Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 13:40
Le prédicat sur la sellette...

 

 

 

 

Connaissez-vous cette notion : "le prédicat" ? Ce terme étrange utilisé dans la linguistique moderne désigne "une partie de la phrase qui dit quelque chose à propos du sujet..."

 

Ainsi, dans la phrase : "Le chat boit le lait", le sujet est "le chat", et le groupe "boit le lait" est le prédicat.

 

Voilà qui paraît à la fois simple et vague, mais pourquoi vouloir introduire cette nouvelle notion à l'école à partir du CM1 ?

 

Les professeurs ont découvert cette innovation apportée à l'enseignement, au cours de stages de formation, en vue des réformes initiées dès cette année.

 

Pourtant, on ne perçoit pas l'utilité d'une telle terminologie pour de jeunes élèves, d'autant que, en parlant de prédicat, on efface les termes de COD et COI qui ne seront appris qu'à partir de la classe de 5ème.

 

Encore une innovation qui permet de "réformer" l'enseignement de la grammaire... Encore une lubie de pédagogue qui donne l'impression d'une nouveauté performante et efficace...

 

Pourtant, les notions de COD et COI sont fondamentales dans l'apprentissage de la grammaire et de l'orthographe.

 

On sait que le COD est déterminant pour l'accord du participe passé dans notre langue : peut-on évacuer ce complément, jusqu'à la classe de cinquième ?

 

C'est absurde : est-ce que les concepteurs de la réforme veulent mettre, aussi, au placard, les règles d'accord du participe passé ? Veulent-ils définitivement réformer l'orthographe et certaines structures de notre langue bien installées ?

Par démagogie, on tend de plus en plus à vouloir simplifier la grammaire, afin de la rendre plus facile, plus accessible, mais cette notion de prédicat, on le voit bien, vient brouiller la perception des élèves.

 

Les enseignants ont été mis devant le fait accompli : la notion de prédicat est instaurée dans les nouveaux programmes, dès cette année.

Aucune concertation, un mépris total de l'avis du personnel éducatif...

 

Pourtant, les enseignants sont les premiers concernés par ce changement de terminologie...

 

Est-ce que les concepteurs de cette innovation côtoient des élèves de primaire ? Est-ce qu'ils connaissent leurs difficultés ?

Totalement éloignés du terrain, ils font des réformes à l'aveuglette et se donnent l'illusion d'avoir oeuvré pour l'école : ils justifient, ainsi, leur salaire.

 

Cette notion de prédicat utilisée à l'université dans l'enseignement de la linguistique n'a pas sa place à l'école primaire : les élèves ont besoin de termes clairs, précis, pour analyser des phrases et en comprendre le fonctionnement.

 

Innover pour innover n'a pas de sens : les notions de COD et de COI méritent d'être apprises dès l'école primaire, pour être ensuite révisées et bien assimilées...

 

 

 

 

 

Le prédicat sur la sellette...
Repost 0
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 09:46
La gauche a-t-elle trahi l'école ?

 

 



Des réformes successives ont affaibli notre système scolaire : renoncement à de véritables cours de grammaire, à l'orthographe, à l'enseignement de connaissances au profit d'une pédagogie de la découverte...

Au nom de l'égalitarisme, on a sacrifié des disciplines essentielles.

Ces réformes avaient pour but de mettre l'élève au centre de l'école, comme s'il pouvait, de lui-même, construire des savoirs, comme s'il était apte à tout découvrir par lui-même.

Mais, enfin, l'enseignant n'a-t-il pas pour mission première de transmettre des connaissances, d'en montrer l'importance, de donner une structuration à la pensée ?

Et cette pensée passe forcément par l'apprentissage de la grammaire et du vocabulaire.

Comment pourrait-on penser quand on n'a pas les mots à sa disposition pour le faire, comment pourrait-on réfléchiir quand on ne maîtrise pas sa langue ?

Pendant des années, on a imposé aux enseignants des évaluations, en début d'année de sixième, de seconde, des évaluations complexes, particulièrement difficiles à corriger, avec des codages très compliqués.

Des évaluations qui n'avaient pas grand intérêt : en fait, un enseignant perçoit très rapidement les défaillances et les lacunes d'un élève, quand il corrige une première rédaction...

Ces évaluations ont été, ensuite, remisées au placard, on les a abandonnées sans tambour ni trompette, car de toutes façons, elles n'avaient pas grande utilité....

L'école a été un champ d'expérimentation à large échelle : on a voulu la réformer à tout prix, sans arrêt, sans vérifier la valeur des réformes mises en place.

L'innovation, la rénovation étaient les maîtres mots dans le domaine éducatif et le gouvernement actuel a poursuivi dans cette voie...

La réforme des collèges menée par Najat-Vallaud Belkacem parachève cette oeuvre de destructuration de l'école : amoindrissement des enseignements fondamentaux, mise en place des EPI, enseignements pratiques interdisciplinaires, quasi-suppression du latin et du grec.

Les EPI qui croisent les disciplines ont pour but de rendre l'enseignement plus attrayant et plus ludique pour les élèves, mais ils risquent de conduire à un affaiblissement des savoirs fondamentaux, ils empiètent sur les apprentissages de base.

La suppression annoncée du latin et du grec sonne aussi le glas de l'enseignement des savoirs : notre culture est fondée sur ces langues, notre littérature doit beaucoup aux auteurs anciens.

On ne peut, ainsi, mépriser notre passé sans dommage : nous devons nous appuyer sur ce passé commun pour garder des repères...

La gauche a-t-elle trahi l'école ? Hélas, les bonnes intentions ne suffisent pas pour remettre l'école sur pied : une réflexion profonde s'impose pour faire en sorte de remettre le savoir au coeur de l'école.

Les faux-semblants sont terrifiants, et ils conduisent au pire : il serait temps de réfléchir aux conséquences de toutes les réformes engagées et d'en dresser un bilan.



 

 

 

La gauche a-t-elle trahi l'école ?
Repost 0
31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 07:43
Cette année, la rentrée des enseignants a lieu au mois d'août...

 

 

 

Eh bien, oui, cette année, pour la première fois, le mois d'août s'achève avec la journée de pré-rentrée des enseignants qui a lieu ce mercredi 31 août.

Les élèves, eux, sont accueillis dans les établissements scolaires, dès le 1er septembre...

 

Peu à peu, le ministère grignote les vacances des enseignants : de nombreux professeurs ont corrigé le baccalauréat jusqu'au 10 juillet, et leur temps de congé se réduit, ainsi, comme peau de chagrin.

 

Alors que l'été est encore bien présent, est-il raisonnable d'avancer la rentrée scolaire au tout début du mois de septembre ?

C'est absurde : il y a quelques années, la rentrée avait lieu vers la mi-septembre, ce qui permettait aux élèves un temps de réadaptation, après leurs vacances...

 

Encore une innovation qui ne résout aucun problème : ce n'est pas en gagnant quelques jours de cours que les élèves vont pouvoir mieux travailler.

De plus, les enseignants de collège vont devoir s'adapter à la nouvelle réforme mise en place, dès cette année, et cette prérentrée prématurée ne va pas faciliter leur travail.

 

Les EPI, enseignements pratiques interdisciplinaires, présentés comme une panacée, risquent de désorganiser les cours et de créer de nombreux problèmes...

Encore une réforme que vont devoir expérimenter les professeurs, encore une lubie du ministère qui provoque mécontentements et fureur de la part des acteurs de l'éducation.

Cette rentrée est donc placée sous le signe de la contestation puisqu'une grève est déjà prévue et programmée, dès le 8 septembre.

 

Décidément, en matière d'éducation, le gouvernement "socialiste" a réussi l'exploit de mécontenter à la fois les enseignants et les parents d'élèves.

D'abord, on se souvient de cette réforme catastrophique des rythmes scolaires, sous la houlette de Vincent Peillon qui s'est rapidement éclipsé, après avoir désorganisé les écoles primaires...

Puis, ce fut un passage éclair de Benoit Hamon... qu'on a à peine vu, et on a assisté, enfin,  au "bouquet final" : la réforme des collèges initiée par Najat Vallaud-Belkacem...

 

Une réforme placée sous le signe de la démagogie : le latin et le grec ont été sacrifiés, intégrés dans des EPI... cette réforme tend à supprimer ces enseignements optionnels, pourtant très formateurs, elle supprime aussi les classes bi-langues, et surtout, elle ne restaure pas la place essentielle que doit occuper le savoir, dans une société moderne.

 

En ce qui concerne les EPI, les enseignants vont devoir jongler pour croiser des disciplines aussi diverses que l'EPS et le français par exemple !

Quant à la constitution des emplois du temps, les chefs d'établissements vont se retrouver devant un casse-tête.

 

La "gauche" a, ainsi, déçu dans ce secteur essentiel : l'éducation qui représente l'avenir d'un pays.

Le fiasco est total : encore des réformes mal conçues, faites dans la précipitation, au mépris de l'avis des enseignants.

 

 

Un article sur la réforme des collèges :

 

http://www.lepoint.fr/societe/reforme-du-college-voyage-en-absurdie-30-08-2016-2064609_23.php

 

 

 

 

 

Cette année, la rentrée des enseignants a lieu au mois d'août...
Repost 0
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 13:23
Enseignement : la mémoire perdue...

 

 



L'enseignement n'a plus de mémoire, depuis des années, la mémoire a été sacrifiée : autrefois, les élèves devaient apprendre des règles de grammaire et d'orthographe, les mémoriser... Ces apprentissages fondamentaux ont été négligés au profit d'une pédagogie de la découverte.

Désormais, c'est à l'occasion de textes, que s'organisent les leçons de grammaire, si bien qu'elles ne sont pas vraiment structurées, ni mémorisées.

Il faudrait, pourtant, réhabiliter la mémoire qui est essentielle : il faudrait que chaque élève ait l'occasion de former et de développer sa mémoire, par un apprentissage permanent.

L'ordinateur permet de vérifier et de retrouver toutes sortes d'informations et c'est un outil précieux, mais il ne doit pas se substituer à la formation de la mémoire.

Pour apprendre, pour maîtriser des savoirs, il faut passer par une indispensable mémorisation.

Il ne s'agit pas, bien sûr, d'apprendre par coeur : l'élève doit comprendre ce qu'il apprend, c'est pourquoi, il est important d'expliquer les règles de grammaire, de donner plusieurs exemples qui vont faciliter l'apprentissage.

Il est important de maîtriser les différents groupes de conjugaison, de revoir régulièrement les temps, les modes, les voix : certains élèves arrivent au lycée et ne maîtrisent pas du tout le passé simple, temps du récit, par excellence...

Certains ignorent des différences fondamentales entre voix passive et voix active.

L'exercice de la récitation, s'il est bien mené, permet, aussi, d'emmagasiner dans la mémoire nombre de textes poétiques, qui resteront comme autant de références.

Ces textes doivent être analysés, avant d'être retenus par les élèves.

Nous avons tous appris, enfants, des fables de La Fontaine, des poèmes de Victor Hugo que nous gardons en mémoire...

Nous avons acquis, ainsi, des bases de vocabulaire, des schémas de phrases, une façon de raconter des histoires.

Au lycée, cet exercice de la récitation n'a plus la faveur des autorités et des inspecteurs : il serait utile, sans doute, de le réhabiliter à partir de textes de nos grands auteurs.

Que serions-nous, sans la mémoire ? Celle-ci nous permet de nous exprimer avec facilité, grâce à une multitude de mots que nous connaissons, grâce à des acquis de toutes sortes, des idées que nous pouvons associer...

Mémoriser des mots, des textes, des exemples permet d'avoir une certaine aisance, de réfléchir mieux, de progresser.

La mémoire se forme et se forge, dès le plus jeune âge, c'est un apprentissage permanent, il faut cultiver cette faculté essentielle, ne pas la négliger sous prétexte que les ordinateurs peuvent nous servir de mémoires.

Oui, il est important de réhabiliter la mémoire qui exige des efforts, qui demande d'être, sans cesse, réactivée et sollicitée.


 

 

 

 

 

 

Enseignement : la mémoire perdue...
Repost 0
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 17:08
Les enseignants sous la menace de Daesh...

 

 

Les enseignants qui délivrent des connaissances, qui s'attachent à cultiver la réflexion deviennent les cibles des terroristes de Daesh.

Les professeurs, victimes d'incivilités de la part des élèves, parfois, des parents, sont aussi en butte à la vindicte des islamistes.

Dans le dernier magazine publié par Daesh, les islamistes s'en prennent à notre école, où seraient enseignées de fausses valeurs, comme la tolérance, le respect d'autrui.

Symboles de culture, de transmission des savoirs, voilà les enseignants mis en cause par des individus qui se réclament d'une religion et d'une foi empreintes de fanatisme.

Comment ne pas voir, là, une négation même de notre civilisation fondée sur l'esprit des lumières, la connaissance, la curiosité ?
Comment ne pas y voir une atteinte à ce qui est l'essence même de nos sociétés ?

Les enseignants ont à coeur de former des élèves, de leur inculquer un esprit critique, de transmettre des savoirs.
En face, c'est l'obscurantisme qui cherche à s'imposer, une force aveugle, meurtrière, qui méprise tout ce qui n'appartient pas au domaine religieux.
Le fanatisme est à l'oeuvre : il fait fi de la culture, de l'humanisme, de l'histoire.

Ce fanatisme déclare la guerre à notre école, s'attaque aux enseignants, à la laïcité, à toutes les valeurs portées par l'éducation et par des enseignements formateurs et essentiels.

L'école, symbole de la laïcité, est visée par des terroristes qui propagent une idéologie mortifère.
L'école, elle, est à l'inverse : elle représente la vie, l'avenir, une envie de découvrir et de s'ouvrir aux autres.
S'attaquer aux enseignants, aux savoirs, c'est s'attaquer à la vie, à la notion même d'épanouissement personnel, c'est viser une institution de la république qui est essentielle.

Nos sociétés sont fondées sur l'école, l'acquisition des savoirs et d'une autonomie de la pensée.
C'est cette école qu'il faut défendre plus que jamais, c'est cette école qu'il faut conforter et consolider, en insistant encore et toujours sur la valeur de la culture, qui est au centre de nos sociétés.

Les parents, les institutions doivent être solidaires des professeurs, eux qui jouent un rôle essentiel dans la formation des élèves.

Et surtout, il importe de ne jamais sacrifier la culture, en supprimant des savoirs fondamentaux, comme le latin, le grec si formateurs.

L'école se doit d'être exigeante dans son enseignement : c'est toute notre culture qui est en jeu.


 



 

Les enseignants sous la menace de Daesh...
Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 17:01
Un curieux film "pédagogique"...

 

 


La pédagogie emprunte parfois des voies surprenantes, notamment quand elle fait appel à un langage stéréotypé, appauvri, fait de répétitions.

A l'initiative de la Région Midi-Pyrénées, en partenariat avec la Région Languedoc-Roussillon et en collaboration avec le rectorat de l'académie de Toulouse, une vidéo a été tournée à destination du public scolaire, élèves, collégiens, lycéens...

Cette vidéo qui a pour but de promouvoir la réunion de ces deux régions du sud de la France a de quoi surprendre, d'autant qu'elle comporte, nous dit-on, une visée pédagogique...

Le personnage mis en scène, Pierre Paul Riquet, concepteur du canal du midi, ressurgit du passé pour expliquer tout l'intérêt de cette association...

"Mais ça déchire grave, les potos ! Un truc de dingue ! The canal du midi, un truc de fou, notre région va grossir grave... rpz.. on va pouvoir se la raconter grave... ouais... le kif suprême, des sites qui déchirent, ils sont tous au taquet pour la région..."

Voilà un condensé de ce langage qui prétend imiter celui des "djeuns", mais n'est-ce pas, là, une façon de mettre en évidence un appauvrissement de la langue ?

Les mots "truc", "grave" reviennent, comme pour souligner le manque de précision et les carences du langage pour exprimer ce que l'on veut dire...


On perçoit, en plus, une sorte de caricature dans le ton gouailleur, la façon de s'adresser complaisamment à des jeunes, en les mimant de manière grotesque.

La pédagogie doit-elle se mettre à l'unisson de la banalité, de l'indigence, de la médiocrité ?

La pédagogie doit-elle faire appel à des clichés, à un langage stéréotypé ?

N'est-ce pas, aussi, une forme de mépris que de réduire les jeunes à ce langage répétitif, n'est-ce pas les enfermer dans le cercle infernal de l'illettrisme et de la bêtise ?

On aurait aimé une vidéo vraiment pédagogique qui use d'une langue diversifiée et construite, on aurait aimé autre chose que cette caricature qui dessert, aussi, les jeunes et les présente sous un jour négatif...

Une véritable pédagogie doit faire appel à des mots clairs, précis, variés, à une certaine recherche dans la présentation et le langage.

C'est tout le contraire, dans cette vidéo : méfions-nous de cette tendance qui consiste à nier, à anéantir la langue française, pourtant si riche de nuances diverses...

Et le rôle de la pédagogie, c'est aussi de se mettre au service de cette langue, de la promouvoir, en maintes occasions...

Voilà encore une occasion manquée.

Arrêtons de "massacrer" le français, aussi bien à l'oral qu'à l'écrit, essayons de mettre notre belle langue à l'honneur, au lieu de la clouer au pilori !

On peut essayer de promouvoir la réunion de deux régions, mais n'oublions pas, pour autant, de promouvoir la langue française !

 

 

Le site de l'académie de Toulouse où se trouve cette vidéo :
 

http://www.ac-toulouse.fr/cid94876/une-video-pour-decouvrir-notre-future-grande-region.html

 

Repost 0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 13:37
Pour vaincre le harcèlement...

 



Le harcèlement est une plaie du monde moderne : il s'organise de manière insidieuse, dans les entreprises, sur internet, et même à l'école...

Internet, les reseaux dits "sociaux" favorisent ce phénomène, d'autant que l'anonymat permet d'insulter, sans être inquiété.

Internet devient le lieu privilégié de la calomnie, du verbe insultant, de l'invective : le cyber-harcèlement fait des ravages, auprès des jeunes notamment...

Dépressions, suicides sont le résultat lamentable de ces comportements infâmes, d'autant que le groupe de harceleurs agit, souvent, de concert, en foule...

Le harcèlement traduit une forme de lâcheté, surtout quand il s'attaque à de jeunes esprits, facilement influençables.

Il faut que les adultes eux-mêmes ne donnent pas l'exemple de cette attitude irresponsable et délétère...

Or, sur internet, il n'est pas rare de lire de plus en plus de propos insultants, outranciers, et qui peuvent être dévastateurs pour ceux qui en sont la cible...

Internet est un outil fabuleux mais quand il devient un instrument de haines, d'invectives et d'injures gratuites, quand il sert des intentions purement malveillantes, quand il se fait le réceptacle d'ignominies, de jalousies stupides, il se transforme en un objet très dangereux.

A chacun de veiller au respect, à une forme de dignité dans les propos qu'il tient....

A chacun de ne pas suivre la masse qui harcèle, à chacun de ne pas suivre un meneur qui organise le harcèlement.

A chacun de mesurer les conséquences de ses propres actes et de ses paroles.

En classe et ailleurs, le harcèlement s'attaque au plus faible, à celui ou à celle qui est isolée, qui a des difficultés, qui est déjà affaiblie...

Haro sur le baudet ! La tentation est grande d'anéantir celui qui est sans force, ou encore celui qui brille par son intelligence, le premier de la classe.

On exclut, encore plus, celui qui est à part, on le jalouse ou on le méprise...

Les jeunes enfants, les adolescents sont particulièrement exposés à ce phénomène du harcèlement : fragiles, sensibles, ils éprouvent de grandes difficultés, pour faire face à ce déchaînement de violences verbales, et parfois même physiques....

Il convient aux adultes de montrer, par leur comportement, une forme d'exemple : si les adultes ne montrent pas la voie, si les adultes se livrent au harcèlement, comment les jeunes peuvent-ils, eux-mêmes, réagir ?


Il convient de dénoncer toute forme de harcèlement, d'où qu'il vienne, il convient, aussi, à chacun de se comporter en adulte responsable et digne...

Les parents, les adultes, dans leur ensemble, ont, aussi, un rôle à jouer, ils doivent dénoncer et stigmatiser toute la violence que comporte le harcèlement.

 

Six choses à savoir sur le harcèlement :

 
http://www.gouvernement.fr/6-choses-que-vous-devez-savoir-sur-le-harcelement-a-l-ecole-nah


 

http://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/


 



 

Repost 0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 13:27
A l'école de l'ennui...

 

 


En ce début d'année scolaire, l'ennui fait la Une de certains journaux, un ouvrage est même consacré à ce thème : intitulé "Longtemps, je me suis ennuyée à l'école", c'est un témoignage à la fois amusant et accablant sur l'école.

Lola Vanier écrit ses souvenirs d'école et dénonce un système éducatif où règne l'ennui...

Elle égrène, ainsi, des portraits d'enseignants assez caricaturaux : "Le professeur d’anglais se répandant en remarques sarcastiques pour ne pas perdre la face ; le professeur d’histoire-géo dictant son cours sans jamais poser une seule question à sa classe ; un autre se perdant dans des digressions infinies sur le sentiment national  - si loin du sujet qu’elles en deviennent drôles ; la professeur de SVT en guerre avec ses élèves, qui du coup la laissent se débattre avec un rétro-projecteur rétif."

Bien sûr, l'ennui peut s'immiscer dans les salles de classe, à tout moment, bien sûr, les enseignants ont des difficultés à capter l'attention des élèves, plus encore l'après midi que le matin...
 

Mais, il est bien évident que les écoles, les lycées et les collèges ne sont pas des annexes du Club Méditerranée : eh oui, ce sont des lieux de travail, de réflexion, de transmission des connaissances et l'on ne peut y passer son temps à s'amuser...

Il peut arriver qu'on s'y ennuie, car chaque élève a des goûts, des affinités pour certaines disciplines, on peut ne pas aimer les maths, la physique ou le français, mais, en général, chacun peut éprouver de l'intérêt et de l'attrait pour des matières qui l'intéressent.

Qui ne s'est jamais ennuyé à l'école, pendant certains cours ? Moi-même, je n'étais motivée ni par la physique, ni par les mathématiques, et j'ai dû subir ces enseignements.

Malgré tout, j'ai pu acquérir quelques notions essentielles de calcul, de géométrie...

L'ennui n'est-il pas formateur ?  Il nous apprend la patience, il nous montre que la vie ne peut être constituée uniquement de plaisirs.

Dans nombre d'activités et de métiers, l'ennui peut intervenir.

Nos sociétés sont avides de plaisirs et de bonheurs, mais, enfin ! on ne peut vivre dans une euphorie permanente, l'ennui fait partie de la vie, et c'est en le dépassant que l'on peut progresser et évoluer...

Les élèves sont soumis à un emploi du temps bien rempli, et l"ennui, la fatigue sont parfois au rendez-vous.

Qui pourrait s'en étonner ? Grâce à cet ennui, on apprend la vie, ses difficultés, ses obstacles, on comprend que rien n'est facile, et qu'il faut franchir des épreuves pour avancer.

Il est vrai que les adolescents d'aujourd'hui sont accaparés par une multitude de tentations et de loisirs, ils sont souvent plus intéressés par leur profil Facebook que par la littérature ou les mathématiques.

Mais la vie ne peut être constituée que de bonheurs, non, la vie est plus complexe et les jeunes esprits doivent être préparés à cet état de fait : le bonheur perpétuel n'existe pas, c'est une utopie.

Les professeurs ne peuvent être jugés responsables de tous les maux que connaissent les adolescents : devant des classes surchargées, il n'est pas facile de susciter l'intérêt de tous les élèves, des collégiens ou des lycéens qui ont, aussi, leurs problèmes...

Il serait, sans doute, plus facile de motiver les adolescents dans des structures moins lourdes, chaque élève pouvant, alors, mieux parriciper au cours, de manière vivante.

Mais, qu'on ne rêve pas, on ne pourra jamais évacuer l'ennui du système scolaire, et ce, pour de multiples raisons : le manque d'intérêt des élèves pour certaines disciplines, une forme de paresse, l'envie de rêver qui fait partie de l'adolescence, ou encore une fatigue, une lassitude qui peuvent s'installer...

La réforme des collèges prévue pour 2016 prétend annihiler et faire disparaître l'ennui, grâce à l'interdisciplinarité... ne nous leurrons pas : ce n'est pas en gommant les difficultés, que l'ennui va s'effacer, bien au contraire : c'est en se confrontant à des obstacles que l'élève a envie de progresser...


 

 

A l'école de l'ennui...
Repost 0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 08:44
Rentrée scolaire : le rôle des enseignants est essentiel...

 

 

 

La rentrée scolaire est un moment important pour nombre d'enfants, d'adolescents et d'enseignants. Et, on perçoit, à cette occasion, toute la dimension que revêt ce métier de transmission.

 
Le rôle des enseignants est capital et essentiel : ils ont la charge d'enfants ou d'adolescents, depuis leur plus jeune âge jusqu’à l’âge adulte.

 

Les professeurs ont pour fonction de transmettre des savoirs, des connaissances indispensables, pour permettre aux élèves de s’épanouir dans la société, mais ils ont, aussi, une fonction éducative, ils inculquent des valeurs aux élèves, le respect des autres, la tolérance... ils doivent, donner l’exemple du travail, de la rigueur.
 
Sans les enseignants, que deviendraient les enfants, livrés à eux-mêmes, sans cadre, sans structure ? Les parents qui travaillent ne pourraient assurer ces multiples rôles de l’enseignant… Il faut bien se rendre compte que les enseignants s’occupent des enfants, tous les jours, tout au long de la semaine, qu'ils les prennent en charge.
 
Tâche complexe et difficile car les élèves sont regroupés, en grand nombre, dans des classes, parfois, surchargées. 
 
Le travail ne se limite pas, d’ailleurs, à la transmission de valeurs et de connaissances : l’enseignant doit veiller à aider, soutenir, encourager les élèves en difficulté, leur montrer l’importance du travail dans la progression, répondre à leurs questions qui peuvent être multiples, à leurs attentes, répondre aussi aux questions des parents…
 
On accuse l’école de bien des maux, mais elle joue un rôle essentiel dans la formation des individus : elle apporte un cadre, des règles de vie, c’est une préparation à la vie active, au travail, avec ses contraintes et ses bonheurs : il faut se lever tôt, il faut apprendre, il faut se soumettre à une certaine discipline, mais l’école est aussi faite de partages, d’échanges avec tous les autres, élèves et enseignants, ce sont, parfois, des connivences, des éclats de rire, des enthousiasmes, des colères, des angoisses : le reflet même de la vie…
 
Que l’école soit une contrainte, c’est indéniable : mais la vie est faite, aussi, de contraintes et de difficultés multiples et l’école permet de se préparer à la vie d'adultes.
 
On dit, parfois, que l’école est une garderie : il est vrai que les enseignants ont pour fonction de garder et d’occuper les élèves, mais surtout de les former, dans certaines classes difficiles, les professeurs doivent même leur inculquer la politesse, le savoir- vivre... et aussi, bien sûr, transmettre, susciter la réflexion, éveiller les esprits…
 
Noble tâche que celle qui consiste à susciter l’intérêt des élèves, à leur donner le goût de la lecture et du savoir !
 
Tâche difficile, aussi, car le monde moderne sollicite les jeunes vers d’autres activités : les jeux vidéo, les téléphones portables, les réseaux sociaux sur internet.
 
L’école n’est pas parfaite, mais sa fonction reste fondamentale : sans l’école, plus de cadre, sans enseignants, plus de formation des élèves... il faut bien prendre conscience de cette réalité toute simple, si on ne trouve plus d’enseignants, pour exercer ce métier, qui pourra se charger de l’éducation et de la formation des jeunes ?
 
Peut-on envisager un enseignement sur ordinateur et à distance ? La dimension sociale de l’école se déliterait alors…
 
Va-t-on vers une société où l’ordinateur va primer et s’imposer à nous dans l’apprentissage, dans le travail ? Va-t-on vers une société où les gens vivront, apprendront, travailleront, chez eux, sans contact avec l’extérieur ?
 
Ce serait, sans doute, dommageable car une société s’organise autour de contacts, même si ces contacts se révèlent, parfois, difficiles.
 
L’école est imparfaite, comme l’homme l’est, mais elle a encore une dimension sociale capitale : on y apprend à vivre avec les autres, on forme son esprit, on se cultive, on progresse...

 

 

 

 

 

 

Rentrée scolaire : le rôle des enseignants est essentiel...
Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 17:06
Michel Onfray : une belle déclaration sur l'école...


"Oui, mon père était un pur produit de l'école républicaine. Voilà pourquoi je pense qu'à gauche on devrait défendre l'école républicaine. Et quand on la défend, on n'est ni réactionnaire ni conservateur, on a juste envie que d'autres enfants de pauvres, d'autres gens modestes, puissent avoir droit à la culture, au savoir. Voilà pourquoi j'ai créé des universités populaires, aussi pour distribuer la culture et le savoir. Oui, mon père m'a enseigné plein de choses, et notamment les étoiles. À partir de l'étoile Polaire. Il me disait qu'elle était la première arrivée et la dernière couchée, qu'elle était toujours au même endroit, qu'elle indiquait le nord. Et d'une certaine manière, c'était une leçon de vertu qu'il me proposait en me disant "Sois comme elle".

On doit cette belle déclaration à Michel Onfray : les mots qu'il prononce ici nous touchent et me touchent plus particulièrement...

Comme lui, je suis issue du peuple, mes parents étaient des gens modestes, mon père était un simple ouvrier qui travaillait sur des chantiers maritimes.

Comme lui, je défends l'école de la république, celle qui m'a apporté culture, curiosité et savoir... Cette école malmenée, vilipendée, à laquelle on a imposé tant de réformes inutiles, cette école qui a été sacrifiée, parfois, à des intérêts mercantiles, cette école qui souffre de désaffection : le métier n'attire plus les vocations et le ministère peine à trouver des candidats aux concours de recrutement de l'Education nationale.

Une école à laquelle on a imposé des modes : la méthode globale, l'apprentissage par la découverte, comme si les élèves étaient aptes à tout découvrir par eux-mêmes, l'abandon de la grammaire, de l'orthographe, disciplines pourtant essentielles.

Et les réformes s'enchaînent, continuent, sans vraiment recentrer l'enseignement sur l'essentiel, l'acquisition des connaissances, la mise en valeur de la culture, le retour aux sources, l'apprentissage du latin et du grec qui sont les parents pauvres de l'éducation nationale...

L'école doit retrouver cette vocation première la transmission des savoirs, car un savoir bien assimilé demande du temps, de la réflexion, du recul.

 

Internet, les technologies modernes peuvent compléter ce savoir et non se substituer à lui.
 

Internet, c'est la grande braderie, c'est une source incommensurable de possibilités et de savoirs, mais sans une formation de base, internet ne permet pas toujours un esprit critique.

Wikipédia : La source de tous les savoirs ! Oui, c'est un outil précieux mais qui n'est pas toujours fiable : il peut comporter des erreurs, je l'ai vérifié moi-même, on y trouve parfois, des étymologies fantaisistes.

L'école n'est-elle pas l'avenir d'une nation ? N'est-ce pas l'essentiel ?

Les déclarations d'intention ne suffisent pas : il faut faire en sorte que l'école soit une priorité, et pour cela, éviter les réformes qui désorganisent le travail des écoliers, comme celle des rythmes scolaires, éviter de satisfaire l'industrie du tourisme et bricoler les vacances scolaires...

L'école n'est pas une marchandise, les lycées ne sont pas des entreprises commerciales, ce sont des lieux de savoirs et de réflexion...

Il faut redonner une vraie autorité aux enseignants, respecter leur savoir, leur expérience, leur faire confiance.

L'école, celle qui dispense la culture, doit être valorisée : la culture elle-même se doit d'être honorée...

C'est aussi l'apprentissage de la langue française qui doit être au coeur de l'école : sans une bonne maîtrise de la langue, les difficultés surgissent, la compréhension s'étiole, la pensée et le raisonnement s'évanouissent.


 

Michel Onfray : une belle déclaration sur l'école...
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de rosemar
  • Le blog de rosemar
  • : Pour le plaisir des mots : poésie, chanson, littérature, actualités, politique, éducation...
  • Contact

Profil

  • rosemar
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire
  • Esprit libre et indépendant ,contestataire

Texte Libre

fleurs 4fleurs 3coqulicot

Recherche

Http://fatizo.over-Blog.com/