Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 08:32
Bientôt, le méta univers ?

 

Le méta univers ! Encore un nouveau mot de la technologie moderne... 

Il faut dire que le milliardaire Marc Zuckerberg ne manque pas d'imagination : Facebook a annoncé lundi 26 juillet la création d'une équipe dédiée au "metaverse", c'est-à-dire un "méta univers" où réel et virtuel se fondent jusqu'à se confondre, une vision de science-fiction déjà présente dans des jeux vidéo. Le metaverse incarne l'avenir du réseau social, selon son fondateur, Mark Zuckerberg. 

 

On n'arrête pas le "progrès" !

Le metaverse désigne un cyberespace parallèle à la réalité physique où une communauté de personnes peuvent interagir sous forme d'avatars. Le concept a été élaboré par l'auteur Neal Stephenson dans un roman de science-fiction.

Progressivement, les écrans, hologrammes, casques de VR et lunettes de réalité augmentée sont censés permettre des "déplacements" fluides d'univers virtuels en lieux physiques, comme des "téléportations", selon Mark Zuckerberg.

 

Mais quelle folie !

Le metaverse, c'est le refus de la réalité telle qu'elle est... On y voit des gens équipés de masque de plongée, coupés du monde réel, enfermés dans leur univers parallèle.

C'est inquiétant. On conçoit que ce dispositif puisse avoir une utilité pour des personnes handicapées, qui ne peuvent se déplacer.

Mais penser à généraliser le procédé est une aberration.

 

Facebook bouffe déjà l'existence des gens qui y passent leur temps au lieu de lire ou de parler avec des vrais amis.

Alors, avec le metaverse, on atteint le nec plus ultra de la connexion.

 

Regardez ces êtres affublés de casque virtuel : ils ont l'air de cyborgs venus d'une autre planète.

Ils perdent une part de leur humanité : les yeux éteints ouverts sur un monde illusoire, le visage défiguré par un masque sombre...

Facebook fait déjà des dégâts sur les jeunes générations : Selon Frances Haugen, le réseau social préférerait mettre en avant, avec ses algorithmes, des contenus "haineux" ou "polarisants", qui amèneraient les internautes à passer davantage de temps sur le réseau social, permettant ainsi à l’entreprise d’engranger davantage de recettes publicitaires.

Alors, avec cette nouvelle invention, quel sera l'avenir de l'humanité empêtrée dans un monde virtuel ?

La réalité est déjà suffisamment complexe à cerner dans notre monde moderne, alors si on se perd dans le meta univers, quelles seront les conséquences ?

Perte de repères dans le monde réel,  possible confusion entre le réel et le virtuel : voilà de quoi susciter des inquiétudes...

 

 

 

Source :

https://www.huffingtonpost.fr/entry/metaverse-facebook-vous-navez-rien-suivi-on-vous-raconte_fr_616e7544e4b005b245c16dc6

 

Bientôt, le méta univers ?
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 11:59
Réalités virtuelles ?

 

 

La réalité virtuelle... voilà un oxymore qui a de quoi surprendre, étonner... Comment la réalité pourrait-elle être virtuelle ?

Le virtuel relève de ce qui immatériel, irréel, et pourtant, il existe, désormais, des casques de réalité virtuelle qui donnent l'illusion de se trouver dans un autre lieu, un autre temps...

 

Ainsi, on peut faire du vélo dans sa chambre et avoir l'impression d'être sur une route, dont on suit virtuellement les méandres, le vélo s'adaptant aux difficultés du terrain : sur une côte, le pédalage devient, alors, plus difficile...

On peut, aussi, courir sur un tapis roulant, et voir se dérouler un itinéraire champêtre : on a ainsi l'illusion de courir à l'extérieur, alors qu'on est enfermé dans un appartement.

On peut, encore, s'exercer sur un rameur et, comme par magie, on se retrouve sur un cours d'eau ou en pleine mer, on découvre des paysages réalistes...

 

Voilà les merveilles du progrès !

 

Pourtant, c'est, là, une déconnexion totale avec la réalité, avec la nature, ses odeurs, son air ambiant, le vent, les caresses du soleil, le murmure de l'eau, celui des oiseaux...

On voit bien les dangers de toutes ces applications qui nous éloignent de la vraie vie, de ses composantes, de ses risques, de ses dangers.

 

Nous avons déjà tendance à nous plonger dans des écrans d'ordinateurs, de smartphones, de tablettes, mais avec ces casques de réalité virtuelle, on sombre dans une illusion dangereuse de réalité...

Le risque est grand de se couper totalement du monde, d'en oublier toutes les saveurs.

La vie est faite d'expériences et ces expériences doivent se vivre dans le réel...

Peut-on en viendra-t-on bientôt à reconstituer les odeurs, le souffle de l'air, le bruitage ?

D'ailleurs, avec la 4 D, il sera bientôt possible, au cinéma, de percevoir des odeurs, des mouvements, lors de la projection d'un film d'action.

Tout est possible... mais rien ne vaut le contact direct avec la nature...

 

Bien sûr, ces équipements de réalité virtuelle coûtent encore très cher, et sont réservés à une élite. Mais, il est probable qu'ils seront bientôt accessibles à tous.

Les progrès techniques ne cessent de se développer : ils comportent des écueils dont il faut se protéger.

 

Déjà, le smartphone occupe une place de plus en plus importante dans nos vies : certains jeunes ne s'en séparent jamais, ils ont les yeux rivés sur leur appareil, on les voit, parfois, marcher dans la rue, le regard concentré sur leur écran.

 

Notre monde moderne devient celui de l'artifice : bientôt, on ne saura plus ce qu'est le chant d'un oiseau, on ne prêtera plus attention au bruissement des arbres, au murmure de l'eau.

C'est comme si les écrans prenaient le pouvoir et s'emparaient de nos vies...

 

 

 

https://www.lepoint.fr/emploi/pole-emploi-quand-la-realite-virtuelle-vient-en-aide-aux-chomeurs-28-01-2019-2289551_30.php

 

 

https://www.lepoint.fr/technologie/la-guerre-de-la-realite-augmentee-aura-bien-lieu-23-03-2019-2303405_58.php

Réalités virtuelles ?
Partager cet article
Repost0
8 octobre 2018 1 08 /10 /octobre /2018 12:42
Un outil diabolique...

 

 

 

Qui aurait pu imaginer, il y a quelques années, qu'on pourrait avec le même appareil disposer d'une télévision, d'une radio, d'un ordinateur, d'un téléphone, d'une caméra, d'un appareil photo ?

Un outil merveilleux, d'autant plus étonnant qu'il tient dans une poche !

Un outil magique, aux multiples fonctionnalités...

Un outil qui permet de se connecter au monde entier...

 

Et de plus en plus de gens sont désormais équipés d'un smartphone...

Je possède moi même un smartphone mais je constate que beaucoup de gens en font un mauvais usage...

 

Il faut les voir le visage penché sur leur appareil, les yeux rivés sur l'écran, coupés du monde extérieur...

Beaucoup se livrent à cet exercice périlleux qui consiste à marcher, le portable à la main, obnubilés par l'écran ! Attention aux obstacles et gare aux chutes !

Les jeunes sont surtout concernés : ils sont accrocs à leur dou-dou, ils ne le quittent plus, même la nuit.

C'est là une addiction dangereuse...

 

Dès cette rentrée, l'utilisation des portables sera interdite dans les établissements scolaires, mais il sera possible pour chaque élève d'apporter et de détenir un smartphone...

Dès lors, le problème est loin d'être résolu : certains élèves n'hésitent pas à utiliser leur portable en classe, ce qui perturbe leur concentration...

Il faut voir les élèves dégainer leur téléphone, dès qu'ils sortent de cours...

 

Voilà un appareil vraiment diabolique, au sens étymologique du terme ! Paradoxalement, il nous sépare du monde réel, il nous éloigne des autres, nous enferme dans une bulle.

Séduisant, attirant, attractif, il s'empare des esprits, il possède les êtres humains, au point de les transformer en objets faciles à manipuler.

Il nous épie, suit tous nos déplacements, observe nos comportements, connaît tout de notre vie...

 

L'objet devient envahissant, accapare les esprits...

L'objet s'impose, devient comme un prolongement indispensable de la main...

On ne peut plus s'en passer, on en devient l'esclave, un esclave consentant qui accepte d'être aliéné par la technique.

 

 

 

 

 

Un outil diabolique...
Partager cet article
Repost0
8 août 2018 3 08 /08 /août /2018 07:45
Désormais, les drones sont partout...

 

 

Un drone qui survole le fort de Brégançon, des drones qui visitent des centrales nucléaires, des drones armés qui lancent une attaque contre le président Vénézuélien Maduro... Désormais, les drones sont partout...

 

Les drones sont de merveilleux outils qui permettent des prises de vue éblouissantes, bientôt, les drones livreront des pizzas, mais aussi des médicaments ou du matériel dans des zones isolées, des chaussures, des vêtements en un temps record...

 

Un énorme marché s'ouvre, et il est amené à se développer, car on vit dans une société de marchandisation infinie, d'autant que la livraison par drone est peu coûteuse : pas d'embouteillages, pas de pilote...

 

Et l'utilisation que l'on peut faire des drones est elle-même infinie...

 

Drones de surveillance qui pourraient servir à éradiquer des trafics de drogues, à repérer des voyous, à lutter contre la criminalité...

De plus en plus, les drones sont miniaturisés et permettent ainsi un contrôle discret... Des drones sont utilisés au Mexique pour combattre la délinquance...

 

Drones de loisir pour faire de magnifiques photos...

 

Drones armés capables de commettre des attentats... deux explosions, sept militaires blessés. Samedi au Venezuela, deux drones chargés d' un puissant explosif militaire, ont explosé dans le centre de Caracas, alors qu'ils survolaient une parade militaire présidée par le chef de l'Etat vénézuélien Nicolas Maduro. 

 

On imagine dans un futur proche un ciel encombré de drones... On imagine aussi les risques de cette nouvelle technologie.

Une surveillance accrue des citoyens : c'est le règne de Big Brother qui s'annonce... car chacun d'entre nous serait susceptible d'être filmé par un drone.

 

Une enquête a été ouverte ce lundi à la suite du survol dans l'après-midi par un drone de la bâtisse de Bornes-les-Mimosas dans le Var, où réside actuellement le président de la République Emmanuel Macron.

La sécurité du président pourrait même être menacée.

Oui, décidément, les drones sont partout, ils envahissent le ciel, ils s'invitent de plus en plus dans l'actualité.

Et cette présence est inquiétante...

 

 

 

 

 

http://www.lepoint.fr/justice/bregancon-une-enquete-ouverte-apres-le-survol-du-fort-par-un-drone-06-08-2018-2241843_2386.php

 

 

Désormais, les drones sont partout...
Partager cet article
Repost0
30 juillet 2018 1 30 /07 /juillet /2018 09:24
Quand la créature échappe à son créateur...

 

 

 

Nous connaissons tous l'histoire de Frankenstein, ce roman de Mary Shelley : un jeune savant suisse, Victor Frankenstein, crée un être vivant assemblé avec des parties de cadavres. Horrifié par l'aspect hideux de l'être auquel il a donné la vie, Frankenstein abandonne son monstre. Mais ce dernier, doué d'intelligence, se venge d'avoir été rejeté par son créateur et persécuté par la société.

Et n'est-ce pas là notre propre histoire qui est racontée par Mary Shelley ?

 

L'homme dépassé par la technique, les ordinateurs, les machines, les robots qu'il a lui-même créés....

L'homme envahi par la technologie, l'homme soumis aux machines...

Ces machines qui déjà orientent nos choix, qui nous incitent à consommer toutes sortes de produits dont nous n'avons pas vraiment besoin...

 

L'homme s'enferme ainsi dans un univers factice, dans des bulles artificielles, où la consommation devient essentielle.

L'homme oublie sa propre humanité, se comporte comme une machine, un robot sans âme.

Déjà, les machines ont pris le pouvoir dans le monde de la bourse et de la finance.

Aujourd’hui entre 40 et 60% des échanges sur les marchés financiers se font en trading à haute fréquence... Une révolution de la finance qui se fait dorénavant à très haute vitesse.

L'objectif est de gagner toujours plus d'argent et on ne contrôle plus ces machines qui fonctionnent beaucoup plus vite que les traders.

Les robots seront bientôt plus performants que les hommes.

 

Nous vivons aussi dans un monde matérialiste où les objets occupent une place de plus en plus importante, et nous en venons à détruire notre planète pour consommer toujours plus.

Et nous sommes encore dépassés par cet univers matérialiste : pollution de l'eau, de l'air, des sols, accumulation de déchets plastiques.

Le réchauffement climatique s'accélère d'année en année et bientôt, notre planète sera inhabitable.

 

Or, nous faisons partie de la nature, nous sommes la nature, mais nous avons tendance à l'oublier.

La technologie que nous avons créée  nous échappe, elle est un facteur de destruction de la planète.

 

Comment agir et réagir face à cette destruction ?

Il faut, sans doute, réinventer une autre société qui ne soit pas fondée sur le profit à tout prix, une société de coopération et de solidarité humaine...

Une société où l'on respecte la nature, où l'humain retrouve enfin sa place...

 

 

 

 

 

 

 

Quand la créature échappe à son créateur...
Partager cet article
Repost0
8 juin 2018 5 08 /06 /juin /2018 12:30
Le seul progrès technique ne peut constituer un projet de société...

 

 

Nous vivons une course incessante à la technologie : les progrès techniques connaissent une accélération jamais égalée.

De plus en plus, les machines supplantent l'homme, le libérant de certaines contraintes mais lui enlevant aussi une part de sa liberté en raison de la surveillance permanente qu'implique internet.

 

Est-ce là un projet de société suffisant ?

 

"Il ne saurait tenir lieu de morale, ni de politique, ni de spiritualité, ni donc de civilisation...", comme l'écrit justement  André Comte-Sponville, dans son ouvrage intitulé L'inconsolable et autres impromptus.

 

Et, pourtant, nous fonçons tête baissée dans un univers où la technologie est triomphante, sans nous soucier vraiment de préserver notre environnement.

Et même les énergies "vertes" dont on nous vante les mérites sont sources de pollution puisqu'elles font appel à l'exploitation des terres rares dans des pays où on ne se soucie guère d'écologie.

 

Les hommes politiques tracent-ils des voies nouvelles, des perspectives différentes ? Aucun projet civilisationnel ne se dessine si ce n'est la foi dans le progrès.

Le progrès est utile, bien sûr, mais il ne peut constituer le seul objectif d'une société...

La politique elle-même devient une technique : elle n'a d'autre but que le fait de vouloir s'emparer du pouvoir...

 

Il nous faut, sans doute, définir un projet fondé sur le respect de la nature, soulignant ainsi l'importance de la pensée, de la réflexion et de la culture si souvent mise à mal dans le monde moderne.

La philosophie des lumières a bien souligné l'importance de cette libre pensée dégagée de la religion, elle a dénoncé de nombreux préjugés, elle a fustigé les nombreuses inégalités présentes dans la société.

 

C'est cet esprit qui doit nous guider : les progrès doivent s'accompagner d'une prise de conscience et la fuite en avant à laquelle on assiste ne peut être que néfaste.

Il convient, sans doute, de fixer des limites, poser des garde-fous.

Mais qui s'en soucie ?

Nous sommes, sans cesse, à la recherche de la croissance, l'objectif économique surpassant tous les autres.

Et nous oublions le sens de la mesure, nous nous laissons emporter par l'orgueil, l'hybris, négligeant la nature, détruisant son harmonie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le seul progrès technique ne peut constituer un projet de société...
Partager cet article
Repost0
4 juin 2018 1 04 /06 /juin /2018 13:16
On nous vend des apparences...

 

 

Le marketing, la publicité, les images sont présents partout : on nous vend du rêve...

Nos écrans déversent sous nos yeux des flots de publicités : elles ont pour but de nous inciter à acheter, à consommer toujours plus.

 

Les images défilent, attrayantes, séduisantes : voitures de luxe, vêtements clinquants, médicaments miracle...

Il s'agit de nous vendre des faux-semblants, des illusions, des chimères : il faut que les gens achètent et recommencent !

"Jette-achète", telle est la devise de nos sociétés : peu importe la qualité de ce que l'on nous propose, ce qui importe, ce sont les apparences...

 

Les voitures doivent être imposantes, clinquantes pour susciter l'envie de les acquérir...

Les vêtements doivent se parer de couleurs vives, de paillettes, de dentelles, de volants, mais on oublie la qualité de la confection.

 

Les publicités s'adressent à notre imagination : véritables petits scénarios, elles nous font rêver à un monde idyllique.

Ce qui importe, ce n'est plus l'objet lui-même, mais sa représentation et sa mise en scène.

Tout un art de la persuasion est ainsi mis en oeuvre pour séduire le consommateur.

Peu importe la réalité du produit, il s'agit de faire croire à des images, des fantasmes, des rêves...

Ainsi, certains labels apposés sur toutes sortes de produits, notamment les produits alimentaires, sont trompeurs : ce sont, avant tout, des arguments de vente.

 

Nous vivons dans un monde d'impostures permanentes : un monde où dominent les apparences.

On nous vend des désirs sans cesse renouvelés : des écrans de télévision de plus en plus grands, des smartphones de plus en plus performants, des ordinateurs parlants, des machines à laver de plus en plus sophistiquées...

 

 

Pouvons-nous échapper à ces leurres, ces faux-semblants qui nous environnent ?

Nous sommes les victimes consentantes d'un monde d'apparences. Et le plus souvent, nous n'en avons pas conscience...

 

Nous sommes conditionnés pour acheter, nous sommes happés par un système de consommation qui nous emprisonne.

Comment nous libérer, si ce n'est par une prise de conscience ?

Résistons à cette surconsommation et à ce monde des leurres et des apparences !

Il est essentiel de s'informer sur ce que l'on achète : provenance, composition, conditions de production...

Le partage du travail permettrait, aussi, sans doute de rétablir des équilibres perdus : une meilleure répartition des richesses et une modération dans la consommation...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On nous vend des apparences...
Partager cet article
Repost0
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 16:14
La course aux iphones et ses dérives...

 

 


On connaît maintenant le fiasco du téléphone Galaxy Note 7, le dernier né de la marque Samsung : un portable explosif, qui part en fumées, en raison d'une batterie qui prend feu...

 

Mardi 11 octobre, la firme coréenne a dû suspendre la vente de l'appareil, et appeler tous les propriétaires à éteindre leur téléphone.

Depuis quelques années, on assiste, ainsi, à une course incessante à l'innovation : des téléphones toujours plus performants, toujours plus sophistiqués...

L'iphone 7 de Apple vient de sortir et on nous promet déjà l'iphone 8.

Il faut voir comment les gens se précipitent pour acheter le dernier modèle, pour le tester et l'adopter.

 

Il est vrai que ces appareils sont des merveilles de la technologie : téléphone, caméra avec zoom, ralenti, accéléré, appareil photo, dictaphone, horloge...

Mais jusqu'où ira-t-on dans l'innovation ?

On nous annonce le recours à des hologrammes pour communiquer, on nous annonce des téléchargements de plus en plus rapides.

 

Mais a-t-on besoin de tous ces gadgets ?

Partout, c'est la course à l'innovation : bientôt, on pourra disposer de voitures autonomes, et, ainsi, c'en sera fini de la conduite automobile...

Mais, là encore, des problèmes surgissent : une voiture électrique Tesla en mode pilotage automatique est entrée en collision avec un autocar, dans le nord de l'Allemagne, a annoncé jeudi 29 septembre, la police allemande...

 

On a l'impression d'une fuite en avant perpétuelle : il faut innover pour vendre et trouver toujours de nouvelles astuces technologiques : j'avoue que je ne suis pas attirée par l'utilisation d'hologrammes, dans une communication téléphonique.

On assiste à une surenchère dans les progrès qui en devient indécente.

 

Pourra-t-on sans cesse, innover ? N'est-ce pas dangereux ? Des accidents se produisent de plus en plus, montrant que les nouvelles technologies comportent des limites.

Mais l'hubris, la démesure font partie de notre monde, une démesure qui peut nous dépasser et nous nuire gravement.

"Méden agan, rien de trop", disaient les grecs anciens, eux qui entrevoyaient déjà les dangers des excès en tous genres.

Trop de technologies tuent la technologie et l'annihilent : on le voit, avec ces téléphones de la marque Samsung qui s'enflamment et s'embrasent, après une simple utilisation.

 

 

 

 

 

La course aux iphones et ses dérives...
Partager cet article
Repost0
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 15:02
Le portable à la main...

 

 

 

Hier, j'ai pu profiter d' un petit tour dans le parc de la ville, le temps estival permettait de prendre l'air agréablement : un léger mistral tempérait cette journée d'été et de nombreux promeneurs étaient là pour se détendre et s'aérer.

 

Sur les bancs de pierre, de nombreux visiteurs étaient installés et, à ma grande stupéfaction, chacun d'entre eux tenait à la main un portable.

C'était une consultation fiévreuse et silencieuse de cet objet qui fascine le regard.

Aucun d'eux ne s'attardait pour contempler les recoins du jardin, pour admirer la flore, les arbres, les oiseaux.

 

Curieusement, on percevait une sorte de mimétisme dans le comportement : tous penchés sur leur écran, avaient la même attitude.

Pourtant, le jardin offre de belles occasions de découvertes : des promenades, des reflets sur l'eau, les cygnes, le vent dans les arbres, le chant modulé des cigales, la fraîcheur du plan d'eau...

 

Les êtres qui se trouvaient sur ces bancs avaient l'air de misérables pantins, statiques, inertes, comme pétrifiés face à leur portable.

On se serait cru dans un film de science fiction, où les êtres humains, devenus des robots, adoptent tous invariablement la même attitude.

Le silence qui régnait était, lui-même, impressionnant.

Pas un mot ne sortait de la bouche de ces humains, obnubilés par leur machine.

Pas un regard porté sur le paysage environnant : une impression glaçante d'un monde où les objets priment sur tout le reste.

Une impression d'autant plus glaçante que deux rangées complètes de bancs étaient occupées par ces êtres qui semblaient sortis d'un autre monde.

 

Plus loin, sur la pelouse, des jeunes gens écoutaient de la musique, au lieu de profiter de l'environnement sonore du jardin : le murmure des cigales, le bruit du vent dans les pins, une nature vibrante de vie, en cette journée d'été.

 

Tous ces gens éprouvaient un besoin irrépressible d'être connectés et ce, même dans un jardin, en pleine nature, au milieu des arbres.

 

Pourtant, les gens devraient ressentir le besoin de retrouver un contact avec les éléments naturels, surtout lorsqu'ils vivent en ville.

Il n'est pas rare, aussi, de rencontrer dans la rue, des passants, les yeux rivés sur leur portable, en train de lire des messages.

De plus en plus, notre monde devient un monde d'objets connectés : montres, vêtements, chaussures...

Nous devons nous défier de cette invasion d'écrans, de gadgets, car bientôt nous risquons de perdre le contact avec les réalités les plus simples, les bonheurs les plus tangibles et les plus accessibles.

 

Le portable à la main : c'est comme si les humains ne pouvaient se passer, désormais, de ce prolongement technologique envahissant...

 

 

 

 

Le portable à la main...
Partager cet article
Repost0
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 12:47
Un signe des temps : la fin du magnétoscope...

 

 

 

Un signe des temps : la fin du magnétoscope ! C'est fini : désormais, on ne fabrique plus de magnétoscopes... Notre génération a vu la naissance et les débuts de cette innovation et elle en voit, aussi, la fin.

 

C'en est fini, aussi, du disque Vinyle, des tourne-disques, et bientôt, sans doute, on verra disparaître les CD ou compacts disques qui seront remplacés par d'autres supports, par exemple, les clés USB dont on voit le développement.

Bientôt, le téléphone fixe sera, aussi, supprimé, puisque Orange a annoncé la disparition prochaine de cette ancienne technologie.

 

On mesure, avec ces exemples, l'incroyable avancée des progrès que nous connaissons et leur rapidité : une technologie vient, sans cesse, en remplacer une autre.

Et les progrès s'accélèrent de plus en plus, avec l'arrivée d'internet : qui écoute, désormais, de la musique sur CD ? Le plus souvent, les amateurs de musique utilisent Internet pour accéder à leurs morceaux préférés.

On assiste à une déferlante d'innovations toujours plus performantes.

 

Les i-phones en sont l'illustration la plus éclatante : miniaturisés, ils sont multi-fonctions, appareil photo, caméra, téléphone, dictaphone, ordinateur.

Une merveille de technologie ! Et ce n'est, sans doute, qu'un début.

 

En même temps, on prend conscience de la fragilité de certains de ces progrès : les clés USB ont une durée de vie limitée, elles peuvent se détériorer rapidement, et elles sont, sans doute, fabriquées ainsi : c'est l'obsolescence programmée qui s'impose pour chacun de ces outils technologiques.

On mesure, avec tous ces exemples, le bouleversement que constitue l'apparition d'internet.

On mesure toutes les innovations qui ponctuent nos vies, et qui font que la technologie occupe une place grandissante dans notre quotidien.

 

Tout le monde, ou presque, possède, désormais, un ordinateur, s'en sert tous les jours, se connecte et a accès à toutes sortes d'informations.

Tous les jours, de nouvelles technologies apparaissent : certaines en deviennent farfelues...

Des scientifiques chinois auraient, ainsi, mis au point un nouveau tissu capable de se nettoyer et de se désodoriser, en étant tout simplement exposé à la lumière du soleil !

Finie la corvée de lessive ! Cela serait possible, grâce à un revêtement spécifique de dioxyde de titane !

Mais, ce fameux dioxyde de titane pourrait s'avérer dangereux pour la santé ! Ce produit est cancérogène et fortement allergisant !

Ainsi, les progrès nous entraînent vers des dérives périlleuses...

On assiste à une course effrénée à l'innovation, si bien que nous risquons de nous soumettre à toutes sortes de machines et d'en devenir dépendants.

On ne peut, certes, pas arrêter le progrès et le refuser, mais il faut se défier de certains d'entre eux.

Les créateurs de progrès ne manquent pas d'idées et sont prêts à nous vendre toutes sortes de produits, dans un monde où l'argent est roi, où la consommation devient l'objectif premier.

De plus, l'abandon de certaines technologies pourra générer des difficultés, par exemple, la suppression programmée du téléphone fixe qui constitue un outil indispensable, en cas de panne électrique.

 

 

 

 

 

Un signe des temps : la fin du magnétoscope...
Partager cet article
Repost0