et qui est à proscrire pour des cerveaux en pleine croissance. "

 

Plusieurs joueurs de football ont présenté de lourdes séquelles neurologiques des années après l'arrêt de leur carrière.

C'est indéniable : le sport de haut niveau comporte des dangers pour la santé.

 

Bon, on savait que le football pouvait être néfaste pour les esprits échauffés de supporteurs hystériques et fanatisés...

Mais on ignorait ce risque très grave qui menace les joueurs : ce sport n'est pourtant pas considéré comme un sport à risques...

 

Perte de mémoire, lésion du cerveau, démence, dégénérescence des cellules cérébrales, ce sont là des troubles très lourds qui pourraient être provoqués par le choc du ballon sur une tête.

Et il est certain que les jeux de tête sont nombreux dans ce sport, où il est interdit de toucher le ballon avec les mains.

 

Un autre sport de ballon est encore plus dangereux...

 

Un jeune joueur de rugby d'Aurillac est mort, il y a quelques jours, à la suite d'un choc subi lors d'un match.

Louis Fajfrowski, 21 ans, est décédé le 10 août après un malaise, dans les vestiaires.  Il était sorti du terrain,  après avoir été l’objet d’un plaquage.

 

Le rugby devient de plus en plus violent dans les placages, les affrontements, il s'apparente à un sport de combat et les accidents graves se multiplient.

Un sport qui met en danger la vie des joueurs, c'est inquiétant.

Que deviennent alors les valeurs du sport ?

 

Il faut, sans doute, en changer les règles, interdire certains placages, certains gestes violents.

 

Quant au foot, il sera difficile de limiter les jeux de tête, il convient néanmoins de protéger les jeunes et de les mettre en garde.

Dans tous les cas, le sport de compétition conduit à des excès de toutes sortes : la performance à tout prix abîme les corps.

 

 

 

 

 

 

 

http://www.lepoint.fr/sante/sante-un-neurologue-appelle-a-limiter-les-tetes-au-football-11-08-2018-2242926_40.php

 

 

 

 

Le football dangereux pour la tête ?
Partager cet article
Repost0
23 juillet 2018 1 23 /07 /juillet /2018 08:20
L'emprise du jeu et du divertissement...

 

 

Les loisirs encadrés connaissent un vif succès dans une époque comme la nôtre, vouée aux divertissements dispendieux.

Il faut payer pour mieux se distraire...

 

Le tourisme de masse nous incite à partir dans des voyages organisés où chaque journée est programmée selon des horaires précis.

Il vaut les voir ces touristes en tee shirt et bermuda, avec un chapeau vissé sur la tête...

N'oublions pas l'appareil photo indispensable au voyageur moderne.

 

Le touriste est guidé dans son périple, et on lui propose même des activités sportives variées pour qu'il ne s'ennuie pas.

Surf, planche à voile pour mieux profiter de la mer, activités découvertes pour mieux apprécier la montagne...

Comme si l'être humain n'était plus capable de partir à l'aventure, tout simplement de marcher pour découvrir la nature environnante...

 

Nos sociétés sont ainsi de plus en plus encadrées, infantilisées comme si l'homme n'était plus apte à se divertir par lui-même.

Il nous faut du jeu permanent : c'est ce qu'offrent de nombreux jeux vidéos aux adolescents et à un certain nombre d'adultes.

Les parcs d'attraction connaissent aussi un vif succès, ainsi que les centres aquatiques où de nombreuses activités sont disponibles... toboggans interminables, magnifiques piscines et autres bains bouillonnants, bouées, jeux d'eau, glissades...

 

Nous basculons peu à peu dans un autre monde, celui des loisirs organisés.

Plus un coin de plage où l'on peut s'isoler vraiment et prendre du plaisir à un simple bain de mer.

Plus un coin de campagne où on ne prévoit des activités champêtres : découverte d'un vignoble, d'une ferme.

 

Les plages sont envahies de monde, et c'est tout juste si on peut profiter d'un espace marin qui ne soit pas assailli par des surfeurs, des véliplanchistes...

Lors de compétitions sportives, des fans zones sont prévues afin de rassembler les supporteurs de foot en délire, dans une ambiance survoltée.

Et bien sûr, les fans de foot peuvent se procurer des chapeaux, du maquillage, des ballons aux couleurs des bleus...

Nous sommes dans notre intérieur même des utilisateurs de médias, internet, la télévision qui nous orientent vers tel ou tel loisir...

C'est le jeu permanent ! C'est l'infantilisation des foules qui se met en place aux quatre coins de la planète !

 

 

 

 

 

 

 

 

L'emprise du jeu et du divertissement...
Partager cet article
Repost0
16 juillet 2018 1 16 /07 /juillet /2018 09:01
Ouf ! C'est fini !

 

 

La grande fête du foot s'est achevée par la victoire de la France, victoire à l'arraché, victoire de la chance, victoire de la réussite, d'après les commentaires que j'ai lus...

"Victoire du cynisme", écrivent certains, car les Bleus ont joué la carte de l'opportunisme, verrouillant le jeu.

"Un match de foot, ça tient à peu de choses..." avoue Didier Deschamps lui-même.

Le football n'est-il pas l'image de ce que la vie peut avoir de dérisoire et d'aléatoire ?

 

Les Français ont trouvé ainsi une occasion de faire la fête et de se rassembler : la coupe du monde de football...

Hier, avant même que la finale ne commence, on entendait des klaxons dans les rues de ma ville, les gens étaient pavoisés aux couleurs de la France : maquillage, drapeau, vêtements, une harmonie de bleu blanc rouge...

Soudain, une voiture passait décorée d'un drapeau français, une autre la suivait, au volant, un supporteur portait une perruque teinte des trois couleurs de la France.

Un passant était couvert d'un drapeau, d'autres arboraient des chapeaux à plumes.

 

Et hier soir, soudain, ce fut un déchaînement de klaxons, de cris, de coups de freins brusques...

De nombreux incidents ont émaillé la soirée un peu partout en France : des casseurs sont venus troubler la fête.

A Paris, des magasins ont été pillés, des échauffourées ont éclaté entre forces de l’ordre et groupes de casseurs qui échangeaient jets de bouteille ou de chaise contre gaz lacrymogène.

A Marseille, plusieurs incidents ont éclaté, notamment autour du Vieux-Port et de la fan-zone. Il y a eu de nombreux jets de projectiles, deux membres des forces de l’ordre ont été blessés.

A Strasbourg ou à Rouen, des heurts ont opposé jeunes et forces de l’ordre qui ont échangé projectiles et gaz lacrymogènes. 

 

Bref, comme souvent, la fête a dégénéré...

Et tout cela pour une victoire dans un match où la chance tient une grande place !

 

Quand on y songe, le football répond aux rêves de gloire de nos contemporains.

Il a une fonction cathartique : les supporteurs évacuent des pulsions primitives, ils se défoulent, le match symbolisant un combat.

D'ailleurs, de nombreuses images guerrières sont utilisées par les commentateurs, les médias participent aussi largement au succès de ce sport.

Le foot, c'est comme une soupape de sécurité...

 

Mais, ouf ! C'est fini ! Pendant un mois, le foot a envahi les médias, la fête s'achève avec une victoire en demi-teintes qui laisse comme un goût d'amertume.

Quand l'opportunisme l'emporte sur le panache, la fête est quelque peu ternie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ouf ! C'est fini !
Partager cet article
Repost0
12 juillet 2018 4 12 /07 /juillet /2018 09:51
Les pizzas et les chips se vendent bien...

 

 

C'est l'effet Coupe du monde ! Les pizzas, les chips, la bière se vendent particulièrement bien depuis le début de la compétition...

Les soirées foot sont l'occasion pour les supporteurs passionnés de se réunir et de manger ces produits gras, salés, prêts à être consommés.

 

Et  voilà de quoi prendre quelques kilos en plus pour ces amateurs de foot vautrés dans leur fauteuil, avachis devant leur poste de télévision...

Vive le sport ! Vive le football !

 

La grande distribution fait souvent la promotion de ces produits bon marché, gras, qui n'exigent aucune préparation culinaire...

Il n'est pas étonnant que l'obésité, ce mal moderne, se propage dans nos sociétés.

 

Le football offre l'occasion de se réunir, de manger, de boire, mais hélas, dans une consommation souvent débridée, peu réfléchie et bien loin des conseils que l'on donne en général à des sportifs.

Quand le sport devient un prétexte à consommer des produits nocifs pour la santé, on voit bien qu'il perd sa vocation première : le bien-être des corps, la santé.

 

Un reportage diffusé lors du journal de 20 heures sur France 2, ce mercredi 11 juillet, nous montre les retombées économiques de la coupe du monde de football.

Restaurants, grandes surfaces, livraisons à domicile, la coupe du monde peut rapporter gros !

 

Pour certains supporteurs, la victoire se fête à la maison : les ventes de pizzas se sont envolées de 138 %, de 55 % pour la bière, de 39 % pour les chips.

On le voit : les pizzas connaissent un succès inégalé...

Or, les pizzas sont des aliments ultra-transformés, pas vraiment diététiques : les produits ultra-transformés contiennent généralement deux fois plus de calories, trois fois plus de sucres libres et deux fois plus de sodium, sans compter qu'ils fournissent beaucoup moins de protéines, de fibres, de vitamines et de minéraux.

 

Que dire des chips ? Elles contiennent beaucoup de sel et de graisses. Comme elles sont particulièrement salées, elles donnent soif.

Et si l'on boit des sodas, on en vient à ingérer beaucoup trop de sucres.

 

Quant à la bière, on connaît ses effets néfastes sur la santé : très calorique, elle fait grossir.

Ainsi, la coupe du monde de football devient la fête de la consommation, une consommation qui n'est plus raisonnée, une consommation débridée.

La fête du sport devient l'occasion de se goinfrer d'une nourriture de mauvaise qualité.

 

 

 

Le reportage sur France 2 /

 

https://www.francetvinfo.fr/sports/foot/coupe-du-monde/coupe-du-monde-quelles-retombees-pour-notre-economie_2845865.html

 

 

 

Les pizzas et les chips se vendent bien...
Partager cet article
Repost0
11 juillet 2018 3 11 /07 /juillet /2018 08:08
Hier soir, un concert de klaxons à n'en plus finir...

 

 

 

Hier soir, soudain, dans ma ville, un concert de Klaxons à n'en plus finir : j'ai mis du temps à prendre conscience de la signification d'un tel tintamarre, à la nuit tombée, c'était, bien sûr, pour saluer la victoire de la France face à la Belgique, lors de la demi-finale de la coupe du monde de football.

 

Comme je ne suis pas du tout cette compétition, je ne soupçonnais pas, d'abord, la raison de telles manifestations.

Beaucoup de bruit pour rien, beaucoup de bruit pour un simple résultat de foot !

Quelle folie s'empare, ainsi, des supporteurs ! On pouvait entendre des cris, des hurlements de sauvages, une rumeur qui s'amplifait, des coups de klaxons réitérés qui se sont prolongés au delà de minuit.

Le football suscite de véritables délires : un tel engouement paraît incroyable pour une simple victoire !

Une victoire pour laquelle la chance a joué un rôle non négligeable, d'après les commentaires que j'ai lus...

 

Le concert s'est poursuivi tard dans la nuit : la ronde des voitures a répercuté une sorte de joie festive qui ne faiblissait pas.

Quant aux titres des journaux, ils sont, aujourd'hui, dans le même registre : l'excès, la démesure, on pouvait lire, par exemple, à la Une de L'obs, ce titre : "Comme si on gagnait une guerre : la liesse de la finale envahit Paris", et plus loin ces mots : "un arrêt magique du gardien de but Français", "La tête dans les étoiles !" ou encore : "un match historique des Bleus !"

 

Un joueur de foot est, soudain, transformé en héros parce qu'il a marqué un but, au cours de la rencontre. Certains parlent même de super héros !

Voilà notre joueur de foot devenu un chevalier, un être d'exception, un demi-dieu !

Comme si l'héroïsme pouvait se réduire à un simple but !

 

Mais, enfin, l'héroïsme est tout autre : avons-nous perdu le sens des réalités pour assimiler des footballeurs à des braves, des modèles ?

N'avons-nous pas besoin d'autres exemples ? C'est, pourtant, ce type de modèle auquel les jeunes s'identifient plus volontiers.

Les vrais héros sont ceux qui se dévouent pour les autres, qui se rendent utiles dans une société en crise.

Les vrais héros se mettent au service des autres : par exemple, des médecins qui partent pour sauver des enfants dans des pays pauvres.

 

Dans tous les cas, le football fait rêver encore, malgré ses nombreuses dérives : dopage, matchs truqués, corruption, argent à gogo... et cet excès dans les manifestations de joie paraît hors de propos, pour une simple rencontre sportive où le hasard joue un rôle non négligeable.

Un match de foot tient à si peu de choses !

 

J'imagine, désormais, ce que pourra être la réaction des supporteurs si la France remporte la finale...

Dans ce cas, le chauvinisme sera encore plus à l'oeuvre.

"La France a gagné", dit-on, alors, comme si une équipe sportive représentait la réussite de tout un pays !

C'est ainsi que va notre monde : il encense des joueurs de foot et ne voit même pas ceux qui, dans l'ombre, oeuvrent pour l'humanité...

En fait, avec ces compétitions, c'est encore et toujours l'argent qui est le grand gagnant : les commerçants, les hôteliers, les marchands de bières et de boissons se frottent les mains.

Et l'argent étant la valeur essentielle de nos sociétés, la coupe du monde de football vient conforter ces dérives inquiétantes.

 

 

 

 

 

 

 

Hier soir, un concert de klaxons à n'en plus finir...
Partager cet article
Repost0
7 juillet 2018 6 07 /07 /juillet /2018 08:26
"On a gagné !"

 

 

 

 

Il n'est pas rare d'entendre cette phrase, après une victoire de l'équipe de France, lors d'une compétition : "On a gagné, on est en demi-finale !"

Les supporteurs s'identifient volontiers aux joueurs, comme s'ils avaient eux-mêmes oeuvré pour la victoire, comme s'ils avaient été des acteurs du match de foot auxquels ils ont assisté.

 

L'enthousiasme du supporteur est si intense qu'il va jusqu'à se prendre lui-même pour un joueur de foot.

Cela remonte, sans doute, à l'enfance : beaucoup de supporteurs ont pratiqué ce sport, quand ils étaient jeunes, et il se rêvent volontiers en "champions", en "héros" du stade.

 

Pourtant, en fait de "héros", les footballeurs font souvent pâle figure...

Ce sont surtout des personnalités médiatisées qui gagnent des sommes démesurées, folles, indécentes...

Le sport à outrance les conduit aux pires dérives : les corps souffrent, les sportifs vivent dans le culte de la performance, constamment à la recherche de la victoire...

Et que nous disent ces joueurs ? Il faut être performant, l'argent est important, il faut être célèbre, et on peut, à l'occasion, tricher, mentir, feindre la chute, pour y parvenir...

 

Et que penser de ces supporteurs au comportement outrancier ?

Ils sont bruyants, vindicatifs à l'égard de l'adversaire.

Ils sont prêts à siffler et conspuer un footballeur tout simplement parce qu'il ne fait pas partie de l'équipe qu'ils soutiennent.

Le foot devient leur préoccupation principale, leur raison de vivre.

Ils suivent toutes les compétitions, sont fanatisés, et se soumettent à une forme de religion.

Je les ai observés hier, devant des écrans géants, dans les rues du centre-ville où je me suis rendue : des cris, des hurlements, des clameurs, des grondements d'une foule en délire...

Soudain, la rumeur enflait, devenait assourdissante : les supporteurs vibraient, subjugués par les images du match.

Certains agitaient frénétiquement des drapeaux, d'autres faisaient sonner leurs cornes de supporteurs

Certains portaient les stigmates de leur passion : maquillés de bleu blanc rouge, ils étaient comme fascinés par les images de leurs idoles.

Une nouvelle religion est née : celle du sport triomphant, reflet de nos sociétés vouées à l'argent, à la compétition...

Le football, cerné par l'argent-roi, devient un monde où les véritables valeurs du sport semblent être oubliées...

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2018 1 02 /07 /juillet /2018 08:28
La folie du foot...

 

 

 

Ce samedi 30 juin, j'ai eu la curiosité d'aller goûter l'ambiance qui régnait dans le centre de ma ville, lors du match qui opposait la France à l'Argentine...

 

La foule se réunissait autour d' écrans géants installés dans les bars : elle débordait sur le boulevard, certains spectateurs se tenaient debout,  une rumeur grondait sur les trottoirs, des cris fusaient de tous côtés, des applaudissements, un enthousiasme délirant s'emparait des supporteurs qui brandissaient des drapeaux et faisaient sonner leurs cornes.

Un vrai délire !

Parfois, une violente clameur émanait de la foule, des hurlements de joie ou de colère explosaient...

Que d'excès ! Que de fureurs ! Que de démesure pour un simple match de foot !

 

"Une société comme la nôtre où l'on adule le sport et où l'on n'a pour la politique, de plus en plus, que mépris et dérision, est une société qui va mal", affirme le philosophe André Comte-Sponville dans un de ses ouvrages intitulé Valeurs.

Le foot suscite souvent un engouement démesuré.

 

Ce sport génère toute sortes d'excès plus encore que d'autres sports de compétition : sport qui envahit les médias, sport-spectacle, sport pour faire du fric, violences physiques ou verbales...

 

Et pourtant, les joueurs de football deviennent des héros encensés par la presse. Est-ce là un bon exemple donné aux jeunes ?

Qui peut devenir joueur de foot professionnel ? Les élus sont peu nombreux.

Non, le football n'est pas un art. D'ailleurs, c'est souvent une affaire de chance.

Je ne résiste pas au plaisir de raconter cette anecdote que rapporte André Comte-Sponville : "Un journaliste demanda un jour à Jean Pierre Papin quelle était la principale qualité d'un buteur, Papin répondit : la chance !"

 

Eh oui, on dit souvent :"Que le meilleur gagne ! "

Mais, dans le foot, ce n'est pas forcément le meilleur qui gagne !

Beaucoup de facteurs interviennent : le hasard, la réussite, le soutien du public, les tirs au but très aléatoires...

 

En fait, le foot est surtout l'occasion de réunir les spectateurs dans une même ferveur.

C'est une nouvelle religion, et les footballeurs deviennent des Dieux devant lesquels les supporteurs se prosternent.

Les journalistes, les médias participent aussi à cette nouvelle religion : il suffit de lire ou d'écouter les compte-rendus sportifs pour en prendre conscience...

Par exemple : "Les bleus se sont installés au firmament de cette coupe du Monde... Mbappé qui est en train de se convertir en une étoile internationale du foot... Mbappé prodigieusement doué, rapide comme l' éclair..."

Les éloges dithyrambiques ne tarissent pas ! Et le vocabulaire religieux est employé pour qualifier un simple joueur... qui se nomme Mbappé et que l'on transforme en héros national.

A quand la béatification ?

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2018 6 16 /06 /juin /2018 08:59
Le foot, même au supermarché...

 

 

Le foot, le foot et encore le foot !

 

Ce jour-là, j'entre dans le  supermarché et aussitôt, je découvre un stand dédié à la coupe du Monde de football : maillots, cornes de supporteurs, maquillage aux couleurs de la France, ballons, sacs, carnets, tout un attirail pour vivre intensément la frénésie de la compétition.

Tous les accessoires du supporteur de base sont là : de quoi faire du bruit, de quoi se montrer, se déguiser, se parer des couleurs de la France...

Car l'amateur de sport se doit désormais d'être bruyant, démonstratif, bien visible...

Le football devient ainsi prétexte à vendre toutes sortes de produits, le sport devient un argument de ventes.

 

Alors, bien sûr, on peut apprécier la virtuosité de certains joueurs, leur habileté sur le terrain... mais le sport, dans nos sociétés de consommation, devient un business indécent.

Depuis 20 ans, le montant des transferts de joueurs a explosé : 3 milliards, 600 millions d'euros !

 

L'argent est, en fait, détourné dans des paradis fiscaux : des fonds spéculatifs achètent des joueurs, puis les revendent pour gagner toujours plus. Les joueurs deviennent des produits financiers.

Certains disent que le football n'est que le reflet de nos sociétés gouvernés par l'argent, l'appât du gain.

Mais comment apprécier un sport où les dérives sont si nombreuses ?

Comment ne pas voir l'envers du décor ?

 

Pendant un mois, la coupe du monde va déchaîner les passions : certains n'hésitent pas à acheter des écrans géants pour mieux vivre la compétition !

Les plus passionnés se rendent sur place en Russie pour assister au plus grand nombre de matchs.

Quelle folie s'empare ainsi des gens !

"Panem et circenses, Du pain et des jeux !" réclame le peuple.

Des jeux pour s'étourdir et oublier ses soucis...

 

"La fête du sport" ? nous dit-on..

Trop de scandales sont venus ternir le monde du football, ces dernières années : insultes, dopage, chantages, matchs truqués, gestes déplacés, violences, corruption au plus haut niveau...

Ce sport semble cumuler tout ce que l'humanité peut inventer pour tricher, dominer, gagner de l'argent.

On est souvent scandalisé par les salaires excessifs des grands patrons, mais que dire des sommes touchées par certains joueurs de foot ?

Le salaire des grands footballeurs est même très supérieur à celui des grands patrons du Cac 40.

Pendant la coupe du Monde, le foot devient un matraquage médiatique et commercial.

Peut-on y échapper ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Le foot, même au supermarché...
Partager cet article
Repost0
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 10:44
Le sport, au fond, c'est très injuste...

 

 

 

 

Vous connaissez, sans doute, un certain nageur du nom de Michael Phelps, celui qui rafle toutes les médailles, aux JO de Rio ? Ce mercredi 10 août, un reportage lui était consacré, lors du journal de 20 heures sur France 2.

"21 titres olympiques ! Pourquoi Michael Phelps est-il le meilleur ?", telle était la question posée par le journaliste.

 

"En fait, son corps est conçu pour nager, nous dit-on. Deux mètres d'envergure, des pieds immenses, pointure 47", bref, Michael Phelps a un gabarit hors normes : muni de véritables palmes naturelles, il bat tous ses adversaires.

Sa grande taille, sa morphologie lui permettent de surclasser tous ses rivaux dans les compétitions sportives.

 

Comment lutter contre ce géant, aux dimensions impressionnantes ?

Comment lutter contre ce phénomène, contre ce corps taillé sur mesure pour la natation ?

Oui, décidément, le sport, c'est très injuste...

 

Non seulement, certains sportifs sont dotés d'un physique avantageux, mais d'autres, aussi, se dopent pour remporter la victoire.

Une pratique qui tend à se généraliser dans le sport de haut niveau, à tel point que les soupçons de dopage se répandent et que de nombreux sportifs sont éclaboussés par ces affaires.

De quoi ternir tout l'éclat de ces jeux olympiques, conçus à l'origine pour mettre en valeur des exploits sportifs.

Peut-on parler, d'ailleurs, d'exploits, quand les athlètes sont "gonflés" artificiellement ?

Peut-on parler de sport, peut-on parler de "jeux", quand la tricherie et la fraude sont si répandues ?

 

Tout le monde sait que ces pratiques existent et qu'elles sont souvent passées sous silence.

Des pratiques qui mettent en danger la vie des athlètes...

Des pratiques qui vont totalement à l'encontre de l'esprit sportif.

 

Ainsi, les jeux olympiques sont complètement dénaturés : c'est le sport-spectacle qui l'emporte, c'est le règne de l'illusion.

 

Quand le sport devient une foire aux muscles, à la démesure, qui peut y adhérer ?

Bien sûr, certains sportifs ne sont pas concernés par le dopage, mais la suspicion existe et vient assombrir ces compétitions.

Le sport de haut niveau, c'est aussi très injuste pour les athlètes eux-mêmes : soumis à des entraînements intenses, tentés par le dopage, ils en viennent à mettre leur santé en péril.

 

Il semble, aussi, que ces JO attirent de moins en moins de spectateurs : ce n'est pas étonnant, face à tous les scandales qui entourent ces jeux.

De plus, l'organisation de ces compétitions pose problème : coût exorbitant, retombées incertaines sur l'économie, infrastructures abandonnées...

 

 

 

 

Le reportage de France 2 :

 

http://www.francetvinfo.fr/sports/jo-2016-michael-phelps-les-secrets-d-une-legende_1585065.html

 

 

Le sport, au fond, c'est très injuste...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/