Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 08:39
Ces écrans qui s'adressent à nos pulsions...

 

Le temps que nous passons devant des écrans ne cesse de croître : des écrans qui se multiplient à l'infini, télévision, téléphones portables, tablettes, ordinateurs...

 

Afin de capter notre attention, les politiques, les publicitaires s'adressent à nos pulsions plutôt qu'à notre raison.

Quelles sont ces pulsions primaires ?

 

On connaît sur internet le succès grandissant des sites pornographiques qui mettent en jeu l'obsession du sexe lié à l'instinct de reproduction.

 

Les médias jouent aussi sur la peur , un instinct vieux comme le monde...

 

Enfin, les médias exploitent aussi la pulsion de conflit et d'animosité.

On assiste à une culture du "clash" : les débats télévisés mettent souvent en scènes ces clashs qui alimentent les autres médias.

 

Faire le BUZZ, faire du bruit, afin d'attirer l'attention : c'est devenu l'objectif premier de certains médias.

Les titres, les photos choc sont à la mode, une façon de capter tous les regards.

Le BUZZ joue sur les bas instincts de l'homme, sur une curiosité malsaine, sur l'émotion suscitée par des conflits...

 

Ainsi, la face obscure de notre cerveau prend le dessus : nous nous laissons entraîner par ces instincts primaires.

Nous sommes véritablement manipulés et nous ne faisons plus fonctionner notre raison.

Nous nous laissons aller à ces instincts de la peur, du conflit, de la sexualité.

 

Ainsi, les vidéos pornographiques sont de loin les plus regardées dans le monde, dans tous les pays.

Et il n'est pas rare que des enfants, des adolescents accèdent, sans même l'avoir voulu, à ces sites.

Depuis plusieurs années, les professionnels de santé ainsi que les acteurs du numérique s’accordent à reconnaître l’impact négatif de la pornographie sur le développement psychologique des enfants.

Si la majorité des parents sont conscients que le numérique augmente le risque d’accès aux contenus inappropriés , la première exposition à la pornographie arrive de plus en plus tôt, la plupart du temps avant 12 ans, et elle est très souvent involontaire : un jeune sur deux affirme être tombé dessus par hasard , et plus de la moitié estime avoir vu ses premières images pornographiques trop jeune.

 

 

Source :

Apocalypse cognitive de Gérald Bronner

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2021 2 13 /07 /juillet /2021 13:05
Obligation vaccinale : c'est fait !

 

Sans le déclarer ouvertement, dans les faits, Emmanuel Macron impose la vaccination à tous les Français, et ce, en plein été, au pas de charge...

 

Ainsi, le pass sanitaire sera étendu à la quasi-totalité des activités réalisées dans la sphère publique, dès le début du mois d'août. Le président annonce aussi pour l’automne la fin de la gratuité des tests PCR, qui sont aujourd’hui une alternative au vaccin.

Dès le 21 juillet, les lieux de loisirs, cinéma, spectacles, concerts ne seront plus accessibles sans pass sanitaire.

En pleine période de festival, la méthode se veut radicale !

Pourtant, le 27 décembre dernier, au premier jour de la campagne de vaccination, le locataire de l'Elysée se positionnait contre toute obligation :

"Je l'ai dit, je le répète: le vaccin ne sera pas obligatoire. Ayons confiance en nos chercheurs et médecins. Nous sommes le pays des Lumières et de Pasteur, la raison et la science doivent nous guider", avait-il écrit sur Twitter.

Promesse non tenue...

On imagine les difficultés que vont rencontrer les Français qui n'ont reçu aucune dose de vaccin à la date de ce 13 juillet : pas d'accès aux lieux de loisirs, si ce n'est avec un test PCR.

Pas d'accès aux centres commerciaux, cafés, restaurants, hôpitaux, aux voyages en avion, train, en car, dès le premier août.

 

De plus, la vaccination sera rendue obligatoire "pour les personnels soignants et non-soignants des hôpitaux, cliniques, maisons de retraite" ainsi que les professionnels et bénévoles auprès de personnes âgées, y compris à domicile.

Des contrôles auront lieu à compter du 15 septembre, et le cas échéant des sanctions seront prises.

 

Voici les possibilités qu'envisageait  l'éditorialiste Christophe Barbier à ce sujet, au mois de décembre 2020 :

"Si vous refusez d'être vaccinés, comme vous faites courir un danger aux autres, eh bien, vous ne pourrez pas avoir accès à la vie collective comme les autres... peut-être que sans avoir été vacciné, on ne pourra plus prendre l'avion, aller au restaurant, rentrer dans un cinéma... Montrer un certificat de vaccination, préparons nous à cela !"

Eh bien ! Nous y sommes...

C'est fait !

Pour ma part, j'ai essayé de prendre rendez-vous pour une vaccination : on me renvoie à la fin du mois d'août ! Et pour l'instant, je n'ai pas pu prendre vraiment rendez-vous car les temps d'attente sur internet ou par téléphone sont très longs...

Me voici vouée aux tests PCR et dès le mois de septembre, je devrai les payer !

 

 

 

 

 

Obligation vaccinale : c'est fait !
Partager cet article
Repost0
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 08:11
Encore un recul de l'âge de la retraite ? Quelle honte !

 

Et on reparle du recul de l'âge de la retraite ! Alors que le travail se fait rare, que le nombre de chômeurs ne cesse de croître, il serait question d'un recul progressif de l'âge de la retraite, jusqu'à 64 ans...

Une honte !

"Il faut travailler plus", on connaît ce refrain !

Que dire ? Chômeurs, employés à temps partiel, jeunes en quête de travail correctement rémunéré, précaires... "Si tous ces gens avaient un emploi formé et rémunéré en conséquence, le problème de l'équilibre financier des régimes de retraites à long terme serait en partie réglé, car qui dit salaire dit cotisations sociales.", écrit fort justement Jack Dion dans un article du journal Marianne.

Et il précise : "C'est la crise de l'emploi qui crée le déficit, pas l'âge de départ à la retraite."

Et de rajouter : "Au passage, on justifiait la chose par l'augmentation de l'espérance de vie, en oubliant que celle-ci n'évolue pas de manière similaire pour tout le monde."

 

Un reportage lors du JT de France 2 évoquait aussi ce sujet :

"Travailler deux ans de plus et prendre sa retraite à 64 ans au lieu de 62, le sujet est sur la table, au lendemain des élections régionales.

Dans une menuiserie de la région parisienne, cette nouvelle inquiète : un architecte de 60 ans qui prévoit de partir dans deux ans, témoigne :

"J'ai commencé à m'intéresser à la retraite cette année : ça fait peur des changements comme ça, c'est décevant."

 

Bien plus jeune, un menuisier s'alarme de devoir exercer plus longtemps ce métier physique.

"Des fois, on prend la retraite et on meurt deux ans ou cinq ans, après, on n'en profite pas. Franchement, c'est pas bien du tout."

Une évidence : certains travaux pénibles ne permettent pas de profiter pleinement de la retraite : quelle injustice !

 

"Le gouvernement voudrait augmenter rapidement l'âge de départ à la retraite de 6 mois par génération, en clair : un salarié né en 1961 travaillerait 6 mois mois de plus, jusqu'à 62, 5 ans. Et à la fin de la réforme un natif de 1964 pourrait prendre sa retraite deux ans plus tard qu'aujourd'hui, à 64 ans.

Mais à moins d'un an de la présidentielle, une telle réforme pourrait de nouveau pousser les Français dans la rue.

Selon le journal Les Echos, elle permettrait de dégager 14 milliards d'euros, à l'horizon 2026, ce dont doutent les syndicats.

 

"Aujourd'hui, une personne sur deux qui prend sa retraite n'est pas en emploi. Elle est au chômage, en invalidité. Donc, si vous leur demandez de travailler plus longtemps, elles seront plus longtemps au chômage, plus longtemps en invalidité, et les économies qu'on fera côté retraite, on les transférera sur d'autres budgets sociaux.", déclare Frédéric Sève, secrétaire national de la CFDT. 

Des remarques frappées au coin du bon sens...

 

Hélas, comme l'écrit Jack Dion, la France est soumise aux diktats européens, "à la commission de Bruxelles qui somme les gouvernements des pays de l'UE d'en revenir au plus vite aux normes comptables qui tiennent lieu de bréviaire."

 

 

Source :

 

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/retraite/reforme-bientot-une-retraite-a-64-ans_4682291.html

Partager cet article
Repost0
23 juin 2021 3 23 /06 /juin /2021 08:10
Grand oral du Baccalauréat : des couacs inadmissibles...

 

 

Les premiers élèves de terminale ont passé le grand oral, lundi 21 juin, le jour de la fête de la musique... Quel choix judicieux !

C'est la grande nouveauté du Baccalauréat, version 2021.

 

Cette nouvelle épreuve avait été mal préparée et suscitait des inquiétudes de la part des élèves, mais aussi des enseignants qui prévoyaient des difficultés pour mettre en oeuvre cet oral.

Pourquoi n'ont-ils pas été écoutés ?

Encore une fois, le ministère ne tient pas compte de l'avis des enseignants qui sont pourtant sur le terrain et connaissent bien leur métier.

 

 Cette nouvelle épreuve n'était déjà pas évidente à organiser, et toute une série de couacs est venue ajouter du stress pour les lycéens. 

Pour certains élèves de Terminale, l'examen a été reporté, car le jury était absent.

 

Un lycéen témoigne : "Je n'ai pas passé cet oral, j'avais bien travaillé, et en apprenant ce matin que je n'allais pas passer, ça été un choc, ça m'a rajouté du stress."

Ce n'est pas le seul cas.

Sur les réseaux sociaux, d'autres témoignages significatifs :

"Convoqués à 8 heures, pas de jury, attendre jusqu'à 12 heures, pour finalement nous dire de rentrer chez nous et revenir demain à 7h 30."

"1 heure 20 que ma fille est au lycée. Les élèves attendent. Les surveillants ne savent rien. Il ne se passe rien. Où est le jury ?"

 

En cause, selon les syndicats : des enseignants prévenus au dernier moment, des convocations jamais arrivées, deux professeurs d'une même spécialité, alors que le jury doit être composé de deux professeurs de matières différentes...

Des signes d'un manque d'organisation, dénonce une syndicaliste.

 

"Tout au long de l'année, on a dit : Attention, cet oral est très complexe, au regard de la situation de cette année, il ne peut pas se tenir... le ministre, Jean-Michel Blanquer, a voulu maintenir l'épreuve, quoi qu'il en coûte... on voit ce soir le bilan : quoi qu'il en coûte, c'est au détriment des personnels et des élèves."

 

Sollicité, le ministère de l'Education nationale n'était pas en mesure au soir du 21 juin de fournir un bilan chiffré des dysfonctionnements !

Ce fiasco était, hélas, prévisible : on a ajouté aux quatre écrits des épreuves terminales du bac une 5e épreuve orale passée par tous les candidats. On entrevoyait tous les problèmes d'organisation que cela pouvait poser. Il était question de simplifier et d'alléger le Baccalauréat, et avec cette nouvelle épreuve, on l'a complexifié.

Chaque fois, pour chaque élève, deux examinateurs devaient être mobilisés.

On voit le résultat... des couacs inadmissibles !

 

 

Sources :

https://www.francetvinfo.fr/bac/baccalaureat-des-dysfonctionnements-en-serie-pour-la-premiere-journee-du-grand-oral_4673271.html

 

https://www.marianne.net/societe/education/jurys-convocations-greve-couacs-en-serie-au-grand-oral-du-bac

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2021 1 31 /05 /mai /2021 11:03
La prévention pour lutter contre les épidémies...

 

Prévenir pour mieux soigner : ce devrait être le maître mot d'une politique de santé efficace...

 

Lutte contre la cigarette, contre la consommation excessive d'alcool, contre la consommation d'une alimentation trop sucrée, trop salée, trop grasse, lutte contre la sédentarité, promotion de l'exercice physique : autant de mesures utiles pour préserver la santé des gens.

Quelles sont les personnes les plus impactées par le Covid-19 ? Les obèses, les diabétiques, les personnes atteintes de maladies chroniques...

Le coronavirus est aussi une maladie de la malbouffe. Les personnes en situation d'obésité ont été les plus touchées.

 

Le problème est que ces mesures de prévention vont à l'encontre de nos sociétés de consommation.

La publicité nous incite à consommer toujours plus une alimentation ultra transformée, contenant des additifs, riche en sucres, en gras et en sel.

 

Si la pub pour le tabac est interdite, "la Ligue contre le cancer dénonce la valorisation et la promotion du tabagisme dans les films français... elle publie une enquête sur plus de 150 films, an amont de la journée mondiale sans tabac du 31 mai. "Le tabac demeure quasi omniprésent dans les films français : entre 2015 et 2019, 90,7 % comprennent au moins un événement, un objet ou un discours en rapport avec le tabac : personnes en train de fumer, présence de cendriers, cigarettes, personnage qui parle de tabac", note la Ligue d’après la 3e édition de son enquête."

 

"Cette surreprésentation du tabac dans les films est d’autant plus préoccupante que, depuis le 1er confinement en mars 2020, 66 % des 18-24 ans indiquent passer plus de temps devant des films ou séries, quel que soit le support. (TV, ordinateur, tablette, smartphone….)"

 

Ainsi, la politique de prévention se heurte à des lobbies très puissants, contre lesquels il est difficile de lutter.

Il y a les lobbies du tabac mais aussi ceux de l'industrie agroalimentaire, le premier secteur industriel en France, pourvoyeur de centaines de milliers d'emplois, un secteur très influent où les lobbies travaillent activement pour servir ses intérêts.

 

Les lois contre la malbouffe sont souvent rejetées en raison de pressions exercées par les lobbies.

L'économie et la santé ne font pas bon ménage.

 

Encore un problème difficile à résoudre !

Les consommateurs que nous sommes doivent sans doute oeuvrer pour éviter d'acheter tous ces produits nocifs pour la santé, que nous vend l'industrie agroalimentaire.

Mais cette alimentation nocive est peu chère : elle est donc achetée par les plus pauvres, et ce sont les plus pauvres qui sont victimes de ce système.

 

 

Sources :

 

https://www.lepoint.fr/sante/l-omnipresence-du-tabac-dans-les-films-francais-denoncee-26-05-2021-2428185_40.php

 

https://tv.marianne.net/rencontres/alimentation-aujourd-hui-les-pauvres-n-on

 

 

Partager cet article
Repost0
26 mai 2021 3 26 /05 /mai /2021 10:00
Mais où est passée la courtoisie ?

 

Mais où est passée la courtoisie ? Qu'est devenu l'art de séduire et de courtiser ?

Fini le temps des fleurs ? Fini le temps des billets doux ? Fini le temps des poèmes d'amour ? Les selfies ont remplacé l’art de courtiser...

Et quels selfies ! Des photos de sexe en érection, des images pornographiques, vulgaires...

 

On reste confondu par les nouvelles méthodes de drague qui se répandent sur internet : l’imprudence, l’exhibitionnisme, la légèreté, la bêtise sont à l'oeuvre...

Benjamin Griveaux en a fait les frais... promis aux plus grandes responsabilités politiques, il s'est conduit comme un gamin inconséquent.

 

Evidemment, ces vidéos se veulent explicites : il s'agit sans doute d'exprimer un désir de relations sexuelles... Mais, dans quelle époque vit-on ? Celle de la rapidité, de la satisfaction immédiate, du désir assouvi en un rien de temps...

On ne séduit plus, on provoque...

On ne prend plus le temps d'attendre, de désirer vraiment.

 

Le sexe s'affiche partout, les sites pornographiques se multiplient sur internet : tout le monde peut y avoir accès même des adolescents.

Tout est permis et il est étonnant que des hommes politiques se compromettent aussi dans ce genre de pratiques.

 

Bien sûr, tout le monde a droit à une vie privée. Mais, comment peut-on filmer des vidéos intimes et les diffuser, si on tient à préserver sa vie intime ?

Quelle imprudence et quelle bêtise !

Ces selfies peuvent même tourner au harcèlement quand ils se multiplient.

 

Il est temps que chacun se responsabilise sur la toile...

Multiplier les conquêtes sexuelles ? Est-ce là le but de ceux qui s'adonnent à ces selfies ?

On vit une époque de performances et de records : et certains se laissent aller à ces tendances délétères...

 

Et puis, comme le dit Mona Ozouf, "nous n'avons plus besoin de parler d'amour avant de le faire..."

Peut-être est-ce parce que la langue s'appauvrit ?

 Alain Finkielkraut nous le rappelle : "La littérature a eu longtemps partie liée avec la courtoisie... or la langue s'émancipe elle-même de la littérature, comme on le voit dans les dictionnaires où, pour expliquer le sens des mots, on offre de moins en moins de citations littéraires et de plus en plus d'exemples familiers empruntés au langage courant..."

Ainsi, le langage de la séduction s'efface, disparaît pour laisser la place à des images vulgaires...

 

 

 

 

 

Mais où est passée la courtoisie ?
Partager cet article
Repost0
23 avril 2021 5 23 /04 /avril /2021 08:50
Le problème du Covid long...

 

 

On évoque abondamment les victimes du Covid, les morts, mais on oublie souvent les symptômes persistants du Covid.

Or, les séquelles sont parfois graves et nombreuses : problèmes pulmonaires, cardiovasculaires, neurologiques...

Des difficultés à respirer, des essoufflements, des pertes de mémoire, des difficultés dans l'élocution, des douleurs musculaires, de la fatigue, des troubles digestifs, cutanés, des troubles du sommeil, une faiblesse musculaire.

Ce sont là des séquelles qui perturbent lourdement le quotidien de ces patients.

 

En France, un million de personnes seraient affectées par ce Covid long.

Presque un tiers des patients admis à l'hôpital au Royaume-Uni pour des symptômes dus au Covid-19 ont dû y retourner dans les quatre mois suivant leur sortie.

 

On imagine le cauchemar que vivent ces personnes : après avoir connu le choc du Covid, de l'hospitalisation, de la réanimation, elles doivent affronter des séquelles à long terme de la maladie.

Je me souviens de ce témoignage fort, lors du journal de 20 heures, sur France 2 : une femme de 56 ans racontait les épreuves qu'elles avait traversées après avoir contracté le Covid-19.

Essoufflement, fatigue, violentes douleurs aux oreilles... une torture.

 

La dame se révoltait aussi contre tous ceux qui refusent d'appliquer les gestes barrières.

"Donc, les gens qui se disent : "Mais je suis en bonne santé, ça va, il va rien m'arriver", les anti-masques, et tout ça, moi ça me révolte...

Viens vivre un dixième de ce que j'ai vécu, et tu vas voir que le masque, tu vas le supporter..."

 

On le comprend à travers ce témoignage : le Covid-19 peut affecter gravement la vie de gens en bonne santé. 

Alors, ceux qui prétendent encore que le Covid est une "grippette", sont bien loin de la réalité que vivent ces victimes du Covid.

 

En France, le pouvoir législatif a reconnu l'importance de ce problème. L’Assemblée Nationale a voté à l’unanimité le 17 février une résolution visant à reconnaître et à prendre en charge les complications à long terme du Covid-19.

Emmanuel Macron a rencontré ce jeudi des soignants et des patients à l'hôpital Foch de Suresnes dans les Hauts-de-Seine, dans la banlieue Ouest de Paris, pour évoquer la prise en charge des patients qui souffrent de symptômes persistants du Covid,

 

 

 

https://www.lci.fr/sante/video-covid-19-pandemie-un-patient-touche-par-un-covid-long-craque-en-decrivant-son-quotidien-a-macron-2184148.html

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 08:18
Une semaine décisive... une de plus !

 

Les semaines décisives se suivent et se ressemblent : on attend sans arrêt la nouvelle décision, celle qui devrait arrêter le virus, celle qui devrait enfin résoudre la situation inextricable dans laquelle nous sommes empêtrés depuis plus d'un an.

Que va décider le gouvernement ? Privilégier l'économie ou la santé ?

 

Face à l'encombrement des hôpitaux et des services de réanimation, la marge de manoeuvre est étroite et compliquée.

Les médecins tirent la sonnette d'alarme : ils vont devoir trier les patients, faire des choix difficiles.

 

De nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer l'erreur du confinement : il fallait, disait-on, "laisser faire le virus" pour atteindre une forme d'immunité collective.

Il s'agissait de "liquider le virus en liquidant les inutiles et malheureux vieillards... une façon de fortifier l'espèce, en somme."

Un raisonnement pour le moins "moralement douteux."

D'autant que le Covid frappe dorénavant des personnes de plus en plus jeunes, avec le variant anglais qui prospère...

 

D'un autre côté, le secteur économique ne doit pas être négligé : il a pris une telle ampleur dans nos sociétés, qu'on ne peut le mettre de côté.

Là encore, des gens souffrent : les étudiants privés de cours, sans travail, ont parfois des difficultés à survivre, des salariés perdent leur boulot, se retrouvent au chômage, les familles sont à la peine...

 

Oui, décidément, les décisions sont difficiles à prendre : un dilemme difficile à trancher.

Des morts d'un côté, des victimes de la crise et du confinement, de l'autre.

Que faire ?

Il est probable qu'on s'achemine inéluctablement vers une nouvelle période de confinement plus strict.

Un nouveau tour de vis, donc !

Mais va-t-on pour autant résoudre la situation ?

Nouveau confinement, puis ralentissement de l'épidémie, puis relâchement, puis retour en force du virus...

On en est là : il va falloir vivre avec la bête à picots, le communovirus...

Et si la pandémie durait cinq ans, dix ans ou plus ? Le virus du VIH fêtera bientôt ses 40 ans sans jamais avoir quitté la scène, même brièvement.

Nous sommes encore dans une situation incertaine : qui peut prévoir ce qui va se passer ?

 

 

Sources :

 

Un livre de Jean-Luc Nancy : Un trop humain virus

 

https://www.franceculture.fr/emissions/lhumeur-du-matin-par-guillaume-erner

 

https://www.pentalog.fr/blog/pandemie-coronavirus-impact-economique

 

 

 

 

Une semaine décisive... une de plus !
Partager cet article
Repost0
5 mars 2021 5 05 /03 /mars /2021 11:30
Une actualité Martienne...

 

Une actualité Martienne décidément très chargée. Les Emirats arabes unis, puis la Chine ont mis en orbite  des sondes autour de Mars. Et jeudi 18 février, le robot Perseverance, envoyé par la Nasa en juillet dernier, s’y est posé. Il succède notamment à Curiosity et Opportunity. Sa mission : détecter des traces d’une vie antérieure sur cette planète, et en ramener des échantillons sur la nôtre.

Trois missions spatiales ! Compétition oblige !

 

Mais au fait, pourquoi aller sur Mars ? Les scientifiques espèrent y trouver des traces de vie...  y a-t-il eu un jour de la vie sur Mars ? ce qui aiderait peut-être à comprendre comment la vie a pu apparaître.

On veut savoir s'il existe un autre endroit dans l'univers où la vie est apparue.

Est-ce que la terre est unique ou au contraire, est-ce que c'est quelque chose de très banal ? Mars serait peut-être une photographie du passé de la terre.

 

On envisage même un jour d'envoyer des hommes sur Mars : pourra-t-on un jour quitter la terre pour aller vivre sur Mars ? 

Un fantasme !

 

Les Etats -Unis sont le seul pays au monde à consacrer 10 milliards par an pour des vols habités. Ce qui pourrait arriver de dramatique pour eux, c'est qu'il n' y ait plus de programme habité : c'est alors 50 000 emplois qui se retrouveraient au chômage.

Mars permet une vision à long terme...

C'est aussi de la politique : Mars, c'est idéal pour ça.

C'est ce qu'on appelle la culture du rêve, le nouveau rêve américain !

 

Mais si on s'occupait plutôt de préserver notre belle planète ?

Si on arrêtait de la saccager à coups de bulldozers, de projets immobiliers, de polluants de toutes sortes ?

 

Aller vivre sur Mars ? Dans un environnement hostile, comment l'envisager ?

 La température à la surface de Mars peut descendre jusqu'à - 143°C.

"Les humains devront aussi se protéger des rayonnements cosmiques, qui provoquent des cancers. A cause de l'absence de magnétosphère et d'une atmosphère trop ténue, les radiations ne sont pas suffisamment filtrées sur Mars. L'une des solutions consisterait à s'enterrer, littéralement." "À partir de 50 centimètres sous terre, on réduit de moitié les radiations si bien que vivre dans une grotte semble le plus envisageable", estime le Dr Comet.

Il serait donc possible de vivre sur Mars à condition d'être confiné ! Nous en connaissons les difficultés et les contraintes...

 

"Et comment respirer sur Mars ? Là encore, l'atmosphère contient 96% de dioxyde de carbone (CO2) et... seulement 0,13% d'oxygène (O2), contre 21% sur Terre. Il faudra en fabriquer artificiellement. Les scientifiques cherchent une parade. Le prochain rover martien de la Nasa, Mars 2020, embarquera ainsi un instrument, Moxie, susceptible de transformer le CO2 de la planète rouge en O2."

 

Donc, un environnement hostile, une planète totalement inadaptée à l'être humain.

Elon Musk, lui, imagine déjà des vols orbitaux et du tourisme spatial : une mission en orbite autour de la lune est annoncée pour 2023, elle a déjà été réservée par un milliardaire japonais. Elon Musk promet un premier vol habité vers Mars dès 2026 et un million de colons sur la planète rouge d'ici 2050.

 

Un rêve américain !

 

 

Sources :

 

https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/bienvenue-sur-mars_1999735.html

 

https://www.francetvinfo.fr/sciences/mars-curiosity/mars-le-nouveau-terrain-de-jeu-et-de-folie-des-milliardaires_4303633.html

 

https://www.france.tv/france-5/c-ce-soir-le-debat/c-ce-soir-le-debat-saison-1/2257059-mars-la-possibilite-d-une-vie.html

 

 

Une actualité Martienne...
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2021 5 29 /01 /janvier /2021 11:32
Covid-19 : hésitations... retournements...

 

 

Simple grippe ou virus féroce ? Le masque ou pas le masque ? Vaccin ou pas, seconde vague ou pas ? Confinement urgent ou pas ?

Comme l'écrit Christian Clot, "chacun a son avis, ses certitudes... Les persuasions sont fortes", les convictions aussi...

 

Et face aux contradictions qui nous submergent, nous sommes tout de même un peu perdus.

Certaines sommités médicales ont minimisé l'épidémie, d'autres l'ont peut-être dramatisée ?

Qui détient la vérité ?

 

D'ailleurs, il leur arrive de se contredire... La science elle-même hésite...

Jean-François Delfraissy déclarait dimanche : "On a affaire à un virus diabolique et beaucoup plus intelligent qu'on ne le pense". Une curieuse personnification du virus ! Une déclaration alarmiste propre à semer la panique... "un abus de langage", disent certains scientifiques.

 

Il faut dire que le professeur Delfraissy se montrait favorable à un nouveau troisième confinement...

"Plus on prend une décision rapide, plus elle est efficace et peut être de durée limitée", a déclaré, dimanche, le président du conseil scientifique. 

Puis, revirement : 

Le professeur nuançait ce mardi 26 janvier ses propos sur l’urgence d’un troisième confinement dans une interview. Un changement de tempo également martelé par plusieurs membres du gouvernement. 

Un rétropédalage qui déroute alors que le gouvernement s’interroge sur la pertinence d’un troisième confinement.

 

A quel scientifique se vouer ? On a l'impression que tous se contredisent... une véritable cacophonie.

Dans tous les cas, il serait plus sage pour des hommes de science de ne pas faire de déclaration à l'emporte-pièce !

 

Les décisions politiques sont difficiles à prendre dans un tel contexte : que faire ?

Le gouvernement temporise et remet sa décision à plus tard.

 

Il est sûr que les conséquences d'un troisième confinement peuvent être dramatiques : fatigue des familles, surcharge mentale démesurée, avenir incertain, sombre, notamment pour les jeunes et les étudiants, chômage, dette qui explosent.

 

Qui paiera ?

Une chose est sûre : nous ne pourrons pas continuer à poursuivre une croissance exponentielle, à épuiser la nature et ses ressources : comme l'écrit Christian Clot, "parmi les causes prouvées du virus, nous pouvons pointer la réduction des espaces naturels et notre consommation débridée d'animaux sauvages."

Le Covid devrait être une opportunité pour changer notre rapport au monde : il y va sans doute de notre propre survie.

 

 

 

 

 

Covid-19 : hésitations... retournements...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/