Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2021 3 22 /09 /septembre /2021 08:24
Un vingt-deux septembre au diable vous partîtes...

 

 

Le début de l'automne évoque traditionnellement le déclin, la perte, une certaine nostalgie du passé...

Pour Brassens, le 22 septembre est associé à une rupture amoureuse dans une célèbre chanson intitulée "Un vingt-deux septembre".

"Un vingt-deux septembre au diable vous partîtes..."

L'expression est savoureuse car elle ne traduit pas vraiment un désarroi, une tristesse : elle exprime au contraire une certaine désinvolture, comme si le poète avait souhaité le départ de la belle... ou comme si, le temps étant passé, la rupture semblait moins amère.

Et pourtant, chaque année, cette date était ponctuée par des pleurs : 


"Et, depuis, chaque année, à la date susdite,
Je mouillais mon mouchoir en souvenir de vous..."

Les thèmes du souvenir et du temps qui passe sont ainsi entremêlés dès le début de la chanson : l'alternance des temps, passé simple, imparfait, présent suggère bien cette fuite du temps, ainsi que les adverbes de temps qui scandent le texte : "aujourd'hui, jadis, à présent."

Le présent marque un changement total souligné par cette image : "Or, nous y revoilà, mais je reste de pierre" et par une expression brutale et triviale :

"Plus une seule larme à me mettre aux paupières 
Le vingt-deux de septembre, aujourd'hui, je m'en fous."

Et le poète revient pourtant sur la force de cet amour qui lui faisait accomplir des prouesses :

"Jadis, ouvrant mes bras comme une paire d'ailes,
Je montais jusqu'au ciel pour suivre l'hirondelle
Et me rompais les os en souvenir de vous..."

On perçoit un élan, un enthousiasme avec l'image de l'hirondelle...

Mais  cet élan a disparu et on trouve comme souvent dans les chansons de Brassens, une référence littéraire et mythologique :

"Le complexe d'Icare à présent m'abandonne,
L'hirondelle en partant ne fera plus l'automne:
Le vingt-deux de septembre, aujourd'hui, je m'en fous."

On aime aussi ce renversement du dicton "Une hirondelle [arrivant] ne fait pas le printemps", qui signifie qu'un seul signe ou indice ne constitue pas une preuve.

Brassens n'oublie pas d'évoquer de nombreux thèmes associés à l'automne : le départ des hirondelles mais aussi les feuilles mortes, le deuil :


"On ne reverra plus au temps des feuilles mortes,
Cette âme en peine qui me ressemble et qui porte
Le deuil de chaque feuille en souvenir de vous...
Que le brave Prévert et ses escargots veuillent
Bien se passer de moi pour enterrer les feuilles."

Sans oublier la référence littéraire aux poèmes de Prévert...

On retrouve le thème des pleurs et des souvenirs tristes dans la strophe suivante :


"Pieusement noué d'un bout de vos dentelles,
J'avais, sur ma fenêtre, un bouquet d'immortelles
Que j'arrosais de pleurs en souvenir de vous..."

Les "immortelles" que Brassens arrose de pleurs semblaient, pourtant, être là pour signifier un amour éternel.

Mais la suite vient à nouveau former un contraste saisissant avec cette déclaration d'un amour sans fin :


"Je m'en vais les offrir au premier mort qui passe,
Les regrets éternels à présent me dépassent:
Le vingt-deux de septembre, aujourd'hui, je m'en fous."

Brassens n'oublie pas de jouer malicieusement sur le sens du verbe "passer", ce verbe signifiant aussi par euphémisme "mourir".

L'amour s'en est allé, et c'est une rupture qui semble définitive, comme le suggère l'emploi du futur dans la strophe suivante :


"Désormais, le petit bout de coeur qui me reste
Ne traversera plus l'équinoxe funeste
En battant la breloque en souvenir de vous..."

Finis la tristesse et le désarroi...

Et Brassens de reprendre les clichés traditionnels de la poésie amoureuse et galante, avec ces images précieuses mêlées à un vocabulaire familier... c'est là tout le talent de Brassens de mélanger les genres !


"Il a craché sa flamme et ses cendres s'éteignent,
A peine y pourrait-on rôtir quatre châtaignes:
Le vingt-deux de septembre, aujourd'hui, je m'en fous."

 

Et, le poème s'achève sur ce vers :

 

"Et c'est triste de n'être plus triste sans vous"

 

 Ainsi, cette chanson exprime, malgré tout, la nostalgie d’un bonheur passé et … l’indifférence nouvelle.

Quelle richesse dans ce texte, que de références littéraires, quelle culture et quelle bonhomie aussi !

Brassens nous livre ici un véritable poème de facture classique en alexandrins, un poème où se mêlent jeux de langage, culture, humour, tendresse...

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost1
10 septembre 2021 5 10 /09 /septembre /2021 11:20
Un savoureux spectacle culinaire...

Du XVème au XXIème siècle : chansons et poésies gourmandes du Sud de la France et d'ailleurs... Les poètes et les écrivains parlent des produits, du goût de la vie et du partage des bonnes choses... une histoire poétique de la nourriture...

Tel est le spectacle savoureux que nous ont présenté Bruno Paternot, comédien et Tom Pablo Gareil, musicien, vibraphoniste, percussionniste...

 

Il faut toujours commencer par une fable de La Fontaine... nous conte Bruno Paternot :

 

"Le glouton

A son souper un glouton
Commande que l'on apprête
Pour lui un seul esturgeon
Sans en laisser que la tête,
Il soupe ; il crève.
On y court,
On lui donne maints clystères,
On lui dit pour faire court
Qu'il mette ordre a ses affaires.
"Mes amis, dit le goulu, m'y voilà tout résolu.
Et puisqu'il faut que je meure,
Sans faire tant de façon,
Qu'on m'apporte tout à l'heure,
Le reste de mon poisson ".

Et puis, on n'oublie pas, avant le repas, un apéritif à la façon de Boris Vian :

" – Prendras-tu un apéritif ? demanda Colin. Mon pianocktail est achevé, tu pourrais l’essayer.
– Il marche ? demanda Chick.
– Parfaitement. J’ai eu du mal à le mettre au point, mais le résultat dépasse mes espérances. J’ai obtenu, à partir, de la Black and Tan Fantasy, un mélange vraiment ahurissant.
– Quel est ton principe ? demanda Chick.
– A chaque note, dit Colin, je fais correspondre un alcool, une liqueur ou un aromate. La pédale forte correspond à l’œuf battu et la pédale faible à la glace. Pour l’eau de Seltz, il faut un trille dans le registre aigu. Les quantités sont en raison directe de la durée : à la quadruple croche équivaut le seizième d’unité, à la noire l’unité, à la ronde le quadruple unité. Lorsque l’on joue un air lent, un système de registre est mis en action, de façon que la dose ne soit pas augmentée – ce qui donnerait un cocktail trop abondant – mais la teneur en alcool. Et, suivant la durée de l’air, on peut, si l’on veut, faire varier la valeur de l’unité, la réduisant, par exemple au centième, pour pouvoir obtenir une boisson tenant compte de toutes les harmonies au moyen d’un réglage latéral.
– C’est compliqué, dit Chick.
– Le tout est commandé par des contacts électriques et des relais. Je ne te donne pas de détails, tu connais ça. Et d’ailleurs, en plus, le piano fonctionne réellement.
– C’est merveilleux ! dit Chick.
– Il n’y a qu’une chose gênante, dit Colin, c’est la pédale forte pour l’œuf battu. J’ai dû mettre un système d’enclenchement spécial, parce que lorsqu’on joue un morceau trop « hot », il tombe des morceaux d’omelettes dans le cocktail, et c’est dur à avaler. Je modifierai ça. Actuellement, il suffit de faire attention. Pour la crème fraîche, c’est le sol grave.
– Je vais m’en faire un sur Loveless Love, dit Chick. Ça va être terrible.
-Il est encore dans le débarras dont je me suis fait un atelier, dit Colin, parce que les plaques de protection ne sont pas vissées. Viens, on va y aller. Je le règlerai pour deux cocktails de vingt centilitres environ, pour commencer.

Chick se mit au piano. A la fin de l’air, une partie du panneau de devant se rabattit d’un coup sec et une rangée de verres apparut. Deux d’entre eux étaient pleins à ras bord d’une mixture appétissante."

 

Goûtons ensuite les sardines, celles de Raymond Queneau :

"Une fois n'est pas coutume : allons au restaurant 
nous payer du caviar et des ptits ortolans

Consultons le journal à la rubrique esbrouffe 
révélant le bon coin où pour pas cher on bouffe

Nous irons à çui-ci, nous irons à çui-là
mais y a des objections : l'un aimm ci, l'autre aimm ça

Je propose : engouffrons notre appétit peu mince 
au bistrot le troisième après la rue Huyghens

Tous d'accord remontons le boulevard Raspail 
jusqu'aux bars où l'on suss la mouss avec des pailles

Hans William Vladimir et Jean-Jacques Dupont 
avalent goulûment de la bière en ballon

Avec ces chers amis d'un pas moins assuré 
nous trouverons enfin le ptit endroit rêvé

Les couteaux y sont mous les nappes y sont sales 
la serveuse sans fards parfume toutt la salle

Le patron — un gourmet ! vous fait prendre — c'est fou 
du pipi pour du vin et pour du foi' du mou

La patronne a du cran et rince les sardines 
avec une huile qui fut huile dparaffine

La carne nous amène un rôti d'aspect dur 
orné concentricment de légumes impurs

Elle vous proposera les miettes gluantes 
d'une tête de veau que connurent les lentes

Elle proposera les panards englués
d'un porc qui négligea toujours de les laver

Peut-être qu'un produit à l'état naturel 
échappra-z-aux méfaits dla putréfiantt femelle

« Voici ma belle enfant un petit nerf de bœuf 
que vous utilizrez pour casser tous vos œufs »

De l'omelette jaune où nage le persil 
elle fera-z-hélas un morceau d'anthraci

Ce bon charbon croquant bien craquant sous la dent 
se blanchira d'un sel sous la dent bien crissant

Plutôt que de noircir un intestin qui grêle 
nous dévorerons la simili-porcelaine

L'hôtesse nous voyant grignoter son ménage 
écaillera les murs de l'ampleur de sa rage

Alors avalerons fourchettes et couteaux 
avant d'avec vitesse enfiler nos manteaux

Fuyards nous galoprons dans la rue où ça neige 
sans peur de déchirer la couturr de nos grèges

Nous retournant au bout de cinquante ou cent mètres 
nous verrons le souillon jouer au gazomètre

et nous péter au nez ses infâmes insultes
— patronne de bistrot, empoisonneuse occulte..."

 

Goûtons les recettes en vers de Léontine DESBOUCHAGES :

"Les RAYOLES

Avec de la fleur de farine,
Eau, beurre, œuf, quelques grains de sel,
Faites une pâte très fine ;
Étendez ; c'est l'essentiel.
Découpez beaucoup de rondelles,
Prenez un verre pour compas,
Et, pour bien garnir ces parcelles,
Écoutez..., et ne riez pas !...

Écrasez un peu de citrouille ;
Hachez des épinards blanchis ;
Garnissez : que votre doigt mouille
La pâte autour du hachis ;
Pliez d'un coup de main habile ;
Joignez les bords en les pressant ;
Dans l'eau qui bout, mettez, agile,
Cuire un instant chaque croissant.

Pilez des noix. Râpez ensuite,
Du bon fromage à votre choix.
Sur un plat, superposez vite
Un lit de pâte, un lit de noix,
Un lit de fromage et de beurre.
Voilà le chef-d'œuvre requis.
Couvrez et laissez un quart d'heure
Près du feu. Goûtez : c'est exquis !..."

 

Un petit tour au  Dernier Restaurant avant la Fin du Monde de Douglas Adams :

"Un imposant animal laitier s'approcha de la table de Zappy Bibicy, vaste et gras quadrupède bovin aux grands yeux humides, avec des petites cornes et sur le mufle ce qui pouvait presque passer pour un sourire engageant.
«Bonsoir». La bovine créature s'assit pesamment sur son arrière-train. «Je suis le plat du jour. L'une ou l'autre partie de mon cops vous tenterait-elle?» Elle se racla la gorge, gigota de l'arrière-train pour se caler dans une posture plus confortable puis les considéra placidement. Examen qui lui permit de découvrir un regard de surprise abasourdie chez Arthur et Trillian, un haussement d'épaules résigné chez Ford Escort et l'estomac dans les talons de Zappy Bibicy.
«Un morceau d'épaule peut-être? suggéra la bête. Braisé dans une sauce au vin blanc.
-Euh… votre épaule à vous? souffla Artur, horrifié.
-Mais naturellement, mon épaule, monsieur, meugla la bête avec satisfaction. Je suis le seul maître de mon corps.»
Zappy avait déjà bondi de son siège pour venir tâter en connaisseur l'épaule de l'animal.
« Ou la culotte, qui n'est pas mal non plus, murmura le bovin; l'ayant beaucoup exercée et m'étant gavée céréales, je puis vous garantir qu'il n'y a que de la bonne viande dans ce coin.» Elle poussa un doux grognement, assorti d'un gargouillis et se remit à ruminer. Puis ayant ravalé le tout, ajouta :

 

«Ou alors un ragoût de moi peut être?
-Vous voulez dire que cet animal a réellement l'intention qu'on le mange? murmura Trillian à Ford.
-Moi? dit Ford, les, yeux vitreux. Je ne veux rien dire du tout.
-Mais c'est absolument horrible, s'exclama Arthur. Voilà bien le chose la plus révoltante que j'aie jamais entendue.
-Où est le problème terrien? dit Zappy dont l'attention s'était à présent reportée sur l'énorme croupe de la bête.
«Simplement que je n'ai pas envie de manger d'un animal planté devant moi s'il m'y invite, dit Arthur. Je trouve ça cruel.
-Ca vaut toujours mieux que de bouffer un animal qui n'en a pas envie remarqua Zappy.
-Là n'est pas la question», protesta Arthur. Puis il réfléchit à la chose : «D'accord, c'est peut être effectivement la question. Enfin, peu importe, je n'ai pas le coeur à y songer pour l'instant. Je vais juste...euh...»
(Autour de lui, l'Univers continuait de se convulser dans les affres de sa Fin.)
«Je crois que je vais me contenter d'une salade verte, marmonna t'il.
-Puis-je insister pour vous recommander mon foie suggéra la créature. Il doit être particulièrement tendre et moelleux à présent : cela fait des mois que je me gave.
-Une salade verte dit Arthur avec insistance..
-Une salade verte? dit la bête en roulant des yeux dépités.
-Vous n'allez pas me dire que je ne devrais pas prendre une salade verte quand même?
-Eh bien dit l'animal, je connais plus d'un légume à être ferme sur ce point. Ce qui est la raison pour laquelle en fin de compte on a décidé de trancher définitivement la question en élevant un animal effectivement désireux d’être mangé et capable de la dire à haute et intelligible voix. Et me voici»
La bête esquissa une légère révérence.
«Un verre d'eau s'il vous plaît, dit Arthur.
-Ecoute, expliqua Zappy. On veut tout simplement manger, on ne va pas en faire tout un fromage. Alors donnez nous quatre beaux steaks, s'il vous plaît et vite. On a rien avalé depuis cinq cent soixante seize mille millions d'années. »
La bovine créature se releva maladroitement. Elle laissa échapper un doux gargouillis.
«Un choix fort judicieux, monsieur, si je puis me permettre. Excellent dit-elle. Le temps d'aller m'en couper une tranche et de passer à la casserole»
Elle se tourna et lança un clin d'oeil amical à Arthur.
«Ne vous inquiétez pas monsieur, Je serai très humaine»
Et elle regagna sans se presser les cuisines.
L'affaire de quelque minutes, le garçon revenait avec quatre énormes et fumantes tranches de steak. Zappy et Ford les engloutirent recta sans l'ombre d'une hésitation. Trilian hésita, puis haussa les épaules et attaqua son morceau.
Arthur contemplait sa portion, l'air vaguement mal à l'aise.
«Eh l'Terrien», lança Zappy avec un sourire malicieux sur celui de ses visages qui ne se goinfrait pas, on est pas dans son assiette?»
Et l'orchestre enchaîna."


 

 

Et comment ne pas être tenté par le poisson au coup de pied de Colette ?

"Naturellement, vous aimez la Provence. Mais quelle Provence ? Il y en a plusieurs. Une est toute nue, à peine voilée d’un maillot de bain à dessins cubistes, et noire d’un hâle étudié. Elle trône sur un “ planking ” entre deux ou trois palaces et casinos. Celle-là, je la salue à peine quand je la rencontre. Une autre perche sur de petits monts aérés, secs, où tout est d’azur, le ciel, le silex pailleté, l’arbuste bleuâtre. Il y a des morceaux de Provence gras, herbus, baignés de sources, de petites Provences italiennes, même espagnoles ; une Provence — peut-être est-elle ma préférée — maritime, pays de calanques d’un bleu qui n’est point suave mais féroce, de petits ports huileux qu’on ne déchiffre qu’à travers une grille de mâts et de cordages... Une Provence forestière resserre, sous la longue ombre des pins parallèles, les parfums de la résine, et sous les
chênes lièges crépus, écorchés vifs, erre un assez septentrional arôme de fougère, de lichen ras, une fallacieuse annonce de truffe... La multitude des touristes désole, chaque année, toutes les Provences. Optimiste, le touriste habite une villa, dix mètres de sable et cent brasses de mer, et ne bouge guère. Il se rôtit et mijote au bain-marie, alternativement. Pessimiste, il roule en auto, et s’arrête pour boire, transpire, reroule et reboit. Il dit : “ Ce pays serait ravissant si on n’y avait pas si chaud et si la nourriture était  possible. ” Partout il réclame son bifteck aux pommes, tendre à point, ses oeufs au bacon, ses épinards en branche et son café“ spécial ”. Il fait observer que son estomac ne digère pas l’ail et que son médecin lui interdit la
cuisine à l’huile. Ce n’est certes pas pour la seule édification de ce Viking, de cet Anglais, de ce Parigot, de ce Brandebourgeois, de ce citoyen d’Amérique, de ce Genevois, de ce Balkanique, que je prônerai l’excellence de quelque vieux plat provençal, les vertus de l’ail, la transcendance de l’huile d’olive, et ma fidélité aux trois légumes inséparables, vernissés, hauts en couleur comme en goût : l’aubergine, la tomate et le poivron doux.

En forêt du Dom, il est une auberge... Son renom se fait si vite qu’il n’est pas besoin de la désigner plus clairement. Le lieu est beau, en pleine forêt profonde, et la route romantique tourne à souhait pour l’attaque des diligences... Les soirs d’été, deux, trois tables rudimentaires, égaillées sous les acacias, attendent les amateurs de gibier, et les friands du poisson que j’appelle “ le poisson au coup de pied ”. Est-ce une recette ? Non. Un accommodement culinaire primitif, vieux comme l’olivier, comme la pêche au trident.

Jamais cuisson n’a demandé moins d’apprêts —il n’y faut que la manière. Ayez seulement.... une forêt provençale, tout au moins méridionale. Fournissez-vous-y de bois choisi : bûches cornues d’olivier, fagots de
ciste, racines et branches de laurier, rondins de pin pleurant la résine d’or, menue broussaille de
térébinthe, d’amandier, n’oubliez pas le sarment de vigne. A même la terre, entre quatre gros éclats de granit, bâtissez, allumez le bûcher.


Pendant qu’il flambe, rouge, blanc, cerise, léché d’or et de bleu, il n’y a rien à faire que le regarder. Le ciel vert du crépuscule provençal au-dessus de lui, tourne au bleu de lac. Les flammes baissent, se couchent ; vous avez sous la main, n’est-ce pas, une ou plusieurs belles pièces dé poisson méditerranéen, tout vidé ? Vous avez acquis à Saint-Tropez une rascasse monstrueuse, à gueule de dragon, ou vous avez apporté de Toulon les malins mulets à dos noirs, et vous n’avez pas omis, vidant ceux-ci ou celle-là, de glisser, tout le long de leur ventre creux, un fuseau de lard ? Bon. Apprêtez votre balai, j’appelle ainsi ce bouquet odorant de
laurier, de menthe, de pebredaï, de thym, de romarin, de sauge, que vous avez noué avant d’allumer votre feu.

Apprêtez donc le balai, c’est-à-dire qu’il trempe dans un pot empli de la meilleure huile d’olive mêlée de vinaigre de vin — ici nous n’admettons que le vinaigre rose et doux. L’ail — vous pensiez naïvement qu’on
pouvait se passer de lui ? — pilé, jusqu’à consistance de crème, rehausse le mélange comme il convient. Du sel, peu, du poivre, assez.


Attention. Votre feu n’est plus que braise bientôt. Un lit épais de braise qui chante bas, des tisons qui flambent encore un peu ; une fumée translucide, légère, porte à vos narines l’âme consumée de la forêt... C’est le moment de donner le magistral coup de pied qui envoie, au loin, bûches, brandons et fumerolles, qui
découvre et nivelle le charbon ardent d’un rose égal, met à nu le coeur pur du feu sur lequel halète un petit spectre igné, bleuâtre, plus brûlant encore que lui.


Un vieux gril, à trois pieds hauts, salamandre tordue au service de la flamme, reçoit le poisson bénit de sauce, et le tout se plante d’aplomb, en plein enfer. Là !... Vous n’en êtes pas encore à la maîtrise de l’homme du Dom, l’homme de qui l’on ne voit que l’ombre sur le feu. Le bras noir armé du balai aromatique,
le bras noir sans cesse humectant, aspergeant, retournant le poisson sur le gril, pendant...


Pendant combien de temps ? L’homme noir le sait. Il ne mesure rien, il ne consulte pas de montre, il ne. goûte pas, il sait. C’est affaire d’expérience, de divination. Si vous n’êtes pas capable d’un peu de sorcellerie, ce n’est pas la peine de vous mêler de cuisine.


Le “ poisson au coup de pied ” saute de son vieux gril dans votre assiette. Vous verrez qu’il est roide, vêtu d’une peau qui craque, s’exfolie et bâille sur une chair blanche, ferme, dont la saveur se souvient de la mer et des baumes sylvestres. La nuit résineuse descend, une lampe faible, sur la table, dénonce la couleur
de grenat du vin qui emplit votre verre...


Marquez, d’une libation reconnaissante cet instant heureux..."

Magnifique texte de Colette !

 

Un bon repas sans fromage ? Non !

Goûtons ceux de Zola dans Le ventre de Paris :

 

« Autour d’elles, les fromages puaient. […] Là, à côté des pains de beurre à la livre, dans des feuilles de poirée, s’élargissait un cantal géant, comme fendu à coups de hache ; puis venait un chester, couleur d’or, un gruyère, pareil à une roue tombée de quelque char barbare,  des hollande, ronds come des têtes coupées, barbouillées de sang séché, avec cette dureté de crane vide qui le fait nommer têtes-de-mort. Un parmesan, au milieu de cette lourdeur de pâte cuite, ajoutait sa pointe d’odeur aromatique. Trois brie, sur des planches rondes, avaient des mélancolies de lunes éteintes ; deux, très secs, étaient dans leur plein ; le troisième, dans son deuxième quartier, coulait, se vidait d’une crème blanche, étalée en lac, ravageant les minces planchettes, à l’aide desquelles on avait vainement essayé de le contenir. Des port-salut, semblables à des disques antiques, montraient en exergue le nom imprimé des fabricants. Un romantour, vêtu de son papier d’argent, donnait le rêve d’une barre de nougat, d’un fromage sucré, égaré parmi les fermentations âcres. Les roquefort, eux aussi, sous des cloches de cristal, prenaient des mines princières, des faces marbrées et grasses, veinées de bleu et de jaune, comme attaqués d’une maladie honteuse des gens riches qui ont trop mangés de truffes ; tandis que, dans un plat, à côté, des fromages de chèvre, gros comme un poing d’enfant, durs et grisâtres, rappelaient les cailloux que les bouc, menant leur troupeau, font rouler aux coudes des sentiers pierreux. Alors, commençaient les puanteurs : les mont-d’or, jaune clair, puant une odeur douceâtre ; les Troyes, très épais, meurtris sur les bords, d’âpreté déjà plus forte, ajoutant une fétidité à la cave humide ; les camembert, d’un fumet de gibier trop faisandé ; les neufchâtel, les Limbourg, les marolles, les pont-l’évêque, carrés, mettant chacun leur note aigüe et particulière dans cette phrase rude jusqu’à la nausée ; les livarot, teintés de rouge, terribles à la gorge comme une vapeur de soufre ; puis enfin, par-dessus tous les autres, les olivet, enveloppés de feuilles de noyer, ainsi que ces charognes que les paysans couvrent de branches, au bord d’un champ, fumantes au soleil. La chaude après-midi avait amolli les fromages ; les moisissures des croûtes fondaient, de vernissaient avec des tons riches de cuivre rouge et de vert-de-gris, semblables à des blessures mal fermées ; sous les feuilles de chêne, un souffle soulevait la peau des olivet, qui battait comme une poitrine, d’une haleine lente et grosse d’homme endormi ; un flot de vie avait troué un livarot, accouchant par cette entaille d’un peuple de vers. Et, derrière les balances, dans sa boîte mince, un géromé anisé répandait une infection telle, que des mouches étaient tombées autour de la boîte, sur le marbre rouge veiné de gris. »

 

Moi, à la fin de chaque repas, je m' fais toujours un petit Proust...

 

"Il y avait déjà bien des années que, de Combray, tout ce qui n’était pas le théâtre et le drame de mon coucher n’existait plus pour moi, quand un jour d’hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j’avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d’abord et, je ne sais pourquoi, je me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblaient avoir été moulés dans la valve rainurée d’une coquille de Saint-Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d’un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine. Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse : ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D’où avait pu me venir cette puissante joie ? Je sentais qu’elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu’elle le dépassait infiniment, ne devait pas être de même nature. D’où venait-elle ? Que signifiait-elle ? Où l’appréhender ? Je bois une seconde gorgée où je ne trouve rien de plus que dans la première, une troisième qui m’apporte un peu moins que la seconde. Il est temps que je m’arrête, la vertu du breuvage semble diminuer. Il est clair que la vérité que je cherche n’est pas en lui, mais en moi. Il l’y a éveillée, mais ne la connaît pas, et ne peut que répéter indéfiniment, avec de moins en moins de force, ce même témoignage que je ne sais pas interpréter et que je veux au moins pouvoir lui redemander et retrouver intact à ma disposition, tout à l’heure, pour un éclaircissement décisif. Je pose la tasse et me tourne vers mon esprit. C’est à lui de trouver la vérité. Mais comment ? Grave incertitude, toutes les fois que l’esprit se sent dépassé par lui-même ; quand lui, le chercheur, est tout ensemble le pays obscur où il doit chercher et où tout son bagage ne lui sera de rien. Chercher ? pas seulement : créer. Il est en face de quelque chose qui n’est pas encore et que seul il peut réaliser, puis faire entrer dans sa lumière...

 

 Et tout d’un coup le souvenir m’est apparu. Ce goût, c’était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l’heure de la messe), quand j’allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m’offrait après l’avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m’avait rien rappelé avant que je n’y eusse goûté; peut-être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d’autres plus récents; peut-être parce que, de ces souvenirs abandonnés depuis si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s’était désagrégé; les formes - et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous son plissage sévère et dévot - s’étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d’expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des autres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir."
 

 

Pour finir, un petit mot d'amour de Charles d'Orléans à son amoureuse :

Mon doux cœur, je vous envoie,

Soigneusement choisi par moi,

Le brie de Meaux délicieux.

Il vous dira que malheureux

par votre absence je languis

Au point d’en perdre l’appétit.

Et c’est pourquoi je vous l’envoie,

Quel sacrifice c’est pour moi !

 

Poème dit avec l'accent de l'époque, s'il vous plaît !

 

Un spectacle ponctué par une douce musique délivré par Tom Gareil : un spectacle savoureux, rempli d'humour, de culture, de tendresse, de poésie...

 

Merci à Bruno Paternot et à Tom Gareil pour ce délicieux moment littéraire...

 

 

 

Un savoureux spectacle culinaire...
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2021 5 03 /09 /septembre /2021 09:14
N'ayez pas peur !


"Coopérez, n'ayez pas peur" dit l'animateur TV afghan, alors que derrière lui, des talibans en armes prennent la pose...

Le présentateur est entouré de huit hommes armés qui semblent le surveiller pendant qu’il lit son message...

 

Une image effrayante ! L'information encadrée par des hommes armés jusqu'aux dents !

La journaliste iranienne Masih Alinejad a retweeté la vidéo et a déclaré: “C’est surréaliste. Des militants talibans posent avec des armes derrière cet animateur de télévision visiblement pétrifié et lui font dire que les Afghans ne devraient pas avoir peur de l’émirat islamique. Les talibans eux-mêmes sont synonymes de peur dans l’esprit de millions de personnes. Ceci n’est qu’une preuve supplémentaire.”

 

Régner par la peur, la terreur...

Selon CNN, le chanteur folk Fawad Andarabi a été tué d’une balle dans la tête par les talibans, faisant craindre une nouvelle répression du régime islamiste.

Ce chanteur  Fawad Andarabi a été traîné hors de son domicile, puis tué par les talibans, vendredi 27 août, dans une ferme de la vallée d’Andarab.
 

La musique avait en effet déjà été interdite par les talibans, lorsqu’ils étaient à la tête de l’Afghanistan, entre 1996 et 2001. Le porte-parole des talibans Zabiullah Mujahid a rappelé, dans un entretien accordé au New York Times, "que la musique était interdite dans l’islam", assurant toutefois que les talibans espéraient pouvoir "persuader les Afghans de ne pas faire de telles choses, au lieu de faire pression sur eux."

 

"N'ayez pas peur !"

 

Quand la musique, ce langage universel devient un péché mortel... et qu'elle est punie de mort... c'est le retour assuré de la barbarie.

Le fanatisme religieux à l'oeuvre...

La musique, la danse, la culture clouées au pilori... l'obscurantisme fait des ravages.

Et quel sera le sort réservé aux femmes afghanes ? On peut craindre le pire pour elles.

Les femmes afghanes avaient obtenu le droit d’étudier, de travailler...

Que vont-elles devenir ? Fillettes mariées de force, vouées à l'enfermement, femmes soumises, femmes esclaves, femmes bétail...

L'horreur absolue !

 

 

Sources :

https://www.lepoint.fr/monde/afghanistan-un-chanteur-a-ete-assassine-par-les-talibans-31-08-2021-2440780_24.php

 

https://www.7sur7.be/monde/un-presentateur-afghan-presente-le-journal-entoure-de-talibans-armes~a114f4f8/?referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com%2F

N'ayez pas peur !
Partager cet article
Repost0
13 août 2021 5 13 /08 /août /2021 08:48
Un somptueux récital de piano avec Violaine Debever...

 

Elle entre en scène, rayonnante, avec sa longue robe bleue pour un récital de piano qui nous invite à la découverte de musiques contemporaines.

Violaine Debever se spécialise en 2011 dans le répertoire contemporain si peu connu.

Au programme de ce récital : Robert Scuhmann, Scènes d'enfant, George Crumb, A little suite for Christmas, Harrison Birtwistle, Harrison's Clock n° 3, Claude Debussy, Trois préludes, et enfin Franz Liszt, Rhapsodie hongroise n° 12.

L'occasion de découvrir certains compositeurs que je ne connaissais pas du tout.

Scènes d'enfants (Kinderszenen), op. 15, est une œuvre pour piano de Robert Schumann écrite en 1838 et composée de treize courtes pièces. Malgré son titre, elle ne s'adresse pas à des enfants, mais elle a, selon les termes de Schumann, été conçue "par un grand enfant", comme "souvenir pour des personnes qui ont grandi".

On est d'abord comme envoûté par la grande douceur de cet extrait, puis la musique devient enjouée, emplie de pirouettes, presque comique, comme dans un jeu qui prête à rire.

Le rythme s'accélère ensuite comme une cascades de notes et de rires...

Le rythme change encore, se fait lent, langoureux, plein de douceur, de tendresse propre à l'enfance.

Et on retrouve cette alternance dans l'ensemble du morceau.

Nous sommes bien dans le monde de l'enfance !

 

Avec George Crumb, on entre dans un tout autre univers musical : il invente son propre langage sonore, grâce à des sons inouïs comme venus d'un autre monde.

George Crumb, né le 24 octobre 1929 à Charleston (Virginie-Occidentale), est un compositeur américain de musique contemporaine.

"On peut parler d'une véritable réorchestration avec un piano.", nous annonce Violaine Debever.

Et l'exécution du morceau interprété nécessite la préparation du piano : cordes pincées, frottées.

Le son vient de l'intérieur du piano.

Et de fait les sonorités étranges ont de quoi surprendre ! Une véhémence qui étonne, fait presque peur... des sons caverneux puis cristallins !

On entend des sons qui résonnent à l'infini, puis un long silence...

On est séduit alors par une douce mélodie qui incite à la rêverie... La pianiste joue sur les touches mais aussi à l'intérieur du piano...

Etonnante musique parfois déconcertante, nerveuse, rude, parfois emplie de douceur !

 

Harrison Birtwistle, né le 15 juillet 1934 à Accrington, Angleterre, est, quant à lui, un compositeur britannique. Il reconnaît les influences d'Igor Stravinsky, Varèse (les sonorités extrêmes) et Messiaen (les structures rituelles) sur sa musique.

 

Avec Harrison's Clocks,  Harrison Birtwistle compose une musique totalement différente qui ne s'attache pas aux sons mais aux rythmes.

Harrison's Clocks est constitué de cinq pièces inspirées des horloges maritimes du XVIIIe siècle de John Harrison.

Elles ont été inspirés par le livre de Sobel Longitude, sur la gestation douloureusement prolongée des horloges de mer de John Harrison, aujourd'hui conservées à Greenwich. Il y a cinq morceaux substantiels, chacun commençant par une ruée de notes jusqu'au bas du clavier. Dans Clock, les mouvements contraires irréguliers et les figures saccadées sont délibérément déphasés.

Ce sont des pièces virtuoses fascinantes et exaltantes. 

Le rythme est heurté, saccadé, étrange avec des répétitions : on a l'impression d'un automate qui s'emballe...

Une mélodie en évolution furtive intégrée dans un accompagnement de notes répétées dont l'articulation exige de l'endurance et de la virtuosité de la part de l'interprète...

 

Avec les trois préludes de Debussy, on est sensible, cette fois, à la richesse des évocations et de l'orchestration : c'est une invitation au voyage et à la rêverie...

Magnifique !

D'abord, La terrasse des audiences du clair de lune : une atmosphère nocturne, calme, apaisée...

Puis, Voiles : des notes claires comme des éclats sur l'eau, on a l'impression de voir des voiliers qui dansent sur les vagues...

Enfin, Ce qu'a vu le vent d'ouest : un rythme houleux, renversant, des vagues de notes qui s'accélèrent et sont de plus en plus tempétueuses. La musique nous fait ressentir les zigzags du vent, sa puissance.

 

On aborde un univers encore plus familier avec la Rhapsodie hongroise de Liszt : on assiste à un enchaînement d'impressions et de sentiments divers...

D'abord une musique intense, nerveuse, puis un rythme enfantin, joyeux, une impression de gaieté, de valse tourbillonnante.

Quelle gaieté enivrante ! On est emporté par un tourbillon de notes étourdissant et éblouissant !

 

Un tonnerre d'applaudissements bien mérité  pour Violaine Debever...

 

Sous les rappels, elle revient interpréter Le vieux château de Mussorgsky, un air empli de douce mélancolie...

 

Bravo à cette jeune musicienne qui a su enchanter tout le public !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 août 2021 3 04 /08 /août /2021 08:12
Compositrices, autrices, musiciennes : autres chemins...

 

A portée de notes : "Compositrices, autrices, musiciennes : autres chemins" avec Marc Simon...

Une conférence passionnante de Marc Simon nous faisait découvrir toutes ces femmes de l'ombre, compositrices, autrices, musiciennes souvent méconnues.

 

"Dans tous les arts, les femmes ont suivi leur propre chemin, souvent empêchées par les normes sociales et négligées par les institutions (masculines à outrance), au-delà de remarquables exceptions (l’allemande Hildegarde Von Bingen au XII°, la française Elisabeth Jacquet et l’italienne Barbara Strozzi au XVII°…), de Clara Schumann à Brigitte Fontaine en passant par Lakshmi Shankar et Billie Holiday."

 

Quelle est donc la proportion d'artistes féminines ? telle est la question posée par Marc Simon au début de sa conférence. En fait, elles sont nombreuses depuis les siècles passés, mais on n'en parle pas ou si peu : la moitié de l'humanité a produit des oeuvres, mais on ne la connaît pas.

Ces messieurs occupent toute la place !

Dès l'antiquité, la sphère du privé revient au féminin, la sphère du public est dévolue aux hommes.

Les hommes se sont organisés pour que les femmes n'aient pas droit à la parole.

 

Ainsi, on a longtemps méconnu une héroïne du 12 ème siècle : Hildegarde Von Bingen, une religieuse à la carrière artistique exceptionnelle...

Elle disait qu'elle avait des visions, et par là même, elle s'est rapidement attiré des ennuis mais elle a réussi à défendre le bien fondé de ses visions, elle a acquis une autorité morale. Des princes, des rois la consultaient. Elle était intéressée par les soins de la nature, elle a même écrit un traité sur des plantes médicinales.

Hildegarde a composé plus de soixante-dix chants liturgiques, hymnes et séquences, une oeuvre remarquable de poésie.

 

Au Moyen-Age, les troubadours étaient des hommes, car c'était une vie qui ne convenait pas aux femmes.

Pourtant, Marie de France composa des lais : des poèmes, des contes consacrés à l'amour courtois, par exemple le lai de Bisclavret ou celui du chèvrefeuille.

Le lai du Bisclavret est particulièrement étrange et étonnant : une histoire de loup garou !

 

Dans la noblesse, les femmes étaient parfois éduquées à la musique : Marie Tudor jouait du virginal, ancêtre du clavecin.

Au XVI e siècle encore, Maddalena Casulana fut une compositrice, luthiste et chanteuse italienne de la fin de la Renaissance. Elle fut la première compositrice occidentale à avoir été publiée.

Les femmes qui composent étaient contraintes de s'entourer de précautions... Au XVIIe siècle, Barbara Strozzi composa des madrigaux. En  1644, elle publia sous son nom un livre de madrigaux : le livre est pourvu d'une dédicace adressée à la duchesse de Toscane Vittoria della Rovere, épouse du duc Ferdinand II de Médicis. Dans cette dédicace, Barbara Strozzi offre son premier opus à la duchesse, en la remerciant de l'aide affectionnée qu'elle lui a apportée. Elle affirme qu'elle se sent très téméraire, en tant que femme, de publier son œuvre, mais qu'elle sait que la grande dame lui assurera la protection nécessaire.

 

Sous Louis XIV, Elisabeth Jacquet s'illustra aussi dans la composition : son père était musicien, la jeune fille fut présentée à Louis XIV et devint la protégée de Mme de Montespan. Son mari était lui-même organiste du roi.

Elisabeth Jacquet a composé de très belles pièces inspirées de la mythologie : "Le sommeil d'Ulysse, La tempête".

Au XIXème siècle, Clara Schumann fut encore une remarquable compositrice : elle s'est beaucoup occupée de son mari qui avait une santé mentale fragile. Son père était professeur de piano. Elle se fiança secrètement avec Robert Schuman (son père n'était pas d'accord ). Elle eut 8 enfants.

Elle a commencé à composer très jeune : à 14 ans, elle composa son sabbat. Elle fit des tournées dans toute l'Europe. Son effacement du milieu de la composition est directement lié à sa condition de femme.

Confrontée aux tâches domestiques, elle dut s'occuper de huit enfants : un travail très prenant!

 

Fanny Mendelssohn, la soeur de Félix fut aussi une compositrice de talent au XIXème siècle : qui la connaît ?

 

Alma Mahler a composé des lieder. En épousant Gustav Mahler, il fut convenu qu'elle devait abandonner ses propres aspirations artistiques en musique et en peinture.

 

Dans le domaine de la chanson, les femmes étaient souvent des interprètes, des "enveloppes", elles n'écrivaient pas les chansons.

Piaf a pourtant écrit les textes de quelques chansons parmi lesquelles : La vie en rose, et souvent, on ne le sait pas.

 

Quoi qu'il en soit, une chanson est portée par son interprète : le compositeur produit mais il a besoin d'interprètes de talent.

 

Barbara, elle, fut à la fois autrice, compositrice, et interprète.

Brigitte Fontaine écrit des chansons originales, pleines de fantaisie et de drôlerie. Elle confie ses musiques à des compositeurs.

 

 

 

https://youtu.be/ExWvAJ29jKY

 

https://www.francemusique.fr/emissions/musicopolis/1644-barbara-strozzi-compose-le-premier-livre-de-madrigaux-op-1-73161

 

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2021 1 21 /06 /juin /2021 08:43
Une musique solaire...

 

Pour célébrer la fête de la musique...

"Tout est musique. La musique est partout, elle contient tout. Elle est dans le mouvement des arbres, dans la présence des oiseaux. Elle est dans la douceur d'un matin, dans le chant d'un ruisseau...", écrit Marie-Claire Le Guay, dans son ouvrage intitulé "La vie est plus belle en musique".

 

Encore un concert de jazz offert aux Nîmois, inspiré par la nature et le soleil, dans le cadre prestigieux des Jardins de la Fontaine, devant le temple de Diane...

 

Un décor somptueux, sous les tilleuls illuminés par les lumières des projecteurs, un temple vieux de 2000 ans, monument le plus romantique, et aussi le plus mystérieux de Nîmes, un édifice associé au culte impérial...

Les Nîmois l'ont baptisé à tort "temple de Diane". Il n'est probablement ni temple, ni consacré à Diane. On a longtemps pensé qu'il pouvait s'agir d'une bibliothèque, mais les archéologues penchent aujourd'hui davantage pour une salle de méditation où on accueillait les pèlerins, avant leur entrée dans le sanctuaire.

Ce bâtiment  était l’une des composantes du grand sanctuaire dédié à Nemausus et au culte impérial.

 

En tout cas, un lieu empli de charmes et d'histoire...

 

C'est dans ce cadre somptueux que Franck Nicolas a fait son retour sur scène, lors du Nîmes Métropole Jazz Festival. Le trompettiste compose une musique solaire : son inspiration lui vient de la nature, des planètes et du soleil.

 

Franck Nicolas expérimente ici une nouvelle façon d’aborder l’improvisation jazz guidée par les mouvements, les fulgurances et la puissance de la lumière solaire. 

Franck Nicolas, trompettiste, compositeur Guadeloupéen est un créateur à l’appétit insatiable.

Pour ce concert, le trompettiste était accompagné du lumineux Alain Jean-Marie au piano et du légendaire Reggie Washington aux lignes de contrebasse inspirées.

Un beau moment de détente, de bonheur sous les tilleuls des Jardins... 

 


" A New-York en 2002, Frank Nicolas crée le jazz-ka (mélange de jazz et de tambour traditionnel de Guadeloupe) au côté d’Alain Jean-Marie, Magic Malik, Jacques Schwarz-Bart, Lonnie Plaxico… En 2017, il invente le jazz-kalina (mix entre jazz et musique Kalina symbolisée par l’utilisation des coquillages caraïbes).

 

En 2020, il s’oriente vers un tout nouveau concept où se mêlent musique et spiritualité, "la Musique-Solaire". L’essence inspiratrice de cette musique provient de la nature, des planètes et du Soleil, source de vie de notre monde. La première expérience de cette musique s’est réalisée sur des standards de jazz au côté de Randy Weston et d’Alex Black en trio avec Franck Nicolas, lors d’une ultime tournée du pianiste de légende."

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2021 5 11 /06 /juin /2021 12:26
Un après-midi provençal...

 

Nombre de traditions sont essentielles : elles constituent pour chacun d'entre nous des repères, un ancrage dans le passé... elles nous offrent un lien avec ceux qui nous ont précédés...

 

Je suis née en Provence, du côté de Marseille. Mon grand-père et ma grand-mère maternels appartenaient au monde paysan : ils cultivaient la terre dans le pays d'Aix. Mon grand-père paternel était pêcheur à l'Estaque.

Mes racines sont donc provençales.

 

Comment ne pas être attaché à cette terre du sud et à ses traditions ancestrales ?

 

La Feria de Nîmes est aussi l'occasion de faire revivre certaines de ces traditions, notamment des danses provençales.

 

Le spectacle se déroulait dans un lieu somptueux et prestigieux  les Jardins de la Fontaine, devant l'antique temple de Diane...

 

Un temple vieux de 2000 ans, monument le plus romantique, et aussi le plus mystérieux de Nîmes, un édifice associé au culte impérial...

Etait-ce un temple ou une bibliothéque ? Ce bâtiment  était l’une des composantes du grand sanctuaire dédié à Nemausus et au culte impérial.


On ne connaît pas la véritable fonction de cet édifice dans le sanctuaire antique : bibliothèque ? salle cultuelle ? On ne sait pas vraiment...

En tout cas, un lieu empli de charmes et d'histoire...

 

Au cours de ce spectacle, on pouvait admirer des costumes et des robes d'autrefois, des tissus provençaux aux motifs variés, des coiffes à l'ancienne, de savants chignons, des dentelles, des jupes empesées...

 

Au rythme d'un orchestre provençal, les danseurs et les danseuses ont offert aux spectateur un florilège de danses traditionnelles.

Danse des jardinières, danse des pêcheurs, danse des rubans, farandoles, ballet des filles de marbre, volte, le spectacle était haut en couleurs...

 

On pouvait entendre les instruments traditionnels de la Provence : les fifres, les tambourins, les galoubets...

 

La musique, les costumes, les chorégraphies nous permettaient de retourner dans le passé, et de retrouver une certaine douceur de vivre : des airs et des rythmes apaisants, des costumes confectionnés avec soin, des danses pleines de gaieté, de charme.

 

Un spectacle simple, sans fioriture, sans artifice, en plein air, à la lumière du soleil de Provence, sous les tilleuls et les marronniers qui bordent le temple de Diane...

Un spectacle harmonieux qui apporte douceur et réconfort...

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 11:00
Une vie de passion pour le cinéma !

 

 

Une exposition intitulée "Une vie de passion, Yves Thos, affichiste de cinéma", présentée au Carré d'Art à Nîmes, a été l'occasion pour Marc Simon, comédien, musicien, de donner une conférence sur les musiques de film en lien avec les affiches de cinéma...

 

Pour mettre les spectateurs dans l'ambiance, Marc Simon interprète d'abord une chanson de sa composition, pleine d'entrain : une personne déploie toutes sortes d'arguments et de moyens pour emmener sa chère "tantine" au cinéma.

Et c'est déjà une invitation à vivre les aventures du cinéma à travers musiques et affiches de films.

 

On découvre ainsi une affiche d'un film de Blake Edwards : "La grande course autour du monde", avec Tony Curtis et Nathalie Wood. Et si on regarde tout en bas de l'affiche, on voit que la musique a été composée par Henry Mancini : son nom est à peine mentionné, en petits caractères.

 

Henry Mancini ? Vous connaissez ? Moi, pas du tout. Mancini est pourtant un grand compositeur de musiques de film, c'est à lui que l'on doit notamment la musique de "La panthère rose", un autre film de Blake Edwards, une musique célèbre entre toutes, que tout le monde connaît, cette fois....

Blake Edwards avait aussi signé une série télévisée "Mister Lucky", dont la musique fut composée encore par Henry Mancini.

Henry Mancini a composé la musique d'un autre film de Blake Eddwards : Darling lili.

Henry Mancini est né en 1924 à Cleveland de parents italiens originaires des Abruzzes. Il grandit à Aliquippa, près de Pittsburgh. Son père était ouvrier dans la sidérurgie et pratiquait la musique dans un orchestre. Il encouragea son fils à apprendre la flûte et le piano. Mancini est donc issu d'un milieu très modeste.

 

 

On se déplace ensuite vers une autre affiche : "Il Bidone, L'Arnaque", en langage populaire,  un film de Fellini, avec Giulietta Masina. On doit la musique à Nino Rota, célèbre compositeur.

Fellini raconte dans ce film les aventures au quotidien de gens très simples.

Et bien sûr, on ne peut évoquer Fellini sans parler de "La Strada" dont le thème célèbre fut composé aussi par Nino Rota.

 

Une autre affiche retient encore notre attention, celle d'un film de Jean Renoir, avec Jean-Louis Barrault, "Le testament du docteur Cordelier" :  Il s'agit d'une adaptation non officielle de l'histoire  "Docteur Jekyll et Mister Hyde."

C'est Joseph Kosma qui en signe la musique. C'est l'occasion pour Marc Simon d'évoquer les liens étroits entre chansons et cinéma...

 

Ainsi, Fernandel a d'abord été chanteur puis acteur, Bourvil avait une formation de musicien, il s'est fait connaître par l'opérette.  Au départ musicien et chanteur de music-hall et d'opérette, il connut le succès à la Libération avec la chanson Les Crayons, en se créant un rôle caricatural de paysan normand naïf et benêt.

C'est Joseph Kosma qui compose Les feuilles mortes , une chanson célèbre du film "Les portes de la nuit" de Marcel Carné.

 

Une nouvelle affiche encore, celle du film "Drame de la jalousie" de Ettore Scola, avec Marcello Mastroianni et Monica Viti. La musique du film fut composée par Armando Trovajoli : ce musicien a joué avec les plus fameux jazzmen : Duke Ellington, Louis Armstrong, Miles Davis, Stéphane Grappelli et Django Reinhardt.

Musicien éclectique, Trovajoli alterne musiques légères, romantiques, jazz... il a écrit de très nombreuses musiques pour le cinéma.

 

Un peu plus loin, une affiche du film "Une vierge sur canapé", avec Tony Curtis et Nathalie Wood : les personnages ont un air coquin et souriant. La musique est signée Neal Hefti.

Hefti a aussi fait beaucoup d’arrangements pour Count Basie, notamment une session d’enregistrement avec Frank Sinatra. Hefti était surtout connu pour sa musique de swing... l'occasion de rappeler que Henry Salvador a chanté Count Basie.

 

Puis, Marc Simon évoque un compositeur français : Georges Delerue si talentueux pour mêler des musiques venues d'horizons différents. C'est ainsi qu'il écrivit la musique du film "Les tribulations d'un Chinois en Chine" : un subtil mélange de traditions chinoises et de valse française.

Georges Delerue compose aussi les musiques de L'homme de Rio, et Cartouche avec Jean-Paul Belmondo. des styles de musique très variés.

On connaît aussi cette chanson célèbre : "Trois petites notes de musique",  chanson française écrite par Henri Colpi sur une musique de Georges Delerue pour le film "Une aussi longue absence" d'Henri Colpi, où elle est interprétée par Cora Vaucaire (1961).

 

Enfin, Marc Simon nous présente des affiches de James Bond : le succès des films doit beaucoup à la musique de John Barry.

John Barry qui fut le mari de Jane Birkin a composé onze bandes originales de James Bond.

Le "James Bond Theme" est une musique instrumentale créé par Monty Norman et arrangée puis orchestrée par John Barry. Les deux compositeurs se sont disputé la paternité du titre.

John Barry est un musicien polyvalent, un magnifique orchestrateur. Ses musiques font rêver.

On remarque aussi que, sur les affiches, le rôle de la femme n'est pas très valorisant : par exemple, sur une image, la femme est au pied de James Bond, un cliché sexiste des années 60.

Merci à Marc Simon pour ce voyage musical à travers des affiches de cinéma : l'occasion de mieux connaître ces musiciens qui savent magnifiquement accompagner les images et les mettre en valeur...

Que serait le cinéma sans la musique ?

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 mai 2021 7 09 /05 /mai /2021 13:28
Un air de bal musette aux Jardins...

 

 

Les Jardins de la Fontaine, les marronniers, les tilleuls, le temple de Diane, le Nymphée... un lieu béni des Dieux...

 

 

Et quand les Jardins s'animent d'un air de musique offert aux passants, ce lieu devient encore plus envoûtant et magique !

 

 

Ce jour de printemps, un musicien s'est installé sur un banc de pierre et a fait retentir ses notes dans tout l'espace du jardin.

 

 

Magie de la musique ! Magie de ces chansons d'autrefois qui nous émerveillent !

 

 

La java bleue, Un gamin de Paris, Dans le port d'Amsterdam...

 

 

Un air d'accordéon, et le monde resplendit encore plus !

 

 

Un air d'accordéon, et une ambiance chaleureuse éblouit les corps et les coeurs....

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Partager cet article
Repost0
30 avril 2021 5 30 /04 /avril /2021 12:38
Ouralou...

 

Une chanson dédiée à un animal familier, comme un hommage, c'est assez rare et émouvant. Jean Ferrat évoque ainsi dans un de ses textes son chien Oural, et restitue, avec tant de poésie, toute la noblesse de cet animal.

Le texte est écrit sous la forme d' un véritable discours adressé à ce compagnon fidèle : la deuxième personne du singulier alterne avec la première... le chien est ainsi personnifié et magnifié.

 

Le poème s'ouvre sur une indication temporelle et une référence poétique : "c'est dans l'aube chère à Verlaine"... Associé d'emblée à un verbe de mouvement "tu courais", le chien apparaît comme un symbole de liberté, d'autant plus qu'il est présenté dans un cadre naturel, lié aux "quatre saisons".

L'animal fait alors vivre cette nature, car "sous ses pattes", il révèle des "odeurs de thym et de bruyère".

Il lui donne même une dimension mystique, puisque les odeurs de thym et de bruyère s'élèvent "comme une oraison."

Des qualités humaines sont attribuées à l'animal " tu vivais digne et solitaire", "animal doué de raison"...

Le poète intervient alors en employant la première personne : "j'écris ce jour anniversaire Où tu reposes sous la terre". L'animal n'est plus là, mais il en reste un souvenir si vivace.

Le refrain joue sur le nom de l'animal, 

"Hourrah oural ouralou
Oural ouralou
Hourrah oural ouralou
Oural ouralou"

Le son "ou" répété crée un effet d'harmonie, mêlant une interjection à valeur de cris d'acclamation, et le mot loup.

Et Jean Ferrat n'oublie pas de rappeler que l'animal domestique avait aussi une sorte de pouvoir sur son maître..., comme le suggère cette image :


"On voit souvent des souveraines
A la place des rois qui règnent
Rien qu'en posant leurs yeux dessus..."

L'animal a aussi suivi le chanteur dans ses tournées : il est associé, cette fois, à la ville de Paris, aux quais de Seine, aux  music-halls... L'animal est à nouveau personnifié dans cette expression : 

"Et cette vie qui fut la mienne
Il me semble que tu l'entraînes
A la semelle de tes souliers..."

Le dernier couplet s'ouvre sur un triste constat :

"Jour après jour il faut l'admettre
Voir ceux qu'on aime disparaître
C'est ce qui fait vieillir trop tôt".

Mais le poète se console en imaginant l'animal "Au paradis des chiens, son long museau à la fenêtre..."

Il le voit alors, en mouvement, dans une nature sauvage, dans un décor où se mêlent de manière onirique la terre et le ciel. La vision se précise avec quelques détails : l'animal retrouve toute sa vitalité, son énergie et s'envole dans les nuées. Le vent l'accompagne dans sa course...

Magnifique vision de l'animal en liberté, comparé à un "loup sauvage" !

La mélodie emplie de douceur souligne la beauté et l'élégance de l'animal...


 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/