Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2021 1 19 /07 /juillet /2021 08:26
Frénésie touristique...

 

Samedi 10 juillet : trafic saturé en France, 1138 kilomètres de ralentissement, une circulation dense sur la plupart des grands itinéraires en direction du Sud et des régions côtières...

La grande migration qui recommence de plus belle !

 

Après les privations, les confinements, la bride est lâchée : on recommence comme avant... On se rue sur les plages, on se précipite vers la Grande Bleue...

Le tourisme bat son plein à nouveau : réservations en hausse dans les campings, les hôtels, les maisons d'hôtes...

 

D'autant que beaucoup de Français ont fait le choix de rester en France pour passer leurs vacances, plutôt que de partir dans un pays étranger.

Résultat : des plages bondées, saturées de baigneurs avides de soleil...

Images effrayantes ! Des parasols qui se touchent, une masse humaine qui envahit l'espace...

 

Terrifiant ! Comment peut-on passer des vacances dans des lieux où la foule se presse en nombre, à tel point que les gens serrés les uns contre les autres n'ont plus d'espace vital ?

Quelles vacances !

Des plages méditerranéennes assaillies par des hordes de touristes... la Côte d'Opale envahie d'estivants...

Le tourisme bat son plein : vive la liberté retrouvée !

 

On oublie le Covid, les soucis quotidiens, mais à quel prix !

Pollutions, plages souillées, bords de mers saccagés...

Et pourquoi ne pas partir à la découverte de sa propre région ? Souvent, on ne la connaît pas. Partir à pieds pour découvrir les merveilles de la nature...

Plutôt que prendre sa voiture pour faire des kilomètres, faire connaissance avec sa ville, ses monuments, ses lieux insolites...

 

Que dire encore ?

Venise retrouve son flot de touristes : 

 "Les parkings de la ville sont pris d’assaut, et les files d’attente dans le centre historique prennent des proportions telles qu’on en oublierait presque la crise sanitaire. Des images montrent notamment une impressionnante queue devant les vaporetti prenant la direction des îles."

Sur les réseaux sociaux, certains habitants ne cachent d’ailleurs pas leur agacement face à cet afflux de personnes souvent impatientes et peu civilisées. 

 

Le tourisme reprend mais la crise écologique est quelque peu oubliée...

 

 

Sources :

 

https://www.lepoint.fr/societe/vacances-le-trafic-sature-1-100-kilometres-de-bouchons-a-midi-10-07-2021-2434965_23.php

 

 

https://www.20min.ch/fr/story/lete-sera-long-tres-long-984308931206

Frénésie touristique...
Partager cet article
Repost0
9 juin 2021 3 09 /06 /juin /2021 10:50
Du tourisme spatial pour des milliardaires...

 

 Jeff Bezos annonce pour cet été le premier vol de sa fusée Blue Origin.

 

Ses milliards lui ont déjà permis de s'offrir plusieurs avions, ou de faire construire un yacht voilier gigantesque, ils vont désormais lui permettre d'observer la terre dans son propre vaisseau spatial.

 

Le premier voyage touristique dans l'espace de la compagnie Blue Origin décollera le 20 juillet prochain. Jeff Bezos, le patron d'Amazon, participera lui-même au vol..

 

"Voir la terre de l'espace, ça vous change un homme, ça change votre rapport à la planète, à l'humanité. Je veux faire ce vol parce que c'est un rêve d'enfant, c'est une aventure qui représente beaucoup pour moi", a-t-il déclaré. Il sera accompagné par des pilotes et des astronautes, à bord d'un vaisseau qui a déjà volé en pilote automatique. Il a proposé à son propre frère de l'accompagner. 

 

Le vaisseau a déjà volé mais en pilotage automatique, Jeff Bezos est si confiant dans son projet qu'il sera le premier à le tester pour un vol humain. Il sera accompagné d'un équipage de pilotes et d'astronautes, d'un passager payant après une vente aux enchères et a proposé à son propre frère de venir avec lui.

 

Il y a vingt ans l'Américain Dennis Tito avait été le premier milliardaire à faire du tourisme dans l'espace. Aujourd'hui, la révolution est que les géants de la Silicon Valley y vont avec leurs propres engins.

Elon Musk, PDG de la société SpaceX et directeur général de la société Tesla, a raflé des contrats avec la NASA, mais son rival Jeff Bezos devrait donc le coiffer au poteau, pour voler lui-même en orbite, Richard Branson devrait lui aussi réaliser son premier vol dans quelques mois, et pour décembre prochain, un autre milliardaire a acheté un vol spaceX complet, il s'envolera avec 3 autres passagers et sera le premier commandant privé de mission spatiale, sans aucun astronaute professionnel à bord.

 

Que dire ?

Alors qu'une poignée de milliardaires se préparent à faire du tourisme spatial, des milliards d'êtres humains, eux, ont des difficultés à survivre. 2,8 milliards de personnes, soit près de la moitié de la population mondiale, vivent avec moins de 2 dollars par jour.... Plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à de l’eau salubre.

Que dire encore ?

Le tourisme a déjà commencé à détruire notre belle planète, le tourisme va désormais polluer l'espace pour satisfaire le plaisir de quelques milliardaires.

Quel est le bilan carbone d'un voyage touristique dans l'espace ? Au moment où l'on nous demande des efforts au quotidien, comment peut-on encenser une telle aberration climatique ?

 

 

Source :

 

https://www.francetvinfo.fr/internet/amazon/tourisme-spatial-jeff-bezos-annonce-le-premier-vol-de-sa-fusee-blue-origin_4654837.html

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 12:29
Covid-19 : Venise s'éteint...

 

On a connu la ville de Venise submergée et asphyxiée par un tourisme de masse, on a connu Venise au temps du Carnaval, assaillie par des hordes de touristes.

On a connu Venise en péril : érosion des rives, des sites classés,  fréquentés par plus de 20 millions de touristes chaque année...

"C'est invivable, on a même du mal à se rendre au travail, et pour déplacer tout ce monde, les bateaux circulent deux fois plus, ça accentue la houle qui crée des dommages sur les fondations, sans même parler des bateaux de croisière qui arrivent jusqu'ici, les rives sont fragilisées, il y a même des écroulements.", témoignait une habitante de la ville en 2017.

On envisageait même un numerus clausus pour endiguer le flot des touristes.

 

Et voilà que Venise est désertée : le coronavirus a vidé la ville de ses touristes...

Venise est menacée encore, mais cette fois parce qu'elle est privée de culture et de tourisme.

Curieux renversement de situation, curieuse ironie du sort !

 

Venise se meurt : pas un chat, pas même une mouette ou un pigeon sur la place Saint-Marc.

Cette année, le Carnaval n'aura pas lieu, finies les festivités, finies aussi les rentrées d'argent. Venise est devenue une ville morte qui se referme. 

 

Dans le quartier de la place Saint-Marc il n'y a plus un habitant... en temps ordinaire, tout est loué à la journée ou à la semaine aux touristes.  

 

Venise se meurt désormais d'un autre mal : Venise a énormément de richesses mais n'a misé que sur le tourisme et maintenant tout le monde peut en voir les conséquences.

 

Une autre crise profonde menace la ville : après l'afflux de touristes, c'est le grand vide, l'asphyxie par l'économie. Tous les hôtels de luxe sont fermés.

Venise sans Carnaval ! Venise libérée de ses touristes ! Les masques anti-Covid ont remplacé les masques carnavalesques.

Venise, ville morte : étonnant retournement de situation !

Et sans les touristes, Venise retrouve pourtant toute sa beauté : la pollution s'est évanouie, les navires de croisière ne menacent plus la ville.

On touche là tout le paradoxe de notre temps : le tourisme de masse avait atteint des proportions inquiétantes : dans plusieurs pays d'Europe, des voix s'élevaient contre cette invasion touristique, notamment en Espagne... on dénonçait  la flambée des loyers, la saturation des espaces publics ou encore la dégradation de l'environnement. 

En France, en Italie, en Grèce : même phénomène !

Et voilà que cette manne touristique s'évanouit ! Voilà que le coronavirus a fait disparaître les touristes.

Venise n'est plus menacée par le tourisme de masse, Venise est maintenant menacée par l'absence de touristes.

Oui, notre époque est faite de démesure et d'excès : la ville de Venise nous en offre un exemple frappant.

 

 

Sources :

 

https://www.franceculture.fr/emissions/le-reportage-de-la-redaction/le-reportage-de-la-redaction-emission-du-jeudi-28-janvier-2021

 

https://www.franceculture.fr/societe/tourisme-de-masse-six-hauts-lieux-qui-viennent-de-legiferer

 

https://www.franceculture.fr/emissions/le-choix-de-la-redaction/venise-menacee-par-le-tourisme

 

 

 

 

Covid-19 : Venise s'éteint...
Partager cet article
Repost0
7 août 2020 5 07 /08 /août /2020 08:55
Peut-on encore voyager ?

 

Sites touristiques envahis par des foules compactes, sites pollués, dégradés, abîmés par un tourisme de masse débridé...

Des effets dévastateurs...

 

Le voyage est devenu une véritable industrie... en France, le tourisme génère de nombreuses activités, des profits conséquents...

Alors, face à la démesure du tourisme, peut-on encore voyager ?

 

Le tourisme avait à l'origine une dimension émancipatrice qui a été très vite rattrapée par la logique du marché, par une logique industrielle qui pose aujourd'hui problème.

Avions, bateaux de croisière, constructions de centres de vacances, d'hôtels, toute une infrastructure consacrée au tourisme... forcément, l'environnement en pâtit.

 


Et quand on voit ces paquebots géants devenus villes flottantes, qui peuvent accueillir 5000 passagers, on prend conscience plus encore de la démesure de nos sociétés.

Une vingtaine de bars et restaurants, un théâtre, un casino, un centre de bien-être, une patinoire, un parc aquatique, un jardin botanique naturel... on se croirait non pas sur un bateau, mais dans une ville construite pour le confort des passagers...

On y perçoit un luxe démesuré, un gigantisme effrayant... les cabines se superposent, créant une impression de vertige.

 

Mais qui peut avoir envie de naviguer sur de telles îles flottantes ?

C'est l'univers de l'artifice par excellence : un monde où les gens se retrouvent entre eux, pour profiter d'un luxe inouï, mais que devient le plaisir du voyage et de la découverte ?

Ces voyageurs modernes ont-ils même l'occasion d'observer les paysages marins, dans la mesure où de nombreux loisirs leur sont proposés ?
 

 

Il existe encore une sorte de narcissisme du voyage que les réseaux sociaux amplifient : "J'ai fait tel pays, j'ai fait la Birmanie, le Pérou, le Srilanka..."

Quel snobisme !

Le voyage est aussi un luxe réservé aux plus riches : il faut avoir du temps, de l'argent. De nombreux Français n'ont pas les moyens de partir en vacances.

Toutefois, le low cost a permis de démocratiser le voyage.

 

Mais, on en prend de plus en plus conscience : le voyage devrait être plus rare et plus précieux, l'industrie touristique doit décroître...

Le voyage devrait commencer, en fait, sur le pas de sa porte : point n'est besoin d'aller loin, on peut découvrir même près de chez soi...

Se mettre à l'écoute de la nature, observer son environnement, apprendre à connaître la campagne environnante, pister les créature fabuleuses, selon l'expression de Baptiste Morizot, c'est à dire "les êtres vivants qui habitent juste à côté de nous, dans les forêts, dans les montagnes, parfois, juste à l'autre bout du jardin."

Commençons par observer tous ces êtres vivants qui nous entourent : les arbres, les oiseaux, les insectes...

Partons à la découverte de notre environnement...

 

 

Source :

 

https://www.franceinter.fr/emissions/le-debat-de-midi/le-debat-de-midi-06-juillet-2020

 

 

 

 

 

Peut-on encore voyager ?
Partager cet article
Repost0
31 juillet 2019 3 31 /07 /juillet /2019 10:18
L'aphorisme me plaît...

 

Formule brève, ramassée, l'aphorisme dit l'essentiel en si peu de mots...

Econome du verbe, l'aphorisme révèle pourtant bien des choses...

 

Le mot est ancien et d'autant plus précieux, il vient d'un verbe grec "aphorizein" qui signifie "délimiter".

 

L'aphorisme me plaît, me séduit : je n'aime pas les logorrhées, les longs discours interminables et amphigouriques qui tournent autour du pot...

Comme le haïku japonais, l'aphorisme est un condensé de réflexion sur le monde.

Formule frappante, percutante, l'aphorisme fait souvent appel à l'humour, à la dérision, à la poésie, à des jeux de mots.

 

Difficile de se livrer à cet exercice où le mot doit faire mouche... difficile de rédiger en peu de mots l'essence du monde...

 

Sylvain Tesson, géographe, grand voyageur, écrivain, excelle dans la maîtrise de l'aphorisme...

Il écrit notamment : "L'aphorisme s'accorde bien à la vie d'aventure. Sur la route, il faut de la légèreté : un sac vide et des projets réduits au seul et beau souci d'avancer. L'aphorisme participe au dégraissage de la vie, à la diététique de l'âme et du corps- vertus nomades."

Propos sur la nature, sur la mort, sur l'homme et ses penchants, ces aphorismes surprennent, émerveillent, font sourire, rire, parfois d'un rire désespéré...

La mélancolie affleure souvent : l'amour qui déçoit, l'homme qui détruit la nature, le tourisme mal pensé...

Il faut lire "Les aphorismes sous la lune et autres pensées sauvages" de Sylvain Tesson.

 

Quelques mots pour décrire la beauté du monde, le plaisir de la marche, la mélancolie des crépuscules...

Quelques mots pour dénoncer la bêtise, l'inconscience des hommes...

 

Par exemple :

 

"La neige : les éclats brisés du silence céleste..."

"Neige : la poudre aux yeux de l'hiver..."

"Lueur d'espoir : une petite mousse dans la fissure d'un mur."

"Sapin de Noël : on aura même réussi à rendre les arbres ridicules."

"Pâquerettes : taches de douceur sur la joue du gazon."

 

Ou encore :

"L'amour est cet intervalle de déception entre le chagrin de la vie solitaire et le désespoir de la séparation."

"Amour : jeu de jupes puis jeu de dupes."

 

"Dans une vie, il nous arrive davantage rien que quelque chose."

" Je suis sûr que Jésus préférerait une soirée avec des danseuses du ventre qu'avec des carmélites."

"Vivre, c'est attendre de regretter la jeunesse au cours de laquelle on s'ennuyait tant."

 

"Plages de la Méditerranée : champs de bataille couverts de corps morts de chaud."

" Le tourisme à Rome : preuve que, effectivement, les barbares ont gagné."

 

Etc.

 

 

 

L'aphorisme me plaît...
Partager cet article
Repost0
24 août 2018 5 24 /08 /août /2018 07:39
Des touristes incommodés par le chant des cigales !

 

 

Voilà une information pour le moins surprenante : des touristes venus passer des vacances dans le sud de la France se sont plaints d'être dérangés par le chant des cigales... !

Georges Ferrero, le maire de Beausset dans le Var a reçu deux plaintes de vacanciers concernant "le bruit" généré par les cigales.

 

"Est-ce que vous avez des produits insecticides pour passer sur les arbres ? Comment se débarrasser des cigales ?", ont osé demander les touristes.

 

Sacrilège ! Comment peut-on être incommodé par ce doux chant qui se répercute dans les pins ?

Dans la Grèce antique, les cigales étaient le symbole de la musique, de l’art, de la création.

 

Elles sont depuis longtemps l'emblème par excellence de la Provence, elle font partie des paysages du sud, elles scandent de leur murmure les journées chaudes de l'été... 

Divines enchanteresses, elles se cachent dans les arbres, discrètes, secrètes...

Et seules leurs voix sont perceptibles, si douces, si harmonieuses.

 

Elles semblent se répondre d'un arbre à un autre, formant un concert inextinguible au coeur de l'été...

 

Il est vrai que la canicule les a rendues plus loquaces, cette année...

Mais, comment s'en plaindre ?

Les cigales sont un des charmes de la Provence... elles accompagnent les chaleurs intenses du midi, elles nous ensorcellent de leur musique douce comme le miel.

Amoureuses des pins, elles nous invitent à des bonheurs simples...

 

Cigale ! Quel nom évocateur ! En le prononçant, on entend ce doux murmure de l'été...

Jolie cigale aux ailes translucides, aux teintes ambrées !

Des touristes venus du nord osent se plaindre de ton chant ! ?

C'est une hérésie...

 

Les cigales sont indissociables de la Provence : ceux qui ne veulent pas les entendre sont priés d'aller voir ailleurs...

Oui, les cigales chantent une mélodie, elles ne font pas du "bruit", mais une musique si douce qu'elles nous bercent de leurs voix...

Et les touristes qui arrivent dans le sud, comme en terrain conquis, doivent s'accommoder de leur présence...

Ces insectes sont menacés par les pesticides, par la pollution, il ne faudrait pas que les touristes représentent aussi un danger pour leur survie.

Et puis, où est le plaisir de voyager, si l'on n'accepte pas les particularités du pays que l'on découvre ?

Où est le plaisir du voyage, si on refuse ce qui est nouveau et différent ?

Souvenons-nous de ce que disait Montaigne à ce sujet : "La diversité des façons d'une nation à autre ne me touche que par le plaisir de la variété. "

Montaigne était curieux des usages et des particularités des pays qu'il traversait...

Une curiosité qui manque à ces touristes qui ne savent pas apprécier la diversité du monde...


 

 

 

 

 

 

http://www.lepoint.fr/environnement/var-des-touristes-veulent-eliminer-les-cigales-trop-bruyantes-a-leur-gout-20-08-2018-2244670_1927.php

 

 

Des touristes incommodés par le chant des cigales !
Partager cet article
Repost0
23 juillet 2018 1 23 /07 /juillet /2018 08:20
L'emprise du jeu et du divertissement...

 

 

Les loisirs encadrés connaissent un vif succès dans une époque comme la nôtre, vouée aux divertissements dispendieux.

Il faut payer pour mieux se distraire...

 

Le tourisme de masse nous incite à partir dans des voyages organisés où chaque journée est programmée selon des horaires précis.

Il vaut les voir ces touristes en tee shirt et bermuda, avec un chapeau vissé sur la tête...

N'oublions pas l'appareil photo indispensable au voyageur moderne.

 

Le touriste est guidé dans son périple, et on lui propose même des activités sportives variées pour qu'il ne s'ennuie pas.

Surf, planche à voile pour mieux profiter de la mer, activités découvertes pour mieux apprécier la montagne...

Comme si l'être humain n'était plus capable de partir à l'aventure, tout simplement de marcher pour découvrir la nature environnante...

 

Nos sociétés sont ainsi de plus en plus encadrées, infantilisées comme si l'homme n'était plus apte à se divertir par lui-même.

Il nous faut du jeu permanent : c'est ce qu'offrent de nombreux jeux vidéos aux adolescents et à un certain nombre d'adultes.

Les parcs d'attraction connaissent aussi un vif succès, ainsi que les centres aquatiques où de nombreuses activités sont disponibles... toboggans interminables, magnifiques piscines et autres bains bouillonnants, bouées, jeux d'eau, glissades...

 

Nous basculons peu à peu dans un autre monde, celui des loisirs organisés.

Plus un coin de plage où l'on peut s'isoler vraiment et prendre du plaisir à un simple bain de mer.

Plus un coin de campagne où on ne prévoit des activités champêtres : découverte d'un vignoble, d'une ferme.

 

Les plages sont envahies de monde, et c'est tout juste si on peut profiter d'un espace marin qui ne soit pas assailli par des surfeurs, des véliplanchistes...

Lors de compétitions sportives, des fans zones sont prévues afin de rassembler les supporteurs de foot en délire, dans une ambiance survoltée.

Et bien sûr, les fans de foot peuvent se procurer des chapeaux, du maquillage, des ballons aux couleurs des bleus...

Nous sommes dans notre intérieur même des utilisateurs de médias, internet, la télévision qui nous orientent vers tel ou tel loisir...

C'est le jeu permanent ! C'est l'infantilisation des foules qui se met en place aux quatre coins de la planète !

 

 

 

 

 

 

 

 

L'emprise du jeu et du divertissement...
Partager cet article
Repost0
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 08:51
La Côte d'Azur chinoise : une image effrayante du tourisme de masse...

 

 

Ce lundi 14 août, lors du journal de 20 heures, sur France 2, un reportage sur l'essor du tourisme chinois était l'occasion de découvrir des images étonnantes d'une plage chinoise envahie par des touristes.

 

"Le boum économique favorise le tourisme intérieur, plus de 400 millions de Chinois visitent leur propre pays", commentait le journaliste Julian Bugier qui présentait le journal.

 

Aussitôt, apparaissait  une image d'une plage bondée : des parasols qui se touchent, une masse humaine qui envahit l'espace...

 

Effrayant ! Comment peut-on passer des vacances dans des lieux où la foule se presse en nombre, à tel point que les gens serrés les uns contre les autres n'ont plus d'espace vital ?

Sans doute est-ce aussi le spectacle que l'on peut voir sur certaines de nos plages méditerranéennes assaillies par des hordes de touristes...

Et, dans le cas de la Chine, l'image est saisissante !

 

"C'est la nouvelle côte d'Azur chinoise : 5 kilomètres de plage bondée, les Chinois viennent désormais par millions goûter aux joies des vacances estivales...", précise un autre journaliste au cours du reportage...

 

On découvre aussi une mer couverte de bouées, car beaucoup de Chinois ne savent pas nager...

D'énormes bouées jaunes, rouges, vertes envahissent l'espace marin. Terrifiant !

Une maman a même imaginé de tenir en laisse son enfant pour ne pas le perdre dans la foule !!

 

Bien sûr, les Chinois peuvent, désormais, profiter de vacances et aller au bord de la mer, ce qui ne leur était pas possible, autrefois.

C'est un progrès et pourtant, quand on voit les images de cette plage noire de monde, on se demande où est le plaisir.

 

Le tourisme de masse atteint des proportions inquiétantes : dans plusieurs pays d'Europe, des voix s'élèvent contre cette invasion touristique, notamment en Espagne... on dénonce la flambée des loyers, la saturation des espaces publics ou encore la dégradation de l'environnement. 

75,6 millions de touristes en 2016 en Espagne !

L'Italie est aussi assaillie par les touristes, ainsi que la Croatie.

En Grèce, l'île de Santorin est au bord de l'asphyxie : 60 000 touristes par jour !

Et, même en France, le tourisme s'intensifie.

De nombreux pays se retrouvent, ainsi, face à de véritables défis : le tourisme est générateur de profits et d'emplois, mais il crée aussi des nuisances, il détruit et dénature certains paysages.

Comment résoudre ces difficultés ? Face à l'accroissement de la population, face à la massification du tourisme, quelles sont les solutions envisageables ?

Certains lieux saturés de touristes subissent des dégradations qui risquent d'être irréversibles.

 

 

 

Le reportage de France 2 :

 

http://www.francetvinfo.fr/monde/chine/chine-le-boom-du-tourisme-interieur_2327421.html

 

 

 

 

 

 

La Côte d'Azur chinoise : une image effrayante du tourisme de masse...
Partager cet article
Repost0
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 07:34
Ces paquebots de l'outrance...

 

 


Notre époque est celle de la démesure, dans de nombreux domaines : surconsommation, hypermarchés dont le nom même indique un excès, gaspillages, pollution, accumulation de déchets...

Et quand on voit ces paquebots géants devenus villes flottantes, qui peuvent accueillir 5000 passagers, on prend conscience plus encore de la démesure de nos sociétés.

Une vingtaine de bars et restaurants, un théâtre, un casino, un centre de bien-être, une patinoire, un parc aquatique, un jardin botanique naturel... on se croirait non pas sur un bateau, mais dans une ville construite pour le confort des passagers...

On y perçoit un luxe démesuré, un gigantisme effrayant... les cabines se superposent, créant une impression de vertige.

Mais qui peut avoir envie de naviguer sur de telles îles flottantes ?

C'est l'univers de l'artifice par excellence : un monde où les gens se retrouvent entre eux, pour profiter d'un luxe inoui, mais que devient le plaisir du voyage et de la découverte ?

Ces voyageurs modernes ont-ils même l'occasion d'observer les paysages marins, dans la mesure où de nombreux loisirs leur sont proposés ?

Le voyage, le vrai permet une ouverture sur le monde... Qu'en est-il de ces traversées maritimes sur des paquebots aux dimensions inhumaines ?

Un casino ? Il s'agit bien d' un univers luxueux, fait pour des riches qui peuvent s'adonner aux plaisirs du jeu...

Un parc aquatique sur un bateau ? Une reproduction de ces espaces artificiels qu'on trouve sur terre, avec des toboggans, des attractions en tous genres...

Mais, comment peut-on apprécier de vivre, ainsi, dans un univers où les gens sont entassés les uns sur les autres ?

Quelle évasion ce type de paquebot peut-il procurer ?

Le Harmony of the Seas, ce géant de 362 mètres de long, 66 mètres de large et 72 mètres de haut, soit l'équivalent d'un immeuble de 20 étages, ne me fait pas rêver...
J'aurais l'impression de vivre dans une usine à fric flottante...

A Venise, la lagune est menacée par la multiplication de ces paquebots géants, et les dégradations risquent d'être irrémédiables.

On imagine aussi toute l'énergie nécessaire pour propulser ces géants des mers : générateurs de pollution, ces paquebots ne sont sûrement pas écologiques.

Notre époque aime la démesure : il est vrai que ces paquebots fournissent du travail à ceux qui les construisent, dans les chantiers navals.

Mais pourquoi  construire des paquebots si démesurés, si ce n'est au nom de la rentabilité ?

Hier, mardi, un canot de sauvetage s'est décroché sur le plus grand de ces paquebots, le Harmony of the seas : cet accident a coûté la vie à un ouvrier et quatre autres personnes ont été grièvement blessées. Le bateau de croisière faisait une escale dans le port de Marseille.

Il semble, ainsi,  que la sécurité laisse à désirer sur ces bateaux où la démesure et la rentabilité l'emportent sur toute autre considération...


 


http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/27659-marseille-quatre-blesses-accident-paquebot-geant-harmony.html


 

Ces paquebots de l'outrance...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/