Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2022 1 19 /09 /septembre /2022 11:41
Mademoiselle qui m'avez appris...

 

En ces temps où les enseignants sont mis à mal, déconsidérés, mal aimés, voici une chanson qui leur rend un vibrant hommage... une chanson écrite par Didier Barbelivien et composée par Julien Clerc, intitulée Mademoiselle...

 

Le poète s'adresse directement à celle qui lui a tant appris grâce à cette apostrophe "Mademoiselle"... car l'enseignement est avant tout une transmission de connaissances.

 

L'énumération qui suit : "Les rois de France et mon pays
Les grandes cités industrielles
Les montagnes, les neiges éternelles" souligne bien l'importance de cette transmission... Sont évoquées ici, l'histoire, la géographie, et plus loin dans une autre énumération "la lecture, la poésie, les jolies fables de La Fontaine, Victor Hugo et Paul Verlaine", des apprentissages de base, bien sûr comme la lecture, mais aussi la culture, avec des exemples littéraires de grands auteurs classiques...

 

Et le poète remercie cette Mademoiselle en lui vouant une "reconnaissance infinie", une expression très forte...

 

Mais l'éloge va plus loin encore ! puisque le poète ajoute : "Vous avez embelli ma vie", montrant bien tout le bénéfice apporté par cette culture littéraire et poétique.

L'éducation apparaît bien ainsi comme une force  et une source de bonheur, d'épanouissement, d'espérance...

 

A tel point que le son de la voix est comparé à une "presque chanson". que le poète garde en mémoire...

 

Et il égrène d'autres leçons de vie délivrées par cette enseignante : 

-L'importance de la liberté pour laquelle il faut se battre...

"Mademoiselle qui m'avez appris
Que la liberté a un prix
Pour les chiens et les papillons
Pour les hommes de toutes conditions
Je pense à vous dès que j'écris"

-L'importance de l'esprit critique où il s'agit de reconnaître les vraies aspirations du peuple, d'être fidèle au peuple, aux gens dont on ne parle jamais, le peuple réel et concret désigné par l'expression populaire : "le peuple pour de bon."

"Mademoiselle qui m'avez appris
À ne pas confondre les cris
Des marchands de révolution
Avec le peuple pour de bon
Je me dois de vous dire "merci""

Et on entend encore un remerciement dans ce simple mot : "merci".

 

La simplicité des mots, les auteurs cités, Hugo, Verlaine, La Fontaine parlent à chacun d'entre nous. Qui n'a pas appris dans son enfance des fables de La Fontaine, des poèmes de Hugo et de Verlaine ?

La mélodie joyeuse et rythmée restitue le bonheur de ces années passées sur les bancs de l'école.

Une belle déclaration !

 

 

Le texte :

 

https://www.lacoccinelle.net/1395903-julien-clerc-mademoiselle.html

 

 

 


 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2022 7 04 /09 /septembre /2022 11:49
Provence !

 

Des pins qui s'élancent sur l'azur ! Un nuage léger qui flotte dans le bleu infini du ciel...

 

 

 

Des cyprès qui traversent le paysage de leurs longs fuseaux verdoyants...

 

 

 

Un micocoulier dont les feuilles bruissent légèrement sous le vent...

 

 

 

Des oliviers aux teintes argentées, arbres du sud nimbés de lumières ! Des oliviers qui vibrent, vacillent d'éclats sous la chaleur âpre et intense du sud...

 

 

Provence ! Terre lumineuse et solaire ! Royaume des pins !

 

 

Arbres du sud aux formes variées, aux teintes nuancées de verts ! Lumières intenses du sud qui magnifient les paysages !

 


 

Provence, terre de splendeurs ! Magie de la lumière !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
28 août 2022 7 28 /08 /août /2022 10:53
Jets d'eau !

 

 

Les jets d'eau dansent et chantent sous le soleil de l'été...

 

 

 

Sarabande des gouttes d'eau qui virevoltent dans l'air...

 

 

 

Ballet de l'eau éblouissant ! Envolées de brumes sur le ciel de l'été !

 

 

 

 

Eclats de lumières dansantes sur l'azur ! L'eau se donne en spectacle, l'eau jaillit, rebondit, l'eau se pare des reflets ondoyants des arbres environnants...

 

 

 

Frémissements, bruissements de l'eau ! Musique et chanson enivrante de l'eau !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
19 août 2022 5 19 /08 /août /2022 10:09
J'ai confié ma peine au peuple des fontaines...

 

 

Le temps qui passe, le temps qui emporte l'amour, l'eau qui s'écoule et qui symbolise la fuite du temps : on retrouve ces thèmes traditionnels dans une chanson de Francis Cabrel, Peuple des Fontaines...

 

Et le poète sait renouveler ces thèmes, grâce à la poésie de son écriture.

 

Dès le début du texte, le poète exprime ses sentiments de peine et de désarroi avec l'emploi de la première personne dans une tonalité lyrique, mais à qui parle-t-il ? Il s'adresse au Peuple des Fontaines...

Il fait ainsi appel à une image mythologique antique : les Fontaines peuplées de naïades, de sirènes, d'ondines...

Si ces nymphes des eaux ne sont pas citées, ces références font partie de notre culture. De plus, les Fontaines sont personnifiées dans la suite de la chanson.

 

Le poète use aussi de la deuxième personne pour instaurer un dialogue avec la jeune femme qui n'est plus à ses côtés, une façon de faire revivre les moments de bonheur passé :

"Pour qu'un jour tu reviennes te pendre à mon bras..."

 

La jeune femme est partie, et bien sûr, le temps se fait pesant, les jours, Dimanche et semaine deviennent "une chaîne" pour l'amoureux en peine, une belle image qui traduit bien son désarroi.

Le champ lexical du temps : "un jour, dimanche, semaine, ces jours gris, toujours, toujours" souligne la durée de l'éloignement, d'autant que le poète fait intervenir des rimes intérieures qui viennent insister sur la répétition inlassable des jours : "ma peine-fontaines /tu reviennes / semaine-chaîne / Des rues où je traîne / Toujours me reviennent / la Seine-Verlaine".

Et on voit le poète inconsolable traîner sa peine et penser à son amour perdu.

 

La nature, la beauté des fleuves, "le Rhône, la Seine", la poésie même ne sauraient lui apporter un réconfort : et voici notre poète insensible à la poésie de "Rimbaud ou Verlaine" qui ne sauraient le consoler.

L'emploi du futur, du mot "rien" suggère une peine irrémédiable.

 

Et le poète de constater qu'il fait partie de tous ces gens, "amants maladroits" qui "ont gravé les mêmes stupides rengaines, Les mêmes soupirs aux mêmes endroits".

L'énumération "Princes et souveraines, simples comédiennes, des dizaines d'amants maladroits" vient conforter l'emploi du mot "rengaines" qui comporte une idée de monotonie et de répétition.

 

L'amoureux se tourne alors à nouveau vers les Fontaines pour trouver un refuge et des solutions à sa détresse : il s'adresse aux Fontaines, en utilisant une apostrophe :

"Fontaines, dites-moi

Vous qui avez tant écouté
Vous qui ne sauriez pas mentir

Est-ce qu'elles savent pardonner
Ces belles pour qui l'on respire"

Cette personnification des Fontaines nous montre une nature bienveillante, qui sait écouter, qui ne sait pas mentir...

Le poète les interroge comme des confidentes remplies de sagesse et de savoirs : il s'enquiert d'un pardon attendu.

Les belles dames ne se confient-elles pas elles-mêmes aux miroirs de l'eau ? Le poète nous les montre "penchées sur le saphir" des fontaines, en train de dire peut-être que "tout peut recommencer."

Belles images de l'eau reflétant le charme des femmes...

"Cherchez bien dans vos souvenirs", insiste le poète...

Et l'amoureux fait référence encore à la poésie de Barbara, à celle de Léonard Cohen qui ne sauraient remplacer son amour perdu :

"Je donnerais tout Göttingen
Toutes les Suzanne de Cohen
Pour ce jour béni où tu me reviendras."

L'emploi du futur marque alors un espoir de retour, comme une forme de certitude....

 

La musique douce et rythmée restitue bien, tout au long de la chanson, cet apaisement que procurent les Fontaines...

 

 

Le texte :

 

https://www.azlyrics.com/lyrics/franciscabrel/peupledesfontaines.html


 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2022 5 01 /07 /juillet /2022 11:38
Boby Lapointe : l'enchanteur du verbe...

 

Voilà 50 ans que disparaissait Boby Lapointe, chanteur, compositeur, interprète, poète de l'absurde, des jeux de mots. Ce virtuose des calembours nous a laissé des textes d'une drôlerie inouïe...


Boby Lapointe nous surprend encore par les trouvailles de langage dont il fait preuve : poète incontestable des mots, il nous fait rire, sourire de sa bonne humeur...
 
Né le 16 avril 1922 dans le sud de la France, à Pézenas dans l'Hérault, le jeune Boby ne se destinait pas initialement à une carrière de chanteur : féru et passionné de sciences et de mathématiques, il envisageait un métier dans l'aviation et ambitionnait de devenir pilote d'essai. Après l'obtention du baccalauréat, il prépare deux écoles : centrale et supaéro...
 
Mais la guerre l'empêche alors de poursuivre ses ambitions : il doit partir en 1943 à Linz en Autriche, pour rejoindre le STO. Il parvient à s'évader et se retrouve à La Ciotat où il exerce le métier de scaphandrier.


 
Après avoir touché à différents métiers, vendeur de layettes, installateur d'antennes de télévision, électricien, livreur, Boby Lapointe entre dans la carrière musicale en 1956...
 
A défaut de voler sur des avions, Boby va devenir voltigeur de mots, il va faire virevolter les mots dans des chansons devenues célèbres...


 
Il fait ses débuts en tant que chanteur dans un cabaret parisien, le Cheval d'Or. Il y rencontre des chansonniers célèbres de l'époque : Anne Sylvestre, Raymond Devos, Ricet Barrier et Georges Brassens, avec qui naît une amitié réciproque... Il connaît un certain succès et attire l'attention du réalisateur François Truffaut. Celui- ci imagine de lui faire jouer un rôle de chanteur de bar dans son nouveau film Tirez sur le pianiste, avec Charles Aznavour. Ses chansons" Framboise" et" Marcelle" sont mises en valeur dans ce film. Il est ensuite engagé dans un autre cabaret parisien ,les Trois baudets et commence à enregistrer des chansons : Marcelle, Bobo Léon, Aragon et Castille ...


 
D'autres compositions célèbres suivront : Ta Katie t'a quitté, Saucisson de cheval, Comprend qui peut, Méli-mélodie, Le tube de toilette, La maman des poissons.


 
Quel magicien des mots, quel virtuose fut Boby Lapointe ! Son originalité, sa verve font de lui un poète à part : jeux de mots, créativité verbale incroyable, humour et inventivité nous surprennent encore... Quelle bonne humeur, quelle joie de vivre transparaissent dans sa musique et ses textes ! Boby Lapointe sait , comme nul autre, nous transmettre ce bonheur des mots... Il nous parle de la maman des poissons, avec tant de drôlerie, il manie le verbe et les sonorités avec talent dans Ta Katie t'a quitté... Sa fantaisie fait de lui un poète à part, peu connu et reconnu de son vivant, jugé à la fois trop intellectuel par certains et trop rigolard par d'autres, ce jongleur, ce troubadour, ce trouveur, cet inventeur, ce prestidigitateur génial de mots nous entraîne dans un univers inédit...
 
On n'a pas fini de redécouvrir ses chansons et ses textes qu'il faut aussi lire et relire pour en percevoir toute la saveur.
 
Disparu trop tôt le 29 juin 1972, à l'âge de 50 ans,  Boby Lapointe a connu une carrière fort brève mais il nous a laissé de nombreuses chansons hilarantes : il faut réécouter, par exemple les calembours en tous genres de la chanson, Tube de toilette ou encore la fraîcheur du texte, La fille du pêcheur...


 
Personnage farfelu, amuseur, enchanteur du verbe, mathématicien de génie puisqu'on lui doit aussi un système de numération bibi- binaire utilisé en informatique et qui sera validé par des scientifiques en 1968, acteur à ses heures, chansonnier, Boby Lapointe apparaît comme un artiste hors du commun...et des sentiers battus.
 

 
 

 

 
 

Partager cet article
Repost1
24 juin 2022 5 24 /06 /juin /2022 13:01
Allons sous la charmille où l'églantier fleurit...

 

"Puisque les prés sont verts, puisque le ciel est bleu,

Aimons. Par les grands mots l'idylle est engourdie ;

N'ayons pas l'air de gens jouant la tragédie ;

Disons tout ce qui peut nous passer par l'esprit ;

Allons sous la charmille où l'églantier fleurit,

Dans l'ombre où sont les grands chuchotements des chênes."

 

Voici une belle invitation à l'amour écrite par Victor Hugo : le cadre champêtre décrit dans ces vers avec simplicité n'est-il pas propice à l'amour ?

 

 

Le mot "charmille" désigne une allée plantée de charmes, souvent taillés en forme de berceaux.... Issu du nom latin "carpinus", le mot charme évoque un arbre somptueux, dont le nom fait rêver....

Le nom "carpinus" est de genre féminin en latin, comme la plupart des noms d'arbres, car on considérait que les arbres étaient habitées par des divinités féminines.

 

On connaît aussi l'homonyme "charme", venu du latin "carmen", "le vers, l'incantation magique" qui renvoie à une toute autre notion, une idée de séduction intense...

 

Curieuse homophonie entre deux mots assez différents au départ "carpinus" et "carmen" ! Mais les évolutions phonétiques ont modifié deux termes différents qui se sont, ainsi, rapprochés... La consonne "c" se transforme souvent en une chuintante "ch" dans le passage au français...et la fin d'un mot disparaît parfois parce que la finale n'était pas accentuée en latin...

 

Le mot "charmille" est plein de poésie : il suggère un cadre champêtre, une ombre douce et bienveillante, il invite à la rêverie...

 

Avec ses sonorités de chuintante, de gutturale, de labiale, ce nom à la finale féminine, nous entraîne dans un univers fait de beauté et d'harmonie : la charmille est accueillante, elle invite à la promenade, à la découverte... 

 

Les vers de Victor Hugo insérés dans le groupe des idylles sont une invitation à l'amour,  l'idylle étant un petit poème qui célèbre l'amour dans un décor pastoral...

 

Hugo parvient à donner à l'évocation une extrême douceur grâce à de jeux de sonorités : allitération de la consonne "ch" avec les mots "charmille, chuchotement, chênes...", utilisation de consonnes très douces, sifflante "s", fricative "f"..., emploi de voyelles nasalisées qui ralentissent le rythme et qui invitent à la rêverie amoureuse...

 

Le verbe "aller" à l'impératif souligne l'invitation et entraîne le lecteur vers ce monde idyllique, au décor attirant : les charmes, l'églantier en fleurs, les chênes personnifiés...

 

On perçoit, aussitôt, des couleurs, des parfums de fleurs : l'églantier, rosier sauvage nous entraîne dans un sillage de senteurs....

 

  

 
 

 

Partager cet article
Repost1
5 juin 2022 7 05 /06 /juin /2022 10:42
Promenades dans Nîmes...

 

Une exposition d'aquarelles pour une jolie promenade dans la ville de Nîmes...

 

Une exposition pour découvrir ou redécouvrir les monuments, et les lieux les plus emblématiques de celle qu'on appelle la petite Rome...

 

On remonte bien sûr aux origines de l'antique cité avec la source autour de laquelle s'est bâtie Nemausus...

 

A Nîmes, "c'est aussi un palmier qui, comme dans un désert, signale la source originelle..."

 

L'eau ! La vie ! Le mouvement, la fluidité, la transparence, la douce musique, les murmures de l'eau ! On est comme ébloui par ses teintes moirées et nuancées de bleu !

 

Et puis, la promenade le long du canal, ses arches en volutes si harmonieuses avec  les reflets et la présence bienveillante de l'eau...

 

Le temple de pierres, la Maison Carrée, nous séduit  par ses lignes épurées, son architecture d'un autre temps, ses teintes lumineuses !

 

Un autre temple dédié peut-être à la déesse Diane dans les Jardins de La Fontaine, un lieu mystérieux, un édifice qui faisait partie de l'Augusteum, cet ensemble majestueux voué au culte impérial.

 

Autre lieu antique : la Tour Magne qui domine la ville, "on a attribué l'origine de la Tour à toutes les fonctions, même celle d'un phare, à une époque lointaine où la mer aurait été plus près de la ville..."

 

Et bien sûr, les places de la ville : place du Chapitre, du marché, place de l'Horloge, place d'Assas et encore, partout la présence de l'eau, avec des fontaines, des bassins, des jets d'eau, des cascades...

 

L'eau encore ! avec le lavoir du Puits Couchoux : on utilisait autrefois des puits publics quand la ville n'était pas alimentée en eau courante... un lavoir avec sa magnifique charpente de bois, sa fresque des lavandières.

 

Enfin, l'imposante architecture des Arènes au centre de la ville : l'amphithéâtre romain,  un des plus beaux et des mieux conservés au monde...

 

Jean-Louis Pagès, l'architecte voyageur, nous transporte ainsi dans un univers imagé associé à des textes personnels, à travers des aquarelles originales.

 

Une magnifique exposition d'aquarelles, qui invite au rêve, à la poésie, vue au Carré d'Art de Nîmes...

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéo : rosemar

Partager cet article
Repost0
29 mai 2022 7 29 /05 /mai /2022 10:53
La magie de l'eau !

 

La magie, le miracle de l'eau ! L'eau qui murmure, qui frémit, qui fredonne sa chanson...

 

L'eau et sa musique !

 

Des hirondelles sillonnent le ciel et dansent une sarabande sur ce murmure cristallin !

 

 

Le faune de bronze danse aussi et se déhanche au son de cet air enchanteur...

 

 

Comment résister à cet appel de la nature et de la vie ?

 

 

Et même la statue de pierre, femme à l'oiseau, se laisse bercer par cette douce musique...

 

 

Les colverts suivent aussi le rythme dansant de l'eau...et forment un ballet féerique sur les moires du canal...

 

 

Et voici que les arbres s'animent sur ce miroir ondoyant...

 

 

La magie de l'eau et de son murmure !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Partager cet article
Repost1
22 mai 2022 7 22 /05 /mai /2022 13:34
De la fraîcheur !

 

L'eau ! Le bonheur de l'eau pour affronter les chaleurs torrides de ce mois de mai...

 

 

Un bain d'eau fraîche que s'offrent les pigeons sous les jets d'eau frémissants aux murmures emplis de douceur...

 

 

Une bergeronnette aussi se délecte d'un bain de fraîcheur ! Quelle joie de bondir au bord de l'eau !

 

 

Des trilles de bonheur offert aux passants !

 

 

L'eau, ses reflets chatoyants et changeants apportent un tel réconfort en ces journées solaires !

 

 

 

A l'ombre des pins, un chat se prélasse encore et profite d'une douce et apaisante frondaison...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Partager cet article
Repost0
20 mai 2022 5 20 /05 /mai /2022 11:50
Sylvain Tesson : "Il faut choyer, vénérer les mots !"

 

Invité d'honneur de l'émission La Grande Librairie du mercredi 11 mai , Sylvain Tesson a rendu un magnifique hommage aux mots, à la langue...

 

"Ma vie, c'est raconter par des mots tout ce que je vis, c'est à dire transformer en verbe les sensations que j'éprouve, les émotions qui me traversent, les situations que je vis et les rencontres que je fais...

Avec l'impression que ce n'est pas vécu complètement tant que ce n'est pas écrit. Sinon, ça se volatilise dans l'indicible.

J'adore dire ce que j'ai vécu, d'ailleurs, je prends des notes tout le temps, je raconte, je vis deux vies, en fait. Une vie organique, sur le plan réel, dans la substance réelle des choses et après, je la transcris sur le papier.

 

J'aime la restitution formelle en mots de ce qui a été vécu, mais je n'ai pas besoin d'y ajouter la fiction, je n'ai pas besoin d'y ajouter cette espèce de dopant, de stéroïde de l'imaginaire... j'ai l'impression que c'est du dopage, c'est comme quand on s'injecte des substances pour aller plus vite dans la côte, je n'ai pas besoin de la fiction. Je trouve que c'est tellement incroyable, le spectacle du monde, le spectacle des hommes, ce qui vous traverse, la vie, le simple corps humain, le spectacle d'une main qui se referme, tout cela vient de millions d'années, de mystères qui ne sont pas encore très bien compris, pas encore très bien connus, tout est incroyable !

 

Tout ce qui se dévoile est beau, tout est mystérieux, tout ce que vous rencontrez, tout est adorable... alors, pourquoi ne pas se contenter d'écrire ce qui vous est arrivé ? Et ça vous précipite dans une espèce de roman qui est votre propre vie..."

 

Mais il y a aussi le style de Sylvain Tesson, souvent empreint d'autodérision, de jeux de mots, d'un amour fou pour la langue, l'histoire, la géographie...

"Il y a une chose que j'aime profondément et que j'aimerais partager avec tous les gens que j'aime, c'est l'amour des mots, j'aime les mots, je trouve cela merveilleux...

Ce sont des voyageurs remarquables, ils viennent de très loin, ils ont traversé des siècles, parfois, ils ont été un petit peu torturés, parfois, on ne les comprend pas, parfois, on les emploie pour autre sens, ce sont souvent des migrants, ils viennent de partout, ils se sont fécondés, parfois ils ont disparu.

 

Il y a une espèce de richesse sensuelle dans le vocabulaire et dans l'usage des mots... moi, j'adore les dire !

En plus, j'ai eu un problème physique, à la suite d'une chute. Donc, l'élocution est devenue difficile, alors, c'est comme un travail de pétrissage, j'aime dire les mots, j'aime les chuintantes, j'aime les sifflantes, j'aime les dentales, c'est pour moi un effort d'articuler et je trouve qu'il faut rendre grâce aux mots.

 

Il y a la langue, c'est ce qu'il y a de plus beau, le verbe ! C'est notre propre, c'est ce qui fait que vous et moi, on est des êtres humains : c'est pas uniquement qu'on est bipède et que l'on a, comme diraient les paléontologues, les yeux qui nous permettent de regarder de face, comme les prédateurs, ce n'est pas que ça, le propre de l'homme...

Le propre de l'homme, c'est le verbe, c'est la capacité de dire le monde, de le recomposer, de le recréer, de le comprendre, de recréer un plan de réalité avec simplement le verbe ! C'est magnifique ! Il faut choyer les mots, il faut les vénérer !

C'est dommage que nous soyons un peu, en ce moment, dans une époque où les machines ont pris tellement de place, partout autour de nous, entre nous, en nous, même, que la langue s'est un peu écartée, elle est un peu intimidée, elle s'est appauvrie.

Certes, il y a encore des gens qui ont le verbe haut, qui parlent clair, qui parlent fort, il y a encore des langages merveilleux, il y a encore des gisements pétrolifères, il y a encore des gisements sémantiques, il y a encore des gisements de mots techniques, argotiques, il y a encore des gens qui parlent de magnifiques langues soit extrêmement châtiées, soit extrêmement populaires, mais, en tout cas, le personnel qui est censé nous diriger, l'autorité politique qui parfois, dans l'histoire, a usé d'un verbe superbe, je pense aux oraisons, je pense aux grands discours, je pense aux grandes plaidoiries, aujourd'hui, ils s'expriment vraiment comme des marchands de semelles de caoutchouc, ça ne va pas du tout..."

 

Quel vibrant éloge des mots et de la langue !

Magnifique éloge dans lequel Sylvain Tesson use d'un langage imagé, poétique !

Un éloge au cours duquel il magnifie les sonorités, chuintantes, sifflantes, gutturales, dentales... un éloge où il dévoile son amour pour la langue française, sa diversité, ses richesses, ses différents registres...

Célébrons les mots !

 Ecoutez le nom de l'aurore, aussitôt apparaissent des teintes dorées et roses d'une matinée transparente et claire... Entendez le mot "pécore" et vous voyez aussitôt la prétention, la sottise de celle qui parle à tort et à travers.

 

Les mots nous parlent d'autant plus qu'ils nous sont inconnus ou mystérieux : "amarante, cinabre, synecdoque, cicindèle." Les mots offrent, alors, une beauté exotique et lointaine qu'on a envie de découvrir comme de nouvelles terres, de nouvelles conquêtes, des territoires inexplorés.

 

Les mots se répondent aussi, se parlent entre eux, ils s'associent, se marient ou se contrarient. Le verbe, ou le mot par excellence, l'adverbe, le verbiage se fondent harmonieusement. L'homonyme, le synonyme, l'anonyme et l'antonyme forment une symbiose parfaite, une famille de mots inséparables.

 

 

Source :

https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-14/3342676-emission-speciale-sylvain-tesson.html

 

 

 

Sylvain Tesson : "Il faut choyer, vénérer les mots !"
Partager cet article
Repost1

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://Fatizo.over-Blog.com/