Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 16:09
La triste réforme des collèges...

 

 

C'est fait : la réforme du collège a été inscrite au Journal officiel, quelques heures seulement, après les manifestations d’enseignants contre le projet, lors de la journée de grève du 19 mai...

Une triste réforme, une de plus, qui va entériner, encore, une baisse du niveau des collégiens : comment pourrait-il en être autrement puisque le projet vise à supprimer des heures de cours au profit d'EPI, enseignements pratiques interdisciplinaires ?

Encore une fois, les principaux intéressés, les acteurs de l'éducation, les enseignants, qui sont sur le terrain, ne sont même pas écoutés ni entendus.

C'est comme si des robots ou des ordinateurs dirigeaient le ministère de l'Education nationale... D'ailleurs, la gestion des personnels se fait de plus en plus grâce à l'informatique.

Dans une démocratie, les principaux intéressés, les professeurs devraient, tout de même, avoir leur mot à dire sur une réforme qui impacte leur métier et l'avenir des adolescents.

Les enseignants savent mieux que d'autres quelles sont les difficultés et les besoins des élèves : ils sont, tous les jours, confrontés à ces problèmes.

Pourquoi le pouvoir en place méprise-t-il les inquiétudes du corps enseignant ? Comment expliquer cette attitude rigide et irresponsable ?

Depuis des années, des réformes ont été menées dans le secteur éducatif  : elles ont consisté à reduire les programmes, à aplanir les difficultés par l'affaiblissement des enseignements de la grammaire et de l'orthographe.

Ce sont ces disciplines qu'il faudrait rétablir et renforcer...

Sous le prétexte de rendre l'enseignement plus attractif, on a, pendant des années, sacrifié des apprentissages fondamentaux : il ne faut pas s'étonner de la baisse du niveau des élèves.

Oui, cette réforme proposée par Najat Vallaud-Belkacem est triste, contrairement à l'impression qu'elle veut donner...

Elle est triste, parce qu'elle va aggraver les difficultés croissantes des élèves, elle est triste, car elle ne tient pas compte de l'avis même des enseignants qui connaissent leur métier.

Elle est triste, parce qu'elle fait fi des mécontentements qu'elle suscite un peu partout... Une réforme menée contre les enseignants eux-mêmes peut-elle être efficace et pertinente ?

Cette réforme inquiète : elle tend à supprimer des enseignements optionnels, pourtant très formateurs, comme le latin et le grec, elle sacrifie les classes bi-langues, et surtout, elle ne restaure pas la place essentielle que doit occuper le savoir, dans une société moderne.

Nous ne voulons pas d'une société robotisée : le ministère doit entendre ce que disent les enseignants...

Alors que cette profession connaît des difficultés grandissantes, le gouvernement semble faire la sourde oreille et ne pas vouloir comprendre le message.

Sommes-nous donc gouvernés par des robots aveugles et sourds ?

C'est l'impression qu'ont les enseignants depuis des années : des réformes successives ont laminé l'éducation, et malgré les grèves, les mouvements de protestation, on ne les entend pas, on les méprise, même.

La crise sert de prétexte pour réaliser toutes sortes d'économie : classes surchargées, accompagnement personnalisé devant des groupes de 36 élèves, suppression d'options jugées peu rentables.

Oui, on peut dire que cette réforme est triste : elle ne tient plus compte des êtres humains qui oeuvrent pour l'éducation, elle en vient à nier leur opinion, elle risque d'aggraver les inégalités, en supprimant des enseignements qui peuvent hisser les élèves vers un niveau d'excellence...

 

Cette réforme provoque un nouveau malaise dans le monde éducatif : elle ne répond pas aux difficultés rencontrées par les élèves dans la maîtrise de la langue... Encore une fois, les gens du ministère ne voient pas du tout les réalités, ils sont comme déconnectés du monde...




 Un article du journal Le Monde sur le sujet :

 

 

http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/05/20/reforme-du-college-vallaud-belkacem-ne-veut-plus-perdre-de-temps_4636645_823448.html

 







 

 

La triste réforme des collèges...

Partager cet article

Repost0

commentaires

per 21/05/2015 19:46

question d'habitude, le passage en force sans concertation ( ha non, c'est faux, ils nous concertent, on fait des commissions, des comptes rendus... mais on ne voit pas la couleur ensuite).
qui se rappelle de la refondation des sti en ti2d en 2012? pareil, brainstorming, commissions, batailles utérines entre les inspecteurs des différentes disciplines...
tout ça pour arriver à un enseignement virtuel de saupoudrage de connaissances, de développement durable intégré par les gros lobbys industriels et la déqualification des profs des différentes disciplines ( je suis passé en 1 an de énergéticien de formation bac+ 5 30 ans de métier à électrotechnicien puis à génie civil, et maintenant mécanicien, le tout avec 5 h de formation dans chaque domaine).
le tout par décret; si ça a marché ce coup là, pourquoi ne pas récidiver?
quant à faire confiance aux chefs d'établissement qui ont une logique de carrière plus que de pédagogie...
la gestion des profs c'est un tableau excel pour eux; un nom, une heure, une case...
heureusement que je suis bientôt à la retraite, mais les petits jeunes ( élèves ou profs) ne sont pas sortis de leur malaise.

rosemar 21/05/2015 21:15

Merci pour ce témoignage, per, sur un secteur de l'éducation que je connais mal : on fait toujours semblant de consulter mais personne n'est dupe, bien sûr, toutes les réformes ont été menées contre l'avis des enseignants. Et, une fois de plus, le ministère passe en force... D'autres grèves vont suivre, sans doute, mais il sera difficile d'aboutir à des résultats...

Bonne soirée

fatizo 20/05/2015 20:27

Je ne suis pas loin de penser comme R. Schneider.
A se demander si nos élites ne se sont pas rendus compte qu'à une certaine époque "le peuple" devenait trop instruit, qu'il avait trop de moyens de réflexion grâce à l'enseignement.
Il serait peut-être temps de le crétiniser.
Ente l'école que l'on casse, les conneries sur le net et à la télé, le travail devrait être vite fait.
Bises et belle soirée Rosemar

rosemar 20/05/2015 21:21

Oui, une façon de promouvoir l'ignorance, c'est l'impression qu'on peut avoir : la culture n'est plus à l'honneur, elle est même méprisée et décriée par certains...

Bises du printemps

Jes68 20/05/2015 19:36

Bonsoir Rosemar,

Encore une fois sans discussion, sans débats, en force... du Valls tout craché. Valls serait le Sarkozy de Gauche, il a la même arrogance, la même morgue, si seulement il était de gauche ce qu'il n'est pas et n'a jamais été. Avec l'école sous prétexte d'égalité il détruit les filières d'élite, là où au contraire il faudrait faire en sorte de favoriser l'accès de ces filières à tous et particulièrement aux élèves des classes populaires. Personne ne peut m'expliquer la différence entre la politique économique du PS et celle de Fillon/Sarkozy 2007/2012 et la chose qui sauvait les apparences, les autres fois où le PS a été au pouvoir, les réformes sociétales vont maintenant toutes dans le mauvais sens à part le mariage pour tous. Mon divorce avec le PS est total et je ne lui souhaite qu'une chose finir comme le PASOK grec. C'est ce qui peut arriver de mieux à la gauche. Le PS est né sur les cendres de la SFIO, ce n'est que sur les cendres du PS que l'on pourra renouveler la Gauche. Là avec le PS on a le pire parce qu'il fait une politique de droite et dans une sorte de novlangue, il appelle ça la gauche. Dans notre système électoral seul le PS ou l'UMP peut gagner avec de temps en temps le FHaine et encore cela lui a pris 30 ans. On a donc le choix que entre la droite honteuse qui n'ose pas dire son nom et s'appelle la gauche, la droite officielle, et l’extrême droite. La présence de Valls au PS entraine un dénis de démocratie. Cela ressemble à ce qui se passe avec la science fiction, la vraie, pas l'héroic fantasy. Quand on va dans une librairie maintenant, le rayon science-fiction c'est 4 bouquins qui se cache dans un coin et encore 3 sont des rééditions de classiques comme Dune, Fondation, ou 2001 Odyssée de l'espace. Plus moyen d'en trouver et la question que je me pose c'est : est-ce-que c'est parce que cela ne se vend plus qu'il n'y en a plus ? ou est-ce que c'est parce qu'il n'y en a plus dans les rayonnages que cela ne se lit plus ? Au vu des succès des films de science-fiction je pense pour la deuxième solution ? Et si le fait que plus personne ne vote à gauche était dû au fait qu'il n'y a plus de gauche en rayonnage.

Bonne soirée
A+, Biz !

rosemar 20/05/2015 21:19

Eh oui, la "gauche" qui mène une politique de droite, ce n'est pas nouveau : c'est le principe de l'alternance, on a déjà connu : là, avec cette réforme qui est critiquée par les enseignants, les syndicats, le gouvernement risque de préparer encore l'avènement de la droite... Sur le plan économique et social, on peut voir, peut-être quelques petites différences : par exemple un rééquilibrage dans les allocations familiales, le retour à la retraite à 60 ans pour les carrières longues, la fin des exonérations fiscales pour les heures sup...
De fait, ce gouvernement déçoit mais je crains qu'un retour de la droite dure soit pire encore...

Bonne soirée et bises, Jes

Richard Schneider 20/05/2015 19:09

Bonsoir Rosemar,

Depuis longtemps, j'ai l'intime conviction que la destruction de l'école républicaine est programmée ... Je remarque que c'est souvent la "gôche" qui donnent les coups de boutoir qui font le plus mal - cf. les réformes Jospin, Allègre etc ...
Michéa, il y a une dizaine d'années, avait déjà analysé le processus dans son livre "L'Enseignement de l'ignorance".
Voir aussi Bentolila qui ne cesse d'insister sur les carences en vocabulaire des enfants défavorisés qui entrent au CP : 200 mots contre près de 2000 pour ceux qui viennent des milieux aisés. Avec si peu de mots, le handicap est quasiment impossible à combler, surtout que pendant des années les pédagogistes ont imposé des méthodes aberrantes !
Je vous avoue, Rosemar, que je suis bien content d'être à la retraite !

rosemar 20/05/2015 19:42

Je plains les collègues qui travaillent en collège et qui vont devoir essuyer les plâtres de cette réforme... La gauche et la droite n'ont eu de cesse de faire des réformes désastreuses, le collège unique est une réforme d'un ministre de droite...

Je pense aussi qu'il faut axer les efforts sur l'école primaire, revoir les méthodes d'apprentissage de la lecture, par exemple.
Vous avez donc été enseignant ??

Bonne soirée Richard

L. Hatem 20/05/2015 18:12

Donc c'est déjà publié au J.O.
l'article du LeMonde dit :

La ministre a aussi jugé que « cette réforme trouvera prise avec la réalité » parce que « chacune de ses mesures a été conçue avec les professeurs eux-mêmes ». Et de citer les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI), que « les professeurs eux-mêmes ont inventés ».

Qu'en penses-tu ?
Bises

rosemar 20/05/2015 18:25

Les professeurs n'ont pas inventé les EPI, ce sigle est apparu avec cette nouvelle réforme : il est vrai que de nombreux enseignants ont pu expérimenter l'interdisciplinarité, mais de façon ponctuelle et non systématique : ces EPI deviennent, pour la ministre, une sorte de "panacée", mais ils ne vont pas résoudre les nombreuses difficultés des élèves dans la maîtrise de la langue, puisqu'ils empiètent sur les autres heures d'enseignements...
Ce que dit la ministre est une façon de se moquer du monde enseignant... C'est TRISTE !!

Bises, LH

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/