Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2022 1 28 /11 /novembre /2022 13:12
Révoltes !

 

Révoltes en Chine, révoltes en Iran : on assiste à des mouvements de révolte dans ces pays soumis à des gouvernements totalitaires...

Révolution culturelle en Iran où les femmes essaient de se libérer de leur tutelle, elles jettent leurs voiles, symboles d'enfermement et de sexisme... des manifestations de plus en plus nombreuses dans ce pays, contre une constitution verrouillée. Des élections qui ne sont pas libres... une accumulation de mécontentements...

Un phénomène en gestation depuis trois décennies en Iran. Et le régime continue à réprimer.

 

Révolte aussi des Chinois refusant, eux, une politique contraignante qui leur enlève toute liberté, à l'occasion de l'épidémie de Covid.

Les manifestations se multiplient en Chine contre les mesures anti-Covid draconiennes : la colère s'avère presque plus contagieuse que le Covid : les rassemblements se multiplient partout dans le pays contre les confinements à répétition.

Le mouvement prend une ampleur rare dans ce pays.

A Pékin, une manifestation, un événement complètement incroyable : à une heure du matin, des centaines de Chinois ont manifesté leur colère pour demander la fin des confinements et la fin de la politique zéro Covid.

Les protestataires, de jeunes étudiants mais aussi des travailleurs se sont donné rendez-vous par les réseaux sociaux au coeur de Pékin. Les manifestants ont crié des slogans tout au long de la soirée, en faveur de la liberté :

"Nous voulons vivre normalement et nous en avons assez de ces confinements inutiles et stupides."

Des paroles plus politiques aussi : 

"Il faut des changements à la tête de ce pays...", déclare un jeune homme.

Les forces de l'ordre ont été déployées en très grand nombre dans le secteur : les policiers ont repoussé les manifestants mais ces derniers ont résisté. Ils se sont réfugiés sous un pont, sous le troisième périphérique de la capitale. Les voitures qui passaient klaxonnaient pour soutenir les manifestants qui continaiuent de répéter leur slogan : pour un retour à une vie normale en Chine.

 

En Russie, enfin, ce sont les mères et les épouses de soldats qui se révoltent et demandent des comptes à Vladimir Poutine...

 Vladimir Poutine a rencontré un groupe de mères de soldats ce vendredi 25 novembre. Il a affirmé "partager" leur douleur et promis qu'il ferait son "maximum pour rendre compte et mettre en oeuvre" leurs demandes. 

Une mise en scène qui sert la propagande du régime...

Le dirigeant russe a reçu un groupe de femmes triées sur le volet, qui se sont abstenues de toute critique. Il espère ainsi calmer le mécontentement croissant de certaines épouses et mères.

 

On le voit : les régimes totalitaires font en sorte de réprimer ou de juguler toutes les contestations et toutes les oppositions...

 

 

 

 

Source :

 

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/journal-de-18h/journal-de-18h-emission-du-dimanche-27-novembre-2022-9584542

 

 

 

Révoltes !
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2022 3 23 /11 /novembre /2022 10:45
"Les Ukrainiens l'ont bien cherché !"

 

Une rhétorique qui dénie toute responsabilité de la Russie dans le conflit qui l'oppose à l'Ukraine !

Pour le Kremlin, Kiev est responsable des souffrances des civils ukrainiens...
Le porte-parole du Kremlin affirme que les souffrances endurées par la population ukrainienne sont la "conséquence" du refus de Kiev de négocier.

Quel cynisme !

"C’est comme le conjoint qui frappe sa compagne, voire la tue en arguant que c’est de sa faute, qu’elle l’a bien cherché, qu’elle l’a poussé à bout.", écrit un lecteur du journal Le Point.

 

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a commenté les souffrances de la population civile ukrainienne, confrontée à des coupures de courant en plein hiver après les frappes russes sur les infrastructures énergétiques. Il a rejeté la faute sur Kiev et son refus d'ouvrir des négociations avec le Kremlin. 

Négocier mais dans quelles conditions ? !

Une autre déclaration de Ségolène Royal a de quoi surprendre : "L'Ukraine annonce des centaines de frappes tous les jours. Qui a vérifié ces informations ? Après les fausses informations sur la Pologne qui ont failli déclencher une guerre mondiale, seule une information indépendante doit être relayée. Une mission de médiation, vite la paix." 

 Certains lui conseillent notamment de se rendre sur place pour constater par elle-même tous les dégâts que cette guerre provoque. Ségolène Royal mettrait-elle en doute les destructions et les ravages de la guerre en Ukraine ?

Depuis le début du mois d’octobre, Moscou multiplie les salves de frappes de missiles sur les infrastructures énergétiques vitales de l’Ukraine. Une guerre dissymétrique puisque les Ukrainiens sont sous le feu des bombes russes qui attaquent leur territoire...

 

 "Près de la moitié de notre système énergétique a été mise hors d'état de fonctionner", a déclaré le ministre ukrainien Denys Chmygal lors d'une conférence de presse à Kiev avec le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis. Il a ainsi réclamé "un soutien supplémentaire" de l'UE pour faire face à cette situation.

 

Après plus d'un mois et demi de bombardements à l'aide de missiles ou autres drones kamikazes, les dégâts sur le réseau énergétique ukrainien sont importants. De nombreux Ukrainiens doivent affronter le début de l'hiver avec peu ou pas d'électricité et sans eau chaude, alors que la première neige de l'hiver est tombée sur le pays.

 

Comment survivre dans ces conditions ? L'hiver arrive et il fait froid, très froid en Ukraine.

 

Et forcément les haines s'exacerbent contre l'ennemi russe qui réduit à néant les infrastructures ukrainiennes.

 

Une guerre féroce est engagée : sur le terrain, si les Ukrainiens ont gagné des batailles, les bombardements russes mettent le pays et la population civile à rude épreuve.

Une tactique de guerre impitoyable de la part des Russes...

 

 

 

 

Source :

https://www.lepoint.fr/monde/pour-le-kremlin-kiev-est-responsable-des-souffrances-des-civils-ukrainiens-17-11-2022-2498189_24.php

 

 

 

 

"Les Ukrainiens l'ont bien cherché !"
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2022 3 16 /11 /novembre /2022 09:31
Russie : une propagande effrénée...

 

"Un Russe véritable n'a jamais honte d'être russe... Honte à ceux qui ont honte !"  a déclaré le porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov.

"Je n'ai pas honte", ce hashtag a été diffusé comme une libération des scrupules, comme un cri de ralliement sur les réseaux sociaux russes.

 

"La propagande se développe en Russie : en Occident, on sous estime beaucoup cette propagande, selon Françoise Thom, spécialiste de l'URSS et de la Russie... mais cette propagande est extrêmement efficace et elle dure depuis des années. Le peuple russe est conditionné depuis des années à cette haine des autres peuples : les Baltes, les Caucasiens, et c'est devenu une ukrainophobie virulente, la haine de l'Occident. Il y a une espèce de propédeutique de la haine à la télévision russe depuis des années.

 

Les Républiques séparatistes ont pu se former, justement parce que la population de ces régions regardait la télévision russe. Elle était littéralement intoxiquée : on prétendait, par exemple, que les Ukrainiens crucifiaient des enfants Russes. Il y a eu dès 2014 des appels au génocide du peuple ukrainien...

Alexandre Douguine, par exemple, se déchaînait et demandait l'extermination du "mal cosmique du Maïdan."

 

On apprend alors que des dizaines de laboratoires biologiques secrets ont été construits à la frontière avec la Russie.

A l'intérieur de ces lieux diaboliques, des savants américains et nazis manipulaient le code génétique du virus du Covid en y greffant de l'ADN slave afin que la maladie s'attaque en priorité à ce groupe ethnique, en épargnant les autres !!

Des agents subversifs ukrainiens tartinaient même des faux billets de banque avec une mélasse à haute teneur en bacille de Koch, puis ils distribuaient ces billets aux enfants à la sortie des écoles, dans le but de lancer une épidémie de tuberculose."

Mais quel délire !

 

On le voit : la propagande poutinienne ne fait pas dans la dentelle... on dirait qu'elle fait exprès de ne pas être crédible. On pourrait penser à un sabotage ou à un gigantesque poisson d'avril concocté par des débiles...

 

C'est cette propagande à laquelle le peuple russe est soumis mais il y a des résistances à cette propagande.

Numériquement, on ne peut pas le savoir... Quel est le degré de popularité de la guerre aujourd'hui ? On n'en sait trop rien...

 

Ce qu'on peut dire, en tout cas, c'est que le million de Russes qui a quitté le pays, évidemment, ils ont voté avec leurs pieds, selon Wladimir Berelowitch, spécialiste de la Russie. Il y a eu des actes courageux, mais cela se passe à un niveau atomisé, absolument pas structuré tout simplement parce qu'aucune force susceptible de jouer un rôle d'opposition n' a pu se structurer en Russie, au contraire, ces forces ont été écrasées progressivement, ces lieux de résistance sont restés circonscrits à une partie des intellectuels.

Cette propagande, si on regarde les témoignages des réseaux sociaux, on s'aperçoit que ce n'est pas seulement le peuple qui la porte, et qui la croit. Bien entendu, c'est une propagande qui s'adresse au plus bas...

Mais cette propagande fonctionne toujours malgré les échecs et malgré la mobilisation partielle."

 

Source :

 

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/repliques/ou-va-la-russie-1511162

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2022 5 04 /11 /novembre /2022 12:43
Des révoltes dans l'armée russe ?

 

Une solde versée aux mobilisés russes qui s'avère très décevante... Le compte n'y est pas ! Des promesses non tenues qui suscitent des réactions de révolte...

 

"L'armée ukrainienne poursuit sa progression et les forces russes semblent sur le point de quitter Kherson dans le sud de l'Ukraine... et voici que le Kremlin est confronté à un autre problème : la grogne de certains mobilisés qui se plaignent de ne pas être assez payés... parfois, très loin de ce qu'on leur a promis.

 

Depuis plusieurs semaines, les plaintes remontent sur les réseaux sociaux, et ces derniers jours, le mouvement semble prendre une certaine ampleur.

 

Et dans quelques centres de formation, il y aurait même eu des révoltes. Une vidéo circule depuis deux jours sur les réseaux sociaux russes : on y voit une centaine d'hommes rassemblés autour de deux officiers dans la cour d'un centre d'entraînement dans le centre de la Russie européenne...

 

Rien qu'au ton, on comprend que ces mobilisés ne sont pas contents...

"Quand je suis allé au bureau de recrutement, explique un soldat, le commissaire-militaire m' a dit que d'ici deux trois jours, je toucherai 300 000 roubles..."

"Ce n'est pas possible", répondent les officiers. Les soldats protestent. D'après certains médias, ils se seraient mis en grève ! Et il aurait fallu l'intervention de CRS version russe pour mater la mutinerie.

 

Cet épisode n'est pourtant pas le premier...

Le gouvernement russe a laissé le soin aux régions de payer les soldats mobilisés, et manifestement tous ne sont pas logés à la même enseigne. En Bachkirie, les familles racontent qu'elles n'ont reçu que 1800 roubles, 30 euros depuis le départ des pères de famille. 

Une misère !

 

Il y a 15 jours Vladimir Poutine avait pourtant promis que les mobilisés ne toucheraient pas moins de 195 000 roubles par mois, soit 4 fois le salaire médian en Russie.

Mais, manifestement, les désirs du Kremlin ne sont pas des ordres pour tout le monde.

 

Par ailleurs, alors que la mobilisation partielle est officiellement terminée, les témoignages affluent de Russes qui reçoivent encore des convocations pour se rendre aux bureaux de recrutement. Il semble y avoir un gros décalage entre le discours du ministère russe de la défense et la réalité..."

 

Des soldats mal équipés, mal entraînés, mal payés, décidément l'armée russe est à la peine...

Face à cette incurie du pouvoir russe, Vladimir Poutine a donc choisi la stratégie de la terreur : bombarder des cibles civiles, des sites énergétiques pour priver les Ukrainiens d'eau, d'électricité, leur rendre la vie impossible. La Russie poursuit son offensive sur les infrastructures énergétiques de l’Ukraine, privant des millions de personnes d’électricité et de chauffage.

 

 

Sources :

 

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/journal-de-18h/journal-de-18h00-aurelie-kieffer-du-jeudi-03-novembre-2022-7828956

 

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-monde-est-a-nous/guerre-en-ukraine-le-salaire-de-la-peur-pour-les-soldats-russes_5404627.html

Des révoltes dans l'armée russe ?
Partager cet article
Repost0
26 octobre 2022 3 26 /10 /octobre /2022 09:40
Sommes-nous vraiment décadents ?

 

Vladimir Poutine en guerre contre l'Ukraine dénonce sans cesse la décadence de l'occident... - En s'attaquant au militantisme LGBT, à la pensée "woke" et au supposé "satanisme" de l'Europe et des États-Unis, le chef du Kremlin fustige notre "décadence".

 

 Devant les ministres, les députés, les sénateurs et d'autres représentants de l'État russe, le chef du Kremlin a déclaré : "Voulons-nous que notre Russie ne soit plus notre patrie ? Que nos enfants soient pervertis, qu'on leur dise qu'il existe d'autres genres que les hommes et les femmes ? Qu'on leur propose de faire des opérations pour changer de sexe?"

 

 Vladimir Poutine a aussi affirmé : "Beaucoup de pays euros-atlantiques sont en train de rejeter leurs racines, dont les valeurs chrétiennes qui constituent la base de la civilisation occidentale. Ils sont en train de renier les principes moraux et leur identité traditionnelle, nationale, culturelle, religieuse et même sexuelle."

 

On peut y voir une déclaration de guerre à l'occident et à ses valeurs que Poutine juge perverties...

 

Et pourtant, comme l'affirme Pascal Bruckner, "ni la reconnaissance de la lutte des femmes et des homosexuels ni l'affaiblissement de la foi aveugle, ni la garantie d'un certain confort ne sont en soi des facteurs de déclin : au contraire, il s'agirait plutôt d'une marque de civilisation. On peut critiquer les excès de l'émancipation (comme dans le wokisme) sans renoncer à cette dernière."

 

L'évolution des droits des femmes, la fin de la persécution des homosexuels, le recul d'une religion sectaire qui brime les femmes, qui les emprisonne dans un carcan sont des indices de progrès, et de civilisation.

Qui pourrait en douter ?

En Russie, "peu de sujets suscitent autant de rejet unanime que l'homosexualité. Les degrés de cette attitude négative varient du mépris affiché à la violence verbale et physique... Les différentes organisations de défense des minorités sexuelles internationales classent la Russie parmi les pays les moins tolérants à cet égard", écrit Tatiana Kastouéva-Jean.

Est-ce là une preuve de civilisation ?

 

Quant aux droits des femmes, on est "surpris de voir la Douma adopter en 2016 une loi sur la décriminalisation de la violence familiale (sauf récidive) à laquelle la majorité de la société a exprimé son soutien." Les femmes, en Russie, sont aussi plus ou moins écartées de la vie politique...  En 20 ans, la part des femmes dans l'exercice des fonctions politiques est passée de 30 à 10 % selon une étude menée par la faculté d'économie de l'université d'État de Moscou,

 

Alors quand Poutine évoque la décadence de l'occident, il ferait bien de balayer devant sa porte...

Le recul des droits des femmes, l'intolérance face à l'homosexualité sont des signes de régression... et de décadence...

 

 

 

 

Sommes-nous vraiment décadents ?
Partager cet article
Repost0
24 octobre 2022 1 24 /10 /octobre /2022 11:35
Vladimir Poutine a-t-il perdu la guerre ?

 

Problèmes de paiement des soldats mobilisés en Russie, problèmes d'équipements, d'entraînements... décidément, l'armée russe est à la peine...

Est-il bien raisonnable d'envoyer des soldats mal préparés, mal équipés, faire la guerre ?

 

Kadyrov, l'allié Tchétchène de Poutine, a même proposé d'envoyer ses fils sur le front : des adolescents âgés de 14, 15 et 16 ans. 

Quelle folie ! On les voit sur une vidéo lourdement armés : mise en scène, propagande, images truquées ? Probablement...

 

Certains se hasardent à dire que Vladimir Poutine a perdu la guerre. C'est ce qu'affirme le Général français Michel Yakovleff : "Poutine a perdu la guerre, mais il ne l'a pas encore compris".

 

"Après bientôt huit mois de conflit, la Russie semble plus que jamais en difficulté en Ukraine. Dorénavant incapable d'avancer dans le Donbass, elle a, en septembre, subi une défaite majeure face aux forces ukrainiennes dans la région de Kharkiv. Dans l'oblast de Kherson, dans le sud du pays, où ses forces sont cernées depuis plusieurs semaines par l'armée ukrainienne, la situation reste difficile."

 

Les bombardements de sites civils, centrales électriques, installations énergétiques, sont une façon de semer la terreur en Ukraine... Ces attaques rendent les populations très vulnérables avec l'arrivée prochaine du froid et de l'hiver. Une nouvelle guerre du froid a commencé.

Une tactique de la terreur qui discrédite l'armée russe...  l'objectif : détruire les infrastructures ukrainiennes, dans le seul but de rendre l’hiver impossible pour les citoyens ukrainiens...

 

"L'un des gros problèmes avec la mobilisation tardive lancée par Vladimir Poutine, c'est que la Russie est confrontée à un cruel manque d'encadrement pour préparer les 300 000 hommes qu'elle veut recruter."

 

Les Russes ont été contraints de s'engager pour aller combattre les Ukrainiens, une mobilisation forcée :  cette armée russe n'a donc aucune envie d'aller se battre en Ukraine et cela va vite se ressentir sur sa motivation.

La Russie manquerait aussi de matériels et de munitions...

 

Certains redoutent que Vladimir Poutine ait recours à l'arme nucléaire, mais les conséquences pourraient être alors dramatiques pour la Russie et le monde : on pourrait se diriger vers une troisième guerre mondiale apocalyptique.

 

Source :

 

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/general-michel-yakovleff-poutine-a-perdu-la-guerre-mais-il-ne-l-a-pas-encore-compris_2182214.html

 

 

 

 

Vladimir Poutine a-t-il perdu la guerre ?
Partager cet article
Repost0
7 octobre 2022 5 07 /10 /octobre /2022 11:45
Vladimir Poutine : déni de réalité ?

 

 Un haut responsable russe appelle l'armée à ne plus "mentir" sur ses défaites : il se nomme Andreï Kartapolov, il est à la tête du Comité de Défense de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, et ancien commandant militaire.

 

Alors que les troupes de Moscou reculent sur plusieurs fronts, ce haut responsable parlementaire russe a appelé mercredi l'armée à "arrêter de mentir" sur ses défaites. Les forces ukrainiennes ont revendiqué ces derniers jours de nouveaux gains territoriaux dans l'Est et le Sud du pays.

 

"Les gens savent. Notre peuple n'est pas stupide. Et il voit qu'on ne veut pas lui dire ne serait-ce qu'une partie de la vérité. Cela peut entraîner une perte de crédibilité", a déclaré Andreï Kartapolov.

 

 "L'ennemi est sur nos terres. Tous les villages frontaliers de la région de Belgorod sont pratiquement détruits", a-t-il ajouté, alors que les tirs se sont multipliés dans cette région située à la frontière entre la Russie et l'Ukraine.

 

Ainsi, le ministère russe de la Défense ne reconnaît, lui, que très rarement les revers de ses troupes, se contentant de publier chaque jour un rapport dans lequel il énumère les lourdes pertes qu'il assure infliger à son adversaire.

Ces pertes sont probablement considérables, mais le ministère évite d'évoquer les défaites et les reculs de l'armée russe...

 

Un déni de réalité : cette guerre repose sur des mensonges, des faux-semblants, une forme de négationnisme...

Et là, le mensonge semble particulièrement grossier, à tel point qu'un responsable politique le dénonce.

 

De la même façon, Vladimir Poutine se présente comme l’agressé depuis le début du conflit. Il voit l’Ukraine comme une partie historique de son territoire.

Ce faisant, il nie la réalité...

Le nombre de soldats russes morts en Ukraine est aussi un sujet tabou : un secret d'état... De nombreux soldats auraient été envoyés à la guerre, sans savoir qu'ils partaient à la guerre : on leur a dit qu'ils allaient faire des entraînements...

 

Dès l'invasion de l'Ukraine, Poutine évoquait "une opération militaire spéciale", niant la réalité de la guerre qu'il mène depuis des mois : c'était déjà un déni de réalité.

 

Mais le discours de Poutine se fissure de plus en plus face à l'opinion publique, notamment depuis qu'il a annoncé la mobilisation de réservistes...

 

Source :

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/avec-philosophie/le-deni-peut-il-etre-une-bonne-strategie-5960121

 

 

 

 

 

Vladimir Poutine : déni de réalité ?
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2022 1 26 /09 /septembre /2022 11:15
Russie : le choix de l'exil...

 

"Des files d'attente impressionnantes à l'aéroport de Moscou... aux postes frontières, en voiture ou à pied, des milliers de Russes ont fait le choix de l'exil, depuis l'annonce d'une mobilisation des réservistes par Vladimir Poutine pour le front ukrainien.

Des hommes, des femmes, des enfants prennent la direction de la Turquie, de la Finlande mais aussi de la Géorgie.

 

Plus de 20 kilomètres de file d'attente aujourd'hui pour passer en Géorgie : dans des milliers de voitures, des Russes fuyant la mobilisation des réservistes décrétée par Vladimir Poutine.

Les voici côté Géorgien après deux à trois jours d'embouteillages.

A Tbilissi, la capitale du pays, nouvelle file d'attente pour se procurer une carte Sim et téléphoner localement.

 

Valises sur le trottoir des hommes expliquent que jusqu’à présent, les Russes laissent passer presque tout le monde, moyennant parfois des pots de vin, jusqu’à 180 euros.

Souvent ces hommes disent qu’ils n’ont pas encore été convoqués par les autorités militaires, mais ils partent par précaution. 

"C’est allé trop loin. Ce que nous propose le gouvernement ne me convient pas. On a deux solutions : soit on est mobilisé et on va au front, soit on va en prison, si on refuse. Bien sûr tout le monde ne sera pas mobilisé, mais tu ne sais pas si ça va tomber sur toi ou sur quelqu’un d’autre", dit un Russe.

"J'ai eu peur, enfin, j'ai pas eu peur d'aller à la guerre, j'ai peur que la situation en Russie se dégrade, qu'il n' y ait plus du tout d'emplois par exemple.", explique un autre Russe.

 

Deux autres Russes sont eux aussi arrivés récemment, l'un était en voyage professionnel, au moment de l'annonce de la mobilisation, l'autre était en vacances en Géorgie. Tous les deux ont décidé de s'installer à Tbilissi.

 

Ils racontent ce que vivent leurs amis restés en Russie : "Tous se demandent comment se cacher, comment éviter la mobilisation, comment contourner les bureaux de recrutement militaire, comment sortir le moins possible, ne pas prendre le métro, par exemple, parce qu'il y a des caméras de surveillance."

 

Ces nouveaux arrivants russes ne sont pas forcément les bienvenus en Géorgie. Sur un graffiti récent, ils sont invités avec des mots assez crus, à rentrer chez eux."

 

Les témoignages recueillis lors de ce reportage montrent un refus de la guerre et une volonté d'y échapper : de nombreux Russes refusent le sacrifice exigé par Poutine.

 

Le front ou la prison : évidemment, beaucoup de Russes, face à cette alternative, choisissent de fuir...  il reste à connaître le nombre exact de ces exilés.

 

 

Source :

 

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/mobilisation-des-reservistes-par-vladimir-poutine-des-milliers-de-russes-font-le-choix-de-lexil_5380792.html

 

 

Russie : le choix de l'exil...
Partager cet article
Repost0
21 septembre 2022 3 21 /09 /septembre /2022 08:33
Une célèbre chanteuse russe dénonce la guerre en Ukraine...

 

Elle s'appelle Alla Pougatcheva : elle n'est pas connue en France, mais en Russie, elle est l'une des chanteuses pop les plus célèbres... c'est même probablement la femme la plus célèbre de Russie. C'est un peu l'équivalent russe de Johnny Halliday.

 

50 ans de carrière, débutée sous l'URSS, des chansons qui appartiennent au patrimoine populaire, des divorces à la pelle, autant de mariages, le dernier avec un comédien de 27 ans de moins qu'elle, qui critique régulièrement le pouvoir de Moscou...

 

Elle même n'a pas hésité à dénoncer l'offensive russe en Ukraine dans un message publié sur Instagram.

 

Une sortie particulièrement remarquée dans un pays où la répression dissuade d'évoquer l'invasion de l'Ukraine.

 

Sur son compte Instagram, suivi par près de 3,5 millions de personnes, Alla Pougatcheva, 73 ans, a réagi à l'annonce, vendredi, du placement de son mari, le comédien Maxime Galkine, sur la liste infamante des "agents de l'étranger" en Russie. 

 

"Je vous demande de me classer parmi les agents de l'étranger de mon cher pays", a écrit Alla Pougatcheva, dans un message à l'intention du ministère russe de la Justice.

"Car je suis solidaire avec mon mari, une personne honnête, intègre et sincère, un véritable patriote russe, incorruptible, qui souhaite que sa Patrie prospère et vive en paix", a-t-elle indiqué.

 

Selon elle, "son mari ne souhaite que la liberté d'expression, et surtout la fin de la mort de nos garçons pour des objectifs illusoires qui font de notre pays un paria et qui pèsent sur la vie de nos citoyens."

 

Des propos particulièrement violents qui ont suscité des milliers de réactions sur les réseaux sociaux. Le porte parole de Vladimir Poutine manifestement un peu gêné n'a pas souhaité commenter cette sortie.

 

Les médias officiels en ont repris uniquement le début mais en omettant toute référence à l'Ukraine.

 

Ainsi, peu à peu, des critiques s'élèvent en Russie contre "l'opération militaire spéciale" de Vladimir Poutine...

 

Cette chanteuse pop ne mâche pas ses mots : elle défend la liberté d'expression dont on connaît les limites en Russie. Elle évoque clairement les résultats désastreux de cette guerre : la mort de jeunes soldats, et elle va même jusqu'à dénoncer des "objectifs illusoires."

 

 

Sources :

 

https://www.tf1info.fr/international/russie-une-superstar-de-la-variete-russe-s-oppose-a-la-guerre-en-ukraine-2232700.html

 

 

https://fr.euronews.com/2022/09/18/russie-la-chanteuse-alla-pougatcheva-critique-la-guerre-en-ukraine

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2022 3 14 /09 /septembre /2022 09:41
"En Ukraine, nous n'avons rien perdu..."

 

S’exprimant lors d’un forum économique dans la ville de Vladivostok, située à l’extrême est de la Russie, Vladimir Poutine a déclaré que toutes les actions de la Russie étaient destinées à renforcer la souveraineté du pays et visaient à "aider les personnes vivant dans la région de Donbass, dans l’est de l’Ukraine."

 

"Nous n’avons rien perdu et ne perdrons rien", a déclaré Vladimir Poutine. "En termes de ce que nous avons gagné, je peux dire que le principal gain a été le renforcement de notre souveraineté..."

 

Malgré une pluie de sanctions occidentales, Poutine a affirmé que "la Russie  n’a rien perdu et ne perdrait rien." 

"Rien perdu !" Vraiment ?

 

Dans une guerre de conquête, on perd toujours... Que dire de tous les soldats russes envoyés à la mort, que dire des soldats blessés, mutilés au cours de cette guerre ?

Pas un mot pour eux de la part de Vladimir Poutine ?

 

Et les êtres humains, les familles meurtries ? C'est quantité négligeable ? Combien de Russes morts au combat ? Mieux vaut éviter d'en parler...

Mieux vaut occulter les réalités terribles de la guerre... D'ailleurs, la guerre n'est plus la guerre, elle devient "opération militaire spéciale." aux yeux de Vladimir Poutine.

 

Le chef du Kremlin veut sans doute démontrer que les sanctions n'atteignent pas la Russie : n'est-ce pas un déni de réalité ?

Il est vrai que ces sanctions pénalisent aussi lourdement l'Europe : inflation, crise de l'énergie, pénuries.

Mais la Russie n'est pas épargnée : elle connaît aussi une inflation galopante, des pénuries...

 

On imagine aussi la douleur des familles de soldats morts ou blessés dans ce conflit sanglant, des familles qui restent parfois sans nouvelles de leurs proches.

Une boucherie, car la guerre déshumanise, elle avilit.

L'homme, dans son désir de domination y perd sa propre humanité.

La guerre détruit tout sur son passage : humanisme, générosité, pardon, tolérance, vérité, humanité...

 

L'armée russe subit des revers ces derniers jours : on peut craindre un désir de revanche et une recrudescence des combats.

 

 

Source :

 

https://www.blick.ch/fr/news/monde/declaration-radicale-de-poutine-en-ukraine-nous-navons-rien-perdu-et-ne-perdrons-rien-id17858531.html

 

 

 

"En Ukraine, nous n'avons rien perdu..."
Partager cet article
Repost0