Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2021 5 11 /06 /juin /2021 12:26
Un après-midi provençal...

 

Nombre de traditions sont essentielles : elles constituent pour chacun d'entre nous des repères, un ancrage dans le passé... elles nous offrent un lien avec ceux qui nous ont précédés...

 

Je suis née en Provence, du côté de Marseille. Mon grand-père et ma grand-mère maternels appartenaient au monde paysan : ils cultivaient la terre dans le pays d'Aix. Mon grand-père paternel était pêcheur à l'Estaque.

Mes racines sont donc provençales.

 

Comment ne pas être attaché à cette terre du sud et à ses traditions ancestrales ?

 

La Feria de Nîmes est aussi l'occasion de faire revivre certaines de ces traditions, notamment des danses provençales.

 

Le spectacle se déroulait dans un lieu somptueux et prestigieux  les Jardins de la Fontaine, devant l'antique temple de Diane...

 

Un temple vieux de 2000 ans, monument le plus romantique, et aussi le plus mystérieux de Nîmes, un édifice associé au culte impérial...

Etait-ce un temple ou une bibliothéque ? Ce bâtiment  était l’une des composantes du grand sanctuaire dédié à Nemausus et au culte impérial.


On ne connaît pas la véritable fonction de cet édifice dans le sanctuaire antique : bibliothèque ? salle cultuelle ? On ne sait pas vraiment...

En tout cas, un lieu empli de charmes et d'histoire...

 

Au cours de ce spectacle, on pouvait admirer des costumes et des robes d'autrefois, des tissus provençaux aux motifs variés, des coiffes à l'ancienne, de savants chignons, des dentelles, des jupes empesées...

 

Au rythme d'un orchestre provençal, les danseurs et les danseuses ont offert aux spectateur un florilège de danses traditionnelles.

Danse des jardinières, danse des pêcheurs, danse des rubans, farandoles, ballet des filles de marbre, volte, le spectacle était haut en couleurs...

 

On pouvait entendre les instruments traditionnels de la Provence : les fifres, les tambourins, les galoubets...

 

La musique, les costumes, les chorégraphies nous permettaient de retourner dans le passé, et de retrouver une certaine douceur de vivre : des airs et des rythmes apaisants, des costumes confectionnés avec soin, des danses pleines de gaieté, de charme.

 

Un spectacle simple, sans fioriture, sans artifice, en plein air, à la lumière du soleil de Provence, sous les tilleuls et les marronniers qui bordent le temple de Diane...

Un spectacle harmonieux qui apporte douceur et réconfort...

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 13:02
La crèche des garrigues...

 

Qu'elle est belle la crèche des garrigues ! Comme la plupart des crèches, elle représente tous les petits métiers, les lieux de nos villages et de nos villes...

 

En Provence, la crèche est entourée de collines pentues où s'accrochent des moulins d'autrefois... de la mousse décore les escarpements...

 

Sur ces collines, des bergers, des moutons, des paysans, une porteuse d'eau, une fileuse...

 

Au centre, une auberge où vacille un feu chaleureux : les gens s'affairent autour du feu pour préparer un repas,un musicien avec sa guitare est posté à l'entrée...

 

Tout à côté, une épicerie avec ses paniers d'osiers remplis de victuailles, avec ses grands tonneaux de vin...

 

Dans un coin, des danseurs forment une ronde autour d'un mât où sont suspendus des rubans...

 

La crèche elle-même couverte de paille accueille un boeuf, des moutons... un berger avec son bâton se tient à l'entrée, dans une attitude humble, pleine de révérence.

 

Au dessus, un ciel illuminé d'étoiles...

 

On entend aussi le doux murmure de l'eau qui fait tourner les moulins...

 

L'ensemble suscite une impression d' apaisement infini : on peut ne pas être croyant et admirer ces constructions éphémères qui évoquent la naissance de Jésus.

 

En Provence, la préparation de la crèche est entourée d'un véritable rituel : quelques jours avant de l'installer, il convient d'aller chercher de la mousse, des branches de houx et de pins dans les sous-bois...

Puis, on dispose les santons en argile aux couleurs vives dans cet écrin de verdure...

Le rémouleur, le puisatier, la bohémienne, le ravi, le meunier, le berger et ses moutons, les anges, Joseph, Marie, une foule de figurines familières...

 

La crèche reste un magnifique symbole...

Symbole de la famille qui se perpétue, symbole du renouveau de la vie...

L'enfant fragile, la famille, les voisins qui viennent admirer le nouveau-né.

Symbole d'amour et de réunion, encore.

 

Préservons ces traditions ancestrales : elles nous relient au passé, à tous ceux qui nous ont précédés...

 

 

 

 

 

La crèche des garrigues...
Partager cet article
Repost0
21 décembre 2018 5 21 /12 /décembre /2018 14:38
Crèches de Noël...

 

 

"La crèche est un moyen d'expression... Au fond, nous sommes toujours à l'époque des cavernes : il nous faut dessiner sur les parois.

Il n'y a pas que les santons. Il y a la composition du paysage. Ce n'est jamais un paysage de Judée. C'est toujours celui qui nous est familier ; le Marseillais y représente Marseille ; le Manosquin, Manosque ; le Parisien, Paris...."

C'est ainsi que Jean Giono évoque la confection des crèches de Noël, dans un ouvrage intitulé Provence.

 

Les crèches varient en fonction des villes, des pays, des continents, de nos personnalités, de notre culture, de nos goûts.

 

Les crèches nous ressemblent : crèches monumentales, modestes, humbles, crèches colorées, lumineuses, crèches modernes ou traditionnelles...

 

On aime leur simplicité, leur harmonie, l'impression de paix, de bonheur qui émane de ces créations humaines...

Crèches confectionnées par des enfants, des adultes, une exposition leur était consacrée en l'église Saint-Charles de Nîmes...

Une occasion de s'émerveiller et de découvrir toutes sortes de compositions.

 

Crèches somptueuses, aux décors et aux personnages multiples, simple crèche avec une hutte primitive où l'enfant Jésus repose sur la paille, crèche-vitrail, éclairée par des bougies, crèche moderne aux faisceaux lumineux, crèche africaine composée de cases, crèche traditionnelle en carton pâte, garnie de mousse, crèche aux épis de blé qui sertissent les personnages de Joseph et Marie, crèche qui s'anime de personnages variés, crèche garnie de tissu provençal....

Crèche stylisée, simplifiée à l'extrême, crèche arche de Noé...

Beaucoup d'imagination et de créativité dans cette exposition...

 
En Provence, la crèche se doit d'être garnie de mousse fraîche, recueillie préalablement dans des sous-bois bien ombragés et humides de la campagne environnante, une mousse épaisse qui sent bon la terre et l'humus.On dispose tout autour des branches légères de sapin et du houx aux feuilles dentelées et vernissées, aux baies flamboyantes, feuillages qui simulent une forêt d'arbres.


Les santons de Provence aux couleurs éclatantes, figurines d'argile peintes avec minutie évoquent tout un petit peuple de travailleurs simples et modestes, un univers familier...

 
Toute la population d'un village vient apporter ses cadeaux à l'enfant nouveau né. Les santons célèbrent la vie quotidienne de la Provence et symbolisent tous ceux qui viennent pour admirer Jésus.
 

Voilà une belle tradition à préserver...
 

 

 

 

 

Crèches de Noël...
Crèches de Noël...
Crèches de Noël...
Crèches de Noël...
Crèches de Noël...
Crèches de Noël...
Crèches de Noël...
Crèches de Noël...
Crèches de Noël...
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2017 5 22 /12 /décembre /2017 14:52
Pour perpétuer les traditions de Noël...

 

 

De nombreuses traditions nous relient au passé, à tous ceux qui nous ont précédés : elles nous rassurent, nous confortent et nous réconfortent dans un monde qui s'accélère et qui nous emporte dans un tourbillon de nouveautés et de progrès...

 

Quel bonheur de voir certaines traditions se perpétuer à Noël, notamment !

Noël est l'occasion de se réunir en famille, de fêter les enfants, et aussi d'assister dans les rues de nos villes à des festivités pleines de charme.

 

Dans le sud de la France, les fifres et les tambourins retentissent pour nous faire entendre la langue provençale et des chants venus du passé...

Les musiciens et musiciennes, vêtus de longues capes sombres font revivre un répertoire sympathique et familier.

L'occasion d'entendre la belle langue provençale, que parlaient mes grands parents maternels...

Chants de Noël traditionnels, instruments du passé, costumes d'autrefois...

 

Ainsi, ce chant de Noël que tout le monde connaît en Provence : La Cambo me fai mau... écrit par Nicolas Saboly, il raconte l'histoire d'un berger qui demande qu'on selle son cheval pour aller saluer l'enfant Jésus, car il a mal à la jambe.

Ou encore un cantique sur la naissance de Jésus intitulé "Lu Pastourèu, Les Pastoureaux" : les bergers décident d'aller honorer l'enfant, malgré le froid et la bise.


"Touteis ensen
Si son mes en viage,
Touteis ensen
Emb’un fouort marrit tems.

    Tous ensemble
Ils se sont mis en voyage,
Tous ensemble
Avec un fort mauvais temps."


"Couma faren
Per noun sentì la bisa ?
Couma faren,
Ai pau que periren !
Toui seis abit son fach de tela grisa,
Son toui traucat, li vèon la camisa.
Lu trau, lu trau tenon pas gaire caut !       

 Comment feront-ils
Pour ne pas sentir la bise ?
Comment feront-ils,
J’ai peur qu’ils [ne] périssent.
Tous leurs habits sont faits de toile grise,
Ils sont tous troués, on leur voit la chemise.
Les trous, les trous ne tiennent guère chaud !"

 

 

Au détour d'une rue, on découvre aussi la danse des épées... Elle consiste en un assaut des danseurs simulant un combat pour gagner les faveurs de leurs cavalières. Chaque cavalier porte un bouquet. Les hommes croisent le fer en cadence, puis présentent le bouquet aux dames, se croisant à plusieurs reprises sur un air sautillant. Le bouquet peut symboliser l'abondance prodiguée par l'astre solaire.

 

Noël, ne l'oublions pas, est à l'origine la fête de la lumière... 

Elle correspond aux premiers jour du solstice d’hiver. C’est le moment dans l’hémisphère Nord où les jours commencent enfin à s’allonger. Peu à peu, la nuit cède le pas au jour et les ténèbres à la lumière.

Peu à peu, on s'achemine vers un renouveau de la nature...

 

Ainsi ces traditions nous rappellent des fêtes très anciennes qui nous relient au cosmos, et à la nature.

Les rues, les maisons se parent de guirlandes lumineuses, une façon de célébrer cette lumière qui renaît enfin.

 

Noël est aussi associé à l'odeur chaleureuse des marrons grillés qui réchauffent les corps et les coeurs.

Dans certaines villes, on perpétue encore cette tradition et on voit des marchands ambulants qui nous vendent comme autrefois ces trésors de l'hiver...

Préservons nos traditions ! Ne gommons pas les cultures ! Elles nous structurent, elles sont nos racines et en ce sens, elles sont essentielles...

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2017 3 20 /12 /décembre /2017 13:24
La crèche : un magnifique symbole...

 

 

Noël approche et comme chaque année, je serai fidèle à la tradition de la crèche, une tradition ancestrale en Provence...

 

Quand j'étais enfant, mes parents avaient à coeur de préserver cette coutume, et on préparait en famille une vieille crèche provençale.

Tous les ans, c'était le même rituel : on allait cueillir de la mousse des bois, quelques branches de pin dans la campagne environnante, et on tapissait la crèche de ce décor naturel.

 

Puis, on disposait les santons en argile aux couleurs vives dans cet écrin de verdure...

Moment magique où les santons semblaient s'animer sous nos yeux...

Le rémouleur, le puisatier, la bohémienne, le ravi, le meunier, le berger et ses moutons, les anges, Joseph, Marie, une foule de figurines familières.

Puis, on garnissait la crèche d'une guirlande lumineuse qui éclairait la scène de la nativité.

 

Et quand on y songe : quel beau symbole que celui de la crèche ! Quel magnifique symbole associé à la fête de Noël !

Symbole de la famille qui se perpétue, symbole du renouveau de la vie...

L'enfant fragile, la famille, les voisins qui viennent admirer le nouveau-né.

Symbole d'amour et de réunion, encore.

Comment pourrait-on renier de telles valeurs ? 

Elles fondent toute société, elles assurent un lien entre les individus.

Dès lors, oui, les crèches font partie de notre culture, de notre patrimoine et il convient de garder ces traditions anciennes qui fondent notre civilisation.

 

Pour ma part, je ne suis pas choquée de voir des crèches installées dans des lieux publics, car elles sont un lien qui nous unit au passé, une tradition bien installée qui véhicule des valeurs essentielles...

Simplicité, harmonie, humilité, solidarité : que de symboles surgissent à l'évocation de la crèche !

Il est important de préserver ces symboles.

Noël est devenu une fête commerciale, comme beaucoup d'autres, avec étalage de luxe et de nourritures : et en ce sens on a oublié et perverti le message originel.

Mais, la pauvreté d'un enfant né dans le dénuement, l'amour et l'espoir qu'il suscite et qu'il représente : voilà ce que nous raconte la crèche.

Ce sont ces messages et ces symboles qu'il nous faut préserver, comme un retour aux sources.

C'est là le véritable esprit de Noël qui habite la crèche...

 

 

 

 

 

 

 

 

La crèche : un magnifique symbole...
Partager cet article
Repost0
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 08:21
La crèche de Noël : gardons nos traditions !

 

 

 

 

Gardons nos traditions ! Elles sont essentielles, car elles nous relient au passé : de nombreuses polémiques sont apparues quand des crèches de Noël ont été installées dans des mairies ou dans des lieux publics.

 

Pourtant, la crèche fait partie de notre culture : en Provence, on est particulièrement attaché à ces crèches ancestrales, aux santons empreints de charmes et de naïveté.

 

La crèche, c'est comme une institution, même pour ceux qui ne sont pas croyants : elle est une belle tradition qui se perpétue, et qui doit être préservée.

 

On aime cette représentation des villages provençaux, avec ses personnages pleins d'humilité qui évoquent le petit peuple : le meunier, le berger, le rémouleur, la porteuse d'eau, le boulanger... autant de petits métiers.

 

On aime le symbole de la crèche : un enfant qui évoque un renouveau.

Toute la population d'un village vient admirer l'enfant Jésus. Et les santons célèbrent, aussi, la vie quotidienne de la Provence.

 

La crèche se prépare en famille : il est d'usage, en Provence, d'aller cueillir de la mousse pour garnir la crèche et c'est, là, l'occasion d'une promenade vivifiante dans la campagne environnante, à la recherche de ce trésor de l'hiver.

 

La veille de Noël, on dispose la crèche au pied du sapin, on la garnit de branches de houx, et tous les santons reprennent vie dans un décor rustique aux senteurs boisées.

 

Si la crèche est liée à la religion chrétienne, elle fait, aussi, partie de notre patrimoine culturel : on aime les noms pittoresques de certains personnages : le ravi, le boumian, le pescadou....

 

La crèche est un véritable décor de Noël : on ne peut s'offusquer d'en voir dans nos rues, dans nos mairies.

Et la crèche nous émeut, par sa simplicité, par ses significations : elle est, d'abord, l'image d'une nourriture qui apporte l'essentiel, elle est aussi la marque d'une humilité originelle...
Celle des premiers chrétiens, d'une foi pure et intacte, celle d'un monde qui n'est pas frelaté.

Ces symboles sont importants.

 

Arrêtons de renier notre propre culture !

Notre culture est faite d'apports divers et la chrétienté en fait partie, elle est d'ailleurs à l'origine de nombreuses oeuvres picturales, architecturales, littéraires.

 

Gardons nos traditions ! Elles sont si belles, porteuses de sens et de symboles forts !
 

 


 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 12:52
Décembre, le mois des traditions...

 

 

 

J'aime ce mois de Décembre qui a commencé : il nous fait entrer dans des traditions et des rituels que nous connaissons tous.

 

Décembre, c'est, d'abord, l'annonce de la nouvelle année, et avec elle,  la visite du facteur qui distribue le calendrier et à qui on offre des étrennes...

 

Le calendrier qui rythme nos vies n'est-il pas essentiel ? Cette tradition s'inscrit, depuis longtemps, dans nos coutumes : mes parents, mes grands-parents attendaient, à ce moment de l'année, la visite du facteur, et nous faisons de même.

 

D'ailleurs le mot "calendrier" est ancien, il remonte à un terme latin "calendarium", issu du nom "calendae" qui désignait le premier jour du mois, chez les romains...

 

Décembre, c'est aussi, bien sûr, la fête de Noël : même si nous ne sommes pas croyants, nous aimons cette fête qui réunit les familles, qui célèbre un renouveau, un espoir pour l'année qui commence.

Décembre, c'est le retour de journées plus longues, la victoire de la lumière sur l'obscurité, et les ténèbres.

Dans l'antiquité, on célébrait, en cette période de l'année, les Saturnales, en l'honneur de Saturne, divinité associée aux semailles, à l'agriculture : les romains s'offraient des cadeaux, garnissaient leur foyer avec des branches de houx...

Et, cette tradition se perpétue, de nos jours, avec l'arbre de Noël qui nous  offre l'occasion de décorer nos maisons, de leur donner un air de fête... la décoration du sapin n'est-elle pas un rituel sympathique qui ravit petits et grands ?

 

Pour ma part, je suis une adepte des décorations traditionnelles, et je n'apprécie guère les nouveautés dans ce domaine, certains se complaisent dans une modernité de mauvais goût pour décorer leur arbre de Noël : papillons bleus, boules noires, plumes et décors sombres...

Je préfère des couleurs vives, lumineuses, du rouge, des éclats de jaune...

 

En Provence, on sacrifie, aussi, à la tradition de la crèche...

Il faut, d'abord, aller cueillir de la mousse dans la campagne environnante, une mousse épaisse et souple qui garnira la crèche.

L'occasion d'une promenade vivifiante, à la recherche de cette mousse de l'hiver aux senteurs de sous bois...

 

La veille de Noël, la crèche est installée au pied du sapin et les santons en argile sont déposés avec précaution, tout un peuple de figurines, aux allures naïves : le berger et ses moutons, le meunier près du moulin, la porteuse d'eau, le rémouleur, le ravi, le boeuf, l'âne, Marie, Joseph et l'enfant Jésus...

La crèche provençale en carton représente un village complet, avec ses maisons rustiques, une rue qui serpente vers un moulin... en bas, un puits, un lavoir, une grotte mystérieuse, et au centre, une étable.

La crèche est souvent illuminée de guirlandes : rustique, elle apparaît familière, les personnages qui l'habitent sont des gens humbles et modestes.

 

Les santons, ces petites figurines en argile font aussi partie de notre patrimoine : colorés, expressifs, ils évoquent des activités simples d'autrefois : le meunier, le berger...

 

Les crèches provençales continuent à décorer nos maisons, et c'est là une jolie tradition que nous devons préserver, quelles que soient nos croyances.

Noël reste une belle fête familiale, une occasion de se réunir.

Et le mois de Décembre ouvre une période de traditions qui nous relient à notre région, à notre pays, à notre famille, à notre histoire...

 

 

 

 

 

 

Photos : Pixabay

Décembre, le mois des traditions...
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 16:38
Un curieux sapin de Noël...

 

 


Noël approche et l'on découvre, avec un bonheur renouvelé, les nouveaux sapins de Noël, dans les magasins, dans les rues.

Certains sont magnifiques et restent dans la tradition de Noël, avec des boules colorées, des étoiles, des guirlandes étincelantes...

D'autres, en revanche, semblent cultiver le mauvais goût et une tendance kitsch assez inquiétante : on y voit de gros papillons bleus, des boules de couleur noire, des guirlandes lumineuses tapageuses.

Des papillons ornés de strass s'étalent sur les branches, avec démesure.

D'énormes papillons bleus sur un arbre de Noël ! Comment ne pas s'en étonner ? 
De telles décorations  peuvent-elles encore faire rêver à la magie de Noël ?

On a tendance, de plus en plus, à vouloir moderniser nos traditions, ou à les oublier.
Pourtant, certaines traditions ne sont-elles pas essentielles ? Elles sont sources de bonheur, et d'harmonie, elles nous relient au passé, à nos parents, nos grands-parents.

Avec de telles décorations, on en vient à oublier ce qui fait la spécificité de Noël, une fête associée à l'hiver, une fête où l'on célèbre un renouveau, un espoir possible.

Le bleu, le noir qui se côtoient donnent un air sinistre à ces nouveaux sapins de Noël...

Oubliées les couleurs vives et chaudes pour ensoleiller l'hiver ! Oubliés les chaussons de Noël suspendus à l'arbre ! Oubliées les étoiles, symboles de la fête de Noël !

Ces sapins synthétiques ornés dans une tendance moderniste sont une façon de renier certaines coutumes essentielles.

J'aime ces traditions qui nous rattachent à notre passé : les crèches provençales en font partie, et dans nombre de foyers, on peut voir cette tradition respectée.

Et là, encore, les santons de Provence, en argile, petites figurines peintes de couleurs nous permettent de rester dans ces traditions.

Pourquoi vouloir innover dans ces usages anciens ? Et surtout, pourquoi tant de clinquant et de mauvais goût ?

Certains aiment tant le bling bling du monde moderne qu'ils en viennent à le transposer partout, en toutes circonstances...

Vive les sapins de Noël d'autrefois, avec leurs décorations de rouge et d'or, leurs guirlandes argentées, leurs bonnes odeurs de bois et de mousses !



 

 

 

Photos : rosemar

Un curieux sapin de Noël...
Un curieux sapin de Noël...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/