Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2020 5 18 /12 /décembre /2020 12:36
Quand les fêtards, les noctambules, les bambochards deviennent de plus en plus suspects...

 

Le fêtard n'a pas la cote, encore plus en ces temps de pandémie et de confinement...

En temps ordinaire, le suffixe -ard le disqualifie et le discrédite déjà... et avec l'épidémie, le voilà totalement désavoué...

 

Ce suffixe "-ard", on le connaît bien, il a été particulièrement productif puisqu'on le trouve dans nombre de mots : "bâtard, bavard, , braillard, cabochard, chauffard, clochard, connard, cornard, cossard, couard, flemmard, froussard, gueulard, jobard, loubard, mouchard, nullard, pantouflard, pétochard, pleurnichard, pochard, poissard, richard, ringard, salopard, scribouillard, snobinard, tocard, trouillard, tubard, vachard."

On perçoit, aussi, le niveau de langue auquel appartiennent ces termes : issus du vocabulaire populaire ou familier, ils sont utilisés souvent pour discréditer, critiquer, dénoncer.

 

Désormais, on traque les fêtards, on pourchasse les noctambules et les bambochards...

On les menace de sanctions exemplaires...

 

Ainsi, samedi 12 décembre, une soirée clandestine a réuni plus de 500 "fêtards" à Marseille. La police a dû intervenir.

La plupart des participants ont été verbalisés pour violation du confinement : l'amende s'élevait à 135 euros. D'autres soirées clandestines ont eu lieu à Paris, à Nantes et Strasbourg.

 

En temps de pandémie, est-il raisonnable de se rassembler ainsi en foule pour faire la fête ?

D'autant que ces fêtes donnent lieu à des débordements : on parle de "fiesta extravagante", de "drogue", "d'alcool", "une orgie géante a même été organisée en Belgique"...

"À quelques kilomètres de la frontière française, à Saint-Mard, la police est tombée sur une partie fine géante réunissant plus de 50 personne. La plupart des individus seraient français.

Comme le rapporte le journal local La Meuse, la "partouze géante" qui devait être une simple fête d'anniversaire s'est transformée en une immense orgie." 

Alors, là, les fêtards ont fait fort !

 

Le maire de la commune s'est dit scandalisé suite à cette affaire en plein confinement. "Que viennent-ils faire chez nous ? C'est interdit ! J'en ai marre. Cela est déjà arrivé, mais ici cela prend d'autres proportions. C'est totalement irresponsable..."

En effet, c'est intolérable !

 

Ces fêtards ne prennent pas la mesure de leur conduite : ils risquent de se contaminer et de propager le virus dans leur entourage...

Vouloir faire la fête à tout prix, c'est un manque total de responsabilité...

Avec le couvre-feu, finis les noctambules, finis les gros fêtards...

Enfin, on ne sait pas : certains sont prêts à tout pour se distraire, même à contourner la loi...

La fête devient un symbole de tout ce qui est interdit, elle devient clandestine.

Pour le plaisir de transgresser...

 

 

 

Sources :

https://www.franceculture.fr/emissions/affaire-en-cours/affaires-en-cours-du-lundi-14-decembre-2020

 

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement/marseille-une-fete-clandestine-reunit-plusieurs-centaines-depersonnes_4218363.html

 

 

 

Quand les fêtards, les noctambules, les bambochards deviennent de plus en plus suspects...
Partager cet article
Repost0
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 10:56
Au bal masqué...

 

 

Une chanson emplie de gaieté qui invite à la fête, à la danse, au bal masqué, un rythme endiablé, une musique entraînante... voilà de quoi inciter à la bonne humeur...

Dès le début de la chanson, on nous invite à observer un personnage féminin en train de danser... ce personnage désigné simplement par le pronom "elle" n'est pas nommé, ni décrit : ainsi, l'auditeur, l'auditrice peuvent s'identifier à elle. 

Le verbe "danser" réitéré à plusieurs reprises souligne le bonheur, et même l'exaltation du personnage...

On perçoit comme une ivresse accordée par la danse... ivresse soulignée par cette expression : "elle ne peut pas s'arrêter..."

Le texte ponctué par l'interjection "ohé" est aussi une invitation à s'amuser....

D'autant que ce bal, cette fête ont été préparés de longue date...


"Pendant tout' l'année,
On prépar' les costumes
Dracula,
Casanova
C'est un vrai plaisir
De respecter les coutumes
Cendrillon (Cendrillon)
Napoléon (Napoléon)"

 

Dans cette fête, on perçoit ainsi tout un bonheur de l'attente, de la préparation minutieuse... c'est un bonheur qui se mérite grâce à la confection des costumes qui se prolonge "toute une année."

Le bonheur aussi de se conformer à des "coutumes"qui sont anciennes.

 

L'énumération des personnages "Dracula, Casanova, Cendrillon, Napoléon" souligne l'éclectisme des déguisements : personnages imaginaires et historiques alternent...

 

Soudain, on entend un discours direct à la première personne : 

"Aujourd'hui,
Je fais ce qui me plaît, me plaît
Devinez, devinez, devinez qui je suis..."

 

Le bonheur de la fête vient aussi d'une envie de liberté, et du plaisir du jeu : il s'agit de deviner qui se cache derrière chaque déguisement...

C'est aussi une occasion de rencontres, de "changer de partenaire", une occasion de rêver, suggérée par l'expression : "On peut s'envoler en gardant les pieds sur terre..."

La fête offre ainsi  toutes sortes de libertés : changer de personnalité, de vêtements, embrasser les autres, aller à leur rencontre...

 

On retrouve une longue énumération de personnages qui met en évidence la diversité des costumes, des époques...

"Joséphin' (Joséphin')
Dracula (Dracula)
D'Artagnan (D'Artagnan)
Cendrillon (Cendrillon)
Jul's César (Jul's César)
Arlequin (Arlequin)
Superman (Superman)
Colombin' (Colombin')"

 

Ainsi, cette chanson évoque un bal masqué haut en couleurs, empli de dynamisme, de joie de vivre...

La musique et le texte pleins de vivacité nous entraînent dans un tourbillon de masques...

 

Mais, pourrons-nous un jour à nouveau connaître cette simple joie des bals, ce bonheur de danser avec les autres, cet épanouissement offert par la rencontre avec les autres ?

Pourrons-nous un jour utiliser des masques seulement dans le but d' aller au bal ?

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2019 3 12 /06 /juin /2019 09:18
La feria, c'est aussi la fête de la malbouffe...

 

 

La feria de Nîmes, on le sait, c'est la fête de la corrida, des chevaux, de la musique, mais c'est aussi la fête de la malbouffe...

Les bodegas où les gens se rassemblent pour danser, discuter, boire et manger, débordent de frites, pizzas, saucisses, burgers, nourriture grasse par excellence.

Les frites sont plus particulièrement à l'honneur : des monceaux de frites sont proposés aux chalands.

 

Que dire des boissons ? Coca-cola, Orangina, Pepsi, boissons énergisantes, vins, bières, alcools de toutes sortes... là encore c'est le règne de la démesure...

Certains n'hésitent pas à le dire : la feria, c'est le festival de l'incivilité, de l'éthylisme et de la régurgitation spasmique...

 

Bon, je n'apprécie pas la corrida, un jeu cruel dans lequel la souffrance de l'animal est mise en scène...

Comme le dit Axel Kahn dans son ouvrage L'éthique dans tous ses états, " L'activité de l'homme n'a pas ici pour but de se défendre, mais de mettre à mort, après l'avoir fait souffrir, un animal qui n'est nullement volontaire..."

 

Mais les occasions de faire la fête sont nécessaires, c'est dans notre monde moderne, où les relations entre les gens s'amenuisent et se délitent, une façon de recréer du lien...

Il est pourtant regrettable que la fête s'accompagne d'excès en tous genres : excès de malbouffe, excès d'alcools, tabagisme, excès de gras et de sucres...

Et, partout, cet usage est répandu !

On pourrait tout de même faire la fête sans se gaver de gras et de sucre et en consommant de l'alcool, avec modération.

En fait, tout incite les fêtards à la démesure... Il suffit de regarder les étals, les devantures des bars.

 

Ainsi, la malbouffe se répand, risque de devenir une habitude pour beaucoup de jeunes...

Le goût du gras, du salé, du sucré s'installe et se propage... c'est ainsi que se développent des maladies chroniques, diabète, maladies cardiovasculaires, obésité...

Evidemment, la mode des fast-foods favorise ce phénomène. Et les jeunes sont particulièrement impactés et influencés par cette mode.

 

 

 

 

 

La feria, c'est aussi la fête de la malbouffe...
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2018 7 07 /01 /janvier /2018 10:34
L'Epiphanie ou le retour de la lumière...

 

 

Comment ne pas célébrer le retour de la lumière, ces jours qui grandissent peu à peu, en ce début d'année ?

Voici revenu le temps de l'Epiphanie !

 

Le jour qui se lève et fait surgir la lumière, le soleil qui s'attarde de plus en plus : on va guetter au fil du temps la croissance des jours...

Et dès le mois de janvier, on prend conscience de cette progression de la lumière.

 

On connaît l'alternance des saisons, le printemps n'est pas encore là mais on le pressent et on l'espère.

Bientôt, les longs jours ! Bientôt des soleils plus rayonnants !

 

L'Epiphanie est aussi l'occasion d'un partage, celui de la couronne ou de la galette des Rois, un rituel qui se perpétue dans les familles... l'Epiphanie évoquant dans la religion chrétienne la visite des Rois mages venus célébrer la naissance du  Messie et lui offrir des cadeaux somptueux : l'or, la myrrhe et l'encens.

 

Et ce sont les enfants qui deviennent les rois de la fête : ils décident du sort des adultes en désignant quelle part de gâteau revient à chacun.

 

Couronne ou galette ? Peu importe...

Ces deux mots rayonnent : la galette, avec son suffixe de diminutif suggère bien le monde de l'enfance, une certaine tendresse.

 

La couronne, quant à elle, évoque le cercle des saisons qui reviennent inlassablement... c'est une guirlande, une récompense, un signe de distinction et d'élégance...

 

L'Epiphanie est ainsi l'occasion de se réunir autour d'un dessert festif, l'occasion de couronner un roi ou une reine, celui ou celle qui a découvert la fève ou la petite figurine cachée dans la brioche...

Une tradition faite de partages, avec un cérémonial amusant et immuable : la dégustation de la galette se fait dans la bonne humeur et une ambiance chaleureuse...

Nous avons besoin de ces rituels qui ponctuent l'année, qui marquent la progression des saisons, qui permettent de rassembler les gens, les familles.

Gardons nos traditions, préservons ces habitudes, elles font partie de notre culture, de notre patrimoine...

Nos parents, nos grands-parents nous ont transmis ces rituels, ils méritent d'être perpétués.

C'est un héritage précieux qui remonte aux origines du monde : la lumière se doit d'être célébrée...

 

 

 

 

 

 

L'Epiphanie ou le retour de la lumière...
Partager cet article
Repost0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 09:38
En évoquant mes grands-mères...

 


C'est, aujourd'hui, la fête des grands-mères...

 

En évoquant mes grands-mères, je ne peux m'empêcher de penser qu'elles furent pour moi importantes et même essentielles, alors que, curieusement, je ne les ai pas vraiment connues.

Une qui s'en est allée à l'âge de 45 ans, bien avant que je ne vienne au monde, une autre que j'ai à peine entrevue, décédée alors qu'elle avait 59 ans.

 

Rose, d'abord, une fille et une femme de la campagne, née dans le pays aixois : fille et petite fille de paysans, Rose était la simplicité même, elle aimait, sans doute, la nature, les arbres, les fleurs, les couchers de soleil...

Rose, aux longues mains si fines, Rose, aux cheveux bruns, Rose, une grande dame brune qui figure sur quelques photos de famille, Rose aux traits déjà burinés par le soleil...

Rose, qui fut victime des fièvres typhoïdes, juste après la guerre.

Rose, ma grand-mère, au doux sourire estompé.

 

Sa brève vie fut marquée par des joies et des peines : la naissance d'une petite fille, ma mère, mais aussi la perte d'un autre enfant, un petit garçon mort à l'âge d'un an et demi.

Rose a connu la dure vie des paysans d'autrefois, une vie faite de labeurs, de soucis, de tourments.

 

Puis, du côté paternel, mon autre grand-mère, Hortense : une maîtresse-femme, dont les parents avaient immigré d'Italie.

Une femme, au caractère bien trempé, une pionnière : une aventurière qui aimait les voyages, qui avait le goût du risque...

Un voyage au Mexique pour tenter la fortune, un autre en Côte d'Ivoire, une envie de s'évader d'un monde terne, de sortir d'une condition modeste, des ambitions, des rêves de richesses.

Une travailleuse infatigable, une fée qui pouvait confectionner de ses doigts des vêtements somptueux.

Hortense, au visage rond de l'enfance, aux cheveux blonds, aux traits tirés...

Deux tempéraments, des choix différents, deux vies opposées...

 

L'une avait choisi une vie calme et sereine, l'autre avait opté pour l'aventure, la découverte.

 

Je n'ai pas eu la chance de les connaître vraiment : pourtant, j'aurais, sans doute, apprécié de côtoyer ces grands-mères aux profils si différents...

 

J'aurais aimé, sans doute, la douceur de Rose, sa simplicité, j'aurais apprécié les récits de voyages d'Hortense, ses expériences africaines, ses découvertes.

 

Hortense, la conteuse, m'aurait enchantée de ses histoires exotiques... elle qui  savait merveilleusement raconter des anecdotes, elle qui savait captiver son auditoire.

 

Rose, elle, m'aurait enseigné l'amour de la terre, la rudesse de la vie paysanne.

 

Rose et Hortense ont connu deux guerres, elles ont dû affronter des obstacles innombrables, une vie plus rude que la nôtre.

 

Elles font partie de mon histoire, de notre histoire, et, bien que je ne les aie pas connues vraiment, elles m'ont façonnée... 

Très différentes, elles étaient pétries d'humanité, avec leurs défauts, leurs qualités, leurs joies, leurs peines.

 

Rose et Hortense, dont je connais un peu l'histoire, font partie de mon imaginaire...

Elles sont et restent, indubitablement, une part de moi-même...

 


 

 

 

 

 

En évoquant mes grands-mères...
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 10:23
L'épiphanie remonte aux origines du monde...

 

 


 

L'épiphanie : voilà un mot plein de mystères et chargé d'histoire... Le mot "épiphaneia" remonte à la langue grecque où il désigne une apparition divine, parfois, aussi, le jour qui se lève et fait surgir la lumière.

 

Le terme a été, ensuite, adapté dans la religion chrétienne, il évoque la visite des Rois mages venus célébrer la naissance du  Messie et lui offrir des cadeaux somptueux : l'or, la myrrhe et l'encens.

 

La myrrhe, résine aromatique, baume cutané, symbole de vie, l'encens, résine aux senteurs divines, l'or si rare et précieux...

La myrrhe, l'encens, des mots mystérieux, emplis de poésie, suggèrent des trésors recherchés et prisés.

 

Melchior, Gaspard, Balthazar, venus d'Europe, d'Asie, d'Afrique rendent hommage au nouveau-né.

De nombreux tableaux représentent cette scène : peintures de Fra Angelico, Botticelli, fresques de Cappadoce, icônes byzantines, tant d'oeuvres qui suscitent l'imagination...

Les Rois Mages installés dans la crèche sont des personnages somptueusement vêtus d'habits et de brocarts colorés...

 

Mais, comme la fête de Noël, l'épiphanie est, à l'origine, une célébration païenne de la lumière...

 

Le mot rayonne : il symbolise, d'abord, une manifestation de la lumière qui renaît après le solstice d'hiver...

 

Labiale, fricative confèrent de la douceur à ce nom venu d'un lointain passé, douceur de la lumière qui s'annonce, douceur des jours qui grandissent et qui préparent un renouveau.

 

L'épiphanie remonte aux origines du monde : une envie de célébrer une forme de renaissance, un espoir attendu.

 

En ce début de l'hiver, quand les froids sont rudes et glacés, on aspire plus particulièrement à des horizons plus chaleureux. On guette, au fil du temps, la croissance des jours.

 

L'épiphanie renvoie, aussi, à l'enfance, à ce jour unique où l'on tirait les rois : de nos jours, la galette est devenue le quotidien de beaucoup de familles, au mois de janvier.

 

Mais, autrefois, on fêtait l'Epiphanie le 6 janvier : c'était un jour unique où l'on se réunissait devant la galette et où était élu le roi ou la reine de la fête.

 

En Provence, c'était une couronne des rois, garnie de fruits confits qui faisait office de galette... un rituel ancien qui s'est perpétué : les enfants sont invités à désigner le morceau de gâteau qui revient à chaque convive.

 

L'occasion de se réunir autour d'un dessert festif, l'occasion de couronner un roi ou une reine, celui ou celle qui a découvert la fève ou la petite figurine cachée dans la brioche...

 

Un rituel païen, malgré l'origine chrétienne de cette fête, un rituel sympathique, chaleureux...

 

Un rituel qui mérite d'être préservé, même si l'on n'est pas croyant.

 

Désormais, l'Epiphanie se fête souvent  le premier dimanche qui suit le 1er janvier : cette année, le 8 de ce mois... dès aujourd'hui, nous allons, donc, guetter des clartés nouvelles...

 

 

Frédéric Mistral raconte, dans ses souvenirs d'enfance, cette merveilleuse rencontre de la lumière et des Rois mages : les mères invitent les enfants à aller au-devant de ces Rois... On perçoit toute la naïveté et tout l'enthousiasme de la jeunesse.

 

"Et de courir, et de courir, à la rencontre des Rois
avec nos gâteaux, nos petites galettes, et les poignées de
foin pour les chameaux. Puis, le jour défaillait. Le soleil, obstrué par un
nuage énorme, s’évanouissait peu à peu. Les babils
folâtres calmaient un brin. La bise fraîchissait et les
plus courageux marchaient en retenant.

Tout à coup :
– Les voilà !
Un cri de joie folle partait de toutes les bouches... et
la magnificence de la pompe royale éblouissait nos
yeux. Un rejaillissement, un triomphe de couleurs
splendides, fastueuses, enflammait, embrasait la zone
du couchant ; de gros lambeaux de pourpre
flamboyaient ; et d’or et de rubis, une demi-couronne,
dardant un cercle de long rayons au ciel, illuminait
l’horizon.
– Les Rois ! les 
– Les Rois ! les Rois ! voyez leur couronne ! voyez
leurs manteaux ! voyez leurs drapeaux ! et leur
cavalerie et les chameaux qui viennent !
Et nous demeurions ébaubis... Mais bientôt cette
splendeur, mais bientôt cette gloire, dernière échappée
du soleil couchant, se fondait, s’éteignait peu à peu
dans les nues ; et, penauds, bouche béante, dans la
campagne sombre, nous nous trouvions tout seuls :
– Où ont passé les Rois ?
– Derrière la montagne.
La chevêche miaulait. La peur nous saisissait ; et,
dans le crépuscule, nous retournions confus, en
grignotant les gâteaux, les galettes et les figues, que
nous apportions pour les rois..."

 

Plus loin, l'auteur provençal évoque la crèche installée dans l'église :

 

"Nous autres, affolés, nous nous faufilions, entre les
jupons des femmes, jusques à la chapelle de la Nativité,
et là, suspendue sur l’autel, nous voyions la Belle
Étoile ! nous voyions les trois Rois Mages, en manteaux
rouge, jaune, et bleu, qui saluaient l’Enfant Jésus : le roi
Gaspard avec sa cassette d’or, le roi Melchior avec son
encensoir et le roi Balthazar avec son vase de myrrhe !
Nous admirions les charmants pages portant la queue de
leurs manteaux traînants ; puis, les chameaux bossus
qui élevaient la tête sur l’âne et le bœuf ; la Sainte
Vierge et saint Joseph ; puis, tout autour, sur une petite
montagne en papier barbouillé, les bergers, les bergères,
qui apportaient des fouaces, des paniers d’œufs, des
langes ; le meunier, chargé d’un sac de farine ; la bonne
vieille qui filait ; l’ébahi qui admirait ; le gagne-petit
qui remoulait ; l’hôtelier ahuri qui ouvrait sa fenêtre, et,
bref, tous les santons qui figurent à la Crèche. Mais
c’était le Roi Maure que nous regardions le plus."

 

Le texte de Mistral :

http://elg0002.free.fr/pdf/mistral_mes_origines.pdf

 

 

L'épiphanie remonte aux origines du monde...
Partager cet article
Repost0
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 08:46
Halloween, la fête de tous les dangers...

 

 


 

Le 31 octobre, désormais, en France, l'usage est de célébrer cette fête d'origine celte : Halloween...

Désormais, on trouve souvent dans nos supermarchés un rayon entier consacré à cette fête : citrouilles, déguisements de sorcières, masques, maquillages...

 

Bien sûr, les enfants se laissent facilement séduire par ces festivités, une occasion de s'amuser, d'oublier le monde ordinaire, d'entrer dans un univers fantastique. 

Cette fête, comme beaucoup d'autres, devient une affaire commerciale : notre monde n'est-il pas régi par l'argent et le rendement ?

 

Mais, cette fête tourne au cauchemar, quand on prend conscience de la nocivité des produits qui sont proposés à la vente, des produits dangereux, à bien des égards.

Ainsi, certains maquillages contiennent des substances toxiques, notamment pour des enfants : du phénoxyéthanol, du propylparabène, un perturbateur endocrinien potentiel, de l'hydroxyanisole butylé (BHA), un antioxydant classé "cancérogène possible" par le Centre international de recherche sur le cancer.

 

Les bonbons vendus en la circonstance se révèlent encore plus dangereux : ingurgités par les enfants, ils contiennent de nombreux additifs, des colorants, de la gélatine de porc, de l'acide citrique et malique, des nanoparticules de dioxyde de titane.

Ces termes barbares en disent long sur la composition chimique de ces "bonbons" : méritent-ils, d'ailleurs, encore ce nom ?

Les nanoparticules, extrêmement petites, ont la particularité de franchir les barrières physiologiques, les intestins, le cerveau, les reins... de pénétrer dans l’organisme et de s’y accumuler. "Des effets toxiques sont documentés : dysfonctionnement de l’ADN, stress oxydatif, réactions inflammatoires, mort des cellules".

 

Oui, décidément, on peut dire que cette fête fait peur : elle conduit à une consommation démesurée de friandises, de bonbons sucrés et bourrés de substances délétères.

On s'étonne d'en arriver là : la vente de ces produits devrait être interdite, mais le lobbying des marchands et des industriels de bonbons doit faire son oeuvre maléfique.

Maléfique, c'est le mot qui convient pour ces festivités qui mettent à l'honneur des costumes terrifiants, d'un goût parfois douteux...

 

Quand une fête est à l'origine de risques majeurs pour des enfants, elle n'est plus une fête, mais une énorme tromperie, un leurre...

Nos sociétés vouées à la marchandisation en arrivent à vendre des produits dangereux pour la santé des enfants : c'est très grave.

 

Dans tous les cas, les friandises proposées dans les supermarchés comme de nombreux autres aliments, contiennent des substances qui devraient être interdites par nos législations.

Pourquoi ne le sont-elles pas, si ce n'est pour remplir les poches des industriels de l'agro-alimentaire qui prospèrent en annihilant notre bien-être et notre santé ?

Halloween est une fête célébrée essentiellement par des enfants : ceux-ci doivent être préservés et protégés des dangers que génèrent tous les produits vendus à cette occasion.

 

 

 

http://www.francetvinfo.fr/sante/enfant-ado/halloween-2016-des-maquillages-dangereux-pour-vos-enfants_1897207.html

 

http://www.lepoint.fr/sante/halloween-gare-aux-bonbons-charges-en-nanoparticules-31-10-2016-2079828_40.php

 

 

 

 

 

Halloween, la fête de tous les dangers...
Partager cet article
Repost0
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 12:16
Un bel hommage aux impressionnistes : la féerie des eaux à Nîmes...

 

 



Célébrer l'impressionnisme, ce mouvement pictural qui a donné naissance à tant d'oeuvres inoubliables, c'est là une belle idée pour illustrer un spectacle nocturne : la féerie des eaux à Nîmes...

Dans le cadre somptueux des Jardins de la Fontaine, ce spectacle a été l'occasion d'évoquer des peintres aux noms légendaires : Van Gogh, Cézanne, Monet, Manet, Degas, Caillebotte, Guillaumin, Renoir, Sysley et tant d'autres.

L'eau, le feu, le mouvement, le jaillissement des couleurs : quels meilleurs moyens pour symboliser et suggérer  l'art éblouissant et inventif des impressionnistes ?

Des images féeriques ont été projetées sur les murs immenses du jardin.

Le spectacle s'ouvre sur des portraits ou autoportraits de ces peintres : on reconnaît leurs visages, leurs noms s'affichent et défilent sur les murs de pierres du jardin...

Puis, c'est une explosion et une éclosion de fleurs et de couleurs...


Tour à tour, sont mis en scène les différents thèmes abordés par les impressionnistes : les tournesols de Van Gogh tourbilllonnent, des paysages surgissent : soleils rougeoyants, marines où l'on admire des voiliers ondoyants sur des mers houleuses, décors d'arbres foisonnants...

Soudain, apparaît une fleur géante, butinée par un papillon, une campagne verdoyante se peuple de personnages féminins en robes longues, des couleurs s'enflamment, avec des myriades de papillons tourbillonnants.

Des jets d'eau aux teintes de feux et de flammes embrasent, alors, le ciel, comme pour signifier toute l'ardeur et la passion de ces peintres.

Puis, des silhouettes graciles apparaissent, en mouvements légers : on reconnaît des danseuses, le thème de prédilection de Degas. Soudain, on perçoit plus distinctement une seule danseuse qui virevolte, dans son corset blanc, et on admire une ronde de danseuses aux mouvements cadencés, pleins de charmes.

Le nymphée s'illumine de jets d'eau géants qui traversent la nuit...

Un accordéoniste égrène sa musique et fait naître des images de bals populaires... Un couple danse une valse musette, les couples se multiplient, alors, sous des éclats de feux d'artifices et des chapeaux lancés à la volée...

Des éclats de feux et d'ors jaillissent dans la nuit... ils montent vers le ciel étoilé, la Grande Ourse et rejoignent les astres de la nuit.

Un soleil se lève, lumineux, il se transforme en fleurs géantes, irradiées de lumières....

Le spectacle fait revivre tant de thèmes qui ont inspiré les impressionnistes : des scènes familières, peintes par Renoir, des paysages de campagne provençale magnifiés par Van Gogh, des jardins fleuris de Monet.


"Le bal du Moulin de la Galette, La danse à la ville, à la campagne, Les tournesols, Champ de blé avec cyprès, Les nymphéas", tant de tableaux surgissent dans la nuit...


Cette soirée festive qui a réuni un public nombreux et populaire a permis à chacun de redécouvrir ces peintres de génie que furent les impressionnistes.

Les jets d'eau ont fait naître des explosions de couleurs, les images ont évoqué tant de chefs d'oeuvre célèbres, ont permis de mettre en scène toute la créativité de ces artistes qui ont su innover aussi bien dans la technique picturale que dans les thèmes traités....

Les impressionnistes n'ont-ils pas représenté avec passion le monde quotidien ? La nature, les jardins, la vie moderne, les bals, les portraits de gens simples... Ils ont su mettre en évidence toute la poésie, tout le charme des paysages, des arbres, des fleurs...






     
 Photo et vidéos : rosemar

Portraits de peintres...

Les tournesols tourbillonnent...

De somptueux jets d'eau dans la nuit...

Soleils et marines...

Un festival de couleurs...

Fleurs et paysages champêtres...

Rouge passion !

Les danseuses...

Des éclats de bleu

Le bal musette

Soleil et fleurs, des éclats de feux dans la nuit

Le nymphée nimbé de jets d'eau : waouh !

Le final : la fête des couleurs

Partager cet article
Repost0
16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 11:51
Un spectacle fascinant : la féerie des eaux à Nîmes...

 

 

L'eau ! Tant de symboles surgissent à ce seul mot ! La vie, la pureté, la fluidité, le renouveau...



L'eau et ses tourbillons exercent une véritable fascination sur chacun d'entre nous, et quand l'eau est mise en valeur dans un spectacle festif, au coeur de l'été, on est encore un peu plus émerveillé...


En ce week-end du 15 août, la féerie des eaux a, comme chaque année, séduit de nombreux visiteurs, aux Jardins de la Fontaine à Nïmes : ce cadre prestigieux s'est trouvé, à nouveau,  magnifié par cette magie de l'eau...


Ce spectacle musical est fait pour ravir tous les sens :  on goûte la fraîcheur de l'eau, on admire sa fluidité, on apprécie ses embruns bondissants, on est envoûté par la musique environnante.


Les arbres, les pins, les cèdres, les chênes sous un feu d'artifice d'eau ! Des embruns de lumières  fusent soudain dans le ciel...
L'architecture du jardin, les balustres sont sublimés par des fusées jaillissantes d'eau qui tourbillonnent.


Il faut imaginer, d'abord, toute la préparation qu'exige ce spectacle : partout, des tuyaux, des buses, des haut-parleurs ont été installés, autour des plans d'eau du jardin : un véritable travail de fourmis...


Et le résultat est surprenant : on est envoûté par la musique, par les jets d'eau qui s'élancent dans le ciel et qui dessinent, sur l'azur, des figures géométriques improbables.
L'eau se disperse en fusées rayonnantes, en tourbillons : des lassos, des filets, des arabesques s'emparent du ciel et l'escaladent : c'est un jaillissement soudain qui explose.
On admire ces envolées majestueuses de l'eau, on est sous le charme de cette eau qui jaillit soudain, qui se disperse en mille éclats de pluie...


En été, on apprécie plus particulièrement le spectacle de l'eau qui apporte sa fraîcheur, qui distille tous ses bienfaits.
Les murs du jardin, les balustres, le nymphée semblent trouver une nouvelle vie sous cette féerie des eaux.


Une musique intense ou plus douce rythme ce ballet de l'eau... l'eau semble accompagner cette musique envoûtante, de ses mouvements ondoyants... C'est l'eau qui prend vie, sous nos yeux, qui s'anime...
C'est l'eau qui danse, c'est l'eau qui libère son énergie, et qui chaloupe avec bonheur et intensité sous le ciel de l'été.
C'est l'eau qui se donne en spectacle, qui fait naître des tableaux lumineux...


Soudain, des flammes rouges et or surgissent et se mêlent à l'élément liquide, créant une fusion improbable de l'eau et du feu !
Soudain, les jets d'eau s'entremêlent, se rejoignent pour créer des figures acrobatiques : la magie de l'eau qui retombe en cascades ou en pluie fine, étincelante sous la lumière du sud !

On est saisi, et captivé par cette grâce de l'eau qui rebondit, qui s'envole et retombe en mille éclats...


Ce spectacle ravit petits et grands : on entend les exclamations de la foule, devant cette danse féerique de jets d'eaux, des applaudissements chaleureux viennent ponctuer et rythmer cette fête de l'été.
Une véritable orchestration qui nous montre tous les pouvoirs, toute la beauté, toute l'harmonie de cet élément naturel qui est à l'origine de la vie...


 


 

A suivre : les féeries nocturnes...




 

 

 

 

Photo et vidéos : rosemar

Des tourbillons d'eau

Le nymphée magnifié par l'eau

Des éclats de feux au milieu des jets d'eau...

Encore des éclats de feux... accompagnés de cris d'admiration...

Des lassos qui tourbillonnent...

Une vue d'ensemble des jardins... prise de vue devant le nymphée

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 08:35
Pour célébrer la fête du 14 Juillet : le verbe "pétarader" !

 



"Pétarader" ! Il suffit de prononcer ce verbe pour entendre des bruits tonitruants et répétés...

Les moteurs d'autrefois pétaradaient souvent au démarrage et c'était un festival de sonorités éclatantes... On entend, encore, parfois, certains de ces engins bruyants, des grosses motos qui produisent des sons démesurés.


Les feux d'artifices, aussi, pétaradent vivement dans des envolées de poudre étincelantes et rayonnantes...

On voit des girandoles, des explosions colorées qui traversent le ciel, on perçoit des fontaines de lumières dans l'obscurité de la nuit.

On admire des éclats, des envolées d'éclairs, des tableaux éblouissants qui enflamment les ténèbres.

On est ébloui et subjugué par des flammèches qui semblent surgir du monde de la nuit...

Ce verbe aux sonorités évocatrices nous fait percevoir des crépitements soudains, avec sa labiale initiale, ses dentales "t" et d", sa gutturale "r", et sa voyelle réitérée "a".

Des échos semblent se répondre, se répandre, envahir l'espace, dans ce verbe plein d'expressivité...

Dérivé d'un verbe latin, "pedo", ce mot appartient à la même famille que les termes "pet, péter, pétard, pétoire, pétarade, pétoche, contrepèterie".

On perçoit toute la familiarité de ces mots qui évoquent des réalités du corps ordinaires ou encore des objets de fête, comme le "pétard", ou un outil usagé comme la "pétoire", qui est un vieux fusil...

On connaît aussi l'interjection "pétard !", qui marque la surprise, l'étonnement, une forme de stupéfaction soudaine... On utilise volontiers dans le sud, à Marseille, cette exclamation familière : "Pétard ! Que c'est beau !"


On ne peut manquer d'évoquer, en cette occasion, Rabelais, passé maître en l'art du pet et de la contrepèterie, on songe à la verve et à la truculence rabelaisienne, à des jeux de mots qui rebondissent, on songe au jeune Gargantua "barytonnant du cul".


 Tous ces mots remonteraient au grec "bdéo" "péter"... Aristophane utilise ce verbe dans certaines de ses comédies...

On voit ici toute la richesse de dérivation des mots, toute leur expressivité dans les sonorités !


Comment ne pas être sensible à la bonhomie de tous ces termes familiers, qui appartiennent au langage populaire, qui nous font entendre la voix du peuple ?


J'aime ces mots simples, ordinaires et si expressifs...

Ils nous font apprécier la langue française, sa diversité, ils nous font percevoir des sons, des images variées qui appartiennent au passé ou au présent, ils évoquent des souvenirs, une vieille guimbarde d'un grand-père paysan, qui ne pouvait démarrer qu'avec un tour de manivelle, un vieux fusil de chasseur usagé, des feux d'artifice éblouissants sur l'eau...

Des feux d'artifice, symboles de fêtes et de célébrations... des éclats lumineux qui rebondissent, retentissent et se répercutent dans l'ombre de la nuit...
 


 


 

Pour célébrer la fête du 14 Juillet : le verbe "pétarader" !
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/